Netcat, connexion client/serveur en bash

De Wiki Fedora-Fr
Révision datée du 21 janvier 2019 à 21:24 par NicolasBerrehouc (discussion | contributions) (Installation : Mise en page + Commande)
Aller à : navigation, rechercher
Par : PatriceFerlet
Note tip.png Aide
Pour lire ce wiki convenablement, merci de lire la page suivante concernant les conventions de nommage.

1 Introduction

On l'intitule souvent "le couteau suisse de net", il sert à beaucoup de choses. Son rôle principal est de permettre l'ouverture de socket en ligne de commande dans un terminal. A l'instar de cat qui permet de lire un fichier, netcat lira un socket, c'est à dire un port réseau.

Utilisé en collaboration à des pipes (fifo), netcat peur répondre à des clients. Il peut aussi être utilisé en association à inetd ou xinetd. Nous verrons cela par la suite.

Pour le moment, commençons par un bref historique, puis voyons les fonctions de bases. Ensuite, nous nous intéresserons à des utilisations particulières comme l'envoi de mail, répondre à un client ou coder un véritable serveur en bash.

La commande exacte est nc, d'où le nom du paquet.

2 Historique

La version 1.1 de netcat date de... 1996 ! et n'a jamais bougé dans sa forme telle que l'avait laissé l'auteur (surnommé Hobbit). Depuis, plusieurs ré-implémentations ont été écrites dont GNU/Netcat (forme POSIX) par Giovanni Giacobbi, et une version Windows. Vous entendrez aussi parler d'autres implémentations nommées "socat", ncat, socket...

Fedora utilise la version OpenBSD, un peu plus complète que la plupart des autres versions. Cela dit, la plupart des options qui vont être présentées par la suite sont valables pour la quasi totalité des version de netcat.

3 Installation

Il suffit de demander l'installation de "nc" :

# dnf install nc

A partir de là, la commande nc est accessible.

4 S'informer

Il est intéressant de lire la page de manuel fournie avec netcat via la commande

man nc

dans un terminal. La page est courte (l'outil est puissant mais surtout simple) et vous y trouverez un bon nombres d'options intéressantes.

Nous pouvons maintenant commencer à tester.

5 Principe de base

nc permet deux type d'action réseau. La première est de se connecter au port d'un hôte, la seconde est d'écouter un port sur une interface.

Pour faire simple, nc permet soit de se connecter à un serveur, soit de créer un serveur.

Pour se connecter à un hôte sur un port, la commande est de la forme:

nc hote port

Par exemple pour se connecter sur le serveur exemple.local au port 10222:

nc exemple.local 10222

Pour écouter un port sur notre installation, par exemple le port 10222:

nc -l 10222

Si vous avez plusieurs interfaces réseau, vous pouvez écouter un port seulement une interface

nc -l 192.168.0.2 10222

Sitôt que le commande est lancé, vous pourrez envoyer des données en tapant sur votre clavier. Pour fermer la connexion, il suffit de presse [CTRL+D]

InProgress tip.png Attention !
Pour vous connecter depuis un autre poste du réseau, pensez à ouvrir le port sur le firewall de la machine serveur.

Il est aussi possible de rediriger le contenu d'un fichier dans netcat ou de récupérer la sortie dans un fichier. L'exemple qui suit permet de transférer un fichier au travers d'un port réseau.

Créez un fichier avec du contenu de cette manière:

cat 1> /tmp/fichiersource << EOF
Contenu de mon fichier
Pour le moment un fichier texte simple...
EOF

Ouvrez un nouveau terminal et tapez la commande:

nc -l 12345 < /tmp/fichiersource

Cette commande ouvre le port 12345 en écoute, si un hôte se connecte alors le contenu du fichier sera envoyé dans le socket. Faisons alors dans un autre terminal:

nc localhost 12345 > /tmp/fichierrecu

Les deux commandes se terminent, regardez le contenu du fichier /tmp/fichierrecu... vous y retrouvez le contenu.

Dés lors vous pouvez imaginer ce que l'on peut faire, par exemple compresser un contenu à l'envoi puis l'envoyer dans le socket pour le récupérer et le décompresser sur une autre machine.

Sur un ordinateur (ou un terminal)

cat /tmp/fichiersource | bzip2  | nc -l 12345

Puis sur une autre machine (ou un autre terminal)

nc localhost 12345 | bunzip2 -c > /tmp/fichierrecu

L'envoi est compressé et passe par le port 12345, il est récupéré et décompressé à la volée, puis enregistré dans un fichier... C'est une méthode simple pour faire transiter des fichiers sur un réseau.

6 Un simple client réseau

Un client réseau permet de se connecter à un serveur via un port (socket) et de communiquer au travers de cette connexion. Par exemple, nous pouvons utiliser netcat pour récuperer une page web, envoyer un email au travers d'un serveur smtp ou encore télécharger un fichier.

6.1 Utilisation de netcat sur HTTP

Notre premier exemple montre comment récupérer la page d'accueil de fedora. Il faut se connecter au port 80 (http) du serveur et utiliser le protocole HTTP pour chercher une page particulière:

nc www.fedoraproject.org 80
GET / HTTP/1.1
Host: fedoraproject.org
User-Agent: netcat
Connection: close 

HTTP/1.1 200 OK
Date: Mon, 26 Jan 2009 19:02:24 GMT
[...]

