Les services sous Fedora : Différence entre versions

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
(Pour aller plus loin)
(Page blanchie)
 
(89 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{EnCours|auteur=PhilippeMarcovici}}
 
{{Auteur|PhilippeMarcovici}}
 
  
 
{{Warning|Cet article va être complétement refait. En attendant qu'il soit suffisamment complété, vous pouvez consulter l'ancienne version à partir du titre [[Les_services_sous_Fedora#Préalables]] }}
 
 
== Qu'est-ce qu'un service ? ==
 
Un service est un programme qui est exécuté en tache de fond. C'est à dire qu'il effectue son travail sans interaction directe avec l'utilisateur.
 
 
Certains services sont des composants essentiels du système.
 
 
L'autre petit nom d'un service est ''daemon''.
 
 
== Historique ==
 
Différents système de gestion des services sont utilisés par les distributions GNU/Linux. Par exemple, pour Fedora :
 
* SysVinit (init System V).
 
* UpStart.
 
* SystemD.
 
 
 
SysVinit est le classique système de gestion des services qui a été utilisé jusqu'à Fedora 8.
 
 
UpStart a remplacé SysVinit dans Fedora 9, jusqu'à Fedora 14.
 
 
SystemD prend place dans Fedora à partir de la version 15.
 
 
== Remarques ==
 
* L'ensemble des commandes que nous verrons seront données pour SysVinit / Upstart et pour SystemD.
 
SysVinit et Upstart partagent le même jeu de commande.<br>
 
SystemD introduit un nouveau jeu de commande, tout en permettant que les anciennes commandes soit partiellement compatible.
 
 
* Les unités de SystemD.<br>
 
SystemD dispose d'une notion d'unité. Les services sont un type d'unité.
 
 
* Nous ne rentrerons pas dans les détails de ces différents systèmes.
 
Ce tutoriel est clairement orienté autour de la gestion des services.<br>
 
Pour ceux et celles qui voudront aller plus loin, nous donnerons quelques pointeurs à la fin du tutoriel.
 
 
== Quand sont lancés les services ? ==
 
Certains services sont lancés par défaut au démarrage du système.<br>Par défaut, il s'agit d'un choix des concepteurs de la distribution. Ce choix, comprenant des services essentiels et d'autres qui le sont moins.
 
 
Vous pouvez choisir de désactiver certains services qui ne sont pas essentiels.<br>Pourquoi ? Parce que vous n'en avez pas besoin. Ou parce que vous n'en avez pas besoin souvent, voire très rarement ou même jamais.
 
 
Vous pouvez aussi choisir d'arrêter momentanément des services. Par exemple, pour voir ce que ça fait (ou ne fait plus ...), avant de les désactiver complétement.
 
 
Vous pouvez activer des services qui ne sont pas par défaut, mais dont, vous, vous avez besoin.
 
 
Et enfin, vous pouvez lancer certain service uniquement au besoin.
 
 
== Pourquoi me préoccuper des services ? ==
 
Les principales raisons sont :
 
* La sécurité.
 
* Optimiser le lancement du système.
 
* Optimiser le système.
 
 
 
La sécurité ?<br>Certain services sont à "l'écoute" de sollicitations externes. Toutes sollicitations externes peut venir d'une personne malveillante. Et donc, moins il y a de services de ce type en exécution, moins il y a de portes d'entrées potentielles pour ces personnes.<br>
 
 
Optimiser le lancement du système ?<br>Plus il y a de services qui sont lancés au démarrage, plus cela prend du temps pour que le système deviennent fonctionnel.<br>Il s'agit d'ailleurs d'une des principales motivation de la naissance de Upstart et SystemD.
 
 
Optimiser le système ?<br>Les concepteurs d'une distribution vont, généralement, essayer de faire en sorte que la distribution par défaut puisse convenir au plus grand nombre. Pour cela, il faut être capable de gérer différents matériels. Ces matériels, peuvent être présent ou pas sur la machine de chaque utilisateurs. Et le service associé, peut être utile ou pas.<br>Et cette utilité, vous êtes le seul ou la seule à la définir. Certain services sont donc présent pour répondre au besoin du plus grand nombre, mais ne vous sont pas forcément utile. Et au contraire, des services peuvent vous être utile, bien qu'ils ne sont pas lancés par défaut.
 
 
== Niveaux d'exécution / cibles ==
 
SysVinit et Upstart ont une notion de niveau d'exécution (RunLevel).<br>SystemD a une notion de cible (target).
 
 
Sans renter plus dans les détails, à un niveau d'exécution ou une cible correspond un mode de fonctionnement du système où certains services sont arrêtés tandis que d'autres sont lancés.
 
