Java Sun : Installation (plugin, JRE, JDK)

De Wiki Fedora-Fr
Révision datée du 18 décembre 2007 à 12:19 par Pierre-YvesChibon (discussion | contributions) (Le champ de ce tutoriel)
Aller à : navigation, rechercher
Par : RemiCollet, Hervé Riboulot
Avec l'aimable contribution de : Temet, Jean-M, raster, Marcet, MaximeCarron

Sommaire

1 Préalables

1.1 L'intérêt de Java Sun

A compter de sa version 4, Fedora incorpore par défaut une première réalisation d'un Java "libre" (non diffusé par Sun) : GCJ. La note de sortie précise cependant :

"Fedora Core 4 users are advised not to use the Java RPM provided by Sun. It contains Provides that conflict with names used in packages provided as part of Fedora Core 4. Because of this, Sun Java might disappear from an installed system during package upgrade operations. Fedora Core 4 users should use either the RPM from jpackage.org or manually install the Sun Java tarball into /opt. Sun Java 1.5+ is recommended for stability purposes."

Traduction : "Il est recommandé aux utilisateurs de FC4 de ne pas utiliser le rpm Java fourni par Sun. Il contient Provides qui entre en conflit, pour des raisons de nommage, avec les paquetages fournis comme composantes de FC4. Pour cette raison, les composantes Java issues de Sun doivent disparaître de tout système Fedora pendant les opérations de migration (note herrib: FC3 vers FC4). Les utilisateurs de FC4 doivent préférer les rpm de jpackage.org ou installer manuellement l'archive Sun Java dans le répertoire /opt. Sun Java 1.5+ est recommandé pour des raisons de stabilité."

Dès lors, et notamment pour faire tourner des applications sous Java telles que Azureus, il est préférable d'installer Java Sun, en proscrivant l'installation par rpm.

1.2 Le champ de ce tutoriel

Trois types d'installation sont traités :

  • l'installation du plugin Java, pour intégration dans Firefox ;
  • l'installation complète du JRE pour l'exécution des applications Java autonomes, notamment pour garantir le fonctionnement d'Azureus;
  • l'installation d'un environnement complet de développement Java (le SDK) par Sun.

Le JRE, ou Java Runtime Environnement est un environnement comprenant une machine virtuelle Java grâce à laquelle des programmes Java, non compilés, peuvent s'exécuter.

Ecriture tip.png Conventions d'écriture
# L'ensemble de la présentation s'appuie sur la dernière version du JRE Java Sun disponible au moment de la rédaction de ce tutoriel, soit la version jre-1_5_0_04 (JRE 1.5 release 4). Pour une version ultérieure, il conviendra de modifier la désignation des différentes composantes utilisées (nom de l'archive, nom des fichiers binaires, nom des répertoires ...).
  1. La rédaction du présent tutoriel poursuit un but pédagogique et ne se borne dès lors pas à décrire l’enchaînement des commandes. Toutefois, le lecteur débutant ne pourra faire l'économie d'un premier passage par Linux entre Amis (http://www.lea-linux.org/intro/) pour se familiariser avec quelques concepts de Linux. Il veillera aussi à maîtriser certains outils dont le fameux shell.
  2. La convention de notation suivante, pour les illustrations de commandes à saisir, est précisée comme suit :

Les commandes à saisir en mode console apparaissent en police à taille fixe dans une zone encadrée et sont précédées du # pour l'administrateur (root) ou du $ pour le simple utilisateur. Les autres lignes correspondent aux résultats affichés par la commande.

Illustrations :

$ le prompt « dollar » signifie qu’une console a été ouverte avec les droits d’un utilisateur non administrateur (non root)
# le prompt « dièse» signifie qu’une console a été ouverte avec les droits administrateur (root)

Cette convention est strictement respectée tout au long du présent tutoriel.

2 Cadré général : préparation

2.1 Téléchargement de l'archive Java Sun JRE

On téléchargera JRE 1.5.0 Update 4 a minima depuis l'adresse suivante : http://java.sun.com/j2se/1.5.0/download.jsp.

On choisira, après validation de la licence Sun, sous "Linux Platform - J2SE(TM) Runtime Environment 5.0 Update 4", l'option "Linux self-extracting file".

