Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Portail de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

Au secours je suis perdu…

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par :

… Et c'est bien normal ! Vous venez d'un monde différent, où on utilise des méthodes différentes, des outils différents… Bref, il va vous falloir repartir de zéro ! Et ça tombe bien, ce guide est fait pour vous aider.

Note tip.png Note préliminaire
Les chapitres 2 et 3 de cet article ne sont pas nécessaires pour comprendre le fonctionnement de votre nouveau système d'exploitation. En revanche, ils abordent des aspects plus philosophiques qui pourraient vous permettre de comprendre pourquoi GNU/Linux existe, et comment il fonctionne.

1 Mais où suis-je ?

Vous venez d'installer Fedora sur votre ordinateur, ou projetez de le faire ? Vous êtes perdu, ou pensez l'être ? Lisez donc ce qui suit.

Si vous n'avez pas encore installé Fedora sur votre machine, je ne peux que vous conseiller de vous reporter à cet article du Wiki qui vous permettra, en images, d'installer simplement votre nouveau système d'exploitation.

Vous venez donc d'installer Fedora sur votre machine. On va commencer par un peu de culture.

2 Qu'est-ce que le Logiciel Libre, ou pourquoi parler de liberté en Informatique ?

La plupart des logiciels que l'on peut acheter sont non-vendus : en effet, lorsque l'on achète un de ces logiciels, on achète le droit de s'en servir, et non le logiciel lui-même (selon leurs fabricants, pour permettre la rémunération de leurs auteurs). Ainsi, de tels logiciels n'appartiennent pas à la personne qui les a acheté, mais au créateur du logiciel, qui va donc pouvoir appliquer des restrictions à l'utilisateur final, en lui interdisant le droit de partager le logiciel, d'essayer de le comprendre, de le modifier, etc. On appelle donc ces logiciels les « Logiciels Privateurs » ou « Logiciels Propriétaires ».

Les Logiciels Libres, à l'inverse, confèrent des droits à leurs utilisateurs tout en adoptant des modèles économiques alternatifs essayant de rétribuer les auteurs de ces logiciels. Ces logiciels se distinguent donc par les libertés qu'ils apportent à l'utilisateur :

  • La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages (liberté 0).
  • La liberté d'étudier le fonctionnement du programme, et de l'adapter à vos besoins (liberté 1). Pour ceci l'accès au code source est une condition requise.
  • La liberté de redistribuer des copies, donc d'aider votre voisin (liberté 2).
  • La liberté d'améliorer le programme et de publier vos améliorations, pour en faire profiter toute la communauté (liberté 3). Pour ceci l'accès au code source est une condition requise.

À ces logiciels libres est donc attachée une philosophie qui prône le partage des connaissance et la liberté absolue dans l'utilisation de sa machine.

Note tip.png Exemples de logiciels privateurs
Le système Microsoft Windows est un exemple de Logiciel Privateur, de même que Mac OS d'Apple.

Notez également que le plugin Flash Player d'Adobe ou encore le codec MP3 qui permet de lire les fichiers éponymes sont aussi des logiciels privateurs. C'est la raison pour laquelle ils ne peuvent pas être intégrés d'office dans Fedora (à l'inverse d'Ubuntu par exemple qui les intègre par défaut).

Note tip.png Exemples de logiciels libres
Le système Fedora et les distributions GNU/Linux en général sont majoritairement composées de Logiciels Libres.

Certains Logiciels Libres sont connus du grand public, tels que Mozilla Firefox, OpenOffice.org ou encore Video Lan Client (VLC)

2.1 Quelques liens

Des sites entiers sont consacrés au Logiciel Libre, je ne peux que vous inciter à aller les consulter.

Le Logiciel Libre sur Wikipédia.

Le Logiciel Libre sur gnu.org.

Le Logiciel Libre sur l'AFUL.

Introduction sur le Logiciel Libre sur l'APRIL.

3 Qu'est-ce que Fedora ?

Fedora est un système d'exploitation basé sur le noyau Linux et les outils GNU. Il est développé et maintenu par des professionnels et des bénévoles. Le système est sponsorisé par Red Hat.

