Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Portail de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

Parefeu - firewall - netfilter - iptables

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par :

Sommaire

1 Introduction

  • Le pare-feu est un des composants de la sécurité informatique.

Il permet d'isoler un élément (une machine) ou un ensemble d'éléments (zone de confiance - plusieurs machines), d'où la notion de coupe-feu.


  • Pourquoi un pare-feu (firewall) sous Linux ?

L'idée que Linux ne nécessite pas de sécurisation spécifique, puisqu'il est sécurisé de par son architecture, est fortement répandue.

Certes ! Mais l'erreur est humaine, et les informaticiens aussi (il parait).


Ainsi notre noyau (kernel) Linux adoré accompagné de ses différents serveurs, applications et commandes à la base d'une distribution Gnu/Linux ne sont pas exempts de failles logicielles (autrement dit humaines, si vous avez bien suivi ;-) )


  • L'autre principal argument est que le système propriétaire, dont je tairais le nom, est la principale cible des pirates et autres scripts kiddies.

Oui, mais cela ne veut pas dire qu'un système Gnu/Linux n'est jamais la cible d'attaques.
La sagesse populaire le dit : il vaut mieux prévenir que guérir.


  • Vous en doutez encore ?

Je vous laisse consulter le site du CERTA (Centre d'Expertise Gouvernemental de Réponse et de Traitement des Attaques informatiques) français ici http://www.certa.ssi.gouv.fr/. Vous trouverez sur les alertes les plus récentes.
Vous pouvez aussi cliquer sur les archives années par années. Vous pourrez constater que les composants Gnu/Linux ne sont pas absents de ces référencements.
Ou encore, vous pouvez consulter des bulletins spécifiques à Linux ici http://www.vupen.com/bulletins/bulletins-linux.php.
Voilà, vous avez maintenant des éléments concrets pour votre réflexion.


  • Bref, si vous voulez pouvoir vous pavaner en disant qu'avec votre Gnu/Linux vous êtes en sécurité (sans trop en douter), il vous faut aussi :

- éviter d'utiliser le super-utilisateur (root),
- mettre des mots de passes sûrs à vos utilisateurs,
- lancer le minimum de services,
- éviter d'ouvrir les mails et les pièces jointes de mail dont vous ne connaissez pas la source,
- ne pas lancer / installer n'importe quel programme d'une source inconnue / non vérifiée,
- mettre en place un serveur mandataire (proxy),
...
- mettre en place un pare-feu.


Dans ce tutoriel, nous allons donc nous arrêter sur la phrase en gras dans la liste ci-dessus.

Note tip.png Utilisation du super-utilisateur
Toutes les commandes du document sont à effectuer en tant que super-utilisateur.
Pour cela je propose deux possibilités :
- soit vous avez ouvert un terminal et vous êtes passé en super-utilisateur par la commande : su -,
- soit, vous effectuez systématiquement les commandes données de la façon suivante : su - -c 'commande_à_exécuter'.
Pour simplifier les explications, nous considérons que vous êtes passé en super-utilisateur.


2 Guide de lecture

  • Ce tutoriel concerne la configuration du pare-feu netfilter / iptables, "à la main", dans le cadre d'un poste utilisateur.


  • Notre démarche est d'introduire, progressivement, une partie des éléments nécessaires à une compréhension déja bien approfondie de Netfilter / iptables et de son utilisation. Ceci en essayant d'aplanir les difficultés que peut rencontrer un novice. Mais je vais être clair, ça ne sera pas forcément facile.


  • Notez quand même que si vous ne voulez pas trop y réfléchir et que vous voulez faire des trucs "compliqués" il ne faudra pas vous plaindre si vous faites des bêtises.



  • Si vous trouvez tout cela trop compliqué, il vous reste la possibilité d'utiliser le commande system-config-firewall qui vous donnera accès à une interface graphique (ou via le menu Système->Administration->Pare-feu). Mais ce n'est pas le propos de ce tutoriel. Sachez seulement, que les deux méthodes sont exclusives.

3 Les composants du pare-feu

  • Actuellement (noyaux Linux 2.4 et 2.6), le pare-feu Gnu/Linux est composé principalement du module Netfilter, des commandes iptables et ip6tables, et des services iptables et ip6tables.


  • Le module Netfilter effectue le filtrage en tenant compte de l'état des connexions.
    - Cela est particulièrement intéressant pour les protocoles en mode connecté comme TCP. Cela permet d'assurer qu'un paquet est légitime suivant l'état de la connexion, les indicateurs (flags) des paquets, et différents temporisateurs (timer).
    - Les protocoles en mode non connecté comme UDP ne sont pas oubliés. Pour UDP, un mécanisme de temporisateurs (timer) interne à Netfilter permet de mettre en place une notion d'état. Ou encore, pour ICMP l'enchaînement logique des paquets est vérifié.


  • D'autres modules sont utilisés par Netfilter, suivant le protocole à filtrer.
    Par exemple, des modules spécifiques sont fournis pour filtrer les protocoles ftp ou irc (et d'autres).
    Nous en reparlerons plus loin.


  • IPv4 et IPv6 ?
    - La commande et le service iptables concerne la version IPv4 des protocoles Internet.
    - La commande et le service ip6tables concerne la version IPv6 des protocoles Internet.
    Dans la suite du tutoriel, nous ne traiterons que la version IPv4.


  • Le service iptables permet de lancer et d'arrêter le pare-feu. Il permet aussi de sauvegarder les règles de filtrage.
    - La commande systemctl start iptables permet de démarrer le pare-feu. L'installation par défaut du système démarre automatiquement le pare-feu au lancement du système.
    - La commande systemctl stop iptables permet d'arrêter le pare-feu. L'installation par défaut du système arrête automatiquement le pare-feu à l'arrêt du système.
    - La commande /sbin/iptables-save > /etc/sysconfig/iptables permet de sauvegarder les règles que nous ajoutons. Elle doit être exécutée par nos propres soins. Nous verrons cela plus loin.


  • La commande iptables permet de composer des règles de filtrage qui sont utilisées par le module Netfilter.
    C'est l'objet principal de ce tutoriel.


Note tip.png Lancement automatique du service
Si dans votre installation le service iptables n'est pas lancé automatiquement, il suffit d'exécuter les commandes:
systemctl enable iptables
systemctl start iptables

4 Sauvegarde et restauration des règles

  • Soyons pratiques :
  1. Vous écrivez des règles avec la commande iptables. Ces règles sont prises en compte par Netfilter au moment où vous les exécutez. Elles sont ajoutées aux règles déjà existantes.
  2. Vous sauvegardez ces règles avec la commande iptables-save >/etc/sysconfig/iptables pour sauvegarder l'ensemble des règles prises en compte par Netfilter dans le fichier standard pour Fedora /etc/sysconfig/iptables.
  3. Vous relancez le système, SystemD effectue l'équivalent de la commande systemctl start iptables. La commande systemctl start iptables fait appel à la commande iptables-restore pour que Netfilter prenne en compte les règles sauvegardées dans le fichier /etc/sysconfig/iptables.


  • Si vous avez bien suivi, vous devez avoir compris que :

- Si vous créez des règles avec la commande iptables elles sont prises en compte par Netfilter qui les utilise immédiatement.
- Si vous ne faites pas appel à la commande iptables-save >/etc/sysconfig/iptables, avant l'arrêt du système (ou simplement du service iptables) les règles non sauvegardées sont perdues.
- Si vous faites appel à la commande iptables-save >/etc/sysconfig/iptables, avant l'arrêt du système (ou simplement du service iptables) les règles sauvegardées seront rechargées au prochain démarrage du système (ou simplement du service iptables). Ouf !


  • Et un dessin, valant mieux qu'un long discours, même s'il fallait faire le discours :

Iptables-save-restore-systemd.png

5 Les règles iptables par défaut

  • Si vous faites une installation par défaut d'une Fedora, Netfilter / iptables est installé avec quelques règles iptables, qui assurent déjà un bon niveau de sécurité.

Nous allons nous baser sur le fichier /etc/sysconfig/iptables avec les règles indiquées ci-dessous comme point de départ à nos explications :

InProgress tip.png Attention !
Suivant la version de Fedora installée, votre fichier /etc/sysconfig/iptables peut présenter quelques différences mineures.
  • Le contenu par défaut du fichier /etc/sysconfig/iptables d'une distribution Fedora 10 est le suivant :
# Firewall configuration written by system-config-firewall
# Manual customization of this file is not recommended.
*filter
:INPUT ACCEPT [0:0] 
:FORWARD ACCEPT [0:0]
:OUTPUT ACCEPT [0:0]
-A INPUT -m state --state ESTABLISHED,RELATED -j ACCEPT
-A INPUT -p icmp -j ACCEPT
-A INPUT -i lo -j ACCEPT
-A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport 22 -j ACCEPT
-A INPUT -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited
-A FORWARD -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited
COMMIT

Il s'agit du format de sauvegarde.
Il n'est pas conseillé de modifier directement ce fichier.
Nous ne décrirons pas plus ce format.


  • Les commandes à lancer pour obtenir le même résultat sont les suivantes :
iptables -t filter -F
iptables -t filter -X

iptables -t filter -P INPUT   ACCEPT
iptables -t filter -P FORWARD ACCEPT
iptables -t filter -P OUTPUT  ACCEPT

iptables -t filter -A INPUT -m state --state ESTABLISHED,RELATED -j ACCEPT
iptables -t filter -A INPUT -p icmp -j ACCEPT
iptables -t filter -A INPUT -i lo -j ACCEPT
iptables -t filter -A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport 22 -j ACCEPT

iptables -t filter -A INPUT -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited
iptables -t filter -A FORWARD -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited

/sbin/iptables-save > /etc/sysconfig/iptables
  • Vous pouvez constater que le format de sauvegarde est assez proche des règles iptables que nous venons d'indiquer. Nous allons donc nous attacher à vous expliquer ces règles.


  • Prise en compte des nouvelles règles :
    En considérons que nous avons mis les règles ci-dessus dans un fichier /root/iptables.new, pour les prendre en compte il faut exécuter la commande sh /root/iptables.new.
InProgress tip.png Attention !
Si vous utilisez un fichier de règles iptables les droits en écriture doivent être donnés uniquement à l'utilisateur root. Sinon d'autres utilisateurs, officiels ou non, pourraient en modifier le contenu ...
Dans notre exemple, la commande chmod 700 /root/iptables.new s'impose donc. Le 700 correspond à l'attribution des droits en lecture, écriture et exécution uniquement pour le propriétaire, le propriétaire devant être le super-utilisateur : root.


  • Parcours des règles iptables par Netfilter :
    Suivant le cheminement des paquets (entrée, traversée ou sortie de la machine) Netfilter va essayer de faire correspondre les paquets aux différentes règles configurées. Quand un paquet correspond à une règles elle est appliquée et généralement le parcours est arrêté. Sinon, la mise en correspondance du paquet avec les régles qui suivent est poursuivie. S'il n'y a pas de correspondance qui provoque l'arrêt du parcours, une politique par défaut est appliquée (cf. ci-dessous).


  • Table "filter" :
    Toutes les commandes iptables se rapportent à une table. L'option '-t' permet d'indiquer la table concernée.
    Dans notre cas, il s'agit de la table "filter". C'est la table par défaut. Il est donc possible d'omettre cette option. iptables -t filter ... et iptables ... sont équivalent.
    La table "filter" permet de stocker toutes les règles qui concernent le filtrage des paquets.


  • Notion de chaîne :
    Dans l'exemple de script iptables ci-dessus, 3 chaînes apparaissent : INPUT, OUTPUT et FORWARD.
    La notion de chaîne est complémentaire à celle de table. Nous savons que la table filter nous permet de stocker les règles de filtrage. Ce stockage se fait dans des chaînes.
    - La chaîne INPUT de la table filter permet de stocker les règles qui concernent le filtrage des paquets à destination de notre machine.
    - La chaîne OUTPUT de la table filter permet de stocker les règles qui concernent le filtrage des paquets qui partent de notre machine.
    - La chaîne FORWARD de la table filter permet de stocker les règles qui concernent le filtrages des paquets qui transitent par notre machine. Cette chaîne est utile dans le cas où notre machine se comporte en passerelle, ce qui n'est pas le cas par défaut.
    Les chaînes INPUT, OUTPUT et FORWARD sont des chaînes standards fournies par défaut. Quand cela nous sera utile nous verrons que nous avons la possibilité de définir des chaînes, dites, utilisateur.


  • iptables -t filter -F
    L'option -F (ou --flush) permet de supprimer les règles d'une chaîne dans une table.
    Si la chaîne n'est pas précisée, comme dans notre exemple, toutes les règles de toutes les chaînes de la table sont supprimées. Avec la règle suivante, il s'agit d'une ré-initialisation typique du filtrage.
  • iptables -t filter -X
    L'option -X (ou --delete-chain) permet de supprimer une chaîne utilisateur dans une table.
    Si la chaîne n'est pas précisée, comme dans notre exemple, toutes les chaînes utilisateurs de la tables sont supprimées. Avec la règle précédente, il s'agit d'une ré-initialisation typique du filtrage.


  • Notion de politique par défaut :
    Les chaînes standard (INPUT, OUTPUT et FORWARD pour le filtrage) disposent d'une politique par défaut. Lorsqu'une chaîne standard est parcourue et qu'aucune règle ne permet d'accepter ou de refuser le paquet la politique par défaut de la chaîne est appliquée.
  • Notion de cible :
    Parmi les cibles les plus communes, nous citons ACCEPT pour accepter les paquets, DROP pour rejeter les paquets sans prévenir l'émetteur et REJECT pour rejeter les paquets en indiquant une raison à l'émetteur. Il y a d'autres possibilités, comme la cible RETURN qui provoque le retour à la chaîne appelante. Nous en verrons des exemples plus loin.


  • iptables -t filter -P INPUT ACCEPT
    Application de la cible ACCEPT comme politique par défaut (option -P ou --policy) sur la chaîne INPUT de la table filter.
  • iptables -t filter -P FORWARD ACCEPT
    Application de la cible ACCEPT comme politique par défaut (option -P ou --policy) sur la chaîne FORWARD de la table filter.
  • iptables -t filter -P OUTPUT ACCEPT
    Application de la cible ACCEPT comme politique par défaut (option -P ou --policy) sur la chaîne OUPUT de la table filter.


  • Notion d'état :
    Du point de vue de Netfilter NEW, ESTABLISHED et RELATED sont les états possibles pour une connexion. Il existe aussi un état INVALID. Le terme connexion est valable pour le protocole TCP, mais de façon générale (protocole UDP et ICMP), il serait plus exact de parler d'un échange entre une source et une cible. La source étant représenté par son adresse IP et un port IP. La cible étant représenté par son adresse IP et un port IP.
    NEW, c'est quand un échange débute.
    ESTABLISHED concerne un échange qui se poursuit.
    RELATED, concerne un échange qui débute en relation avec un autre échange. Par exemple, le protocole FTP utilise deux connexions ("échanges"). L'une concerne les commandes et l'autre les données. Les commandes permettront, entre autre, d'indiquer quel port IP utiliser pour les données. Ainsi, la connexion pour les données est bien relative à la connexion pour les commandes.
    INVALID, en quelque sorte, c'est le contraire des 3 autres états.
    Nous reparlerons de tout cela un peu plus loin.


  • iptables -t filter -A INPUT -m state --state ESTABLISHED,RELATED -j ACCEPT
    L'option -A (ou --append) permet d'ajouter une règle à la fin d'une chaîne. Dans ce cas, il s'agit de la chaîne INPUT. L'option -m (ou --match) permet de charger un module de correspondance, ici il s'agit du module state qui permet de faire une correspondance avec l'état de l'échange. Dans notre cas, ESTABLISHED ou RELATED. L'option -j (ou --jump) permet d'aller vers une cible, dans cette règle la cible est ACCEPT.
    Cette règle permet d'accepter les échanges déjà établis ou relatif à un échange déjà établis, en entrée de notre machine.


  • iptables -t filter -A INPUT -p icmp -j ACCEPT
    La nouveauté, c'est l'option -p (ou --protocol) qui permet de reconnaître un protocole, comme icmp pour notre cas.
    Cette règle permet d'accepter les paquets icmp en entrée de notre machine (ping et traceroute ça vous dit quelque chose ?).


  • iptables -t filter -A INPUT -i lo -j ACCEPT
    Ici, la nouveauté, c'est l'option -i (ou --in-interface) pour préciser une interface en entrée. Et présentement, il s'agit de l'interface local (lo) ou loopback. Cette règle permet d'accepter tous les paquets en entrée sur l'interface de loopback. Il s'agit d'une interface qui permet aux composants logiciels d'une même machine de communiquer entre eux.


  • iptables -t filter -A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport 22 -j ACCEPT
    Une correspondance est faite avec l'état NEW (-m state --state NEW).
    L'option -m tcp, nous permet d'appeler le module qui traite du protocole tcp et de préciser un port IP de destination 22 (--dport 22).
    Cette règle permet donc d'accepter les nouveaux échanges sur le port 22 en TCP, en entrée de notre machine. Il s'agit des connexions SSH (port 22) entrantes.


  • iptables -t filter -A INPUT -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited. La cible REJECT est associée à une option --reject-with icmp-host-prohibited. Cette règle va donc rejeter avec un paquet "icmp host prohibited" les paquets qui atteindront cette règle en entrée de notre machine.


  • iptables -t filter -A FORWARD -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited. Cette règle est équivalente à la précédente mais pour les paquets qui étaient destinés à traverser notre machine.


  • /sbin/iptables-save > /etc/sysconfig/iptables. Là, il s'agit simplement de sauvegarder les règles.