On téléchargera dès lors le fichier jre-1_5_0_04-linux-i586.bin en veillant à le sauvegarder dans un répertoire bien identifié (de préférence /home/repertoire_de_l_utilisateur).

2.2 Décompactage de l'archive

Le fichier jre-1_5_0_04-linux-i586.bin téléchargé est une archive auto décompactable. On déroulera les opérations suivantes :

2.2.1 Ouvrir un terminal et hériter des droits root

$ su -
$ password: <saisir le mot de passe root>

Les autres opérations se dérouleront toutes dans cette console, avec les droits root.

2.2.2 Déplacer l'archive téléchargée dans le répertoire /opt

# mv /home/repertoire_de_l_utilisateur/jre-1_5_0_04-linux-i586.bin /opt

2.2.3 Décompacter l'archive

# cd /opt (on se positionne dans le répertoire /opt)
# chmod +x *-linux-i586.bin (on rend l'archive exécutable)
# ./*.bin (on exécute l'archive en se positionnant dans le répertoire courant, ce que signifie ./)

On accepte les termes de la licence en saisissant explicitement "yes"

3 Plug-in GCJ Java

Pour la version 7 de Fedora, un plugin "Java" libre est inclus, mais non activé. La procédure à suivre pour activer le plug-in GCJ est la suivante :

$ su -
# ln -s /usr/lib/gcj-4.1.1/libgcjwebplugin.so /usr/lib/mozilla/plugins

Vous devrez ensuite redémarrer votre navigateur au besoin pour que le plug-in soit pris en compte.

4 Plug-in Java Sun

4.1 Installation du plug-in

Les plugins s'installent, sous Fedora (FC4, FC5, FC6 et FC7), dans le répertoire /usr/lib/mozilla/plugins. Ils sont alors accessibles à Firefox, Mozilla, et au-delà, l'ensemble des navigateurs prévus dans la distribution (Konqueror ...).

A partir de l'installation de l'archive, telle que décrite précédemment, on va réaliser, par un lien symbolique, l'implantation du fichier objet dans le répertoire des plugins.

On ferme préalablement tous les navigateurs qui pourraient être actifs (Firefox ...).

Dans une console avec les droits root et l'environnement root :

# ln -fs /opt/jre1.5.0_04/plugin/i386/ns7/libjavaplugin_oji.so /usr/lib/mozilla/plugins/libjavaplugin_oji.so
Note tip.png Option "f"
L'option « f » remplace tout autre lien existant ; ainsi, si un précédent plug-in java est installé, on lui substitue le nouveau plug-in.

4.2 Vérification du plug-in

Firefox (ou Mozilla, Epiphany, Konqueror) seront relancés. On vérifie la prise en compte du plug-in selon les modalités suivantes:

4.2.1 Vérification de la prise en compte du JRE

On procédera préalablement à une vérification de la prise compte du JRE dans le fonctionnement du navigateur (exemple donné pour Firefox mais pouvant être décliné pour Mozilla ou Epiphany) :

  • ouvrir Firefox
  • dans la barre d'adresses, saisir: about:plugins
  • le plug-in doit apparaître comme suit :
Java(TM) Plug-in 1.5.0_04-b05
Nom de fichier : libjavaplugin_oji.so
Java(TM) Plug-in 1.5.0_04

Type MIME 	Description 	Suffixes 	Autorisé
application/x-java-vm 	Java 		Oui
.....

Si le plug-in n'apparaît pas, on vérifiera le lien créé :

# ls -l /usr/lib/mozilla/plugins/libjavaplugin_oji.so
lrwxrwxrwx  1 root root 53 jun 25 11:38 /usr/lib/mozilla/plugins/libjavaplugin_oji.so -> /opt/jre1.5.0_04/plugin/i386/ns7/libjavaplugin_oji.so

Le lien symbolique doit bien exister et pointer sur /opt/jre1.5.0_04/plugin/i386/ns7/libjavaplugin_oji.so.

A défaut, les opérations décrites précédemment seront reprises.

4.2.2 Vérification de bon fonctionnement

Sun met à disposition une page de test : http://www.java.com/fr/download/help/testvm.xml.

