KVM Partage Fichiers : Différence entre versions

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
m (Objectif : Mise en forme)
(Configuration 2 : Retrait option non compatible + Retrait explication)
 
(9 révisions intermédiaires par 2 utilisateurs non affichées)
Ligne 2 : Ligne 2 :
 
{{Contributeurs|[[Utilisateur:GérardLandron|GérardLandron]]}}
 
{{Contributeurs|[[Utilisateur:GérardLandron|GérardLandron]]}}
 
{{Guide}}
 
{{Guide}}
{{EnCours|auteur=GérardLandron}}
 
 
== Objectif ==
 
== Objectif ==
  
Ligne 14 : Ligne 13 :
  
 
== Mise en place ==
 
== Mise en place ==
On récupère l'IP de Fedora vue par la VM :
+
On récupère l'IP de '''Fedora''' vue par la VM :
 
  $ ip a show virbr0
 
  $ ip a show virbr0
Virtb0 est le bridge linux créé par libvirt. Il est par défaut configuré en 192.168.122.1 en utilisant dnsmask (cf fichier /etc/libvirt/qemu/networks/default.xml)
+
'''virbr0''' est le pont réseau virtuel linux créé par <app>libvirt</app>. Il est par défaut configuré en '''192.168.122.1''' en utilisant <app>dnsmask</app> (voir fichier <path>/etc/libvirt/qemu/networks/default.xml</path>).
 
  3: virbr0: <NO-CARRIER,BROADCAST,MULTICAST,UP> mtu 1500 qdisc noqueue state DOWN group default qlen 1000
 
  3: virbr0: <NO-CARRIER,BROADCAST,MULTICAST,UP> mtu 1500 qdisc noqueue state DOWN group default qlen 1000
 
     link/ether 52:54:00:9b:3b:8f brd ff:ff:ff:ff:ff:ff
 
     link/ether 52:54:00:9b:3b:8f brd ff:ff:ff:ff:ff:ff
Ligne 24 : Ligne 23 :
 
=== Configuration 1 ===
 
=== Configuration 1 ===
 
==== Fedora ====
 
==== Fedora ====
Il faut s'assurer que sshd est actif
+
Il faut s'assurer que le service <app>sshd</app> est actif :
  $ systemctl status sshd | grep 'active'
+
  $ systemctl status sshd.service | grep 'active'
 
     Active: active (running) since Tue 2020-09-08 21:50:27 EEST; 4 days ago
 
     Active: active (running) since Tue 2020-09-08 21:50:27 EEST; 4 days ago
S'il est inactif, le retour sera
+
S'il est inactif, le retour sera :
 
  Active: inactive (dead)
 
  Active: inactive (dead)
il faut le lancer, et le rendre permanent :
+
Il faudra donc le démarrer, et l'activer afin de le rendre permanent :
  # systemctl start sshd
+
  # systemctl start sshd.service
  # systemctl enable sshd
+
  # systemctl enable sshd.service
  
=====VM windows=====
+
===== VM Windows =====
on utilisera le client cifs/smb pour la joindre, cela suppose qu'il y a au moins un dossier partagé sur la VM.
+
On utilisera le client <app>cifs/smb</app> pour la joindre, cela suppose qu'il y a au moins un dossier partagé sur la VM.
 +
 
 +
La plupart des navigateurs de fichiers de Fedora supporte le protocole, on peut donc faire un raccourci avec une commande du genre :<br> <cmd>smb://utilisateur@adresse_ip_VM/dossier_partagé/</cmd>.
  
La plus part des navigateurs de fichiers de Fedora supporte le protocole, on peut donc y faire un raccourci avec une commande du genre : smb://utilisateur@adresse_ip_VM/dossier_partagé/
+
===== VM supportant <app>sshfs</app> ou <app>sftp</app> =====
=====VM supportant sshfs ou sftp=====
+
On préférera ces protocoles car plus sécurisés. <br>
On préférera ces protocoles car plus sécurisés. <br>Sftp étant un accès ftp au travers de ssh.<br>Sshfs permettant de monter le dossier distant dans l'architecture locale.
+
<app>sftp</app> étant un accès <app>ftp</app> au travers de <app>ssh</app>.<br>
 +
<app>sshfs</app> permettant de monter le dossier distant dans l'architecture locale.
  