  • Résumons nos explications
1 iptables -t filter -P INPUT   ACCEPT
2 iptables -t filter -P FORWARD ACCEPT
3 iptables -t filter -P OUTPUT  ACCEPT

4 iptables -t filter -A INPUT -m state --state ESTABLISHED,RELATED -j ACCEPT
5 iptables -t filter -A INPUT -p icmp -j ACCEPT
6 iptables -t filter -A INPUT -i lo -j ACCEPT
7 iptables -t filter -A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport 22 -j ACCEPT

8 iptables -t filter -A INPUT -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited
9 iptables -t filter -A FORWARD -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited

En 1 et 8, les paquets qui entrent sur notre machine sont acceptés par défaut (1), mais en fait ils seront rejetés (8) avant d'être traité par défaut ...
Avant d'en arriver là, d'autre règles (4, 5, 6 et 7) vont permettre d'accepter certains paquets.
En 2 et 9, les paquets qui traversent notre machine sont acceptés par défaut (2), mais en fait ils sont rejetés (9) avant d'être traité par défaut ...
En 3, toutes les communications sortantes sont acceptées sans restriction. C'est la seule règle qui concerne les paquets sortants.
En 4, les échanges déjà établis ou relatifs à un échange déjà établi sont acceptés.
En 5, les requêtes icmp sont acceptées.
En 6, les échanges locaux sont acceptés.
En 7, les connexions SSH entrantes sont acceptées. 22 est le port IP du service ssh. Nous aurions pu aussi indiquer directement le nom du service (ssh) tel qu'indiqué dans le fichier /etc/services.


  • Prenons, quelques conclusions hâtives, de manière candide :
    i) Nous avons l'air de pouvoir établir tout type d'échange vers l'extérieur.
    ii) Nous acceptons les connexions ssh, ainsi que les requêtes icmp comme les ping.
    iii) Et nous pensons être bien sécurisé.

Nous allons voir, dans la suite de ce tutoriel, que le i et le iii ne sont pas complètement exacts. Et nous verrons comment améliorer la situation. Mais avant ceci, nous avons besoin d'introduire d'autres éléments.

6 Rappel (ou introduction) de notions essentielles

Avant de poursuivre, nous allons présenter un certain nombre de notions essentielles pour bien comprendre la suite du tutoriel

6.1 L'adressage

Commençons par un dessin :
Iptables-adressage.png
Nous avons représenté un client ssh qui se connecte à un serveur ssh.

  • Le serveur ssh se trouve sur une machine d'adresse ip 192.168.11.31.

Le serveur ssh écoute sur le port ip 22.

  • Le client ssh se trouve sur une machine d'adresse ip 192.168.11.2.

Le port ip 51582 a été attribué au client ssh.
Le port ip 51582 restera attribué à ce client ssh, sur la machine 192.168.11.2 jusqu'à la fin des échanges pour cette connexion.

  • L'adresse et le port ip du client ssh, sont l'adresse et le port ip source.
  • L'adresse et le port ip du serveur ssh, sont l'adresse et le port ip destination.
  • Le port ip 22 (ssh), fait parti des ports ip dit "ports reconnus" (Well Known Ports), de 0 à 1023.
  • Il y aussi les ports enregistrés (Registered Ports), de 1024 à 49151.
  • Et les ports dynamiques et/ou privés (Dynamic and/or Private Ports), de 49152 à 65535.

Vous pouvez voir les ports reconnus et les ports enregistrés dans le fichier /etc/services.

  • Voilà, grosso-modo, le mécanisme d'adressage résumé pour ses points essentiels, avec pour exemple une connexion ssh. Nous n'aurons pas besoin d'en savoir plus sur ce sujet.

6.2 Connexion TCP - cas général

  • TCP est un protocole en mode connecté.
    C'est à dire qu'avant tout échange de données applicatives, le client demande une connexion à un serveur et le serveur accepte (ou refuse) la connexion.


  • Une fois connecté les possibilités d'échanges sont multiples :
    - Le client peut envoyer une requête et attendre la réponse, puis se déconnecter ou être déconnecté par le serveur.
    - Le client peut envoyer une requête, attendre la réponse et recommencer.
    - Le client peut envoyer plusieurs requêtes avant d'attendre les réponses, et recommencer ou pas.
    - Ce pourrait aussi être le serveur qui envoi des requêtes et le client qui répond.
    Finalement, le seul point formalisé et obligatoire c'est la connexion d'un client à un serveur. En fait, il y a aussi la déconnexion.


  • Comment se passe une connexion TCP ?
    - Un port TCP local est attaché au client, ainsi que l'adresse IP locale de l'interface réseau utilisée.
    - Le client demande une connexion à une adresse IP distante et un port IP distant.
    Il s'ensuit ce que l'on appelle : "the three-way handshake" ou "la poignet de main en trois messages" qui est déroulé :
    - La machine cliente génère une trame TCP/IP avec l'indicateur SYN (synchronisation) positionné.
    - La machine serveur répond avec une trame TCP/IP avec l'indicateur ACK (acknowledgement pour accusé de réception) positionné pour acquitter la trame SYN et l'indicateur SYN positionné.
    - Le client acquitte lui aussi l'indicateur SYN du serveur avec une trame TCP/IP avec l'indicateur ACK positionné.

    Ensuite les échanges de données applicatives peuvent avoir lieu.


  • L'établissement d'une connexion TCP schématisée :
Client / Server
   SYN > 
       < ACK + SYN
   ACK >
   ...
   Échanges de données
   ...


  • Comment se passe une déconnexion TCP ?
    - L'un des partenaires de la connexion, envoi une trame TCP/IP avec l'indicateur FIN positionné.
    - L'autre partenaire répond avec une trame TCP/IP avec l'indicateur ACK positionné.
    - Quand l'autre partenaire est prêt à terminer la connexion, il envoie une trame TCP/IP avec l'indicateur FIN positionné.
    - Cette trame est elle aussi répondue avec une trame TCP/IP avec l'indicateur ACK positionné.

    Si vous avez bien suivi, vous avez compris qu'un des partenaires peut demander la déconnexion, mais que l'autre peut continuer à envoyer des données jusqu'à ce qu'il décide lui aussi de demander la déconnexion.


  • La fin d'une connexion TCP schématisée :
   ...
   Échanges de données
   ...
   FIN > 
       < ACK + FIN
   ACK >

ou
   ...
   Échanges de données
   ...
   FIN > 
       < ACK
       < envoi de données
       < FIN
   ACK >

6.3 Connexion TCP - cas du ftp

  • Le protocole ftp nécessite deux connexions. L'une pour échanger des commandes. L'autre pour échanger les données à transférer. De plus, il existe le ftp actif et le ftp passif.
  • L'établissement d'une connexion TCP pour les commandes ftp vers le port 21 (ftp) est classique :
Client / Server
   SYN (port ip cible 21) > 
                          < ACK + SYN
                      ACK >
                         ...
           changes des commandes et réponses
                         ...
  • Dans le cas du ftp actif, le client va envoyer au serveur une commande port avec le port à utiliser pour l'établissement d'une connexion pour le transfert des données. Le serveur va alors se connecter vers le client sur le port indiqué par la commande port (3333 dans l'exemple ci-dessous). Le port source pour l'échange des données sera la port 20 (ftp-data) :
Client / Server - échange des commandes
   SYN (port ip cible 21) > 
                          < ACK + SYN
                      ACK >
                         ...
                port 3333 >
                         ...

Client / Server - échange des données
                          < SYN (port ip cible 3333, port ip source 20)
                ACK + SYN >
                          < ACK
                         ...
               transfert des données
                         ...
  • Dans le cas du ftp passif, c'est le serveur qui va envoyer au client une commande port avec le port à utiliser pour l'établissement d'une connexion pour le transfert des données. Le client va alors se connecter vers le serveur sur le port indiqué par la commande port (3333 dans l'exemple ci-dessous). Le port source pour l'échange des données n'est pas spécifique :
Client / Server - échange des commandes
   SYN (port ip cible 21) > 
                          < ACK + SYN
                      ACK >
                         ...
                          < port 3333
                         ...

Client / Server - échange des données
  SYN (port ip cible 3333,
       port ip source x)  >
                          < ACK + SYN
                      ACK >
                         ...
               transfert des données
                         ...

6.4 Échanges UDP

  • UDP est un protocole en mode non connecté.
    Quand une application source veut envoyer des données en UDP elle les envoie directement à la cible.
    Le protocole en lui même n'implique pas d'acquittement réseau ou même de réponse de l'application cible.


  • C'est un protocole très simple, "très libre" ;-)
    Les messages peuvent être unidirectionnels, ou bi-directionnels. Cela concerne le niveau application.


  • L'adressage comporte toujours une adresse et un port cible, ainsi qu'une adresse et un port source.

6.5 Échanges ICMP

  • Le protocole ICMP permet, principalement, des remontées d'erreurs ou d'informations de gestion.
    Pour les erreurs, c'est par exemple, le message "Hôte inconnu" si vous vous trompez d'adresse IP pour vous connecter sur un serveur.
    Pour les informations de gestion, c'est par exemple, un routeur qui indique qu'il va être saturé. Ce type de messages icmp est donc relatif à un autre échange.


  • Le protocole ICMP permet aussi de la mise en place d'échange avec une requête et une réponse, comme la commande ping qui utilise le message ICMP "écho" et le message ICMP "réponse écho" (cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Ping_(logiciel)). Ce type d'échange n'est donc pas relatif à un autre échange.


  • Du point de vue de netfilter / iptables et du suivi de connexion, ce qui est important de retenir c'est qu'il y a des messages icmp relatif à un autre échange et des échanges purement icmp avec une requête et une réponse.

7 Comment vérifier mes règles ?

7.1 Le shell

Que vient faire le shell dans cette histoire ?
Ce n'est pas tellement pour vérifier les règles, mais plutôt pour aider à corriger une erreur de syntaxe.
Si vous faites des erreurs dans l'écriture de vos règles iptables, vous allez vous retrouver avec des messages d'erreurs comme ci-dessous :

# sh /root/iptables.new
iptables v1.4.1.1: invalid port/service `sshh' specified
Try `iptables -h' or 'iptables --help' for more information.
iptables : Sauvegarde des règles du pare-feu dans /etc/sysc[  OK  ]tables :

Donc, vous savez qu'une des lignes de votre script comporte une erreur. Oui, mais quelle ligne ?

Il suffit de lancer le script de cette manière (avec l'option -x) :

# sh -x /root/iptables.new
sh -x iptables.orig.new
+ iptables -t filter -F
+ iptables -t filter -X
+ iptables -t filter -P INPUT ACCEPT
+ iptables -t filter -P FORWARD ACCEPT
+ iptables -t filter -P OUTPUT ACCEPT
+ iptables -t filter -A INPUT -m state --state ESTABLISHED,RELATED -j ACCEPT
+ iptables -t filter -A INPUT -p icmp -j ACCEPT
+ iptables -t filter -A INPUT -i lo -j ACCEPT
+ iptables -t filter -A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport sshh -j ACCEPT
iptables v1.4.1.1: invalid port/service `sshh' specified
Try `iptables -h' or 'iptables --help' for more information.
+ iptables -t filter -A INPUT -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited
+ iptables -t filter -A FORWARD -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited
+ service iptables save
iptables : Sauvegarde des règles du pare-feu dans /etc/sysc[  OK  ]tables :

Ainsi, chaque ligne exécutée apparaîtra, éventuellement suivi de l'erreur renvoyée par iptables. Ce qui permettra de situer précisément la ligne fautive.
Dans l'exemple ci-dessus, nous avons voulu remplacer 22 par son nom de service ssh, mais nous avons indiqués sshh par erreur.
Il est vrai que dans notre cas l'erreur était facile à situer, mais dans un script plus long ...

Notez bien, que vous pouvez indiquer les ports IP par leur numéro ou par leur nom de service. Ces derniers sont référencés dans le fichier /etc/services. Oui je sais, je l'ai déjà dit. Mais c'est pour le fond de la classe.

7.2 Commande iptables

La commande iptables, avec quelques paramètres bien choisis, peut nous permettre de voir par où passe et par où ne passe pas les paquets.

Nous allons tester une connexion ssh entrante.

Pour cela, nous allons tout d'abord mettre à zéro (option -Z ou --zero) les compteurs associés aux règles de filtrage sur la machine cible :

[root@localhost ~]# iptables -t filter -Z

Sur une autre machine, nous lançons une connexion ssh :

[philippe@f10-i386 ~]$ ssh 192.168.11.31
philippe@192.168.11.31's password: 
Last login: Fri May  8 16:18:19 2009

Nous vérifions que nous sommes bien sur notre machine cible :

[philippe@localhost ~]$ ifconfig eth0
eth0      Link encap:Ethernet  HWaddr 08:00:27:72:6E:65  
          inet adr:192.168.11.31  Bcast:192.168.11.255  Masque:255.255.255.0
          adr inet6: fe80::a00:27ff:fe72:6e65/64 Scope:Lien
          UP BROADCAST RUNNING MULTICAST  MTU:1500  Metric:1
          RX packets:126 errors:0 dropped:0 overruns:0 frame:0
          TX packets:145 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0
          collisions:0 lg file transmission:1000 
          RX bytes:14144 (13.8 KiB)  TX bytes:17805 (17.3 KiB)
          Interruption:11 Adresse de base:0xc020 

Puis nous demandons une sorties "verbeuse" (option -v ou --verbose) en listant (option -L ou --list) les règles de filtrage sur notre machine cible :

[root@localhost ~]# iptables -v -L
Chain INPUT (policy ACCEPT 0 packets, 0 bytes)
 pkts bytes target     prot opt in     out     source               destination         
   52  5224 ACCEPT     all  --  any    any     anywhere             anywhere            state RELATED,ESTABLISHED 
    0     0 ACCEPT     icmp --  any    any     anywhere             anywhere            
    0     0 ACCEPT     all  --  lo     any     anywhere             anywhere            
    1    60 ACCEPT     tcp  --  any    any     anywhere             anywhere            state NEW tcp dpt:ssh 
    0     0 REJECT     all  --  any    any     anywhere             anywhere            reject-with icmp-host-prohibited 

Chain FORWARD (policy ACCEPT 0 packets, 0 bytes)
 pkts bytes target     prot opt in     out     source               destination         
    0     0 REJECT     all  --  any    any     anywhere             anywhere            reject-with icmp-host-prohibited 

Chain OUTPUT (policy ACCEPT 42 packets, 6048 bytes)
 pkts bytes target     prot opt in     out     source               destination    

Ainsi, nous avons accès à des compteurs d'octets et de paquets. Nous constatons que 52 paquets ont été comptabilisés sur la règle qui accepte les paquets d'un échange établis ou relatif à un échange établi, et 1 paquet sur la règle qui accepte les connexions ssh entrantes. Tout va bien.

Cette façon de procéder peut apporter une aide rapide pour les cas simples. Éventuellement, ce peux être une aide pour essayer de cibler où il y a un problème. C'est une première approche.

7.3 Log iptables

En cas de problème une solution efficace est de mettre des logs sur ce que l'on veut surveiller.
Mais comment fait-on une log avec iptables ?

7.3.1 Un exemple : surveillance des connexions ssh

Si je veux surveiller les connexions ssh, je vais ajouter la règles ci-dessous :

iptables -t filter -A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport ssh -j LOG --log-prefix "IPT-IN-CNX-SSH "

Règle, qui ressemble étrangement à celle qui nous permet d'accepter les connexions ssh entrantes :

iptables -t filter -A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport ssh -j ACCEPT

La seule différence concerne la cible ACCEPT que nous avons remplacés par une cible LOG, avec un prefix "IPT-IN-CNX-SSH ". L'espace final est important, il permettra de séparer le préfixe d'autres informations.
La cible LOG effectue son travail, puis redonne la main à la suite du traitement de mise en correspondance. La règle de log devra donc précéder la règle de filtrage, comme ceci :

iptables -t filter -A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport ssh -j LOG --log-prefix "IPT-IN-CNX-SSH "
iptables -t filter -A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport ssh -j ACCEPT

Le résultat sera visible dans le fichier /var/log/messages, et donnera ceci :

May  2 18:22:32 localhost kernel: IPT-IN-CNX-SSH IN=eth0 OUT= MAC=08:00:27:72:6e:65:ba:dc:cc:60:54:79:08:00 SRC=192.168.11.1 DST=192.168.11.31 LEN=60 TOS=0x00 PREC=0x00 TTL=64 ID=24744 DF PROTO=TCP SPT=49219 DPT=22 WINDOW=5840 RES=0x00 SYN URGP=0

Nous pouvons observer, entres autres :
- le préfixe "IPT-IN-CNX-SSH " avec l'espace séparateur,
- l'interface d'entrée IN=eth0,
- l'adresse source SRC=192.168.11.1,
- l'adresse cible DST=192.168.11.31,
- le protocole PROTO=TCP,
- le port source SPT=49219,
- le port cible DPT=22 (port ssh),
- l'indicateur SYN.

7.3.2 Un autre exemple : on surveille tout

Ci-dessous, une nouvelle version de notre script avec des log partout, ou presque :

   iptables -t filter -F
   iptables -t filter -X

   iptables -t filter -P INPUT   ACCEPT
   iptables -t filter -P FORWARD ACCEPT
   iptables -t filter -P OUTPUT  ACCEPT

 1 iptables -t filter -A INPUT -i lo -j ACCEPT
 2 #iptables -t filter -A INPUT -j LOG --log-prefix "IPT-IN "
 3 iptables -t filter -A INPUT -m state --state ESTABLISHED -j LOG --log-prefix "IPT-IN-EST "
 4 iptables -t filter -A INPUT -m state --state RELATED -j LOG --log-prefix "IPT-IN-REL "
   iptables -t filter -A INPUT -m state --state ESTABLISHED,RELATED -j ACCEPT
 5 iptables -t filter -A INPUT -p icmp -j LOG --log-prefix "IPT-IN-ICMP "
   iptables -t filter -A INPUT -p icmp -j ACCEPT
 6 #iptables -t filter -A INPUT -i lo -j ACCEPT

 7 iptables -t filter -A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport ssh -j LOG --log-prefix "IPT-IN-CNX-SSH "
   iptables -t filter -A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport ssh -j ACCEPT

 8 iptables -t filter -A OUTPUT -j LOG --log-prefix "IPT-OUT-ACPT "
 9 iptables -t filter -A INPUT -j LOG --log-prefix "IPT-IN-REJ "
   iptables -t filter -A INPUT -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited
   iptables -t filter -A FORWARD -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited
 
/sbin/iptables-save > /etc/sysconfig/iptables

Ce que j'essaye de faire c'est de vous donner quelques idées pour essayer de comprendre ce qu'il se passe en cas de problème. Je vais commenter les lignes que j'ai préfixée d'un numéro.

