Debuter avec le terminal

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : VivienFrasca
Note tip.png Aide
Pour lire ce wiki convenablement, merci de lire la page suivante concernant les conventions de nommage.

1 Introduction

Cette documentation a pour vocation d'apprendre aux débutants les bases du terminal d'un système Linux, en l'occurrence, Fedora. Les terminaux sous Linux sont en fait des interpréteurs de commandes, appelés shell. Sous Fedora, le shell par défaut est Bash.

Pour bien approfondir Fedora, il faut avant tout savoir l'utiliser sans interface graphique. La majeure partie des interfaces graphiques reposent sur des terminaux. Pour avoir une vision très simpliste, un clic sur un bouton invoque une commande dans un terminal.

Pourquoi utiliser un terminal alors qu'il y a des interfaces graphiques qui font la même chose ? Et bien, par exemple, en cas de dysfonctionnement, il est parfois très utile de savoir avancer à l'aveuglette dans le système lorsque celui-ci ne parvient pas à initialiser l'interface graphique (erreur provoquée par l'utilisateur, utilisation d'un paquetage non approprié au système, etc.). De plus, il est aussi souvent plus simple de décrire des commandes à taper, que de faire de longues explications, avec captures d'écran, pour faire l'équivalent via l'interface graphique. Enfin, pour certaines personnes, la ligne de commande est même plus rapide pour beaucoup de tâches, que de les faire via l'interface graphique. Et pour terminer, certaines actions avec des droits très élevés (administrateur) sont déconseillées en interface graphique. Il ne faut jamais ouvrir une session graphique en root par exemple.

Nous allons traiter ici des commandes de base disponibles dans un terminal.

1.1 Pré-requis

Pour ouvrir un terminal sous Gnome vous avez deux méthodes :

  • « Activités > Liste des applications > Terminal » ;
  • [Alt] + [F2] et entrez : « gnome-terminal ».

Pour ouvrir un terminal sous KDE : « Menu K > Konsole »

Le texte suivant s'affiche :

[Utilisateur@PC ~]$

L'utilisateur « Utilisateur » est connecté sur la machine « PC » et il est actuellement situé sous le répertoire /home/Utilisateur/ (le caractère « ~ » signifie /home/Utilisateur/)

Maintenant, vous pouvez entrer des commandes.

Mais avant de commencer, il faut savoir qu'en général, une commande est constituée de son nom suivi de ses options ou de ses arguments optionnels. On appelle ça un « prototype ».

Exemple :

$ « nom de la commande » « options -a -b -c ... » « argument »
$ ls -la /home/Utilisateur
Note tip.png Remarque
Il ne faut pas taper le « $ » qui précède les commandes indiquées dans cet article. Le « $ » signifie « simple utilisateur », le « # » signifie « root » (voir section 2.3)

Parfois, vous aurez besoin d'en savoir plus sur une commande en particulier (quelles sont ses options, etc.). Pour cela, la commande « man 'nom_de_la_commande' » permet d'afficher toutes les informations nécessaires à l'utilisation des commandes. Exemple :

$ man ls

Cette commande ouvre le manuel de la commande « ls », lequel contient une description de la commande, les options facultatives et parfois des exemples d'utilisation.

Note tip.png Astuce
Lorsque l'on navigue profondément dans le système de fichiers, il se peut que l'on se perde. Pour savoir où on est placé, la commande pwd (Print Work Directory) permet d'afficher le chemin complet du répertoire courant.

Certains caractères spéciaux peuvent être d'une grande utilité. « * » et « ? » sont les caractères spéciaux les plus utilisés.

« * » signifie « n'importe quels caractères » dans un texte (exemple : t*.txt ciblera « test.txt » tout comme « t.txt » et « très_long_nom_de_fichier.txt »

« ? » signifie « n'importe quel caractère » dans un texte (exemple : t?.txt ciblera « t1.txt » « tZ.txt » mais pas « T23.txt »

Exemples d'utilisations :

[Utilisateur@PC ~/DossierTemporaire]$ ls
.   fichier1.txt  fichier3.txt		une_image.jpg
..  fichier2.txt  un_autre_fichier.txt
[Utilisateur@PC ~/DossierTemporaire]$ rm ./fichier?.txt
rm: détruire fichier régulier vide `./fichier1.txt'? o
rm: détruire fichier régulier vide `./fichier2.txt'? o
rm: détruire fichier régulier vide `./fichier3.txt'? o
[Utilisateur@PC ~/DossierTemporaire]$ ls
.   ..   une_image.jpg  un_autre_fichier.txt

2 Navigation, modification, suppression

Tout d'abord, manipuler les dossiers et les fichiers.