Pressez bien deux fois la touche [entrée] après la commande "Connection: close". Vous voyez que le serveur a répondu "OK" et vous voyez le code HTML de la page web s'afficher.

6.2 Utilisation de netcat sur SMTP

On peut utiliser netcat pour envoyer un mail en se connectant sur un serveur SMTP

nc server.smtp.org 25
EHLO mondomain.com
MAIL FROM:<me@mail.com>
RCPT TO:<other@domain.org>
DATA
Subject: Test de mail
Ceci est le contenu de mon mail
.
QUIT

Si vous voulez envoyer les commandes depuis un fichier ou en un seul bloc, il faut imposer une pause entre chaque commande le temps que le serveur puisse répondre. Ceci se fait grâce à l'option -i qui spécifie une intervalle entre les envois:

nc -i 1 server.smtp.org 25 << EOF
EHLO mondomain.com
MAIL FROM:<me@mail.com>
RCPT TO:<other@domain.org>
DATA
Subject: Test de mail
Ceci est le contenu de mon mail
.
QUIT
EOF

Ici, une seconde se passe entre chaque commande SMTP effectuée.

7 Serveur réseau avancé

Nous avons vu que netcat peut écouter un port et envoyer des données. La connexion n'est coupée que lorsque l'un des deux points envoie le caractère de fin de fichier (ou avec le raccourci [CTRL+D]).

Par exemple, ouvrons deux terminaux. Dans le premier:

nc -l 12345 

Dans le second terminal

nc localhost 12345

Tapez ensuite des lettres dans l'un des deux terminaux, vous verrez que l'autre point reçoit les lignes chaque fois que la touche [Entrée] est pressée pour envoyer les données.

Pressez [CTRL+D] dans l'une des deux console, et vous remarquerez que la connexion se coupe des deux cotés.

L'idéal serait de pouvoir répondre en fonction de ce que l'un des points de connexion envoie.

Voici une technique qui permettra de faire cela.

En premier lieu, amusons nous à transformer ce que le client envoit au serveur. Dans un terminal, tapez ceci:

nc -l 12345 | sed "s/world/galaxy/"

Puis dans un autre terminal:

nc localhost 12345
Hello the world
the world is great

Regardez dans la console qui a ouvert la connexion, vous allez voir:

Hello the galaxy
the galaxy is great

Avant d'aller plus loin, nous allons exposer le problème. Pour répondre au client, il faut pouvoir lire puis écrire sur le socket. La solution est de passer par un tube de retour appelé "backpipe".

mkfifo /tmp/backpipe
nc -l 12345 < /tmp/backpipe | cat 1> /tmp/backpipe

Ce qu'il se passe ici c'est que le fichier fifo (pipe ou tube) va bloquer la commande tant que:

* le fichier contient une ligne
* le fichier n'est pas lut

Donc dans notre exemple, la sortie standard est envoyé dans le backpipe, la commande nc lit le fichier et renvoit les données dans le socket.

Essayons:

nc localhost 12345
Hello
Hello
Test
Test

Pour le moment, tout se passe bien. Par contre la commande:

nc -l 12345 < /tmp/backpipe | sed "s/world/galaxy/" > /tmp/backpipe

Ne fonctionnera pas. Pourquoi ? Parce que la commande ne fonctionne que sur la lecture d'un flux en tant que fichier et non pas en tant que sortie standard.

La réponse à notre problème est simple, il faut créer un script qui lise réellement la sortie en tant que fichier et écrive dans le backpipe. Voici comment procéder.

On crée un script:

cat 1> /tmp/monscript.sh <<EOF
#!/bin/bash
while read entree
do
   echo \$entree | sed "s/world/galaxy/"
done
EOF
chmod +x /tmp/monscript.sh

Dés lors:

nc -l 12345 < /tmp/backpipe | /tmp/monscript.sh 1> /tmp/backpipe

Essayons:

nc localhost 12345 
Hello the world
Hello the galaxy
Vous voyez le world est beau
Vous voyez le galaxy est beau

Cela fonctionne... on peut alors imaginer un pseudo interpreteur de commande:

cat 1> /tmp/monscript.sh <<EOF
#!/bin/bash
while read entree
do
   if [[ "\$entree" == "ping" ]]; then
      echo "pong"
   elif [[ \$entree == "date" ]]; then
      echo "date du serveur:"
      date
   else
      echo "Commande inconnue, essayez ping ou date"
   fi
done
EOF
chmod +x /tmp/monscript.sh

On peut essayer, dans un terminal:

 nc -l 12345 < /tmp/backpipe | /tmp/monscript.sh 1> /tmp/backpipe

Et dans un autre terminal:

nc localhost 12345 
ping
pong
date
date du serveur:
lun. janv. 26 21:52:02 CET 2009
toto
Commande inconnue, essayez ping ou date

Il est donc possible de créer un serveur en bash mais aussi en php, perl, python ou C... bref tout langage permettant de lire STDIN.