Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Portail de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

GRUB : Les bases pour Fedora

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par :
Avec l'aimable contribution de : Kiki, Yodo, Marcet, Remi Collet, Mat, Maxime Carron
InProgress tip.png Article obsolète. Reportez vous à l'article : GRUB2 : Les bases pour Fedora

A partir de Fedora 16, GRUB est remplacé par GRUB2.

Sommaire

1 Introduction

GRUB (GRand Unified Bootloader) fait l'objet de nombreuses questions. Ce tutoriel propose une présentation générale et quelques élements pour permettre une personnalisation rapide du lancement de Fedora ou d'autres systèmes. Il s'appuie très largement sur les documents de référence suivants :

  • édition anglaise (V 0.97) du manuel Grub[1], également traduit en français[2] (V 0.92), projet GNU. Un historique du projet y figure ;
  • « Linux en concentré », éditions O'Reilly, par Ellen Siever, Stephen Figgins et Aaron Weber, traduction française 2003, correspondant à la 4ème édition orginale (en anglais) ;
  • « Grub-Howto » de Thierry Laronde[3] ;
  • Il vient en complément du tutoriel Dual boot Windows XP - Fedora ;
  • Le site de référence du projet est : http://www.gnu.org/software/grub ;
  • On citera par ailleurs le tutorial Grub de la communauté Ubuntu : http://doc.ubuntu-fr.org/grub . Attention cependant, le tutoriel présente des commandes propres à Debian (update-grub) et qui ne sont pas reprises dans Fedora (update-grub interprète des directives qui sont directement portées dans le fichier de configuration et simplement préfixées d'un caractère '#'; pour Fedora, ce '#' préfixe un commentaire;
  • En l'état, il existe deux versions de Grub : une version « legacy » (historique) correspondant aux versions 0.9X et une version Grub 2, en développement, portée par GNU. Le présent document traite de la version Grub legacy.
Ecriture tip.png Conventions d'écriture
Les parties en caractères italiques sont des compléments qui peuvent être ignorés en première lecture.

2 Préalables

2.1 Le lancement d'un système, de type « PC »

Le tutoriel concernant le dual boot a décrit le lancement d'un système.

Le lancement d'un système obéit à une séquence générale simple :

  1. la mise sous tension de l'ordinateur active le BIOS qui assure un ensemble de contrôles (mémoire, périphériques ...) et prépare ainsi l'environnement matériel ;
  2. le BIOS active alors une courte séquence de codes, dite MBR (Master Boot Record), logée sur 512 octets en un endroit précis et normalisé du premier disque actif ;
  3. le MBR amorce alors un lanceur (boot loader dans la terminologie courante), NTLDR pour Windows XP, grub ou lilo pour Linux. Par défaut, Grub est utilisé par Fedora (lilo pour être installé en substitution à grub) ;
  4. le lanceur crée un environnement minimal (initialisation clavier, écran, périphériques dont disque(s) et lecteur de disquettes, mémoire ...) pour afficher la liste des systèmes d'exploitation, parmi lesquels l'utilisateur choisit celui qu'il lancera" ;
  5. le système d'exploitation est alors lancé (pour Linux, initrd se met en oeuvre et les modules sont chargés pour permettre l'initialisation de l'environnement logiciel et matériel).

2.2 Les fonctions de GRUB

GRUB est un lanceur (bootloader en anglais) qui, après activation par le BIOS, va amorcer un système d'exploitation.

GRUB peut lancer différents systèmes d'exploitation (Gnu/Linux, Gnu/Hurd, FreeBSD, NetBSD, OpenBSD, OS2, famille des systèmes Windows ...).

L'amorce est toutefois différenciée selon les systèmes : GRUB lance ainsi directement les systèmes ouverts (Linux, Hurd ...), mais pour les systèmes propriétaires, il active le lanceur de ces systèmes, selon la logique dite du « chainloading ».

GRUB présente les fonctions générales suivantes :

  • prise en charge des architectures i386 « type PC » ;
  • démarrage depuis une variété de supports : disquette, disque dur reconnu par le BIOS, en s'affranchissant de nombreux problèmes de représentation des disques , réseau. GRUB supporte le mode Logical Block Address (LBA) qui permet de s'affranchir des limites inhérentes au BIOS (les disques de grandes tailles ne peuvent être gérés directement par le BIOS) ;
  • lancement de divers noyaux (Linux, ...), support de plusieurs formats d'exécutables (notamment pour le chainloading) et support de plusieurs formats de fichiers (ext2fs, ext3fs, dos fat16, dosfat32, ....) et modules ;
  • deux modes principaux de fonctionnement : le mode menu et le mode ligne de commandes. Le mode menu fournit une interface utilisateur pour le choix du système à lancer (avec lecture d'un fichier de configuration qui fixe les commandes de démarrage), et permet par ailleurs d'accéder au mode ligne de commandes et à une variante du mode menu: le mode interactif.
Note tip.png Modes Menu et Ligne de commande
En mode menu, l'utilisateur exerce ses choix en pointant une ligne à l'aide des flèches de déplacement et en validant par la touche entrée; en mode ligne de commandes, l'utilisateur doit saisir les commandes expressément.

2.3 La logique de fonctionnement de GRUB

2.3.1 Eléments généraux

GRUB est chargé par le MBR (Master Boot Record). Il s'initialise sous la forme d'un noyau, qui se loge en mémoire et réalise la détection des éléments majeurs de l'environnement de la machine : mémoire, disques, clavier, écran, ligne série et réseau éventuellement.

Pour réaliser le démarrage d'un noyau ou d'un gestionnaire d'amorçage tiers, GRUB utilise des fichiers exécutables appelés stage1, stage1_5 et stage2.

  • Stage1 correspond à un fichier qui peut se loger soit dans le MBR, soit dans le secteur de démarrage d'une partition, ou d'un du disque. Les choix par défaut de Fedora conduisent à utiliser Grub: le MBR correspond alors au Stage1 de Grub ;
  • Stage1_5 est lancé par Stage 1 et prend en charge une gestion minimale de fichiers. Différents systèmes de fichiers sont supportés qui correspondent chacun à une version spécifique de Stage1_5 : reiserfs_stage1_5, vstafs_stage1_5, e2fs_stage1_5, iso9660_stage1_5, xfs_stage1_5, fat_stage1_5, jfs_stage1_5, ffs_stage1_5, minix_stage1_5, ufs2_stage1_5. Stage1_5, à son tour, lance Stage2.


2.3.2 Quelques précisions

Les espaces de stockage des informations (disques durs, disquettes ...) font l'objet d'un formatage : ils sont ainsi préparés pour recevoir des données, selon une organisation physique spécifique.

Un système de fichiers :

  • décrit l'organisation logique des données (regroupement en fichiers soit des ensembles structurés de données, possédant des propriétés communes telles qu'un nom, des dates d'événement — création, dernière modification... — des acteurs d'appartenance &mdash utilisateur, groupe... &mdash des modalités d'accès — lecture, écriture... &mdash organisation des fichiers, en arborescence par exemple) ;
  • assure la correspondance entre l'organisation logique et l'organisation physique pour permettre l'écriture de fichiers sur un support physique et la lecture de ces fichiers depuis ce support.