1 J'ai ajouté la ligne 1, en remplacement de la ligne 6. Ceci pour que le trafic sur l'interface local ne nous perturbe pas dans les traces ci-dessous.
2 Je l'ai laissé en commentaire, mais cette ligne peut vous permettre de voir tout le trafic qui rentre sur votre machine. Des fois, il arrive que l'on n'arrive pas à voir par où passe un paquet et on fini par douter qu'il arrive jusqu'à la machine. C'est un moyen de vérifier.
3 Cette ligne permet de voir tout les paquets entrants qui seront acceptés car faisant parti d'un échange déjà établi.
4 Cette ligne permet de voir tout les paquets entrants qui seront acceptés car relatif à un échange déjà établi.
5 Là, nous allons tracer les paquets entrants de type icmp qui débute un nouvel échange.
6 Cette ligne a été remplacée en 1.
7 Ici, nous traçons les connexions ssh.
8 Nous traçons tout les paquets sortants de la machine.
9 Et là, nous traçons tout les paquets entrants qui vont être rejetés.

Au fait, pour prendre en compte de nouvelles règles, n'oubliez pas : sh /root/iptables.new.

7.3.3 Trace d'une connexion ssh

Ci-dessous, nous avons effectués une connexion ssh, à partir d'une autre machine. Nous avons vérifié que nous étions bien sur la bonne machine avec la commande ifconfig, puis nous nous sommes déconnectés :

[philippe@f10-i386 ~]$ ssh 192.168.11.31
philippe@192.168.11.31's password:
Last login: Thu May  7 22:57:22 2009 from 192.168.11.1
[philippe@localhost ~]$ /sbin/ifconfig eth0
eth0      Link encap:Ethernet  HWaddr 08:00:27:72:6E:65
          inet adr:192.168.11.31  Bcast:192.168.11.255  Masque:255.255.255.0
          adr inet6: fe80::a00:27ff:fe72:6e65/64 Scope:Lien
          UP BROADCAST RUNNING MULTICAST  MTU:1500  Metric:1
          RX packets:9433 errors:0 dropped:0 overruns:0 frame:0
          TX packets:5568 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0
          collisions:0 lg file transmission:1000
          RX bytes:13737472 (13.1 MiB)  TX bytes:397540 (388.2 KiB)
          Interruption:11 Adresse de base:0xc020 

[philippe@localhost ~]$ exit
logout

Connection to 192.168.11.31 closed.

Cette fois-ci, nous obtenons une trace de tout les échanges dans le fichier /var/log/messages :

1 May  7 23:02:08 localhost kernel: IPT-IN-CNX-SSH IN=eth0 OUT= MAC=08:00:27:72:6e:65:be:5b:7c:e7:bd:4c:08:00 SRC=192.168.11.1 DST=192.168.11.31 LEN=60 TOS=0x00 PREC=0x00 TTL=64 ID=20848 DF PROTO=TCP SPT=51582 DPT=22 WINDOW=5840 RES=0x00 SYN URGP=0
2 May  7 23:02:08 localhost kernel: IPT-OUT-ACPT IN= OUT=eth0 SRC=192.168.11.31 DST=192.168.11.1 LEN=60 TOS=0x00 PREC=0x00 TTL=64 ID=0 DF PROTO=TCP SPT=22 DPT=51582 WINDOW=5792 RES=0x00 ACK SYN URGP=0
3 May  7 23:02:08 localhost kernel: IPT-IN-EST IN=eth0 OUT= MAC=08:00:27:72:6e:65:be:5b:7c:e7:bd:4c:08:00 SRC=192.168.11.1 DST=192.168.11.31 LEN=52 TOS=0x00 PREC=0x00 TTL=64 ID=20849 DF PROTO=TCP SPT=51582 DPT=22 WINDOW=92 RES=0x00 ACK URGP=0
4 May  7 23:02:08 localhost kernel: IPT-OUT-ACPT IN= OUT=eth0 SRC=192.168.11.31 DST=192.168.11.1 LEN=73 TOS=0x00 PREC=0x00 TTL=64 ID=26176 DF PROTO=TCP SPT=22 DPT=51582 WINDOW=181 RES=0x00 ACK PSH URGP=0
5 May  7 23:02:08 localhost kernel: IPT-IN-EST IN=eth0 OUT= MAC=08:00:27:72:6e:65:be:5b:7c:e7:bd:4c:08:00 SRC=192.168.11.1 DST=192.168.11.31 LEN=52 TOS=0x00 PREC=0x00 TTL=64 ID=20850 DF PROTO=TCP SPT=51582 DPT=22 WINDOW=92 RES=0x00 ACK URGP=0
6 May  7 23:02:08 localhost kernel: IPT-IN-EST IN=eth0 OUT= MAC=08:00:27:72:6e:65:be:5b:7c:e7:bd:4c:08:00 SRC=192.168.11.1 DST=192.168.11.31 LEN=73 TOS=0x00 PREC=0x00 TTL=64 ID=20851 DF PROTO=TCP SPT=51582 DPT=22 WINDOW=92 RES=0x00 ACK PSH URGP=0
7 May  7 23:02:08 localhost kernel: IPT-OUT-ACPT IN= OUT=eth0 SRC=192.168.11.31 DST=192.168.11.1 LEN=52 TOS=0x00 PREC=0x00 TTL=64 ID=26177 DF PROTO=TCP SPT=22 DPT=51582 WINDOW=181 RES=0x00 ACK URGP=0
...

1 Le commentaire IPT-IN-CNX-SSH nous permet de reconnaître une connexion ssh entrante qui débute un échange dans l'état NEW. Le port ip de destination (DPT=) est bien le 22. Le port ip source (SPT=) est le 51582. Les adresses sources (SRC=) et destination (DST=), avec les ports ip et le protocole (PROTO=) nous permettrons de faire le lien entre les différents messages. L'indicateur SYN, indique bien une connexion tcp qui débute.
2 Le commentaire IPT-OUT-ACPT correspond à un message sortant. Le protocole, les adresses et les ports source et destination nous permettent d'associer ce message aux échanges de notre connexion ssh. Ce message est l'acceptation de la connexion. Ceci est se déduit des indicateurs ACK et SYN.
3 Le commentaire IPT-IN-EST correspond de nouveau à un message entrant, mais qui fait partie d'un échange établi. L'indicateur ACK précise un message d'acquittement.
4, 7 ... Les paquets sortants sont tous acceptés.
5, 6 ... Les paquets entrants suivants sont bien reconnus comme faisant parti d'un échange en cours.

8 Le suivi de connexion

  • Un pare-feu fait du suivi de connexion quand il peut tenir compte de l'enchaînement logique des différents échanges, entre une source et une cible, pour effectuer du filtrage.
    C'est bien sûr le cas de netfilter / iptables qui dispose d'un module de suivi de connexion.
  • Il faut comprendre le suivi de connexion, comme le suivi d'échanges initié par une source vers une cible.
    Le quadruplet (adresse IP du client, port IP du client, adresse IP du serveur, port IP du serveur) va ainsi permettre au module de suivi de connexion d'identifier une connexion (ou échange de données) quelque soit le protocole.
  • Tout échange débuté par un client (source) sera vu en état NEW par le module de suivi de connexion de netfilter / iptables.
    Tout échange répondu par un serveur (cible) sera vu en état ESTABLISHED par le module de suivi de connexion de netfilter / iptables.
  • Certains protocoles nécessitent un état supplémentaire, l'état RELATED. Cette état indique qu'une connexion est relative à un autre échange de données déjà en cours. L'exemple classique est le protocole ftp qui, comme nous l'avons vu en Parefeu_-_firewall_-_netfilter_-_iptables#Connexion_TCP_-_cas_du_ftp, utilise deux types de connexions. Une première connexion pour les échanges de commandes et d'autres connexions pour les transferts de données. Les connexions pour les transferts de données sont relatives à la connexion pour les échanges de commandes. C'est la commande port qui permet de définir sur quel port cible va se faire un transfert de données.
  • Pour nous aider à bien comprendre le suivi de connexion avec netfilter / iptables, nous allons installer un outil qui permet de visualiser le contenu d'une table maintenue par le module de suivi de connexion. Pour l'installer, il faut exécuter la commande ci-dessous :
yum install conntrack-tools

8.1 Suivi de connexion et TCP

La notion de connexion est évidente pour le protocole TCP puisqu'il s'agit d'un protocole en mode connecté, initié par un client vers un serveur.

Pour rappel les échanges SYN, ACK+SYN et SYN de la connexion (cf. Parefeu_-_firewall_-_netfilter_-_iptables#Connexion_TCP).

8.1.1 Suivi de connexion et TCP - Une connexion qui va bien

Utilisons l'outil conntrack pour suivre une connexion ssh (man conntrack pour en savoir plus).

Sur la machine cible de cette connexion ssh, nous lançons conntrack avec la commande conntrack -E -p TCP en tant que root, avec -E (--event) pour afficher les événements en temps réel, -p TCP (--proto TCP) pour filtrer sur le protocol tcp).

InProgress tip.png Attention !
J'ai constaté un petit bug avec la commande : conntrack -E -p TCP. Cette dernière doit afficher des informations au fur et à mesure des échanges réseau. Mais elle ne le fait pas.
Il faut faire une première fois la commande : conntrack -L, ce qui permet obtenir le contenu actuel de la table du suivi de connexions. Ensuite la commande conntrack -E -p TCP fonctionnera !


Ci-dessous, la connexion ssh effectuée à partir de la machine source. Nous avons vérifié que nous étions bien sur la bonne machine avec la commande ifconfig, puis nous nous sommes déconnectés :

[philippe@f11-x86-64 ~]$ ssh 192.168.0.13
philippe@192.168.0.13's password: 
Last login: Sat Nov  7 13:07:01 2009
[philippe@localhost ~]$ /sbin/ifconfig eth0
eth0      Link encap:Ethernet  HWaddr 08:00:27:72:6E:65  
          inet adr:192.168.0.13  Bcast:192.168.0.255  Masque:255.255.255.0
          adr inet6: fe80::a00:27ff:fe72:6e65/64 Scope:Lien
          UP BROADCAST RUNNING MULTICAST  MTU:1500  Metric:1
          RX packets:4094 errors:0 dropped:0 overruns:0 frame:0
          TX packets:2451 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0
          collisions:0 lg file transmission:1000 
          RX bytes:5222379 (4.9 MiB)  TX bytes:205795 (200.9 KiB)
          Interruption:11 Adresse de base:0xd020 

[philippe@localhost ~]$ exit
logout
Connection to 192.168.0.13 closed.
[philippe@f11-x86-64 ~]$ 

Et sur la machine cible, le résultat obtenu avec la commande conntrack:

 [root@localhost ~]# conntrack -E -p TCP
1    [NEW] tcp      6 120 SYN_SENT src=192.168.0.10 dst=192.168.0.13 sport=57625 dport=22 [UNREPLIED] src=192.168.0.13 dst=192.168.0.10 sport=22 dport=57625
2 [UPDATE] tcp      6 60 SYN_RECV src=192.168.0.10 dst=192.168.0.13 sport=57625 dport=22 src=192.168.0.13 dst=192.168.0.10 sport=22 dport=57625
3 [UPDATE] tcp      6 432000 ESTABLISHED src=192.168.0.10 dst=192.168.0.13 sport=57625 dport=22 src=192.168.0.13 dst=192.168.0.10 sport=22 dport=57625 [ASSURED]
4 [UPDATE] tcp      6 120 FIN_WAIT src=192.168.0.10 dst=192.168.0.13 sport=57625 dport=22 src=192.168.0.13 dst=192.168.0.10 sport=22 dport=57625 [ASSURED]
5 [UPDATE] tcp      6 30 LAST_ACK src=192.168.0.10 dst=192.168.0.13 sport=57625 dport=22 src=192.168.0.13 dst=192.168.0.10 sport=22 dport=57625 [ASSURED]
6 [UPDATE] tcp      6 120 TIME_WAIT src=192.168.0.10 dst=192.168.0.13 sport=57625 dport=22 src=192.168.0.13 dst=192.168.0.10 sport=22 dport=57625 [ASSURED]
7[DESTROY] tcp      6 src=192.168.0.10 dst=192.168.0.13 sport=57625 dport=22 packets=89 bytes=7505 src=192.168.0.13 dst=192.168.0.10 sport=22 dport=57625 packets=69 bytes=9209 [ASSURED]
 ^Cconntrack v0.9.8 (conntrack-tools): 7 flow events has been shown.
 [root@localhost ~]# 


Pour bien comprendre le suivi d'une connexion TCP, il faut avoir connaissance des états possibles dans la table de suivie des connexions (cf. juste en dessous) ainsi que les indicateurs utilisés dans les échanges pour établir et terminer une connexion TCP (cf. Parefeu_-_firewall_-_netfilter_-_iptables#Connexion_TCP). Ci-dessous sont listés les états possibles dans le suivi de connexion. Il faut bien comprendre que ces états sont valables pour les deux extrémités (source et cible, ie. client et serveur) :

  • SYN_SENT  : un message avec seulement l'indicateur SYN a été vu (ie sans indicateur ACK). C'est le cas du premier message pour l'établissement d'une connexion TCP (source vers cible).
  • SYN_RECV  : un message avec les indicateurs SYN et ACK a été vu. C'est le deuxième message de l'établissement d'un connexion TCP (cible vers source).
  • ESTABLISHED : un message avec l'indicateur ACK a été vu. C'est le cas du troisième message de l'établissement d'une connexion TCP (source vers cible).
  • FIN_WAIT  : Un message avec l'indicateur FIN a été vu. C'est le cas du premier message de fermeture d'une connexion TCP.
  • CLOSE_WAIT  : Un message avec l'indicateur ACK a été vu, ceci après qu'un message avec l'indicateur FIN ait été vu. La fermeture d'une socket a été demandée à une extrémité et elle est acquittée. Mais la fermeture n'est pas encore demandée à l'autre extrémité.
  • LAST_ACK  : Un message avec l'indicateur FIN a été vu, ceci après qu'un message avec l'indicateur FIN ait déjà été vu. La fermeture d'une socket est demandée par la seconde extrémité.
  • TIME_WAIT  : Un message avec l'indicateur ACK a été vu, ceci après que les deux indicateurs FIN de chaque extrémité aient été vus.

Notez que le premier message avec l'indicateur FIN peut être acquitté avec un message qui contient les indicateurs ACK et FIN car la fermeture est effectuée immédiatement par l'autre extrémité. Dans ce cas, l'état CLOSE_WAIT n'apparait pas.

Note : mes explications sur les états du suivi de conntrack sont issues de la littérature Internet qui n'est pas très expressive sur ce sujet. Tout au plus, les valeurs avec un vague commentaire en anglais très certainement issue du code source. Par contre, j'ai fais des expérimentations qui me permettent d'affirmer ce que j'écris. Mais il peut-être des cas peu courants qui m'ont échappés.

Bon, maintenant nous pouvons comprendre le suivi de connexion vu du coté du serveur, pour notre connexion ssh :

  1. Une nouvelle entrée est créée dans la table de suivi des connexions (NEW) : un message a été reçu et ce message ne fait pas parti d'un échange déjà référencé (même adresse source et cible, même port source et cible).
    Le protocole tcp (tcp) est utilisé pour ce nouvel échange (le 6 correspond à tcp, cf. le fichier /etc/protocols pour l'ensemble des correspondances).
    Le temps de validité pour cette entrée est actuellement de 120 secondes (il est décrémenté régulièrement).
    Le message reçu avait l'indicateur SYN positionné (SYN_SENT) et il n'a pas encore été acquitté (UNREPLIED). C'est le début de la poignet de main en trois messages, un client a envoyé une demande de connexion TCP.
    L'adresse et le port source de la requête de connexion sont, respectivement, 192.168.0.10 (premier src) et 57625 (premier sport). L'adresse et le port cible de la requête de connexion sont, respectivement, 192.168.0.13 (premier dst) et 22 (premier dport).
    Bon, je n'en dis pas plus sur les adresses et ports sources et cibles, vous devriez y arriver maintenant. Et pour moi, ça va alléger les explications. Ouf !
  2. L'entrée est mise à jour (UPDATE). Le temps de validité est de 60 secondes. Un message avec les indicateurs ACK et SYN a été envoyé (SYN_RECV). L'indicateur ACK pour acquitter l'indicateur SYN reçu et SYN pour poursuivre la poignet de main en trois messages.
  3. L'entrée est mise à jour (UPDATE). Un temps de validité conséquent de 432000, soit 5 jours. Un message avec l'indicateur ACK a acquitté la fin de la poignet de main en trois messages, la connexion est établie (ESTABLISHED). Du trafic a été vu dans les deux sens (ASSURED).
  4. L'entrée est mise à jour (UPDATE). Le temps de validité passe à 120 secondes. Un message avec l'indicateur FIN a été émis (FIN_WAIT) pour la première fois. Dans notre cas c'est par le serveur sur exit de l'utilisateur..
  5. L'entrée est mise à jour (UPDATE). Le temps de validité passe à 30 secondes. Un message avec l'indicateur ACK et l'indicateur FIN a été émis (LAST_ACK). Le client a répondu acquitté la demande de déconnexion et a demandé aussi la déconnexion.
  6. L'entrée est mise à jour (UPDATE). Le temps de validité passe à 120 secondes. Un message avec l'indicateur ACK a été émis pour le dernier message avec l'indicateur FIN (TIME_WAIT). L'objet de cet état est de permettre que tout les échanges soient terminés, des messages pouvant encore être sur le réseau.
  7. L'entrée est détruite (DESTROY).

