Puppet

De Wiki Fedora-Fr
Révision datée du 3 janvier 2013 à 15:21 par EdouardBourguignon (discussion | contributions) (Configuration)
Aller à : navigation, rechercher
Par : EdouardBourguignon
Article en cours de rédaction ou de modification !
InProgress tip.png
Le présent article est actuellement en cours de rédaction ou de modification.
Adressez-vous à la personne en charge pour toute proposition ou modification.
Auteur / Éditeur : EdouardBourguignon

1 Objectifs

Puppet est un outil permettant la centralisation et le déploiement de configuration sur un parc de machines plus ou moins hétérogène, du moment qu'un client puppet a été développé pour le système d'exploitation utilisé. Le besoin se résume ainsi:

Gérer de manière efficace et centralisée la configuration de plusieurs machines tout en ayant la souplesse de s'adapter aux spécificités de chacune d'entre elles.

Quand il faut gérer un nombre important de serveurs, il est intéressant (voire indispensable) de disposer d'un outil permettant de déployer et de mettre à jour facilement leur configuration. Bien entendu le but ici n'est pas de copier sur X machines une configuration identique, mais bien d'adapter celle-ci au cas par cas. Cela se résume en partie par l'utilisation de modèles de fichiers de configuration, utilisant des variables qui seront adaptées sur chaque machine cible. Certains administrateurs développent leurs propres scripts de configuration, arrivant à peu près à ce genre de résultat, mais avec les inconvénients que cela peut avoir (temps, ressource, maintenance, robustesse, etc). Heureusement, il existe depuis un certain temps des outils plus aboutis répondant à ce besoin particulier, le plus connu étant cfEngine. Mais bien que cfEngine réponde parfaitement à cette tâche, il est un peu trop complexe, ne serait-ce que dans sa syntaxe, le rendant quelque peu hérmétique pour le débutant.

Le but de cet article est donc de découvrir l'alternative offerte par Puppet. Ce dernier a déjà l'avantage de s'appuyer sur le langage Ruby, qui est un langage objet très évolué, mais pour l'utilisateur ce n'est qu'un détail. Le réel avantage de Puppet est de proposer des fichiers de configuration clairs et lisibles, facilement compréhensible. Bref sans connaitre Ruby, la syntaxe de configuration s'appréhende facilement.

2 Fonctionnement

Le schéma de fonctionnement de Puppet est simple, basé sur le modèle classique client/serveur. Il faut un serveur central (appelé PuppetMaster, le maître des marionnettes) et des serveurs à configurer (appelés puppet, les marionnettes) qui exécutent en tâche de fond le client Puppet. Par défaut, les échanges entre le serveur et les clients sont sécurisés via une demande de certificats effectuée lors de la première connexion. Une fois le certificat du client signé par le serveur, les échanges peuvent commencer. Puppet facilite cette gestion des certificats avec un outil dédié à cette tâche (la commande puppetca). Les échanges se font par protocole HTTPS vers le port 8140 par défaut grâce à un moteur interne à PuppetMaster. Ce moteur peut suffire pour une quinzaine de machines, au delà il est conseillé de passer à un moteur plus robuste comme Apache avec mod_passenger.

Sur le serveur PuppetMaster, il faudra définir la ou les configurations à effectuer sur nos machines clientes, comme par exemple la configuration d'un service, la présence d'un paquet ou d'un utilisateur, etc. Ces définitions de configuration correspondent souvent à des tâches répétitives que l'administrateur devait faire sur une ou plusieurs machines. Ensuite ces définitions doivent être attribuer aux machines cibles, appelées nœuds. Ainsi quand le client Puppet du nœud en question interrogera le serveur PuppetMaster, ce dernier lui proposera uniquement les éléments de configuration qu'il doit appliquer. L'identification d'un nœud se fait par son nom d'hôte, qui est authentifié à l'aide du fameux certificat établit lors du premier échange avec le serveur PuppetMaster. L'ensemble de classes de configuration à appliquer à un noeud s'appelle un catalogue. Le catalogue est compilé pour chaque client à chaque requête de celui-ci. Le client récupère son catalogue et l'enregistre en local pour éviter tout problème si le serveur PuppetMaster devait être injoignable.

Le type de configuration à déployer va des cas les plus simples, comme la vérification des permissions sur un fichier, la diffusion d'un même fichier sur l'ensemble du parc etc, aux cas les plus complexes où les fichiers doivent être adaptés en fonction de la machine, voire même exécuter des scripts, installer des paquets, etc. Pour la distribution de fichier, Puppet propose un serveur de fichiers interne, mais simple, dont le contenu est mis à disposition des clients Puppet. Pour savoir si un fichier à été mis à jour coté serveur et doit donc être deployé ou redeployé sur le nœud, celui-ci compare les sommes md5 des fichiers en question. Si elles ne sont pas identiques, le fichier est (re)téléchargé. C'est simple mais efficace. Ce serveur de fichiers fait partie des ressources liées à l'infrastructure nécessaire au fonctionnement du service Puppet. Ces ressources sont disponibles de manière transparente aux clients Puppet, mais peuvent néanmoins être configurées.

Comme nous l'avons indiqué, Puppet suit un modèle centralisé. C'est un point primordial qui implique que la configuration souhaitée d'une machine est celle présente sur le serveur. De fait, le serveur PuppetMaster est omnipotent, il a tout pouvoir, afin que toute modification effectuée sur un client, de manière décentralisée, soit écrasée par la configuration venue du serveur central. Il s'agit d'un avantage important dans le cadre d'une gestion centralisée et fiable. Ceci permet d'être sûr que la configuration sur le serveur, est celle présente sur les clients. Ainsi, et c'est une bonne pratique au final, il faut passer sur le serveur central pour modifier un élément de configuration sur un noeud. Cette pratique permet d'éviter à terme les problèmes de désynchronisation, qui étaient fréquents avec des outils plus artisanaux.

