GRUB2 : Les bases pour Fedora : Différence entre versions

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
m (Écrire son propre fichier de configuration)
m (Cas d’une table de partition GPT : Précision que cela est fait pour rendre compatible le boot d'un BIOS avec une partition en GPT)
 
(35 révisions intermédiaires par 9 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{EnCours|auteur=KaanCappon}}
+
{{Auteur|JoséFournier}}
{{Auteur|KaanCappon}}
+
{{Contributeurs|KaanCappon}}
 +
{{Guide}}
  
{{Note|titre=Note|contenu=GRUB2 s'adresse au version de Fedora >= 16. Pour les versions inférieures, voir [[GRUB : Les bases pour Fedora]].}}
+
==Introduction==
 +
Le démarrage d’un ordinateur suit un séquencement très rigoureux avant que l’utilisateur ait la main sur le système. Ce séquencement débute en général par l’exécution d’un morceau de code en mémoire non volatile que l’on appelle le '''BIOS''' (Basic Input Output System - Système d’entrées sorties de base) pour les ordinateurs anciens et '''UEFI''' (Unified Extended Firmware Interface) pour les ordinateurs modernes. Ce premier morceau de code initialise certains matériels indispensables au fonctionnement de l’ordinateur comme le clavier, l’écran et la mémoire. Par la suite, d’autres parties de code situées sur les médias réinscriptibles (en général les disques) sont appelées.
  
== Introduction ==
+
Certaines de ces autres parties de code constituent ce qu’on appelle le chargeur de démarrage (ou bootloader). La manière dont le chargeur de démarrage parvient à se charger en mémoire et à s’exécuter est différente selon que le micrologiciel de la carte mère est un BIOS traditionnel ou un UEFI. Dans le cas de Fedora, ce chargeur de démarrage est GRUB2. Pour cette brève introduction, disons que c’est lui qui s'occupe de charger et de lancer le noyau du système d’exploitation cible.
<app>GRUB</app> (GRand Unified Bootloader) est un puissant boot loader. Le boot loader est le premier logiciel qui démarre sur une machine. Il est responsable de contrôler le chargement et le transfert du noyau d'un système d'exploitation. Il peut donc charger aussi bien un système d'exploitation libre que propriétaire. Sa dernière version est la ''1.99''. Nous allons apprendre comment <app>GRUB</app> spécifie un disque, une partition et un nom de fichier. Comment installer <app>GRUB</app> sur un disque et comment démarrer vos systèmes d'exploitation étape par étape. Les documents de références qui ont permis cette documentations sont les suivants:
 
* le manuel anglais de <app>GRUB 2</app> [http://www.gnu.org/software/grub/manual/];
 
* '''man grub''' et '''info grub''' dans un terminal;
 
* Linux cookbook (édition O'Reilly);
 
* Linux networking cookbook (édition O'Reilly);
 
* Linux in a nutshell sixth edition (édition O'Reilly);
 
* Fedora Linux (édition O'Reilly);
 
=== Préalables: les différences vis-à-vis des versions précédentes ===
 
<app>GRUB 2</app> est une réécriture de GRUB (connu aussi sous le nom de GRUB legacy), ils ont donc beaucoup de caractéristiques en commun. Les utilisateurs habitués à GRUB 0.99 auront besoin d'être guidé afin de trouver leur chemin avec cette nouvelle version.
 
* les fichiers de GRUB 2 sont situés à trois endroits: /boot/grub2/grub.cfg, /etc/grub.d et /etc/default/grub.
 
* le fichier de configuration a été renommé en grub.cfg (anciennement '''grub.conf''').Il possède une nouvelle syntaxe ainsi que de nouvelles commandes.
 
* '''grub.cfg''' est automatiquement généré par '''grub-mkconfig''' ce qui simplifie les mises à jour du noyau.
 
* les numéros de partitions du matériel commencent à 1 et non plus à 0.
 
* le fichier de configuration est entièrement écrit en langage script: variables, conditions et boucles sont maintenant possibles.
 
* une petite quantité de stockage persiste après un redémarrage en utilisant les commandes save_env et load_env dans <app>GRUB</app> et l'utilitaire grub-editenv. Ce n'est pas valable dans toutes les configurations.
 
* <app>GRUB 2</app> possède des moyens plus fiables pour retrouver ses propres fichiers ainsi que des ceux des noyaux ciblés sur des disques avec plusieurs systèmes. Il possède également des commandes afin de trouver les périphériques utilisant des labels de système fichiers ou Universally Unique Identifiers (UUIDs).
 
* <app>GRUB 2</app> est valable pour plusieurs autres systèmes. En plus du BIOS PC supporté par GRUB 1, il supporte PC EFI, PC coreboot, PowerPC, SPARC, and MIPS Lemote Yeeloong.
 
* plusieurs systèmes de fichiers sont supportés comme l' ext4, l' HFS+, le NTFS...
 
* <app>GRUB 2</app> peut lire directement les fichiers des périphériques LVM et RAID.
 
* un terminal graphique ainsi qu' un menu système graphique sont maintenant disponibles.
 
* l'interface de <app>GRUB 2</app> peut être traduite.
 
* les fichiers images font que <app>GRUB 2</app> a été réorganisé. Les étapes (stage) 1, 1.5 et 2 n'existent plus.
 
* <app>GRUB 2</app> gère plus facilement les modules dynamiques.
 
  
=== Quelques caractéristiques de <app>GRUB</app> ===
+
GRUB2 permet à l’utilisateur de choisir éventuellement le système à lancer et cela selon deux manières :
Afin de connaître la description exacte de toutes les caractéristiques de GRUB 2 je vous invite à lire le point 1.4 <app>GRUB</app> features [http://www.gnu.org/software/grub/manual/]. Nous allons les citer simplement sans les décrire.
+
# en présentant à l’utilisateur un menu dont chacune des lignes correspond à l’exécution d’une commande de démarrage pré-établie d’un système donné ;
La première spécificité de <app>GRUB</app> est qu'il est en accord avec les spécifications multi-boot qui sont décrites dans la section "Motivation" in The Multiboot Specification. Les autres buts sont (l'ordre a peu d'importance):
+
# en offrant à l’utilisateur un interpréteur de commandes pour lui permettre de démarrer le système de son choix à l’aide d’une commande personnalisée.
* les fonctions basiques doivent être intuitives pour les utilisateurs finaux
 
* une fonctionnalité riche pour les experts et concepteurs du noyau
 
* une compatibilité afin de démarrer FreeBSD, NetBSD, OpenBSD, et Linux. Les noyaux propriétaires sont supportés via une fonction chain-loading
 
Excepté des modes de compatibilités spécifiques tous les noyaux démarreront de la même manière dans une spécification multi-boot. Seuls les noyaux d'un megabyte ou plus sont actuellement supportés. Si vous essayez d'en charger un plus léger vous serez confronté à un échec et un message d'erreur rapportant le problème.
 
En plus des spécificités mentionnées ci-dessus, <app>GRUB</app> doit suivre les caractéristiques suivantes:
 
* reconnaitre plusieurs formats exécutables
 
* supporter les noyaux non multi-boot
 
* charger plusieurs modules
 
* charger un fichier de configuration
 
* fournir un menu interface
 
* avoir un interface de ligne de commandes flexibles
 
* supporter plusieurs types de systèmes de fichiers
 
* supporter la décompression automatique
 
* avoir accès aux données d'un matériel installé
 
* être indépendant de la traduction de la géométrie du disque
 
* détecter toutes les installations en RAM
 
* supporter le mode d'adressage des blocs logiques
 
* supporter le démarrage réseau
 
* supporter les terminaux distants
 
<app>GRUB2</app> est composé de trois parties principales:
 
* /etc/default/grub - le fichier contenant les paramètres du menu de GRUB 2.
 
* /etc/grub.d/ - le répertoire contenant les scripts de création du menu GRUB 2.
 
* /boot/grub2/grub.cfg - le fichier de configuration GRUB 2, non modifiable
 
  
=== Le rôle du boot loader ===
+
La première manière est celle qui est proposée par défaut. Elle s’appuie, pour la création du menu, sur un fichier de configuration nommé <path>grub.cfg</path>. Normalement, ce fichier est créé automatiquement lors de l’installation de Fedora après analyse des disques, par le programme <app>os-prober</app>, pour y trouver les systèmes d’exploitation susceptibles d’être démarrés. Ce qui veut dire qu’en dehors de l’installation de Fedora, aucune intervention de l’utilisateur sur l’installation et la configuration de GRUB2 n’est requise a priori.
Le boot loader est le plus importants des logiciels selon Gordon Matzigkeit. Il aime rappeler que sans ce dernier il n'est pas possible d'accéder à un des différents systèmes d'exploitation et donc que sans lui aucun programme n'est accessible. Pour plus de détails sur cette anecdote: 1.5 The role of a boot loader [http://www.gnu.org/software/grub/manual/].
 
  
== Conventions d'écriture ==
+
Néanmoins, il peut arriver qu’une mauvaise manipulation détruise tout ou partie des fichiers utiles à ce chargeur, ou que l’installation d’un autre OS, peu respectueux des autres systèmes, en écrase des constituants majeurs.  
La syntaxe de <app>GRUB 2</app> est quelque peu différente de l'ancienne version.Nous allons parcourir quelques exemples et les expliquer.
+
L’utilisateur peut donc être contraint de réinstaller et/ou de reconfigurer ce chargeur de démarrage.
* (fd0): <app>GRUB</app> exige que le nom du périphérique soit entre parenthèses. fd signifie que nous avons affaire à un lecteur de disquettes (floppy disk), le nombre, ici 0, est le numéro du lecteur. Ce nombre commence à zéro. Nous avons donc le premier lecteur de disquettes.
 