Pour information, les valeurs des temps de validités sont accessibles via la commande sysctl :

[root@f11-x86-64 ~]# sysctl -a | grep conntrack_tcp
net.netfilter.nf_conntrack_tcp_timeout_syn_sent = 120
net.netfilter.nf_conntrack_tcp_timeout_syn_recv = 60
net.netfilter.nf_conntrack_tcp_timeout_established = 432000
net.netfilter.nf_conntrack_tcp_timeout_fin_wait = 120
net.netfilter.nf_conntrack_tcp_timeout_close_wait = 60
net.netfilter.nf_conntrack_tcp_timeout_last_ack = 30
net.netfilter.nf_conntrack_tcp_timeout_time_wait = 120
net.netfilter.nf_conntrack_tcp_timeout_close = 10
net.netfilter.nf_conntrack_tcp_timeout_max_retrans = 300
net.netfilter.nf_conntrack_tcp_timeout_unacknowledged = 300
net.netfilter.nf_conntrack_tcp_loose = 1
net.netfilter.nf_conntrack_tcp_be_liberal = 0
net.netfilter.nf_conntrack_tcp_max_retrans = 3
8.1.2 Suivi de connexion et TCP - Une connexion qui n'en est pas une

Nous allons utiliser la commande hping3 (man hping3 pour en savoir plus, oui je vous ai déjà fais ce coup là ! Et alors ?).

Cette commande permet de jouer avec les protocoles IP.

Sur la cible, la commande conntrack -L -p TCP que vous connaissez déjà est lancée en tant que root.
Sur la source, la commande hping3 -c 1 -p 22 -A 192.168.0.13 est lancée en tant que root, avec -c (--count) pour exécuter une fois la commande, -p 22 (--destport 22) pour une connexion ssh, -A (--ack) pour positionner l'indicateur ack.


  • Le résultat de la commande hping3 sur la machine source :
[root@f11-x86-64 ~]# hping3 -c 1 -p 22 -A 192.168.0.13
HPING 192.168.0.13 (eth0 192.168.0.13): A set, 40 headers + 0 data bytes 

--- 192.168.0.13 hping statistic ---
1 packets tramitted, 0 packets received, 100% packet loss
round-trip min/avg/max = 0.0/0.0/0.0 ms

Il y a eu 1 message envoyé (1 packets tramitted) et pas de retour (0 packets received). Le non retour s'explique par quelques petites protections via mes règles iptables sur ma machine source.


  • Le résultat de la commande conntrack sur la machine cible :
  [root@localhost ~]# conntrack -E -p TCP
1     [NEW] tcp      6 432000 ESTABLISHED src=192.168.0.10 dst=192.168.0.13 sport=2472 dport=22 [UNREPLIED] src=192.168.0.13 dst=192.168.0.10 sport=22 dport=2472
2  [UPDATE] tcp      6 432000 CLOSE src=192.168.0.10 dst=192.168.0.13 sport=2472 dport=22 src=192.168.0.13 dst=192.168.0.10 sport=22 dport=2472
3 [DESTROY] tcp      6 src=192.168.0.10 dst=192.168.0.13 sport=2472 dport=22 packets=1 bytes=40 src=192.168.0.13 dst=192.168.0.10 sport=22 dport=2472 packets=1 bytes=40
  ^Cconntrack v0.9.8 (conntrack-tools): 3 flow events has been shown.

1 Une nouvelle entrée (NEW), directement créée dans l'état ESTABLISHED (ceci à cause de l'option -A de la commande hping3) mais en UNREPLIED car il n'y a pas eu de message dans les deux sens.
2 Une mise à jour de l'entrée (UPDATE) pour la passer dans l'état CLOSE.
3 Puis destruction de l'entrée (DESTROY).


  • Et en prime, un petit extrait du fichier /var/log/messages de la cible :
  [root@localhost ~]# tail -f /var/log/messages
1  Nov  8 16:52:59 localhost kernel: IPT-IN-CNX-SSH IN=eth0 OUT= MAC=08:00:27:72:6e:65:00:1b:fc:1d:4b:b8:08:00 SRC=192.168.0.10 DST=192.168.0.13 LEN=40 TOS=0x00 PREC=0x00 TTL=64 ID=2386 PROTO=TCP SPT=2472 DPT=22 WINDOW=512 RES=0x00 ACK URGP=0 
2  Nov  8 16:52:59 localhost kernel: IPT-OUT-ACPT IN= OUT=eth0 SRC=192.168.0.13 DST=192.168.0.10 LEN=40 TOS=0x00 PREC=0x00 TTL=64 ID=0 DF PROTO=TCP SPT=22 DPT=2472 WINDOW=0 RES=0x00 RST URGP=0 

1 Nous passons dans la règle iptables "iptables -t filter -A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport ssh -j ACCEPT" avec l'indicateur ACK positionné et sans indicateur SYN positionné !
2 Ouf, un message en sortie avec l'indicateur RST positionné.
Le reset est très certainement généré par la couche réseau de Linux, je ne sais pas en dire plus avec exactitude.


Mais, nous pouvons constater que nous avons bernés iptables ! Ou tout du moins, que l'état NEW pour iptables veut seulement dire que c'est un nouvel échange !
Est-de grave docteur ? Pas trop, il y a quand même eu un paquet reset.

Après enquête, il s'agirait d'une fonctionnalité.
Hein ?! Si, si.

Imaginons un serveur atteignable par deux chemins réseaux, dans un soucis de redondance. Chaque chemin réseau avec son firewall. Le chemin principal est en dysfonctionnement et, ouf, les échanges réseaux sont déroutés via le chemin de secours. Les échanges en cours vont pouvoir se poursuivent puisque que le pare-feu sur le chemin de secours ne va pas rejeter les échanges qui débutent (pour lui) sans indicateurs SYN. Et le serveur fera le tri de ce qui est une connexion propre de ce qui n'en est pas une.
Maintenant vous pouvez aussi me dire : oui mais moi je n'ai qu'une seule machine et j'aurais bien voulu qu'iptables ne prennent pas des vessies pour des lanternes ! Et le firewall du serveur va lui aussi se faire berner.

Soit, vous m'avez convaincu, nous allons modifier nos règles avec deux ajouts, pour obtenir le jeu de règles suivantes :

  iptables -t filter -F
  iptables -t filter -X

  iptables -t filter -P INPUT   ACCEPT
  iptables -t filter -P FORWARD ACCEPT
  iptables -t filter -P OUTPUT  ACCEPT

  iptables -t filter -A INPUT -i lo -j ACCEPT
  #iptables -t filter -A INPUT -j LOG --log-prefix "IPT-IN "
  iptables -t filter -A INPUT -m state --state ESTABLISHED -j LOG --log-prefix "IPT-IN-EST "
  iptables -t filter -A INPUT -m state --state RELATED -j LOG --log-prefix "IPT-IN-REL "
  iptables -t filter -A INPUT -m state --state ESTABLISHED,RELATED -j ACCEPT
  iptables -t filter -A INPUT -p icmp -j LOG --log-prefix "IPT-IN-ICMP "
  iptables -t filter -A INPUT -p icmp -j ACCEPT
  #iptables -t filter -A INPUT -i lo -j ACCEPT

1 iptables -t filter -A INPUT -p tcp ! --syn -m state --state NEW -j LOG --log-prefix "IPT-IN-DRP-NOT_SYN "
2 iptables -t filter -A INPUT -p tcp ! --syn -m state --state NEW -j DROP

  iptables -t filter -A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport ssh -j LOG --log-prefix "IPT-IN-CNX-SSH "
  iptables -t filter -A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport ssh -j ACCEPT

  iptables -t filter -A OUTPUT -j LOG --log-prefix "IPT-OUT-ACPT "
  iptables -t filter -A INPUT -j LOG --log-prefix "IPT-IN-REJ "
  iptables -t filter -A INPUT -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited
  iptables -t filter -A FORWARD -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited

1 Une petite trace.
2 On supprime tout les messages tcp entrant d'un échange qui débute (-m state --state NEW) sans indicateur syn (! -- syn).
Ca va mieux là ?

Bon faisons le point. Le suivi de connexion c'est bien. Le suivi de connexion avec la prise en compte des indicateurs ça peut être encore mieux. Nous verrons d'autres recettes plus loin.

8.1.3 Suivi de connexion et TCP - Une connexion ftp en mode passif

Utilisons l'outil conntrack pour suivre une connexion ftp en mode passif effectuée avec l'outil wget (man wget pour en savoir plus).

Sur la machine source de cette connexion ftp, nous lançons conntrack avec la commande conntrack -E -p TCP en tant que root, avec -E (--event) pour afficher les événements en temps réel, -p TCP (--proto TCP) pour filtrer sur le protocol tcp).

InProgress tip.png Attention !
J'ai constaté un petit bug avec la commande : conntrack -E -p TCP. Cette dernière doit afficher des informations au fur et à mesure des échanges réseau. Mais elle ne le fait pas.
Il faut faire une première fois la commande : conntrack -L, ce qui permet obtenir le contenu actuel de la table du suivi de connexions. Ensuite la commande conntrack -E -p TCP fonctionnera !


Ci-dessous, la connexion ftp effectuée à partir de la machine source :

  [root@f11-x86-64 sh]# wget --passive-ftp ftp://ftp.free.fr/mirrors/fedora.redhat.com/fedora/linux/releases/12/Fedora/x86_64/iso/Fedora-12-x86_64-CHECKSUM
  --2009-11-21 17:20:46--  ftp://ftp.free.fr/mirrors/fedora.redhat.com/fedora/linux/releases/12/Fedora/x86_64/iso/Fedora-12-x86_64-CHECKSUM
             => `Fedora-12-x86_64-CHECKSUM'
  Résolution de ftp.free.fr... 212.27.60.27, 2a01:e0c:1:1598::1
1 Connexion vers ftp.free.fr|212.27.60.27|:21...connecté.
  Ouverture de session en anonymous...Session établie!
  ==> SYST ... complété.    ==> PWD ... complété.
  ==> TYPE I ... complété.  ==> CWD /mirrors/fedora.redhat.com/fedora/linux/releases/12/Fedora/x86_64/iso ... complété.
  ==> SIZE Fedora-12-x86_64-CHECKSUM ... 1525
2 ==> PASV ... complété.    ==> RETR Fedora-12-x86_64-CHECKSUM ... complété.
  Longueur: 1525 (1,5K)
  
  100%[================================================================================================================>] 1 525       --.-K/s   in 0,01s    
  
  2009-11-21 17:20:46 (119 KB/s) - « Fedora-12-x86_64-CHECKSUM » sauvegardé [1525]

1 Connexion vers le serveur à l'adresse 212.27.60.27 sur le port 21.
2 Passage en mode passif.


Et toujours sur la machine source le résultat obtenu avec la commande conntrack:

 conntrack -E -p TCP
1    [NEW] tcp      6 120 SYN_SENT src=192.168.0.11 dst=212.27.60.27 sport=47630 dport=21 [UNREPLIED] src=212.27.60.27 dst=192.168.0.11 sport=21 dport=47630
1 [UPDATE] tcp      6 60 SYN_RECV src=192.168.0.11 dst=212.27.60.27 sport=47630 dport=21 src=212.27.60.27 dst=192.168.0.11 sport=21 dport=47630
2 [UPDATE] tcp      6 432000 ESTABLISHED src=192.168.0.11 dst=212.27.60.27 sport=47630 dport=21 src=212.27.60.27 dst=192.168.0.11 sport=21 dport=47630 [ASSURED]
3    [NEW] tcp      6 120 SYN_SENT src=192.168.0.11 dst=212.27.60.27 sport=42965 dport=33132 [UNREPLIED] src=212.27.60.27 dst=192.168.0.11 sport=33132 dport=42965
3 [UPDATE] tcp      6 60 SYN_RECV src=192.168.0.11 dst=212.27.60.27 sport=42965 dport=33132 src=212.27.60.27 dst=192.168.0.11 sport=33132 dport=42965
4 [UPDATE] tcp      6 432000 ESTABLISHED src=192.168.0.11 dst=212.27.60.27 sport=42965 dport=33132 src=212.27.60.27 dst=192.168.0.11 sport=33132 dport=42965 [ASSURED]
5 [UPDATE] tcp      6 120 FIN_WAIT src=192.168.0.11 dst=212.27.60.27 sport=42965 dport=33132 src=212.27.60.27 dst=192.168.0.11 sport=33132 dport=42965 [ASSURED]
5 [UPDATE] tcp      6 30 LAST_ACK src=192.168.0.11 dst=212.27.60.27 sport=42965 dport=33132 src=212.27.60.27 dst=192.168.0.11 sport=33132 dport=42965 [ASSURED]
5 [UPDATE] tcp      6 120 TIME_WAIT src=192.168.0.11 dst=212.27.60.27 sport=42965 dport=33132 src=212.27.60.27 dst=192.168.0.11 sport=33132 dport=42965 [ASSURED]
6 [UPDATE] tcp      6 120 FIN_WAIT src=192.168.0.11 dst=212.27.60.27 sport=47630 dport=21 src=212.27.60.27 dst=192.168.0.11 sport=21 dport=47630 [ASSURED]
6 [UPDATE] tcp      6 60 CLOSE_WAIT src=192.168.0.11 dst=212.27.60.27 sport=47630 dport=21 src=212.27.60.27 dst=192.168.0.11 sport=21 dport=47630 [ASSURED]
6 [UPDATE] tcp      6 10 CLOSE src=192.168.0.11 dst=212.27.60.27 sport=47630 dport=21 src=212.27.60.27 dst=192.168.0.11 sport=21 dport=47630 [ASSURED]
7 [DESTROY] tcp      6 src=192.168.0.11 dst=212.27.60.27 sport=42965 dport=33132 packets=5 bytes=280 src=212.27.60.27 dst=192.168.0.11 sport=33132 dport=42965 packets=5 bytes=1793 [ASSURED]
8 [DESTROY] tcp      6 src=192.168.0.11 dst=212.27.60.27 sport=47630 dport=21 packets=18 bytes=1089 src=212.27.60.27 dst=192.168.0.11 sport=21 dport=47630 packets=17 bytes=1285 [ASSURED]
^Cconntrack v0.9.13 (conntrack-tools): 14 flow events have been shown.
[root@f11-x86-64 ~]#

Quelques explications sur le suivi de connexion d'un transfert ftp en mode passif, mais en raccourci maintenant que vous savez le lire le conntrack dans le texte (gloups) :
1 La connexion (SYN SENT et SYN_RECV) pour les commandes du client (192.1168.0.11) vers le serveur (212.27.60.27) sur le port 21.
2 Échanges de commandes (ESTABLISHED), dont la commande port du serveur vers le client (ftp en mode passif).
3 La connexion (SYN SENT et SYN_RECV) pour le transfert, initiée du client (192.1168.0.11) vers le serveur (212.27.60.27).
4 Échanges pour le transfert des données (ESTABLISHED).
5 Fin de la connexion pour le transfert des données.
6 Fin de la connexion pour les commandes.
7 et 8 nettoyage.

8.1.4 Suivi de connexion et TCP - Une connexion ftp en mode actif
  [root@f11-x86-64 sh]# wget --no-passive-ftp ftp://ftp.ciril.fr/pub/linux/fedora/linux/releases/12/Fedora/x86_64/iso/Fedora-12-x86_64-CHECKSUM
  --2009-11-21 18:09:13--  ftp://ftp.ciril.fr/pub/linux/fedora/linux/releases/12/Fedora/x86_64/iso/Fedora-12-x86_64-CHECKSUM
             => `Fedora-12-x86_64-CHECKSUM.1'
  Résolution de ftp.ciril.fr... 193.50.27.70, 2001:660:4503:201::70
1 Connexion vers ftp.ciril.fr|193.50.27.70|:21...connecté.
  Ouverture de session en anonymous...Session établie!
  ==> SYST ... complété.    ==> PWD ... complété.
  ==> TYPE I ... complété.  ==> CWD /pub/linux/fedora/linux/releases/12/Fedora/x86_64/iso ... complété.
  ==> SIZE Fedora-12-x86_64-CHECKSUM ... 1525
  ==> PORT ... complété.    ==> RETR Fedora-12-x86_64-CHECKSUM ... complété.
  Longueur: 1525 (1,5K)
  
  100%[================================================================================================================>] 1 525       --.-K/s   in 0,02s   
  
  2009-11-21 18:09:14 (61,3 KB/s) - « Fedora-12-x86_64-CHECKSUM » sauvegardé [1525]

1 Connexion vers le serveur à l'adresse 193.50.27.70 sur le port 21.
Pas d'indication de passage en mode passif.


Et toujours sur la machine source le résultat obtenu avec la commande conntrack:

