Gestion et contrôle de versions avec Git

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : HaikelGuemar

Git The information manager from hell (le gestionnaire d'information issu de l'enfer) est un système de contrôle de versions distribué (DVCS) développé par Linus Torvalds pour le noyau Linux. Les anglophones seront probablement surpris du choix de ce nom, voici l'explication fournie par Linus en personne, libre à vous d'interpréter  : I'm an egotistical ***, and I name all my projects after myself. First 'Linux', now 'git'. (Je suis un *** égocentrique, et je nomme mes projets d'après moi-même, d'abord 'Linux', maintenant 'git').

Git est quotidiennement utilisé par des projets de grande envergure (Linux, Qt, GNOME, etc ...) et a prouvé sa robustesse ainsi que sa versatilité. Quelques avantages de Git sur d'autres (D)VCS :

  • rapidité et efficacité : le leitmotiv de Git, il est de loin le plus rapide des VCS existants et les dépôts Git sont particulièrement compacts.
  • intégrité des données : le secret de Git est d'utiliser des fonctions de hash pour identifier et suivre les données. Les données et l'historique sont immutables garantissant une exécution rapide.
  • transaction atomique : lorsque vous appliquez des modifications, Git assure qu'elles seront toutes prises en compte ou rien du tout. En cas de problème, votre dépôt Git ne sera pas corrompu.
  • création de branches : rien n'est plus simple que de créer/fusionner les branches avec Git. Fini les créations pénibles de branches avec cvs et les fusions encore plus pénibles avec le tronc.
  • staging area: contrairement à la majorité des VCS qui considérent que vos fichiers peuvent être sous deux états (modifié/committé), Git lui rajoute un état transitionnaire (staged). Au lieu de committer directement vos modifications, Git place un snapshot dans une zone intermédiaire la staging area (également connu sous le nom d'index). Vous pouvez ainsi continuer à modifier le fichier sans vous soucier d'un commit ultérieur. La staging area est au coeur d'une des fonctionnalités phare de Git qu'est la réécriture de l'historique en permettant d'organiser à votre guise vos commits.


1 Installation de Git

Git est disponible dans les dépôts :

# yum install git

Pour installer l'ensemble des outils git, utiliser le méta-paquet git-all :

# yum install git-all


1.1 Configuration de l'environnement

Afin de faciliter la gestion de projet, il est recommandé que chaque membre du projet configure un nom utilisateur et une adresse mail permettant de l'identifier.

$ git config --global user.name "John Doe"
$ git config --global user.email john@doe.com
$ git config --global core.editor vim

Par défaut, la coloration des sorties n'est pas activée dans Git (certains barbus n'aiment pas ça), mais il est très facile d'arranger ça :

$ git config --global color.ui auto

Vous avez également la possibilité configurer plus finement la coloration :

$ git config --global color.diff auto  # coloration des patch
$ git config --global color.status auto # coloration de la commande status
$ git config --global color.branch auto # coloration de la commande branch

Plus de renseignements dans la page du manuel git-config.

2 Guide de survie avec Git

Note tip.png Le nom des commandes Git
Parfois, certaines documentations présentent les commandes Git sous la forme git-commande. Cette forme a été rendue obsolète depuis Git 1.5.4 (fin 2006) et il est fortement recommandé d'utiliser la forme git commande. Avec Git >= 1.6.0, l'ancienne forme n'est plus supportée par défaut et n'est pas garantie d'être présente dans les versions futures.

Git offre un tutoriel en ligne sous la forme de deux pages du manuel :

$ man gittutorial
$ man gittutorial-2 # deuxième partie

2.1 Création de dépôt

Supposons que l'on veuille créer un nouveau dépôt vide dans le répertoire ~/git :

$ git init <depot> # le répertoire mon_depot doit être créé auparavant

Si vous comptez publier votre dépôt, il est nécessaire de créer un dépôt nu (bare repository en Anglais) avec l'option --bare. Un dépôt nu ne possède pas de copie de travail, et par convention possède l'extension .git :

$ git --bare init .