* (hd0,msdos2): hd signifie que nous avons affaire à un disque dur (hard disk drive), le 0 nous indique qu'il est le premier disque dur. La valeur msdos indique le schéma de partition, le nombre 2 indique le schéma de la partition, en l'occurrence la seconde partition. Les numéros de partitions débutent à 1. Nous avons donc la deuxième partition du premier disque dur.
 
* (hd0,msdos5): Ici nous avons la première partition étendue (msdos5) du premier disque dur. Les numéros des partitions étendues commencent à partir de 5.
 
* (hd1,msdos1,fedora1): cela signifie que fedora partition 'a' est installé sur la première tranche du second disque dur.
 
Il est bien évident que pour accéder réellement aux disques ou partitions avec GRUB il va falloir utiliser la spécification du périphérique via une commande du genre:
 
set root = set (fd0)
 
ou
 
parttool (hd0, msdos3)hidden-
 
Il est également possible de spécifier un fichier de la manière suivante: (hd0, msdos1)/vmlinuz
 
<app>GRUB</app> ne fait pas de distinction entre IDE et SCSI.
 
  
== Installation ==
+
Il peut aussi arriver, sans que l’anomalie précédente ne se soit produite, que l’utilisateur veuille intervenir sur le choix des OS présents sur ses disques à présenter dans le menu du chargeur de démarrage ou simplement sur l’ordre de leur présentation et  le style de cette présentation.
Cette étape n'est nécessaire que pour les versions antérieures à Fedora 16.
 
{{Warning|Installez <app>GRUB2</app> sans supprimer <app>GRUB legacy</app>.}}
 
Installation de <app>GRUB2</app> via:
 
su -c 'yum -y install grub2'
 
Installation d'<app>os-prober</app>  via
 
su -c 'yum install os-prober'
 
{{Note|titre=Note|contenu=os-prober met à jour automatiquement le menu <app>GRUB2</app>. Il détecte les systèmes installés, les mises à jour et les suppressions de noyaux. Ce paquet n'est pas obligatoire mais facilite grandement l'usage de <app>GRUB2</app> sans entrer plus profondément dans les fichiers de configuration}}
 
Ensuite:
 
su -c 'grub2-install /dev/sda'
 
su -c 'vi /etc/default/grub'
 
Une fois le fichier ouvert, appuyer sur la touche I, insérez-y les lignes suivantes:
 
GRUB_DISTRIBUTOR=$(sed "s/.*(\(.*\))/\1/" /etc/system-release)
 
GRUB_DEFAULT=2
 
GRUB_TIMEOUT=10
 
sortez et sauvez le fichier:
 
ESC :wq
 
Rechargez <app>GRUB2</app>:
 
su -c 'grub2-mkconfig -o /boot/grub2/grub.cfg'
 
Redémarrez votre machine.
 
{{Note|titre=Note|contenu=J'ai appliqué cette procédure sur ma machine, tout s'est bien déroulé à l'exception d'une chose. Mon disque dur est crypté, il me faut donc introduire une "passphrase". Le clavier est passé en EN-US. Une fois la passhrase encodée, votre clavier repasse en configuration personnelle à l'affichage de l'écran de login.}}
 
[[Catégorie:Rédaction en cours]]
 
  
== Paramétrage de GRUB2 ==
+
Et puis, pour finir, il est possible que l’utilisateur ait installé un deuxième OS sur un deuxième disque dur et qu’il ne veuille pas changer l’ordre de démarrage de ses disques. Ainsi le système démarre sur une ancienne installation de GRUB2 qu’il faut mettre à jour avec <cmd>grub2-mkconfig</cmd> pour qu’elle prenne en compte notre nouveau système.
{{Warning|N'oubliez pas de mettre à jour la configuration de GRUB2 avec la commande <code>su -c 'grub2-mkconfig -o /boot/grub2/grub.cfg'</code> pour appliquer les modifications. Cette commande est indispensable lors de chaque modification car Anaconda ne génère qu'une et une seule fois ce fichier lors de l'installation de FEDORA. Chaque modification ne sera prise en compte que si l'administrateur le désire.}}
 
  
=== Modifier les paramètres de résolutions d'affichages ===
+
Cette page fournit les éléments essentiels à la compréhension de la manière dont GRUB2 fonctionne pour pouvoir procéder :
La configuration de la résolution se fait dans '''/etc/default/grub''' en jouant avec la variable '''GRUB_GFXMODE'''.
+
# à une réinstallation ;
GRUB_GFXMODE="1280x1024x16 1024x768x16 800x600x16"
+
# à une re-configuration simple.
  
=== Modifier le timeout ===
+
Nous commencerons par présenter les éléments constitutifs de programme GRUB2, puis nous examinerons, pour chacun des types de micrologiciel, comment GRUB2 est installé et comment il démarre.
Afin de modifier le timeout de votre grub, vous devez éditer le fichier /etc/default/grub en root.
 
su -c 'vi /etc/default/grub'
 
Voici un fichier simple:
 
GRUB_TIMEOUT=5
 
GRUB_DISTRIBUTOR="Fedora"
 
GRUB_DEFAULT=saved
 
GRUB_CMDLINE_LINUX="rd.md=0 rd.dm=0 rd.lvm.lv=VolGroup/lv_swap quiet SYSFONT=latarcyrheb-sun16 rhgb rd.lvm.lv=VolGroup/lv_root rd.luks=0  KEYTABLE=fr LANG=fr_FR.UTF-8"
 
Dans mon cas il est fixé par défaut à 5 secondes. Avec <app>vi</app> enfoncez la touche 'a' ou 'i' afin de passer en mode insertion et modifiez votre GRUB_TIMEOUT. Ensuite enfoncez la touche 'Echap' et tapez ":wq". Il ne vous reste plus qu'à enregistrer votre modification.
 
su -c 'grub2-mkconfig -o /boot/grub2/grub.cfg'
 
  
=== Modifier le thème de l'image de démarrage ===
+
Dans un deuxième temps, nous expliquerons comment réparer une installation ratée ou endommagée en nous appuyant sur une configuration automatique, chose qui ne réclame pas une connaissance très détaillée des commandes de GRUB2.
Voici la procédure de modification du fond noir par une image personnalisée. Après avoir sélectionné une ou plusieurs images (prenez garde au contraste image/texte), mettez-les dans un répertoire afin de les stocker. Par défaut GRUB pointe vers le fichier /usr/share/images/desktop-base mais rien ne vous empêche d'utiliser un autre emplacement. Les extensions acceptées par GRUB sont .png, .tga .jpg, et .jpeg. Vous devez ouvrir, en tant qu'administrateur, le fichier
 
su -c 'vi /etc/grub.d/40_custom'
 
  
== Écrire son propre fichier de configuration ==
+
Pour finir, nous aborderons la personnalisation de sa configuration, ce qui nous obligera à entrer dans la syntaxe des commandes de GRUB2, mais en restant, pour ce tutoriel de base, en surface.
GRUB est configuré en utilisant 'grub.cfg', situé dans /boot/grub2. Ce fichier est très flexible, mais la plupart des utilisateurs n'auront pas besoin de le modifier ou de l'écrire.
 
Le fichier grub.cfg est écrit dans un langage de script, ce dernier possède une syntaxe très similaire au BASH et autres SHELL. Le programme grub-mkconfig génère le fichier 'grub.cfg' qui est approprié dans la plupart des cas. Ce dernier essaie de découvrir tous les noyaux disponibles et génère la liste de ces derniers au menu de démarrage. Cependant grub-mkconfig comporte certaines limites. Toute entrée supplémentaire peut être ajoutée dans le fichier "/etc/grub.d/40_custom" ou en créant un fichier "/boot/grub/custom.cfg". Si pour des raisons diverses il vous est préférable de créer votre propre grub.cgf il vous faudra suivre la procédure en 5.2.
 
  
=== Manipulation de configuration simple ===
+
==Constitution du programme GRUB2==
Nous avons vu que grub-mkconfig génère grub.cfg qui est approprié dans la plupart des cas. modifier le fichier "/etc/grub.d/40_custom" est donc le chemin le plus aisé. Dans "/etc/grub.d" nous trouvons (sur mon système):
+
GRUB2 est constitué de plusieurs images qui permettent à GRUB de démarrer de différentes manières et d’un jeu de modules qui sont combinés avec l’image de son noyau pour former une image dite « image essentielle » ("core image" en anglais).
00_header  10_linux  20_linux_xen  20_ppc_terminfo  30_os-prober  40_custom  41_custom  README
 
le contenu du fichier "/etc.grub.d/40_custom" est le suivant
 
    1 #!/bin/sh
 
    2 exec tail -n +3 $0
 
    3 # This file provides an easy way to add custom menu entries.  Simply type the
 
    4 # menu entries you want to add after this comment.  Be careful not to change
 
    5 # the 'exec tail' line above.
 
Toute modification doit donc être effectuée après la ligne 5 tout en prenant garde de ne pas modifier la ligne 2.
 
  
==== Description sommaire du fichier /etc/default/grub ====
+
; '''boot.img''' : La première image, dont la taille est de 512 octets, nécessaire aux systèmes BIOS est boot.img. Elle doit être écrite dans un secteur maître de démarrage (MBR pour Master Boot Record en anglais) ; ce rôle est dévolu à la commande <cmd>grub2-install</cmd>. La tâche confiée à ce morceau de code est de lire le premier secteur de l’image essentielle et de l’exécuter. Cette image étant incapable de comprendre la moindre notion de système de fichiers, tout comme le BIOS, la commande <cmd>grub2-install</cmd> doit coder l’adresse de l’image essentielle en dur dans le MBR.
Le fichier /etc/default/grub contrôle le fonctionnement de grub-mkconfig. Il est alimenté par un script [http://fr.wikipedia.org/wiki/POSIX shell POSIX]. Ce fichier est composé d'une séquence de lignes de type CLEF=VALEUR. Cependant si la valeur contient des espaces et/ou des caractères spéciaux cette dernière doit être mise entre guillemets.
 