 
Le tableau ci-dessous décrits les différents modes de fonctionnement standard.
 
 
 
{| border="1"
 
! colspan="3" | Les modes de fonctionnements
 
|-
 
! Niveaux d'exécution SysVinit / Upstart
 
! Cibles SystemD
 
! Commentaires
 
|-
 
| 0
 
| runlevel0.target, poweroff.target
 
| Arrêt du système
 
|-
 
| 1,s, single
 
| runlevel1.target, rescue.target
 
| Mode utilisateur unique / mode maintenance (Single User Mode)
 
|-
 
| 3
 
| runlevel3.target, multi-user.target
 
| Mode multi-utilisateurs non graphique
 
|-
 
| 2, 4
 
| runlevel2.target, runlevel4.target, multi-user.target
 
| Ces modes sont identiques au mode multi-utilisateurs non graphique. Ces modes peuvent être adaptés aux besoins
 
|-
 
| 5
 
| runlevel5.target, graphical.target
 
| Mode multi-utilisateurs graphique. Il s'agit du mode par défaut de Fedora
 
|-
 
| 6
 
| runlevel6.target, reboot.target
 
| Redémarrage du système
 
|-
 
| emergency
 
| emergency.target
 
| Shell d'urgence
 
|}
 
 
== Les outils graphiques ==
 
 
* system-config-services
 
Cette commande permet de lancer / arrêter et activer / désactiver les services, tout en visualisant leurs états. Elle permet aussi de changer le mode de fonctionnement.<br>
 
Ces points sont surtout vrai pour SysVinit et Upstart. Elle peut toujours être utilisée avec SystemD, mais certaines fonctionnalités ne sont plus accessibles.<br>
 
L'installation de cette commande se fait par <cmd>yum install system-config-services</cmd>.
 
 
* systemadm
 
Cette commande est propre à SystemD. Elle permet les mêmes actions que system-config-services, et d'autres spécifiques à SystemD comme de visualiser les dépendances, les cibles, et d'autres types d'unités que les services.<br>
 
L'installation de cette commande se fait par <cmd>yum install systemd-gtk</cmd>.
 
 
Ces outils graphiques ne seront pas plus explicités. Ils sont suffisamment intuitifs.
 
 
== Gestion des services ==
 
Dans ce chapitre, nous allons voir comment :
 
* Changer de niveau / cibles d'exécution.
 
* Lancer un service.
 
* Arrêter un service.
 
* Activer un service.
 
* Désactiver un service.
 
* Vérifier l'état d'un service.
 
tout ceci en ligne de commande.
 
=== Changer le niveau / la cible d'exécution ===
 
 
==== Changer le niveau / la cible d'exécution immédiatement ====
 
 
Pour SysVinit / Upstart<br>
 
<cmd>telinit NIVEAU</cmd>
 
 
Par exemple :<br>
 
* <cmd>telinit 3</cmd>, pour passer en mode multi-utilisateur non graphique.<br>
 
* <cmd>telinit 5</cmd>, pour passer en mode multi-utilisateur graphique.<br>
 
 
 
 
Pour SystemD<br>
 
<cmd>systemctl isolate CIBLE.target</cmd>
 
 
Par exemple :<br>
 
* <cmd>systemctl isolate multi-user.target</cmd> ou <cmd>systemctl isolate runlevel3.target</cmd>, pour passer en mode multi-utilisateur non graphique.<br>
 
* <cmd>systemctl isolate graphical.target</cmd> ou <cmd>systemctl isolate runlevel5.target</cmd>, pour passer en mode multi-utilisateur graphique.<br>
 
==== Changer le niveau / la cible d'exécution par défaut ====
 
Ci-dessous, nous allons voir comment changer le niveau / la cible d'exécution par défaut. C'est à dire ce qui est pris en compte au démarrage du système.
 
 
Pour SysVinit / Upstart, il est nécessaire d'éditer le fichier <path>/etc/inittab</path> et de modifier la ligne avec le mot clé "initdefault" avec la valeur désirée.
 
Par exemple :<br>
 
* Remplacer "id:3:initdefault:" par "id:5:initdefault:" pour passer du mode multi-utilisateurs non graphique au mode multi-utilisateur graphique.
 
* Remplacer "id:5:initdefault:" par "id:3:initdefault:" pour passer du mode multi-utilisateurs graphique au mode multi-utilisateur non graphique.
 
