Sudo : Différence entre versions

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
(Précision sur visudo)
(Mise en ligne)
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{EnCours|auteur=WilliamHoffmann}}
 
 
{{Auteur|WilliamHoffmann}}
 
{{Auteur|WilliamHoffmann}}
 
  
 
{{Citation|auteur=William Hoffman|contenu=« Il y a deux sortes d’administrateurs sous Linux : ceux qui ont cassé quelque chose en root et ceux qui vont le faire !! »}}
 
{{Citation|auteur=William Hoffman|contenu=« Il y a deux sortes d’administrateurs sous Linux : ceux qui ont cassé quelque chose en root et ceux qui vont le faire !! »}}
Ligne 117 : Ligne 115 :
 
Autant se logger en root !!
 
Autant se logger en root !!
  
[[:Catégorie:Administrer un serveur dédié]]
+
[[Catégorie:Administrer un serveur dédié]]
[[:Catégorie:Réseaux et Serveurs]]
+
[[Catégorie:Réseaux et Serveurs]]
[[:Catégorie:Système]]
+
[[Catégorie:Système]]
[[:Catégorie:Sécurité]]
+
[[Catégorie:Sécurité]]
 
 
[[Catégorie:Rédaction en cours]]
 

Version du 18 février 2010 à 07:20

Par : WilliamHoffmann

« Il y a deux sortes d’administrateurs sous Linux : ceux qui ont cassé quelque chose en root et ceux qui vont le faire !! »

William Hoffman

1 Qu’est que c’est ? Pourquoi utiliser sudo ?

Par défaut un utilisateur sur un système Linux, n’a que très peu de droits sur le système, il possède les droits de lecture et écriture dans son $HOME, et ne peut (généralement) lancer que les commandes destinées aux utilisateurs (celles qui se trouvent dans /bin, /usr/bin, /usr/local/bin).

Il peut arriver qu’un utilisateur normal ait besoin de lancer certaines commandes avec les droits root ou les droits d’un autre utilisateur, sudo permet de faire ceci et ce sans connaitre le mot de passe de cet utilisateur (ce qui est un avantage notable par rapport à la commande su).

Sudo est donc un petit programme permettant à l’administrateur d’une machine de donner des droits supplémentaires à des utilisateurs normaux, il permet aussi de « tracer » tout ce qui est fait par les utilisateurs (nécessaire dans certains environnements sécurisés).

2 Configuration

La configuration de sudo se fait au travers du fichier /etc/sudoers.

InProgress tip.png Attention !
Ce fichier ne doit pas être édité avec un éditeur classique, mais avec la commande visudo.

visudo (qui lancera par défaut vi) effectue quelques tâches de vérification quant à la syntaxe du fichier, vous évitant ainsi des erreurs.

L’objectif est de définir des groupes de machines, des groupes de commandes, et des groupes d’utilisateurs, pour ensuite associer les uns aux autres.

Le fichier de configuration est composé de deux types d’entrées :

  • Les alias.
  • Les spécifications utilisateurs.

2.1 Les alias

Les alias sont généralement des variables, représentant quatre types d’objets : les utilisateurs, les exécutants, les hôtes et les commandes.

2.1.1 User_Alias : les utilisateurs

Cet alias permet de définir un groupe d’utilisateurs, ainsi pour définir un groupe nommé NETWORK-TEAM comprenant les utilisateurs alfred, brenda et charly, il faudra utiliser la syntaxe suivante :

User_Alias     NETWORK-TEAM = alfred, brenda, charly

2.1.2 Runas_Alias : les exécutants

Les alias Runas_Alias permettent d’indiquer en tant que quel utilisateur ( ou groupe ) sera lancé une commande.
Ainsi, pour indiquer que l’utilisateur alfred peut lancer en tant que n’importe quel utilisateur du Runas_Alias DB (oracle, sybase) n’importe quelle commande sans donner de mot de passe, il faudra ajouter les lignes suivantes dans le fichier /etc/sudoers :

Runas_Alias    DB = oracle, sybase
alfred           ALL = (DB) NOPASSWD: ALL

De cette façon, pour lancer une commande en tant que oracle ou sybase, l’utilisateur alfred devra lancer par exemple :

 [alfred@server ~]$ sudo -u oracle /sbin/oracle restart

2.1.3 Hosts_Alias : les hôtes

Cet alias quand à lui indique une liste de machines sur lesquelles vous pourrez utiliser ou pas certaines commandes, dans le cas où le fichier est identique sur plusieurs machines.