Par exemple pour un disque chiffré avec LUKS:
 
GRUB_CMDLINE_LINUX="rd.md=0 rd.dm=0 SYSFONT=True rd.luks.uuid=luks-a1111a11-a11a-11aa-1aaa-1aaa11a1111a  KEYTABLE=fr-latin1 rd.lvm.lv=vg_akahome-host/lv_root rd.lvm.lv=vg_akahome-host/lv_swap LANG=en_US.UTF-8 rhgb quiet"
 
Voici la description de quelques clefs:
 
* L'entrée de menu par défaut, cette dernière peut être un nombre qui identifie la Nième entrée dans le menu généré à partir de zéro ou le titre d'une entrée de menu ou la chaine spéciale "saved" (ce qui est mon cas).
 
GRUB_DEFAULT
 
* Délais d'attente avant le démarrage de l'entrée par défaut sauf si vous pressez une touche. Cette valeur est fixée à 5 par défaut, 0 permet de démarrer directement quant à -1 force l'attente indéfiniment.
 
GRUB_TIMEOUT
 
* Fixé par la distribution, il génère un titre plus parlant. Dans notre cas Fedora.
 
GRUB_DISTRIBUTOR
 
Je vous invite à vous reporter à la documentation pour les autres CLEFS.
 
  
=== Écriture d'un fichier de configuration ===
+
; '''diskboot.img''', '''cdboot.img''', '''pxeboot.img''' : Une de ces images est placée dans le premier secteur de l’image essentielle selon que le démarrage a lieu respectivement, d’un disque, d’un CD-ROM ou du réseau via PXE. Ce morceau de code charge en mémoire le reste de l’image essentielle et démarre son noyau.  
grub.cfg qui est intégré dans GRUB est écrit dans un langage de script. Sa syntaxe est similaire à celle de GNU Bash ou d'autres Bourne shell dérivés. Ce fichier est généralement composé de mots, de mots réservés, de guillemets, de variables, de commentaires...
 
Pour plus de renseignements veuillez vous reporter à la documentation officielle p.21.
 
  
=== Configuration manuelle d'un démarrage multiple ===
+
; '''lnxboot.img''' : Cette image est placée en tête de l’image essentielle pour que GRUB ait l’apparence d’un noyau Linux pour LILO.
Actuellement les fichiers de configuration sont générés automatiquement par os-prober pour les environnements multi-boot et comportent plusieurs lacunes. Voici une configuration possible que vous pouvez adapter selon vos besoins:
 
# D'abord créer une partition assez grande pour contenir GRUB. Les entrées suivantes montrent comment charger des images d'installation du système d'exploitation à partir de cette même partition. Monter cette partition sur /mnt/boot et désactiver GRUB dans tous les OS avant d'installer manuellement le 'self-compiled' le plus récent avec:
 
grub-install --boot-directory=/mnt/boot /dev/sda
 
#Installez les outils de GRUB dans tous les systèmes d'exploitation et désactivez l'installation de GRUB en secteur d'amorçage de sorte que vous ayez menu.lst et grub.cfg disponible. Il faut également désactiver os-prober dans /etc/default/grub:
 
GRUB_DISABLE_OS_PROBER = true
 
#Ensuite écrire le fichier grub.cfg (/mnt/boot/grub/grub.cfg):
 
  menuentry "Windows 7" {
 
insmod ntfs
 
search --set=root --label WINDOWS_7 --hint hd0,msdos1
 
ntldr /ntldr
 
}
 
menuentry "Windows 8" {
 
insmod ntfs
 
search --set=root --label WINDOWS_8 --hint hd0,msdos2
 
ntldr /bootmgr
 
}
 
menuentry "Fedora 17 installer" {
 
search --set=root --label GRUB --hint hd0,msdos5
 
linux /fedora/vmlinuz lang=en_US keymap=sg resolution=1280x800
 
initrd /fedora/initrd.img
 
}
 
  
== Démarrer <app>GRUB</app> à partir du réseau ==
+
; '''kernel.img''' : Cette image d’un noyau élémentaire contient les fonctions de base de GRUB2 pour la gestion des périphériques et des fichiers, les variables d’environnement, l’interpréteur de commandes de secours, etc. Il est rarement utilisé seul mais est construit dans toutes les images essentielles.
Les instructions suivantes ne fonctionnent que sur les BIOS qui acceptent l'environnement d'exécution de prédémarrage PXE.
+
 
Pour générer une image de démarrage PXE, vous devez exécuter la ligne suivante:
+
; '''core.img''' : C’est l’image essentielle de GRUB2. Elle est construite dynamiquement par la commande <cmd>grub2-mkimage</cmd>. Ordinairement, elle contient assez de modules pour accéder à <path>/boot/grub</path> et charger le reste, y compris la gestion du menu, la possibilité de charger les systèmes d’exploitation ciblés, etc., à partir du système de fichiers. Sa conception modulaire permet de lui conserver une taille réduite, car les endroits où elle doit être installée sont souvent d’une taille inférieure à 32 ko.
  grub-mkimage - format = i386-pc-pxe - output = grub.pxe - prefix = '(pxe) / boot / grub' pxe pxec
+
 
ensuite copier vers le serveur PXE (TFTP) 'grub.pxe', '/boot/grub/*.mod' et '/boot/grub/*.lst' et veillez à ce que '*.mod' et '*.lst' soient accessibles via le chemin '/boot/grub/' à partir de la racine du serveur TFTP.
+
{{Note|titre=Attention|contenu=Ne pas confondre l’installation du chargeur de démarrage GRUB2 qui est assurée par la commande <cmd>grub2-install</cmd> et qui consiste à placer les différentes images exécutables de GRUB2 dans les emplacements adéquats du disque et l’installation du paquet GRUB2 par la commande <cmd>dnf install grub2-tools</cmd> qui consiste à installer les différentes commandes liées à la manipulation et la configuration de GRUB2 (dont <cmd>grub2-install</cmd>).}}
Définir la configuration du serveur DHCP pour définir «grub.pxe» comme fichier de démarrage​​. Vous pouvez également utiliser l'utilitaire grub-mknetdir pour générer une image et une arborescence de répertoires <app>GRUB</app>, plutôt que de copier les fichiers manuellement. Une fois <app>GRUB</app> démarré, les fichiers du serveur TFTP seront accessibles via le dispositif PXE.
+
 
Le serveur et l'adresse IP de la passerelle peut être contrôlé en liant le nom du périphérique (pxe) à (pxe:server-ip) ou (pxe:server-ip:gateway-ip). Notez que cela devrait être modifié dans le préfixe et dans toutes les références où son nom est repris dans le fichier de configuration.
+
==GRUB2 sur un système BIOS==
GRUB fournit plusieurs variables d'environnement qui peuvent être utilisés pour inspecter ou modifier le comportement du périphérique PXE:
+
Lorsque le micrologiciel de l’ordinateur est un BIOS traditionnel, il convient de distinguer deux cas de figure :
* '''net_pxe_ip''': ''L'adresse IP de la machine. Lecture seule.''
+
* le cas où le disque fait appel à une table de partitions DOS ;
* '''net_pxe_ma''': ''L'adresse MAC de l'interface réseau. Lecture seule.''
+
* le cas où le disque fait appel à une table de partitions GPT.
* '''net_pxe_hostname''': ''Le nom du client haute fournit par le serveur DHCP. Lecture seule.''
+
 
* '''net_pxe_domain''': ''Le nom du domaine client fournit par le serveur DHCP. Lecture seule.''
+
===Cas d’une table de partition DOS===
* '''net_pxe_rootpath''': ''Le nom pour le client ROOT du disque fournit par le serveur DHCP. Lecture seule.''
+
Dans ce cas, '''boot.img''' est implanté dans le MBR et l’image essentielle est généralement installée dans le vide post MBR — il s’agit du vide qui existe entre le MBR et la première partition du disque.
* '''net_pxe_extensionspath''': ''Le chemin aux autres extensions DHCP propriétaires fournis par le serveur DHCP. Lecture seule.''
+
Quand cela n’est pas possible, cette image peut être implantée dans un système de fichiers ; une liste des blocs qui la constituent est alors stockée dans le premier secteur de la partition correspondante.
* '''net_pxe_boot_file''': ''Le nom du fichier de démarrage fournit par le serveur DHCP. Lecture seule.''
+
L’installation de GRUB2 se fait par la commande :
* '''net_pxe_dhcp_server_name''': ''Le nom du serveur DHCP responsab le pour les paramètres de démarrage. Lecture seule.''
+
 
* '''net_default_server''': ''Le serveur par défaut. Leccture et écriture même si ce réglage n'est pas utile avant l'ouverture d'un périphérique réseau.''
+
# grub2-install /dev/sdX
 +
 
 +
dans laquelle le X de sdX soit être remplacé par la lettre du disque à rendre amorçable.
 +
 
 +
La configuration quant à elle se fait par la commande :
 +
 
 +
  # grub2-mkconfig -o /boot/grub2/grub.cfg
 +
 
 +
Durant l’exécution de cette commande, les disques sont analysés pour y trouver les noyaux Linux à démarrer ou les autres OS installés afin de constituer le menu.
 +
 
 +
{{Note|titre=Remarque|contenu=L’installateur de Fedora, anaconda, exécute ces deux commandes et il n’y a ordinairement aucune raison de les exécuter manuellement.}}
 +
 