Note tip.png Linux ? GNU ? Red Hat ?
Linux est un noyau de système d'exploitation libre. C'est le programme principal d'un système d'exploitation, sa particularité étant que c'est un logiciel libre. Si nous faisions une analogie, le noyau d'un système d'exploitation est à un système informatique ce qu'un moteur est à une voiture.

GNU est le projet historique visant la réalisation d'un système d'exploitation complet entièrement libre. GNU n'ayant pas réalisé de noyau vraiment fonctionnel, on utilise le noyau Linux combiné aux outils GNU, indispensables pour le fonctionnement du système. Toujours avec l'analogie de la voiture, GNU serait la carrosserie, les sièges, les vitres, les roues...

Red Hat est une distribution GNU/Linux (un ensemble d'outils construits autour de Linux et GNU pour créer un système d'exploitation « exploitable ») qui a pour particularité d'être orientée serveur et vendue avec un support, ce qui explique pourquoi il faut payer pour obtenir une licence Red Hat (vous ne payez pas la distribution, mais le support technique qui va avec).

L'objectif de Fedora est de fournir un système d'exploitation libre et totalement gratuit basé sur Linux, composé des logiciels les plus récents possibles, le tout dans une optique de vitrine technologique. Si vous cherchez une distribution Linux à la pointe des dernières trouvailles logicielles : vous êtes très bien tombé.

Le cycle de vie de Fedora est de 6 mois, ce qui signifie que deux fois par an, une nouvelle version de Fedora sort. De plus, une version N est supportée un an à partir de la date de sa sortie (exemple : si Fedora 19 sort en juillet 2013, vous aurez des mises à jour et un support général jusqu'en juillet 2014. Passé cette date, pour profiter encore de mises à jour et de support, il faudra passer à la version supérieure - la 20 ou la 21 - et ainsi de suite).

C'est une distribution disponible pour la plupart des architectures communément utilisées et supportant de nombreux périphériques : Fedora marchera sur quasiment n'importe quelle configuration matérielle, que ce soit un PC de salon, un PC portable, un mini-PC (ou nettop), un serveur…

Enfin, l'environnement de bureau par défaut est GNOME (ce que nous allons voir dans le chapitre qui suit).

4 Passons aux choses sérieuses : le bureau GNOME

L'environnement dans lequel vous vous trouvez s'appelle GNOME (pour GNU Network Object Model Environment), dans sa version 3 (aussi appelé GNOME Shell). Par l'environnement, j’entends le bureau, la barre du haut et une grande partie des applications. Ça n'est pas le seul environnement existant (loin de là), mais nous nous bornerons dans cet article à ne traiter que celui-ci.

Vous devriez, après avoir passé l'écran d'identification (ou de login), vous trouver sur un bureau ressemblant très fortement à celui-ci :

Bureau de fedora 19
Note tip.png Un mot sur la souris
La souris se comporte exactement comme avec Windows (ou autre) : le clic gauche pour sélectionner ou ouvrir, le clic droit pour les options ; une différence toutefois : lorsque vous sélectionnez du texte avec la souris, il est automatiquement copié dans une sorte de « presse papier » temporaire. Ensuite, pour le « coller » il vous suffira de faire un clic avec la molette de la souris (ou clic central, ou encore un clic gauche et droit simultanément).

C'était une petite astuce, absolument pas nécessaire dans la compréhension générale de cet article.

4.1 Le mode « Apercu »

Avec Gnome 3, une nouvelle manière d'interagir avec les applications a été introduit. En cliquant sur le bouton « Activités », vous passez dans un mode de survol des applications. Notez que vous pouvez également passer en mode aperçu en appuyant sur la touche [Super] de votre clavier.

Note tip.png Touche [Super]
La touche [Super] est la touche avec le logo « Windows » généralement située entre les touches [Ctrl] et [Alt].
Mode Aperçu du bureau

Ce mode vous affiche les fenêtre des applications ouvertes (s'il y en a), une barre de raccourcis sur la gauche, une barre de recherche ainsi que la liste des bureaux virtuels sur la droite.

