Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Portail de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

Configuration d'un serveur DNS

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par :

1 Quelques explications sur les noms de domaines

Un nom de domaine (ou NDD en notation abrégée) est un identifiant unique lié à une entité dont les ordinateurs sont reliés au réseau internet. Le système est hiérarchique, permettant la définition de sous-domaine(s) d'un domaine existant.

Ce nom est composé d'au moins un mot, le label. S'il y a plusieurs labels, on doit les séparer par un point. Le suffixe sera choisi dans la liste des entités du plus haut niveau, ou Top Level Domain (TLD). Le mot précédent le suffixe peut être n'importe lequel (à quelques conditions syntaxiques près).

Il existe deux types de TLD :

  1. les ccTLD (pour Country Code, code pays, c’est-à-dire les domaines nationaux), composés de deux lettres identifiant un pays (fr (France), aq (Antarctique), pl (Pologne), gr (Grèce), de (Allemagne), pm (Saint Pierre et Miquelon), etc.).
  2. les TLD génériques, composés de trois lettres ou plus.

Les règles de dépôt d'un nom de domaine dans ces TLD ne sont pas les mêmes pour tous.

2 Installation et configuration d'un serveur DNS ( BIND )

2.1 Installation

Installons Bind grâce à la commande yum :

$ su -
# yum install bind-chroot

Appliquons quelques changements de permissions :

$ su -
# chmod 755 /var/named/
# chmod 775 /var/named/chroot/
# chmod 775 /var/named/chroot/var/
# chmod 775 /var/named/chroot/var/named/
# chmod 775 /var/named/chroot/var/run/
# chmod 777 /var/named/chroot/var/run/named/

Bind est ici installé en chroot, c'est à dire qu'on a modifié son répertoire racine pour assurer une meilleure sécurité.

Créons donc un lien symbolique pour faire pointer le répertoire classique sur le répertoire chrooté :

# cd /var/named/chroot/var/named/
# ln -s ../../ chroot

Pour finir l'installation de Bind, nous allons le démarrer à l'amorçage de la machine :

# chkconfig --levels 235 named on

Voilà Bind est maintenant installé convenablement, nous allons pouvoir lui attribuer une configuration de base.

2.2 Configuration de base

Nous allons ouvrir le fichier /etc/named.conf pour et modifier les lignes comme suit :

allow-recursion { localhost; };
version "SECRET";

Ceci afin d'assurer la sécurité de Bind , nous allons cacher son numéro de version et ainsi n'autoriser les requêtes récursives que depuis lui-même (à modifier en fonction de vos besoins bien sûr ).
Tout le reste devrait être correct, afin de ne plus avoir a modifier ce fichier ( pour éviter les erreurs ) nous allons ajouter cette ligne à la fin de /etc/named.conf :

include "/etc/named.conf.local";

Puis nous poursuivrons la configuration des noms de domaine hébergés dans ce fichier.

2.3 Configuration d'un serveur DNS primaire

Éditez le fichier /etc/named.conf.local en ajoutant :

zone "votredomaine.com" IN {
type master;
file "votredomaine.com.zone";
allow-update { none; };
};

En personnalisant bien sûr avec votre propre nom de domaine.
Il faudra répéter cette opération pour chacun de vos noms de domaine à héberger.

2.4 Configuration d'un serveur DNS secondaire

Éditez le fichier /etc/named.conf.local en ajoutant :

zone "votredomaine.com" IN {
type slave;
file "votredomaine.com.zone";
masters { 213.246.58.68; };
};

En personnalisant bien sûr avec votre propre nom de domaine.
Où la zone masters{}; représente l'adresse IP du serveur primaire de votre zone.

2.5 Configuration de la zone DNS

A chacune de vos zones doit correspondre un fichier dans /var/named/votredomaine.com.zone
Voici un exemple qui est bien entendu à personnaliser à votre guise :

$ttl 86400
votredomaine.com. IN SOA ns.votredomaine.com. dnsmaster.votredomaine.com. (
2006110801
10800
3600
604800
38400 )

@ IN NS ns.votredomaine.com.
@ IN NS ns2.votredomaine.com.

@ IN MX 10 mail.votredomaine.com.
@ IN MX 20 mail2.votredomaine.com.

@ IN A votreip
www IN A votreip
* IN CNAME www

mail IN A votreip
mail2 IN A votreip
ns IN A votreip
ns2 IN A votreip

Voici quelques explications sur ce fichier :

$TTL 86400 indique une durée de vie (Time To Live) par défaut de 86400 secondes (une journée) pour les enregistrements où cela n'est pas précisé.

@ est un raccourci pour le nom de la zone indiquée dans le fichier named.conf.local suivi d'un point.

SOA désigne l'enregistrement de "début d'autorité" (Start Of Authority), il est suivi du nom du serveur DNS primaire et de l'adresse du responsable où "@" est remplacé par un "." et l'adresse elle même terminée aussi par un ".", si votre adresse email contient un "." il faudra noter comme cela : prenom\.nom.email.com.