Stage1_5 prend en charge a minima différents systèmes de fichiers et permet ainsi à Stage2 :

  • de lire des fichiers de configuration (grub.conf par exemple) pour afficher un menu ;
  • de lire les noyaux des systèmes à lancer et leurs paramètres utiles pour les charger en mémoire et engager leur lancement.

Le support des formats ext2fs, ext3fs ou Reiserfs offre ainsi à Grub la possibilité d'accéder directement aux fichiers permettant le lancement des systèmes. Grub peut ainsi lire les fichiers « noyaux » et « paramètres » dans des partitions Linux. Ces fichiers peuvent être directement manipulés en utilisant leurs noms (voir 2.2.2).

  • Stage2 est le noyau de Grub ; il permet d'afficher un menu, de sélectionner un choix ou d'afficher une ligne de commandes. Les paramètres d'initialisation et de gestion du menu sont fixés par le fichier grub.conf (voir plus bas). Stage2 lance le système choisi.

L'amorçage est réalisé comme suit (on simplifiera en ne retenant que Linux et les systèmes Windows) :

  1. la séquence Stage1 -> Stage1_5 -> Stage2 est déroulée. En Stage2, le noyau Grub est chargé ;
  2. lancement du mode menu ou ligne de commandes. En mode menu (ou interactif), les commandes sont lues dans un fichier spécifique. En mode ligne de commandes, elles sont saisies par l'utilisateur au sein d'un shell minimal (le shell prend les commandes saisies ligne à ligne et les soumet au noyau pour action). Il est possible, en mode menu, de modifier les commandes présentées par le fichier de configuration, avant de les faire exécuter. Ce mode est dit « interactif » ;
  3. Linux (ou Gnu/Hurd, FreeBSD, NetBSD, OpenBSD) ou OS2 (ou Windows ou Solaris) ;
    1. cas de Linux (ou Gnu/Hurd, FreeBSD, NetBSD, OpenBSD) :
      1. identification par Grub de la partition sur laquelle le noyau (kernel) est stocké (directive root -> voir plus loin) ;
      2. accès au système de fichiers et lecture des fichiers nécessaires au lancement : chargement du noyau (commande kernel) et chargement éventuel de modules (commande module) ;
    2. cas d'OS2, systèmes Windows ou Solaris :
      1. identification de la partition racine (commande rootnoverify) ;
      2. activation de cette partition (commande makeactive) ;
      3. lancement du gestionnaire d'amorçage (commande chainloader).

2.3.3 Quelques précisions: compléments pour la cohabitation de plusieurs distributions

Cette section intéressera uniquement les lecteurs qui souhaitent faire cohabiter plusieurs distributions Linux (ou des distributions Linux et des systèmes Unix, OpenSolaris ou *BSD). Elle sera utile pour la compréhension du paragraphe décrivant une solution pour la cohabitation de plusieurs systèmes.

Comme indiqué précédemment, la séquence de fonctionnement de Grub est toujours: Stage1 -> Stage1_5 -> Stage2 .

Par défaut, lors des procédures d'installation des distributions Linux dont Fedora, Stage1 est installé sur le MBR (Master Boot Record) du premier disque actif (soit le disque qui s'amorce au démarrage). Le MBR est le secteur 0 de la piste 0.

Mais il est possible d'installer Stage1 sur d'autres parties de disques:

  1. le MBR d'autres disques (si le système en comprend plusieurs, évidemment!),
  2. sur une partition de l'un des disques, car chaque partition dispose d'un Boot Sector adapté.

L'amorçage sera toujours réalisé à l'appui du MBR du premier disque actif et de lui seul. Ce MBR comprendra un Stage1 et un seul. Le Stage1 est paramétré pour dérouler un processus qui lancera les Stage1_5 puis Stage2 relatifs à ce Stage1. En d'autres termes, si plusieurs Stage1 sont installés (l'un sur le MBR du disque actif, les autres sur d'autres MBR ou Boot Sectors), seul le Stage1 du MBR du disque actif puis ses Stage1_5 et Stage2 seront activés.

L'astuce décrite plus bas consiste en ce schéma:

  1. activation de Grub: lancement du Stage1 résidant sur le MBR du premier disque actif, puis Stage1_5 et Stage2
  2. depuis Stage2, lancement du Stage1 d'un autre Grub résidant sur un autre MBR ou un Boot Sector (l'astuce choisi d'utiliser cette seconde solution)
  3. depuis ce nouveau Stage1, lancement de la séquence Stage1_5 puis Stage2 pour ce 'nouveau' Grub.

2.4 Les futures évolutions de GRUB (GRUB 2)

GRUB 2, réécriture complète de GRUB, se propose les objectifs suivants[4] :

  • un noyau plus développé (qui intègre les fonctions de Stage1_5) et pouvant prendre en charge un plus large variétés de modules pour mieux s'adapter à l'environnement matériel (exemple: prise en charge de clés USB...) ;
  • une meilleure gestion de la mémoire ;
  • un cadre de développement plus orienté objet pour mieux séparer les éléments concernant la gestion des systèmes de fichiers, les périphériques, les drivers, les commandes, les chargeurs de fichiers... et favoriser le travail coopératif ;
  • un meilleur support d'internationalisation ;
  • une recherche de la plus grande portabilité et interopérabilité (pour aider d'autres projets).

2.5 GRUB et LVM (pour les experts)

Le Howto LVM (traduit en français[5]), indique: « Note : La partition de démarrage /boot n'est pas incluse dans le LV car les chargeurs de démarrage ne gèrent pas encore les volumes LVM. Il est possible que le démarrage sur une partition LVM fonctionne, mais vous risquez de vous retrouvez avec un système non amorçable ».

A ce jour, Fedora à l'installation, tout en initialisant LVM2 par défaut, ne créent pas de PV (Physical Volume) pour /boot.

3 Paramétrage de GRUB

3.1 À l'installation: cas général

On supposera que lors de l'installation, Grub a été choisi comme lanceur. Le fichier Stage1 pourra dès lors avoir été installé sur le secteur du MBR (512 octets), ou sur n'importe quelle partition.

Le démarrage sera pleinement automatisé si le choix du MBR a été retenu. Seul ce cas sera décrit.

L'installation de Fedora aboutit au déploiement des éléments cruciaux du démarrage de Grub sur la partition /boot. Ces éléments sont constitués de :

3.1.1 dans /boot

Le (les) noyaux Linux installé(s) et son environnement (un exemple) :

config-2.6.10-1.770_FC3 (des paramètres de système)
System.map-2.6.10-1.770_FC3 (l'image du système)
initrd-2.6.10-1.770_FC3.img (initrd qui lance l'ensemble des modules)
vmlinuz-2.6.10-1.770_FC3 (le noyau proprement dit)

3.1.2 dans /boot/grub

stage1 (voir plus haut -> l'amorceur de Grub)
device.map (l'image des périphériques dont grub aura besoin)
reiserfs_stage1_5 (Stage 1_5 système de fichiers reiserfs)
vstafs_stage1_5(Stage 1_5 système de fichiers vstafs)
e2fs_stage1_5 (Stage 1_5 système de fichiers e2fs)
iso9660_stage1_5
xfs_stage1_5
fat_stage1_5
jfs_stage1_5
ffs_stage1_5
minix_stage1_5
ufs2_stage1_5
stage2
splash.xpm.gz (l'image qui sera affichée au menu grub, en version gunzippée; grub sait dézziper)
grub.conf (le fichier de commandes et de paramètres de Grub, qui est exécuté en mode menu ou interactif)
menu.lst (un lien vers grub.conf)

Le fichier device.map décrit les périphériques reconnus par Grub ; il met en correspondance les lecteurs disques et disquettes reconnus par le BIOS et les périphériques pris en charge par Grub, selon les conventions de nommage de Grub (voir 2.2.1).

