SSD cache

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Article en cours de rédaction ou de modification !
InProgress tip.png
Le présent article est actuellement en cours de rédaction ou de modification.
Adressez-vous à la personne en charge pour toute proposition ou modification.
Auteur / Éditeur : EdouardDuliege
Par : EdouardDuliege

1 Introduction

Certains utilisateurs sont contraints d'utiliser Windows pour certaines applications. Par exemple, Powerpoint (Libreoffice déforme les figures), les formulaires pdf (ils font planter Adobe Reader sous wine) et le traitement des photos au format RAW. Bien que des solutions de virtualisation existent, certains utilisateurs préfèrent disposer d'un double boot.

Le but de cet article est de déplacer un système double boot Fedora/Windows d'un disque dur à plateaux vers un SSD, puis d'accélérer le disque à plateaux par l'utilisation de lvm-cache sur le SSD.

2 Déplacement de Windows

Dans cette première partie, on va commencer par migrer l'intégralité de Windows sur le SSD.

2.1 Activation de l'AHCI

L'AHCI est nécessaire pour activer la technologie TRIM qui améliore les performances du SSD. Par défaut, il n'est pas activé dans le bios et windows ne démarrera plus si on le change sans précautions.

Comme indiqué dans ce tutoriel, il suffit de donner la valeur 0 aux clés suivantes de la base de registre :

HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\services\msahci = 0
HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\services\pciide = 0

Il faut ensuite :

  1. éteindre l'ordinateur
  2. débrancher le câble d'alimentation
  3. brancher le SSD sur le premier port sata
  4. redémarrer l'ordinateur
  5. modifier dans le bios ide --> ahci
  6. régler l'ancien disque en tant que premier périphérique de démarrage

Une fois sous Windows, le SSD est détecté et il est nécessaire de redémarrer à nouveau. Dans la foulée, un certain nombre de paramètres peuvent être réglés pour améliorer l'efficacité du ssd sous Windows, en utilisant avec TweakSSD.

2.2 Copie des données Windows

Il peut être avantageux d'utiliser Macrium Reflect, qui présente l'avantage de pouvoir redimensionner les partitions tout en les copiant.

Par exemple, on a donc la répartition suivante sur le SSD :

  • sda1 : 128 Mo, Microsoft Reserved
  • sda2 : 100 Go, Windows
  • sda3 : 500 Mo, Boot
  • libre  : 149 Go

3 Déplacement de Linux

Dans cette deuxième partie du tutoriel, nous allons mettre le cœur du système linux sur le SSD.

3.1 Partitionnement

Il est maintenant possible de régler dans le BIOS le SSD comme premier périphérique de démarrage et d'utiliser un live CD Fedora pour réorganiser les partitions. Un outil simple à utiliser est gparted.

On va créer deux partitions sur sda :

  • sda4 : 150 Go, extended ; c'est le nombre maximum de partitions primaires avec un disque MBR.
  • sda5 : 150 Go, lvm2 ; le choix de la partition étendue permet de pouvoir disposer en cas de besoin d'une partition supplémentaire.

Il faut ensuite désactiver la partition lvm sur sdb :

# swapoff /dev/fedora/swap

Puis clic droit / désactiver dans gparted.

On va supprimer les partitions windows sur l'ancien disque, à savoir sdb1 (Microsoft Reserved) et sdb2 (Windows), ainsi que sdb3 (boot). Il ne reste donc que sdb4 qui contient les partitions linux en lvm, si vous avez fait une installation de fedora par défaut.

  • sdb1 : inexistant
  • sdb2 : inexistant
  • sdb3 : inexistant
  • sdb4 : lvm avec root, home et swap

Il semble que gparted ne permet pas de modifier la numérotation des partitions. Comme il n'est pas très logique de commencer par 4, nous allons donc déplacer l'ensemble de la partition au début du disque puis créer à droite une petite partition de 10 Go que l'on supprimera par la suite après avoir changé la numérotation grâce à fdisk.

# fdisk /dev/sdb
p --> liste les partitions
x --> extra fonctionnalités - experts
f  --> fixer l'ordre des partitions
p --> vérifie
d --> 2 --> supprimer la partition de 10 Go
w --> sauver

Il est maintenant possible de retourner dans gparted et d'agrandir sdb1 pour qu'elle occupe tout le disque.