 +
===Cas d’une table de partition GPT===
 +
Dans le cas d’une table de partition GPT, dans la phase préparatoire des disques, il convient de créer une partition d’un type particulier appelé BIOS Boot partition qui accueille l’image essentielle et le reste. L’installateur de Fedora, Anaconda, permet de créer ce type de partition.
 +
 
 +
Par ailleurs, le premier étage de GRUB2 est placé dans le MBR protecteur rendant ainsi le système amorçable. Tout cela permet de rendre compatible le démarrage avec une table de partition GPT, censée être dédiée aux systèmes EFI.
 +
 
 +
===Démarrage d’un système BIOS avec GRUB2===
 +
La première phase du démarrage est assurée par le BIOS qui est, nous l’avons dit en introduction, un morceau de code résidant dans la mémoire non volatile du système. Ce BIOS initialise les fonctions matérielles vitales et en vérifie l’intégrité. Puis il cherche un disque amorçable, dans l’ordre prévu par l’utilisateur, ordre qui est gravé dans la mémoire non volatile, et lance l’exécution de son MBR — en l’occurrence le premier étage de GRUB2 : '''boot.img'''.
 +
Ce premier étage de GRUB charge ensuite le deuxième étage, à savoir l’image essentielle et lance son exécution. Le deuxième étage de GRUB2 recherche le fichier de configuration <path>/boot/grub2/grub.cfg</path>. Les outils inclus dans l’image essentielle lui permette d’accéder à ce fichier. GRUB2 s’en sert alors pour présenter un menu à l’utilisateur.
 +
 
 +
Ensuite, l’utilisateur ayant choisi le système à démarrer, l’image essentielle charge le noyau de ce système et son système de fichiers initial ''initramfs''. Elle lance alors le noyau définitif qui, à son tour, démarre le système.
 +
 
 +
==GRUB2 sur un système UEFI==
 +
Avec un micrologiciel UEFI, vous pouvez oublier une bonne partie de ce que vous avez appris à propos de GRUB2 sur un système BIOS. Les choses se passent de manière radicalement différente. Tout d’abord le micrologiciel est un véritable système d’exploitation miniature, s’exécutant en mode protégé, capable de bien des choses comme initialiser une pile de gestion USB, accéder au réseau, et la plus importante de toute, accéder à des systèmes de fichiers. Il peut exécuter des programmes compilés en C/C++ et dispose d’un interprète de commandes pour exécuter des programmes et des scripts.
 +
 
 +
L’amorçage de l’UEFI est plus souple. Non content de lister les périphériques, il les scrute pour y trouver des exécutables UEFI auxquels il fournit un point d’amorçage.
 +
Pour fonctionner correctement, les applications UEFI doivent être placées dans une partition ESP — "EFI System Partition" montée sur ''/boot/efi''. Dans ce contexte, le chargeur de démarrage de Fedora, GRUB2, est compilé comme un exécutable UEFI. Les noyaux de Linux peuvent même être compilés comme de véritables exécutables UEFI, permettant ainsi de se passer totalement de chargeur de démarrage.
 +
 
 +
L’ESP peut être partagée entre tous les systèmes d’exploitation de l’ordinateur, le seul impératif pour installer Fedora est qu’elle soit montée sur ''/boot/efi''. D’une façon générale, les chargeurs de démarrage des différents systèmes d’exploitation sont placés dans des sous-dossiers <path>/boot/efi/EFI/<nom_OS></path>. Ainsi tout ce qui concerne Fedora est placé dans le dossier <path>/boot/efi/EFI/fedora</path>.
 +
Si nous examinons ce dossier, nous y trouvons en autres, <app>grubx64.efi</app> et <app>shimx64.efi</app>. Il s’agit tous les deux de l’exécutable UEFI de GRUB2. La seule différence est que seul <app>shimx64.efi</app> est capable de démarrer avec le ''secureboot'' activé. Dans ce dossier réside également le fichier de configuration de GRUB2, ''grub.cfg'',  élaboré lors du processus d’installation. Ce fichier est similaire à celui d’un GRUB2 installé sur un système BIOS.
 +
 
 +
L’UEFI dispose d’un gestionnaire de démarrage et sur Linux, nous disposons d’une application <app>efibootmgr</app> qui permet de faire bien des choses telles que :
 +
* lister les différents applicatifs UEFI à démarrer ;
 +
* modifier leur ordre de démarrage ;
 +
* créer ou supprimer des entrées du gestionnaire de démarrage ;
 +
* et plus encore.
 +
 
 +
 
 +
==Réinstallation manuelle de GRUB2==
 +
===Pourquoi réinstaller GRUB2 ?===
 +
 
 +
Normalement lors de l’installation de Fedora à partir d’un média live, <app>anoconda</app> se charge d’exécuter la commande <cmd>grub2-install</cmd>. Dans le cas d’une machine BIOS, cette commande place le premier étage de GRUB2 dans le MBR sur lequel l’installation à lieu, puis place le deuxième étage, l’image essentielle, dans le vide après MBR. Dans le cas d’une machine UEFI, les exécutables UEFI pertinents sont placés dans le dossier <path>/boot/efi/EFI/fedora</path> et le risque d’échec est assez limité sauf si l’ESP n’existe pas mais cela est détecté avant même qu’anaconda ne commence l’installation. Dans un deuxième temps, anaconda exécute <cmd>grub2-mkconfig -o <destination></cmd>, commande dans laquelle <destination> est <path>/boot/grub2/grub.cfg</path> ou <path>/boot/efi/EFI/fedora/grub.cfg</path> selon le type de micrologiciel. Cette commande recherche tous des systèmes amorçables des disques et fabrique un fichier de configuration sur cette base. Ainsi l’ordinateur peut démarrer sur cette nouvelle installation.
 +
 
 +
Ceci dit, il peut arriver pour diverses raisons, comme un mauvais partitionnement du disque ne laissant pas suffisamment d’espace dans ce vide, que l’installation de GRUB2 échoue. Cela n’empêche cependant pas le système de s’installer, mais il est alors incapable de démarrer et GRUB2 doit être réinstallé.
 +
 
 +
Une autre raison, qui fait que la ré-installation manuelle de GRUB2 est requise, est l’écrasement du MBR, voire du vide après MBR, lors de l’installation d’un autre système d’exploitation tel que Windows par exemple.
 +
 
 +
===Ré-installation à partir d’un média live sur un système BIOS===
 +
 
 +
Si vous disposez encore du média live qui vous a servi à installer Fedora, vous allez pouvoir restaurer votre installation de GRUB2. L’avantage de cette méthode c’est qu’elle est toujours disponible même si GRUB2 n’est plus du tout opérationnel sur votre système. Voici les étapes à suivre :
 +
 
 +
; Démarrage sur le média live : Utilisez la même approche qui vous a servi à démarrer sur le média live lors de l’installation de Fedora.
 +
; Récupération d’un clavier ad hoc : Le démarrage sur le média live aboutit à une installation avec un clavier anglophone QWERTY. Il est fort probable que votre clavier soit différent. Modifier le clavier avec l’interface graphique de GNOME.
 +
; Changement de racine : Vous pourriez penser qu’il vous suffit à ce stade d’exécuter <cmd>grub2-install <périphérique></cmd>, commande dans laquelle <périphérique> serait quelque chose qui ressemble à <path>/dev/sda</path> pour spécifier le périphérique sur lequel installer GRUB2. Ce serait une erreur ! En effet, dans un tel cas, le deuxième étage de GRUB2 rechercherait son fichier de configuration et la racine du système sur le média live. Ce n’est pas ce qui est recherché. Il est d’abord nécessaire de changer la racine du système. Pour cela il vous faut d’abord rechercher la partition racine du système qui contiendra la configuration — nous l’appellerons système cible dans la suite de cette section.
 +
:; Recherche de la partition racine du système cible
 +
:: Si votre système utilise un partitionnement standard, la commande fdisk ou l’utilitaire Disks de Gnome peut vous aider à la retrouver. Si vous utilisez LVM, lancez lvm dans un terminal et utilisez la commande vgdisplay. Le nom de votre partition devrait dans ce cas ressembler à /dev/<nom_groupe>/<nom_volume> p. ex. /dev/fedora/root. Vous pouvez même monter cette partition pour en examiner le contenu pour vérification, puis la démonter.
 +
:;Le changement de racine proprement dit
 +
:: Voici les opérations à accomplir pour effectuer ce changement de racine — nous supposons que la partition racine du système cible est /dev/fedora/root mais vous devez remplacer ce nom par celui qui correspond à votre partition :
 +
<div style="padding-left:30px;">
 +
# mkdir -p /mnt/target/{sys,dev,proc}
 +
 
 +
# mount /dev/fedora/root /mnt/target
 +
 
 +
# mount -o bind /dev/ /mnt/target/dev
 +
 
 +
# mount -o bind /sys/ /mnt/target/sys
 +
 
 +
# mount -t proc proc /mnt/target/proc
 +
 
 +
# chroot /mnt/target
 +
 
 +
# mount -a
 +
</div>
 +
 
 +
:;
 +
::Voici une brève explication des commandes précédentes. On commence par monter la racine du système cible, puis les systèmes de fichiers virtuels dev, sys et proc. Après le changement de racine on monte tous les fichiers indiqués dans fstab. Le changement de racine étant maintenant effectué, vous pouvez utiliser la commande <cmd>grub2-install /dev/sda</cmd> en remplaçant bien sûr sda par le nom du disque sur lequel se trouve votre partition racine. Enfin pour finir, on créera une configuration automatiquement avec la commande <cmd>grub2-mkconfig -o /boot/grub2/grub.cfg</cmd>.
 +
 