Exemple :

# this device map was generated by anaconda
(fd0)     /dev/fd0
(hd0)     /dev/hda
(hd1)     /dev/hdb

On pourra confronter le contenu de ce fichier avec le résultat de la commande fdisk (à passer dans une console avec les droits root) et ainsi vérifier que tous les disques durs sont correctement reconnus et pris en charge :

# /sbin/fdisk -l
Disque /dev/hda: 20.4 Go, 20416757760 octets
16 têtes, 63 secteurs/piste, 39560 cylindres
Unités = cylindres de 1008 * 512 = 516096 octets

Périphérique Boot      Start         End      Blocks   Id  System
/dev/hda1   *           2          22       10584   be  Amorce Solaris
/dev/hda2              23       39560    19927152   bf  Inconnu

Disque /dev/hdb: 20.0 Go, 20020396032 octets
255 têtes, 63 secteurs/piste, 2434 cylindres
Unités = cylindres de 16065 * 512 = 8225280 octets

Périphérique Boot      Start         End      Blocks   Id  System

/dev/hdb1   *           1          13      104391   83  Linux
/dev/hdb2              14        2434    19446682+  83  Linux


Dans le cas d'espèce, le système comporte deux disques IDE (hda et hdb), supportant des partitions Solaris (hda) et Linux (hdb). hdb comprend deux partitions (dev/hdb1 et dev/hdb2). La commande mount permet d'identifier le point de montage de /boot :

# mount
...
/dev/hdb1 on /boot type ext3 (rw)

/boot est monté sur la partition hdb1.

On constate ainsi que toutes les partitions ont été correctement identifiées par Grub.

Le fichier grub.conf a été constitué à partir de l'analyse réalisée l'installateur de Fedora : anaconda. Il porte donc, si la reconnaissance a pu être menée à bien, les paramètres généraux de tout dual boot.

3.2 Lancement en mode menu

3.2.1 Les conventions de nommage des disques et disquettes

Grub, comme indiqué précédemment, ne distingue pas l'IDE du SCSI (ou SATA), et identifie les disques selon la séquence présentée par le BIOS (plus précisément : Grub s'appuie sur les interruptions du BIOS et ne peut donc pas identifier séparément IDE et SCSI). Grub dispose de sa propre convention de nommage reposant sur les principes suivants :

  • Grub identifie les disques et lecteurs de disquettes selon l'ordre de présentation par le BIOS ;
  • il leur affecte un numéro dans une séquence commençant par 0 ;
  • le premier disque dur /dev/hda ou /dev/sda est ainsi désigné comme (hd0), le second disque dur, comme (hd1) et ainsi de suite. Le premier lecteur de disquettes est identifié comme (fd0). L'utilisation des parenthèses est réservée à la désignation des unités de données ((hd0), (fd0)) ou partitions (voir plus bas) ; les commandes ne sont jamais entourées de parenthèses.
    Grub n'identifie pas les lecteurs de CD comme tels (pas de device (cdX)). Il existe cependant une méthode de démarrage de Grub depuis un CD bootable (voir : making a GRUB bootable CD Rom).
  • Grub désigne les partitions des disques selon une logique identique: la première partition du premier disque est ainsi désignée comme (hd0,0), la seconde comme (hd0,1). Le nommage a ici recours aux parenthèses.
  • GRUB s'appuie sur la convention décrite précédemment pour désigner les fichiers. Un fichier est ainsi nommé à partir de la désignation de son périphérique de support et de son chemin absolu. Ainsi, si /boot est monté sur /dev/hda1 (hd0,0), et que le fichier se nomme /boot/grub/grub.conf, le nommage pour GRUB sera : (hd0,0)/boot/grub/grub.conf. On rapelera qu'il ne peut y avoir de partition sur une disquette.
Note tip.png Remarques
Une autre notation est possible, dite « par liste des blocs ». On désigne le périphérique, la partition concernée et les différents blocs de stockage du fichier, sur cette partition selon la convention : bloc de départ + nombre de blocs, bloc de départ + nombre de bloc... (autant de séquences que de blocs contigus différents). La taille des blocs est fonction du formatage du support de stockage. Le Grub-Howto donne un exemple :
  • utilisation du nom du fichier, vmlinuz est implanté sur la première partition du second disque dur : (hd1,0)/vmlinuz
  • utilisation de la notation par blocs, le fichier vmlinuz (qui n'est pas nommé) est stocké sur la première partition du second disque dur, dans deux groupes de blocs ; le premier comprend 96 blocs et commence au bloc 1322144 et le second présente 1227 blocs et commence au bloc 1322248 : (hd1,0)1322144 +96,1322248 +1227.

La notation « par liste de blocs » est utilisée dans le cadre du chainloading (voir plus bas).

3.2.2 Le fichier grub.conf

Le fichier porte l'ensemble des paramètres et commandes que Grub va exécuter pour amorcer un système, à partir du menu.

Un exemple servira à introduire les principaux paramètres :

# Note that you do not have to rerun grub after making changes to this file
# NOTICE: You do not have a /boot partition. This means that

# all kernel and initrd paths are relative to /, eg.
# root (hd0,1)
# kernel /boot/vmlinuz-version ro root=/dev/sda2
# initrd /boot/initrd-version.img
#boot=/dev/sda
default=1
timeout=5
splashimage=(hd1,0)/grub/splash.xpm.gz

hiddenmenu
title Windows
rootnoverify (hd0,0)
makeactive
chainloader +1
title Fedora Core (2.6.10-1.770_FC3)
root (hd1,0)
kernel /vmlinuz-2.6.10-1.770_FC3 ro root=/dev/VolGroup00/LogVol00 acpi=off quiet

initrd /initrd-2.6.10-1.770_FC3.img

Les lignes commençant par « # » ne sont pas interprétées ; elles servent ainsi de commentaires.

default=0

Les choix dans le menu correspondent à des systèmes pouvant être lancés. Chaque choix, correspondant à une section dans le fichier grub.conf, commence par une ligne title. Dans l'exemple, deux entrées sont décrites: Windows et Linux.

Les entrées sont présentées dans le fichier grub.conf dans un ordre d'apparition libre (il n'y a donc pas de préséance entre systèmes !). La première entrée, dans l'ordre séquentiel de présentation du fichier, est identifiée comme 0, la seconde comme 1 et ainsi de suite. La variable default indique l'entrée qui doit être activée par défaut. Ici, il s'agit de Fedora Core (2.6.10-1.770_FC3).

