Amavisd-new

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : PascalParois
Avec l'aimable contribution de : NicolasBerrehouc
Note tip.png Aide
Pour lire ce wiki convenablement, merci de lire la page suivante concernant les conventions de nommage.

1 Introduction

Amavisd-new est une interface sûre et de haute performance entre un MTA et un ou plusieurs filtres de contenu : anti-virus, anti-spam, white/grey/black listings... Il est écrit en Perl et s'interface avec les MTAs à travers les protocoles (E)SMTP ou LMTP.

Il est normalement positionné dans ou près d'un serveur de messagerie électronique, pas nécessairement où les boites emails des utilisateurs sont stockées.

2 Installation

# dnf install amavisd-new

Après configuration, le service sera à démarrer et activer, tout en contrôlant le bon fonctionnement (à minima avec l'état du service) :

# systemctl start amavisd.service
# systemctl status amavisd.service

Si tout est bon alors ce dernier peut être activé :

# systemctl enable amavisd.service

3 Configuration

Section à ajouter dans /etc/postfix/master.cf :

amavis unix - - - - 2 smtp
 -o smtp_data_done_timeout=1200
 -o smtp_send_xforward_command=yes
 -o disable_dns_lookups=yes
 -o max_use=20

127.0.0.1:10025 inet n - - - - smtpd
 -o content_filter=
 -o local_recipient_maps=
 -o relay_recipient_maps=
 -o smtpd_restriction_classes=
 -o smtpd_delay_reject=no
 -o smtpd_client_restrictions=permit_mynetworks,reject
 -o smtpd_helo_restrictions=
 -o smtpd_sender_restrictions=
 -o smtpd_recipient_restrictions=permit_mynetworks,reject
 -o smtpd_data_restrictions=reject_unauth_pipelining
 -o smtpd_end_of_data_restrictions=
 -o mynetworks=127.0.0.0/8
 -o smtpd_error_sleep_time=0
 -o smtpd_soft_error_limit=1001
 -o smtpd_hard_error_limit=1000
 -o smtpd_client_connection_count_limit=0
 -o smtpd_client_connection_rate_limit=0
 -o receive_override_options=no_header_body_checks,no_unknown_recipient_checks

Ajouter la ligne suivante à /etc/postfix/main.cf :

content_filter = amavis:[127.0.0.1]:10024

3.1 local_domain_maps

Lors de l'utilisation de amavisd-new, seuls les messages locaux doivent être obligatoirement analysés. Les messages locaux sont ceux qui sont distribués à l'utilisateur dont la boite email est située sur le serveur. Les autres messages sont ceux que l'utilisateur envoie. Étant donné que celui est authentifié, il n'est pas nécessaire de les filtrer.

Les utilisateurs locaux sont identifiés dans amavisd par @local_domains_maps. La solution la plus simple est de modifier cette liste en dur mais il est aussi possible d'aller chercher l'information dans une base MySQL ce qui s'intègre parfaitement dans la configuration du Serveur de messagerie électronique de ce tutoriel. Malheureusement, même si cela semble possible, le procédé ne sera pas décrit ici.

L'alternative est de mettre à jour un fichier texte à l'aide d'une tâche cron.

Le fichier texte (/etc/amavisd/local_domain_table) peut être crée à l'aide d'un script python (/etc/amavisd/local_domain_lookup.py):

#!/usr/bin/python2
# -*- coding: utf-8 -*-

import mysql.connector

con = mysql.connector.Connect(host='localhost', user='mail',
    password='motdepasse', database='mail')
c = con.cursor()

table=open("/etc/amavisd/local_domain_table","w")

c.execute("""SELECT domain FROM domain WHERE active=1""")
rows = c.fetchall ()
for row in rows:
    table.write("%s 1\n"%row)

c.execute("""SELECT alias_domain FROM alias_domain WHERE active=1""")
rows = c.fetchall ()
for row in rows:
    table.write("%s 1\n"%row) 

table.close()
c.close()

Ce fichier contient le mot de passe de connexion au serveur MySQL, attention aux permissions du fichier. Il ne reste plus qu'à appeler le script régulièrement à l'aide d'une tâche cron (une fois par jour dans ce cas):

Fichier /etc/cron.daily/amavisd.local_domain :

/etc/amavisd/local_domain_lookup.py

Finalement, il reste la configuration de amavis (/etc/amavisd/amavisd.conf). Remplacer la ligne

#@local_domains_maps = ( [".$mydomain"] );  # list of all local domains

par

@local_domains_maps = ( read_hash("/etc/amavisd/local_domain_table") );

Si ce n'est pas le cas, il faudra installer mysql-connector-python afin que le script ne retourne pas d'erreur :

# dnf install mysql-connector-python

4 Spamassassin

SpamAssassin permet de filtrer le trafic des emails pour éradiquer les emails reconnus comme spam ou emails non sollicités.