 
 
 
 
Pour SystemD<br>
 
<cmd>systemctl isolate CIBLE.target</cmd>
 
 
Par exemple :<br>
 
* <cmd>ln -sf /lib/systemd/system/multi-user.target /etc/systemd/system/default.target</cmd>, pour passer en mode multi-utilisateur non graphique par défaut.<br>
 
* <cmd> ln -sf /lib/systemd/system/graphical.target /etc/systemd/system/default.target</cmd>, pour passer en mode multi-utilisateur graphique par défaut.<br>
 
=== Lancer un service ===
 
 
Pour SysVinit / Upstart<br>
 
<cmd>services NOM_SERVICE start</cmd>
 
 
Par exemple :<br>
 
* <cmd>services network start</cmd>, pour lancer le service network.<br>
 
 
 
 
Pour SystemD<br>
 
<cmd>systemctl start NOM.services</cmd>
 
 
Par exemple :<br>
 
* <cmd>systemctl start network.services</cmd>, pour lancer le service network.<br>
 
 
{{Note|titre=Lancement versus activation|contenu=Le lancement d'un service n'est pas suffisant pour que celui-ci soit redémarré au prochaine lancement du système. Il est nécessaire que celui-ci soit activé, cf. ci-dessous.}}
 
 
=== Arrêter un service ===
 
 
 
Pour SysVinit / Upstart<br>
 
<cmd>services NOM_SERVICE stop</cmd>
 
 
Par exemple :<br>
 
* <cmd>services network stop</cmd>, pour arrêter le service network.<br>
 
 
 
 
Pour SystemD<br>
 
<cmd>systemctl stop NOM.services</cmd>
 
 
Par exemple :<br>
 
* <cmd>systemctl stop network.services</cmd>, pour arrêter le service network.<br>
 
 
 
{{Note|titre=Arrêt versus désactivation|contenu=L'arrêt d'un service n'est pas suffisant pour que celui-ci soit pas redémarré au prochaine lancement du système. Il est nécessaire que le service soit désactivé, cf. ci-dessous.}}
 
=== Activer un service ===
 
 
Pour SysVinit / Upstart<br>
 
<cmd>chkconfig NOM_SERVICE on</cmd>
 
 
Par exemple :<br>
 
* <cmd>chkconfig network on</cmd>, pour activer le service network.<br>
 
 
 
 
Pour SystemD<br>
 
<cmd>systemctl enable NOM.services</cmd>
 
 
Par exemple :<br>
 
* <cmd>systemctl enable network.services</cmd>, pour activer le service network.<br>
 
 
{{Note|titre=Activation versus lancement|contenu=L'activation d'un service permet uniquement de le lancer, par défaut, au démarrage du système. Pour le lancer immédiatement, cf. ci-dessus.}}
 
 
=== Désactiver un service ===
 
 
Pour SysVinit / Upstart<br>
 
<cmd>chkconfig NOM_SERVICE off</cmd>
 
 
Par exemple :<br>
 
* <cmd>chkconfig network off</cmd>, pour désactiver le service network.<br>
 
 
 
 
Pour SystemD<br>
 
<cmd>systemctl disable NOM.services</cmd>
 
 
Par exemple :<br>
 
* <cmd>systemctl disable network.services</cmd>, pour désactiver le service network.<br>
 
 
{{Note|titre=Désactivation versus arrêt|contenu=La désactivation d'un service permet uniquement de ne pas le lancer, par défaut, au démarrage du système. Pour l'arrêter immédiatement, cf. ci-dessus.}}
 
 
=== Vérifier l'état d'un service ===
 
 
Pour SysVinit / Upstart<br>
 
<cmd>chkconfig --list NOM_SERVICE</cmd>
 
et
 
<cmd>service NOM_SERVICE status</cmd>
 
 
Par exemple :<br>
 
* <cmd>chkconfig --list network</cmd>, pour vérifier l'état d'activation du service network.<br>
 
* <cmd>service network status</cmd>, pour vérifier l'état de lancement du service network.<br>
 
 
 
 
Pour SystemD<br>
 
<cmd>systemctl is-enabled NOM.services</cmd>
 
et
 
<cmd>systemctl status NOM.services</cmd>
 
 
Par exemple :<br>
 
* <cmd>systemctl is-enabled network.services</cmd>, pour vérifier l'état d'activation du service network.<br>
 
* <cmd>systemctl status network.services</cmd>, pour vérifier l'état de lancement du service network.<br>
 
=== Quand utiliser les commandes SysVinit / UpStart ? Quand utiliser les commandes SystemD ? ===
 
A partir de Fedora 15, les commandes chkconfig et services sont interchangeables avec la commandes systemctl.
 