Viennent ensuite entre ( ) des informations sur la durée de validité de l'enregistrement :

Tout d'abord il faut indiquer un numéro de série de l'enregistrement. Quand vous changerez votre configuration, n'oubliez pas d'incrémenter ce numéro, cela permettra aux serveurs esclaves de mettre à jour leurs données quand cela est nécessaire. Utilisez un numéro de série de la forme AAAAMMJJXXAAAA et l'année, MM le mois sur deux chiffres, JJ le jour sur deux chiffres et XX un numéro à deux chiffres (vous pouvez commencez à 00 et augmenter de 1 à chaque changement dans la même journée).

Viennent ensuite 4 durées :

  • Le rafraichissement correspond à l'intervalle entre deux vérifications des serveurs esclaves
  • Réessai est l'intervalle de nouvelle tentative de vérification en cas de non réponse de votre serveur
  • L'obsolescence correspond à la durée maximale pendant laquelle les esclaves répondront aux requêtes sans avoir pu contacter le serveur maitre
  • Durée de vie est la durée de validité des données communiquée par votre serveur pour toute requête.

Figurent ensuite les enregistrements NS (name server) qui indique quels sont les serveurs de noms de votre domaine (maitre et esclaves)

MX désigne les serveurs de mail (MX= Mail EXchanger), le numéro qui figure indique l'ordre de priorité des serveurs de mail, plus le numéro est petit, plus la priorité est grande. Ainsi, si votre machine est arrêtée, les mails qui lui sont destinés sont récupérés par le mail exchanger de priorité immédiatement inférieur qui vous les retransmettra quand votre machine sera de nouveau connectée. Naturellement, les enregistrements MX ne sont utiles que si vous hébergez un serveur de mail!

TXT est un commentaire.

Une fois votre zone configurée vous pouvez lancer la commande pour prendre en compte les modifications ( n'oubliez pas d'incrémenter le serial ( ex : 2006110801 = YYMMJJ?? ) qui permet de synchroniser votre serveur DNS primaire à votre serveur DNS secondaire ) :

# rndc reload

Mettez aussi votre serveur dans la liste de vos resolver DNS en ajoutant cette liste en haut de votre fichier /etc/resolv.conf :

nameserver 127.0.0.1

3 Vérification du bon fonctionnement du serveur DNS

Pour vérifier le bon fonctionnement de notre serveur DNS nous allons utiliser ZoneCheck et voir comment on peut automatiser une vérification de la bonne configuration des DNS et être prévenu par email en cas d'erreur.

3.1 Installation de ZoneCheck

Nous allons satisfaire quelques dépendances :

$ su -c 'yum install ruby rubygems'

Nous allons installer dnsruby

$ su -c 'gem install dnsruby'

Puis installer ZoneCheck, n'hésitons pas à prendre la dernière version disponible sur le centre de téléchargement de Zone Check :

$ wget http://www.zonecheck.fr/download/zonecheck-3.0.2.tgz
$ tar xvfz zonecheck-3.0.2.tgz 
$ cd zonecheck 
$ su -c 'ruby installer.rb all'

3.2 Automatisation de ZoneCheck

Nous allons donc lancer automatiquement la vérification des zones DNS que nous hébergeons, pour cela nous allons créer un fichier nommé dom.conf (dans le répertoire de votre choix) et le remplir ainsi :

votredomaine.fr
votredomaine.com
votredomaine.net
votredomaine.org
sondomaine.info
notredomaine.eu

Il suffit de personnaliser avec vos propres domaines.

Créons ensuite le script de vérification et d'envoi de mail qu'il suffira de personnaliser rapidement avec le chemin du fichier dom.conf et de votre email.

#!/bin/sh
#script de vérification des zones dns multiples + envoi de mail en cas d'échec
#dernière mise à jour le jeudi 12 aout 2010
#by TitaX
 
####variables a personnaliser
ZONECHECK="/usr/local/bin/zonecheck"
DOM="/votrechemin/script/dom.conf"
TXT="/tmp/zones.txt"
MAIL="votremail@votredomaine.com"
DATE=`date +%d-%m-%Y`
####

#on lance la vérification des zones
#ne pas oublier de remplir le fichier $DOM
for i in `cat $DOM`; do $ZONECHECK -q -vn,d,x,f $i; done > $TXT

#on vérifie si des zones sont en ECHEC
if cat $TXT |grep -E "ECHEC" > /dev/null
#on envoi un mail si des zones sont en ECHEC
then cat $TXT |mail -s "CheckZone du $DATE en ECHEC !" $MAIL
#sinon tout est ok alors "have fun"
else rm -f $TXT
fi

Ajoutons le script en Crontab:

$ crontab -e
00 9 * * 1 /votre/chemin/zonecheck.sh

Pour lancer la vérification tous les lundis à 9 heures par exemple.
Un courriel vous sera automatiquement envoyé si un de vos domaines est en erreur.

3.3 Vérification via interface web

D'autres moyens pour vérifier le bon fonctionnement du serveur DNS sont disponibles, comme par exemple :

4 Pour aller plus loin

Voici quelques sites qui vous seront sûrement de bonnes ressources dans votre processus d'installation d'un serveur DNS :

Actions
Espaces de noms
Variantes