4.1 Installation

# dnf install spamassassin

4.2 Configuration

Rien à faire.

5 Dspam

5.1 Installation

# dnf install dspam dspam-hash

Après configuration, le service sera à démarrer et activer, tout en contrôlant le bon fonctionnement (à minima avec l'état du service) :

# systemctl start dspam.service
# systemctl status dspam.service

Si tout est bon alors ce dernier peut être activé :

# systemctl enable dspam.service

5.2 Configuration

Rien à faire. Il reste cependant possible de configurer certaines options dans /etc/dspam.conf.

Une interface web est disponible avec le paquet dspam-web.

6 ClamAv (anti-virus)

6.1 Installation

# dnf install clamav clamav-server

6.2 Configuration

Idem, rien à faire. Amavisd utilisera automatiquement ClamAV.

La signature de virus fournie par défaut est très succincte mais il est possible de la compléter avec des listes tierces gratuites ou payantes. Voir par exemple eXtremeSHOK qui fournit un script gérant plusieurs de ces listes.

7 SPF/DKIM

SPF permet de vérifier si le serveur envoyant l'email est bien autorisé pour le domaine en question.

DKIM fonctionne par signature. Il est issu de l'amélioration de DomainKeys, de Yahoo! et Identified Internet Mail, de Cisco. Le serveur envoyant l'email signe le contenu de celui-ci. Le serveur recevant l'email vérifie l’authenticité de la signature à l'aide de la clé du domaine en question. Seuls les serveurs possédant la clé privé du domaine peuvent produire une signature valide.

7.1 DKIM

Plusieurs méthodes sont possible pour l'utilisation de DKIM. L'une d'entre elles est d'utiliser amavis. La raison de ce choix est qu'il est déjà utilisé pour l'anti-spam et l'anti-virus. Amavis repose sur le module perl perl-Mail-DKIM pour la signature DKIM.

Installation du module perl :

# dnf install perl-Mail-DKIM

Seul les emails sortant doivent être signés. Postfix ne fait pas de distinction entre emails entrants et sortants d’où la nécessité de filtrer ceux-ci sur 2 routes distinctes.

La configuration nécessaire à ajouter au fichier /etc/postfix/main.cf :

# Utilise de la ligne suivante a discuter
content_filter = amavis:[127.0.0.1]:10024

smtpd_sender_restrictions =
  check_sender_access regexp:/etc/postfix/tag_as_originating.re
  permit_mynetworks
  permit_sasl_authenticated
# For other mail use amavis filtering on port 10024 (skips DKIM signing)
  check_sender_access regexp:/etc/postfix/tag_as_foreign.re

Un nouveau fichier /etc/postfix/tag_as_originating.re est créé avec le contenu :

/^/  FILTER amavis:[127.0.0.1]:10026

Un nouveau fichier /etc/postfix/tag_as_foreign.re est créé avec le contenu :

/^/  FILTER amavis:[127.0.0.1]:10024

Modifier la ligne du fichier /etc/postfix/master.cf. pickup s'occupe des emails issus de comptes locaux. Ils doivent être redirigés vers la bonne interface.

pickup    fifo  n	-	n	60	1	pickup

par

pickup    fifo  n	-	n	60	1	pickup
-o content_filter=amavis:[127.0.0.1]:10026

Le fichier /etc/amavisd/amavid.conf est ajusté avec les options suivantes :

$enable_db = 1;              # enable use of BerkeleyDB/libdb (SNMP and nanny)
$enable_global_cache = 1;    # enable use of libdb-based cache if $enable_db=1
$nanny_details_level = 2;    # nanny verbosity: 1: traditional, 2: detailed
$enable_dkim_verification = 1;  # enable DKIM signatures verification
$enable_dkim_signing = 1;    # load DKIM signing code, keys defined by dkim_key
 
# Les clés privées pour les signatures dkim des différents domaines sont à ajouter
#         domain             selector    path
dkim_key('example.net',     'main',	 '/path/dkim/keys/example.net/main');
dkim_key('example.com',     'main',	 '/path/dkim/keys/example.com/main');

$inet_socket_port = [10024,10026];  # listen on multiple TCP ports

# it is up to MTA to re-route mail from authenticated roaming users or
# from internal hosts to a dedicated TCP port (such as 10026) for filtering
$interface_policy{'10026'} = 'ORIGINATING';