Ensuite, pour ajouter les fichiers contenus dans mon nouveau dépôt :

$ cd <depot>
$ git add *
$ git commit -m "first import"

Pour créer un dépôt à partir d'un autre déjà existant (local ou distant) :

$ git clone <http://git.example.com/projet.git <depot>


2.2 Commandes de base

Ceci est une (trop) brève introduction à Git, présentant les commandes de base.
N'hésitez pas à utiliser la documentation interactive :

$ git help # aide générale
$ git help ma_commande

Notez que les révisions Git sont identifiées par une somme SHA1 (pour simplifier, on parlera de révision X, Y, etc ...) :

Afficher le statut des fichiers dans le dépôt :

$ git status

Ajouter un fichier au contrôle de versions (placement dans la staging area) :

$ git add <fichier>

Supprimer un fichier du contrôle de versions (reste présent dans l'historique) :

$ git remove <fichier>

Alias pour ajouter/supprimer les fichiers modifiés :

$ git addremove

Valider une transaction ou commit (l'option -m permet d'ajouter un message de log) :

$ git commit -m "first import"

Afficher les modifications effectuées par rapport à la dernière révision :

$ git diff

Afficher les modifications effectuées par rapport à une révision précédente :

$ git diff <rev>

Afficher l'historique :

$ git log

Revenir sur une modification non commitée :

$ git checkout <fichier>

Revenir sur un commit particulier (crée un commit inverse) :

$ git revert <rev>

Annuler tout les commit depuis une révision précédente :

$ git reset <rev>

Annuler tout les commit depuis une révision précédente et remettre à jour la copie de travail :

$ git reset --hard <rev>

Supprimer une modification de la staging area :

$ git reset HEAD <fichier>
Note tip.png reset
La raison pour laquelle l'option --hard n'est pas activée par défaut, c'est pour permettre une utilisation avancée de reset qui est la réécriture de l'historique.

Les lecteurs attentifs me feront remarquer que cela est contradictoire avec l'une des caractéristiques essentielles d'un VCS qui est de conserver l'historique. Une utilisation récurrente (et pratique) de reset est de regrouper plusieurs commits. À éviter si l'on travaille en groupe !.

Corriger le dernier commit (modifier la description, modifier les fichiers etc ...) :

$ git commit --amend

Générer une tarball à partir du head :

$ git archive --format=tar --prefix=<projet>/ HEAD | bzip2 > ../<projet>.tar.bz2 # ne pas oublier le slash !

Nettoyage du dépôt (à effectuer plus ou moins souvent selon la fréquence des commits pour ne pas pénaliser les performances du dépôt) :

$ git count-objects  # pour visualiser le nombre d'objets "temporaires" de Git
$ git gc && git prune

2.3 Travailler avec un dépôt tiers

Avant d'exporter vos modifications, il faut nettoyer son dépôt :

$ git repack && git prune

L'opération repack optimise le stockage des objets Git en interne, prune supprime les fichiers inutiles. Avec les versions récentes de Git, on peut se contenter de l'opération gc.

Enregistrer un dépôt distant :

$ git remote add <alias>  ssh://user@git.example.com/projet

Lister les dépôts distants enregistrés :

$ git remote -v

Exporter ses modifications sur un dépôt distant :

$ git push <alias> <branche>
InProgress tip.png Attention !
Il est déconseillé de faire un push sur un dépôt non nu. Jusqu'à Git 1.7, le push mettait automatiquement à jour la copie de travail ce qui pouvait entraîner des pertes de données. Il est fortement de recommandé de préférer l'opération pull à push, ou bien d'utiliser un dépôt nu pour le push.