Note tip.png Les bureaux virtuels
La notion de bureau virtuel est propre à GNU/Linux (et UNIX). En effet, sous Windows (ou Mac), vous ne possédez par défaut qu'un seul bureau sur lequel s'entassent les différentes fenêtres ouvertes.

Sous GNU/Linux (et UNIX), vous pouvez avoir plusieurs bureaux : chacun d'entre eux est identique aux autres, mais permet de « contenir » des fenêtres différentes. Vous pouvez accéder aux bureaux virtuels en déplacant votre souris sur le bord droit de l'écran en mode « Apercu » et en cliquant sur le bureau que vous souhaitez. Par défaut, un seul bureau est disponible, mais un nouveau bureau vierge se rajoutera à la liste lorsque vous aurez occupé tous les bureaux vierges disponibles. Vous pouvez également changer de bureau en faisant « rouler » votre molette de souris en mode « Apercu ».

Pour accéder à une application (Firefox par exemple), vous avez 3 solutions :

  • Cliquer sur le raccourci préconfiguré dans la barre de raccourcis, à gauche
  • Cliquer sur les 9 points en bas de la barre de raccourcis, ce qui va faire apparaître la liste des applications (par défaut, la liste des applications fréquemment utilisées s'affiche en premier ; il suffit alors de cliquer sur « Toutes » en bas de l'écran pour afficher toutes les applications installées)
  • Taper directement le nom de l'application que vous cherchez (par exemple, ici, on va taper « fire »). Toutes les applications ou tous les fichiers qui ressemblent de près ou de loin au mot que vous tapez vont apparaître devant vous. Un simple clic sur l'application suffira ensuite à la lancer.
Recherche de "fire"

Une fois que vous avez lancé une application ou ouvert un fichier depuis l'aperçu, ce dernier va se fermer et vous aller repartir sur le bureau « classique ». Si vous repassez maintenant en mode « Apercu », vous allez constater que la fenêtre de Firefox va se « minifier ». En réalité, si vous avez plusieurs fenêtre ouvertes, toutes vont s'ajuster pour que puissiez avoir une vue d'ensemble de toutes les applications ouvertes. Ceci permet de se retrouver facilement dans vos fenêtres si vous aimez travailler avec beaucoup de choses ouvertes en même temps.

Un exemple avec Firefox et l'explorateur de documents ouverts :

Bureau de fedora 19
Note tip.png Hiérarchie des dossiers Linux
La hiérarchie des dossiers sous GNU/Linux (et les autres systèmes de type UNIX) est différente de celle sous Windows. Sous Windows Seven/8, votre dossier personnel est situé dans C:\Users\VotrePseudo, et les applications installées dans C:\Program Files\.

Sous GNU/Linux, votre dossier personnel est situé dans /home/votre_pseudo et les applications dans /usr/bin et/ou /bin et/ou /sbin voire /opt… De plus, les librairies des programmes ont elles aussi des répertoires dédiés (/lib ou /lib64) et sont partagées avec tous les autres programmes.

Vous pouvez imaginer votre disque dur sous GNU/Linux comme étant une armoire avec beaucoup de tiroirs (chacun ayant un nom différent, tel que home, proc ou var). Lorsque vous ouvrez un tiroir (par exemple le tiroir home situé dans l'armoire principale /, vous avez d'autres tiroirs (un seul dans notre cas s’appelant Wiki), puis encore d'autres tiroirs dans ce tiroir (nommés Documents, Musiques, Images, Vidéos, ...). Ainsi, si nous ouvrons le tiroir Images, nous nous trouverons dans /home/Wiki/Images/. Tout simplement.

Hiérarchie sous Linux

Voilà pour ce qui est du bureau. Il faut également savoir que les fenêtres se gèrent de la même façon que sous Windows (ou Mac) à la différence que GNOME 3 a fait le choix de ne pas afficher les boutons pour minimiser et agrandir les fenêtres. Pour agrandir une fenêtre, vous pouvez soit double-cliquer sur sa barre de titre, soit déplacer la fenêtre jusqu'à ce qu'elle touche la barre du haut (votre écran deviendra bleuté pour vous indiquer que si vous la lâchez ici, elle s'étirera pour prendre toute la place sur l'écran). Vous aurez le même comportement lorsque vous déplacerez votre fenêtre sur le bord gauche ou droit de votre écran, pour que votre fenêtre occupe la moitié gauche ou droite de votre écran. Essayez, vous comprendrez vite le fonctionnement.