 
Un mécanisme d'appel de la commande adéquate est mis en place. Par exemple, l'utilisation de la commande <cmd>service</cmd> sur un service géré par SystemD appelera la commande <cmd>systemctl</cmd> et inversement.<br>
 
Il en est de même avec la commande <cmd>chklist</cmd>, sauf pour l'option <cmd>chklist --list</cmd> qui ne listera que les services qui ne sont pas gérés par SystemD.
 
 
== Services par défaut ==
 
Dans ce chapitre, nous allons passer en revu les différents services par défaut d'une distribution Fedora.<br>
 
Par défaut, nous entendons les services présents suite à une installation de Fedora de type "Bureau graphique" sans personnalisation.
 
 
Nous essayerons de donner des indications sur la possibilité d’arrêter et de désactiver ces différents services.
 
 
Une pratique prudente est de tout d'abord simplement stopper un service pour vérifier si le système fonctionne toujours. Ensuite, il peut-être possible de désactiver sereinement le service.<br>
 
Après quelques redémarrages où aucun problème n'est rencontré, il peut être envisagé de complétement désinstaller le service.
 
 
=== abrt* ===
 
Les services abrt* permettent d'automatiser des actions lors du plantage d'une application.
 
==== abrt-ccpp ====
 
'''Description''' Ce service installe un gestionnaire de vidage mémoire (coredump handler) qui enregistre les données des erreurs de segmentation (segfault data).
 
 
'''Présent''' depuis Fedora 15.<br>
 
'''Etat par défaut''' activé.<br>
 
'''Désactivation''' Il peut être désactivé sans conséquence pour le système.<br>
 
'''Arrêt''' Il doit être arrété avant le service abrtd.<br>
 
==== abrt-oops ====
 
'''Description''' Dans certain cas de comportement anormal, le noyau écrit des messages d'erreurs spécifiques appelé "oops".<br>
 
Ce service surveille le journal du système pour détecter ces types de messages puis créer un répertoire pour chaque vidage mémoire en rapport.<br>
 
 
'''Présent''' depuis Fedora 15.<br>
 
'''Etat par défaut''' activé.<br>
 
'''Désactivation''' Il peut être désactivé sans conséquence pour le système.<br>
 
'''Arrêt''' Il doit être arrété avant le service abrtd.<br>
 
==== abrt-vmcore ====
 
Récupération des fichiers de vidage mémoire du noyau (vmcore files).<br>
 
'''Présent''' depuis Fedora 16.<br>
 
'''Etat par défaut''' activé.<br>
 
'''Désactivation''' Il peut être désactivé sans conséquence pour le système.
 
'''Arrêt''' Il doit être arrété avant le service abrtd.
 
==== abrtd ====
 
'''Description''' abrtd est le service qui surveille le plantage des applications.<br>
 
Quand un plantage survient, il rassemble les données présentent lors du plantage (fichier core, la ligne de commande de lancement de l'application, etc).
 
<br>Puis, il prend des mesures en fonction du type de l'application qui s'est plantée et suivant sa configuration.<br>
 
Il existe des extensions pour différentes actions : par exemple, faire un rapport de plantage à Bugzilla. Puis envoyer le rapport par mail, transférer le rapport par FTP ou SCP, ou exécuter une application.
 
 
'''Source''' : https://fedorahosted.org/abrt.<br>
 
'''Présent''' depuis Fedora 12<br>
 
'''Etat par défaut''' activé<br>
 
'''Désactivation''' Il peut être désactivé sans conséquence pour le système, mais les autres services abrt* doivent aussi être désactivés.
 
'''Arrêt''' Il doit être le dernier des services abrt* a arréter.
 
 
 
A COMPLÉTER
 
 
== Autres services ==
 
Dans ce chapitre, nous allons passer en revu différents services souvent utilisés mais qui ne sont pas lancé par défaut.<br>
 
 
A COMPLÉTER
 
 
== Pour aller plus loin ==
 
 
A COMPLÉTER
 
 
 
-------------------------- Ancienne version du tutoriel -------------------------------
 
 
==Préalables==
 
 
Le tutoriel se propose de définir quelques principes de base pour l'activation de services au sein de '''Fedora Core 6.''' Il concerne par ailleurs les versions antérieures sous les réserves suivantes :
 
* Il prend le parti de nommer les services présents dans Fedora Core 6, ces services pouvant être désignés différemment dans les versions antérieures.
 
* Certains services ne sont pas présents dans les versions antérieures (''exemples: mctrans, restorecond, readahead_early, readhead_later...'').
 
* Enfin, des services des versions antérieures ne sont pas reconduits dans Fedora Core 6 (''exemple: pcmcia'').
 
 
On supposera donc pour la suite du document que Fedora Core et Fedora Core 6 sont synonymes...
 
