Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Portail de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

Fedora et le Temps Réel

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par :


1 Historique du document

  • 24/04/11 : Mise à jour. Suppression RTLinux
  • 01/07/07 : Fedora Core devient Fedora
  • 17/02/07 : Version finalisée
  • 17/02/07 : Ajout partie CCRMA
  • 08/01/07 : Création du document

2 Qu'est-ce que le Temps Réel ?

2.1 Le Temps Réel : une définition

Quand on veut parler de Temps Réel, il faut d'abord parler de systèmes embarqués ou d'embarqué.

Un système embarqué peut être défini comme un système électronique et informatique autonome, qui est dédié à une tâche bien précise. Il doit généralement respecter des contraintes temporelles dures (Hard Real Time) et l'on utilise alors un système d'exploitation ou un noyau Temps Réel (Real Time Operating System, RTOS).


"Un système sera dit Temps Réel lorsque l'information après acquisition et traitement reste encore pertinente."


Un temps de latence maximum est alors garanti (pire cas).

2.2 Le Temps réel dur

On parle de Temps Réel dur ou Hard Real Time (celui de l'électronicien) ou tout simplement Temps Réel quand on garantit dans 100 % des cas un temps maximum d'exécution (temps de latence) pour un évènement à traiter quelle que soit la charge du système et son état actuel.

Ce temps de latence maximum est au minimum de quelques dizaines de µs actuellement pour un PC standard.

On peut citer comme exemples le contrôle de centrales nucléaires ou les systèmes utilisés dans l'aéronautique.


La notion de Temps Réel dur ou Temps Réel est historiquement la première apparue (depuis quelques dizaines d'années) contrairement à la notion de Temps Réel mou.

2.3 Le Temps réel mou

On parle maintenant de Temps Réel mou ou Soft Real Time (celui de l'informaticien) quand on garantit dans 99,xx % des cas un temps maximum d'exécution (temps de latence) pour un évènement à traiter. Dans le cas des 0,xx % restant, le temps de latence maximum n'est plus garanti et peut "exploser" suivant la charge du système et son état actuel (dans le cas d'un flux vidéo, on perd quelques images (frames) mais ce n'est pas grave car cela ne nuit pas au service).

On assure dans le cas du Temps Réel mou plutôt une une Qualité de Service QoS (Quality of Service) bien adaptée aux flux multimédia.

Ce temps de latence est au minimum de quelques centaines de µs actuellement pour un PC standard.

2.4 Le Temps Réel pour quoi faire ?

Le Temps Réel permet de garantir un temps de réponse adéquat pour son système. Tout dépend de la réactivité que l'on veut garantir à son système suivant des sollicitations extérieures (interruptions...).

Le dessin suivant présente les différentes solutions possibles. Rtos.png

Plus les contraintes sont strictes, plus l'on tend vers une solution Temps Réel dur, voire vers une solution purement électronique.

C'est donc le procédé à contrôler par le système qui va imposer ses contraintes et donc le choix entre une solution best effort, Temps Réel mou, Temps Réel dur et non le contraire...

3 Linux et le Temps Réel mou

Pour assurer une bonne Qualité de Service QoS sur les flux multimédia (son et image), des patchs ont été développés dès le noyau Linux 2.4 pour améliorer sa réactivité.

Il en existe plusieurs dont deux importants :

  • Le patch Prempt Kernel de Robert M. Love.
  • Le patch Low latency d'Andrew Morton.

Ces 2 patchs ont été officiellement introduits dans le noyau Linux 2.6

3.1 Temps Réel mou pour la musique

Pour les musiciens et ingénieurs du son, il existe le projet Planet CCRMA (prononcer "karma") qui est en fait un dépôt spécialisé.


L'objectif du projet est de fournir des logiciels pour le traitement du son. Il est connu pour être utilisé par l'IRCAM.


Le projet CCRMA propose des noyaux Temps Réel mou prêts à l'emploi pour améliorer la qualité de service (par mise en oeuvre des patchs d'Ingo Molnar).


Deux noyaux Temps Réel mou sont disponibles :

  • Le noyau de base configuré avec la variable de configuration PREEMPT_DESKTOP.
  • Le noyau plus aventureux (selon ses auteurs) configuré avec la variable de configuration PREEMPT_RT qui offre de meilleures performances au niveau des temps de latence.

On poura lire la documentation Mise en oeuvre de PREEMPT-RT pour créer un noyau Temps Réel mou pour plus d'informations ainsi que le tutorial du Dépôt CCRMA...

4 Le noyau Fedora et le Temps Réel

Le noyau vanilla 2.6 intègre les patchs Temps Réel mou Low Latency et Preempt Kernel pour améliorer la réactivité du noyau et le rendre préemptible au mieux.

Le noyau Linux permet maintenant de faire du Temps Réel mou ce qui permet d'avoir une meilleure fluidité sur les flux multimédia.Quand on doit traiter des flux audio ou vidéo, il est important d'avoir une bonne réactivité du noyau pour avoir un son le plus audible possible ou les images les plus fluides possibles quelle que soit la charge du système.