Occupation droite de l'écran

4.2 La barre de notifications

GNOME 3 intègre un système de notifications évolué. Lorsque vous recevrez une notification (un nouvel email reçu, des mises à jour disponibles, une application qui vous fait savoir quelque chose, ...), cette dernière s'affichera en bas de l'écran pendant quelques secondes puis disparaîtra si vous n'y touchez pas (si, au contraire, vous passez la souris dessus, elle s'agrandira pour afficher toutes les informations). Mais ne vous inquiétez pas, vous aurez la possibilité de voir toutes les notifications dans la « barre de notifications ». Cette barre de notifications est accessible avec la vue « Apercu » ou bien avec le raccourçi clavier [Super] + [M].

Cette barre de notification va également regrouper les applications qui vont tourner en arrière-plan (comme par exemple Skype ou le client de synchronisation ownCloud).

Barre de notifications vide

4.3 Personnaliser GNOME 3

Par défaut, GNOME 3 est très peu personnalisable (la barre du haut n'est pas modifiable et le bureau n'affiche aucune icône). Toutefois, il est possible de modifier le comportement et / ou le physique du bureau en lui ajoutant des extensions. Ces extensions sont disponibles sur le site de GNOME : extensions.gnome.org. Ce site regroupe toutes les extensions développées par les utilisateurs et vous permet de gérer celles que vous avez installées sur votre machine (dans l'onglet « Installed extensions »).

Pour plus d'informations sur les extensions, et pour les réponses aux questions que vous devez certainement vous poser, allez voir la page de documentation associée : documentation de GNOME 3.

Notez que pour pouvoir fermer votre session (du moins, pour avoir le bouton permettant de faire cette action), il faut que vous ayez plusieurs comptes d'utilisateurs sur votre système.

5 Utilisation des outils : comment fait-on pour… ?

Avant toute chose, une mise au point et une explication s'imposent : vous pouvez (et devez pour apprendre) toucher à tout sous GNU/Linux. Vous ne risquez en aucun cas de causer des dommages irréparables à votre ordinateur (tant que vous êtes connecté en tant qu'utilisateur lambda). Pourquoi ? C'est très simple.

Alors que Windows considère l'utilisateur d'une machine comme une personne responsable et qui sait ce qu'elle fait (et par conséquent lui octroie le droit d'avoir un contrôle total sur la machine, ce même droit étant également octroyé aux programmes, potentiellement malveillants, qu'il exécute), GNU/Linux (et UNIX en général) fait une énorme distinction entre l'administrateur d'une machine (nommé root - racine en Anglais) et l'utilisateur lambda (nommé user).

Pour faire simple, seul l'utilisateur root aura accès aux fichiers critiques du système et seul l'utilisateur root aura le droit d'installer ou de supprimer des applications. L'utilisateur lambda, quant à lui, aura accès aux applications, à ses fichiers personnels ; bref, au minimum pour pouvoir utiliser son ordinateur en toute sérénité.

C'est pourquoi certaines applications vous demanderont un mot de passe root : elles auront besoin de l'autorisation suprême pour effectuer certaines actions.

Authentification demandée
Note tip.png Mot de passe root
Ce mot de passe est renseigné lors de l'installation de Fedora sur votre machine. C'est le mot de passe le plus important de votre système : ne le perdez pas !
InProgress tip.png Attention !
Si une application vous demande de saisir le mot de passe root, attention : cette application aura tout pouvoir sur votre machine. Vous pouvez toucher à tout sans rien risquer tant que vous êtes un utilisateur lambda. Dès lors qu'une application possède le « pouvoir ultime », prenez garde à ce que vous faites avec.
Note tip.png Compte administrateur
Si, lors de l'installation, vous avez demandé à ce que votre compte utilisateur fasse partie des administrateurs, il se peut que le mot de passe demandé par les boîtes de dialogues ne soit pas le mot de passe root mais le mot de passe de l'utilisateur. Prenez le temps de lire le mot de passe qui vous est demandé.