 
{{Note|titre=service|contenu=Au sein du présent document, on entendra par '''service''' un programme qui s'exécute en arrière plan (démon ou ''daemon'' en anglais) et dont le lancement est assuré lors du processus d'initialisation du système. Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Daemon }}
 
 
Les services doivent correspondre à des '''profils d'utilisation''' ; c'est à dire aux finalités d'un système. Ainsi, un système visant uniquement une utilisation bureautique avec un accès Internet et couplé à des outils multimédia n'a pas à lancer des services destinés à supporter des serveurs de messagerie.
 
De la même façon, un système inscrit dans un réseau ne comportant aucun autre système Linux/Unix n'a pas vocation à lancer des services de type RPC (''Remote Procedure Call'' : appel de procédures distantes) (http://fr.wikipedia.org/wiki/Remote_procedure_call) ou NFS (''Network File System'' : partage de fichiers entre systèmes Unix) : http://fr.wikipedia.org/wiki/Network_File_System).
 
 
Il convient d'éviter autant que faire se peut, le lancement de services sans utilisation réelle car :
 
* La procédure de lancement consomme des ressources (mémoire) et du temps CPU et affecte la durée du boot.
 
* La multiplication des services actifs élargit les vulnérabilités d'un système.
 
 
Les services sont gérés par le menu : '''système -> administration -> services''' ou en mode console par :
 
# system-config-services
 
 
Ils sont définis selon les niveaux d'exécution :
 
* Niveau d'exécution 3 : multi utilisateur avec ressources réseau, sans environnement graphique.
 
* Niveau d'exécution 5 : niveau 3 avec environnement graphique.
 
 
Deux actions sont possibles :
 
* Paramétrer le lancement automatique des services à l'initialisation du système ou supprimer son lancement automatique.
 
* Lancer ou arrêter un service qui ne serait pas initialisé automatiquement.
 
 
Attention, un service lancé automatiquement peut être actif et la suppression de son lancement automatique n'induit pas son arrêt.
 
 
Pour lancer ou arrêter un service, les utilisateurs avertis pourront par ailleurs utiliser la commande :
 
# service Nom_Service stop/start/restart/status
 
D'une manière générale, la commande <code>service Nom_Service</code> retournera les options possibles, par exemple pour le service ''httpd'' :
 
# service httpd
 
Syntaxe : httpd {start|stop|restart|condrestart|reload|status|fullstatus|graceful|help|configtest}
 
 
La configuration des services peut être réalisée à l'aide de l'interface <code>system-config-services</code> ou au travers de la commande ''chkconfig'' :
 
# chkconfig Nom_Service on/off
 
 
L'option ''on'' activera le service pour les niveaux d'exécution définis dans le fichier initd (<tt>/etc/init.d/Nom_Service</tt>). L'option ''off'', quant à elle, désactivera le service pour tous les niveaux d'exécution.<br />
 
Il est également possible de lister l'état actuel des services au démarrage avec l'option ''--list'' :
 
# chkconfig --list
 
BackupPC        0:arrêt 1:arrêt 2:arrêt 3:arrêt 4:arrêt 5:arrêt 6:arrêt
 
NetworkManager  0:arrêt 1:arrêt 2:arrêt 3:arrêt 4:arrêt 5:arrêt 6:arrêt
 
NetworkManagerDispatcher        0:arrêt 1:arrêt 2:arrêt 3:arrêt 4:arrêt 5:arrêt 6:arrêt
 
[...]
 
httpd          0:arrêt 1:arrêt 2:marche        3:marche        4:marche        5:marche        6:arrêt
 
[...]
 
 
On constatera dans notre exemple que le service ''httpd'' (serveur web apache) est activé au niveaux d'exécution 3, 4 et 5, tandis que les services ''BackupPC'', ''NetworkManager'' et ''NetworkManagerDispatcher'' ne seront pas lancés.
 
 
==Les profils==
 
{{Note|titre=logique des profils|contenu=Plusieurs profils sont définis. Ils sont appelés à s'additionner, le profil de base étant le point de départ. Ainsi, un système pourra-t-il relever des profils: ''profil de base + certains compléments + profil réseau SAMBA + profil réseau serveur de fichiers Ftp'' }}
 
 
On définira plusieurs types de profils.
 
 
===Profil de base: bureautique, accès Internet, multimédia===
 
 
 
 
 
====Profil de base sans partage de ressources sur le réseau local====
 
 
Le '''profil de base''' comprend l'ensemble minimum des services pour assurer le fonctionnement d'un système. Les services mentionnés doivent donc être activés sauf si la configuration du système ne les requiert pas expressément. A l'inverse, les services suivants peuvent être désactivés après installation du système:
 
 
'''smolt'''
 
 
Smolt permet de collecter des éléments concernant le système et de les transmettre à un serveur central de Fedora, afin d'appuyer un suivi statistique des installations mais aussi de dresser un état des configurations employées.
 
