YUM : Configuration du gestionnaire de paquets

De Wiki Fedora-Fr
Révision datée du 15 février 2011 à 15:49 par EdouardBourguignon (discussion | contributions) (Utilisation de YUM : correction coquilles, ajout yum search)
Aller à : navigation, rechercher
Par : RemiCollet

1 Introduction

Fedora utilise les fichiers dits « RPM » (RPM Package Manager) qui sont des archives contenant des programmes pré-compilés prêts à l'emploi. Évidemment, il est possible comme sur certains systèmes non communautaires de les chercher un par un sur internet et de les installer manuellement. Mais la gestion des dépendances peut quelquefois devenir un véritable casse-tête (un logiciel qui en nécessite un autre, et un autre...).

Pour gérer les paquets du système, Fedora utilise YUM, un outil permettant de gérer les installations, les désinstallations et les mises à jour de paquets au format RPM. Il gére les dépendances en téléchargeant ce qui est nécessaire. Il trouve les paquets sur différentes sources (sites internet) que l'on appelle des dépôts.

YUM est fourni en standard dans toutes les versions de Fedora.

RPM est l'outil de base permettant d'installer des logiciels préparés au format « RPM ». Yum est d'une certaine façon une surcouche à rpm facilitant la vie de l'utilisateur. Téléchargement de paquets depuis des dépôts, recherche des dépendances, etc. Yum n'est pas le seul logiciel permettant ce genre de choses, Smart par exemple est une alternative à Yum. Contrairement à Smart, Yum s'utilise uniquement en ligne de commande, c'est pour cela que des interfaces graphiques existent tel que Pirut qui est fournit par défaut sur Fedora (Pirut est accessible depuis le menu, rubrique « Application > Ajout/suppression de programmes »). Toutes les opérations de base sont faisables avec Pirut : ajouter/modifier des dépôts, installer/supprimer un logiciel, mettre à jour, etc.

Mais pas tout. De plus, il est plus facile d'aider quelqu'un directement avec Yum, copier/coller du texte c'est beaucoup plus facile. C'est pour cela que sur les forums vous trouverez très souvent l'utilisation de Yum au lieu d'une interface graphique quelle qu'elle soit.

2 Utilisation d'un proxy

Il est possible d'utiliser YUM derrière un proxy. Il suffit d'ajouter les lignes suivantes dans le fichier /etc/yum.conf et de les adapter à votre configuration.

proxy=http://adresse_proxy:port/
proxy_username=votre_identifiant
proxy_password=votre_mot_de_passe

3 Configuration de YUM

Yum utilise des dépots, ce sont, comme leur nom l'indique, des dépots qui regroupent un ensemble de logiciel. Chaque dépot doit être ajouté à la configuration de Yum pour être utilisé. Pour cela, il faut créer un fichier avec le contenu adéquat pour chaque dépôt dans le dossier /etc/yum.repos.d avec un nom de la forme nomdepot.repo. Généralement, cette opération manuelle est inutile. Un RPM peut s'occuper d'ajouter le dépot. Les explications, incompatibilités, installation et autres informations au sujets des dépôts sont disponibles sur les pages wiki dédiés[1] ; certains dépôts sont listés ci-dessous.

3.1 Pour tous : les dépôts obligatoires

3.2 Pour tous

Note tip.png Remarque
Nous avons privilégié le Dépôt RPM Fusion par rapport au Dépôt rpmforge car il fournit des pilotes matériels introuvables ailleurs. Ces deux dépôts étant notoirement incompatibles, il est fortement déconseillé, sauf aux habitués, de mélanger les RPM en provenance de ces deux sources.

3.3 Pour les habitués

3.4 Pour les experts

4 Utilisation de YUM

Une fois YUM configuré, je ne peux que vous conseiller de mettre à jour tout votre système via la commande (toujours en root) :

# yum update


Si c'est la première fois que vous mettez votre système à jour sur une installation toute fraîche de Fedora, lancez la commande

# yum update yum

Cette commande permet à YUM de se mettre à jour indépendamment des autres paquets.