Note tip.png Directive fallback
La directive fallback peut être introduite en complément de default. Elle désigne l'entrée qui sera activée si l'entrée désignée par défaut ne peut pas être lancée. Exemple: fallback=1
timeout=5

Une temporisation est activée lors du lancement du menu. Au-delà du délai indiqué en secondes et si aucune touche n'est pressée, le système désigné par défaut est amorcé automatiquement.

splashimage=(hd0,1)/grub/splash.xpm.gz

Une image peut être utilisée en fond d'écran. Le fichier se présente en un format spécifique (xpm soit X pixmap, gzippé, selon une palette de 14 couleurs en résolution 640*480. Le chemin est indiqué selon le format interne à Grub. Un tutorial s'attache aux images de fond de Grub (création, modification) : GRUB : Modifier l'image de fond (splashscreen). Voir par ailleurs http://ruslug.rutgers.edu/~mcgrof/grub-images/

hiddenmenu

La présence de cette commande conduit Grub à masquer le menu complet (ensemble des entrées décrites dans le grub.conf) ; seule l'entrée correspondant au système à lancer par défaut est ainsi présentée pendant la durée de la temporisation.

title XXXX

Exemple : title Fedora Core (2.6.10-1.770_FC3)
La directive title ouvre une section qui décrit une entrée présentée dans le menu et au-delà, déroule les instructions pour l'amorçage d'un système. La section commence par title et s'achève au début d'une autre section ou à la fin du fichier.

Le texte figurant au regard de la directive est le texte qui sera affiché dans le menu, il n'est pas interprété comme une commande.

La section comprend toutes les commandes utiles pour l'amorçage d'un système et d'un seul.

root (hd1,0)

root désigne le système de fichiers qui doit être utilisé par Stage2 pour l'accès au noyau à lancer et aux paramètres utiles.

La racine, pour l'entrée décrite (ici Fedora Core ( 2.6.10-1.770_FC3)) se trouve en /dev/hdb1 (voir l'exemple pris).

kernel /vmlinuz-2.6.10-1.770_FC3 ro root=/dev/VolGroup00/LogVol00 acpi=off quiet

kernel désigne le noyau qui doit être lancé (on voit d'ailleurs ici que Grub sait directement lancer un noyau Linux). La suite de la ligne désigne le noyau lui-même, à partir du point de référence donné par la directive root et les paramètres de lancement.

Le point de référence, dans l'exemple, est donc /dev/hdb1, partition qui supporte /boot. Le noyau sera donc recherché dans /boot. Son nom est vmlinuz-2.6.10-1.770_FC3.

Les éléments qui suivent sont les paramètres de lancement du noyau (ro root=/dev/VolGroup00/LogVol00 -> le disque est monté en LVM et on positionne / ; on notera la clause acpi=off qui évite le support ACPI).

Note tip.png Clauses rhgb ou acpi=on
les clauses rhgb ou acpi=on peuvent soulever quelques problèmes et notamment des blocages au démarrage. On pourra supprimer la clause rhgb sans difficulté : en ce cas, l'habillage graphique des différents messages qui apparaissent au lancement cèdera la place au froid affichage sur fond d'écran noir... De même, on pourra supprimer le support acpi par la clause acpi=off en cas de problème dans la gestion avancée de l'énergie.
initrd /initrd-2.6.10-1.770_FC3.img

Le fichier initrd est lié au noyau sélectionné. Il est désigné à partir du point de référence donné par la directive root. Comme précédemment, il s'agira de /dev/hdb1. initrd, pour les puristes, définit le disque virtuel initial (à partir duquel seront montées les différentes partitions et systèmes de fichiers).

title Windows

La section sera désignée comme Windows.

rootnoverify (hd0,0)

rootnoverify fonctionne comme root mais ne tente pas de monter la partition désignée, cette commande est utilisée pour traiter des partitions que GRUB ne sait pas lire (voir les remarques concernant Stage 1_5).

makeactive

makeactive désigne le point de référence pour Grub, qui sera alors une partition active du disque racine. Cette commande ne doit être utilisée que pour les partitions primaires (sur lesquelles Windows s'installe!).

chainloader +1

chainloader charge un fichier comme <<chargeur secondaire. >>Dans le cas de Windows, il va ainsi lancer le chargeur de Windows. Le +1 signifie que chainloader va lire des blocs, à partir de 0. Chainloader pointe sur une partition active d'un disque primaire, à l'adresse 0. Depuis cette adresse, il va lire le premier bloc qui suit (ce que signifie le paramère "+1"). Il va ainsi y lire le chargeur Windows (voir les remarques concernant la notation en listes de blocs).

Un autre exemple illustrera le mécanisme de chainloader, qui s'applique au-delà de Windows :

title Solaris
rootnoverify  (hd0,0)
makeactive
chainloader +1

Lancement d'un système Solaris, implanté sur /dev/hda (le lanceur est sur /dev/hda1).

# fdisk -l

Disque /dev/hda: 20.4
 Go, 20416757760 octets
16 têtes, 63 secteurs/piste, 39560 cylindres
Unités = cylindres de 1008 * 512 = 516096 octets

Périphérique Boot      Start         End      Blocks   Id  System
/dev/hda1   *           2          22       10584   be  Amorce Solaris

La partition 1 ne se termine pas sur une frontière de cylindre.
/dev/hda2              23       39560    19927152   bf  Inconnu

3.2.3 Augmenter la résolution des consoles tty

Par :

Comme vous avez dû le remarquer, les consoles tty (auxquelles il est possible d'accéder en combinant les touches [Ctrl]+[Alt]+[F*]) n'ont pas la même résolution que votre écran.
Si vous souhaitez ne pas démarrer le serveur graphique, les consoles en basse résolution deviennent vraiment gênantes.

Heureusement, on peut remédier à cela en ajoutant le paramètre vga=xxx dans le fichier grub.conf.

Par exemple :

      title Fedora Core (2.6.18-1.2849.fc6)
             root (hd0,2)
             kernel /vmlinuz-2.6.18-1.2849.fc6 ro root=/dev/VolGroup00/LogVol00 rhgb quiet vga=791
             initrd /initrd-2.6.18-1.2849.fc6.img

Une fois la machine redémarrée, un Tux (un manchot, la mascotte de Linux) est visible un bref instant en haut à gauche (le nombre de Tux dépend de votre processeur : 1 Tux pour un monoprocesseur, 2 tux pour un double coeur,etc...).
Vous pouvez ensuite apprécier le changement de résolution de la console.

Voici un tableau résumant les valeurs qu'il est possible de mettre après vga= en fonction de votre matériel :

Nombre de couleurs 640x480 800x600 1024x768 1280x1024 1600x1200
256 769 771 773 775 776
32 768 784 787 790 793 797
65 536 785 788 791 794 798
16,8M 786 789 792 795 799

Note : Les écrans 16/9 ou widescreens ont des résolutions en xvga, on ne peut donc pas avoir de résolutions identiques en vga (ci-dessus). Utilisez une résolution inférieure (Exemple : 1024*768 pour un écran en 1280*800)


3.2.4 Commandes complémentaires du fichier grub.conf

password = wqsqsqsqs

Le fichier de configuration peut comprendre des paramètres de sécurité pour :

  • bloquer le passage en mode interactif (qui permettrait de modifier certaines lignes de commande du fichier grub.conf qui s'exécute. Grub permet, depuis le menu, de modifier la configuration de lancement des systèmes et de lancer des commandes pendant son exécution) ;
  • et/ou conditionner le lancement d'un ou plusieurs systèmes à la production d'un mot de passe.