1     [NEW] tcp      6 120 SYN_SENT src=192.168.0.11 dst=193.50.27.70 sport=39885 dport=21 [UNREPLIED] src=193.50.27.70 dst=192.168.0.11 sport=21 dport=39885
1  [UPDATE] tcp      6 60 SYN_RECV src=192.168.0.11 dst=193.50.27.70 sport=39885 dport=21 src=193.50.27.70 dst=192.168.0.11 sport=21 dport=39885
2  [UPDATE] tcp      6 432000 ESTABLISHED src=192.168.0.11 dst=193.50.27.70 sport=39885 dport=21 src=193.50.27.70 dst=192.168.0.11 sport=21 dport=39885 [ASSURED]
3     [NEW] tcp      6 120 SYN_SENT src=193.50.27.70 dst=192.168.0.11 sport=20 dport=52091 [UNREPLIED] src=192.168.0.11 dst=193.50.27.70 sport=52091 dport=20
3  [UPDATE] tcp      6 60 SYN_RECV src=193.50.27.70 dst=192.168.0.11 sport=20 dport=52091 src=192.168.0.11 dst=193.50.27.70 sport=52091 dport=20
4  [UPDATE] tcp      6 432000 ESTABLISHED src=193.50.27.70 dst=192.168.0.11 sport=20 dport=52091 src=192.168.0.11 dst=193.50.27.70 sport=52091 dport=20 [ASSURED]
5  [UPDATE] tcp      6 120 FIN_WAIT src=193.50.27.70 dst=192.168.0.11 sport=20 dport=52091 src=192.168.0.11 dst=193.50.27.70 sport=52091 dport=20 [ASSURED]
5  [UPDATE] tcp      6 30 LAST_ACK src=193.50.27.70 dst=192.168.0.11 sport=20 dport=52091 src=192.168.0.11 dst=193.50.27.70 sport=52091 dport=20 [ASSURED]
5  [UPDATE] tcp      6 120 TIME_WAIT src=193.50.27.70 dst=192.168.0.11 sport=20 dport=52091 src=192.168.0.11 dst=193.50.27.70 sport=52091 dport=20 [ASSURED]
6  [UPDATE] tcp      6 120 FIN_WAIT src=192.168.0.11 dst=193.50.27.70 sport=39885 dport=21 src=193.50.27.70 dst=192.168.0.11 sport=21 dport=39885 [ASSURED]
6  [UPDATE] tcp      6 30 LAST_ACK src=192.168.0.11 dst=193.50.27.70 sport=39885 dport=21 src=193.50.27.70 dst=192.168.0.11 sport=21 dport=39885 [ASSURED]
6  [UPDATE] tcp      6 120 TIME_WAIT src=192.168.0.11 dst=193.50.27.70 sport=39885 dport=21 src=193.50.27.70 dst=192.168.0.11 sport=21 dport=39885 [ASSURED]
7 [DESTROY] tcp      6 src=193.50.27.70 dst=192.168.0.11 sport=20 dport=52091 packets=6 bytes=1845 src=192.168.0.11 dst=193.50.27.70 sport=52091 dport=20 packets=4 bytes=216 [ASSURED]
8 [DESTROY] tcp      6 src=192.168.0.11 dst=193.50.27.70 sport=39885 dport=21 packets=16 bytes=1038 src=193.50.27.70 dst=192.168.0.11 sport=21 dport=39885 packets=14 bytes=1139 [ASSURED]
  ^Cconntrack v0.9.13 (conntrack-tools): 15 flow events have been shown.
  [root@f11-x86-64 ~]#

Quelques explications sur le suivi de connexion d'un transfert ftp en mode actif, mais en raccourçi maintenant que vous savez le lire le conntrack dans le texte (re-gloups) :
1 La connexion (SYN SENT et SYN_RECV) pour les commandes du client (192.1168.0.11) vers le serveur (193.50.27.70) sur le port 21.
2 Échanges de commandes (ESTABLISHED), dont la commande port du client vers le serveur (ftp en mode actif).
3 La connexion (SYN SENT et SYN_RECV) pour le transfert, initiée du serveur (212.27.60.27) vers le client (192.1168.0.11) avec le port source 20 .
4 Échanges pour le transfert des données (ESTABLISHED).
5 Fin de la connexion pour le transfert des données.
6 Fin de la connexion pour les commandes.
7 et 8 nettoyage.

8.2 Suivi de connexion UDP

  • Dans le chapitre Parefeu_-_firewall_-_netfilter_-_iptables#Les_règles_iptables_par_défaut, quand j'ai introduit la notion d'état j'ai écrit : "Le terme connexion est valable pour le protocole TCP, mais de façon générale (protocole UDP et ICMP), il serait plus exact de parler d'un échange entre une source et une cible. La source étant représentée par son adresse IP et un port IP. La cible étant représentée par son adresse IP et un port IP".
  • Le truc c'est que le module de suivi de connexion gère des temporisateurs. pour chacun des échanges entre une source et un cible pour le protocole UDP.
[root@f11-x86-64 ~]# sysctl -a | grep conntrack_udp
net.netfilter.nf_conntrack_udp_timeout = 30
net.netfilter.nf_conntrack_udp_timeout_stream = 180

Pour comprendre "le truc" nous allons suivre deux exemples.

8.2.1 Suivi de connexion UDP - protocole DNS

Ci-dessous, un exemple avec la commande nslookup. Cette commande permet de récupérer des informations sur un nom de domaine. Pour cela, elle interroge le serveur DNS. Et ceci avec le protocole dns (numéro 53) qui s'appuie sur UDP.

Utilisons de nouveau l'outil conntrack pour suivre un échange dns.

Sur la machine source, nous lançons conntrack avec la commande conntrack -E -p UDP | grep "=53" en tant que root, avec -E (--event) pour afficher les événements en temps réel, -p UDP (--proto UDP) pour filtrer sur le protocol udp. Nous ajoutons un filtrage sur la chaine de caractère "=53" avec la commande grep "=53" pour récupérer tout ce qui concerne le protocole qui utilise le port 53, soit dns ...

InProgress tip.png Attention !
J'ai constaté un petit bug avec la commande : conntrack -E -p TCP. Cette dernière doit afficher des informations au fur et à mesure des échanges réseau. Mais elle ne le fait pas.
Il faut faire une première fois la commande : conntrack -L, ce qui permet obtenir le contenu actuel de la table du suivi de connexions. Ensuite la commande conntrack -E -p UDP fonctionnera !


Ci-dessous, la commande nslookup (j'ai failli oublier : man nslookup, et aussi man grep) :

  [root@f11-x86-64 ~]# nslookup www.fedora.fr
  Server:		212.27.40.241
  Address:	212.27.40.241#53
  
  Non-authoritative answer:
  Name:	www.fedora.fr
  Address: 80.245.58.6


Et ci-dessous, le résultat obtenu avec la commande conntrack :

1 [root@f11-x86-64 ~]# conntrack -E -p UDP | grep "=53"
2    [NEW] udp      17 30 src=192.168.0.11 dst=212.27.40.241 sport=59978 dport=53 [UNREPLIED] src=212.27.40.241 dst=192.168.0.11 sport=53 dport=59978
3 [UPDATE] udp      17 29 src=192.168.0.11 dst=212.27.40.241 sport=59978 dport=53 src=212.27.40.241 dst=192.168.0.11 sport=53 dport=59978
4 [DESTROY] udp      17 src=192.168.0.11 dst=212.27.40.241 sport=59978 dport=53 packets=1 bytes=59 src=212.27.40.241 dst=192.168.0.11 sport=53 dport=59978 packets=1 bytes=75
  ^Cconntrack v0.9.13 (conntrack-tools): 10 flow events have been shown.

1 Nous avons lancé la commande conntrack pour récupérer les événements (E) du protocol UDP (-p UDP). Et nous avons filtré sur le port 53 (grep "=53") qui correspond au protocole DNS.
2 Une nouvelle entrée est créée dans la table de suivi des connexions (NEW) : un message a été envoyé et ce message ne fait pas parti d'un échange déjà référencé (même adresse source et cible, même port source et cible).
Le protocole udp (udp) est utilisé pour ce nouvel échange (le 17 correspond à udp, cf. le fichier /etc/protocols pour l'ensemble des correspondances).
Le temps de validité pour cette entrée est actuellement de 30 secondes (rappelez-vous net.netfilter.nf_conntrack_udp_timeout = 30) et il est décrémenté régulièrement.
L'échange est marqué comme non répondu (UNREPLIED).
L'adresse et le port source de la requête sont, respectivement, 192.168.0.11 (premier src) et 59978 (premier sport). L'adresse et le port cible de la requête sont, respectivement, 212.27.40.241 (premier dst) et 53 (premier dport).
3 L'entrée est mise à jour (UPDATE). Le temps de validité est de 29 secondes. L'échange n'est plus marqué comme non répondu.
4 L'entrée est détruite (DESTROY), au bout des 30 secondes.


Vous commencez à comprendre le truc ?

8.2.2 Suivi de connexion UDP - protocole dns bis

Je refais le même test, mais cette fois-ci une erreur de syntaxe m'amène un résultat intéressant :

Bon, l'erreur de syntaxe n'est pas un problème (cf. ci-dessous, les explications de la ligne 4 sur le conntrack) :

  [root@f11-x86-64 ~]# nslookup www fedora.fr
  ;; connection timed out; no servers could be reached

Et ci-dessous, le résultat obtenu avec la commande conntrack :

1 conntrack -E -p UDP | grep "=53"
2     [NEW] udp      17 30 src=192.168.0.11 dst=212.27.40.241 sport=44425 dport=53 [UNREPLIED] src=212.27.40.241 dst=192.168.0.11 sport=53 dport=44425
3  [UPDATE] udp      17 29 src=192.168.0.11 dst=212.27.40.241 sport=44425 dport=53 src=212.27.40.241 dst=192.168.0.11 sport=53 dport=44425
4  [UPDATE] udp      17 180 src=192.168.0.11 dst=212.27.40.241 sport=44425 dport=53 src=212.27.40.241 dst=192.168.0.11 sport=53 dport=44425 [ASSURED]
5 [DESTROY] udp      17 src=192.168.0.11 dst=212.27.40.241 sport=37495 dport=53 packets=2 bytes=118 src=212.27.40.241 dst=192.168.0.11 sport=53 dport=37495 packets=2 bytes=195 [ASSURED]
  ^Cconntrack v0.9.13 (conntrack-tools): 10 flow events have been shown.

1 Nous avons lancé la commande conntrack pour récupérer les événements (E) du protocol UDP (-p UDP). Et nous avons filtré sur le port 53 (grep "=53") qui correspond au protocole DNS.
2 Une nouvelle entrée est créée dans la table de suivi des connexions (NEW) : un message a été envoyé et ce message ne fait pas partie d'un échange déjà référencé (même adresse source et cible, même port source et cible).
Le protocole udp (udp) est utilisé pour ce nouvel échange (le 17 correspond à udp, cf. le fichier /etc/protocols pour l'ensemble des correspondances).
Le temps de validité pour cette entrée est actuellement de 30 secondes (rappelez-vous net.netfilter.nf_conntrack_udp_timeout = 30) et il est décrémenté régulièrement.
L'échange est marqué comme non répondu (UNREPLIED).
L'adresse et le port source de la requête sont, respectivement, 192.168.0.11 (premier src) et 59978 (premier sport). L'adresse et le port cible de la requête sont, respectivement, 212.27.40.241 (premier dst) et 53 (premier dport).
3 L'entrée est mise à jour (UPDATE). Le temps de validité est de 29 secondes. L'échange n'est plus marqué comme non répondu.
4 Nous avons une deuxième entrée mise à jour. L'erreur de syntaxe a permit de générer d'autres messages entre la commande conntrack et le serveur dns. Il donc eu un nombre suffisant de messages dans les deux sens pour que cet échange soit remarqué (ASSURED) par le suivi de connexion. Et là nous avons un timeout de 180 secondes (rappelez-vous net.netfilter.nf_conntrack_udp_timeout_stream = 180) avant que l'entrée soit détruite.
5 L'entrée est détruite (DESTROY), au bout des 180 secondes.

Voilà, vous en savez un peu plus sur comment netfilter fait du suivi de connexion avec un protocole sans connexion !

8.3 Suivi de connexion et ICMP

Pour le protocole ICMP, nous avons cités deux cas (Parefeu_-_firewall_-_netfilter_-_iptables#Échanges_ICMP) :
- Messages ICMP relatifs à un autre échange.
- Messages ICMP non relatif à un autre échange.
Nous allons voir ces deux cas ci-dessous.

Maintenant que nous avons compris le truc pour le suivi de protocole qui ne sont pas en mode connecté, commençons par jeter un œil aux temporisateurs icmp du suivi de connexion :

[root@f11-x86-64 ~]# sysctl -a | grep conntrack_icmp
net.netfilter.nf_conntrack_icmp_timeout = 30
net.netfilter.nf_conntrack_icmpv6_timeout = 30
8.3.1 Suivi de connexion et ICMP - Messages ICMP non relatifs à un autre échange.

Nous allons faire deux ping. L'un vers un site existant, donc avec une adresse IP qui est utilisée, l'autre vers une adresse IP qui n'est pas utilisée.

Encore une fois, utilisons l'outil conntrack pour suivre les échanges icmp.

Sur la machine source, nous lançons conntrack avec la commande conntrack -E -p ICMP en tant que root, avec -E (--event) pour afficher les événements en temps réel, -p ICMP (--proto ICMP) pour filtrer sur le protocol ICMP.

InProgress tip.png Attention !
J'ai constaté un petit bug avec la commande : conntrack -E -p TCP. Cette dernière doit afficher des informations au fur et à mesure des échanges réseau. Mais elle ne le fait pas.
Il faut faire une première fois la commande : conntrack -L, ce qui permet obtenir le contenu actuel de la table du suivi de connexions. Ensuite la commande conntrack -E -p UDP fonctionnera !

Ci-dessous, nos deux commandes ping :

1 [root@f11-x86-64 ~]# ping -c1 doc.fedora-fr.org
2 PING borsalino.fedora-fr.org (213.246.58.68) 56(84) bytes of data.
3 64 bytes from borsalino.fedora-fr.org (213.246.58.68): icmp_seq=1 ttl=50 time=29.8 ms
 
4 --- borsalino.fedora-fr.org ping statistics ---
4 1 packets transmitted, 1 received, 0% packet loss, time 60ms
4 rtt min/avg/max/mdev = 29.895/29.895/29.895/0.000 ms
5 [root@f11-x86-64 ~]# ping -c1 192.168.0.112
6 PING 192.168.0.112 (192.168.0.112) 56(84) bytes of data.
 
7 --- 192.168.0.112 ping statistics ---
7 1 packets transmitted, 0 received, 100% packet loss, time 10000ms

1 La commande ping avec l'option -c1 pour faire un seul échange, ceci vers une adresse ip qui est utilisée.
2 Nous sommes informés que le ping est envoyé.
3 Nous sommes informés que le pong est reçu.
4 Des statistiques qui disent que cela s'est bien passé. Super.
5 La deuxième commande ping, toujours avec l'option -c1, vers une adresse ip qui n'est pas utilisée.
6 Nous sommes informé que le ping est envoyé.
7 Les statistiques qui disent que ça ne s'est pas bien passé. Effectivement : pas de message pong !

Et que nous raconte le suivi de connexion ?

1 [root@f11-x86-64 ~]# conntrack -E -p ICMP
2     [NEW] icmp     1 30 src=192.168.0.11 dst=213.246.58.68 type=8 code=0 id=62732 [UNREPLIED] src=213.246.58.68 dst=192.168.0.11 type=0 code=0 id=62732
3  [UPDATE] icmp     1 29 src=192.168.0.11 dst=213.246.58.68 type=8 code=0 id=62732 src=213.246.58.68 dst=192.168.0.11 type=0 code=0 id=62732
4 [DESTROY] icmp     1 src=192.168.0.11 dst=213.246.58.68 type=8 code=0 id=62732 packets=1 bytes=84 src=213.246.58.68 dst=192.168.0.11 type=0 code=0 id=62732 packets=1 bytes=84
5     [NEW] icmp     1 30 src=192.168.0.10 dst=192.168.0.112 type=8 code=0 id=63244 [UNREPLIED] src=192.168.0.112 dst=192.168.0.10 type=0 code=0 id=63244
6 [DESTROY] icmp     1 src=192.168.0.10 dst=192.168.0.112 type=8 code=0 id=63244 packets=1 bytes=84 [UNREPLIED] src=192.168.0.112 dst=192.168.0.10 type=0 code=0 id=63244 packets=0 bytes=0
  ^Cconntrack v0.9.13 (conntrack-tools): 5 flow events have been shown.

1 Nous avons lancé la commande conntrack pour récupérer les événements (-E) du protocol ICMP (-p ICMP).
2 Une nouvelle entrée est créée dans la table de suivi des connexions (NEW) : un message a été envoyé et ce message ne fait pas parti d'un échange déjà référencé. Notez que dans le cas du protocole icmp il n'y a pas de port source ou destination. C'est normal, ce protocole n'en utilise pas.
Le protocole icmp (icmp) est utilisé pour ce nouvel échange (le 1 correspond à icmp, cf. le fichier /etc/protocols pour l'ensemble des correspondances).
Le temps de validité pour cette entrée est actuellement de 30 secondes (rappelez-vous net.netfilter.nf_conntrack_icmp_timeout = 30) et il est décrémenté régulièrement.
L'échange est marqué comme non répondu (UNREPLIED).
L'adresse de la requête est 192.168.0.11 (premier src). Nous avons aussi le type de message icmp (8 pour echo-request) et le code (0, mais ça n'a pas d'importance dans ce cas là).
L'adresse cible de la requête est 213.246.58.68 (premier dst). Nous avons aussi un type et un code qui n'ont pas d'importance dans ce cas là.
3 L'entrée est mise à jour (UPDATE). Le temps de validité est de 29 secondes. L'échange n'est plus marqué comme non répondu.
4 L'entrée est détruite (DESTROY), immédiatement.
5 Bon je la fais courte. Une entrée est créée pour notre deuxième ping de 192.168.0.11 (premier src) vers 192.168.0.112 (premier dst).
6 Cette fois, l'entrée est détruite (DESTROY) au bout des 30 secondes. sans update puisque nous n'avons pas eu de message pong en retour.

Donc, c'est le même truc que pour le protocole udp, un temporisateur est utilisé pour gérer les entrées du suivi de connexion, mais cette fois uniquement sur l'adresse source et cible.

8.3.2 Suivi de connexion et ICMP - Messages ICMP relatifs à un autre échange.

Nous allons solliciter un site existant en telnet, mais ce site va nous "jeter" car il ne veut pas de telnet. Et il a bien raison. Si vous ne savez pas ce que c'est telnet, ce n'est pas grave, c'est juste pour la démonstration ;-) Retenez que c'est une commande qui permet d'obtenir un login sur une machine distante. Un peu comme ssh, mais sans la sécurité (tout est transmis en clair, même le mot de passe ...). Un site bien sécurisé refuse ce type de connexion. Si vous voulez en savoir plus sur telnet : http://fr.wikipedia.org/wiki/Telnet.