La page affiche un petit personnage animé dans le cas où le JRE est correctement installé ; une documentation est fournie pour interpréter les résultats de l’affichage.

En certains cas, le test n'est pas immédiatement concluant alors que le JRE est opérationnel ; relancer le navigateur s'avère nécessaire.

4.3 Suppression du plug-in

La suppression du plugin est exécuté par la commande suivante (dans une console avec les droits root) :

# rm /usr/lib/mozilla/plugins/libjavaplugin_oji.so

Comme indiqué précédemment, l'implantation d'une version du plug-in se substitue à l'implantation précédente (voir la remarque concernant l'option « f »).

5 JRE Java Sun

L'utilisation du JRE Java Sun est recommandée pour des applications telles que Azureus (ou JAlbum).

5.1 4.1- Préalables : deux méthodes d'installation

Deux méthodes sont proposées pour installer le JRE sur un système, pour l'ensemble des utilisateurs :

  • mise en place simplifiée du JRE : méthode par le PATH
  • mise en place du JRE avec possibilité d'utiliser d'autres machines virtuelles Java : méthode par alternatives

La mise en place simplifiée permet d’utiliser le JRE de Sun à l'exclusion de tout autre machine virtuelle. Toute modification supposera une modification des liens.

L'utilisation d'alternatives permet de choisir la machine virtuelle Java à utiliser, le JRE de Sun (soit /opt/jre1.5.0_04/bin/java dans le présent tutoriel) ou la version de jpackage.org (par défaut, cette machine est /usr/lib/jvm/jre-1.4.2-gcj/bin/java). Le choix de la machine virtuelle Java est réalisé par root et s'applique à l'ensemble des utilisateurs du système.

La première méthode est la plus simple. La seconde méthode est la plus évolutive et peut être recommandée, y compris pour un système mono utilisateur.

5.2 Mise en place simplifiée du JRE : méthode par le PATH

5.2.1 Principe

Le principe est simple et exploite la fonction du PATH. Le PATH déclare un ensemble de chemins (répertoires) au sein desquels le shell recherche les commandes saisies, selon l'ordre de déclaration de ces chemins.

Lorsqu'un utilisateur lance la commande java dans une console (pour invoquer le JRE), le shell va rechercher cette commande dans l'ensemble des répertoires décrits dans la variable PATH.

La solution consiste à placer le chemin vers le programme java du JRE de Sun en tête de tous les chemins.

5.2.2 Fichier pour l'initialisation des variables au démarrage

Dans une console avec les droits root et l'environnement root (le su doit nécessairement comporter le tiret !), on créé un fichier java.sh qui déclare des variables d'environnement permettant l'exploitation du JRE Sun.

Pour ce faire, on utilise par commodité un éditeur de fichier graphique, gedit. vi peut aussi être directement utilisé :

# gedit /etc/profile.d/java.sh

Dans gedit, on ajoutera les lignes suivantes :

export J2RE_HOME=/opt/jre1.5.0_04
export PATH=$J2RE_HOME/bin:$PATH

La dernière ligne sera vide (retour chariot). On sauvegardera et quittera.

La variable J2RE_HOME, qui contient le chemin vers les répertoires d'installation du JRE, doit être placée impérativement au début PATH d'origine.

5.2.3 Prise en compte des variables d'environnement

Le bash ouvert prendra en compte les variables déclarées par la commande source :

# source /etc/profile.d/java.sh

5.2.4 Vérification de la mise en oeuvre du JRE

On ouvrira une nouvelle console (sans les droits root) et on saisira la commande suivante :

$ java -version
java version "1.5.0_04"
Java(TM) 2 Runtime Environment, Standard Edition (build 1.5.0_04-b05)
Java HotSpot(TM) Client VM (build 1.5.0_04-b05, mixed mode, sharing)

Si le résultat est différent, on vérifiera que le PATH prend bien en compte le chemin vers le programme java du JRE :

$ echo $PATH
/opt/jre1.5.0_04/bin:/usr/kerberos/bin:/usr/local/bin:/usr/bin:/bin:/usr/X11R6/bin

Si le chemin n'est pas présent dans le PATH, on reprendra les opérations décrites précédemment. Le chemin /opt/jre1.5.0_04/bin doit impérativement être positionné en tête du PATH.