$policy_bank{'ORIGINATING'} = {  # mail supposedly originating from our users
  originating => 1,  # declare that mail was submitted by our smtp client
  # force MTA conversion to 7-bit (e.g. before DKIM signing)
  smtpd_discard_ehlo_keywords => ['8BITMIME'],
};

Génération de l'enregistrement DNS et des clés. Le paquet opendkim ou dkim-milter doit être installé.

dkim-genkey -t -s main -d example.net

2 fichiers sont alors créés, l'un avec l'extension, il s'agit de la clé privé. L'autre avec l'extension txt, il s'agit de l'enregistrement correspondant pour le domaine en question.

Exemple de contenu du fichier .txt :

main._domainkey IN TXT "v=DKIM1; g=*; k=rsa; t=y; p=MIGfMA0GC[...]iT88qGSswIDAQAB" 

le "g=*" peut poser des problèmes avec certains hébergeurs (OVH) mais comme c'est la valeur par défaut, elle peut être omise :

main._domainkey IN TXT "v=DKIM1; k=rsa; t=y; p=MIGfMA0GC[...]iT88qGSswIDAQAB"

Cf: http://www.ijs.si/software/amavisd/amavisd-new-docs.html#dkim

7.1.1 En cas d'erreur

  • amavis[8425]: (08425-01) Open relay? Nonlocal recips but not originating:

Si ce message n'apparait que pour les mails issus de comptes locaux, la ligne pickup n'a pas été modifiée.

7.2 SPF

La configuration a lieu uniquement au niveau des DNS à l'aide de l'ajout d'un champ TXT ou SPF. Il existe 2 versions de la norme, seule la première version (spf1) est largement utilisée. Un concurrent de SPF, SenderID (développé par Microsoft) existe également. SenderID utilise également SPF comme enregistrement DNS.

Exemple minimal :

example.net. 600 IN TXT "v=spf1 ip4:94.23.xx.xx -all"

Un outil web permet de générer ce type d'entrée https://www.spfwizard.net/ , il en existe sûrement d'autres.

Par la suite, vous pouvez vérifier que votre enregistrement DNS est bien existant (prendre en compte le temps de propagation au niveau DNS) :

$ dig -t TXT +noall +answer example.net

7.3 Vérification

Les entêtes sont aussi un bon moyen de vérification, exemple avec un email envoyé à une adresse gmail :

Received-SPF: pass (google.com: domain of postmaster@example.com  designates 94.23.xx.xx as permitted sender) 
       client-ip=94.23.xx.xx;
Authentication-Results: mx.google.com; spf=pass (google.com: domain of postmaster@example.com designates 94.23.xx.xx 
       as permitted sender) smtp.mail=postmaster@example.com ; dkim=pass (test mode) header.i=@example.com 
Received: from localhost (unknown [127.0.0.1])
       by mail.example.com  (Postfix) with ESMTP id 21AA2A9768
       for <test@gmail.com.invalid>; Tue, 13 Sep 2011 10:02:33 +0000 (UTC)
DKIM-Signature: v=1; a=rsa-sha256; c=relaxed/simple; d=example.com ; h=
       content-transfer-encoding:content-type:content-type:mime-version
       :x-mailer:message-id:subject:subject:from:from:date:date
       :received:received; s=main; t=1315908152; bh=m2i8p[...]ljfysyTaNfzU0
       vuhAMt8w=

La même chose vers une adresse hotmail dont la vérification sender-id (spf) a échoué :

x-store-info:4r51+eLowCe79NzwdU2kRyU+pBy2R9QCr0[...]+AesVnRJD47Xou6rocg==
Authentication-Results: hotmail.com; sender-id=temperror (sender IP is 94.23.xx.xx) 
       header.from=test@example.com; dkim=pass (testing mode) header.d=example.com; x-hmca=none
X-Message-Status: n:0:n
X-SID-PRA: Pascal <test@example.com>
X-DKIM-Result: Pass(t)
X-AUTH-Result: NONE

7.4 Le cas particulier des listes de diffusion

Dans le cas de listes de diffusion, l'email est envoyé pour le compte d'utilisateur (ie. le champ FROM est celui de l'utilisateur). L'enregistrement spf n'est donc pas respecté. Les listes de diffusion modifient également les entêtes ce qui cassent la signature DKIM. En conclusion, il n'y a pas de solutions claires à ce problème.

Voir :

Une solution possible : https://2009.jres.org/planning_files/summary/html/28.htm