5.1 Installer des applications

Ici, point de recherche sur des sites douteux, fini telecharger.com : tout est centralisé : une seule application gère l'installation et la suppression de toutes les applications présentes sur votre système.

Cette application (de son petit nom gpk-application ou PackageKit) est accessible depuis l'aperçu. Elle ressemble à ceci :

PackageKit

Son utilisation est très simple : la gauche se divise en deux parties :

  • un champ de recherche qui vous permet de rechercher le logiciel de votre choix (exemple : Thunderbird)
  • un champ classant les applications par leur groupe : Thunderbird se trouvera dans le groupe Internet. Utile si vous ne connaissez plus le nom de l'application en particulier, ou bien si vous désirez juste fouiller dans la liste d'applications disponible.
Note tip.png Remarque
Sous Fedora, les applications à installer ou installées sont nommées paquets ; en effet une application ne s'installe jamais seule et contient quelques fichiers supplémentaires. D'où le nom paquet.

Lorsque vous cliquez sur un groupe, ou effectuez une recherche dans le champ de recherche, le résultat s'affiche à droite : la liste des paquets correspondants s'affiche : une brève description du paquet est donnée, tandis que le paquet en lui même est écrit en dessous.

Dans la partie basse de cette zone s'affiche, lorsque vous sélectionnez un paquet, un descriptif complet du paquet en question.

Note tip.png Remarque
Étant donné que l'application va aller chercher sur les serveurs de Fedora la liste des logiciels disponibles, il est régulier de devoir attendre un petit moment au lancement de l'application que la dernière mise à jour de la liste ait été effectuée. Si l'application est en train d'effectuer cette mise à jour, cette opération vous est notifiée en haut à droite de la fenêtre. Lorsque toutes les opérations ont été effectuées, cette notification disparaît et vous pouvez alors commencer à chercher les paquets qui vous intéressent.
Note tip.png À propos de l'affichage des paquets
À première vue, l'affichage du paquet peut paraître déroutant : avec l'exemple de Thunderbird, on a un nom de paquet qui ressemble à thunderbird-17.0.7-1.fc19 (64 bits).
Recherche de Thunderbird

thunderbird est le nom de l'application, 17.0.7-1 sa version, fc19 est la version de Fedora pour laquelle cet application a été créée (ici Fedora 19) et 64 bits indique l'architecture pour laquelle cette application a été créée (peu utile pour nous ; remarquez simplement que si vous avez installé Fedora en version 64 bits, vous devrez installer - dans la mesure du possible - des applications conçues pour l'architecture 64 bits - ou x86_64 - et non pas 32 bits - ou i686).

Lorsque vous avez trouvé l'application que vous désirez installer, il vous suffit de cocher la case correspondante à gauche.

Puis vous pouvez réitérer l'opération autant de fois que voulu pour installer autant d'applications que vous le désirez.

Enfin, quand vous avez sélectionné toutes les applications que vous voulez installer, il vous suffit de cliquer sur « Appliquer les changements ». À la suite de ceci, l'application déterminera automatiquement s'il est nécessaire d'installer d'autres paquets pour que les paquets que vous avez sélectionné s'installent sans problème : on appelle ceci les dépendances. À la fin de cette opération, l'application vous notifiera des paquets à installer sur votre système, des dépendances requises s'il y a, puis vous demandera de valider une dernière fois, à la suite de quoi il est possible qu'elle vous demande le mot de passe root : vous pouvez l'entrer sans crainte ici.

Enfin, l'application téléchargera les paquets concernés et les installera et vous notifiera des opérations effectuées.

Note tip.png Désinstaller une application
Pour désinstaller une application, la procédure sera exactement la même à ceci près qu'il ne faudra pas cocher la case du paquet à installer, mais décocher la case du paquet à désinstaller.

5.2 Mettre à jour des applications

Comme indiqué précédemment, Fedora centralise toutes les applications dans ce qu'on appelle des dépôts. C'est dans ces dépôts que gpk-application (par exemple) va aller puiser les informations nécessaires pour afficher la liste des applications disponibles. C'est également dans ces dépôts que sont "entreposés" les différentes applications que vous allez pouvoir installer.