 
'''firstboot'''
 
 
Le service relève de l'installation et assure le lancement de certaines tâches au premier boot après l'installation.
 
 
 
 
=====NetworkManager, NetworkManagerDispatcher=====
 
Gestion des connexions Internet. Les deux services sont nécessaires et configurés d'office si le choix NetworkManager (recommandé) a été fait lors de l'installation. Ils ne permettent qu'une affectation d'adresse IP par DHCP.
 
 
=====acpid=====
 
Gestion avancée de l'énergie. L'ACPI est supporté par le BIOS de toutes les cartes mères récentes.
 
 
=====anacron=====
 
Lancement des tâches automatisées d'administration du système. Anacron est en interaction avec crond. Crond tente de lancer une tâche à une date/heure précise. Si le système n'est pas disponible à cette date, crond ne tentera pas une nouvelle action. Anacron prend alors le relais et lance la tâche dès que possible à compter de la date/heure initialement prévue. Les tâches concernées sont par exemple la compression des fichiers journaux du système.
 
 
=====apmd=====
 
Gestion de la batterie ('''pour ordinateur portable'''). Les évènements sont inscrits dans des journaux. Un arrêt automatique du système, en cas de niveau de batterie faible, peut être paramétré.
 
 
=====auditd=====
 
 
Le service permet de sauvegarder les éléments d'audit produits par le noyau. SELinux utilise le service pour ses événements.
 
 
=====autofs=====
 
Montage automatique des disques et partitions.
 
 
=====ConsoleKit=====
 
 
Le service est essentiel pour supporter plusieurs fonctions: montage automatique des disques, changement d'utilisateurs, Pulse Audio depuis Fedora 8, comme serveur de son.
 
 
=====cpuspeed=====
 
Cpuspeed permet d'activer l'applet qui suit la fréquence du processeur et peut l'ajuster suivant  son usage (faible fréquence en cas de sous-utilisation du processeur). Cette fonction concerne en priorité les ordinateurs portables.
 
 
=====gpm=====
 
Pour permettre le couper / coller en mode console, à l'aide de la souris.
 
 
=====haldaemon=====
 
Hal (''Hardware Adaptation Layer'') est une couche d'abstraction entre le matériel et les logiciels. Il représente les ressources matérielles de façon homogène et unifiée pour faciliter leur administration. Il est ainsi la base de plusieurs autres programmes nécessaires.
 
 
=====iptables=====
 
Iptables est l'interface de programmation de netfilter, le pare-feu de base du système Linux. Les règles sont chargées au lancement du système et peuvent par ailleurs être modifiées en cours. Si  Firestarter est utilisé, iptables ne sera pas chargé car Firestarter redéfinit les règles lors de son lancement.
 
 
=====ip6tables=====
 
 
Idem pour IPv6.
 
 
=====irqbalance=====
 
 
Le service régule la charge écoulée par les différents processeurs d'un système (Intel Core 2 Duo, AMD X2). Le service n'affecte pas cependant les performances d'un système mono processeur.
 
 
=====kudzu=====
 
Kudzu analyse la configuration matérielle de l'ordinateur et en cas de modification, lance les programmes utiles. Il peut être utile même si la config ne change que rarement.
 
 
=====lmsensor=====
 
 
Lmsensor permet de surveiller les différents capteurs de la carte mère comme la température du processeur (utile en priorité pour les ordinateurs portables).
 
 
=====mctrans, restorecond=====
 
Les services sont nécessaires à SELinux (renforcement de la sécurité du système).
 
 
=====mdmpd, messagebus=====
 
Ils sont nécessaires au bon fonctionnement de la supervision des éléments matériels au travers de hal. Sur cet ensemble, s'appuient des utilitaires de l'environnement hal.
 
 
=====network=====
 
Gestion des ressources du réseau dont activation des interfaces réseau lors du lancement du système.
 
 
=====readahead_early, readhead_later=====
 
Services visant à améliorer les performances au démarrage.
 
 
=====smartd=====
 
Supervision des paramètres des disques durs via l'interface SMART. D'éventuels problèmes d'écriture / lecture sont détectés au travers de smartd qui génère alors des alarmes. Ces alarmes peuvent constituer une information précieuse pour prévenir les pertes de données.
 
