SSH : Se protéger des attaques avec fail2ban : Différence entre versions

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
(Configurer fail2ban : Ajout commentaires + prompt + Orthographe + Syntaxe)
(Activer le service au démarrage : Complément informations)
Ligne 62 : Ligne 62 :
  
 
==Activer le service au démarrage==
 
==Activer le service au démarrage==
Ensuite, pour activer le service :
+
Ensuite, il faudra démarrer le service et s'assurer que tout est bon :
  # systemctl enable fail2ban
+
  # systemctl start fail2ban.service
  # systemctl start fail2ban
+
  # systemctl status fail2ban.service
 +
 
 +
Si tout est correct alors il restera à activer le service pour qu'il soit actif même après un redémarrage :
 +
# systemctl enable fail2ban.service
  
 
== Suivi des rapports d'activé de Fail2ban==
 
== Suivi des rapports d'activé de Fail2ban==

Version du 12 février 2021 à 11:23

Par : GuillaumeKulakowski
Avec l'aimable contribution de : NicolasBerrehouc
Article en cours de rédaction ou de modification !
InProgress tip.png
Le présent article est actuellement en cours de rédaction ou de modification.
Adressez-vous à la personne en charge pour toute proposition ou modification.
Auteur / Éditeur : NicolasBerrehouc

1 Problématique

Avoir un accès SSH est bien pratique pour accéder à son ordinateur à distance ; sécuriser cet accès, c'est encore mieux.
Nous n'aborderons pas ici les questions relatives à un choix judicieux de mot de passe, mais la question du compte root.

Pour des raisons de sécurité, ce compte ne doit pas être directement accessible par SSH ; un utilisateur doit se loguer sur un compte normal, puis se loguer en root.
Pour couper l'accès direct au compte root, une modification de paramètre sera à appliquer dans le fichier /etc/ssh/sshd_config :

PermitRootLogin no

Cependant, certaines personnes mal intentionnées ou des vers tenteront quand même de forcer le compte root (même si ce n'est pas possible) d'une connexion SSH ouverte, on appelle ça l'attaque par force brute.
La solution est alors de mettre en place un système de bannissement automatique qui bannit une IP au bout de x tentatives et cela pendant une durée déterminée.

2 Vérifier si on cherche à forcer mon compte root

Une des solutions est de compter le nombre d'authentifications échouées :

# journalctl | grep "Failed password for root" --count

Et d'en analyser la liste :

# journalctl | grep "Failed password for root"

Il est bien évidemment possible d'effectuer les mêmes recherches en changeant le nom d'utilisateur ou en retirant simplement le nom d'utilisateur pour obtenir une liste globale des tentatives.

3 Fail2ban

Fail2ban est un script tournant en tâche de fond et qui va vérifier si des tentatives d'authentification via SSH (ou d'autres services) échouent ; et en cas d'attaque (tentative de connexion infructueuse) bannir l'IP grâce à firewalld.

Fail2ban est présent dans le dépôt fedora ; pour l'installer :

# dnf install fail2ban fail2ban-firewalld fail2ban-systemd

Il existe un paquet fail2ban-all qui installe tous les paquets liés à Fail2ban et ses dépendances.

4 Configurer Fail2ban

Une fois installé, il faut le configurer par le biais d'une copie du fichier /etc/fail2ban/jail.conf afin de garder sa configuration en cas de mise à jour :

# cp /etc/fail2ban/jail.conf /etc/fail2ban/jail.local 

Ajouter les modifications dans /etc/fail2ban/jail.local. Le fichier étant très bien documenté, nous allons juste nous attarder sur les paramètres les plus importants :

maxfailures = 5

C'est le paramètre qui détermine le nombre de tentatives autorisées.

bantime = 600

C'est la durée du bannissement en secondes, par défaut définie à 10 minutes (600 secondes).

ignoreip = 192.168.0.0/16

Ce paramètre est important puisqu'il détermine les IP qui ont le droit de se tromper de mot de passe. Vous pouvez mettre votre réseau local ainsi que d'autres IP.


Puis on trouve une section JAILS où il serait possible d'activer chaque jail directement dans ce fichier par le paramètre enabled = true mais par commodité dans la gestion de ses jails nous utiliserons la localisation /etc/fail2ban/jail.d/. En effet, le fichier /etc/fail2ban/jail.local contient les paramètres uniques pour tous les jails présentes ou non dans ce fichier. L'utilisation de fichiers indépendants pour chaque service à surveiller permet d'ajuster les paramètres type bantime, findtime, maxretry, etc selon ce que l'on souhaite.

Exemple pour ssh dans le fichier /etc/fail2ban/jail.local :

[sshd]

# To use more aggressive sshd modes set filter parameter "mode" in jail.local:
# normal (default), ddos, extra or aggressive (combines all).
# See "tests/files/logs/sshd" or "filter.d/sshd.conf" for usage example and details.
#mode   = normal
enabled = true
port    = ssh
logpath = %(sshd_log)s
backend = %(sshd_backend)s

5 Activer le service au démarrage

Ensuite, il faudra démarrer le service et s'assurer que tout est bon :

# systemctl start fail2ban.service
# systemctl status fail2ban.service

Si tout est correct alors il restera à activer le service pour qu'il soit actif même après un redémarrage :

# systemctl enable fail2ban.service

6 Suivi des rapports d'activé de Fail2ban

Pour voir le rapport d'activité :

cat /var/log/fail2ban

Pour suivre en temps réel les 30 dernières lignes (remplacer 30 par le nombre de ligne que vous voulez afficher) :

tail -f -n 30 /var/log/fail2ban

Pour ne voir que les ip bannis :

cat /var/log/fail2ban | grep "ban"

ou

tail -f -n 30 /var/log/fail2ban | grep "ban"

7 Aller plus loin