Plusieurs schémas sont possibles, selon le but recherché :

  • contrôler le passage en mode interactif : la commande password force la vérification d'un mot de passe. Si elle est positionnée avant les sections correspondant aux différentes entrées du menu, GRUB sollicitera un mot de passe pour passer en mode édition (éditer une ligne du menu) ou ligne de commande. A défaut de saisie du mot de passe correct, le menu sera utilisé sans possibilité de modification ;
  • contrôler le lancement d'un système : si la commande password est positionnée dans une section, le système décrit dans cette dernière ne pourra être lancé si le mot de passe n'a pas été correctement vérifié. Un mot de passe spécifique par entrée est possible.

La mise en oeuvre de password est simple :

  1. On définira et cryptera le mot de passe avec la commande (en root) :
# /sbin/grub-md5-crypt

Le programme demande le mot de passe puis l'édite au format crypté; exemple: $1$BUx8n0$Q5dvNcFdkI7PW/BmD./pI0.

  1. On copiera le mot de passe crypté obtenu dans /boot/grub/grub.conf après l'option password –md5, selon la logique retenue (voir plus haut). L'exemple qui suit décrit la protection de l'entrée Fedora Core (2.6.10-1.766_FC3smp) :
title Fedora Core (2.6.10-1.766_FC3smp)
password --md5 $1$BUx8n0$Q5dvNcFdkI7PW/BmD./pI0
root (hd0,6)
kernel /boot/vmlinuz-2.6.10-1.766_FC3smp ro root=LABEL=/1 rhgb quiet
initrd /boot/initrd-2.6.10-1.766_FC3smp.img

On notera que le mot de passe mentionné est distinct des différents mots de passe gérés par les systèmes qui seront lancés. Il est propre à Grub et son usage se restreint au menu de Grub.

3.2.5 Spécificités de certaines entrées Windows dans grub.conf

map

Pour son lancement, Windows suppose une installation sur le premier disque actif et sur une partition primaire (non nécessairement la première; on notera que de nombreux portables comportent dorénavant, en première partition primaire, le système de restauration de Windows).

En certaines circonstances, Windows a pu être installé sur un autre disque. Le lancement du système n'est donc pas directement possible par la technique du chainloader.

La solution consiste à organiser une permutation « symbolique » du point de vue de Grub :

title Windows
map (hd1) (hd0) (à ajouter)
map (hd0) (hd1) (à ajouter)
rootnoverify (hd1,0)
makeactive
chainloader +1

Windows, de facto installé sur le disque 2 (hd1), sera vu de Grub comme étant installé sur le disque 1 (hd0) et le démarrage de chainloader pourra alors être assuré. Rien n'aura cependant été modifié quant à la description des unités de stockage et l'artifice reste à l'usage exclusif de Windows...

unhide / hide

Plusieurs partitions primaires de type FAT, VFAT ou NTFS peuvent être présentes sur un même disque. Pour démarrer Windows sans équivoque, les commandes hide et unhide permettent de masquer les partitions à l'exception de celle depuis laquelle l'amorce sera réalisée.

hide masque une partition et unhide révèle une partition. La combinaison permet de ne présenter que la partition ad hoc. Exemple (on masque la première partition) :

title Windows
unhide (hd0,0)
hide (hd0,1)
rootnoverify (hd0,0)
makeactive
chainloader +1

Un autre exemple commenté est livré dans la FAQ portant sur le Dual boot Windows XP - Fedora, section 4.2 (boot à 3 systèmes d'exploitation: deux versions de Windows et Linux).


Certains utilisateurs peuvent souhaiter lancer Windows par défaut. Cependant, la mise à jour des noyaux Fedora conduit à déplacer le rang de l'entrée Windows et le choix par défaut, porté par la clause default est ainsi modifié (exemple: default=2 pointe sur la 3ème entrée qui correspond à Windows. En cas de mise à jour d'un noyau Fedora, une nouvelle entrée sera insérée en première position et dès lors, l'index de l'entrée correspondant à Windows ne sera plus 2 mais 3).

La clause savedefault permet de préserver le rang d'une entrée quelles que soient les mises à jour de noyaux intervenues:

title           Windows Vista/Longhorn (loader)
rootnoverify   (hd0,1)
savedefault
makeactive
chainloader    +1

4 Utilisation avancée de GRUB

Le menu est lancé. Il est alors possible de passer en mode interactif ou en mode ligne de commandes :

  • mode interactif : les commandes lues dans le fichier /boot/grub/grub.conf sont lues au travers du menu et peuvent être modifiées, sans impact toutefois sur le fichier d'origine ;
  • mode ligne de commandes : GRUB propose une ligne pour saisir les commandes qui seront alors exécutées après appui sur la touche [Entrée].

Les deux modes sont activés par appui sur une touche ad hoc :

  • touche [c] : ligne de commandes (on retourne au menu par la touche [Échap]) ;
  • touche [e] : mode interactif ; les lignes du fichier de configuration sont appelées (utilisation des [flèches de navigation]) et peuvent être modifiées.
Note tip.png Claviers et modes
Les claviers en mode ligne de commandes ou interactif ne sont pas toujours initialisés en « azerty ». Le « qwerty » a ses charmes ! La touche [a], comme « append » permet de modifier les paramètres de lancement du noyau, pour l'entrée mise en surbrillance. Cette option peut être très utile pour résoudre quelques problèmes de blocage (voir les remarques concernant rhgb et acpi). Toutefois, le clavier n'étant pas initialisé en français au moment de l'activation de GRUB, il faut presser la touche [q] (qui correspond à la touche [a] pour le clavier anglais).

4.1 Paramétrer le clavier en AZERTY

Pour paramétrer le clavier, dans l'environnement du shell Grub, en clavier français, on ajoutera dans le fichier /boot/grub/grub.conf les éléments suivants:

# Emulation d'un clavier azerty_FR
setkey less backquote
setkey greater tilde
setkey ampersand 1
setkey 1 exclam
setkey tilde 2
setkey 2 at
setkey doublequote 3
setkey 3 numbersign
setkey quote 4
setkey 4 dollar
setkey parenleft 5
setkey 5 percent
setkey minus 6
setkey 6 caret
setkey backquote 7
setkey 7 ampersand
setkey underscore 8
setkey 8 asterisk
setkey backslash 9
setkey 9 parenleft
setkey at 0
setkey 0 parenright
setkey parenright minus
setkey numbersign underscore
# no change for equal
# no change for plus
setkey a q
setkey A Q
setkey z w
setkey Z W
setkey caret bracketleft
# no equivalent for diaresis => we keep the US braceleft
setkey dollar bracketright
# no equivalent for pound => we keep the US braceright
setkey q a
setkey Q A
setkey m semicolon
setkey M colon
setkey bracketleft quote 
setkey percent doublequote
setkey asterisk backslash
setkey bracketright bar
setkey w z
setkey W Z
setkey comma m
setkey question M
setkey semicolon comma
setkey period less
setkey colon period
setkey slash greater
setkey exclam slash
setkey bar question

4.2 Mode interactif

Les lignes sont sélectionnées à l'aide des touches de navigation.