 
==== Machine virtuelle ====
 
==== Machine virtuelle ====
 
=====VM windows=====
 
=====VM windows=====
Windows n'utilisant pas de façon native, les protocoles ssh, on installera winscp qui est la version windows de sftp. Son utilisation ne pause pas de problème.<br>
+
Windows n'utilisant pas de façon native les protocoles <app>ssh</app>, on installera <app>winscp</app> qui est la version Windows de <app>sftp</app>. Son utilisation ne pose pas de problème.<br>
Il existe aussi sshfs-win qui demande un peu plus de compétence.
+
Il existe aussi <app>sshfs-win</app> qui demande un peu plus de compétences.
=====VM supportant ssh=====
+
 
On fera un montage [[SSHFS : montage de systèmes de fichiers via SSH|ssfs]] pour avoir un montage sur local<br>
+
===== VM supportant <app>ssh</app> =====
ou sftp dans un navigateur de fichier sous la forme
+
Pour avoir accès à tous les fichiers de l'utilisateur, on fera un montage [[SSHFS : montage de systèmes de fichiers via SSH|<app>sshfs</app>]] pour avoir un montage sur local ou alors <app>sftp</app> dans un navigateur de fichiers sous la forme :
 
  sftp://utilisateur@192.168.122.1:/home/utilisateur
 
  sftp://utilisateur@192.168.122.1:/home/utilisateur
pour avoir accès à tous les fichiers de l'utilisateur
 
  
 
=== Configuration 2 ===
 
=== Configuration 2 ===
Il a été testé avec un hyperviseur sous Fedora 25 et une machine virtuelle Windows 10 sur QEMU/KVM avec une connexion NAT. Dans la mesure où la méthode utilisée est du samba classique sur un réseau tout aussi classique, ce tutoriel peut être appliqué plus largement, avec d'autres solutions de virtualisation et même pour d'autres cas de figure.
+
Elle a été testée avec un hyperviseur sous Fedora 25 et une machine virtuelle Windows 10 sur <app>QEMU/KVM</app> avec une connexion NAT. Dans la mesure où la méthode utilisée est du <app>samba</app> classique sur un réseau tout aussi classique, ce tutoriel peut être appliqué plus largement, avec d'autres solutions de virtualisation et même pour d'autres cas de figure.
  
La première chose à faire est de s'assurer que samba tourne.
+
La première chose à faire est de s'assurer que le service <app>samba</app> tourne.
  
$ su -
+
  # systemctl enable smb.service nmb.service
  # systemctl enable smb nmb
+
  # systemctl start smb.service nmb.service
  # systemctl start smb nmb
 
  
Nous créons le dossier partagé avec les droits adéquats. Il est recommandé de ne pas mettre cet emplacement dans le home. Ce dossier est possédé par l'utilisateur nommé partage, que nous créons par la même occasion. Enfin, nous ajoutons l'utilisateur partage à samba. Il convient enfin d'ajouter l'utilisateur qui fera tourner l'hyperviseur au groupe partage, afin qu'il puisse lire et écrire dans le dossier partagé.
+
Nous créons le dossier partagé avec les droits adéquats. Il est recommandé de ne pas mettre cet emplacement dans <path>/home</path>. Ce dossier est possédé par l'utilisateur nommé ''partage'', que nous créons par la même occasion. Enfin, nous ajoutons l'utilisateur ''partage'' à <app>samba</app>. Il convient enfin d'ajouter l'utilisateur qui fera tourner l'hyperviseur au groupe ''partage'', afin qu'il puisse lire et écrire dans le dossier partagé.
  