Grâce à cela, les mises à jour de votre machine sont grandement simplifiées : vous n'avez plus besoin de mettre à jour les applications individuellement, mais toutes les applications se mettent à jour ensemble.

Par défaut, le système est configuré pour vérifier quotidiennement les mises à jour disponibles, mais sans les installer. En revanche, il vous notifiera des mises à jour possibles dans la barre des notifications.

5.3 Toujours plus d'applications : installation des dépôts RPMFusion

Les dépôts Fedora sont certes grands, mais ils ne peuvent contenir tous les logiciels existants. De plus, certains logiciels n'ont pas une licence en accord avec les principes Fedora et donc ne peuvent trouver leur place sur les dépôts Fedora.

C'est pour cela qu'ont été créé les dépôts RPMFusion.

Ces dépôts sont au nombre de deux : un dépôt free et un dépôt nonfree (comprendre libre et non-libre). Ils ont tous les deux été conçu pour Fedora et il est ainsi fortement conseillé d'installer au moins le dépôt free.

Pour les installer, rien de plus simple : il vous suffit de vous rendre sur cette page et dans les étapes 1. et 2. de cliquer sur la version de Fedora que vous avez installé et de l'ouvrir (quand Firefox vous le demandera) avec le Programme d'installation de paquetages. Votre mot de passe root vous sera demandé après une alerte de sécurité que vous pourrez ignorer (pour cette fois).

Vous aurez ainsi ajouté les dépôts RPMFusion à votre système, ce qui vous permettra d'avoir une bien plus grande quantité de choix de paquets lorsque l'envie vous prendra d'installer un logiciel.

Note tip.png Note
Si vous préférez installer les dépôts RPMFusion en passant par la page de Wiki dédiée, je vous conseille fortement de lire l'avertissement (en rouge) du paragraphe 6 avant.

5.4 Les applications de base

Dès lors que Fedora est installée, vous disposez d'un panel plus ou moins large d'applications (selon le média d'installation) suffisant pour une utilisation basique :

  • Un lecteur de musique Rhythmbox
  • Un lecteur vidéo Totem
  • Un utilitaire de gravure de CD/DVD Brasero
  • Un utilitaire vous permettant de jouer avec votre webcam Cheese
  • Un outil de gestion d'albums photos Shotwell
  • Le navigateur web Mozilla Firefox
  • Le gestionnaire de messagerie et calendriers Evolution

Ainsi que beaucoup d'autres applications telles qu'un éditeur de texte (gedit), un lecteur de fichiers PDF (evince), un visionneur d'images (eog pour Eye Of Gnome), un outil de numérisation (simple-scan), une calculatrice (gnome-calculator), un gestionnaire d'archives (fichiers compressés) (file-roller)…

Si vous avez procédé à une installation plus complète (avec le DVD d'installation par exemple), vous pouvez trouver d'autres programmes, comme :

  • La suite LibreOffice.org

6 Pour aller plus loin

Maintenant que vous vous êtes familiarisés avec votre nouveau système et que vous avez appris les fonctions de base, il ne vous reste plus qu'à ajouter des fonctions à votre ordinateur. Cela va se décomposer en plusieurs étapes, vous aurez peut-être besoin :

Note tip.png À propos des cartes graphiques
En théorie, votre carte graphique devrait automatiquement être détectée à l'installation de Fedora et les pilotes libres adéquats devraient être installés automatiquement. En pratique, parfois, notamment pour les cartes graphiques récentes, il se trouve qu'aucun pilote libre adéquat ne soit trouvé et votre système ne peut ainsi pas traiter de données graphiques à l'aide de votre carte graphique (en gros : vous ne pouvez pas utiliser de jeux nécessitants une accélération graphique). Vous devrez alors utiliser des pilotes libres encore en cours de développement, ou bien installer les pilotes propriétaires.

