RAID Logiciel: Comment Installer et Gérer un System Raid

De Wiki Fedora-Fr
Révision datée du 4 novembre 2018 à 08:04 par NicolasBerrehouc (discussion | contributions) (Ajout Modèle Guide + Syntaxes + Mise en page)
Aller à : navigation, rechercher
Par : XavierLamien
Avec l'aimable contribution de : NicolasBerrehouc
Note tip.png Aide
Pour lire ce wiki convenablement, merci de lire la page suivante concernant les conventions de nommage.

1 Introduction

Le mot RAID (Redundant Arrays of Inexpensive Disks) désigne des techniques qui permettent de répartir des données sur plusieurs disques durs, plusieurs baies, afin d'améliorer soit la tolérance aux pannes, soit la sécurité des données, soit les performances ou l'ensemble. Nous traiterons ici de la partie RAID logiciel en opposition au RAID matériel.

A noter qu'il est tout à fait possible de créer son RAID logiciel lors de l'installation de Fedora, que ce soit pour le système ou pour du stockage et ce avec ou sans LVM.

1.1 RAID Logiciel et RAID Matériel

Les implémentations des solutions de RAID peuvent être matérielles ou logicielles. Une implémentation matérielle embarque sur une carte électronique (contrôleur RAID), un processeur et le code contenant les algorithmes de gestion de la configuration RAID.

Dans une implémentation logicielle, ces algorithmes sont embarqués dans le code du système d'exploitation et confie l'exécution des algorithmes au processeur.

RAID matériel : Fonctionnalités implémentées sur un contrôleur dédié, pas de surcharge CPU. L'OS voit la grappe comme un simple disque.

RAID logiciel : Les solutions logicielles sont souvent moins coûteuses et il y a pas ou peu de limites de configuration. Le CPU est sollicité.

1.2 Les différents type de RAID

Nous décrirons ici la mise en œuvre des systèmes RAID les plus communs en utilisation personnelle : RAID-0, RAID-1, RAID-5. Il existe plusieurs type de RAID qui combinent différents intérêts, voir la page de Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/RAID_(informatique)#Les_diff.C3.A9rents_niveaux_de_RAID .

En quelques mots :

1.2.1 RAID 0

Le RAID 0, connu sous le nom d'« entrelacement de disques » (striping en anglais) est une configuration permettant d'augmenter significativement les performances de la grappe en faisant travailler les disques durs en parallèle (fonction de votre configuration matériel : 1 seul bus SATA avec 4 disques n'augmenteront pas le débit donc les performances, en revanche 4 bus SATA avec 1 disque par bus augmenteront significativement les performances). Le RAID 0, augmente les performances mais n'apporte aucune protection des données. Si vous perdez un disque de la grappe, vous perdez les données...

1.2.2 RAID 1

En RAID 1 (aussi appelé mirroring ou miroir), chaque disque constituant la grappe (ou matrice) de disque est une copie exacte de tous les autres disques. Quand une écriture est effectuée, la donnée est écrite sur tous les disques en même temps. Quand une lecture est effectuée, la donnée n'est lue que sur un seul disque. Une matrice (ou grappe) RAID-1 contient au minimum deux disques durs. Les données étant répliquées sur tous les disques de la matrice, le RAID-1 vous offre une sécurité des données en cas de perte d'un disque dur (la probabilité que les deux disques soient en panne en même temps étant faible). En cas de perte d'un disque de la grappe RAID-1, le système continue de fonctionner et les performances ne sont pas dégradées. Attention, il ne faut considérer que c'est une sauvegarde.

1.2.3 RAID 5

Le RAID 5, combine la méthode RAID-0 (striping) à une parité répartie sur tous les disques de la grappe de façon circulaire. La parité, est incluse à chaque écriture et se retrouve répartie sur les différents disques constituant la grappe. Chaque disque contient des blocs de données utiles et des blocs de parité. Les blocs de parité permettent de recalculer les données manquantes (en utilisant les autres blocs de données) le cas échéant (perte d'un disque). Le RAID-5 est constitué d'un minimum de 3 disques. La capacité utile d'une grappe RAID-5 est égale à la sommes des capacités unitaire des disques (en se basant sur le plus petit de la grappe) moins un. Ainsi 3 disques de 500Go offrent une capacité utile de stockage de 1To et 5 disques de 500Go offrent une capacité utile de stockage de 2To.