 
=====syslog=====
 
Enregistrement des événements du système dans les fichiers journaux situés sous /var/log (dont messages. La commande dmesg permet de faire ressortir les éléments inclus dans ce fichier journal).
 
 
=====yum_updatesd=====
 
Service yum qui interroge régulièrement les dépôts déclarés dans /etc/yum.repos/ (voir le tutorial sur [http://doc.fedora-fr.org/YUM_:_Configuration_du_gestionnaire_de_paquets Yum]). Dans le cas où des mises à jour existent, une alarme est affichée par l'applet ''puplet'' figurant sur le tableau de bord, pour proposer une mise à jour. Ce service n'est pas nécessaire : on peut fort bien provoquer manuellement la recherche de mise à jour.
 
 
====Configurations spécifiques====
 
 
Certains systèmes peuvent être équipés de configurations matérielles spécifiques et dès lors, des services particuliers doivent être lancés:
 
 
'''bluetooth, hcid, hidd,  dund, pand'''
 
 
'''Bluetooth''' assure le support de l'interface bluetooth pour les souris, casques, téléphones portables. '''hcid'''  supporte tous les périphériques, '''hidd''' concerne les périphériques de saisie (clavier, souris), '''dund''' la numérotation, '''pand''' la connexion à des interfaces Ethernet depuis une liaison bluetooth.
 
 
'''capi'''
 
 
Pour raccordement à une interface Numeris uniquement (raccordement ISDN).
 
 
'''hidd''' :
 
 
Support d'interface bluetooth
 
 
'''hplip''' :
 
 
Support d'imprimantes laser et jet d'encre HP
 
 
'''ip6tables :'''
 
 
Firewall pour un réseau en IP V6; il est très peu probable que le réseau constitué autour du système soit en IP V6.
 
 
'''irda, irattach'''
 
 
Infra Red Data Association. Gestion des interfaces en liaison infrarouge.
 
 
'''isdn :'''
 
 
En cas de connexion Internet au travers d'un modem RNIS.
 
 
'''mdmonitor :'''
 
 
Ne concerne que les systèmes équipés de disques RAID.
 
 
'''pcscd''' :
 
 
Gestion d'un lecteur de carte à puce (''smart card'') connecté à un port série ou sur l'USB.
 
 
'''qemu , wine''' :
 
 
Cas spécifiques pour l'émulation Windows sous Linux.
 
 
'''xinetd''' :
 
 
Superdémon responsable du lancement de services comme ftp, tftp, telnet...
 
 
===Profil de base avec partage de ressources sur le réseau local===
 
 
Le profil correspond au profil de base + les éléments spécifiques éventuels + les ressources réseau partagées.
 
 
====réseau faisant cohabiter des stations Linux et des stations Windows: samba====
 
 
Le protocole SMB permet à un ensemble de systèmes sous Windows de partager des disques et des imprimantes. Il s'appuie sur le protocole NetBios de Microsoft.
 
 
Samba est destiné à assurer l'intégration d'un système Linux dans un réseau formé de systèmes Windows pour :
 
 
* partager un espace disque, monté sur le système Linux, avec les systèmes Windows;
 
* accéder à des ressources disque partagées d'un système Windows à partir d'un système Linux;
 
* partager une imprimante déclarée sur le système Linux, pour des systèmes Windows;
 
* utiliser une imprimante Windows à partagée à partir d'un système Linux.
 
 
'''smbd:'''
 
 
Le daemon SMB lui-même,
 
 
'''nmbd''':
 
 
Support du serveur de nom NetBIOS aux clients; permet au système Linux de s'inscrire dans le réseau NetBios en s'y déclarant et en interrogeant les autres systèmes.
 
 
'''winbind:'''
 
 
Winbind n'est pas nécessaire à la mise en oeuvre d'un réseau Samba. Winbind permet de faire fonctionner Samba dans un domaine contrôlé par un serveur Windows NT. Winbind récupére les utilisateurs et les groupes du contrôleur de domaine Windows, pour éviter de gérer plusieurs bases de données d’utilisateurs. Il intègre sous Linux la gestion des appels de procédures  Microsoft (RPC calls), la gestion de l'authentification (Pluggable Authentication Modules (PAMs)), et la gestion des noms de service (name service switch (NSS)) pour autoriser les utilisateurs d'un domaine Windows NT à se présenter et agir comme des utilisateurs Linux sur un système Linux (voir http://www.samba.org/samba/docs/man/Samba-HOWTO-Collection/winbind.html).
 
 
'''netfs:'''
 
 
Le montage / démontage de systèmes de fichiers réseaux (nfs, '''smbfs''', '''cifs''', ncpfs, ...).
 