Cette fois-ci pas nous allons utiliser un autre outils. En effet, l'outil conntrack ne m'a pas permis de voir ce qui est intéressant. A priori, c'est un bug.
Ce n'est pas grave, nous avons tshark, qui est un sniffeur. C'est la version en mode texte de wireshark qui lui est en mode graphique. C'est moins jolie, mais c'est plus pratique pour un tutoriel


Sur la machine source, nous lançons tshark avec la commande tshark -i any -f "host 213.246.58.68" en tant que root, avec -i any pour sniffer toutes les interfaces, -f http://fr.wikipedia.org/wiki/Telnet pour filtrer toutes les trames qui concerne l'adresse 213.246.58.68.

Ci-dessous, la commande telnet :

1 [root@f11-x86-64 ~]# telnet borsalino.fedora-fr.org
2 Trying 213.246.58.68...
3 telnet: connect to address 213.246.58.68: No route to host

1 La commande telnet.
2 Elle essaye ...
3 ... en vain.

Et coté tshark ?

1 [root@f11-x86-64 ~]# tshark -i any -f "host 213.246.58.68"
2 Running as user "root" and group "root". This could be dangerous.
2 Capturing on Pseudo-device that captures on all interfaces
2 tshark: Promiscuous mode not supported on the "any" device.
 
3   0.000000 192.168.0.11 -> 213.246.58.68 TCP 47427 > telnet [SYN] Seq=0 Win=5840 Len=0 MSS=1460 TSV=5831116 TSER=0 WS=7
4   0.027844 213.246.58.68 -> 192.168.0.11 ICMP Destination unreachable (Host administratively prohibited)
 ^C2 packets captured

1 La commande.
2 Des informations.
3 Nous voyons bien la connexion telnet (indicateur SYN).
4 Et 0,027844 secondes plus tard un message ICMP qui veut dire que le protocole telnet n'est pas très apprécié : Destination unreachable (Host administratively prohibited).

Bon, voici quand même le résultat d'un conntrack :

1 [root@f11-x86-64 ~]# conntrack -E -d 213.246.58.68
2     [NEW] tcp      6 120 SYN_SENT src=192.168.0.11 dst=213.246.58.68 sport=59518 dport=23 [UNREPLIED] src=213.246.58.68 dst=192.168.0.11 sport=23 dport=59518
3 [DESTROY] tcp      6 src=192.168.0.11 dst=213.246.58.68 sport=59518 dport=23 packets=1 bytes=60 [UNREPLIED] src=213.246.58.68 dst=192.168.0.11 sport=23 dport=59518 packets=0 bytes=0

1 Je piste l'adresse distante (-d) 213.246.58.68.
2 Une nouvelle entrée. Super.
3 L'entrée est détruite, mais ceci après 120 secondes. Bref à la fin du temporisateur.


Bug ou pas bug ? Nous verrons plus loin qu'il s'agit plutôt d'une sorte d'inconsistance puisque que les règles iptables que nous mettrons en place géreront bien ce cas, en tenant compte de l'état RELATED.

9 Filtrage des indicateurs

  • Nous avons déjà vu que l'on peut consulter l'indicateur syn du protocole tcp :
iptables -t filter -A INPUT -p tcp ! --syn -m state --state NEW -j DROP

En fait, nous avions filtré les messages du protocole tcp (-p tcp) qui ne contenaient pas (le caractère '!' inverse le test) l'indicateur syn (--syn) pour les nouveaux échanges (--state NEW) et nous les avions supprimés (-j DROP).


  • Il est possible d'aller encore plus loin. Par exemple :
iptables -A INPUT -p tcp --tcp-flags SYN,ACK,FIN,RST SYN -j ...

Nous indiquons que l'on veut consulter des indicateurs tcp (--tcp-flags), en précisant la liste des indicateurs à vérifier (SYN,ACK,FIN,RST), puis les indicateurs qui seul doivent être effectivement présent (SYN).
Autrement dit, dans l'exemple ci-dessus, nous voulons filtrer les messages tcp avec l'indicateur SYN positionné, mais pas les indicateurs ACK, FIN ou RST. Les autres indicateurs (URG PSH) ne sont pas consultés.


  • Il existe deux valeurs spéciales : ALL et NONE, qui sélectionnent, respectivement, tous les indicateurs possibles ou aucun.


  • Deux derniers exemples :
iptable -A INPUT_TCP -p tcp -m state --state NEW --tcp-flags ALL SYN -j ACCEPT

Nous indiquons que l'on veut consulter les indicateurs tcp (--tcp-flags), plus précisément l'ensemble des indicateurs (ALL), et que seul l'indicateur SYN (SYN) doit être positionné. Cela peut donc nous permettre d'accepter les nouveaux échanges qui ont l'indicateur syn positionné, mais uniquement celui-ci, comme le veut le protocole ...
Et ci-dessous :

iptable -A INPUT_TCP -p tcp -m state --state NEW,RELATED ! --tcp-flags ALL SYN -j DROP

nous inversons la correspondance, ce qui nous permettra de refuser les nouveaux échanges qui ont l'indicateur syn positionné, mais pas uniquement celui-ci ...


  • Bon, tout ça c'est un peu (beaucoup) compliqué.
    Il faut connaître les protocoles Internet.
    Il faut connaitre les indicateurs de ces différents protocoles.
    La syntaxe n'est pas simple.


  • L'objectif n'est pas que vous soyez capables d'inventer ces règles sur les indicateurs, mais plutôt de pouvoir comprendre des règles que vous trouverez sur Internet, ou ailleurs et de les appliquer avec compréhension. Au moins pour celles que je vais vous présenter plus loin dans ce tutoriel

10 Structure de la commande iptables

  • Le but de ce chapitre n'est pas de donner une syntaxe complète de la commande iptables. Je vais surtout essayer de vous donner des repères pour vous y retrouver.
    Bien entendu, pour prendre connaissance d'une aide syntaxique plus complète vous pouvez faire la commande man iptables.


  • La commande iptables nécessite les informations suivantes :
    - Le nom de la commande : iptables.
    - La table ciblée : option -t suivi du nom de la table. Ce paramètre est facultatif, la valeur par défaut est filter.
    - La commande : option -A, D, I, R, L, F, Z, N, P ou E.
    - Des options suivant la commande. La plupart des commandes prennent comme premier paramètre un nom de chaîne.


  • De manière générale cela donne :
iptables [-t table] -A|D|I|R|L|F|Z|N|P|E chaîne options


Ci-dessous un court descriptif des différentes commandes :


Permet d'ajouter une règle en fin (--append) de chaîne d'une table.

iptables [-t table] -A chaîne règle [options]


Permet de supprimer une règle (--delete) d'une chaîne d'une table. La correspondance des différents arguments doit être exacte.

iptables [-t table] -D chaîne règle [options]


Permet d'insérer une règle (--insert) dans une chaîne d'une table. Le numéro de la règle permet de préciser le positionnement dans la chaîne (1 pour une insertion en début de chaîne).

iptables [-t table] -I chaîne [numéro-de-règle] règle [options]


Permet de supprimer une règle (--delete) d'une chaîne d'une table. La suppression se fait par rapport au numéro de règle précisée (1 suppression de la première règle de la chaine).

iptables [-t table] -D chaîne numéro-de-règle


Permet de remplacer (--replace) une règle d'une chaîne à partir du numéro de règle dans la chaîne (1 pour la première règle de la chaîne).

iptables [-t table] -R chaîne numéro-de-règle règle [options]


Permet de lister (--list) les règles d'une chaîne dans une table. Notez qu'il est nécessaire d'utiliser l'option -v pour obtenir les règles complètes, sinon vous risquez d'avoir du mal à vous y retrouver !

iptables [-t table] -L [chaîne] [options]


Permet de vider (--flush) les règles d'une chaine d'une table. Ou de toutes tables si aucune n'est précisée. Oui la sémantique de la table par défaut n'est pas la même qu'habituellement !

iptables [-t table] -F [chaîne] [options]


Permet de mettre à zéro (--zero) les compteurs de paquets et d'octets d'une chaîne d'une table.

iptables [-t table] -Z [chaîne] [options]


Permet de créer une chaîne (--new-chain) dans une table.

iptables [-t table] -N chaîne


Permet de supprimer une chaîne (--delete-chain) d'une table. Ou de toutes tables si aucune n'est précisée. La ou les chaînes doivent être vides (pour cela, cf. commande -F ci-dessus).Encore une fois, la sémantique de la table par défaut n'est pas la même qu'habituellement !

iptables [-t table] -X [chaîne]


Permet d'indiquer le comportement par défaut, i.e. la stratégie (--policy), d'une table.

iptables [-t table] -P chaîne cible [options]


Permet de renommer (--rename-chain) une chaîne d'une table.

iptables [-t table] -E ancien-nom-de-chaîne nouveau-nom-de-chaîne


Permet d'obtenir de l'aide. Si vous mettez des options, il est tenu compte des options en fin d'affichage.

iptables -h


  • Les principales options des commandes A, D, I et R vont permettre d'indiquer à quels paquets s'adressent la règle. Cela peut être :
    -p pour indiquer le protocole (--protocol).
    -s et / ou -d pour indiquer la source (--source) et / ou la destination (--destination). Ceci en précisant une adresse et / ou un masque d'adresse.
    -i et / ou -o pour indiquer l'interface d'entrée (--in-interface) et / ou de sortie (--out-interface).


  • Une dernière option que je veux préciser est l'option -j cible qui permet d'indiquer ce que l'on veut faire pour les paquets qui correspondent à la règle de filtrage. En général, cette option permet d'indiquer vers quelle cible utilisateur on veut aller (--jump) ou quel traitement on veut appliquer au paquet (-j DROP pour le supprimer, -j REJECT pour le rejeter, -j ACCEPT pour l'accepter ...).



  • Pour terminer ce chapitre, je vais vous parler des modules qui permettent d'étendre les possibilités de netfilter et sa commande associée : iptables.
    Les modules sont invoqués de deux façons :
    - Avec l'option -p (--protocol) qui précise un protocole. Par exemple, nous avons déjà utilisé : "-p tcp ! --syn". Ce qui nous a permit d'aller fouiner dans un paquet tcp pour dire que l'on s'intéresse aux paquets qui n'ont pas l'indicateur SYN positionné.
    - Avec l'option -m (--match) qui précise un module de correspondance. Par exemple, nous avons déjà utilisé : "-m state --state NEW". Ce qui nous a permis de traiter avec le module de suivi de connexion (~ suivi d'état) pour filtrer les paquets qui correspondent à de nouveaux échanges.
    À chacun des modules est associé de nouvelles options. Vous pouvez consulter ces options en précisant le module et en appelant l'aide. Les options seront visibles en fin d'affichage. Par exemple :
1 [root@f11-x86-64 ~]# iptables -p tcp -h
  ...
2 tcp match options:
  [!] --tcp-flags mask comp	match when TCP flags & mask == comp
 				(Flags: SYN ACK FIN RST URG PSH ALL NONE)
3 [!] --syn			match when only SYN flag set
 				(equivalent to --tcp-flags SYN,RST,ACK,FIN SYN)
  [!] --source-port port[:port]
   --sport ...
  				match source port(s)
  [!] --destination-port port[:port]
   --dport ...
  				match destination port(s)
  [!] --tcp-option number        match if TCP option set

1 La commande.
2 La précision que les indications qui suivent concernent le module tcp.
3 Par exemple, l'indicateur que nous avons voulu consulter.

11 Les modules netfilter / iptables disponibles

  • Je vais essayer de vous indiquer une recette pour prendre connaissance des modules netfilter disponibles dans votre installation.


  • Liste des modules concernant netfilter dans le noyaux :
# ls -R /lib/modules/`uname -r`/kernel/net/netfilter/ /lib/modules/`uname -r`/kernel/net/ipv4/netfilter/
/lib/modules/2.6.31.9-174.fc12.x86_64/kernel/net/ipv4/netfilter/:
arptable_filter.ko  ip_queue.ko        iptable_raw.ko       ipt_ah.ko         ipt_ECN.ko         ipt_NETMAP.ko    nf_nat_amanda.ko  nf_nat_irc.ko   nf_nat_proto_dccp.ko  nf_nat_proto_udplite.ko  nf_nat_tftp.ko
arp_tables.ko       iptable_mangle.ko  iptable_security.ko  ipt_CLUSTERIP.ko  ipt_LOG.ko         ipt_REDIRECT.ko  nf_nat_ftp.ko     nf_nat.ko       nf_nat_proto_gre.ko   nf_nat_sip.ko
arpt_mangle.ko      iptable_nat.ko     ipt_addrtype.ko      ipt_ecn.ko        ipt_MASQUERADE.ko  ipt_ULOG.ko      nf_nat_h323.ko    nf_nat_pptp.ko  nf_nat_proto_sctp.ko  nf_nat_snmp_basic.ko

/lib/modules/2.6.31.9-174.fc12.x86_64/kernel/net/netfilter/:
ipvs                        nf_conntrack_netlink.ko        nf_conntrack_sane.ko  nf_tproxy_core.ko  xt_connmark.ko     xt_esp.ko        xt_LED.ko     xt_multiport.ko  xt_physdev.ko  xt_realm.ko      xt_string.ko       xt_TRACE.ko
nf_conntrack_amanda.ko      nf_conntrack_pptp.ko           nf_conntrack_sip.ko   xt_CLASSIFY.ko     xt_CONNMARK.ko     xt_hashlimit.ko  xt_length.ko  xt_NFLOG.ko      xt_pkttype.ko  xt_recent.ko     xt_tcpmss.ko       xt_u32.ko
nf_conntrack_ftp.ko         nf_conntrack_proto_dccp.ko     nf_conntrack_tftp.ko  xt_cluster.ko      xt_CONNSECMARK.ko  xt_helper.ko     xt_limit.ko   xt_NFQUEUE.ko    xt_policy.ko   xt_sctp.ko       xt_TCPMSS.ko
nf_conntrack_h323.ko        nf_conntrack_proto_gre.ko      nfnetlink.ko          xt_comment.ko      xt_dccp.ko         xt_hl.ko         xt_mac.ko     xt_NOTRACK.ko    xt_quota.ko    xt_SECMARK.ko    xt_TCPOPTSTRIP.ko
nf_conntrack_irc.ko         nf_conntrack_proto_sctp.ko     nfnetlink_log.ko      xt_connbytes.ko    xt_dscp.ko         xt_HL.ko         xt_mark.ko    xt_osf.ko        xt_rateest.ko  xt_socket.ko     xt_time.ko
nf_conntrack_netbios_ns.ko  nf_conntrack_proto_udplite.ko  nfnetlink_queue.ko    xt_connlimit.ko    xt_DSCP.ko         xt_iprange.ko    xt_MARK.ko    xt_owner.ko      xt_RATEEST.ko  xt_statistic.ko  xt_TPROXY.ko

/lib/modules/2.6.31.9-174.fc12.x86_64/kernel/net/netfilter/ipvs:
ip_vs_dh.ko  ip_vs_ftp.ko  ip_vs.ko  ip_vs_lblc.ko  ip_vs_lblcr.ko  ip_vs_lc.ko  ip_vs_nq.ko  ip_vs_rr.ko  ip_vs_sed.ko  ip_vs_sh.ko  ip_vs_wlc.ko  ip_vs_wrr.ko

Ci-dessus, nous avons demandés de lister (ls) récursivement (-R) les fichiers qui se trouvent dans les répertoires /lib/modules/`uname -r`/kernel/net/netfilter/ et /lib/modules/`uname -r`/kernel/net/ipv4/netfilter/. La commande `uname -r`permet d'indiquer dynamiquement la version du noyau en cours d'exécution.


  • Les modules utiles à nos règles iptables sont, généralement, préfixés par "nf_". Anciennement, ils pouvaient aussi être préfixés "ip_". Je vous l'indique car vous trouverez sur Internet des exemples de modules préfixés par "ip_"
    Par exemple, nous avons le module nf_conntrack_ftp que nous utiliseront ultérieurement. Ce module qui est des fois nommés ip_conntrack_ftp sur Internet.


  • Les modules utiles peuvent être chargés par la commande modprobe nom_du_module. Par exemple :
# modprobe nf_conntrack_ftp

Mais faudra exécuter cette commande à chaque redémarrage. Une façon de faire est de la mettre dans le fichier /etc/rc.d/rc.local.


  • Les modules peuvent aussi être chargés via la configuration de netfilter / iptables avec le paramètre "IPTABLES_MODULES" du fichier /etc/sysconfig/iptables-config. Par exemple :
...
# Load additional iptables modules (nat helpers)
#   Default: -none-
# Space separated list of nat helpers (e.g. 'ip_nat_ftp ip_nat_irc'), which
# are loaded after the firewall rules are applied. Options for the helpers are
# stored in /etc/modprobe.conf.
IPTABLES_MODULES="nf_conntrack_ftp nf_nat_ftp"
...


  • Pour prendre connaissance des modules, concernant netfilter, actuellement chargé vous pouvez utiliser la commande ci-dessous :
lsmod | egrep -i "nf_|ip_"

Cette commande fait une recherche (egrep), sans tenir compte de la casse (-i), des chaînes de caractères "nf" et "ip" dans les modules chargés dynamiquement "lsmod".


  • Nous venons d'expliquer comment trouver les modules, concernant netfilter, dont nous pourrions avoir besoin et comment les charger. Il faut savoir qu'une partie des modules et déjà intégrée au noyau et qu'il n'y a pas d'action à avoir pour en disposer.
    Pour en prendre connaissance, à titre informatif, je vous indique ci-dessous une commande :
grep -i NF_ /boot/config-`uname -r` | grep "=m"

Cette commande fait une recherche (grep), sans tenir compte de la casse (-i), de la chaîne de caractères "NF_" dans le fichier de configuration (/boot/config-`uname -r`) en cours d'exécution (`uname -r`), le résultat est filtré (| grep) pour les lignes qui contiennent l'indication d'un module ("=m").

12 Des règles iptables parfaites ...

... ça n'existe pas.


  • Je veux dire par là que des règles iptables qui conviennent à tout le monde ce n'est pas possible.
    Tout le monde n'a pas besoin des mêmes règles de par l'usage qu'il fait d'Internet.