 +
===Réinstallation sur un système UEFI===
 +
Commençons par dire qu’il est très peu probable que vous ayez à réinstaller GRUB2 sur un système UEFI. En effet, un nouveau système s’installant à côté de votre installation de Fedora, que ce soit Windows ou une autre distribution de Linux, va créer son propre dossier dans /boot/efi/EFI et y placer tout ce qui concerne son amorçage. Il y donc cohabitation entre les systèmes et non pas concurrence pour obtenir l’espace placer son chargeur de démarrage comme c’est le cas sur les systèmes BIOS. La seule concurrence possible est dans l’ordre de priorité au démarrage, mais vous pouvez facilement régler cela via la commande <cmd>efibootmgr</cmd> sous Linux.
 +
 
 +
Ceci dit, il vaut mieux toujours envisager le pire et savoir comment ré-installer GRUB2.
 +
 
 +
Dans le cas de l’UEFI, il ne faut pas utiliser la commande <cmd>grub2-install</cmd>. En effet le paquet <paquet>grub2-efi</paquet>, qui est installé lors de l’exécution d’<app>anaconda</app>, met en place un exécutable ''grubx64.efi'' sur l’ESP. Cet exécutable recherche la configuration dans <path>/boot/efi/EFI/fedora/</path>, alors que la commande <cmd>grub2-install</cmd> crée un exécutable ''grub2x64.efi'' personnalisé qui recherche sa configuration dans <path>/boot/grub2/</path>. L’exécutable d’origine est de plus effacé.
 +
 
 +
Donc pour réinstaller GRUB2, il suffit de ré-installer le paquet <paquet>grub2-efi</paquet>.
 +
 
 +
Pour la configuration automatique, il suffira de lancer la commande :
 +
# grub2-mkconfig -o /boot/efi/EFI/fedora/grub.cfg
 +
 
 +
 
 +
==Personnalisation facile de la configuration de GRUB2==
 +
===Introduction ===
 +
{{Note|titre=Avertissement|contenu=Les personnalisations envisagées dans cette section sont des personnalisations de base, accessibles à un utilisateur standard. Cela signifie qu’elles ne requièrent aucune connaissance approfondie des commandes internes de GRUB2. Seuls quelques éléments de syntaxe sont abordés lorsque cela s’avère nécessaire.}}|
 +
 
 +
Nous avons vu jusqu’à présent lors de la ré-installation manuelle de GRUB2 que la configuration était obtenue automatiquement par la commande <cmd>grub2-mkconfig -o <destination></cmd>. Cette commande s’appuie pour cela sur l’outil <app>os-prober</app> de GNU/Linux pour détecter les différents noyaux susceptibles d’être démarrés.
 +
 
 +
Il existe néanmoins un moyen pour l’utilisateur d’intervenir sur la manière dont le fichier de configuration est élaboré en jouant sur la déclaration d’options simples à comprendre. Ces options sont placées dans le fichier <path>/etc/default/grub</path> qu’il suffit d’ouvrir et de modifier avant de ré-exécuter la commande <cmd>grub2-mkconfig -o <destination></cmd>, commande dans laquelle <destination> doit être remplacé par l’emplacement correspondant à votre micrologiciel — voir pour cela les sections précédentes.
 +
 
 +
===Les options du fichier <path>/etc/default/grub</path>===
 +
Nous examinons ici les options les plus couramment utilisées seulement.
 +
 
 +
; '''GRUB_DEFAULT''' : Il s’agit de l’entrée qui sera démarrée si l’utilisateur n’intervient pas. L’installateur de Fedora, anaconda, la positionne à '''''saved'' par défaut'''. Notez que si cette option n’est pas déclarée du tout, sa valeur par défaut est '''0'''. La valeur à attribuer à cette option peut être :
 +
:; '''un nombre n''' :  il s’agit alors le la énième entrée dans le menu généré en partant de 0 ;
 +
:; '''le titre d’une entrée de menu''' : cette solution est déconseillée, car les titres sont sujets à traduction et peuvent contenir des informations peu stables sur les disques ;
 +
:; '''l’identifiant id de l’entrée''' : par exemple si vous avez l’entrée ''menuentry 'Example GNU/Linux distribution' --class gnu-linux --id example-gnu linux'', vous pouvez saisir : '''GRUB_DEFAULT=example-gnu-linux''' ;
 +
:; '''le mot clé 'saved'''' : dans ce cas cette option fonctionne avec l’option GRUB_SAVEDEFAULT — voir ci-dessous — et c’est l’entrée qui a été choisie lors de la dernière exécution de GRU2 qui est démarrée. Cette entrée peut aussi être utile sans GRUB_SAVEDEFAULT en conjonction avec la commande <cmd>grub-save-default</cmd>.
 +
 
 +
 
 +
; '''GRUB_SAVEDEFAULT''' : Si cette option est positionnée à '''true''', lorsqu’une entrée est sélectionnée, en plus d’être démarrée, elle est aussi sauvegardée pour servir d’entrée par défaut lors de la prochaine exécution de GRUB2. Elle n’est utile que si GRUB_DEFAULT =saved. L’installateur de Fedora ne déclare pas cette entrée dans <path>/etc/default/grub</path> ; elle a donc a priori sa valeur par défaut : '''false'''.
 +
 
 +
 
 +
; '''GRUB_TIMEOUT''' :     Il s’agit du temps en secondes, écoulé depuis d’affichage du menu, après lequel l’entrée par défaut est démarrée. L’installateur de Fedora la positionne  à '''''5'' par défaut'''. Les valeurs ''0'' et ''-1'' conduisent à un fonctionnement particulier.
 +
:; ''0'' : L’entrée par défaut est démarrée immédiatement sans attendre l’affichage du menu.
 +
:; ''-1'' : Le temps d’attente du choix de l’utilisateur est infini.
 +
 
 +
 
 +
; '''GRUB_TIMEOUT_STYLE''' :    L’installateur de Fedora ne positionne pas cette option. Celle-ci modifie la prise en compte de l’option GRUB_TIMEOUT comme suit selon sa valeur :
 +
:; Non définie ou définie à ''menu'':  L’option GRUB_TIMEOUT est prise en compte comme décrit précédemment.
 +
:; L’option est égale à ''hidden'' : Dans ce cas, GRUB2 attend l’écoulement du temps indiqué par GRUB_TIMEOUT avant d’afficher le menu. Si la touche <touche>ESC</touche> est pressée avant que le temps ne soit écoulé, le menu est affiché sans plus attendre et GRUB2 attend une entrée de l’utilisateur. Si un raccourci clavier associé à une entrée est pressé, l’entrée correspondante est démarrée immédiatement. Si le temps d’attente expire avant l’arrivée d’un de ces événements, l’entrée par défaut est démarrée.
 +
:;L’option est égale à ''countdown'': Dans ce cas le fonctionnement est le même que précédemment mais le temps restant est affiché.
 +
 
 +
 
 +
; '''GRUB_DISTRIBUTOR''' : Cette option enrichit le titre des entrées avec le nom du distributeur sous forme d’option '''--class'''. L’installateur de Fedora la postionne à ''"$(sed 's, release .*$,,g' /etc/system-release)"'' qui aboutit à '''--class fedora''' dans le titre de l’entrée.
 +
 
 +
 
 +
; '''GRUB_DISABLE_SUBMENU''' : Normalement, la commande <cmd>grub-mkconfig -o <destination></cmd> génère une entrée de menu de niveau supérieur pour le noyau possédant le plus haut numéro de version et place les autres noyaux trouvés, ou les entrées alternatives pour les modes de récupération, dans un sous-menu. Pour les entrées retournées par <cmd>os-prober</cmd> la première entrée est placée au niveau supérieur et les autres dans un sous-menu. Si cette option est définie à ''true'', tout est rapporté au niveau supérieur.
 +
 
 +
 
 +
==Personnalisation plus experte de la configuration ==
 +
{{Note|titre=Avertissement|contenu=Les personnalisations abordées dans cette section, sans être d’un niveau de difficulté élevé, nécessitent une connaissance des commandes de GRUB2 et de leur syntaxe. }}
 +
===Anatomie d’une entrée de menu et éléments de syntaxe===
 +
{{Warning|Les utilisateurs habitués à la syntaxe de GRUB Legacy doivent être vigilants, car la manière dont GRUB2 numérote les partitions est différente : cette numérotation commence à 1 et non plus à 0.}}
 +
Une entrée de menu dans le fichier grub.cfg est une commande qui dit à GRUB ce qu’il doit présenter à l’utilisateur dans le menu de démarrage et se présente comme ceci :
 +
 
 +
menuentry title [--class=class …] [--users=users] [--unrestricted] [--hotkey=key] [--id=id] [arg …] { command; … }
 +
 
 +
Suivant la convention habituelle sur la description des commandes Linux, tout ce qui est entre crochets <touche></touche> est optionnel. Nous voyons donc qu’une option est constituée du mot clé ''menuentry'', suivi d’options que nous verrons par la suite, et pour finir d’une suite de commande GRUB2 placées entre accolades. En voici un exemple :
 +
 