2 Installation

2.1 Pré-requis

Avant tout, il faudra s'assurer d'avoir les outils nécessaires d'installés, à savoir :

  • util-linux pour la commande fdisk ;
  • coreutils pour la commande mknod ;
  • e2fsprogs pour la commande mke2fs ;
  • mdadm pour la commande mdadm.
# dnf install util-linux coreutils e2fsprogs mdadm

Ensuite il faudra démarrer le service qui s'occupera de la surveillance et de la gestion du RAID :

# systemctl start mdmonitor.service
# systemctl enable mdmonitor.service
# systemctl status mdmonitor.service

2.2 Préparation des Disques physiques

Note tip.png Disques > 2To
Pour les capacités de disques supérieures à 2To, il conviendra d'utiliser gdisk pour pouvoir gérer le partitionnement de type GPT au lieu de MBR.

Premièrement, nous vérifierons la présence des disques avec lesquels nous souhaitons créer un système RAID. Il conviendra donc d'utiliser la commande FDISK pour cela :

# fdisk -l

Il en résultera une sortie proche de celle-ci, excepté bien sûr les détails sur les disques (tailles, block, cylindre, etc) :

Disk /dev/sdc: 251.0 GB, 251000193024 bytes
255 heads, 63 sectors/track, 30515 cylinders
Units = cylinders of 16065 * 512 = 8225280 bytes

  Device Boot      Start         End      Blocks   Id  System


Disk /dev/sdd: 251.0 GB, 251000193024 bytes
255 heads, 63 sectors/track, 30515 cylinders
Units = cylinders of 16065 * 512 = 8225280 bytes
 
  Device Boot      Start         End      Blocks   Id  System

Il nous faudra maintenant, les installer en créant pour chacun une partition.

# fdisk /dev/sdc

Étant donné que nos disques sont vierges de toute manipulation antérieure, nous pourrons directement lancer la création. Dans le cas contraire, il conviendra de supprimer/formater toutes les partitions précédentes.

Une fois dans <fdisk>, la commande "m" permettra d'afficher l'aide sur les différentes commandes. Pour créer une nouvelle partition, la commande "n" sera donc utilisée comme ci-dessous :

The number of cylinders for this disk is set to 30515.
There is nothing wrong with that, but this is larger than 1024,
and could in certain setups cause problems with:
1) software that runs at boot time (e.g., old versions of LILO)
2) booting and partitioning software from other OSs
  (e.g., DOS FDISK, OS/2 FDISK)

Command (m for help): n

Ensuite, le choix de la partition se portera sur la partition primaire par la commande "p" :

Command action
  e   extended
  p   primary partition (1-4)

Nous sélectionnerons ici qu'une partition sur les 4 disponibles en "primary partition" en utilisant la capacité maximale comme ci-dessous :

Partition number (1-4): 1
First cylinder (1-30515, default 1): 1
Last cylinder or +size or +sizeM or +sizeK (1-30515, default 30515): 
Using default value 30515

Nous terminerons par le code du type de partition à assigner par la commande "t", puis le choix du type de partition système qui, se fera par la commande "fd" comme ci-dessous :

Command (m for help): t
Selected partition 1
           
Hex code (type L to list codes): fd
Changed system type of partition 1 to fd (Linux raid autodetect)

Afin de s'assurer que tout soit correct avant d'écrire les modification, il sera possible d'utiliser la commande "p". Puis il suffira d'utiliser la commande "w" pour écrire la nouvelle table de partition :

Command (m for help): w
Note tip.png A noter
Cette procédure sera à réaliser sur chacun des disques composant la grappe RAID.