  • Chacun a ses propres exigences, habitudes, préférences.
    L'un voudra une sécurité maximale quitte à être qualifié de paranoïaque.
    L'autre préférera une sécurité simple mais efficace sans pour autant sacrifier la lisibilité.
    L'un voudra tout tracer, l'autre seulement ce qui est refusé, et un troisième seulement ce qui est accepté !
    Etc.


  • Dans la suite du document allons vous donner un canevas de règles minimales qui conviendront pour un usage "classique" / "basique" d'Internet.

13 Le script iptables parfait ...

... ça n'existe pas. Non ce n'est pas un copier / coller malheureux, mais une volonté délibérée de ma part ;-)

  • Les habitudes de chacun(e)s, le niveau de connaissance, les besoins spécifiques, etc, font que le script parfait n'existe pas plus pour un script.
  • Ci-dessous, je vais vous présenter un canevas de script qui nous permettra d'effectuer différentes actions avec nos (vos) règles iptables / netfilter, puis nous le détaillerons. Il devrait satisfaire la grande majorité des lecteurs. Si ce n'est pas votre cas, à vous de l'adapter. C'est l'esprit du libre ...
#!/bin/sh

#########################################################################
# Règles d'origine :
#########################################################################

orig() {

        iptables -t filter -F
        iptables -t filter -X

        iptables -t filter -P INPUT   ACCEPT
        iptables -t filter -P FORWARD ACCEPT
        iptables -t filter -P OUTPUT  ACCEPT

        iptables -t filter -A INPUT -m state --state ESTABLISHED,RELATED -j ACCEPT
        iptables -t filter -A INPUT -p icmp -j ACCEPT
        iptables -t filter -A INPUT -i lo -j ACCEPT
        iptables -t filter -A INPUT -m state --state NEW -m tcp -p tcp --dport 22 -j ACCEPT

        iptables -t filter -A INPUT -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited
        iptables -t filter -A FORWARD -j REJECT --reject-with icmp-host-prohibited
}



#########################################################################
# Ouverture du trafic :
#########################################################################

start() {

        #-----------------#
        # Initialisations #
        #-----------------#

        # Vidage et suppression des règles existantes :
        for TABLE in filter nat mangle
        do
           iptables -t $TABLE -F
           iptables -t $TABLE -X
        done

        # Modifications des politiques par défaut :
        iptables -P INPUT DROP
        iptables -P OUTPUT DROP
        iptables -P FORWARD DROP

        #--------------------------------#
        # Traitements interfaces locales #
        #--------------------------------#

        iptables -A INPUT  -i lo -s 127.0.0.1 -d 127.0.0.1 -j ACCEPT
        iptables -A OUTPUT -o lo -s 127.0.0.1 -d 127.0.0.1 -j ACCEPT

        ###############################
        # A COMPLETER AVEC VOS REGLES #
        ###############################
        ...

}



#########################################################################
# Arrêt de tout trafic :
#########################################################################

stop() {

        #-----------------#
        # Initialisations #
        #-----------------#

        # Vidage et suppression des règles existantes :
        for TABLE in filter nat mangle
        do
        iptables -t $TABLE -F
        iptables -t $TABLE -X
        done

        # Modifications des politiques par défaut :
        iptables -P INPUT DROP
        iptables -P OUTPUT DROP
        iptables -P FORWARD DROP
}



#########################################################################
# Status des règles :
#########################################################################

status() {
        iptables -v -L
}



###############################################################################
# Fonction principale : analyse des arguments et appel fonction correspondant :
###############################################################################

case "$1" in
    orig|start|stop)
        $1
        # Sauvegarde des règles :
        /sbin/iptables-save > /etc/sysconfig/iptables
        ;;
    status)
        $1
    ;;
    *)
        echo "Usage : $0 {orig|start|stop|status}"
        ;;
esac


Les explications :

  • Indication d'utiliser le programme /bin/sh pour exécuter le script :
#!/bin/sh


  • Une première fonction "orig". Elle vous permettra de remettre les règles d'origines, si jamais vous faites des bêtises :
orig() {
...
}

Je ne donne pas plus d'explications, ce sont les règles qui nous ont servi de base depuis le début de ce tutoriel ...


  • Une fonction start, qui permettra d'accepter le trafic que vous souhaitez :
start() {
...
}

Sa première action est de vider et supprimer les règles existantes.
Sa deuxième action est de fixer les politiques par défaut. Mon choix est de fixer les politiques par défaut à DROP. Donc, interdiction de tout ce qui est reçu et envoyé par défaut. C'est le plus sûr. Surtout si vous débutez ...
Sa troisième action est d'accepter le trafic local :

        iptables -A INPUT  -i lo -s 127.0.0.1 -d 127.0.0.1 -j ACCEPT
        iptables -A OUTPUT -o lo -s 127.0.0.1 -d 127.0.0.1 -j ACCEPT

Vous ne pouvez pas échapper à ces deux règles. Elles permettent le trafic en locale à votre machine. Ça ne sort pas sur le réseau, ça n'arrive pas du réseau. Donc pas de problème.
Sans ces deux règles, plusieurs composants de base du votre installation ne fonctionneraient tout simplement plus ! Vous voila prévenus.

A partir de là, c'est à vous de compléter en indiquant vos règles spécifiques pour autorisez le trafic que vous souhaitez. Ça sera la suite du tutoriel.


  • Une fonction stop, qui permettra d'interdire tout trafic :
stop() {
...
}

Sa première action est de vider et supprimer les règles existantes.
Sa deuxième action est de fixer les politiques par défaut à DROP. Donc, interdiction de tout ce qui est reçu et envoyé par défaut.
Rien d'autre. Si jamais vous pensez qu'il y a quelque chose de suspect, ça vous permettra d'intervenir efficacement.


  • Une fonction status, pour lister les règles en cours :
status() {
...
}


  • La fonction principale, qui permet de vérifier les arguments d'appel et d'appeler la fonction adéquate ou d'afficher un message d'utilisation.
case "$1" in
    orig|start|stop)
        $1
        # Sauvegarde des règles :
        /sbin/iptables-save > /etc/sysconfig/iptables
        ;;
    status)
        $1
    ;;
    *)
        echo "Usage : $0 {orig|start|stop|status}"
        ;;
esac

Important : dans le cas de orig, start ou stop, une sauvegarde des règles est effectuée : /sbin/iptables-save > /etc/sysconfig/iptables


  • Pour lancer le script en appelant la fonction start et si vous avez nommé votre script mon_script_parfait.sh:
sh ./mon_script_parfait.sh start

14 Protection d'un poste utilisateur

  • Maintenant, nous allons compléter, ci-dessous, la fonction start du canevas donné, ci-dessus. Ceci, pour en faire un script pour protéger un poste utilisateur connecté, classiquement, à Internet via une "BOX".
  • Nous pourrons principalement : surfer en http et https, faire du ftp, envoyer et recevoir des e-mails. Mais aussi : obtenir une adresse en DHCP, résoudre les noms via un serveur de DNS, ou encore synchroniser l'heure de notre machine par NTP.
InProgress tip.png Attention !
Si vous ne l'avez pas encore compris, un petit rappel : moins il y a de règles qui ouvrent des flux en entrée, mieux vous êtes protégés ...
Note tip.png Flux FTP
Notez bien que pour le trafic FTP il vous faut ajouter le module nf_conntrack_ftp dans la variable IPTABLES_MODULES du fichier /etc/sysconfig/iptables-config (cf. Parefeu_-_firewall_-_netfilter_-_iptables#Les_modules_netfilter_/_iptables_disponibles).
start() {
 
       #---------------------------------------------#
       # Vérification des indicateurs des trames tcp #
       #---------------------------------------------#

       iptables -N CHECK_BAD_TCP
       iptables -A CHECK_BAD_TCP -p tcp -m state --state NEW,RELATED ! --tcp-flags ALL SYN -j DROP
       iptables -A CHECK_BAD_TCP -p tcp --tcp-flags ALL NONE -j DROP
       iptables -A CHECK_BAD_TCP -p tcp --tcp-flags ALL ALL -j DROP
       iptables -A CHECK_BAD_TCP -p tcp --tcp-flags ALL FIN,URG,PSH -j DROP
       iptables -A CHECK_BAD_TCP -p tcp --tcp-flags ALL SYN,RST,ACK,FIN,URG -j DROP
       iptables -A CHECK_BAD_TCP -p tcp --tcp-flags SYN,RST SYN,RST -j DROP
       iptables -A CHECK_BAD_TCP -p tcp --tcp-flags SYN,FIN SYN,FIN -j DROP
       iptables -A CHECK_BAD_TCP -j RETURN

       #-------------------------------------#
       # Traitement des trames tcp en entrée #
       #-------------------------------------#

       iptables -N INPUT_TCP
       iptables -A INPUT_TCP -j CHECK_BAD_TCP 
       iptables -A INPUT_TCP -p tcp ! --syn -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT
       iptables -A INPUT_TCP -p tcp --sport ftp-data -m state --state RELATED -j ACCEPT

       #############################################
       # A COMPLETER AVEC VOS REGLES TCP en entrée #
       #############################################



       #-------------------------------------#
       # Traitement des trames udp en entrée #
       #-------------------------------------#

       iptables -N INPUT_UDP
       iptables -A INPUT_UDP -p udp -m multiport --sport domain,ntp -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT
       iptables -A INPUT_UDP -p udp --sport bootps --dport bootpc -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT

       #############################################
       # A COMPLETER AVEC VOS REGLES UDP en entrée #
       #############################################



       #--------------------------------------#
       # Traitement des trames icmp en entrée #
       #--------------------------------------#

       iptables -N INPUT_ICMP
       iptables -A INPUT_ICMP -p icmp --icmp-type echo-reply -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT
       iptables -A INPUT_ICMP -p icmp --icmp-type destination-unreachable -m state --state RELATED -j ACCEPT
       iptables -A INPUT_ICMP -p icmp --icmp-type time-exceeded -m state --state RELATED -j ACCEPT



       #-----------------------------------------------------------------#
       # Filtrage des appels entrants avec appel des règles utilisateurs #
       #-----------------------------------------------------------------#

       iptables -A INPUT -m state --state INVALID -j DROP

       iptables -A INPUT -p tcp -j INPUT_TCP
       iptables -A INPUT -p udp -j INPUT_UDP
       iptables -A INPUT -p icmp -j INPUT_ICMP



       #-------------------------------------#
       # Traitement des trames tcp en sortie #
       #-------------------------------------#

       iptables -N OUTPUT_TCP
       iptables -A OUTPUT_TCP -p tcp -m state --state NEW,RELATED ! --tcp-flags ALL SYN -j DROP
       iptables -A OUTPUT_TCP -p tcp -m state --state RELATED -j ACCEPT
       iptables -A OUTPUT_TCP -p tcp ! --syn -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT
       iptables -A OUTPUT_TCP -p tcp --sport 1024:65535 -m multiport --dports ftp,smtp,http,pop3,imap,https -m state --state NEW -j ACCEPT

 
       #############################################
       # A COMPLETER AVEC VOS REGLES TCP en sortie #
       #############################################


 
       #-------------------------------------#
       # Traitement des trames udp en sortie #
       #-------------------------------------#

       iptables -N OUTPUT_UDP
       iptables -A OUTPUT_UDP -p udp -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT
       iptables -A OUTPUT_UDP -p udp --sport bootpc --dport bootps -j ACCEPT
       iptables -A OUTPUT_UDP -p udp --dport ntp -j ACCEPT
       iptables -A OUTPUT_UDP -p udp --dport domain -j ACCEPT

       #############################################
       # A COMPLETER AVEC VOS REGLES UDP en sortie #
       #############################################



       #--------------------------------------#
       # Traitement des trames icmp en sortie #
       #--------------------------------------#

       iptables -N OUTPUT_ICMP
       iptables -A OUTPUT_ICMP -p icmp --icmp-type echo-request -m state --state NEW -j ACCEPT



       #------------------------------#
       # Filtrage des appels sortants #
       #------------------------------#

       iptables -A OUTPUT -p tcp -j OUTPUT_TCP
       iptables -A OUTPUT -p udp -j OUTPUT_UDP
       iptables -A OUTPUT -p icmp -j OUTPUT_ICMP
}

Dans les chapitres suivants sont données les explications.

14.1 Règles pour les trames entrantes

  • Avant de passer à l'explication des règles entrantes une mise en garde :

Plus vous permettrez de connexions entrantes, plus vous exposerez votre ordinateur. C'est du bon sens, mais il vaut mieux le dire pour en avoir conscience.
Les règles qui suivent prennent des précautions pour vous éviter, tout du moins, pour essayer de vous éviter des déboires, mais si vous ouvrez les portes c'est à vos risques et périls.

14.2 Règles pour vérifier les indicateurs des trames TCP

  • Nous déclarons une chaîne utilisateur CHECK_BAD_TCP :
      iptables -N CHECK_BAD_TCP

Sur cette chaîne utilisateur CHECK_BAD_TCP nous allons accrocher des règles pour vérifier la légitimité des trames du protocole TCP.


  • Nous allons commencer par filtrer (supprimer) tout un tas de paquets qui ne respectent pas l'utilisation des indicateurs TCP. Pourquoi ? Pour s'en protéger. Il s'agit de tentative diverses et variées de passer outre les protections mises en places. Ce sont des cas bien connus et répertoriés.


  • Suppression des paquets TCP de connexions sans indicateur syn ou avec d'autres indicateurs que syn :
      iptables -A CHECK_BAD_TCP -p tcp -m state --state NEW,RELATED ! --tcp-flags ALL SYN -j DROP

Cette règle, en plus de supprimer des paquets de connexion TCP mal formatés.
Elle nous assure que tous les paquets de connexions dans l'état NEW ou RELATED ont bien le flag --syn positionné. Ce n'est donc pas la peine de le préciser pour les règles suivantes.


  • Suppression des paquets TCP sans indicateurs :
      iptables -A CHECK_BAD_TCP -p tcp --tcp-flags ALL NONE -j DROP


  • Suppression des paquets TCP avec tous les indicateurs positionnés :
      iptables -A CHECK_BAD_TCP -p tcp --tcp-flags ALL ALL -j DROP


  • Suppression des paquets TCP de fin (FIN) avec des données (PSH) urgentes (URG) :
      iptables -A CHECK_BAD_TCP -p tcp --tcp-flags ALL FIN,URG,PSH -j DROP


  • Suppression des paquets TCP avec tous les indicateurs positionnés sauf PSH :
      iptables -A CHECK_BAD_TCP -p tcp --tcp-flags ALL SYN,RST,ACK,FIN,URG -j DROP


  • Suppression des paquets TCP avec les indicateurs SYN et RST positionnés :
      iptables -A CHECK_BAD_TCP -p tcp --tcp-flags SYN,RST SYN,RST -j DROP


  • Suppression des paquets TCP avec les indicateurs SYN et FIN positionnés :
      iptables -A CHECK_BAD_TCP -p tcp --tcp-flags SYN,FIN SYN,FIN -j DROP


  • Là, nous retournons à la chaine appelante :
      iptable -A CHECK_BAD_TCP -j RETURN

Évidemment, seuls les paquets pour lesquels nous n'avons pas détecter de problèmes arrivent jusqu'ici.

14.3 Règles pour les trames TCP entrantes

  • Maintenant, place au trafic légitime que nous allons accepter.


  • Nous déclarons une chaîne utilisateur INPUT_TCP :
      iptables -N INPUT_TCP

Puis, nous allons accrocher sur cette chaîne utilisateur INPUT_TCP les règles qui concernent le protocole TCP en entrée.


  • Notre première action est d'appeler la chaine de vérification des paquets TCP :
      iptables -A CHECK_TCP


  • Prise en compte des connexions TCP déjà établies et donc sans indicateur syn :
      iptables -A INPUT_TCP -p tcp ! --syn -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT


  • Prise en compte des connexions ftp-data (20) en mode actif (profite de la règle ESTABLISHED générique ci-dessus) :
      iptables -A INPUT_TCP -p tcp --sport ftp-data -m state --state RELATED -j ACCEPT

Pas la peine de repréciser l'obligation du flag syn, puisque cela a été vérifié par la chaîne CHECK_BAD_TCP.


  • Ci-dessous, pour information, prise en compte des connexions ftp en mode passif. C'est en commentaire car inutile du fait de la règle ESTABLISHED générique :
       # iptables -A INPUT_TCP -p tcp --sport 1024:65535 --dport 1024:65535 -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT


Pour ceux qui se posent des questions sur le mode passif et actif du ftp, et / ou sur les différents indicateurs : vous reculez de trois cases pour aller en Parefeu_-_firewall_-_netfilter_-_iptables#Suivi_de_connexion_et_TCP.


  • À partir d'ici, c'est la politique par défaut qui s'applique. Dans notre cas : DROP.


Note tip.png L'avez-vous remarqué ?
Les seules règles qui acceptent du trafic en entrée sont des règles qui concernent des connexions déjà établies (ESTABLISHED) ou relatif (RELATED) à une connexion déjà établie.

14.4 Règles pour les trames UDP entrantes

  • Nous déclarons une chaîne utilisateur INPUT_UDP :
      iptables -N INPUT_UDP

Sur cette chaîne utilisateur INPUT_UDP nous allons accrocher des règles qui concernent le protocole UDP en entrée.


  • Nous acceptons les retours de nos requêtes à des serveurs de noms ou dns (domain) et les retours de nos requêtes à des serveurs de temps (ntp) :
      iptables -A INPUT_UDP -p udp -m multiport --sport domain,ntp -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT

La règle domain est obligatoire, sinon vous ne pourrez accéder à d'autres site que par l'adresse IP !
Pour la règle ntp c'est à vous de voir.


  • Nous acceptons les retours de nos requêtes DHCP (bootps / bootpc) :
      iptables -A INPUT_UDP -p udp --sport bootps --dport bootpc -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT

Si vous êtes en adressage fixe, cette règle n'est pas nécessaire.



  • À partir d'ici, c'est la politique par défaut qui s'applique. Dans notre cas : DROP.


Note tip.png L'avez-vous remarqué ?
Les seules règles qui acceptent du trafic en entrée sont des règles qui concernent des échanges en cours (ESTABLISHED).