 +
<pre>
 +
menuentry 'Fedora (4.15.6-300.fc27.x86_64) 27 (Workstation Edition)' --class fedora --class gnu-linux --class gnu --class os --unrestricted $menuentry_id_option 'gnulinux-4.13.9-300.fc27.x86_64-advanced-a9e14bae-b9fd-48f8-90bd-1868fdf31c25' {
 +
load_video
 +
set gfxpayload=keep
 +
insmod gzio
 +
insmod part_gpt
 +
insmod ext2
 +
set root='hd0,gpt3'
 +
if [ x$feature_platform_search_hint = xy ]; then
 +
  search --no-floppy --fs-uuid --set=root --hint-bios=hd0,gpt3 --hint-efi=hd0,gpt3 --hint-baremetal=ahci0,gpt3  a9e14bae-b9fd-48f8-90bd-1868fdf31c25
 +
else
 +
  search --no-floppy --fs-uuid --set=root a9e14bae-b9fd-48f8-90bd-1868fdf31c25
 +
fi
 +
linuxefi /boot/vmlinuz-4.15.6-300.fc27.x86_64 root=UUID=a9e14bae-b9fd-48f8-90bd-1868fdf31c25 ro rhgb quiet LANG=fr_FR.UTF-8
 +
initrdefi /boot/initramfs-4.15.6-300.fc27.x86_64.img
 +
}
 +
</pre>
 +
{{Note|titre=À savoir|contenu=Implicitement une commande <cmd>boot</cmd> est exécutée en dernier lieu.}}
 +
 
 +
===Retirer une entrée de menu===
 +
Il n’est pas nécessaire, pour le niveau d’intervention qui nous intéresse ici, de comprendre tous les détails de cette commande. Sachez simplement que lorsque que l’entrée de menu correspondante est sélectionnée par l’utilisateur, les commandes GRUB placées entre les accolades sont exécutées.
 +
 
 +
L’utilisateur est libre de retirer des entrées au fichier grub.cfg. Pour cela il doit comprendre un minimum de choses pour repérer correctement les entrées. Ainsi :
 +
* la commande set root='hd0,gpt3' nous indique que la partition racine du système à démarrer est sur la troisième partitions, du premier disque partitionné en GPT. Si le partitionnement était en MSDOS nous aurions 'hdo,msdos3' ;
 +
* la ligne commençant par linuxefi, nous précise de quel noyau Linux il s’agit ;
 +
* la ligne commençant par initrdefi, nous précise l’initramfs correspondant.
 +
 
 +
===Ajouter une entrée de menu===
 +
Cette opération nécessite une connaissance du fonctionnement intime de GRUB2 et de ses commandes. Elle déborde du cadre de cette initiation mais des exemples peuvent être trouvés sur le Web.
 +
 
 +
==Lectures complémentaires==
 +
 
 +
* [https://www.gnu.org/software/grub/manual/grub/grub.html GNU GRUB Manual]
 +
 
 +
[[Catégorie:Système]]
 +
[[Catégorie:GRUB]]

Version actuelle datée du 12 mai 2019 à 16:04

Par : JoséFournier
Avec l'aimable contribution de : KaanCappon
Note tip.png Aide
Pour lire ce wiki convenablement, merci de lire la page suivante concernant les conventions de nommage.

1 Introduction

Le démarrage d’un ordinateur suit un séquencement très rigoureux avant que l’utilisateur ait la main sur le système. Ce séquencement débute en général par l’exécution d’un morceau de code en mémoire non volatile que l’on appelle le BIOS (Basic Input Output System - Système d’entrées sorties de base) pour les ordinateurs anciens et UEFI (Unified Extended Firmware Interface) pour les ordinateurs modernes. Ce premier morceau de code initialise certains matériels indispensables au fonctionnement de l’ordinateur comme le clavier, l’écran et la mémoire. Par la suite, d’autres parties de code situées sur les médias réinscriptibles (en général les disques) sont appelées.

Certaines de ces autres parties de code constituent ce qu’on appelle le chargeur de démarrage (ou bootloader). La manière dont le chargeur de démarrage parvient à se charger en mémoire et à s’exécuter est différente selon que le micrologiciel de la carte mère est un BIOS traditionnel ou un UEFI. Dans le cas de Fedora, ce chargeur de démarrage est GRUB2. Pour cette brève introduction, disons que c’est lui qui s'occupe de charger et de lancer le noyau du système d’exploitation cible.

GRUB2 permet à l’utilisateur de choisir éventuellement le système à lancer et cela selon deux manières :

  1. en présentant à l’utilisateur un menu dont chacune des lignes correspond à l’exécution d’une commande de démarrage pré-établie d’un système donné ;
  2. en offrant à l’utilisateur un interpréteur de commandes pour lui permettre de démarrer le système de son choix à l’aide d’une commande personnalisée.

La première manière est celle qui est proposée par défaut. Elle s’appuie, pour la création du menu, sur un fichier de configuration nommé grub.cfg. Normalement, ce fichier est créé automatiquement lors de l’installation de Fedora après analyse des disques, par le programme os-prober, pour y trouver les systèmes d’exploitation susceptibles d’être démarrés. Ce qui veut dire qu’en dehors de l’installation de Fedora, aucune intervention de l’utilisateur sur l’installation et la configuration de GRUB2 n’est requise a priori.

Néanmoins, il peut arriver qu’une mauvaise manipulation détruise tout ou partie des fichiers utiles à ce chargeur, ou que l’installation d’un autre OS, peu respectueux des autres systèmes, en écrase des constituants majeurs. L’utilisateur peut donc être contraint de réinstaller et/ou de reconfigurer ce chargeur de démarrage.

Il peut aussi arriver, sans que l’anomalie précédente ne se soit produite, que l’utilisateur veuille intervenir sur le choix des OS présents sur ses disques à présenter dans le menu du chargeur de démarrage ou simplement sur l’ordre de leur présentation et le style de cette présentation.

Et puis, pour finir, il est possible que l’utilisateur ait installé un deuxième OS sur un deuxième disque dur et qu’il ne veuille pas changer l’ordre de démarrage de ses disques. Ainsi le système démarre sur une ancienne installation de GRUB2 qu’il faut mettre à jour avec grub2-mkconfig pour qu’elle prenne en compte notre nouveau système.

Cette page fournit les éléments essentiels à la compréhension de la manière dont GRUB2 fonctionne pour pouvoir procéder :

  1. à une réinstallation ;
  2. à une re-configuration simple.

Nous commencerons par présenter les éléments constitutifs de programme GRUB2, puis nous examinerons, pour chacun des types de micrologiciel, comment GRUB2 est installé et comment il démarre.

Dans un deuxième temps, nous expliquerons comment réparer une installation ratée ou endommagée en nous appuyant sur une configuration automatique, chose qui ne réclame pas une connaissance très détaillée des commandes de GRUB2.

Pour finir, nous aborderons la personnalisation de sa configuration, ce qui nous obligera à entrer dans la syntaxe des commandes de GRUB2, mais en restant, pour ce tutoriel de base, en surface.

2 Constitution du programme GRUB2

GRUB2 est constitué de plusieurs images qui permettent à GRUB de démarrer de différentes manières et d’un jeu de modules qui sont combinés avec l’image de son noyau pour former une image dite « image essentielle » ("core image" en anglais).

boot.img 
La première image, dont la taille est de 512 octets, nécessaire aux systèmes BIOS est boot.img. Elle doit être écrite dans un secteur maître de démarrage (MBR pour Master Boot Record en anglais) ; ce rôle est dévolu à la commande grub2-install. La tâche confiée à ce morceau de code est de lire le premier secteur de l’image essentielle et de l’exécuter. Cette image étant incapable de comprendre la moindre notion de système de fichiers, tout comme le BIOS, la commande grub2-install doit coder l’adresse de l’image essentielle en dur dans le MBR.
diskboot.img, cdboot.img, pxeboot.img 
Une de ces images est placée dans le premier secteur de l’image essentielle selon que le démarrage a lieu respectivement, d’un disque, d’un CD-ROM ou du réseau via PXE. Ce morceau de code charge en mémoire le reste de l’image essentielle et démarre son noyau.
lnxboot.img 
Cette image est placée en tête de l’image essentielle pour que GRUB ait l’apparence d’un noyau Linux pour LILO.
kernel.img 
Cette image d’un noyau élémentaire contient les fonctions de base de GRUB2 pour la gestion des périphériques et des fichiers, les variables d’environnement, l’interpréteur de commandes de secours, etc. Il est rarement utilisé seul mais est construit dans toutes les images essentielles.
core.img 
C’est l’image essentielle de GRUB2. Elle est construite dynamiquement par la commande grub2-mkimage. Ordinairement, elle contient assez de modules pour accéder à /boot/grub et charger le reste, y compris la gestion du menu, la possibilité de charger les systèmes d’exploitation ciblés, etc., à partir du système de fichiers. Sa conception modulaire permet de lui conserver une taille réduite, car les endroits où elle doit être installée sont souvent d’une taille inférieure à 32 ko.
Note tip.png Attention
Ne pas confondre l’installation du chargeur de démarrage GRUB2 qui est assurée par la commande grub2-install et qui consiste à placer les différentes images exécutables de GRUB2 dans les emplacements adéquats du disque et l’installation du paquet GRUB2 par la commande dnf install grub2-tools qui consiste à installer les différentes commandes liées à la manipulation et la configuration de GRUB2 (dont grub2-install).

3 GRUB2 sur un système BIOS

Lorsque le micrologiciel de l’ordinateur est un BIOS traditionnel, il convient de distinguer deux cas de figure :

  • le cas où le disque fait appel à une table de partitions DOS ;
  • le cas où le disque fait appel à une table de partitions GPT.

3.1 Cas d’une table de partition DOS

Dans ce cas, boot.img est implanté dans le MBR et l’image essentielle est généralement installée dans le vide post MBR — il s’agit du vide qui existe entre le MBR et la première partition du disque. Quand cela n’est pas possible, cette image peut être implantée dans un système de fichiers ; une liste des blocs qui la constituent est alors stockée dans le premier secteur de la partition correspondante. L’installation de GRUB2 se fait par la commande :

# grub2-install /dev/sdX 

dans laquelle le X de sdX soit être remplacé par la lettre du disque à rendre amorçable.