Importer les modifications à partir d'un dépôt distant :

$ git fetch <alias> <branche>

Fusionner les modifications en local :

$ git merge <alias>/<branche>

Les deux opérations précédentes peuvent être effectué en une étape:

$ git pull <alias> <branche>

Suivre une branche distante à partir d'une branche locale (on ne travaille jamais sur une branche distante directement) :

$ git branch --track <branche_locale> <alias>/<branche>

ou

$ git checkout -b <branche> <alias>/<branche>


2.4 Collaborer

Plus prosaïquement, nous allons nous intéresser à la création, puis à l'application de correctifs. Supposons que vous ayez trouvé un bogue dans votre logiciel favori à la version x.y et que vous voudriez le corriger. D'abord on pull le dépôt du projet, puis reste à écrire le correctif. Quant vous avez terminé, il ne reste plus qu'à soumettre votre patch. Le plus simple, reste d'utiliser la commande diff :

$ git diff -p <rev> > <patch>

Vous l'envoyez au mainteneur du projet qui pourra appliquer votre patch très simplement :

$ git apply <patch>

Il peut également tester si votre patch est applicable à la branche active avec l'option check :

$ git apply --check <patch>((

Néanmoins, pour des projets très importants comme le noyau Linux, cette méthode devient rapidement fastidieuse. D'où la commande format-patch qui permet de générer un patch pour chaque commit (d'où l'intérêt de pouvoir regrouper les commits comme on l'a vu précédemment) sous la forme d'un courriel prêt à envoyer.

$ git format-patch <rev>

Plus fort encore, git permet même d'envoyer directement un patch à une adresse mail. Il faut d'abord installer le paquet git-email :

# yum install git-email

Je vous conseille de configurer Git pour se connecter à votre SMTP, bien évidemment, vous pouvez également passer ces options en ligne de commande (git help send-mail) :

$ git config --global sendemail.smtpserver <smtp.example.com>
$ git config --global sendemail.smtpserverport 465
$ git config --global sendemail.smtpencryption tls
$ git config --global sendemail.smtpuser <utilisateur>
$ git config --global sendemail.smtp.pass <password>

Pour envoyer votre patch :

$ git send-mail -to devel@projet.example.com <patch>

Et l'apothéose, c'est la facilité avec laquelle on peut appliquer les patchs depuis une boite mbox :

$ git am -3 <boite.mbox> # l'option -3 demande à Git d'effectuer un merge 

Et les commits seront également correctement mis en forme avec l'auteur, la date etc... Et si par malchance, un des patchs est défectueux, Git s'arrêtera et demandera au développeur de corriger l'erreur manuellement. Après correction, le développeur peut continuer l'application des patchs, avec l'option resolved qui créera automatiquement un commit pour lui.

$ git am --resolved


2.5 Gestion des branches

Pour la plupart des utilisateurs de Git, la fonctionnalité clé de Git est sa gestion extrêmement souple des branches. Mais qu'est-ce qu'une branche ? Une branche est tout simplement un ensemble de révisions différenciés du tronc.
Une branche est utile lorsque l'on doit maintenir plusieurs versions d'un projet ou que l'on souhaite travailler sur une idée avant de l'inclure dans le tronc. Il faut retenir que la branche master est le nom attribué à la branche principale.

Afficher les branches existantes :

$ git branch # l'étoile signale la branche actuellement dans le répertoire de travail

Créer une branche locale:

$ git branch <branche>

Suivre une branche distante:

$ git checkout -b <branche_locale> origin/<branche_distante>

Changer de branche :

$ git checkout <branche>

Fusionner la branche experimentale dans la branche principale :

$ git checkout master
$ git merge experimental

Pour effacer la branche experimentale après une fusion réussie :

$ git branch -d experimental

Pour effacer une branche qui après réflexion ne sera pas fusionnée avec la branche principale

$ git branch -D <branche>
Note tip.png git rebase
L'opération rebase est un cas particulier, elle permet d'appliquer les changements intervenus dans une branche (souvent la branche principale) à une autre branche. Supposons que vous ayez corrigé un bogue dans master mais que le travail dans experimental n'est pas terminé, il suffit rebaser experimental sur master

Pour rebaser la branche experimental sur master :

$ git checkout experimental
$ git rebase master
InProgress tip.png Attention !
Ce paragraphe traite principalement des branches dites légères ou locales (lightweight branches). Elles sont internes à un dépôt git.

