Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Portail de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

RPM : les bases de la commande

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher

Voici la liste des options les plus utilisées avec la commande rpm (acronyme récursif : RPM Package Manager).

1 Installation / Mise à jour

InProgress tip.png Attention !
Il est fortement conseillé d'utiliser YUM pour installer ou mettre à jour des paquets, l'utilisation de la commande rpm directement peut conduire à l'altération de la base RPM.

Installation d'un paquetage :

rpm -ivh package.rpm

Mise à jour d'un paquetage :

rpm -Uvh package.rpm
  • -i -> install
  • -U -> Upgrade (met à jour un paquet ou l’installe s’il n’est pas présent)
  • -v -> verbose (détaille l’avancement de l’installation)
  • -F -> Freshen (ne met à jour un paquet que s’il est installé)
  • -h -> hash (permet d'avoir une « barre de progression »)
Note tip.png Note
Pour l’installation (ou la mise à jour), le paquet peut être un fichier sur un support quelconque ou une URL.

2 Interrogation

Lister des informations relatives aux paquetagex :

rpm -qilp package.rpm

Détails:

  • -q -> interrogation
  • -i -> texte décrivant le paquetage
  • -l -> liste les fichiers du paquetage
  • -p -> pour interroger un fichier.rpm et non pas un paquetage installé

On peut interroger un paquetage installé de la même manière avec :

rpm -qil paquetage

Interroge tous les paquetages installées :

rpm -qa

Liste tous les fichiers de chaque paquetage (pratique pour rechercher un fichier particulier)

rpm -qa --filesbypkg
Note tip.png Note
Il est possible de combiner ces différentes options. Il est également très pratique de combiner l’interrogation avec grep si on veut savoir si un paquet précis est installé  :
rpm –qa | grep –i package

Va lister tous les paquetages et donner pour chacun les informations et la liste des fichiers :

rpm -qail

3 Suppression

InProgress tip.png Attention !
Il est fortement conseillé d'utiliser YUM pour supprimer des paquets, l'utilisation de la commande rpm directement peut conduire à l'altération de la base RPM.

Utilisez rpm -e à vos risques et périls !

rpm –e package

Deux options très utiles :

  • --force -> force l'installation (utile pour forcer la réinstallation d’un paquet, par exemple)
  • --nodeps -> ne vérifie pas les dépendances

Leur utilisation reste à proscrire dans la plupart des cas si l'on veut conserver une base RPM cohérente.

4 Astuce : Afficher l'architecture des paquets à l'interrogation

Il peut être utile, lors de l'interrogation de la base RPM, de connaitre l'architecture des paquetages installés.

Cela peut s'avérer fort utile pour vérifier celle du noyau (problème i586/i686) ou encore sur les version 64 bits où il est possible d'installer des paquets de plusieurs architectures (x86_64 et i386).

Pour ce faire, il suffit de modifier le format d'affichage par défaut en éditant le fichier ~/.rpmmacros :

$ echo '%_query_all_fmt %%{name}-%%{version}-%%{release} (%%{arch})' >>~/.rpmmacros

Exemple d'utilisation :

$ rpm -q gtk2
gtk2-2.10.4-8.fc6 (x86_64)
gtk2-2.10.4-8.fc6 (i386)
Note tip.png Note
Attention, cette astuce peut poser des problèmes avec des scripts qui utilisent le résultat de ces requêtes, utilisez la donc de préférence sur votre compte utilisateur, et jamais pour l'administrateur (root)

Vous pouvez aussi utiliser d'autres attributs, pour cela consultez la liste fournie par la commande

rpm --querytags
Actions
Espaces de noms
Variantes