La configuration quant à elle se fait par la commande :

# grub2-mkconfig -o /boot/grub2/grub.cfg

Durant l’exécution de cette commande, les disques sont analysés pour y trouver les noyaux Linux à démarrer ou les autres OS installés afin de constituer le menu.

Note tip.png Remarque
L’installateur de Fedora, anaconda, exécute ces deux commandes et il n’y a ordinairement aucune raison de les exécuter manuellement.

3.2 Cas d’une table de partition GPT

Dans le cas d’une table de partition GPT, dans la phase préparatoire des disques, il convient de créer une partition d’un type particulier appelé BIOS Boot partition qui accueille l’image essentielle et le reste. L’installateur de Fedora, Anaconda, permet de créer ce type de partition.

Par ailleurs, le premier étage de GRUB2 est placé dans le MBR protecteur rendant ainsi le système amorçable. Tout cela permet de rendre compatible le démarrage avec une table de partition GPT, censée être dédiée aux systèmes EFI.

3.3 Démarrage d’un système BIOS avec GRUB2

La première phase du démarrage est assurée par le BIOS qui est, nous l’avons dit en introduction, un morceau de code résidant dans la mémoire non volatile du système. Ce BIOS initialise les fonctions matérielles vitales et en vérifie l’intégrité. Puis il cherche un disque amorçable, dans l’ordre prévu par l’utilisateur, ordre qui est gravé dans la mémoire non volatile, et lance l’exécution de son MBR — en l’occurrence le premier étage de GRUB2 : boot.img. Ce premier étage de GRUB charge ensuite le deuxième étage, à savoir l’image essentielle et lance son exécution. Le deuxième étage de GRUB2 recherche le fichier de configuration /boot/grub2/grub.cfg. Les outils inclus dans l’image essentielle lui permette d’accéder à ce fichier. GRUB2 s’en sert alors pour présenter un menu à l’utilisateur.

Ensuite, l’utilisateur ayant choisi le système à démarrer, l’image essentielle charge le noyau de ce système et son système de fichiers initial initramfs. Elle lance alors le noyau définitif qui, à son tour, démarre le système.

4 GRUB2 sur un système UEFI

Avec un micrologiciel UEFI, vous pouvez oublier une bonne partie de ce que vous avez appris à propos de GRUB2 sur un système BIOS. Les choses se passent de manière radicalement différente. Tout d’abord le micrologiciel est un véritable système d’exploitation miniature, s’exécutant en mode protégé, capable de bien des choses comme initialiser une pile de gestion USB, accéder au réseau, et la plus importante de toute, accéder à des systèmes de fichiers. Il peut exécuter des programmes compilés en C/C++ et dispose d’un interprète de commandes pour exécuter des programmes et des scripts.

L’amorçage de l’UEFI est plus souple. Non content de lister les périphériques, il les scrute pour y trouver des exécutables UEFI auxquels il fournit un point d’amorçage. Pour fonctionner correctement, les applications UEFI doivent être placées dans une partition ESP — "EFI System Partition" montée sur /boot/efi. Dans ce contexte, le chargeur de démarrage de Fedora, GRUB2, est compilé comme un exécutable UEFI. Les noyaux de Linux peuvent même être compilés comme de véritables exécutables UEFI, permettant ainsi de se passer totalement de chargeur de démarrage.

L’ESP peut être partagée entre tous les systèmes d’exploitation de l’ordinateur, le seul impératif pour installer Fedora est qu’elle soit montée sur /boot/efi. D’une façon générale, les chargeurs de démarrage des différents systèmes d’exploitation sont placés dans des sous-dossiers /boot/efi/EFI/<nom_OS>. Ainsi tout ce qui concerne Fedora est placé dans le dossier /boot/efi/EFI/fedora. Si nous examinons ce dossier, nous y trouvons en autres, grubx64.efi et shimx64.efi. Il s’agit tous les deux de l’exécutable UEFI de GRUB2. La seule différence est que seul shimx64.efi est capable de démarrer avec le secureboot activé. Dans ce dossier réside également le fichier de configuration de GRUB2, grub.cfg, élaboré lors du processus d’installation. Ce fichier est similaire à celui d’un GRUB2 installé sur un système BIOS.

L’UEFI dispose d’un gestionnaire de démarrage et sur Linux, nous disposons d’une application efibootmgr qui permet de faire bien des choses telles que :

  • lister les différents applicatifs UEFI à démarrer ;
  • modifier leur ordre de démarrage ;
  • créer ou supprimer des entrées du gestionnaire de démarrage ;
  • et plus encore.


5 Réinstallation manuelle de GRUB2

5.1 Pourquoi réinstaller GRUB2 ?

Normalement lors de l’installation de Fedora à partir d’un média live, anoconda se charge d’exécuter la commande grub2-install. Dans le cas d’une machine BIOS, cette commande place le premier étage de GRUB2 dans le MBR sur lequel l’installation à lieu, puis place le deuxième étage, l’image essentielle, dans le vide après MBR. Dans le cas d’une machine UEFI, les exécutables UEFI pertinents sont placés dans le dossier /boot/efi/EFI/fedora et le risque d’échec est assez limité sauf si l’ESP n’existe pas mais cela est détecté avant même qu’anaconda ne commence l’installation. Dans un deuxième temps, anaconda exécute grub2-mkconfig -o <destination>, commande dans laquelle <destination> est /boot/grub2/grub.cfg ou /boot/efi/EFI/fedora/grub.cfg selon le type de micrologiciel. Cette commande recherche tous des systèmes amorçables des disques et fabrique un fichier de configuration sur cette base. Ainsi l’ordinateur peut démarrer sur cette nouvelle installation.

Ceci dit, il peut arriver pour diverses raisons, comme un mauvais partitionnement du disque ne laissant pas suffisamment d’espace dans ce vide, que l’installation de GRUB2 échoue. Cela n’empêche cependant pas le système de s’installer, mais il est alors incapable de démarrer et GRUB2 doit être réinstallé.

Une autre raison, qui fait que la ré-installation manuelle de GRUB2 est requise, est l’écrasement du MBR, voire du vide après MBR, lors de l’installation d’un autre système d’exploitation tel que Windows par exemple.

5.2 Ré-installation à partir d’un média live sur un système BIOS

Si vous disposez encore du média live qui vous a servi à installer Fedora, vous allez pouvoir restaurer votre installation de GRUB2. L’avantage de cette méthode c’est qu’elle est toujours disponible même si GRUB2 n’est plus du tout opérationnel sur votre système. Voici les étapes à suivre :

Démarrage sur le média live 
Utilisez la même approche qui vous a servi à démarrer sur le média live lors de l’installation de Fedora.
Récupération d’un clavier ad hoc 
Le démarrage sur le média live aboutit à une installation avec un clavier anglophone QWERTY. Il est fort probable que votre clavier soit différent. Modifier le clavier avec l’interface graphique de GNOME.
Changement de racine 
Vous pourriez penser qu’il vous suffit à ce stade d’exécuter grub2-install <périphérique>, commande dans laquelle <périphérique> serait quelque chose qui ressemble à /dev/sda pour spécifier le périphérique sur lequel installer GRUB2. Ce serait une erreur ! En effet, dans un tel cas, le deuxième étage de GRUB2 rechercherait son fichier de configuration et la racine du système sur le média live. Ce n’est pas ce qui est recherché. Il est d’abord nécessaire de changer la racine du système. Pour cela il vous faut d’abord rechercher la partition racine du système qui contiendra la configuration — nous l’appellerons système cible dans la suite de cette section.
Recherche de la partition racine du système cible
Si votre système utilise un partitionnement standard, la commande fdisk ou l’utilitaire Disks de Gnome peut vous aider à la retrouver. Si vous utilisez LVM, lancez lvm dans un terminal et utilisez la commande vgdisplay. Le nom de votre partition devrait dans ce cas ressembler à /dev/<nom_groupe>/<nom_volume> p. ex. /dev/fedora/root. Vous pouvez même monter cette partition pour en examiner le contenu pour vérification, puis la démonter.
Le changement de racine proprement dit
Voici les opérations à accomplir pour effectuer ce changement de racine — nous supposons que la partition racine du système cible est /dev/fedora/root mais vous devez remplacer ce nom par celui qui correspond à votre partition :
# mkdir -p /mnt/target/{sys,dev,proc}
# mount /dev/fedora/root /mnt/target
# mount -o bind /dev/ /mnt/target/dev
# mount -o bind /sys/ /mnt/target/sys
# mount -t proc proc /mnt/target/proc
# chroot /mnt/target 
# mount -a 
Voici une brève explication des commandes précédentes. On commence par monter la racine du système cible, puis les systèmes de fichiers virtuels dev, sys et proc. Après le changement de racine on monte tous les fichiers indiqués dans fstab. Le changement de racine étant maintenant effectué, vous pouvez utiliser la commande grub2-install /dev/sda en remplaçant bien sûr sda par le nom du disque sur lequel se trouve votre partition racine. Enfin pour finir, on créera une configuration automatiquement avec la commande grub2-mkconfig -o /boot/grub2/grub.cfg.

5.3 Réinstallation sur un système UEFI

Commençons par dire qu’il est très peu probable que vous ayez à réinstaller GRUB2 sur un système UEFI. En effet, un nouveau système s’installant à côté de votre installation de Fedora, que ce soit Windows ou une autre distribution de Linux, va créer son propre dossier dans /boot/efi/EFI et y placer tout ce qui concerne son amorçage. Il y donc cohabitation entre les systèmes et non pas concurrence pour obtenir l’espace où placer son chargeur de démarrage comme c’est le cas sur les systèmes BIOS. La seule concurrence possible est dans l’ordre de priorité au démarrage, mais vous pouvez facilement régler cela via la commande efibootmgr sous Linux.

