Concepts de base - Partitionnement

De Wiki Fedora-Fr
Révision datée du 3 avril 2018 à 14:21 par JoséFournier (discussion | contributions) (Le partitionnement MBR)
Aller à : navigation, rechercher

1 Introduction

Le partitionnement est, nous l’avons vu dans le chapitre sur les Concepts de base — Disques, fichiers et partitions, la deuxième étape du formatage des disques, qui consiste à diviser, pour les besoins des systèmes d’exploitation, l’étendue balisée du disque, en régions bien étanches.

Cette opération est certainement pour le débutant la plus périlleuse et aussi le premier frein à l’installation de Fedora.

Cette page devrait permettre d’acquérir le minimum de savoir pour aborder cette étape plus en confiance.

2 Les deux types de partitionnement

Nous avons vu que les disques peuvent être partitionnés de deux manières principales :

  • le partitionnement dit MBR ou DOS,
  • le partitionnement GPT,

et qu’après avoir procédé à leur formatage de troisième niveau — création d’un système de fichiers spécifique comme NTFS, ext4, etc. — ces partitions peuvent être montées en différents point de l’arborescence standard de Linux (la FHS).

Nous verrons plus loin qu’une couche logicielle intermédiaire peut parfois venir s’intercaler entre la création des partitions et leur montage pour offrir une vision plus souple des partitions au système d’exploitation, à savoir la LVM, traduisez Gestion logique des volumes. Mais pour le moment, commençons par décrire dans leurs grandes lignes, les deux modes de partitionnement cités plus haut en indiquant leurs limitations et leur intérêt respectif.

2.1 Le partitionnement MBR

Pour comprendre l’intérêt premier du partitionnement, MBR, et d’où lui vient son nom, il faut comprendre comment un ordinateur doté d’un micrologiciel BIOS fonctionne. En voici un résumé simplifié.

Après la mise sous tension, l’ordinateur trouve, dans une mémoire permanente de taille limitée, un tout petit bout de programme, écrit en assembleur — le langage de premier niveau de l’ordinateur — et l’exécute. Ce programme est en général orienté sur premier secteur du disque qui a été sélectionné comme premier périphérique de démarrage dans la configuration préalable de ce BIOS, ou qui l’est parce que le démarrage, sur les périphériques le précédant dans la liste des périphériques de démarrage, n’a pu se faire.

Ce premier secteur, le MBR, de longueur 512 octets, contient un petit programme qui permet de charger le chargeur de démarrage — le programme responsable du chargement et du lancement du système d’exploitation —, ainsi qu’une table lui précisant les limites géographiques des partitions présentes sur le disque, la table des partitions. En outre, un mot particulier (2 octets), indique au système d’exploitation s’il peut lancer ou non le chargeur de démarrage de ce disque. Ce mot s’appelle le drapeau d’amorçage (boot flag).

C’est à ce niveau qu’apparaissent les premières limitations du partitionnement MBR :

  • la table des partitions ne peut contenir que 4 partitions au plus ;
  • la taille d’une partition ne peut excéder 2200 gigaoctets.

Par ailleurs, l’UEFI ne sait pas démarrer sur un tel disque, bien qu’ensuite, le système d’exploitation démarré par l’UEFI sache y accéder.

2.1.1 Partitions primaires, partitions étendues et partitions logiques

Les quatre partitions, dont les limites géographiques — plus précisément leur secteur de début et leur taille — que peut contenir le MBR s’appellent des partitions primaires.

Cette limitation s’étant révélée rapidement contraignante, on a inventé un type particulier de partition primaire, la partition étendue. La partition étendue se comporte comme un disque à part entière avec sa propre table des partitions qui, quant à elle, peut contenir 56 partitions. Ces nouvelles partitions sont appelées partitions secondaires.

Les partitions primaires (non étendues) sont toujours numérotées de 1 à 4. Si une partition étendue existe elle porte toujours le numéro 4. La numérotation des partitions contenues dans la partition étendue sont numérotées à partir de 6 et s’appellent partitions logiques.

Exemple de partitionnement MBR avec 3 partitions primaires et une partition étendue contenant 1 partition logique

2.2 Le partitionnement GPT

GPT signifie GUID Partition Table, soit Table des partitions GUID.

Le partitionnement GPT fait partie de la norme EFI — Extensible Firmware Interface, soit Interface micrologiciel extensible en français. Il est donc destiné à des ordinateurs qui utilisent le micrologiciel UEFI – Universal Extensible Firmware Interface. Néanmoins, certains micrologiciels BIOS l’utilisent. GPT gère des disques durs et des partitions dont la taille peut aller jusqu'à 9,4 zétaoctets (Zo), soit 9,4 x 10*21 ou 9,4 trilliards d’octets.

Sans entrer dans les détails, disons que la norme UEFI, impose que la table puisse accueillir au minimum 128 descripteurs de partitions. Cette table des partitions est précédée d’un entête qui contient le GUID du disque, c.-à-d. le Globaly Unique Identifier, ou Identifiant mondialement unique, qui correspond à la première lettre de GPT.

À l’adresse 0 du disque, se trouve une structure, très ressemblante au MRB du disque formaté MBR, dite MBR protecteur. Ce MBR protecteur décrit une seule partition de type 0xEE qui couvre toute la surface du disque GPT. Si la taille du disque excède 2 To, correspondant à la taille maximum représentable avec une adresse (LBA) 32 bits et des blocs de 512 octets, le reste du disque est ignoré. Les systèmes ou logiciels qui ne connaissent pas GPT voient le disque complètement plein ayant une seule partition d’un type inconnu et refusent de modifier le disque sauf à effacer cette partition.

En résumé, avec un très grand disque, mais vous pouvez aussi le faire sur des disques de plus petite taille, le partitionnement GPT vous permet de placer autant de partitions que vous voulez (dans la limite des 128) sans vous préoccuper de savoir si elles sont primaires, étendues, logiques, etc.

Exemple de partitionnement GPT à 6 partitions.

[COMPLÉTER ICI]

GPT sur Wikipedia