De même si vous constatez des performances graphiques faibles : peut-être qu'installer les pilotes propriétaires donnera de meilleurs résultats. Pour savoir si votre carte graphique supporte actuellement l'accélération graphique, il vous suffit de taper dans un terminal :

$ glxinfo | grep direct

Suivi d'[Entrée]. S'il est affiché direct rendering: Yes, alors votre carte a bien été détectée et est bien utilisée. S'il est affiché direct rendering: No, alors vous devrez suivre l'aide de la documentation ou du forum.

De plus, il n'est absolument pas nécessaire d'avoir l'accélération graphique d'active pour pouvoir profiter de Fedora. Elle est uniquement nécessaire pour certains jeux, ainsi que pour l'utilisation de Compiz

Note tip.png Remarque
Avant de procéder à l'installation de ces différents paquets (codecs, pilotes…), il est impératif d'installer les dépôts RPMFusion comme expliqué plus haut.
InProgress tip.png Attention !
Avant toute chose, une dernière explication s'impose.

Vous avez sûrement remarqué que, jusqu'ici, nous n'avons pas utilisé le terminal. Or, vous allez en avoir besoin pour comprendre les différentes pages de ce Wiki. Commençons : le terminal sous GNU/Linux (et UNIX), c'est un peu comme une voie d'accès privilégiée à son système ; c'est à dire qu'avec lui vous pouvez tout faire. Dans les différentes pages de ce Wiki, vous trouverez des articles qui vous demanderont de rentrer

# yum install thunderbird

Ou encore

$ lspci

Le symbole en tout début indique avec quel utilisateur cette opération doit être effectuée :

  • le symbole # indique que l'opération doit être effectuée en root.
  • le symbole $ indique que l'opération doit être effectuée en tant qu'utilisateur lambda.

La méthode la plus simple pour ouvrir un terminal consiste à ouvrir un petit terminal sur votre bureau : pour cela, tapez « terminal » dans l'aperçu puis ouvrez l'application éponyme. Une fois votre terminal ouvert, il vous affichera ceci :

[Wiki@localhost ~]$

Vous remarquerez la présence du symbole $ : le terminal est prêt à recevoir des commandes en tant qu'utilisateur lambda. Pour entrer des commandes en root, il vous suffit de rentrer

su -

Ce qui vous donnera

[Wiki@localhost ~]$ su -

Suivi d'[Entrée]. Le mot de passe root vous sera demandé (il est normal qu'il ne s'affiche pas pendant la saisie), puis finissez en pressant [Entrée].

Attention : une fois en root, vous possédez un pouvoir absolu sur votre machine : attention à ce que vous tapez ! Bornez-vous à recopier scrupuleusement ce que le Wiki vous invite à recopier si vous ne comprenez pas la commande. Une fois votre opération terminée, il est conseillé (si vous êtes passé en root) de taper

exit

Dans votre terminal pour sortir du mode root et perdre vos pouvoirs, dangereux si mal utilisés.

Maintenant, si on vous demande de rentrer

# yum install thunderbird

Ou

$ lspci

Vous saurez de quoi il retourne.

Citons également le Paquet Fedora du jour qui permet d'avoir la présentation d'un nouveau paquet tous les jours, l'utilité du paquet dépendant du jour de la semaine.

Et pour terminer, quoi de mieux qu'un petit journal fait par des utilisateurs, pour des utilisateurs ? J'ai nommé Muffin !

Muffin, c'est bon, mangez-en.

7 Conclusion

Vous venez d'apprendre rapidement comment fonctionne Fedora. Bien évidemment, vous ne savez pas encore tout, et vous n'êtes ni au bout de vos surprises, ni au bout de vos peines. En tous les cas, je ne peux que vous conseiller fortement de lire le Wiki de ce site en cas de problème, de consulter le forum, et de garder espoir : même si vous pensez que vous auriez mieux fait de vous couper un bras plutôt que d'installer cette saleté de Fedora, je vous rassure tout de suite : l'expérience que vous êtes en train de mener est formidable, et une fois que vous saurez vous servir de Fedora, vous saurez vous servir de n'importe quelle distribution GNU/Linux, et par extension de n'importe quelle machine.

Bon courage… Et à bientôt dans la communauté Fedora-Fr !