Introduction à la sécurité sous Fedora : Différence entre versions

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
(Réécriture en cours...)
m (Nessus)
Ligne 117 : Ligne 117 :
  
 
===Nessus===
 
===Nessus===
Ce programme permet de détecter des vulnérabilité sur une machine donnée, il peut déterminer les patchs de sécurité non aplliqués, ou les fautes de configurations comme les serveurs de messagerie.
+
Ce programme permet de détecter des vulnérabilité sur une machine donnée, il peut déterminer les patchs de sécurité non appliqués, ou les fautes de configurations comme les serveurs de messagerie.
  
 
'''À RÉDIGER'''
 
'''À RÉDIGER'''

Version du 14 avril 2012 à 12:17

Par : OlivierDelort
Article en cours de rédaction ou de modification !
InProgress tip.png
Le présent article est actuellement en cours de rédaction ou de modification.
Adressez-vous à la personne en charge pour toute proposition ou modification.
Auteur / Éditeur : MaximeVillard

1 Présentation

Dans cet article, nous verrons comment sécuriser un système Fedora avec des méthodes et outils bien spécifiques. Nous allons détecter des failles de sécurité, lister et identifier des ports, et sécuriser physiquement une machine.

2 Quels risques ?

On risque beaucoup en négligeant la sécurité de sa machine !

Les risques les plus importants sont de l'ordre financier : des attaques informatiques sur des ordinateurs sensibles contenant des informations bancaires arrivent tous les jours. Mais le vol de données peut avoir d'autres buts : l'espionnage industriel, ou tout simplement l'acquisition d'informations privées sur un individu. De plus, les moyens d'espionnage d'organisations officielles ou officieuses sont devenus considérables, c'est pourquoi il est important de se prémunir contre tous types d'attaques informatiques, aussi bien physiques que distantes.

On peut notamment lire, dans le livre L'espion du président, paru le 19 janvier 2012 :

La DCRI[Direction Centrale du Renseignement Intérieur] dispose également d'une équipe de serruriers du net. Des informaticiens capables de voyager dans le temps en retrouvant tout ce qui a été tapé sur un clavier jusqu'à un million de caractères en arrière ou d'aller aspirer, à travers la toile, le contenu d'un disque dur d'un ordinateur sans laisser de trace.

« Avec les moyens qu'ils ont, ils peuvent faire ce qu'ils veulent. Ils sont capables de rentrer n'importe où pour aller siphonner un ordinateur ou poser des micros. Et s'il y a un souci avec la porte, le propriétaire croira que des cambrioleurs ont forcé son appartement, mais que, heureusement, ils n'ont pas réussi à entrer puisque rien n'a été volé. Quand la cible porte plainte pour tentative d'effraction, ça les fait rire en douce. » Un contact à la DCRI.

3 La loi

Attaquer sa propre machine pour évaluer son niveau de sécurité est une chose légale, tant que la machine est bien la nôtre.

Voici un résumé des risques :

Source : Légifrance

Article 323-1 Le fait d'accéder ou de se maintenir, frauduleusement, dans tout ou partie d'un système de traitement automatisé de données est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30000 euros d'amende. Lorsqu'il en est résulté soit la suppression ou la modification de données contenues dans le système, soit une altération du fonctionnement de ce système, la peine est de trois ans d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende.

Article 323-2 Le fait d'entraver ou de fausser le fonctionnement d'un système de traitement automatisé de données est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende.

Article 323-3 Le fait d'introduire frauduleusement des données dans un système de traitement automatisé ou de supprimer ou de modifier frauduleusement les données qu'il contient est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende.

Article 323-7 La tentative des délits prévus par les articles 323-1 à 323-3-1 est punie des mêmes peines.

Note tip.png Note
En plus de ces condamnations: privation de ses droits civiques pendant 5 ans, interdiction de toucher un ordinateur à vie, et mise sous tutelle financière. Toutefois il n'existe à l'heure actuelle aucune législation véritablement internationale concernant la criminalité informatique. Un pirate pourra donc avoir un accès non autorisé à un système informatique se trouvant à l'étranger sans être trop inquiété par la justice.