su -
 
 
  # mkdir /VShare
 
  # mkdir /VShare
  useradd -m -d /VShare partage
+
  # useradd -m -d /VShare partage
  chown -R partage /VShare
+
  # chown -R partage /VShare
  chmod g+w /VShare
+
  # chmod g+w /VShare
  smbpasswd -a partage
+
  # smbpasswd -a partage
  
Nous modifions le fichier smb.conf. Seule la machine virtuelle et l'utilisateur partage auront accès au dossier partagé, pour des questions de sécurité.
+
Nous modifions le fichier <path>/etc/samba/smb.conf</path>. Seule la machine virtuelle et l'utilisateur ''partage'' auront accès au dossier partagé pour des questions de sécurité.
  
$ su -
 
 
  # vim /etc/samba/smb.conf
 
  # vim /etc/samba/smb.conf
 
  [global]
 
  [global]
Ligne 98 : Ligne 96 :
 
         force security mode = 666
 
         force security mode = 666
  
La validité du fichier de configuration peut être testé grâce à <code>testparm</code>.
+
La validité du fichier de configuration peut être testé grâce à la commande <cmd>testparm</cmd>.
  
Il est ensuite nécessaire de redémarrer samba. On en profite pour ouvrir les ports samba.
+
Il est ensuite nécessaire de redémarrer le service <app>samba</app>. On en profite aussi pour ouvrir les ports liés à <app>samba</app>.
  
$ su -
 
 
  # systemctl restart nmb.service smb.service  
 
  # systemctl restart nmb.service smb.service  
  # firewall-cmd --add-service=samba --permanent --add-source=192.168.122.1/24
+
  # firewall-cmd --add-service=samba
 +
 
 +
On rendra l'ouverture des ports de <app>samba</app> de façon permanente avec la commande :
 +
# firewall-cmd --add-service=samba --permanent
  
Pour vérifier que les ports sont bien ouverts, on peut lancer un <code>iptables -L -n -v</code>, les ports samba (137 138 139 445) devraient être listés dans le Chain IN_public_allow.
+
Pour vérifier que les ports sont bien ouverts, on peut lancer la commande <code>iptables -L -n -v</code>, les ports <app>samba</app> (137/tcp, 138/tcp, 139/tcp et 445/tcp) devraient être listés dans le '''Chain IN_public_allow'''.
  
Il faut enfin rajouter "samba" et "samba-client" en "permanent" dans la zone défini par firewalld.
+
Il faut enfin rajouter "samba" et "samba-client" en "permanent" dans la zone définie par <app>firewalld</app>.
  
 
==== Test depuis l'hyperviseur ====
 
==== Test depuis l'hyperviseur ====
  
On lance <code>smbclient //192.168.122.1/Vshare -U partage</code>
+
Depuis l'hyperviseur, on lance :
 
  $ smbclient //192.168.122.1/Vshare -U partage
 
  $ smbclient //192.168.122.1/Vshare -U partage
 
  Enter partage's password:  
 
  Enter partage's password:  
Ligne 120 : Ligne 120 :
 
==== SELinux ====
 
==== SELinux ====
  
Si SELinux est actif, il faut lancer les commandes suivantes :
+
Si <app>SELinux</app> est actif, il faut lancer les commandes suivantes afin d'éviter les blocages et alertes <app>SELinux</app> :
  
$ su -
 
 
  # semanage fcontext -a -t samba_share_t '/VShare(/.*)?'
 
  # semanage fcontext -a -t samba_share_t '/VShare(/.*)?'
 
  # restorecon -R /VShare
 
  # restorecon -R /VShare
  
Si le dossier partagé n'est pas à la racine mais dans le home, penser à rajouter  
+
Si le dossier partagé n'est pas à la racine mais dans le <path>/home</path>, pensez à rajouter :
 