5.2.5 « inactivation » du JRE

Le JRE est «inactivé » sans être physiquement supprimé. L'inactivation du JRE consiste à supprimer le chemin /opt/jre1.5.0_04/bin du PATH et supprimer le fichier /etc/profile.d/java.sh créé.

La solution la plus simple consiste à supprimer java.sh, qui, à l'initialisation du système, pour tous les utilisateurs, inscrit le chemin dans le PATH :

# rm /etc/profile.d/java.sh

Il n’est pas nécessaire de supprimer physiquement le répertoire /opt/jre1.5.0_04/ ; cette suppression entraînerait d'ailleurs la suppression du plugin java. La modification du PATH suffit à inhiber l'usage du JRE.

5.3 Mise en place du JRE: méthode par alternatives

5.3.1 Principe

alternatives est un programme qui offre les fonctions suivantes :

  • il décrit différents programmes de même nature (les exécutables et les éléments associés), selon une logique de classe (exemple: la classe java comprendra le JRE de Sun et le java de jpackage.org ;
  • il permet de choisir la version de ces différents programmes.

Il évite la complexité liée à la gestion de variables PATH et n'oblige pas à gérer les exécutables dans un répertoire donné.

alternatives, issu du monde Debian, est mis en oeuvre au sein de Fedora.

Le paramétrage proposé dans ce tutoriel conduit à la mise en oeuvre du schéma suivant :

/usr/bin/java -pointe sur-> /etc/alternatives/java -pointe sur->
/opt/jre1.5.0_04/bin/java  // le JRE

ou

/usr/lib/jvm/jre-1.4.2-gcj/bin/java // le java de jpackage.org

Cette approche introduit une une couche d'abstraction; dans l'exemple pris, java (/usr/bin/java) pointe sur /etc/alternatives/java qui détermine l'exécutable devant effectivement être lancé (dans le cas d'espèce, il s'agira de Java Sun).

Il est ainsi possible de modifier cet exécutable sans affecter le reste de la chaîne; il est aussi possible de changer l'exécutable se lançant effectivement, uniquement en agissant sur alternatives (GCJ, le compilateur Java par défaut de FC4 ou Sun Java ou un autre compilateur Java).

5.3.2 Paramétrage de alternatives

A l'installation de FC4, GCJ a été déclaré comme machine virtuelle Java active . La démarche va consister à maintenir GCJ et à déclarer Java Sun comme machine virtuelle Java active.

Le paramétrage d'alternatives sera conduit selon les modalités suivantes (dans une console avec les droits root) :

# /usr/sbin/alternatives --install /usr/bin/java java /opt/jre1.5.0_04/bin/java 2

La commande positionne le choix du compilateur Java Sun en choix 2 ; le compilateur libre, livré avec FC4, est par défaut déclaré en choix 1. Si un autre compilateur déclaré dans la classe java a été déclaré, le rang pour le nouveau compilateur sera immédiatement le rang 3.

On liste alors les différents choix possibles, pour la classe java :

# /usr/sbin/alternatives --config java

Le message suivant doit apparaître :

There are 2 programs which provide 'java'.

Selection Command
-----------------------------------------------

*+ 1 /usr/lib/jvm/jre-1.4.2-gcj/bin/java
2 /opt/jre1.5.0_04/bin/java

Enter to keep the current selection[+], or type selection number:

On choisira 2 (on saisira donc cette valeur !).

On vérifiera la prise en compte du choix par la commande :

# /usr/sbin/alternatives --display java

La commande permet de vérifier quel java est actif; elle doit renvoyer le message suivant :

java - status is manual.
link currently points to /opt/jre1.5.0_04/bin/java
...
Note tip.png Autre méthode de paramétrage de alternatives
Un autre mode de paramétrage d'alternatives est possible qui s'appuie sur un régime de priorités entre occurrences de java et non sur un choix forcé manuellement comme précédemment. La séquence d'instructions se déroule comme suit :
# JRE=/opt/jre1.5.0_04
# /usr/sbin/alternatives  \
       --install /usr/bin/java java $JRE/bin/java 1504 \
       --slave /usr/bin/rmiregistry rmiregistry $JRE/bin/rmiregistry \
       --slave /usr/share/man/man1/rmiregistry.1 rmiregistry.1 $JRE/man/man1/rmiregistry.1 \
       --slave /usr/lib/jvm/jre jre $JRE \
       --slave /usr/lib/jvm-exports/jre jre_exports $JRE/lib

5.3.3 Vérification de la mise en oeuvre du JRE

On procèdera comme indiqué au paragraphe concerné. Dans le cas où le java lancé ne correspond pas au java attendu, on reprendra les opérations de paramétrage d'alternatives.