Ces articles ne s'appliquent que si la victime a mis en place un dispositif physique ou logiciel pour protéger son système ou réseau. Exemple avec le wifi, si le signal est ouvert et non crypté par wep ou wpa. Ou l'introduction frauduleuse dans une machine non mise à jour ou dans un réseau sans pare-feu ou antivirus.

4 Accès physique

Sera traitée ici la question de la sécurité physique d'une machine. Le terme "physique" employé signifie que l'attaquant se trouve en face de la machine, et peut directement y accéder.

4.1 Sécuriser son BIOS

À RÉDIGER

4.2 Sécuriser Grub2

Il s'agit ici d'empêcher l'édition des arguments du noyau avec Grub, en lui mettant un mot de passe. Nous allons définir un utilisateur et lui attribuer un mot de passe. Disons l'utilisateur Batman et le mot de passe mot_de_passe. Il va falloir éditer le fichier /etc/grub.d/00_header en rajoutant 4 lignes à la fin, en tapant ce qui suit dans le terminal :

su -
echo 'cat << EOF' >> /etc/grub.d/00_header
echo 'set superusers="Batman"' >> /etc/grub.d/00_header
echo 'password Batman mot_de_passe' >> /etc/grub.d/00_header
echo 'EOF' >> /etc/grub.d/00_header

Bien sûr, modifiez le nom d'utilisateur et son mot de passe comme bon vous semble.

À présent, lorsque le menu Grub apparaît, si vous pressez la touche e, une identification vous sera demandée.

4.3 Crypter ses données

La meilleure façon de crypter ses données, est d'installer Fedora en choisissant l'option "crypter le disque dur" à l'installation. Cependant, tout le monde n'a pas envie de réinstaller son système pour activer l'option, c'est pourquoi nous allons utiliser une autre méthode avec le logiciel TrueCrypt. Nous allons crypter notre dossier ~/home/Documents.

Installons-le :

32bits

cd ~/Téléchargements
wget http://www.truecrypt.org/download/truecrypt-7.1a-linux-x86.tar.gz
tar -xzvf truecrypt-7.1a-linux-x86.tar.gz
su -c './truecrypt-7.1a-setup-x86'

64bits

cd ~/Téléchargements
wget http://www.truecrypt.org/download/truecrypt-7.1a-linux-x64.tar.gz
tar -xzvf truecrypt-7.1a-linux-x64.tar.gz
su -c './truecrypt-7.1a-setup-x64'

À RÉDIGER

5 Accès distant

Nous allons maintenant traiter de la sécurité à distance, c'est-à-dire non-physique, via internet.

5.1 Configurer le pare-feu

Page de doc : Parefeu - firewall - netfilter - iptables

5.2 Crypter la navigation web

HTTPS Everywhere est une extension pour Firefox qui définit, pour un certain nombre de sites, l'utilisation de HTTPS (connexion cryptée).

Elle est disponible ici : https://www.eff.org/https-everywhere

5.3 Crypter ses mails

Tout d'abord, générez une clé PGP, comme décrit ici, puis configurez Thunderbird de cette façon.

À RÉDIGER

5.4 Nmap

Nmap permet de scanner les ports ouverts, fermés et filtrés. Détermine aussi les services qui tournent derrière ces mêmes ports. Il possède aussi de nombreuses options, qui ne seront pas utilisées ici. C'est un outil indispensable pour tout administrateur réseau.

Installons-le :

su -c 'yum install nmap'

Une fois installé, son utilisation est très simple :

nmap #adresseip

Exemple :

nmap 192.168.0.10

Sur un Fedora "de base", le retour de la commande précédente (à adapter, bien sûr, en fonction de votre adresse IP) est :

Starting Nmap 5.51 ( http://nmap.org ) at 2012-04-14 12:52 CEST
Nmap scan report for 192.168.0.10
Host is up (0.0014s latency).
Not shown: 999 closed ports
PORT     STATE SERVICE
3689/tcp open  rendezvous

Nmap done: 1 IP address (1 host up) scanned in 0.12 seconds

Il n'y a pas grand chose à dire ici : repérez les ports ouverts, et fermez ceux qui vous sont inutiles.

5.5 Nessus

Ce programme permet de détecter des vulnérabilité sur une machine donnée, il peut déterminer les patchs de sécurité non appliqués, ou les fautes de configurations comme les serveurs de messagerie.

À RÉDIGER