  # setsebool -P samba_enable_home_dirs on
 
  # setsebool -P samba_enable_home_dirs on
  
Pour vérifier, on doit trouver un "samba_share_t" :
+
Pour vérifier, on doit trouver un contexte '''samba_share_t''' :
  ls -Z VShare/
+
  # ls -Z VShare/
 
  -rw-rw-r--. partage partage unconfined_u:object_r:samba_share_t:s0 truc.txt
 
  -rw-rw-r--. partage partage unconfined_u:object_r:samba_share_t:s0 truc.txt
  
 
=== Accès depuis la machine virtuelle ===
 
=== Accès depuis la machine virtuelle ===
  
L'emplacement partagé est accessible via \\HOST\VShare
+
L'emplacement partagé est accessible via <path>\\HOST\VShare</path>.
  
  
  
  
Un grand merci à madko pour ses conseils et sa patience !
+
Un grand merci à ''madko'' pour ses conseils et sa patience !
  
 
[[Catégorie:Virtualisation]]
 
[[Catégorie:Virtualisation]]

Version actuelle datée du 13 septembre 2020 à 19:04

Par : EdouardDuliege
Avec l'aimable contribution de : GérardLandron
Note tip.png Aide
Pour lire ce wiki convenablement, merci de lire la page suivante concernant les conventions de nommage.

1 Objectif

Le but de ce tutoriel est de monter un dossier partagé entre un hyperviseur et une machine virtuelle déployée grâce à KVM.

Deux possibilités sont documentés ici :

  1. Sans modification sur l'hyperviseur et installation d'un programme sur la machine virtuelle si c'est un OS Windows.
  2. Avec installation d'un serveur samba sur l'hyperviseur et sans modification sur la machine virtuelle si c'est un OS Windows.

VM sera un raccourci pour machine virtuelle.
Fedora sera l'hyperviseur.

2 Mise en place

On récupère l'IP de Fedora vue par la VM :

$ ip a show virbr0

virbr0 est le pont réseau virtuel linux créé par libvirt. Il est par défaut configuré en 192.168.122.1 en utilisant dnsmask (voir fichier /etc/libvirt/qemu/networks/default.xml).

3: virbr0: <NO-CARRIER,BROADCAST,MULTICAST,UP> mtu 1500 qdisc noqueue state DOWN group default qlen 1000
   link/ether 52:54:00:9b:3b:8f brd ff:ff:ff:ff:ff:ff
   inet 192.168.122.1/24 brd 192.168.122.255 scope global virbr0
      valid_lft forever preferred_lft forever

2.1 Configuration 1

2.1.1 Fedora

Il faut s'assurer que le service sshd est actif :

$ systemctl status sshd.service | grep 'active'
    Active: active (running) since Tue 2020-09-08 21:50:27 EEST; 4 days ago

S'il est inactif, le retour sera :

Active: inactive (dead)

Il faudra donc le démarrer, et l'activer afin de le rendre permanent :

# systemctl start sshd.service
# systemctl enable sshd.service
2.1.1.1 VM Windows

On utilisera le client cifs/smb pour la joindre, cela suppose qu'il y a au moins un dossier partagé sur la VM.

La plupart des navigateurs de fichiers de Fedora supporte le protocole, on peut donc faire un raccourci avec une commande du genre :
smb://utilisateur@adresse_ip_VM/dossier_partagé/.

2.1.1.2 VM supportant sshfs ou sftp

On préférera ces protocoles car plus sécurisés.
sftp étant un accès ftp au travers de ssh.
sshfs permettant de monter le dossier distant dans l'architecture locale.

2.1.2 Machine virtuelle

2.1.2.1 VM windows

Windows n'utilisant pas de façon native les protocoles ssh, on installera winscp qui est la version Windows de sftp. Son utilisation ne pose pas de problème.
Il existe aussi sshfs-win qui demande un peu plus de compétences.