Il existe un autre type de branches dans Git qui a été implicitement traité auparavant : les clones ! Pour les distinguer des branches légères, on les désigne sous le nom de branches lourdes (heavy branches).

2.6 La mise en lieu sûr

Il arrive fréquemment qu'en plein milieu de son travail, il faille changer de branche (pour travailler sur un autre aspect du projet) ou bien soumettre une partie des changements sur un dépôt distant. Le problème est que cela implique pour pouvoir revenir dessus plus tard, soit de committer un travail à moitié fini, soit diverses solutions de contournement (voire perdre les changements en cours pour certains !).

C'est là qu'intervient le stashing ou mise en lieu sûr. La mise en lieu sûr consiste à sauvegarder l'état du dépôt à un instant donné pour pouvoir le restaurer plus tard si besoin est sans que cela impacte l'historique du dépôt. La fonctionnalité de mise en lieu sûr permet également de conserver une pile de sauvegardes ou stash, par exemple, lorsqu'on doit travailler sur plusieurs branches simultanément.

Sauvegarder l'état du dépôt (retour à l'état initial après le dernier commit) :

$ git stash

Afficher la pile courante :

$ git stash list

Appliquer le dernier stash :

$ git stash apply

La commande précédente rétablit les changements sans rétablir l'index :

$ git stash apply --index

Appliquer le stash numéro 1 :

$ git stash apply stash@{1}

Supprimer le stash numéro 3 :

$ git stash drop stash@{3}

Git permet également de créer une nouvelle branche (par exemple test-stash) à partir d'un stash :

$ git stash branch test-stash


2.7 Importer un dépôt subversion

Si votre projet est déjà hébergé dans un référentiel Subversion, migrer vers un autre VCS peut s'avérer problématique si vous perdez l'historique associé. Une extension standard de Git permet d'importer un projet Subversion et l'historique associé. Pour installer git-svn :

# yum install git-svn
$ git svn clone mon_depot_subversion mon_depot.git -s # l'option -s suppose que le dépôt subversion utilise l'organisation (layout) standard

Vous pourrez vérifier que l'importation de l'historique s'est bien faite avec la commande log

$ git log

Il est également possible de récupérer une partie des révisions du référentiel:

$ git svn clone -r31:58  mon_depot_subversion mon_depot.git

Mieux encore, git-svn permet même de se synchroniser avec un dépôt svn ! Il faudra prendre en compte que contrairement à Git, subversion a une gestion linéaire de l'historique. Si le dépôt subversion reste la référence, il faudra rebaser votre branche avant tout commit. Si vous êtes plusieurs à utiliser git-svn, il est recommandé de créer un dépôt git maitre intermédiaire afin d'éviter la duplications des commits. Même si on perd une partie de la souplesse qui a rendu Git célèbre, on gagne par rapport à subversion : le travail hors-ligne, des utilitaires plus rapides et plus puissants, ce qui paradoxalement fait de Git, l'un des meilleurs clients svn qui soit !

On récupère les modifications sur le dépôt maître svn. L'option -s permet de signaler à git-svn que le dépôt utilise le layout (organisation) standard de svn.

$ git svn -s fetch

Pour rebaser notre branche sur le dépôt maître svn :

$ git svn rebase

On commit nos modifications :

$ git svn dcommit

Créer une branche subversion :

$ git svn branch ma branche

N'hésitez pas à utiliser l'option --dry-run (commandes fetch, rebase, dcommit, branch, tag) pour visualiser les changements avant de les soumettre.

Cela permet de bénéficier des nombreux avantages de Git sans pour autant brusquer les autres contributeurs.

3 Publier un dépôt

Il existe plusieurs manières pour publier un dépôt git, nous nous limiterons à deux méthodes :

  • git-daemon : le plus efficace car utilisant le protocole git. La différence qui saute aux yeux est l'URL qui commence par git://.
  • CGI : plus pratique mais beaucoup moins efficace, le support de HTTP dans Git n'étant pas optimal.