Si le nouveau résultat obtenu est inchangé, on commencera par vérifier la version de java utilisée :

# which java
/usr/bin/java

On vérifiera ensuite le chainage mis en place grâce à alternatives comme suit :

# ls -l /usr/bin/java
lrwxrwxrwx  1 root root 22 jun 15 19:37 /usr/bin/java -> /etc/alternatives/java
# ls -l /etc/alternatives/java
lrwxrwxrwx  1 root root 25 jun 25 18:26 /etc/alternatives/java -> /opt/jre1.5.0_04/bin/java

La chaîne décrite est amorcée par /usr/bin/java.

Ou peut aussi, pour le même but, passer la commande suivante :

#  /usr/sbin/alternatives --display java
le lien pointe actuellement sur /opt/jre1.5.0_04/bin/java

Deux cas généraux peuvent se produire :

  • la variable PATH ne comprend pas /usr/bin => si un programme exécutable java est trouvé dans les autres répertoires explorés, il sera exécuté ;
  • un répertoire, placé avant /usr/bin, comprend un exécutable nommé java, la variable PATH comprenant ou non /usr/bin => cet exécutable sera lancé.

Il faut dès lors corriger la définition du PATH pour placer /usr/bin en priorité sur tout répertoire comprenant un exécutable java.

5.3.4 Inactivation du JRE

Comme dans la méthode précédente, il n'est pas nécessaire de supprimer physiquement le répertoire /opt/jre1.5.0_04/, cette suppression entraînerait d'ailleurs la suppression du plugin java.

Il suffit de modifier le paramétrage d'alternatives par la commande suivante :

# /usr/sbin/alternatives --config java
=> choisir /usr/lib/jvm/jre-1.4.2-gcj/bin/java
Note tip.png Autre mode de paramétrage de alternatives
Si l'autre mode de paramétrage d'alternatives a été adopté, il suffit de modifier le niveau de priorité retenu pour le JRE (dans l'exemple, il était défini à 1504) en le rapportant à un niveau inférieur à celui retenu pour GCJ.

5.3.5 Suppression du JRE

On peut demander à alternatives de ne plus tenir compte d'une version du JRE, par exemple que si l'on souhaite la désinstaller. La commande suivante sera passée :

# alternatives --remove java /opt/jre1.5.0_04/bin/java

Si une version plus récente a été installée, on pourra aussi supprimer le dossier d'installation devenu inutile, sous réserve toutefois d’avoir correctement et préalablement paramétré le plug-in Java pour le navigateur (voir le §3, la suppression du répertoire conduit à l'effacement du plug-in contenu dans ce répertoire...).

# rm -rf /opt/jre1.5.0_04

6 Installation des JRE et JDK

6.1 Environnements de développement Java

Plusieurs environnements de développement Java sont possibles sous FC4, on retiendra :

  1. NetBeans (http://www.netbeans.org/), livré en lien avec le JDK 5.0 (http://java.sun.com/j2se/1.5.0/download.jsp)
  2. Eclipse :
    • eclipse-xxx.src.rpm : paquetage contenant les sources pour "fabriquer" éclipse.
    • eclipse-platform : l'interface graphique, indispensable,
    • eclipse-ecj : le compilateur Java, indispensable,
    • eclipse-pde : Eclipse PDE.
    • eclipse-gtk2 : GTK2 UI for the Eclipse IDE.
    • eclipse-jdt : Eclipse Java development tools.
    • eclipse-scripts : Eclipse startup scripts.
    • eclipse-source : Eclipse Source.