Le noyau Fedora est configuré par défaut pour être préemptible afin d'améliorer grandement sa réactivité, ce qui est déjà là un bon compromis pour réduire sa latence....


Les options validées par défaut sont :

  • Voluntary Kernel Preemption (Desktop) PREEMPT_VOLUNTARY
  • Preempt The Big Kernel Lock PREEMPT_BKL

dans la rubrique Processor type and features, sous-rubrique Preemption model.

L'aide en ligne lors de la configuration du noyau Fedora donne les informations suivantes :

Voluntary Kernel Preemption (Desktop) PREEMPT_VOLUNTARY
This option reduces the latency of the kernel by adding more "explicit preemption points" 
to the kernel code. 
These new preemption points have been selected to reduce the maximum latency of 
rescheduling, providing faster application reactions, at the cost of slighly 
lower throughput.
This allows reaction to interactive events by allowing a low priority process 
to voluntarily preempt itself even if it is in kernel mode executing a 
system call. This allows applications to run more 'smoothly' even when the
system is under load. Select this if you are building a kernel 
for a desktop system.
Preempt The Big Kernel Lock PREEMPT_BKL
This option reduces the latency of the kernel by making the big kernel lock preemptible.
Say Y here if you are building a kernel for a desktop system.
Say N if you are unsure.

5 Linux et le Temps Réel dur

Il existe des solutions pour pouvoir faire du Temps Réel dur sous Linux. L'idée de base est de mettre en oeuvre à côté de l'ordonnanceur du noyau Linux, un deuxième ordonnanceur Temps Réel similaire à ceux des RTOS et une couche d'adaptation entre le matériel et les 2 ordonnanceurs (HAL : Hardware Adaptation Layer). La couche HAL est nécessaire pour que les tâches Temps Réel puissent accéder au matériel et que pour que l'ensemble des interruptions soient traitées en premier lieu par l'ordonnanceur Temps Réel (conditions nécessaires pour être Temps Réel (dur)).

Les tâches Temps Réel (dur) sont traitées par l'ordonnanceur Temps Réel tandis que les tâches non Temps Réel (dur) sont traitées par le noyau Linux ; c'est à dire les processus Linux.

Le noyau Linux et l'ensemble des processus Linux sont vus par l'ordonnanceur Temps Réel comme tâche de fond ; c'est à dire exécutés que lorsqu'il n'y a rien de Temps Réel à exécuter.

Cela signifie en pratique que dans le cas d'un Linux Temps Réel dur, quand les tâches Temps Réel accaparent le processeur, le noyau Linux et l'ensemble des processus Linux n'ont plus la main et l'utilisateur a l'impression que son PC est figé et redémarrera son PC alors que ce comportement est tout à fait normal !


Avoir un PC exécutant un Linux Temps Réel dur pour un usage de bureau n'est donc pas souhaitable !

InProgress tip.png Attention !
Un noyau Temps Réel dur est adapté à une application industrielle spécifique et ne doit pas être utilisé pour autre chose. Dans le cas d'un Linux Temps Réel dur, quand les tâches Temps Réel accaparent le processeur, le noyau Linux et l'ensemble des processus Linux n'ont plus la main et l'utilisateur a l'impression que son PC est figé et redémarrera son PC alors que ce comportement est tout à fait normal ! Avoir un PC exécutant un Linux Temps Réel dur pour un usage de bureau n'est donc pas souhaitable !

5.1 RTAI

RTAI (RealTime Application Interface) est une solution Temps Réel dur sous Linux libre développée par Paolo Montegazza du département d'ingénierie aérospatiale (DIAPM) de l'Ecole polytechnique de Milan (Politecnico di Milano).

RTAI est historiquement basé sur l'idée de la mise en oeuvre du double noyau. Pour s'affranchir du brevet RTLinux, RTAI s'appuie maintenant sur le micronoyau ADEOS.


RTAI est disponible ici.

5.2 Xenomai

Xenomai est un projet récent consistant à émuler des noyaux Temps Réel durs (RTOS) sous Linux. Xenomai s'appuie sur le micronoyau ADEOS. ADEOS permet la cohabitation du noyau Linux et d'un noyau Temps Réel en reprenant l'idée de la virtualisation.

Xenomai comprend un noyau Temps Réel dur générique qui s'interface aisément à l'aide de skins à d'autres noyaux Temps Réel pour assurer la portabilité au niveau source.

Xenomai est la solution Temps Réel dur à privilégier...


Xenomai est disponible ici.

6 Conclusion

L'idéal serait d'avoir un noyau Linux capable de s'adapter aux trois situations possibles :

  • Temps partagé, best effort.
  • Temps Réel mou. On utilisera de préférence PREEMPT-RT.
  • Temps Réel dur. On utilisera de préférence Xenomai.

On s'y approche à grand pas, peut-être dans la prochaine version majeure du noyau...

7 Références

Vous pouvez consulter ces pages pour de plus amples informations :

Actions
Espaces de noms
Variantes