La syntaxe suivante défini trois ensembles de machines :

Host_Alias      FILESERVERS = fs1, fs2
Host_Alias      DEVSERVER = dev1, dev2
Host_Alias      DBSERVER = db1, db2

2.1.4 Cmnd_Alias : les commandes

Cet alias permet de grouper plusieurs commandes sous un seul nom, c’est ce nom qui sera utilisé pour la délégation des droits, les lignes suivantes permettent de regrouper plusieurs commandes en rapport avec le réseau nommée NETWORKING :

 Cmnd_Alias NETWORKING = /sbin/route, /sbin/ifconfig, /bin/ping, /sbin/dhclient, /usr/bin/net, /sbin/iptables, /sbin/iwconfig, /sbin/mii-tool, /usr/sbin/mtr, /sbin/ip

2.2 Les spécifications utilisateurs

La dernière partie de la configuration de sudo, est l’attribution des différents alias de commande aux différents alias utilisateurs. De cette façon, en utilisant les exemples précédents, nous pouvons attribuer les commandes en relation avec le réseau aux utilisateurs alfred, charly et brenda :

User_Alias              NETWORK-TEAM = alfred, brenda, charly
Cmnd_Alias              NETWORKING = /sbin/route, /sbin/ifconfig, /bin/ping, /sbin/dhclient, /usr/bin/net, /sbin/iptables, /sbin/iwconfig, /sbin/mii-tool, /usr/sbin/mtr, /sbin/ip
NETWORK-TEAM    ALL = NETWORKING

Il est donc aisé d’ajouter un peu plus de complexité au fichier /etc/sudoers. Imaginons que les utilisateurs ne puissent agir sur le réseau que depuis certaines machines (ici le fichier /etc/sudoers est commun à plusieurs machines ) :

# Définitions des machines :
Host_Alias      FILESERVERS = fs1, fs2
Host_Alias      DEVSERVER = dev1, dev2
Host_Alias      DBSERVER = db1, db2
# Définition des utilisateurs :
User_Alias     NETWORK-TEAM = alfred, brenda, charly
# Définition des Runas_Alias
Runas_Alias    DB = oracle, sybase
# Définition des "jeux" de commandes :
Cmnd_Alias NETWORKING = /sbin/route, /sbin/ifconfig, /bin/ping, /sbin/dhclient, /usr/bin/net, /sbin/iptables, /sbin/iwconfig, /sbin/mii-tool, /usr/sbin/mtr, /sbin/ip
Cmnd_Alias SOFTWARE = /bin/rpm, /usr/bin/up2date, /usr/bin/yum
# Spécifications :
NETWORK-TEAM    FILESERVERS = NETWORKING
NETWORK-TEAM    DEVSERVER = SOFTWARE
NETWORK-TEAM    DBSERVER = (DB) NOPASSWD: ALL

L’exemple ci-dessus indique que sur les machines fs1 et fs2 les utilisateurs alfred, brenda et charly pourront utiliser les commandes de l’alias NETWORKING. Par contre sur les machines dev1 et dev2 ils ne pourront utiliser que les commandes de l’alias SOFTWARE.

3 Utilisation

L’utilisation de sudo est très simple, il suffit de lancer la commande souhaitée précédée de sudo. Pour lister les commandes autorisées il suffit de lancer :

[alfred@server ~]$ sudo -l
[sudo] password for alfred :
User alfred may run the following commands on this host:
    (root) /sbin/route, /sbin/ifconfig, /bin/ping,
    /sbin/dhclient, /usr/bin/net, /sbin/iptables, /usr/bin/rfcomm,
    /usr/bin/wvdial, /sbin/iwconfig, /sbin/mii-tool, (root) /bin/rpm,
    /usr/bin/up2date, /usr/bin/yum, (root) /sbin/service, /sbin/chkconfig, (root)
    /sbin/fdisk, /sbin/sfdisk, /sbin/parted, /sbin/partprobe, /bin/mount,
    /bin/umount, (root) /usr/sbin/visudo, /bin/chown, /bin/chmod, /bin/chgrp,
    (root) /bin/nice, /bin/kill, /usr/bin/kill, /usr/bin/killall, (root)
    /usr/bin/updatedb, (root) /sbin/modprobe

Et pour utiliser l’une de ces commandes :

[alfred@server ~]$ sudo /sbin/chkconfig httpd on

Et dans le cas d’utilisation de Runas_Alias :

[alfred@server ~]$ sudo -u oracle /sbin/oracle restart

4 Conclusion

La configuration de sudo est parfois un peu laborieuse, mais c’est le prix à payer pour une administration sereine d’un système. La page de man de sudoers (man 5 sudoers) comporte de nombreux exemples d’utilisation avancée de sudo. Il faut faire aussi attention à ne pas se laisser tenter pas une délégation de droits trop simpliste comme :

admin   ALL = (ALL) NOPASSWD: ALL

Autant se logger en root !!