Vous pourrez par la suite vérifier le résultat avec la commande fdisk, de la même manière que précédemment, comme ci-dessous :

# fdisk -l
Disk /dev/sdc: 251.0 GB, 251000193024 bytes
255 heads, 63 sectors/track, 30515 cylinders
Units = cylinders of 16065 * 512 = 8225280 bytes

  Device Boot      Start         End      Blocks   Id  System
/dev/sdc1               1       30515   245111706   fd  Linux raid autodetect

Disk /dev/sdd: 251.0 GB, 251000193024 bytes
255 heads, 63 sectors/track, 30515 cylinders
Units = cylinders of 16065 * 512 = 8225280 bytes

  Device Boot      Start         End      Blocks   Id  System
/dev/sdd1               1       30515   245111706   fd  Linux raid autodetect

2.3 Préparation du Disque RAID

Cette étape nous permettra de créer notre périphérique (disque md0) qui accueillera notre système RAID-1 (pour cette exemple).

  • Pour cela nous utiliserons la commande mknod comme suit :
# mknod /dev/md0 b 9 20
  • Initialisation du disque RAID-1 :
# mdadm -C /dev/md0 -l 1 --raid-device=2 /dev/sdc1 /dev/sdd1

L'option -C (create) permet de créer le raid.

L'option -l (ou --level) permet de définir le type de RAID que l'on souhaite créer [0,1,0+1,5,10,...].

L'option --raid-device (périphérique RAID) vous l'aurez compris, permet de définir le nombre de disques utilisé.

Si tout se passe bien, il en résultera ce qui suit :

mdadm: array /dev/md0 started.


  • On pourra par la suite vérifier le résultat de la commande précédente par celle ci :
# cat /proc/mdstat 

Personalities : [raid1] [raid6] [raid5] [raid4] 
md0 : active raid1 sdd1[1] sdc1[0]
     245117312 blocks [2/2] [UU]
     [>....................]  resync =  3.9% (9777216/245117312) finish=85.8min speed=45680K/sec

Comme vous pouvez le constater, le raid est en place et en pleine synchronisation disque, md0

2.4 Mise en place du Disque RAID

Pour réaliser cela, il conviendra donc de créer notre système de fichiers comme suit :

# mkfs.ext4 -c -j -L <nom_du_disque> /dev/md0
mke2fs 1.43.4 (31-Jan-2017)
Filesystem label=dataraid
OS type: Linux
Block size=4096 (log=2)
Fragment size=4096 (log=2)
30654464 inodes, 61279328 blocks
3063966 blocks (5.00%) reserved for the super user
First data block=0
Maximum filesystem blocks=0
1871 block groups
32768 blocks per group, 32768 fragments per group
16384 inodes per group
Superblock backups stored on blocks: 
       32768, 98304, 163840, 229376, 294912, 819200, 884736, 1605632, 2654208, 
       4096000, 7962624, 11239424, 20480000, 23887872

Writing inode tables: done                            
Creating journal (32768 blocks): done
Writing superblocks and filesystem accounting information: done

This filesystem will be automatically checked every 29 mounts or
180 days, whichever comes first.  Use tune2fs -c or -i to override.

Voilà, maintenant notre système de fichiers et notre journalisation créée, nous pourrons vérifier l'état du disque de la manière suivante :

# fdisk -l /dev/md0
 
Disk /dev/md0: 251.0 GB, 251000127488 bytes
2 heads, 4 sectors/track, 61279328 cylinders
Units = cylinders of 8 * 512 = 4096 bytes

Vous constaterez qu'il n'y a pas de partition 1, 2, 3 ou plus. Ce qui est tout à fait normal. md0 étant en gros un périphérique d'interface (géré par mdadm) sur les partitions systèmes des disques précédemment configurées.