Attention toutefois, le haut débit est indispensable pour réaliser les mises à jour du système car la quantité de paquets à mettre à jour est conséquente !

Pour rechercher un paquet, faites la commande :

# yum list <nom du paquet>

Bien sûr, ceci n'est pas très pratique si l'on ne connaît pas très bien le nom du paquet. Heureusement pour vous, YUM accepte le caractère joker * (étoile). Ce caractère joker fonctionne également avec les autres commandes. Remarque : il est nécessaire d'« échapper » le joker en plaçant le caractère \ devant celui-ci ou bien en sécurisant toute la chaine de caractère avec les guillemets. Exemple :

# yum list kernel\*

ou

# yum list "kernel*"

YUM vous listera les paquets correspondants à votre recherche installés et ceux que vous pouvez installer.

Il est aussi possible de faire une recherche plus large, plus uniquement sur le nom du paquet mais aussi sur la description:

# yum search <mot clef>

Pour installer un paquet :

# yum install <nom du paquet>

Pour supprimer un paquet :

# yum remove <nom du paquet>

Pour une mise à jour sélective :

# yum --exclude=<nom du paquet> update

Ceci est surtout pratique pour mettre à jour votre système sans mettre à jour votre noyau si avez de modules que vous ne voulez pas réinstaller à chaque fois ou pour une autre raison :

# yum --exclude=kernel\* update

Pour exclure un dépôt temporairement :

# yum --disablerepo=<nom du dépôt> update

Pour inclure un dépôt temporairement :

# yum --enablerepo=<nom du dépôt> update

Ce sont les principales commandes disponibles avec YUM mais il en existe de nombreuses autres que vous pouvez découvrir en tapant simplement

# man yum

4.1 L'option nogpgcheck

InProgress tip.png Attention !
L'option nogpgcheck de YUM est à utiliser avec beaucoup de parcimonie ! La très grande majorité du temps, elle ne vous servira à rien.

N'ayez recours à cette option que si vous savez réellement ce que vous faites, et si vous en connaissez les implications

Par défaut, yum vérifie l'intégrité des paquets qu'il installe en utilisant la clé GPG du dépôt. Cette vérification permet de confirmer que le paquet n'a pas été altéré depuis sa mise en ligne, volontairement (piratage) ou non (problème de téléchargement). Si cette vérification échoue, il ne faut surtout pas installer le paquet incriminé.

Il arrive cependant que l'on se retrouve avec un paquet RPM non signé à installer (ce ne doit pas être le cas depuis un dépôt YUM !), le plus souvent avec l'option localinstall de YUM. Lorsque qu'une telle chose arrive, il est possible d'utiliser l'option nogpgcheck de yum :

$ su -lc 'yum localinstall --nogpgcheck monpaquet.rpm'
InProgress tip.png Attention !
Cette option s'applique à tous les paquets qui seront installés !

Veillez donc lors de son utilisation à ne pas installer les dépendances qui seraient récupérées depuis vos dépôts avec l'option nogpgcheck activée !

5 Extensions pour YUM

Afin d'améliorer les performances ou affiner les réglages de YUM, vous pouvez utiliser des extensions (plugins).
La plupart des extensions pour yum sont directement disponible à partir du dépôt extra.

6 Conclusion

YUM simplifie bien la vie des utilisateurs, c'est certain. Avec YUM vous disposez toujours des derniers paquets car celui-ci interroge les dépôts à chaque opération.

La lenteur souvent reprochée aux premières versions de YUM s'est nettement améliorée avec les dernières versions.

La quasi-totalité des dépôts a d'ailleurs abandonné le format apt-rpm (portage pour les systèmes utilisant les RPM du logiciel apt-get de Debian).

Il existe quelques interfaces graphiques simplifiant encore l'utilisation de YUM :

Voir aussi :