Un des derniers points à connaître sur le fonctionnement de Puppet concerne le sous-élément relatif au modèles de fichier de configuration. Ces templates en anglais, utilisent un langage simple appelé ERB. Afin d'adapter ces templates aux particularités de la machine cliente, il faut un moyen efficace de caractériser celle-ci. C'est le rôle de Facter. Cet outil fournit pour cela une liste assez importante de variables décrivant la machine. Il y a par exemple le nom d'hôte, ses adresses IP, ses interfaces réseaux, son type de système d'exploitation, sa verison de noyau, etc. Toutes ces variables facter sont facilement utilisables dans les templates ERB, et peuvent même être complétées si besoin. Concrètement, le client récupère auprès du serveur central son catalogue de configuration qui peut contenir des templates. Ces éventuels templates sont interprétés sur le client afin que celui-ci, à l'aide de facter, remplace toutes les variables par leur valeur respective. Ainsi un template générique devient spécialisé sur chaque machine. Nous verrons des exemples concrets plus loin.

3 Installation

Cette partie couvre l'installation du serveur et du client Puppet. Il est tout à fait possible d'installer un client puppet sur le serveur puppet.

Note tip.png Résolution de nom
Par défaut, les clients puppet accèdent à leur serveur en s'adressant à la machine puppet, il faut faire en sorte que la résolution pointe bien vers l'adresse IP du serveur puppet. Le plus simple étant d'ajouter la correspondance ip vers le nom d'hôte "puppet" dans le fichier /etc/hosts.

3.1 Installation d'un serveur Puppet

Pour installer la partie serveur: yum install puppet-server

Pour démarrer le service: service puppetmaster start

Pour activer le service au démarrage: chkconfig puppetmaster on

3.2 Installation d'un client Puppet

Pour installer la partie cliente: yum install puppet

Pour démarrer le service: service puppet start

Pour activer le service au démarrage: chkconfig puppet on

4 Autorisation des clients Puppet

Comme nous l'avons vu plus haut, les clients doivent être autorisés à accèder au serveur Puppet. Pour cela, il faut signer les certificats SSL de chaque client Puppet.

Pour lister les certificats en attente de signature sur le serveur Puppet: puppetca --list

Pour signer un certificat: puppetca --sign <nom du client>

Pour révoquer un certificat: puppetca --clean <nom du client>

5 Création d'un premier module Puppet

Ce chapitre aborde la création d'un module puppet simple, pour se familiariser avec la syntaxe. Notre premier module s'appelera "network" et vise à pousser dans un premier temps le fichier de configuration resolv.conf sur tous les clients puppet.

Commençons d'abord par créer un repertoire pour notre modules, l'arborescence est souvant la même:

mkdir -p /etc/puppet/modules/network

Dans ce repertoire, nous allons créer 3 sous repertoires pour contenir la description de notre module (répertoire manifests), les éventuelles fichiers statiques (répertoire files) et dynamiques (répertoire templates) à pousser sur les clients:

mkdir -p /etc/puppet/modules/network/{manifests,templates,files}

Un module puppet est representé par un objet (class), qui porte souvent le même nom, décrit dans un fichier pp présent dans le repertoire manifests. Voici donc notre fichier /etc/puppet/modules/network/manifests/init.pp:

class network {
 file { "/etc/resolv.conf":
  owner => root,
  group => root,
  mode => 644,
  source => "puppet:///network/resolv.conf"
 }
}

C'est très lisible, notre objet network contient un fichier /etc/resolv.conf, dont le propriétaire et groupe est attribué à root, avec un chmod 644, et dont le contenu est disponible via le filebucket de puppet, dans le module network. Il nous reste donc plus qu'à créer ce contenu, dans le fichier /etc/puppet/modules/network/files/resolv.conf:

# Module Network depuis puppet
nameserver 192.168.1.1
search in.domaine.net

Ce contenu est statique, il n'y a aucune variable. Une petite astuce consiste à toujours mettre un commentaire dans les fichiers poussés indiquant que cela vient d'un serveur puppet. Cela évite de faire des modifications sur un client alors que ça va être re-écraser par le service puppet ensuite.

6 Configuration

Pour gérer notre parc de machines, appelé site dans le vocabulaire puppet, commençons pas adapter le fichier /etc/puppet/manifests/site.pp. Ce fichier permet d'indiquer par exemple le nom d'hôte du serveur de fichier interne à puppet (le filebucket), d'indiquer quel gestionnaire de paquets utiliser, etc. Ce qui nous intéresse d'abord ici, c'est l'import d'un fichier décrivant nos noeuds via la ligne import "nodes".

Voici à titre d'exemple un fichier site.pp:

import "nodes"

filebucket { main: server => "puppet" }

# global defaults
File { backup => main }
Exec { path => "/usr/bin:/usr/sbin:/bin:/sbin" }

Package {
 provider => $operatingsystem ? {
  debian => aptitude,
  centos => yum,
  fedora => yum,
 }
}

6.1 Association noeuds modules

Il ne reste plus qu'à définir quels modules appliqués sur quels noeuds/machines. Le fichier /etc/puppet/manifests/nodes.pp sera utilisé pour cela, par exemple pour associer notre module "network" à un client appelé noeud01.mon-domaine. Voici son contenu:

node "noeud01.mon-domaine" {
  include network
}

Par défaut les clients puppet vérifient leur configuration auprès du serveur toutes les 30 minutes. Si vous ne voulez pas attendre, il est possible de forcer le rafraichissement tout simplement en relanceant le service puppet sur le client: service puppet restart