3 Configuration

3.1 Automatiser le montage du Disque RAID

Il suffira de rajouter dans la table du système de fichier /etc/fstab les informations concernant le disque :

  • Chemin du périphérique ;
  • Chemin du point de montage désiré ;
  • Type de système de fichier ;
  • Option au démarrage ;
  • État de fsck (contrôleur de système de fichiers disques) au démarrage.
/dev/md0       /mnt/RAID1      ext4    defaults        1 0 

Il conviendra par la suite, de mettre à jour notre table RAID comme suit :

# mdadm --detail --scan > /etc/mdadm.conf

4 Gestion d'un Système RAID présent

Dans cette section, nous montrerons comment gérer et superviser un system RAID déjà en place. Nous partirons du principe que chaque disque ne contient qu'une seule partition. En cas de partitions multiples, il faudra donc appliquer les commandes pour chacune d'elles si l'on souhaite ajouter ou retirer un disque.

4.1 Administration de base

  • Informations sur le statut du RAID :
# cat /proc/mdstat
  • Lister les RAID présents sur le système :
# mdadm --detail --scan
  • Lister les informations détaillées d'une grappe :
# mdadm --detail /dev/md0

4.2 Ajouter un disque

Ce dernier devra posséder le même partitionnement afin de pouvoir être intégré dans la grappe RAID. Par conséquent le disque devra avoir une capacité égale ou supérieure (la capacité totale du disque ne sera alors pas utilisée).

La table de partitionnement sera récupérée d'un disque de la grappe RAID puis copiée sur le nouveau disque à l'aide de sfdisk et de l'option -d (dump) :

# sfdisk -d /dev/sdc > part_sdc.out
# sfdisk /dev/sdv < part_sdc.out

Puis reste à ajouter le disque à la grappe RAID :

# mdadm /dev/md0 --add sdv1

Dans le cas de ce tutoriel la grappe RAID est constituée de 2 disques sur un RAID1, par conséquent si les 2 disques sont bons alors ce nouveau disque sera en "Spare". Sinon la synchronisation commencera automatiquement et il sera possible de suivre l'état d'avancement :

# cat /proc/mdstat

4.3 Supprimer un disque

Avant toute suppression d'un disque, il faudra au préalable indiquer au gestionnaire l'état du disque :

# mdadm /dev/md0 --set-faulty /dev/sdc1
# mdadm /dev/md0 --remove /dev/sdc1

4.4 Remplacer un disque

L'opération de remplacement consistera à effectuer l'opération de suppression d'un disque puis d'ajout.

4.5 Ajouter un disque dit, Spare

Un disque dit "Spare" est un disque de secours, permettant en cas de panne de l'un des disques de la grappe RAID, de le remplacer sans intervention humaine.

Nous aurions pu aussi le rajouter dès la création de la grappe RAID :

 # mdadm -C /dev/md0 -l 1 --raid-device=2 /dev/sdc1 /dev/sdd1 --spare-devices=1 /dev/sdv1

4.6 Augmenter la grappe

Il est possible de passer d'une grappe de 2 à 3 disques.

Par exemple, pour ajouter le disque déjà présent en "Spare" il suffira de redéfinir le nombre de disques :

# mdadm /dev/md0 --raid-device=3

La prise en compte sera immédiate et la synchronisation commencera.

4.7 Ne plus utiliser un disque dans une grappe RAID

mdadm écrit les informations relatives au volume dans un "superblock" sur chaque disque. Pour examiner les informations du "superblock" :

# mdadm --examine /dev/sdc1

Les "superblock" sont persistants, même après retrait d'un disque d'une grappe RAID. Pour le supprimer, opération indispensable avant de réutiliser le disque dans une grappe RAID :

# mdadm --zero-superblock /dev/sdc1

4.8 Être informé par mail

Il est possible d'être informé par mail d'un problème sur la grappe RAID en modifiant l'option MAILADDR dans le fichier /etc/mdadm.conf. Cependant il faudra qu'à minima un serveur de mail soit actif sur cette machine.

MAILADDR root@mydomain.tld

Pour tester le bon fonctionnement sans faire de manipulations hasardeuses :

# mdadm --monitor --scan --test --oneshot