L'appui sur la touche [Échap] annule tous les changements et permet un retour au menu.

L'appui sur la touche [Entrée] valide les modifications opérées pour la ligne concernée, sans les inscrire toutefois dans le fichier /boot/grub/grub.conf.

Il est aussi possible d'ajouter des lignes :

  • appui sur la touche [o] : insertion après la ligne pointée ;
  • appui sur la touche [O] : insertion avant la ligne pointée.

4.3 Mode ligne de commandes : au lancement de GRUB

La ligne de commandes intègre un éditeur minimal[6], permettant de naviguer au sein de la ligne saisie, de supprimer, ajouter, remplacer des caractères, appeler l'historique des commandes passées.

Les commandes qui peuvent être passées par la ligne de commandes sont rappelées dans 3.3. Certaines commandes sont réservées au menu (grub.conf).

La ligne de commandes permet de lancer un système, de conduire des tests ou plus directement, d'installer GRUB, notamment en modifiant le MBR.

On signalera une fonction très utile, liée à l'utilisation de la touche [Tab] : à l'instar du bash qui présente des mécanismes de complétion de commandes, si le curseur se trouve dans ou avant le premier mot de la ligne, la touche [Tab] affichera une liste des commandes disponibles, et si le curseur se trouve après le premier mot, [Tab] complétera avec les noms de disques, de partitions et de fichiers selon le contexte.

Un exemple d'utilisation est donné dans la FAQ portant sur le Dual boot Windows XP - Fedora (4.1- astuces de GRUB).

[Échap] permet de quitter la ligne de commandes.

4.4 Mode ligne de commandes : sous Linux

Il est possible d'utiliser sous Linux une « émulation de GRUB » pour tester des commandes ou installer modifier GRUB. Cette émulation s'appuie sur l'équivalent de Stage 2 (pour les puristes: l'émulation consiste à faire traiter les appels système non pas directement par le BIOS mais par le noyau Linux).

Elle est activée par /sbin/grub. La commande help permet d'accéder à une aide en ligne (exemple : grub> help kernel). On quitte par la commande quit.

4.5 Utilisation avancée du mode ligne de commandes

Le mode « ligne de commandes » permet d'installer, de tester ou de modifier l'environnement Grub. L'aide est accessible à tout moment dans le shell Grub par la commande help (help seul provoque l'édition de toutes les commandes possibles et help commande donne la description sommaire de la commande mentionnée:

grub> help setup
help setup
setup: setup [--prefix=DIR] [--stage2=STAGE2_FILE] [--force-lba] INSTALL_DEVICE [IMAGE_DEVICE]
   Set up the installation of GRUB automatically. This command uses 
   the more flexible command "install" in the backend and installs 
   GRUB into the device INSTALL_DEVICE. If IMAGE_DEVICE is 
   specified, then find the GRUB images in the device IMAGE_DEVICE, 
   otherwise use the current "root device", which can be set by the 
   command "root". If you know that your BIOS should support LBA but 
   GRUB doesn't work in LBA mode, specify the option `--force-lba'. 
   If you install GRUB under the grub shell and you cannot unmount 
   the partition where GRUB images reside, specify the option 
   `--stage2' to tell GRUB the file name under your OS.


4.5.1 Utilisation de root

La syntaxe est: root [DEVICE [HDBIAS]]

DEVICE: hdX [HDBIAS]: partition pour le DEVICE

   root (hd0,0)

Root détermine la référence absolue pour toutes les commandes qui seront passées. La partition désignée sera par ailleurs montée (Grub utilisera les images Stage1_5 pour supporter le système de fichiers porté par la partition).

4.5.2 Utilisation de setup

La syntaxe est: setup [--force-lba] [--stage2=os_stage2_file] [--prefix=dir] install_device [image_device]

install_device: localisation où stage1 sera implanté (il peut s'agir du MBR ou d'une partition; s'il s'agit du MBR, on amorce Grub directement).

image_device (non obligatoire): contient les images Grub (qui sont généralement dans /boot/grub/, en l'occurrence les fichiers permettant le support, par Grub, de différents types de fichiers) setup (hd0) (hd0,0) réalise l'installation de stage1 sur le secteur MBR, à partir d'une image qui est stockée sur (hd0,0) soit la première partition du premier disque (correspond à /dev/sda1).

setup (hd0,0) (hd0,0) réalise l'installation de stage1 non pas sur le secteur MBR mais sur la première partition du premier disque.

4.5.3 Utiliser root et setup pour certaines installations

Note tip.png problèmes Grub à l'installation
A l'installation, il peut arriver qu'Anaconda -l'installeur- soit confronté à des situations qui se caractérisent par une différence entre l'ordre des partitions tels qu'il ressort de la commande fdisk et l'ordre des partitions perçu par Grub. Grub ne se lance alors pas correctement et une erreur 17 est affichée. Pour remédier à la difficulté, on lancera le mode commandes de Grub, on explorera les partitions à l'aide de find voire de root -par tâtonnement- et on réinitialisera La partition support de /boot est identifiée en Partition num: 7, Filesystem type unknown, partition type 0x82 ou type 0x83.

On citera une astuce de Remi Collet, pour régler certains problèmes de démarrage de Grub liés au nommage des unités de stockage :

L'un des problèmes avec GRUB est lié au nommage des disques différent de celui utilisé par Linux : (hd0,1) pour /dev/hda2...

Une solution très simple pour identifier les partitions est l'utilisation de la commande find en mode ligne de commandes (ou en mode « émulation »).

Par exemple, pour installer Grub on peut utiliser les commandes suivantes (plus précises que grub-install, semble-t-il) :

# grub

 GNU GRUB  version 0.95  (640K lower / 3072K upper memory)
[ Minimal BASH-like line editing is supported.  For the first word, TAB
  lists possible command completions.  Anywhere else TAB lists the possible
  completions of a device/filename.]
grub> find /boot/grub/stage1
 (hd0,1)
 (hd0,4)
grub> root (hd0,1)
 Filesystem type is ext2fs, partition type 0x83
grub> setup (hd0)
 Checking if "/boot/grub/stage1" exists... yes
 Checking if "/boot/grub/stage2" exists... yes
 Checking if "/boot/grub/e2fs_stage1_5" exists... yes
 Running "embed /boot/grub/e2fs_stage1_5 (hd0)"...  16 sectors are embedded.
succeeded
 Running "install /boot/grub/stage1 (hd0) (hd0)1+16 p (hd0,1)/boot/grub/stage2
/boot/grub/grub.conf"... succeeded
Done.
grub> quit 
  • Phase 1 : find : permet d'identifier les partitions contenant le fichier cherché. Dans le cas traité on remarquera que la machine utilisée dispose de 2 installations de Linux (c'était avant que je fasse un /boot commun).
  • Phase 2 : root : désigne la partition référence pour rechercher les images de Grub (stage1, stage1_5, stage2). Ces images seront recherchées, selon l'exemple, en (hd0,1)/boot/grub ou (hd0,1)/grub.
  • Phase 3 : setup : installation dans le MBR du stage1.