2.1 Naviguer dans les dossiers

2.1.1 cd : se déplacer

$ cd /dossier/sous_dossier/

La commande « cd » permet de se déplacer dans un dossier choisi. La commande « pwd » permet d'afficher votre emplacement actuel.

Par exemple, pour se placer dans le répertoire utilisateur, il suffit de taper la commande suivante :

$ cd /home/Utilisateur/

Si vous désirez remonter vers le dossier parent, « cd .. » sera très utile. Voici un exemple :

$ cd /home/Utilisateur/Dossier
$ pwd
  /home/Utilisateur/Dossier
$ cd ..
$ pwd
  /home/Utilisateur

Pour retourner dans le répertoire « Dossier », il suffira alors de taper « cd Dossier ».

$ cd /home/Utilisateur
$ cd Dossier
$ pwd
  /home/Utilisateur/Dossier
Note tip.png Remarque
Lorsque l'on est Placé dans le répertoire /home/Utilisateur, la commande « cd Dossier » ou « cd ./Dossier » équivaut à faire « cd /home/Utilisateur/Dossier »
Note tip.png Remarque
Le dossier courant est représenté par "." d'où l'égalité entre « cd Dossier » ou « cd ./Dossier ». Cela vous permet aussi d'ouvrir Nautilus dans le dossier courant « nautilus . ».

2.1.2 Une habitude : [Tab]

Lorsqu'on se déplace dans un sous répertoire, il est facile de taper le nom entier du répertoire. Cependant, lorsque l'on navigue dans une arborescence complexe, il devient vite très long de taper chaque nom de répertoire.

Une astuce consiste à presser la touche [Tab] une fois pour que le terminal complète automatiquement le nom du répertoire, si celui-ci existe.

Un exemple, pour se rendre dans le dossier /Documents d'un utilisateur, la commande est la suivante :

$ cd /home/Utilisateur/Documents/

Grâce à la touche [Tab], l'écriture de cette commande se décompose en cinq étapes :

$ cd /h [Tab]
$ cd /home/U [Tab]
$ cd /home/Utilisateur/ [Tab]
$ cd /home/Utilisateur/D [Tab]
$ cd /home/Utilisateur/Documents/
Note tip.png Remarque
Si plusieurs dossiers commencent par les mêmes caractères, il faudra presser [Tab] une première fois pour voir apparaitre les caractères en communs des dossiers, puis deux fois pour voir apparaitre la liste des possibilités.

Exemple : Avec le dossier /Documents se trouve un dossier /Domaine sous le répertoire /Utilisateur

$ cd /home/Utilisateur/D [Tab]
$ cd /home/Utilisateur/Do [Tab][Tab]
   Documents/ Domaine/
$ cd /home/Utilisateur/Dom [Tab]
$ cd /home/Utilisateur/Domaine/
Note tip.png Remarque
En pressant deux fois [Tab][Tab] après avoir entré le début d'une commande, vous pouvez afficher toutes les commandes disponibles commençant par les lettres

Exemple :

$ mou [Tab][Tab]
  mount             mount.lowntfs-3g  mountpoint        
  mount.cifs        mount.nfs         mount.tmpfs       
  mount.fuse        mount.nfs4        mousetweaks

2.1.3 ls / tree : lister les contenus

La commande « ls » sert à lister alphabétiquement tout le contenu visible du répertoire courant. L'option « -l » permet d'avoir un affichage détaillé des résultats (droits d'écriture, propriétaire, date de création, etc.)

$ cd /home/Utilisateur/
$ ls -l
drwxr-xr-x. 6 Utilisateur Utilisateur     4096 juil.  2 21:52 Documents 
drwxrwxr-x. 2 Utilisateur Utilisateur     4096 juil.  6 22:15 Domaine

L'option « -a » permet d'afficher les fichiers cachés (.ficher) et « -r » permet de trier en ordre alphabétique inversé.

Il est tout à fait possible de combiner plusieurs options. Exemple :

$ ls -lar /home/Utilisateur/

La commande « tree » permet d'afficher l'arborescence d'un dossier et de ses sous dossiers.