Le dépendances, en plus du compilateur java proprement dit, sont relativement nombreuses, laissez yum les installer pour vous avec la commande :

yum install ecplise

6.2 Installation du JDK

6.2.1 Téléchargement du JDK

Le JDK est le Java Developpement Kit. Il contient :

  • Le JRE : Java Runtime Environment : environnement d'exécution,
  • Le JDK : Java Development Kit : outil de développement,
  • NetBeans : environnement de développement.

On téléchargera sur http://java.sun.com/javase/downloads/index.jsp l'installateur graphique.

6.2.2 Configuration du JDK

Les développeurs aiment généralement conserver plusieurs machines virtuelles afin de tester leur programmes dans différentes situations.

Seule la solution "alternatives", qui permet de basculer simplement d'une version à une autre, est ici présentée.

Il serait aussi possible de modifier la variable d'environnement PATH mais l'utilisation d'alternatives sera privilégiée.

6.2.3 Déclaration des JRE et JDK installés

La démarche est déroulée comme suit (dans une console avec les droits root) :

# JDK=/opt/jdk1.5.0_04
# /usr/sbin/alternatives  \
       --install /usr/bin/java                   java          $JDK/bin/java          15004 \
       --slave /usr/bin/rmiregistry              rmiregistry   $JDK/bin/rmiregistry         \
       --slave /usr/share/man/man1/java.1        java.1        $JDK/man/man1/java.1         \
       --slave /usr/share/man/man1/rmiregistry.1 rmiregistry.1 $JDK/man/man1/rmiregistry.1  \
       --slave /usr/lib/jvm/jre                  jre           $JDK/jre                     \
       --slave /usr/lib/jvm-exports/jre          jre_exports   $JDK/jre/lib
# /usr/sbin/alternatives  \
       --install /usr/bin/javac               javac        $JDK/bin/javac    15004 \
       --slave /usr/bin/javadoc               javadoc      $JDK/bin/javadoc        \
       --slave /usr/bin/javah                 javah        $JDK/bin/javah          \
       --slave /usr/bin/jar                   jar          $JDK/bin/jar            \
       --slave /usr/bin/rmic                  rmic         $JDK/bin/rmic           \
       --slave /usr/lib/jvm/java              java_sdk     $JDK                    \
       --slave /usr/lib/jvm-exports/java java_sdk_exports  $JDK/lib                \
       --slave /usr/share/man/man1/javac.1    javac.1      $JDK/man/man1/javac.1   \
       --slave /usr/share/man/man1/javadoc.1  javadoc.1    $JDK/man/man1/javadoc.1 \
       --slave /usr/share/man/man1/javah.1    javah.1      $JDK/man/man1/javah.1   \
       --slave /usr/share/man/man1/jar.1      jar.1        $JDK/man/man1/jar.1     \
       --slave /usr/share/man/man1/rmic.1     rmic.1       $JDK/man/man1/rmic.1

Cette configuration permet de faire fonctionner :

  • Azureus
  • Eclipse (IDE natif OpenSource packagé par Fedora),
  • NetBeans (IDE intégré par Sun).

Par cette configuration, tous les programmes existant dans la configuration de base sont bien redirigés (avec les pages de man en prime) vers les versions Sun.

6.2.4 Vérification des JRE et JDK

Le contrôle sera réalisé comme suit :

# alternatives  --display java
# alternatives  --display javac 


Note tip.png Vérification sur un compte utilisateur
Pour vérifier sur un compte utilisateur (non root) :
$ /usr/sbin/alternatives  --display java
$ /usr/sbin/alternatives  --display javac

6.2.5 Changement de JRE/JDK

Le changement de JDK/JRE doit être réalisé par l'administrateur (root), il est pris en compte immédiatement.

Trois modalités sont possibles :

  • 1 - Façon automatique : Dans ce cas le système utilisera la version de priorité la plus élevée (dans la procédure de déclaration décrite précédemment, une valeur de 15004 a été fixée. Cette valeur n’a pas de signification en propre. Les différentes valeurs fixées permettent simplement de déterminer la hiérarchie des priorités, la valeur la plus élevée emportant le niveau de priorité le plus élevé).
  • pour le JRE :
# alternatives --auto java
  • pour le JDK :
# alternatives --auto javac
# alternatives --config java
# alternatives --config javac
  • 3 - Directement (très utile pour les scripts)
# alternatives --set  java  /opt/jdk1.5.0_04/bin/java
# alternatives --set  javac /opt/jdk1.5.0_04/bin/javac

Ces commandes changent tous les liens, pour les commandes principales (java et javac) mais aussi pour les commandes secondaires (rmiregistry, rmic...) ainsi que les pages de manuels.