3.2 Préparation du système de fichier root

On va utiliser LVM qui permet entre autre d'agrandir à chaud un système de fichier et d'avoir une partition répartie sur plusieurs disques. Le principe en est le suivant : une partition lvm représente un Physical Volume (PV). Un ou plusieurs PV forment un Volume Group (VG) qui contient un ou plusieurs Logical Volume (LV), qui lui même contient le système de fichier (ext4, xfs,...). J'avoue, ce n'est pas simple. Pour ceux qui sont avides de plus d'information, voir cet article.

Pour voir l'état actuel :

# pvs
# vgs --> dans notre cas le VG s'appelle fedora
# lvs

On peut maintenant préparer l'emplacement pour root sur le SSD :

# pvcreate /dev/sda5 --> on rend disponible le PV
# vgextend fedora /dev/sda5 --> on agrandit le VG fedora


3.3 Copie de root

On commence par copier les fichiers puis on redimensionne l'espace alloué. L'option --resisefs de lvresize permet de redimensionner à la fois le LV et le système de fichier ext4 qui se trouve dedans. On notera qu'il est nécessaire de convertir en puissance de 2 (1024) la taille à allouer.

# lvconvert -m 1 /dev/fedora/root /dev/sda5 --> création d'un miroir
# lvconvert -m 0 /dev/fedora/root /dev/sdb1 --> suppression de l'original
# lvresize --resizefs -L 79.16G /dev/fedora/root --> = 85/(1.024^3)

3.4 Copie de root - alternative sans lvm

Si vous préférez ne pas utiliser lvm pour root, commencez par créer une partition sda6 en ext4 avec gparted puis copiez le contenu (cf article).

# mkdir /mnt/old
# mkdir /mnt/new
# mount /dev/fedora/root /mnt/old
# mount /dev/sda6 /mnt/new
# cp -afv /mnt/old/* /mnt/new/ --> ne pas oublier l'étoile après old
# umount /mnt/old
# umount /mnt/new
# lvremove /dev/fedora/root --> suppression des données

4 Optimisation du HDD

Après avoir déplacé la partition root, il est maintenant temps de s'attaquer aux répertoires home et swap.

4.1 Défragmentation des données

Pour mémoire, après les commandes précédentes, le disque dur sdb ne contient qu'une seule partition lvm avec uniquement le home et le swap. Windows et la partition racine de Fedora sont maintenant sur le disque SSD. Par contre, le lvm n'utilise qu'une partie de la partition. Il faut donc l'agrandir :

# pvresize

Afin de voir la répartition physique des fichiers sur la partition, on utilise pvdisplay.

# pvdisplay --maps /dev/sdb1

On constate avant tout qu'une partie des Physical Extends (PE) est libre. En effet, les LV n'occupent pas la totalité de l'espace. On remarque également que les fichiers ne sont pas forcément répartis linéairement, et qu'il peut y avoir des espaces entre eux. Les fichiers eux-même sont très peu fragmentés, mais la mauvaise répartition des PE va entrainer des ralentissements de lecture pour deux fichiers sensés être proches.

Nous allons dans un premier temps déplacer le swap en début de disque, c'est à dire à l'extérieur des plateaux, là où la vitesse de lecture est la plus élevée. Cette commande permet de faire de la place en début de disque en déplaçant les fichiers vers un espace libre, puis de mettre le swap à la place.

# pvmove /dev/sdb1:0-1908 /dev/sdb1:117324-119233 --alloc anywhere
# pvmove /dev/sdb1:100000-101908 /dev/sdb1:0-1908 --alloc anywhere

A la fin de l'opération, pvdisplay donne le nombre de PE non attribués, que l'on va utiliser pour agrandir le répertoire home, avec le signe + devant :

# lvresize --resizefs --extends +12736 /dev/fedora/home /dev/sdb1

4.2 Mise en cache du répertoire home sur le SSD

Le répertoire home étant prêt, il est possible d'accélérer les fichier les plus fréquemment accédés en les stockant sur le SSD (source). LVM-cache est préféré à DM-cache, car ce dernier est moins flexible et nécessite d’exécuter un fichier au démarrage de l'ordinateur pour avoir l’accélération writeback. D'après cette page, l'algorithme utilisé par défaut par lvm-cache pour choisir les fichiers à accélérer (cache policy) est smq (stochastic multiqueue), qui semble performant.

Au préalable, on vérifie que la partition sda5 du SSD est bien contiguë. Si ce n'est pas le cas, on utilise pvmove comme précédemment.

# pvdisplay --maps /dev/sda5

L'activation du cache SSD se fait en une seule commande. Le mode writeback augmente la rapidité. La taille de 59.5 GiB correspond à 64 GB / (1.024^3) auxquels on a retiré 0.1 GiB pour le stockage des métadonnées du cache.