$ cd /home/Utilisateur/Images/
$ tree
.
├── gnome-logo-300px.png 
├── icon_tmp.jpg 
├── Icons 
│   ├── 1272981976_Database_1.png 
│   ├── 1272981992_Database_2.png 
│   ├── 1272981997_Database_4.png 
│   ├── 1272982005_Database_3.png 
│   ├── France-Flag.png 
│   ├── Netherlands-Flag.png 
│   └── United-Kingdom-flag.png
.

De même que pour « ls », l'option « -a » permet d'afficher les fichiers cachés

L'option « -d », quant à elle, permet de lister uniquement les répertoires.

InProgress tip.png Attention !
Selon la quantité de sous dossiers et de fichiers, les retours des commandes « ls » et « tree » peuvent être très long !

Une astuce consiste à rediriger la sortie de la commande dans un nouveau fichier grâce au caractère « > ».

Exemple :

$ cd /home/Utilisateur/Images/
$ tree > /home/Utilisateur/Bureau/fichier_retour
InProgress tip.png Attention !
Si vous voulez ajouter la sortie à un fichier existant, remplacez « > » par « >> ». Ceci ajoutera la sortie de la commande à la suite du fichier sans écraser le contenu déjà présent.

2.1.4 find : rechercher des fichiers

Il se peut que l'on ne connaisse pas l'emplacement d'un fichier, mais que l'on connaisse le nom du fichier. La commande « find » permet de trouver ce fichier parmi l'arborescence du système de fichier.

$ find « dossier de départ » « critère » « texte à rechercher »

Exemple :

$ find ~/ -name 'icon_tmp*'
/home/Utilisateur/Images/icon_tmp.jpg
Note tip.png Remarque
Si une recherche est faite dans un ou des dossiers n'appartenant pas à l'utilisateur courant, il faut être obligatoirement connecté en tant que « root » pour que celle-ci se déroule correctement.

(Voir section 2.3) La recherche est parfois longue, selon la taille de l'arborescence parcourue.

2.2 Modifier les fichiers et les dossiers

2.2.1 mkdir : créer un dossier

La commande « mkdir » permet de créer un ou plusieurs dossier dans le répertoire courant.

$ mkdir « dossier1 » « dossier2 » ... « dossierN »

Cette commande permet aussi de créer un ou plusieurs dossiers dans un ou plusieurs dossiers différents.

Exemples :

$ cd ~/ 
$ mkdir Dossier1 Dossier2

Cette commande créé un dossier /Dossier1 et un dossier /Dossier2 dans le répertoire courant /home/Utilisateur/.

$ mkdir /home/Utilisateur/Dossier1 /home/Utilisateur/Documents/Dossier2

Cette commande créé un dossier /Dossier1 dans le répertoire /home/Utilisateur/ et un dossier /Dossier2 dans le répertoire /home/Utilisateur/Documents.

L'option « -p » permet de créer toute l'arborescence de dossier, si celle-ci n'existe pas.

Exemple :

$ mkdir -p /home/Utilisateur/Dossier1/DossierNouveau1/DossierNouveau2/DossierNouveau3/

DossierNouveau1, DossierNouveau2 et DossierNouveau3 seront alors créés.

Note tip.png Remarque
Pour créer un dossier dont le nom contient des espaces, il faut « échapper » ceux-ci de la manière suivante : « Nom\ Du\ Dossier ».

Dans le cas ou le caractère d'échappement « \ » est oublié, trois dossiers seront créés et nommés « Nom », « Du », « Dossier » .

2.2.2 touch : créer des fichiers

La commande « touch Nom_Du_Fichier » permet de créer un fichier vide dans le répertoire courant.

Pour ensuite l'éditer, reportez vous à la section 2.4 Éditer les fichiers textuels

Note tip.png Remarque
Vous pouvez ouvrir des fichiers en lecture seule, afin de voir leur contenu, à l'aide de la commande « cat NomDuFichier »

2.2.3 cp : copier des fichiers et/ou des dossiers

Pour copier/coller de fichiers et de dossiers on utilise la commande « cp ».

$ cp « /dossier/fichier_source » « /dossier2/fichier_destination »

Exemple :

$ cp /home/Utilisateur/Dossier1/fichier.txt /home/Utilisateur/Documents/Dossier2/fichier_copy.txt

« cp » permet de réaliser un copier/coller mais permet également de renommer le fichier de destination.

La même commande permet de copier/coller des dossiers (uniquement les dossiers, sans les fichiers contenus sous ceux-ci).