Remi Collet

4.5.4 Utiliser root et setup pour faire cohabiter plusieurs distributions

Note tip.png plusieurs distributions
Il est possible de faire cohabiter sans difficulté plusieurs distributions Linux en permettant à chacune de réaliser ses mises à jour, sans contraindre systématiquement à une adaptation du menu Grub. Un exemple illustre le problème: Fedora ou Ubuntu modifient les noms des noyaux à chaque mise à jour et si Ubuntu est lancé depuis le Grub de Fedora, il faudra, à chaque mise à jour, modifier le nom du noyau et de l'initrd dans /boot/grub/grub.conf de la partition Fedora.
4.5.4.1 Le schéma de base

On se référera en préalable au paragraphe suivant pour comprendre les principes de la configuration à mettre en place.


Les éléments du schéma :

  1. le MBR n'est pas modifié et pointe sur la partition /boot/grub de la distribution X (exemple : Fedora) ;
  2. un stage1 est installé sur la partition supportant /boot/grub de la distribution X ; il pointe sur /boot/grub de cette partition ;
  3. un stage1 est installé sur la partition supportant /boot/grub de la distribution Y (exemple : Ubuntu); il pointe sur /boot/grub de cette partition (dans l'exemple, /boot/grub/menu.lst) ;
  4. les fichiers /boot/grub/grub.conf (ou /boot/grub/menu.lst) des deux distributions ont été modifiés pour inclure une entrée pointant sur stage1 résidant sur la partition /boot de l'autre distribution.
  5. les séquences sont alors décrites comme suit :
    1. MBR -> amorçage de Grub pour la partition de la distribution X (Fedora). Le menu Grub 'distribution X' s'affiche ;
    2. choix de l'entrée pointant sur le stage1 qui réside sur la partition /boot de la distribution Y (Ubuntu) ;
    3. le stage1 lance Grub pour la partition de la distribution Y (Ubuntu). Le menu Grub 'distribution Y' s'affiche ;
    4. une entrée pointe sur le stage1 qui réside sur la partition /boot de la distribution X (Fedora) et permet ainsi de lancer Grub 'distribution X' si nécessaire.
4.5.4.2 Cas pratique
# fdisk -l

...

  Device Boot      Start         End      Blocks   Id  System
  /dev/sda1               1        1274    10233373+  12  Compaq diagnostics
  /dev/sda2   *        1275        7363    48909892+   6  FAT16
  /dev/sda3            7364       13862    52203217+   7  HPFS/NTFS
  /dev/sda4           13863       38913   201222157+   5  Extended
  /dev/sda5           13863       13875      104391   83  Linux
  /dev/sda6           13876       14016     1132551   82  Linux swap / Solaris
  /dev/sda7           14017       27844   111073378+  83  Linux
  /dev/sda8           27845       27857      104359+  83  Linux
  /dev/sda9           27858       38913    88807288+  83  Linux
  • /dev/sda1 : sauvegarde Vista (correspond à (hd0,0)
  • /dev/sda2 : lanceur de Vista (correspond à (hd0,1) ; on note l'étoile qui indique que la partition est active;
  • /dev/sda3 : partition Ntfs (correspond à (hd0,2) ;
  • /dev/sda5 : partition ext2 (correspond à (hd0,4) ; partition supportant /boot pour Ubuntu ;
  • /dev/sda6 : partition swap (correspond à (hd0,5) ;
  • /dev/sda7 : partition ext3 (correspond à (hd0,6) ; partition supportant / pour Ubuntu ;
  • /dev/sda8 : partition ext2 (correspond à (hd0,7) ; partition supportant /boot pour Fedora ;
  • /dev/sda9 : partition ext3 (correspond à (hd0,8) ; partition supportant / pour Fedora.

Le MBR pointe sur (hd0,7). C'est donc le menu Grub de Fedora qui s'affiche.

On installe le dispositif :

# grub> setup (hd0,4)(hd0,4) => on installe stage1, issu de (hd0,4)/boot/grub, sur (hd0,4),
  soit /dev/sda5; ce stage1 pointe sur (hd0,4)/boot/grub.
# grub> setup (hd0,7)(hd0,7) => on installe stage1, issu de (hd0,7)/boot/grub, sur (hd0,7)
  soit /dev/sda7; ce stage1 pointe sur (hd0,7)/boot/grub

On modifie (hd0,4)/boot/grub/menu.lst :

title Menu Fedora
root   (hd0,7)
chainloader +1
boot

On modifie « symétriquement » (hd0,7)/boot/grub/grub.conf :

title           Menu Ubuntu
root            (hd0,4)
chainloader +1
boot

Le tour est joué !

A noter que les entrées concernant Windows ne sont en rien touchées par le dispositif. Dans les deux fichiers de configuration de Grub, on trouvera :

title           Windows Vista/Longhorn (loader)
root            (hd0,1)
savedefault
makeactive
chainloader     +1

4.6 grub-install

grub-install est mentionné dans la section Documentation concernant le Dual boot Windows XP - Fedora.

Le programme, dont l'efficacité est parfois contestée, permet d'installer Grub sur un disque en utilisant l'émulation réalisée sous Fedora de la ligne de commandes Grub voir 3.2- Mode ligne de commandes. Il suppose les droits root.

La syntaxe est :

/sbin/grub-install périphérique_d'installation

Le périphérique sous Fedora sera désigné selon les règles de nommage de Linux et non de GRUB.<

Exemple:

/sbin/grub-install /dev/hda

grub-install sera utilisé principalement pour résoudre des difficultés. On notera une option intéressante: --recheck ; cette option conduit à « Re-vérifier la carte des périphériques, même si /boot/grub/device.map existe déjà. Vous ne devriez utilisez cette option que lorsque vous ajouter/enlevez des disques de votre ordinateur ».

Note tip.png grub-install en cas de problème de grub...
En cas de souci avec le grub votre actuelle installation de Fedora, vous pourrez tenter de le réparer avec la commande grub-install

Oui, mais, le grub-install doit être lancé sur votre installation qui justement n'arrive pas à se lancer. Pas de panique !

chroot est là pour vous servir :-) Vous allez devoir démarrer votre ordinateur en utilisant un livecd. Une fois le système lancé, connectez-vous en root :

$ su -

Montez votre disque actuel quelque part (/mnt semble être une bonne option :

# mkdir /mnt/sysimage
# mount /dev/VolGroup00/LogVol00 /mnt/sysimage

Le chemin /dev/VolGroup00/LogVol00 correspond à celui du LVM installé de base par Fedora. Si vous avez choisi de na pas utiliser LVM, le chemin sera du genre /dev/sda2 ; si vous avez choisi (ce qui est recommandé) de modifier le nom du LVM, la commande lvdisplay listera les volumes LVM présents.