6.2.6 Suppression d'un JRE / JDK

On commencera par demander à alternatives d'inactiver la version concernée, (et de repasser automatiquement sur une autre) :

# alternatives --remove java  /opt/jdk1.5.0_04/bin/java
# alternatives --remove javac /opt/jdk1.5.0_04/bin/javac

On pourra la supprimer complètement du système en utilisant les outils de désinstallation fournis :

# /opt/netbeans-4.1/_uninst/uninstaller
# /opt/jdk1.5.0_04/_uninst/uninstall.sh

7 Divers : télé déclaration et télé paiement des impôts

Par : Jérôme Durand

L'original de cet article se trouve sur le site http://fetfr.free.fr.

Vous pouvez télédéclarer votre impôt sur le revenu en utilisant GNU/Linux et votre navigateur préféré. La procédure n'est toutefois pas évidente, et surtout assez peu pratique si on veut préserver un minimum de sécurité sur sa machine.

7.1 Préparatifs avant la connexion

Pour pouvoir vous connecter au service et obtenir le certificat, qui vous servira à assurer la confidentialité des données transmises et à signer votre déclaration, il vous faudra tout d'abord télécharger et exécuter une bibliothèque Java prenant en charge des fonctions de cryptographie.

En premier lieu, vous devrez installez la machine virtuelle Java de Sun, ainsi que le plug-in pour le navigateur web.

Note tip.png Plug-in GCJ
Il est peu probable malheureusement que le plug-in GCJ fonctionne pour le déclaration d'impôts. Dans ce cas, pensez à supprimer le lien symbolique créé pour l'installation du plug-in GCJ :
rm /usr/lib/mozilla/plugins/libgcjwebplugin.so

Puis ensuite suivre la procédure d'installation du plug-in Java Sun.

Ces préliminaires étant terminés, il vous reste encore à modifier (temporairement) les droits sur le répertoire où la bibliothèque de cryptographie va être téléchargée :

chmod a+w /usr/java/jre1.5.0_01/lib/ext/

Vous pouvez alors (enfin) vous connecter sur le site, en utilisant votre compte habituel (pas root), et commencer la procédure.

Un fois la bibliothèque cryptographique installée, vous pouvez restaurer les droits sur le répertoire d'installation :

chmod g-w,o-w /usr/java/jre1.5.0_01/lib/ext/

7.2 Obtention du certificat

Les manipulations suivantes sont à effectuer en utilisant votre utilisateur habituel (donc pas root !).

Avant de lancer le navigateur (testé avec Mozilla), il vous faudra changer votre variable de localisation LANG :

export LANG=fr_FR
mozilla &

Si vous ne le faites pas, vous pourrez toujours dérouler la procédure, mais au moment de signer la déclaration, il se peut que vous soyez redirigés vers une page indiquant que le service est indisponible.

Pour pouvoir obtenir votre certificat, il faut que votre utilisateur possède les droits pour créer un répertoire nommé teleir dans son répertoire personnel (/home/{nom_utilisateur} en général).

Lors du lancement des tests de configuration proposés, il fallait également donner des droits suffisants à l'utilisateur pour pouvoir créer un répertoire à la racine (/), mais il ne semble pas que cela soit nécessaire pour la procédure proprement dite.

7.3 Signature

Une fois le certificat obtenu, vous pouvez vous lancer dans la télédéclaration, après avoir sélectionné votre certificat (si la fenêtre de choix n'apparaît pas, ou est vide, vérifiez les droits sur le répertoire ~/teleir).

La suite se déroule normalement sans difficultés (du moins pour la partie technique) jusqu'à la signature.

Si, lorsque vous signez, vous voyez apparaître une barre de défilement, puis êtes redirigés vers un écran indiquant l'indisponibilité du service, vérifiez que vous avez bien modifié et exporté la variable LANG (cf supra.).