3.1 Configurer Git-daemon

# yum install git-daemon

On autorise l'export de notre projet par le service git

# touch .git/git-daemon-export-ok


Le paquet git-daemon offre une configuration initiale satisfaisante utilisant le service xinetd.

On vérifie la présence de la ligne suivante dans le fichier /etc/services :

$ grep 9418 /etc/services
git             9418/tcp                # Git Version Control System


Par défaut, la configuration exporte les dépôts git présents dans les répertoires utilisateurs ~/public_git (paramètre user-path) et /var/lib/git que l'on remplacera par /srv/git (paramètre base-path). On supprimera le switch --export-all pour limiter l'export aux seuls dépôts possédant le fichier .git/git-daemon-export-ok.

$ cat /etc/xinetd.d/git
# default: off
# description: The git dæmon allows git repositories to be exported using \
#	the git:// protocol.
service git
{
	 disable	= yes
        socket_type     = stream
        wait            = no
        user            = nobody
        server          = /usr/bin/git
        server_args     = daemon --base-path=/srv/git --user-path=public_git --syslog --inetd --verbose
        log_on_failure  += USERID
 # xinetd doesn't do this by default. bug #195265
        flags		= IPv6
}

Bien évidemment, il faudra redémarrer le service xinetd pour que celui-ci prenne en compte les modifications apportées.


Pour permettre le push, il faudra configurer un accès ssh pour chaque développeur. Attribuer le dépôt git à un groupe unix puis rattacher les développeurs à celui-ci est une bonne pratique. Git offre un shell de connexion minimaliste git-shell ne permettant que les opérations push et pull.
Ici, on crée un compte pour l'utilisateur joe avec git-shell pour shell de connexion et l'ajouter au groupe depot1 :

# useradd joe -s /usr/bin/git-shell -G depot1

3.2 Configuration du CGI

Il existe différents scripts CGI pour publier des dépôts Git comme l'excellent cgit (cgit chez Freedesktop.org) ou bien gitweb intégré dans la distribution officielle de Git.
Dans ce tutoriel, nous nous intéresserons à la mise en place de gitweb. On commence bien évidemment par l'installer :

# yum install gitweb

Vous pouvez tester gitweb rapidement à l'aide de la commande instaweb. Celle-ci permet démarrer un serveur web (par défaut lighttpd, Apache2 et webrick sont également supportés). Pour le démarrer :

$ cd mon_depot
$ git instaweb

le dépôt devrait être visible dans votre navigateur web à l'adresse http://127.0.0.1:1234 . Pour l'arrêter :

$ git instaweb --stop


Nous nous fixons pour objectif de mettre à disposition une collection de dépôts Git à l'adresse git.domaine.com à l'aide de gitweb.

La première étape consiste à configurer le CGI pour lui indiquer notamment où sont situés nos dépôts. Le CGI est installé dans le répertoire /var/www/git, on crée le fichier de configuration gitweb_config.perl avec le contenu suivant :

# emplacement de nos dépôts
$projectroot = "/srv/git";
# Nom donné aux projets dans l'interface.
$home_link_str = "Mes projets";
# Les fichiers nécessaires pour personnaliser l'affichage de votre site
@stylesheets = ("gitweb.css");
$logo = "git-logo.png";
$favicon = "git-favicon.png";
# fichier html contenant le bandeau du site
$site_header = "";
# fichier html à inclure dans la page d'accueil
$home_text = "indextext.html";
# fichier html contenant le pied de page du site
our $site_footer = "";
# Nom du site
$site_name = "Mes dépôts Git";

On crée un dépôt vide destiné à accueillir notre projet :

# mkdir /srv/git/machin.git
# cd /srv/git/machin.git
# git --bare init  # l'option bare
# cp hooks/post-update.sample hooks/post-update
# sed -i 's/git-post/git post/' hooks/post-update # pour que les clones

On prépare notre dépôt, on édite le fichier .git/description avec quelques lignes décrivant le projet, puis on rajoute dans le fichier .git/config : [gitweb] owner = "Johnny"


3.2.1 Avec Apache

On installe nos dépôts dans le répertoire /srv/git et si on utilise SELinux, on leur attribue le bon contexte.