Pour copier tout le contenu des dossiers et sous dossiers, il faut rajouter l'option « -r » (récursif).

$ cp -r /home/Utilisateur/Dossier1/ /home/Utilisateur/Documents/Dossier2/

2.2.4 mv : déplacer / renommer des fichiers

« mv » à le même comportement que la commande « cp », mais au lieu d'exécuter un copier/coller, elle réalise un couper/coller.

$ mv /home/Utilisateur/Dossier1/* /home/Utilisateur/Documents/Dossier2/
Note tip.png Remarque
Il faut que le dossier Dossier2 soit existant. Dans le cas contraire, la commande « mv » échouera.

Si Dossier2 existe déjà et contient des fichiers avec le même nom que les fichiers sources, ceux-ci seront écrasé sans demande de confirmation. L'option « -i » permet d'invoquer une confirmation pour chaque fichier à écraser.

$ mv -i /home/Utilisateur/Dossier1/* /home/Utilisateur/Documents/Dossier2/
InProgress tip.png Attention !
Si l'astérisque « * » (/home/Utilisateur/Dossier1/*) est omise, tout le dossier /Dossier1 sera déplacé sous le dossier /Dossier2, ce qui donnera /home/Utilisateur/Documents/Dossier2/Dossier1/.

Il est également possible de renommer un fichier ou un dossier avec la commande suivante :

$ mv /home/Utilisateur/Dossier1/fichier1.txt /home/Utilisateur/Dossier1/fichier2.txt

2.2.5 rm : supprimer des fichiers et des dossiers

« rm » (remove) permet de supprimer des fichiers et des dossiers.

$ rm /home/Utilisateur/Documents/Dossier2/fichier.txt
InProgress tip.png Attention !
Il n'y a pas de confirmation de suppression. Les fichiers supprimés ne seront pas placés dans la corbeille. L'utilisation de « rm » seul est très risquée !
Note tip.png Remarque
Pour réduire le risque de suppression par erreur, l'option « -i » invoque une confirmation de suppression pour chaque fichier (dans le cas d'une suppression d'un dossier avec ces fichiers inclus). « y » ou « o » pour confirmer, n'importe quelle touche pour annuler. Pour modifier le comportement de « rm », il est recommandé de créer un alias pour inclure d'office l'option « i » en tapant dans un terminal « alias rm='rm -i' ».
$ rm -i /home/Utilisateur/Documents/Dossier2/fichier.txt
rm: détruire fichier régulier '/home/Utilisateur/Documents/Dossier2/fichier.txt'?

Pour supprimer tous les fichiers contenus dans un répertoire, l'astérisque est à placer en lieu et place du nom du fichier.

Exemple :

$ rm -i /home/Utilisateur/Documents/Dossier2/*
rm: détruire fichier régulier '/home/Utilisateur/Documents/Dossier2/fichier.txt'? y
rm: détruire fichier régulier '/home/Utilisateur/Documents/Dossier2/fichier2.txt'? y
rm: détruire fichier régulier '/home/Utilisateur/Documents/Dossier2/fichier3.txt'? y

Il existe aussi la commande « rmdir » pour supprimer uniquement des dossiers. Seulement, cette commande n'est efficace que si le ou les dossiers sont vides.

Pour supprimer un dossier et tout son contenu, l'option « -r » (récursif) permet d'effectuer l'action « rm » sur tous les fichiers et dossiers inclus dans le dossier sélectionné, puis supprime ce dossier.

$ rm -ir /home/Utilisateur/Documents/Dossier2/
rm: descendre dans le répertoire /home/Utilisateur/Documents/Dossier2/ ? y
rm: détruire fichier régulier '/home/Utilisateur/Documents/Dossier2/fichier.txt'? y
rm: détruire fichier régulier '/home/Utilisateur/Documents/Dossier2/fichier2.txt'? y
rm: détruire fichier régulier '/home/Utilisateur/Documents/Dossier2/fichier3.txt'? y
rm: détruire répertoire /home/Utilisateur/Documents/Dossier2/ ? y
Note tip.png Astuce
Pour éviter un lancement inattendu de la commande « rm » (Exemple : la touche [Entrée] pressée accidentellement lors de la saisie du chemin), il est possible de spécifier les options après la saisie du chemin. Mais ce n'est pas le cas pour toutes les commandes.