14.5 Règles pour les trames ICMP entrantes

  • Nous déclarons une chaîne utilisateur INPUT_ICMP :
       iptables -N INPUT_ICMP

Sur cette chaîne utilisateur INPUT_ICMP nous allons accrocher des règles qui concernent le protocole ICMP en entrée.


  • Nous acceptons les messages du protocole ICMP de type echo-reply qui correspondent à un échange déjà établi (ESTABLISHED) :
       iptables -A INPUT_ICMP -p icmp --icmp-type echo-reply -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT

Les messages ICMP de type "echo-reply" sont des réponses aux messages de type "echo-request" utilisés par la commande ping.


  • Nous acceptons les indications du protocole ICMP destinations-unreachable et time-exceeded qui sont relatives (RELATED) à un autre échange :
       iptables -A INPUT_ICMP -p icmp --icmp-type destination-unreachable -m state --state RELATED -j ACCEPT
       iptables -A INPUT_ICMP -p icmp --icmp-type time-exceeded -m state --state RELATED -j ACCEPT

Les messages ICMP de type "destination unreachable" correspondent à des erreurs d'adresses.
Les messages ICMP de type "time exceeded" correspondent aux retours de la commande traceroute.


  • À partir d'ici, c'est la politique par défaut qui s'applique. Dans notre cas : DROP.


Note tip.png L'avez-vous remarqué ?
Les seules règles qui acceptent du trafic en entrée sont des règles qui concernent des échanges déjà en cours (ESTABLISHED) ou relatif à des échanges déjà en cours (RELATIF).

14.6 Aiguillage des trames TCP entrantes suivant le protocole

  • Pour commencer, les messages dans un état invalide sont supprimés :
      iptables -A INPUT -m state --state INVALID -j DROP


  • Maintenant, nous appelons les chaînes précédemment crées.


  • Aiguillage des messages du protocole TCP vers la chaîne utilisateur INPUT_TCP :
      iptables -A INPUT -p tcp -j INPUT_TCP


  • Aiguillage des messages du protocole UDP vers la chaîne utilisateur INPUT_UDP :
      iptables -A INPUT -p udp -j INPUT_UDP


  • Aiguillage des messages du protocole ICMP vers la chaîne utilisateur INPUT_ICMP :
      iptables -A INPUT -p icmp -j INPUT_ICMP


  • À partir d'ici, c'est la politique par défaut qui s'applique. Dans notre cas : DROP.

14.7 Règles en sortie

  • Avant d'aller plus loin, il y a deux paroisses pour les règles en sortie :

- Ceux qui disent ça ne sert à rien, je suis sur mon ordinateur et il n'y a que moi donc pas de soucis.
- Ceux qui disent il faut tout contrôler.


Évidemment, il y a toutes les possibilités intermédiaires.


  • Personnellement, je suis plutôt pour tout filtrer, pour les raisons suivantes :

- J'aime bien savoir ce qu'il se passe sur ma machine. D'un autre coté, il faudrait aussi filtrer au niveau applicatif ce qui sort en http, au hasard. Mais ce n'est pas le sujet ici.
- J'aime bien comprendre. Donc, si une application ne fonctionne pas au niveau du réseau c'est que je n'ai pas encore tout compris. Et qu'il me manque une règle iptables.
Je n'ai pas beaucoup plus de bonnes raisons pour un ordinateur personnel où je travaille seul et où je suis sûr de ce que je fais ...


  • Mais finalement :

- Quand j'installe un logiciel suis-je sûr de ce que je fais ? Ai-je vraiment vérifié le code source et recompilé pour être sûr d'avoir un exécutable qui correspond au code source ?
- Si un virus/un ver/un cheval de troie/ ou autre, m'a infecté, le saurais-je ? Pourquoi pas essayer de l'empêcher de communiquer en vérifiant mes flux vers l'extérieur ?
- Et si je ne suis pas tout seul ? Ma Fedora est multi-utilisateur. Ma femme, mon mari, mes enfants, mes parents ne font-ils pas des bêtises sans le savoir ?
- ...


  • Bref, dans le cas d'un poste utilisateur mon avis n'est pas suffisamment tranché pour vous l'imposer. Mais je vous conseille quand même trés fortement de mettre en place ce filtrage en sortie.


  • Donc, si vous ne voulez pas de filtrage en sortie, il vous reste à remplacer la politique par défaut en sortie :
       iptables -P OUTPUT DROP

Par celle-ci :

       iptables -t filter -P OUTPUT  ACCEPT

Ou encore, vous pouvez ajouter une règle :

       iptables -A OUTPUT -j ACCEPT


Pour ceux qui veulent filtrer en sortie, vous pouvez suivre les chapitres suivants.

14.8 Règles pour les trames TCP sortantes

  • Nous déclarons une chaîne utilisateur OUTPUT_TCP :
       iptables -N OUTPUT_TCP

Sur cette chaîne utilisateur OUTPUT_TCP nous allons accrocher des règles qui concernent le protocole TCP en sortie.

  • Suppression des paquets TCP de connexions sans indicateur syn ou avec d'autres indicateurs que syn :
       iptables -A OUTPUT_TCP -p tcp -m state --state NEW,RELATED ! --tcp-flags ALL SYN -j DROP

Cette règle, en plus de supprimer des paquets de connexion TCP mal formatés, va nous assurer que tous les paquets de connexions dans l'état NEW ou RELATED ont bien le flag --syn positionné. Ce n'est donc pas la peine de le préciser pour les règles suivantes.


  • Prise en compte des nouvelles connexions déjà établies (RELATED) :
       iptables -A OUTPUT_TCP -p tcp -m state --state RELATED -j ACCEPT

Cela nous est utile pour la partie données du protole ftp en mode passif et actif.


  • Prise en compte des connexions TCP déjà établies et donc sans indicateur syn :
       iptables -A OUTPUT_TCP -p tcp ! --syn -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT


  • Prise en compte des nouvelles connexions TCP (NEW) ftp (transfert de fichiers), smtp (envoi de mail), http (surf), pop3 (récupération de mail), imap (récupération de mail) et https (surf sécurisé) :
       iptables -A OUTPUT_TCP -p tcp --sport 1024:65535 -m multiport --dports ftp,smtp,http,pop3,imap,https -m state --state NEW -j ACCEPT

Pas la peine de repréciser l'obligation du flag syn.


  • Ci-dessous, pour information, prise en compte des connexions ftp partie data. C'est en commentaire car inutile du fait des règles ESTABLISHED et RELATED génériques :
       # iptables -A OUTPUT_TCP -p tcp ! --syn --dport ftp-data -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT

Cette règle concerne la partie date du ftp actif - ftp-data (20).

       # iptables -A OUTPUT_TCP -p tcp ! --syn --sport 1024:65535 --dport 1024:65535 -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT
       # iptables -A OUTPUT_TCP -p tcp --syn --sport 1024:65535 --dport 1024:65535 -m state --state RELATED -j ACCEPT

Ces règles concernent le ftp passif.


Pour ceux qui se posent des questions sur le mode passif et actif du ftp, et / ou sur les différents indicateurs : vous reculez de trois cases pour aller en Parefeu_-_firewall_-_netfilter_-_iptables#Suivi_de_connexion_et_TCP.



  • À partir d'ici, c'est la politique par défaut qui s'applique. Dans notre cas : DROP.

14.9 Règles pour les trames UDP sortantes

  • Nous déclarons une chaîne utilisateur OUTPUT_UDP :
       iptables -N OUTPUT_UDP

Sur cette chaîne utilisateur OUTPUT_UDP nous allons accrocher des règles qui concernent le protocole UDP en sortie.


Nous acceptons tous les dialogues UDP déjà en cours :

       iptables -A OUTPUT_UDP -p udp -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT


Nous acceptons nos requêtes DHCP (bootpc / bootps) :

       iptables -A OUTPUT_UDP -p udp --sport bootpc --dport bootps -j ACCEPT


Nous acceptons nos requêtes à des serveurs de noms ou dns (domain) et les retours de nos requêtes à des serveurs de temps (ntp) :

       iptables -A OUTPUT_UDP -p udp --dport domain,ntp -j ACCEPT



  • À partir d'ici, c'est la politique par défaut qui s'applique. Dans notre cas : DROP.

14.10 Règles pour les trames ICMP sortantes

  • Nous déclarons une chaîne utilisateur OUTPUT_ICMP :
       iptables -N OUTPUT_ICMP

Sur cette chaîne utilisateur OUTPUT_ICMP nous allons accrocher des règles qui concernent le protocole ICMP en sortie.


  • Nous acceptons en sortie les messages ICMP de type "echo-request" :
       iptables -A OUTPUT_ICMP -p icmp --icmp-type echo-request -m state --state NEW -j ACCEPT

Il s'agit de la commande ping et traceroute.



  • A partir d'ici, c'est la politique par défaut qui s'applique. Dans notre cas : DROP.

14.11 Aiguillage des trames sortantes suivant le protocole

  • Aiguillage des messages du protocole TCP vers la chaîne utilisateur OUTPUT_TCP :
       iptables -A OUTPUT -p tcp -j OUTPUT_TCP


  • Aiguillage des messages du protocole UDP vers la chaîne utilisateur OUTPUT_UDP :
       iptables -A OUTPUT -p udp -j OUTPUT_UDP


  • Aiguillage des messages du protocole ICMP vers la chaîne utilisateur OUTPUT_ICMP :
       iptables -A OUTPUT -p icmp -j OUTPUT_ICMP


  • À partir d'ici, c'est la politique par défaut qui s'applique. Dans notre cas : DROP.

14.12 Règle FORWARD d'un poste utilisateur

  • Je n'en ai pas mis. Juste la politique par défaut :
       iptables -P FORWARD DROP

Dans le cas d'un poste utilisateur rien ne doit passer par le FORWARD.
Nous reparlerons du FORWARD un peu plus loin.

15 Règles supplémentaires

  • Ci dessous, j'ajoute quelques règles qui ne sont pas forcément utiles à tout le monde, mais dont je constate le besoin.


  • Règles pour imprimantes HP C6280 en réseau :
       iptables -A INPUT_UDP -p udp -m mac --mac-source XX:XX:XX:XX:XX:XX -s xxx.xxx.xxx.xxx --sport 161 --dport 1024:65535 -m state --state ESTABLISHED -j ACCEPT
       iptables -A INPUT_UDP -p udp -m mac --mac-source XX:XX:XX:XX:XX:XX -s xxx.xxx.xxx.xxx --sport 5353 --dport 5353 -j ACCEPT
       iptables -A OUTPUT_TCP -d xxx.xxx.xxx.xxx -p tcp --syn --sport 1024:65535 --dport 9100 -m state --state NEW -j ACCEPT
       iptables -A OUTPUT_UDP -d xxx.xxx.xxx.xxx -p udp --sport 1024:65535 --dport 161 -j ACCEPT
       iptables -A OUTPUT_UDP -p udp --sport 5353 --dport 5353 -j ACCEPT

Il faut remplacer XX:XX:XX:XX:XX:XX par l'adresse MAC de votre imprimante.
Il faut remplacer xxx.xxx.xxx.xxx par l'adresse IP de votre imprimante.


  • Permettre l'accès à son poste en http, ftp, etc :

Quelle horreur ! C'est vraiment exposer son ordinateur à tout vent. En tout cas, ce n'est pas à faire sur son poste utilisateur où l'on conserve sa comptabilité, ses codes d'accès, ses photos et vidéos ! A faire dans une DMZ, cf. Parefeu_-_firewall_-_netfilter_-_iptables#Des_r.C3.A8gles_iptables_parfaites_....


  • Permettre l'accès à son poste en SSH :
       iptables -A INPUT_TCP -p tcp --syn --dport ssh -m state --state NEW -j ACCEPT

Cette règle est présente par défaut dans Fedora. Je ne conseille pas de la laisser en place en permanence. Mais je conçois quelle puisse être mise en place ponctuellement.
Pour rappel : Parefeu_-_firewall_-_netfilter_-_iptables#R.C3.A8gles_pour_les_trames_entrantes.
Quelques possibilités :
- Vérifier l'adresse source de la connexion ssh.
- Changer le port ssh par défaut.
- Ouverture à des heures spécifiques.
- Port knocking (cf. en référence).


  • Accéder à un serveur CVS (2401) :
       iptables -A OUTPUT_TCP -p tcp --syn --dport cvspserver -m state --state NEW -j ACCEPT


  • Accéder à un serveur SVN (3690) :
       iptables -A OUTPUT_TCP -p tcp --syn --dport svn -m state --state NEW -j ACCEPT

16 DMZ, passerelle / firewall, passerelle / partage de connexions, routeur

  • Nous avons étudié la mise en place de règles de filtrage dans le cadre d'un poste utilisateur. Pour cela, nous avons utilisé les règles INPUT et OUTPUT, et réduit l'utilisation de la règle FORWARD à son minimum. Ci-dessous un schéma qui représente ce cas de figure :

Parefeu - firewall - netfilter - iptables-01.png


  • La règle FORWARD permet la mise en place d'un fitrage traversant, tel que dans le schéma ci-dessous :

Parefeu - firewall - netfilter - iptables-02.png
La règle FORWARD s'adresse aux trames qui ne sont pas destinataires de la machine traversées.
Elle nous permet d'autoriser, uniquement, le trafic que nous souhaitons pour d'autres ordinateurs. Et donc de les protéger.


  • En poussant un peu plus loin l'idée, nous pouvons autoriser certains flux avec une partie des ordinateurs et d'autres flux pour une autre partie des ordinateurs, tel que ci-dessous :

Parefeu - firewall - netfilter - iptables-04.png
Ce qui correspond à la mise en place d'une DMZ.


  • DMZ :

La notion de DMZ (DeMilitarized Zone) correspond au fait de séparer le réseau en plusieurs parties, ou zones. Certaines de ces zones sont dîtes sûres (de confiance) et d'autres non sûres. Dans une zone sûre, vous pourrez trouver vos postes personnels. Dans une zone non-sûre vos serveurs qui sont susceptibles d'être compromis (serveur Web, serveur de mails ...) car accessible depuis l'extérieur (Internet). Et même s'ils sont compromis, ils ne pourront contaminer vos autres zones car ils ne sont pas autorisés à y accéder.
Notez que cette notion implique qu'un poste personnel ne doit pas être accessible d'Internet. Il peut y accéder mais pas le contraire.


  • En résumé, dans une DMZ :

- Les postes utilisateurs peuvent accéder à Internet.
- Les postes utilisateurs peuvent accéder aux serveurs pour consultation, mise en place, maintenance, etc.
- Les serveurs peuvent accéder à Internet.
- Les serveurs ne peuvent pas accéder aux postes utilisateurs.
- Internet peut accéder aux serveurs.
- Internet ne peut pas accéder aux postes utilisateurs.
- L'accès au firewall est bien sûr limité. Il ne doit pas être d'y accéder par Internet ou à partir des serveurs.


  • L'élément central de la DMZ est la passerelle / firewall.

Au sens strict du terme une passerelle permet de traduire des protocoles de haut niveau en d'autres protocoles.
Dans le cas représenté ci-dessus, il s'agit plutôt de mettre en place un firewall dédié.


  • Passerelle / partage de connexion.

Une passerelle permet aussi la mise en place du partage de connexion. L'option firewall est bien entendue possible.


  • Un dernier élément commun aux différents cas de figure exposé ci-dessus est que pour aiguiller les trames entre différentes machines il faut que la machine par laquelle passe ces différentes trames fasse du routage.


  • Dans ce chapitre, je vous ai peut-être donné l'eau à la bouche. Mon but était plutôt de brosser un tableau de sujets connexes, non pas pour les aborder, mais pour que vous ayez connaissance de leur existence. Si vous le souhaitez, les différentes annexes vous permettront de poursuivre.

Et peut-être que d'autres tutoriels verront le jour sur ces sujets non abordés.

17 Références

  • Wikipédia :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pare-feu_(informatique) : Notion de pare-feu
http://fr.wikipedia.org/wiki/Netfilter : Netfilter


  • Firewall et sécurité d'un réseau personnel sous Linux :

http://olivieraj.free.fr/fr/linux/information/firewall/ : C'est plein d'humour et c'est bien fait. Oui, c'est bien fait, et en plus c'est plein d'humour.


  • Internet :

http://irp.nain-t.net/doku.php/130netfilter:start : Un autre site très complet, qui fait parti des goodies. Il y le lien sur notre sujet "NetFilter et IPtables", mais aussi pleins d'autres lien concernant Internet et ses protocoles.


  • Le bible netfilter / iptables de Oskar Andreasson :

http://www.linux-france.org/prj/inetdoc/guides/iptables-tutorial/ : la documentation la plus complète.


  • Générateur de règles netfilter / iptables :

http://easyfwgen.morizot.net/gen/ : Ce site vous permet de générer des règles iptables pour une distribution de type Red-Hat, donc Fedora. Pas mal de bonnes choses sont prises en compte. Ça peut vous donner des idées.


  • Quelques RFC :

http://abcdrfc.free.fr/rfc-vf/rfc791.html : RFC 791 - spécification du protocole IP.
http://abcdrfc.free.fr/rfc-vf/rfc793.html : RFC 793 - Spécification du protocole TCP.
http://abcdrfc.free.fr/rfc-vf/rfc768.html : RFC 768 - Spécification du protocole UDP.
http://abcdrfc.free.fr/rfc-vf/rfc792.html : RFC 792 - Spécification du protocole ICMP.


  • DMZ :

http://www.commentcamarche.net/contents/protect/dmz-cloisonnement.php3


  • Passerelle / partage de connexion :

http://linbox.free.fr/passerelle_simple/chapitres.php?chapitre=3
http://www.unixgarden.com/index.php/securite/mise-en-oeuvre-d%E2%80%99une-passerelle-internet-sous-linux
http://irp.nain-t.net/doku.php/110masquerade:start


  • Port Knocking :

http://www-igm.univ-mlv.fr/~dr/XPOSE2004/killy/fonctionnement.html http://www.portknocking.org/


Catégorie:Réseaux et Serveurs

Catégorie:Sécurité