# semanage fcontext -a -t httpd_sys_content_t '/srv/git(/.*)?'

Fedora fournit déjà une configuration fonctionnelle du CGI avec Apache, si vous ouvrez votre navigateur à la page http:/127.0.0.1/git, vos dépôts sont déjà accessibles. Pour la configuration du sous-domaine git, voici un exemple d'hôte virtuel fonctionnel :

<VirtualHost 127.0.0.1>
    ServerName git.zangetsu.com
    DocumentRoot /var/www/git/
    <Directory /var/www/git/>
        DirectoryIndex gitweb.cgi
        AddHandler cgi-script .cgi
        Options ExecCGI FollowSymLinks
        Order allow,deny
        Allow from all
        AuthUserFile /etc/srv/passwd
        AuthName "git"
        AuthType Digest
        <Limit POST PUT>
            Require valid-user
        </Limit>
	RewriteEngine on
        RewriteBase /
        RewriteRule ^$ gitweb.cgi [L]
        RewriteCond %{REQUEST_FILENAME} !-f
        RewriteRule (.*) gitweb.cgi/$1 [QSA,L]
    </Directory>
</VirtualHost>
 
3.2.2 Avec lighttpd

La première chose à faire est d'attribuer à l'utilisateur lighttpd le répertoire /srv/git :

# chown lighttpd:lighttpd /srv/git

Créer le fichier de configuration git.conf dans le répertoire /etc/lighttpd/conf.d avec le contenu suivant :

# pensez à activer les mod_fastcgi et mod_rewrite
# si vous utilisez le cgi, remplacez mod_fastcgi par mod_cgi
# server.modules += ( "mod_fastcgi" )
# server.modules += ( "mod_rewrite" )
# server.modules += ( "mod_auth" )
# server.modules += ( "mod_setenv" )
# server.modules += ( "mod_redirect" )

url.rewrite-once = ( "^/([a-zA-Z]+.git)(.*)$" => "/gitweb.cgi/$1$2" )

# accès par le sous domaine

$HTTP["host"] =~ "(^|\.)git" {
	server.document-root = "/var/www/git"
	server.errorlog = "/var/log/lighttpd/git-error.log"
	accesslog.filename = "/var/log/lighttpd/git-access.log"
	index-file.names	= ( "gitweb.cgi" )	
	cgi.assign		= ( "gitweb.cgi" => "" )
	#url.rewrite-once = ( "^/([a-zA-Z]+.git)(.*)$" => "/gitweb.cgi/$1$2" )
}

# accès par le sous-répertoire
url.rewrite += (
	"^/git([/?].*)?$" => "/gitweb.cgi$1"
)

$HTTP["url"] =~ "^/gitweb.cgi([/?].*)?$" {
	server.document-root = "/var/www/git"
        cgi.assign = ( ".cgi" => "" )
}

# quick hack to fix broken display
alias.url += (
  "/gitweb.css" => "/var/www/git/gitweb.css",
  "/git-logo.png" => "/var/www/git/git-logo.png",
  "/git-favicon.png" => "/var/www/git/git-favicon.png",
)
 

4 les Interfaces utilisateurs

Voici quelques interfaces graphiques à Git

  • gitk : une simple interface tk à Git.
  • giggle : une interface Gtk+ à Git.
  • gitg : une autre interface Gtk+ assez complète.
  • git-cola : une interface PyQt4 caféiné.
  • QGit : une interface Qt4 qui se distingue en étant compatible avec l'extension StGit.
  • TeamGit : une autre interface Qt4 à git

Environnement de développement et éditeurs de textes

  • Anjuta : support de Git inclut par défaut.
  • QtCreator : support de Git inclut par défaut.
  • Emacs : via l'extension emacs-magit.
  • Geany : par l'intermédiaire du plugin geanyvc (paquet geany-plugins-geanyvc)

5 Quelques liens utiles