# lvcreate --type cache --cachemode writeback -L 59.5G -n ssd_cache /dev/fedora/home /dev/sda5

On vérifie que le cache est bien activé :

# lvs
LV   VG     Attr       LSize   Pool        Origin       Data%    Meta%    Move Log Cpy%Sync Convert
home fedora Cwi-aoC--- 458,30g [ssd_cache] [home_corig] 12,72    23,67    0,00            
root fedora -wi-ao----  79,49g                                                                 
swap fedora -wi-ao----   7,46g

Pour suspendre et reprendre le cache :

# lvconvert --splitcache fedora/home --> suspendre
# lvconvert --cache --cachemode writeback --cache-pool fedora/ssd_cache fedora/home --> reprendre

Pour supprimer le cache :

# lvconvert --uncache /dev/fedora/home

5 Problèmes lors du reboot

Toutes les partitions étant prêtes, il semble possible de quitter le live DVD Fedora où nous sommes depuis la partie II. Il reste toutefois quelques problèmes à régler. Pour toute cette partie, nous allons effectuer un chroot, c'est à dire que nous allons travailler sur les fichiers du disque, tout en démarrant avec le live DVD.

# mount /dev/fedora/root /mnt
# mount /dev/sda3 /mnt/boot
# mount --bind /dev /mnt/dev
# mount -t proc /proc /mnt/proc
# mount --bind /run /mnt/run
# mount -t sysfs /sys /mnt/sys
# chroot /mnt

5.1 fichier /etc/fstab

Les partitions ayant changé, il est nécessaire de vérifier ce fichier pour pouvoir démarrer. Les noms /dev/mapper doivent refléter les noms des systèmes de fichier choisis pour root, home et swap. En voici un exemple :

/dev/mapper/fedora-root /                       ext4    defaults        1 1
UUID=1902a9cc-3ba8-40d8-9b4a-60e74951d155 /boot ext4    defaults        1 2
/dev/mapper/fedora-home /home                   ext4    defaults        1 2
/dev/mapper/fedora-swap swap                    swap    defaults        0 0

L'UUID de /boot (/dev/sda3) est obtenu avec la commande :

# blkid /dev/sda3

5.2 Fichier /etc/default/grub

Voici un fichier qui fonctionne :

GRUB_DEFAULT=0
GRUB_TIMEOUT=10
GRUB_DISTRIBUTOR="Fedora"
GRUB_CMDLINE_LINUX="SYSFONT=latarcyrheb-sun16 KEYTABLE=fr LANG=fr_FR.UTF-8"
GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT="rhgb quiet"


5.3 GRUB2

Il est nécessaire de reconstruire le gestionnaire de démarrage. L'option --recheck permet de relire la table de partitions et de recréer le fichier /boot/grub/device.map .

# grub2-mkconfig -o /boot/grub2/grub.cfg
# grub2-install --recheck /dev/sda

À ce stade, Windows devrait pouvoir démarrer sans problème et Minux devrait s'arrêter avec une erreur :

Reached target Paths
Warning: /dev/mapper/fedora-root does not exist
Dracut


5.4 Initramfs

L'erreur ci-dessus provient du fait que la partition lvm contenant root a été déplacée. Il est donc nécessaire de reconstruire le fichier /boot/initramfs. A ce sujet, voir cette page.

# mkinitrd -f -v /boot/initramfs-$(uname -r).img $(uname -r)

ne fonctionnera pas. En effet, $(uname -r) renvoie le kernel du Live DVD, plus ancien que les kernels disponibles sur le SSD, ce qui causera l'erreur :

Reached target Encrypted Volumes
Warning: /dev/mapper/fedora-home does not exist
Emergency mode


Il faut donc commencer par repérer le kernel le plus récent dont on dispose puis on peut construire initramfs à partir de celui-ci.

# ls /lib/modprobe.d/
4.4.7-300.fc23.x86_64  4.4.8-300.fc23.x86_64  4.4.9-300.fc23.x86_64 4.4.9-300.fc23.x86_64
# mkinitrd -f -v /boot/initramfs-4.4.9-300.fc23.x86_64.img 4.4.9-300.fc23.x86_64

Enfin, pour sortir du chroot, on suit l'ordre inverse :

# exit
# umount /mnt/sys
# umount /mnt/run
# umount /mnt/proc
# umount /mnt/dev
# umount /mnt/boot
# umount /mnt

Voilà, normalement tout devrait fonctionner correctement. On peut donc redémarrer pour profiter du SSD, du home accéléré et faire des tests de vitesse !

6 Références

Catégorie:Matériel