Une fois votre système monté, vous pourrez le "chrooter":

# chroot /mnt/sysimage

Vous devrez ensuite monter le minimum syndical requis au bon fonctionnement du grub-install (à savoir /boot, /dev, /proc et /sys). Une commande vous permet de faire cela très simplement dans un environnement chrooté :

# mount -a

Une fois tout ceci prêt, vous pourrez simplement lancer la commande grub-install, et espérer que cela résoudra votre problème :-)

5 État des commandes et codes d'erreur

5.1 Commandes réservées au menu

présentées en 2.2.2

default
fallback
hiddenmenu
timeout
title

5.2 Commandes utilisables en menu ou ligne de commandes

présentées en 2.2.2

chainloader
hide / unhide
initrd
kernel
makeactive
map
md5crypt
password
root
rootnoverify

Non présentées

bootp
color
device
dhcp
ifconfig
pager
partnew
parttype
rarp
serial
setkey
terminal
tftpserver
blocklist
boot
cat
cmp
configfile
debug
displayapm
displaymem
embed
find
fstest
geometry
halt
help
impsprobe
install
ioprobe
lock
module
modulenounzip
pause
reboot
read
savedefault
setup
testload
testvbe
uppermem
vbeprobe

Le « manuel de référence des commandes » est accessible à l'adresse :

5.3 État des erreurs signalées par GRUB

5.4 Quelques moyens de corriger les erreurs

5.4.1 Error 17: Cannot mount selected partition

le menu Grub s'est correctement affiché mais le choix d'un système a conduit à une erreur. Cette erreur relève du Stage2; en d'autres termes, Grub est correctement installé mais le paramétrage de /boot/grub/grub.conf, pour l'entrée qui a été sollicitée, n'est pas correct.

L'erreur signifie: "17 : Cannot mount selected partition Cette erreur est retournée si la partition demandée existe, mais le type du système de fichiers n'est pas reconnu par GRUB"

La désignation de root (hdX,Y) n'est donc pas correcte.

1- L'erreur vient généralement d'une différence entre la perception de l'ordre des partitions et la solution consiste à modifier les valeurs portées dans la ligne root (hdX,Y) pour l'entrée défaillante.

Un exemple:

Le choix Fedora ne peut se lancer.

a- configuration des disques:

Disque /dev/sda: 250.0 Go, 250059350016 octets
...
Périphérique Amorce      Début              Fin          Blocs      Id   Système
/dev/sda1    *             1             30400        244187968+    7   HPFS/NTFS
Disque /dev/sdb: 250.0 Go, 250059350016 octets
...
Périphérique Amorce      Début              Fin          Blocs      Id   Système
/dev/sdb1    *               1             29644        238115398+    83   Linux
/dev/sdb2              29645             30401           6080602+      5   Extended
/dev/sdb5              29645             30401           6080571      82   Linux swap / Solaris 

b- extrait de /boot/grub/grub.conf:

title        Fedora
root        (hd1,0) // => (hd1,0) est ici supposé représenter /dev/sdb1
kernel          /vmlinuz-2.6.23.1-42.fc8 root=/dev/sd1 ro
initrd          /initrd-2.6.23.1-42.fc8.img

c- utilisation de Grub en mode ligne de commandes:

grub> find /boot/grub/stage1
(hd1,0)

Le problème est corrigé en remplaçant (hd1,0) par (hd0,0) contre toutes les indications fournies ... Grub considère que (hd1,0) correspond à /dev/sdb1 mais de facto, cette correspondance n'est pas correcte. Il y a divergence entre l'ordre perçu par Grub et l'ordre géré par le BIOS.


2- En d'autres circonstances, l'erreur peut survenir lorsque la partition supportant /boot est très distante du MBR. Un exemple:

Disk /dev/sda: 320.0 GB, 320072933376 bytes
255 heads, 63 sectors/track, 38913 cylinders
Units = cylinders of 16065 * 512 = 8225280 bytes
Disk identifier: 0xe175e175
Device Boot      Start         End      Blocks   Id  System
/dev/sda1   *           1        4080    32772568+   7  HPFS/NTFS
/dev/sda2            4081       32126   225279495    7  HPFS/NTFS
/dev/sda3           32127       32151      200812+  83  Linux
/dev/sda4           32152       38913    54315765    5  Extended
/dev/sda5           32152       38913    54315733+  8e  Linux LVM

La partition boot démarre au 32127 ème cylindre.

En ce cas, la solution réside hélas en un nouveau paritionnement du disque pour rapprocher la partition supportant /boot du secteur d'amorce.

5.4.2 Lancement de Windows : Starting up... GRUB loading stage2

Windows ne peut se lancer. Le point a été vu précédemment[7].

L'exemple fourni précédemment (cas général, -1-) est une illustration du problème : Windows semble bien résider sur la première partition du premier disque actif mais ne se lance pas car de facto, l'ordre des disques perçu par Grub diffère de l'ordre réel. Le problème a été corrigé pour Fedora ; la correction, pour Windows, consiste à utiliser la clause map comme suit :

title  Windows
map (hd0) (hd1)
map (hd1) (hd0)
rootnoverify (hd1,0)
chainloader +1

5.4.3 grubloading, please wait error 21

L'erreur a une origine matérielle. Le MBR tente de lire la partition /boot sur un disque qui ne peut être accédé.

S'il n'y a qu'un seul disque dans le système, on veillera à vérifier les branchements et la déclaration dans le BIOS.

S'il y a deux disques et si le disque en question est en seconde position, la solution consiste généralement à brancher celui-ci derrière le premier disque (et non derrière un équipement de type graveur).

5.4.4 error 15: File not found

L'erreur signifie:

15 : File not found
   Cette erreur est retournée si le fichier n'est pas trouvé, mais le reste est correct (comme les informations du disque et de la partition). 

Elle résulte généralement de configurations disques atypiques. La solution consiste à forcer une nouvelle reconnaissance des disques par le script grub-install.

Exemple (environnement FC6; on notera que les partitions sont encore distinguées selon la technologie support en hdX ou sdX):

Disk /dev/hdb: 81.9 GB, 81964302336 bytes
...
Device Boot      Start         End      Blocks   Id  System
/dev/hdb1   *           1        9963    80027766    7  HPFS/NTFS

Disk /dev/hdc: 10.2 GB, 10248118272 bytes => support de Fedora
...
Device Boot      Start         End      Blocks   Id  System
/dev/hdc1   *           1          13      104391   83  Linux
/dev/hdc2              14        1245     9896040   8e  Linux LVM
Disk /dev/sda: 251.0 GB, 251000192512 bytes
...
Device Boot      Start         End      Blocks   Id  System
/dev/sda1   *           1       30515   245111706    7  HPFS

Extrait de /boot/grub/grub.conf:

title Fedora Core (2.6.18-1.2798.fc6)
       root (hd1,0)
       kernel /vmlinuz-2.6.18-1.2798.fc6 ro root=/dev/VolGroup00/LogVol00 rhgb quiet
       initrd /initrd-2.6.18-1.2798.fc6.img

Extrait de /boot/grub/device.map:

# this device map was generated by anaconda
(hd0)     /dev/hdb

Anaconda n'a pas identifié toute la configuration (éléments manquants: /dev/hdc et /dev/sda).

La solution consiste à lancer à utiliser le Rescue Disk pour lancer le script grub-install:

chroot /mnt/sysimage
grub-install /dev/hdb --recheck

Grub-install va réinstaller le MBR sur le disque /dev/hdb et forcer une nouvelle reconnaissance (clause --recheck) de l'environnement; il mettra ainsi à jour le fichier device.map.

L'utilisation du live CD est aussi possible. On montera alors la partition /dev/hdb (sur /mnt) et on enchaînera les commandes précédentes.

Actions
Espaces de noms
Variantes