 
====réseau faisant cohabiter des stations Linux: nfs====
 
 
Nfs est un protocole qui permet de partager des fichiers entre différents systèmes Linux/Unix au travers d'un réseau: http://fr.wikipedia.org/wiki/Network_File_System . Un système de fichiers réseau (ou NFS soit Network File System), permet aux différents systèmes d'un réseau de monter des systèmes de fichiers sur un réseau et de les utiliser exactement comme des systèmes de fichiers locaux. Une information complémentaire est apportée à l'adresse suivante: http://web.mit.edu/rhel-doc/4/RH-DOCS/rhel-rg-fr-4/ch-nfs.html
 
 
 
'''nfs:'''
 
 
Le support du protocole. Lance les processus RPC (Remote Procedure Call) appropriés pour répondre aux requêtes pour les systèmes de fichiers NFS partagés. Il s'agit donc du principal service pour un serveur de fichiers NFS. Il n'est pas utile aux clients.
 
 
'''nfslock:'''
 
 
Un service facultatif qui lance les processus RPC appropriés pour permettre aux clients NFS de verrouiller des fichiers sur le serveur.
 
 
'''netfs:'''
 
 
Le montage / démontage de systèmes de fichiers réseaux ('''nfs''', smbfs, cifs, ncpfs, ...).
 
 
'''portmap:'''
 
 
Comme l'indique le manuel, Portmap est un serveur qui convertit les numéros de  programme  RPC  en numéro de ports du protocole DARPA. Il est utilisé par les RPC (remote procedure call) qui sont exploitées au-dessus de Nfs pour le partage des ressources. Il constitue ainsin le service RPC pour Linux ; il répond aux requêtes pour des services RPC et définit des connexions vers le service RPC. '''Il n'est plus utilisé avec NFSv4.'''
 
 
'''rpcgssd/rpcidmapd/rpcsvcgssd:'''
 
 
Ensemble de services supportant Nfs en version 4.
 
 
====Profil service complémentaire de partage de ressources:avahi====
 
 
Avahi est un dispositif qui permet à des programmes, résidant sur un système, de se déclarer sur un réseau et/ou de rechercher des ressources adaptées, sans passer par un ou plusieurs serveurs spécialisés. Ces ressources peuvent être, par exemple, des services d'impression, des services de fichiers, ou des services de chat. Avahi s'appuie sur Zeroconf ou Zero Configuration Networking est le nom d'un ensemble de technologies permettant à plusieurs ordinateurs de communiquer sans configuration (voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Zeroconf).
 
 
Les différentes stations du réseau doivent elles-mêmes mettre en oeuvre Avahi.
 
 
'''avahi-daemon:'''
 
 
Le service qui s'exécute sur un système pour activer le protocole de recherche de service: Zeroconf service discovery.
 
 
'''avahi-dnsconfd'''
 
 
Avahi-dnsconfd permet la connexion entre systèmes pour l'exécution de services.
 
 
===Profil serveur HTTP===
 
 
Il existe plusieurs services permettant d'installer et de configurer un [http://fr.wikipedia.org/wiki/Serveur_HTTP serveur Web ou HTTP]. Un serveur Web répond aux demandes d'un client (navigateur) et lui retourne les fichiers locaux (pages [http://fr.wikipedia.org/wiki/Html HTML] ou autres). Le communication utilise le protocole [http://fr.wikipedia.org/wiki/Http HTTP]
 
 
Bien entendu, un seul service devra être installé et lancé.
 
 
'''httpd'''
 
 
[http://httpd.apache.org/ httpd] est le serveur le plus répandu et le plus utilisé. C'est un projet de la [http://www.apache.org/ Apache Software Foundation], on l'appelle généralement '''Apache''', par association.
 
 
On pourra se référer à [[Installation et configuration d'Apache]]
 
 
'''thttpd'''
 
 
[http://www.acme.com/software/thttpd/ thttpd] est une petit serveur HTTP réputé pour sa simplicité et sa rapidité.
 
 
'''lighttpd'''
 
 
[http://www.lighttpd.net/ lighttpd] est un autre serveur HTTP donc l'objectif est la légéreté.
 
 
'''tclhttpd'''
 
 
[http://tclhttpd.sourceforge.net/ tclhttpd] est encore un autre serveur HTTP écrit en [http://fr.wikipedia.org/wiki/Tool_Command_Language TCL]
 
 
===Profil serveur Messagerie===
 
 
===Profil serveur base de données===
 
 
===Profil serveur de fichiers: ftp ...===
 
 
[[Catégorie:Rédaction en cours]]
 

Version actuelle datée du 22 février 2012 à 14:44