Ceci dit, il vaut mieux toujours envisager le pire et savoir comment ré-installer GRUB2.

Dans le cas de l’UEFI, il ne faut pas utiliser la commande grub2-install. En effet le paquet grub2-efi, qui est installé lors de l’exécution d’anaconda, met en place un exécutable grubx64.efi sur l’ESP. Cet exécutable recherche la configuration dans /boot/efi/EFI/fedora/, alors que la commande grub2-install crée un exécutable grub2x64.efi personnalisé qui recherche sa configuration dans /boot/grub2/. L’exécutable d’origine est de plus effacé.

Donc pour réinstaller GRUB2, il suffit de ré-installer le paquet grub2-efi.

Pour la configuration automatique, il suffira de lancer la commande :

# grub2-mkconfig -o /boot/efi/EFI/fedora/grub.cfg


6 Personnalisation facile de la configuration de GRUB2

6.1 Introduction

Note tip.png Avertissement
Les personnalisations envisagées dans cette section sont des personnalisations de base, accessibles à un utilisateur standard. Cela signifie qu’elles ne requièrent aucune connaissance approfondie des commandes internes de GRUB2. Seuls quelques éléments de syntaxe sont abordés lorsque cela s’avère nécessaire.
|

Nous avons vu jusqu’à présent lors de la ré-installation manuelle de GRUB2 que la configuration était obtenue automatiquement par la commande grub2-mkconfig -o <destination>. Cette commande s’appuie pour cela sur l’outil os-prober de GNU/Linux pour détecter les différents noyaux susceptibles d’être démarrés.

Il existe néanmoins un moyen pour l’utilisateur d’intervenir sur la manière dont le fichier de configuration est élaboré en jouant sur la déclaration d’options simples à comprendre. Ces options sont placées dans le fichier /etc/default/grub qu’il suffit d’ouvrir et de modifier avant de ré-exécuter la commande grub2-mkconfig -o <destination>, commande dans laquelle <destination> doit être remplacé par l’emplacement correspondant à votre micrologiciel — voir pour cela les sections précédentes.

6.2 Les options du fichier /etc/default/grub

Nous examinons ici les options les plus couramment utilisées seulement.

GRUB_DEFAULT 
Il s’agit de l’entrée qui sera démarrée si l’utilisateur n’intervient pas. L’installateur de Fedora, anaconda, la positionne à saved par défaut. Notez que si cette option n’est pas déclarée du tout, sa valeur par défaut est 0. La valeur à attribuer à cette option peut être :
un nombre n 
il s’agit alors le la énième entrée dans le menu généré en partant de 0 ;
le titre d’une entrée de menu 
cette solution est déconseillée, car les titres sont sujets à traduction et peuvent contenir des informations peu stables sur les disques ;
l’identifiant id de l’entrée 
par exemple si vous avez l’entrée menuentry 'Example GNU/Linux distribution' --class gnu-linux --id example-gnu linux, vous pouvez saisir : GRUB_DEFAULT=example-gnu-linux ;
le mot clé 'saved' 
dans ce cas cette option fonctionne avec l’option GRUB_SAVEDEFAULT — voir ci-dessous — et c’est l’entrée qui a été choisie lors de la dernière exécution de GRU2 qui est démarrée. Cette entrée peut aussi être utile sans GRUB_SAVEDEFAULT en conjonction avec la commande grub-save-default.


GRUB_SAVEDEFAULT 
Si cette option est positionnée à true, lorsqu’une entrée est sélectionnée, en plus d’être démarrée, elle est aussi sauvegardée pour servir d’entrée par défaut lors de la prochaine exécution de GRUB2. Elle n’est utile que si GRUB_DEFAULT =saved. L’installateur de Fedora ne déclare pas cette entrée dans /etc/default/grub ; elle a donc a priori sa valeur par défaut : false.


GRUB_TIMEOUT 
Il s’agit du temps en secondes, écoulé depuis d’affichage du menu, après lequel l’entrée par défaut est démarrée. L’installateur de Fedora la positionne à 5 par défaut. Les valeurs 0 et -1 conduisent à un fonctionnement particulier.
0 
L’entrée par défaut est démarrée immédiatement sans attendre l’affichage du menu.
-1 
Le temps d’attente du choix de l’utilisateur est infini.


GRUB_TIMEOUT_STYLE 
L’installateur de Fedora ne positionne pas cette option. Celle-ci modifie la prise en compte de l’option GRUB_TIMEOUT comme suit selon sa valeur :
Non définie ou définie à menu
L’option GRUB_TIMEOUT est prise en compte comme décrit précédemment.
L’option est égale à hidden 
Dans ce cas, GRUB2 attend l’écoulement du temps indiqué par GRUB_TIMEOUT avant d’afficher le menu. Si la touche [ESC] est pressée avant que le temps ne soit écoulé, le menu est affiché sans plus attendre et GRUB2 attend une entrée de l’utilisateur. Si un raccourci clavier associé à une entrée est pressé, l’entrée correspondante est démarrée immédiatement. Si le temps d’attente expire avant l’arrivée d’un de ces événements, l’entrée par défaut est démarrée.
L’option est égale à countdown
Dans ce cas le fonctionnement est le même que précédemment mais le temps restant est affiché.


GRUB_DISTRIBUTOR 
Cette option enrichit le titre des entrées avec le nom du distributeur sous forme d’option --class. L’installateur de Fedora la postionne à "$(sed 's, release .*$,,g' /etc/system-release)" qui aboutit à --class fedora dans le titre de l’entrée.


GRUB_DISABLE_SUBMENU 
Normalement, la commande grub-mkconfig -o <destination> génère une entrée de menu de niveau supérieur pour le noyau possédant le plus haut numéro de version et place les autres noyaux trouvés, ou les entrées alternatives pour les modes de récupération, dans un sous-menu. Pour les entrées retournées par os-prober la première entrée est placée au niveau supérieur et les autres dans un sous-menu. Si cette option est définie à true, tout est rapporté au niveau supérieur.


7 Personnalisation plus experte de la configuration

Note tip.png Avertissement
Les personnalisations abordées dans cette section, sans être d’un niveau de difficulté élevé, nécessitent une connaissance des commandes de GRUB2 et de leur syntaxe.

7.1 Anatomie d’une entrée de menu et éléments de syntaxe

InProgress tip.png Attention !
Les utilisateurs habitués à la syntaxe de GRUB Legacy doivent être vigilants, car la manière dont GRUB2 numérote les partitions est différente : cette numérotation commence à 1 et non plus à 0.

Une entrée de menu dans le fichier grub.cfg est une commande qui dit à GRUB ce qu’il doit présenter à l’utilisateur dans le menu de démarrage et se présente comme ceci :

menuentry title [--class=class …] [--users=users] [--unrestricted] [--hotkey=key] [--id=id] [arg …] { command; … }

Suivant la convention habituelle sur la description des commandes Linux, tout ce qui est entre crochets [] est optionnel. Nous voyons donc qu’une option est constituée du mot clé menuentry, suivi d’options que nous verrons par la suite, et pour finir d’une suite de commande GRUB2 placées entre accolades. En voici un exemple :

menuentry 'Fedora (4.15.6-300.fc27.x86_64) 27 (Workstation Edition)' --class fedora --class gnu-linux --class gnu --class os --unrestricted $menuentry_id_option 'gnulinux-4.13.9-300.fc27.x86_64-advanced-a9e14bae-b9fd-48f8-90bd-1868fdf31c25' {
	load_video
	set gfxpayload=keep
	insmod gzio
	insmod part_gpt
	insmod ext2
	set root='hd0,gpt3'
	if [ x$feature_platform_search_hint = xy ]; then
	  search --no-floppy --fs-uuid --set=root --hint-bios=hd0,gpt3 --hint-efi=hd0,gpt3 --hint-baremetal=ahci0,gpt3  a9e14bae-b9fd-48f8-90bd-1868fdf31c25
	else
	  search --no-floppy --fs-uuid --set=root a9e14bae-b9fd-48f8-90bd-1868fdf31c25
	fi
	linuxefi /boot/vmlinuz-4.15.6-300.fc27.x86_64 root=UUID=a9e14bae-b9fd-48f8-90bd-1868fdf31c25 ro rhgb quiet LANG=fr_FR.UTF-8
	initrdefi /boot/initramfs-4.15.6-300.fc27.x86_64.img
}
Note tip.png À savoir
Implicitement une commande boot est exécutée en dernier lieu.

7.2 Retirer une entrée de menu

Il n’est pas nécessaire, pour le niveau d’intervention qui nous intéresse ici, de comprendre tous les détails de cette commande. Sachez simplement que lorsque que l’entrée de menu correspondante est sélectionnée par l’utilisateur, les commandes GRUB placées entre les accolades sont exécutées.

L’utilisateur est libre de retirer des entrées au fichier grub.cfg. Pour cela il doit comprendre un minimum de choses pour repérer correctement les entrées. Ainsi :

  • la commande set root='hd0,gpt3' nous indique que la partition racine du système à démarrer est sur la troisième partitions, du premier disque partitionné en GPT. Si le partitionnement était en MSDOS nous aurions 'hdo,msdos3' ;
  • la ligne commençant par linuxefi, nous précise de quel noyau Linux il s’agit ;
  • la ligne commençant par initrdefi, nous précise l’initramfs correspondant.

7.3 Ajouter une entrée de menu

Cette opération nécessite une connaissance du fonctionnement intime de GRUB2 et de ses commandes. Elle déborde du cadre de cette initiation mais des exemples peuvent être trouvés sur le Web.

8 Lectures complémentaires