2.1.2.2 VM supportant ssh

Pour avoir accès à tous les fichiers de l'utilisateur, on fera un montage sshfs pour avoir un montage sur local ou alors sftp dans un navigateur de fichiers sous la forme :

sftp://utilisateur@192.168.122.1:/home/utilisateur

2.2 Configuration 2

Elle a été testée avec un hyperviseur sous Fedora 25 et une machine virtuelle Windows 10 sur QEMU/KVM avec une connexion NAT. Dans la mesure où la méthode utilisée est du samba classique sur un réseau tout aussi classique, ce tutoriel peut être appliqué plus largement, avec d'autres solutions de virtualisation et même pour d'autres cas de figure.

La première chose à faire est de s'assurer que le service samba tourne.

# systemctl enable smb.service nmb.service
# systemctl start smb.service nmb.service

Nous créons le dossier partagé avec les droits adéquats. Il est recommandé de ne pas mettre cet emplacement dans /home. Ce dossier est possédé par l'utilisateur nommé partage, que nous créons par la même occasion. Enfin, nous ajoutons l'utilisateur partage à samba. Il convient enfin d'ajouter l'utilisateur qui fera tourner l'hyperviseur au groupe partage, afin qu'il puisse lire et écrire dans le dossier partagé.

# mkdir /VShare
# useradd -m -d /VShare partage
# chown -R partage /VShare
# chmod g+w /VShare
# smbpasswd -a partage

Nous modifions le fichier /etc/samba/smb.conf. Seule la machine virtuelle et l'utilisateur partage auront accès au dossier partagé pour des questions de sécurité.

# vim /etc/samba/smb.conf
[global]
       workgroup = WorkGroup
       netbios name = Host
       server string = serveur %h (Samba %v, Fedora)
       # On souhaite n'autoriser l'accès que via certaines interfaces réseau
       bind interfaces only = Yes
       interfaces = 127.0.0.1, 192.168.122.1
       log file = /var/log/samba/log.%m
       max log size = 100

[VShare]
       path = /VShare/
       public = no
       browsable = yes
       valid users = partage
       guest ok = no
       writable = yes
       printable = no
       hide files = /lost+found/
       hide unreadable = yes
       # on force les permissions
       create mask = 666
       force create mode = 666
       security mask = 666
       force security mode = 666

La validité du fichier de configuration peut être testé grâce à la commande testparm.

Il est ensuite nécessaire de redémarrer le service samba. On en profite aussi pour ouvrir les ports liés à samba.

# systemctl restart nmb.service smb.service 
# firewall-cmd --add-service=samba

On rendra l'ouverture des ports de samba de façon permanente avec la commande :

# firewall-cmd --add-service=samba --permanent

Pour vérifier que les ports sont bien ouverts, on peut lancer la commande iptables -L -n -v, les ports samba (137/tcp, 138/tcp, 139/tcp et 445/tcp) devraient être listés dans le Chain IN_public_allow.

Il faut enfin rajouter "samba" et "samba-client" en "permanent" dans la zone définie par firewalld.

2.2.1 Test depuis l'hyperviseur

Depuis l'hyperviseur, on lance :

$ smbclient //192.168.122.1/Vshare -U partage
Enter partage's password: 
Domain=[WORKGROUP] OS=[Windows 6.1] Server=[Samba 4.5.2]
smb: \>

2.2.2 SELinux

Si SELinux est actif, il faut lancer les commandes suivantes afin d'éviter les blocages et alertes SELinux :

# semanage fcontext -a -t samba_share_t '/VShare(/.*)?'
# restorecon -R /VShare

Si le dossier partagé n'est pas à la racine mais dans le /home, pensez à rajouter :

# setsebool -P samba_enable_home_dirs on

Pour vérifier, on doit trouver un contexte samba_share_t :

# ls -Z VShare/
-rw-rw-r--. partage partage unconfined_u:object_r:samba_share_t:s0 truc.txt

2.3 Accès depuis la machine virtuelle

L'emplacement partagé est accessible via \\HOST\VShare.



Un grand merci à madko pour ses conseils et sa patience !