Exemple :

$ rm /home/Utilisateur/Dossier1/Dossier_a_supprimer/ -r

Exemple d'erreur :

$ rm /home/Utilisateur/Dossier1/[Entrée]
rm: ne peut enlever `/home/Utilisateur/Dossier1/': est un dossier

Alors que si l'option -r avait été spécifiée avant le chemin, le dossier aurait été supprimé.

$ rm -r /home/Utilisateur/Dossier1/[Entrée]

2.2.6 tar : compresser et décompresser des fichiers

« tar » permet de créer des archives avec l'extension « .tar ».
Exemple :

$ cd ~/Documents/Dossier/
$ tar -cvf archive.tar ./ficher1 ./fichier2 ./fichier3

Cette commande créer l'archive « archive.tar » dans le dossier courant. Celle-ci contient alors les fichiers fichier1, fichier2 et fichier3.
Par contre, cette archive n'est pas compressée.

Note tip.png Remarque
« tar » conserve : les permissions des fichiers et des dossiers, les structures de dossier et les liens symboliques.

L'option « -cvf » signifie « create file » (créer un fichier). Le « v » signifie « verbose », chaque étape de la création de l'archive apparaitra dans le terminal.

Note tip.png A noter
L'option « Verbose » ralenti considérablement la création d'une archive si une grande quantité de fichier doit y être archivé. Cette option sert généralement à vérifier que tous les fichiers sont bien inclus dans l'archive.

Si vous voulez compresser tous les fichiers et les dossiers présents dans un répertoire donné, la commande devient

$ cd ~/Documents/Dossier/
$ tar -czvf archive *

L'archive créée contiendra alors tous les fichiers présents dans le répertoire courant ~/Document/Dossier/ ainsi que les sous-dossiers et les fichiers contenus dans ces derniers. Cette archive sera ensuite automatiquement compressée en format « gzip » grâce à l'option « z ». « z » peut être remplacé par « j » pour utiliser la compression « bzip2 ».

Note tip.png Remarque
Vous ne pourrez pas créer d'archives vides pour ensuite les remplir. « tar » vous renverra un message d'erreur très particulier.

Faites l'essai suivant, retirez le caractère « * » de la commande précédente :

$ tar -czvf archive

(Cette commande n'est pas destructive)

« tar » offre la possibilité de lister les fichiers inclus dans une archive à l'aide de la commande suivante :

$ cd ~/Documents/Dossier/
$ tar -tvf archive.tar

Cela évite d'ouvrir et de décompresser une archive pour connaître son contenu.
Pour simplifier la liste affichée, il suffit d'enlever le « v » en option.

$ tar -tf archive.tar

Pour décompresser une archive « .tar », il suffit de taper la commande suivante :

$ cd ~/Documents/Dossier/
$ tar -xvf archive.tar

L'option « -xvf » signifie « extraire fichier » ou « Xtraire fichier ». Le « v » signifie « verbose », chaque étape de l'extraction apparaitra dans le terminal.
Les fichiers et dossiers inclus dans l'archive seront extrait dans le dossier courant.

2.3 Root

Qu'est-ce que « root » ?

Le mot anglais « root » signifie « racine ». « root » est donc l'utilisateur racine du système (l'administrateur système). Grâce à ce « super utilisateur », on dispose d'un accès total au système d'exploitation.

Ce qui signifie que les manipulations en tant que super utilisateur doivent être réalisées en sachant qu'une éventuelle fausse manipulation ou une erreur peut altérer le fonctionnement des applications ou du système d'exploitation.

Note tip.png Remarque
Lorsque vous êtes « root », vous disposez de tous les droits, vous êtes en mode « Dieu », vous avez droit de vie ou de mort sur votre système d'exploitation...

2.3.1 Pourquoi passer en « root » ?

Parfois, il est nécessaire de modifier des fichiers système (configuration du matériel, paramétrage de l'affichage, etc.), ou d'exécuter des commandes qui nécessitent des permissions plus élevées que celles de votre compte utilisateur basique.

Par exemple, pour modifier le fichier /etc/motd, à cause de ses permissions, vous avez besoin d'être « root ». On peut voire à quel utilisateur appartient le fichier /etc/motd avec la commande suivante :

$ stat -c %U /etc/motd

Ou bien avec « ls » suivi de l'option « -l ».

$ ls -l /etc/motd
lrwxr-xr-x. 1 root root 13 mars  20 10:48 /etc/motd

Il existe aussi un alias ll équivalent à ls -l.

Pour modifier ce fichier, il faudra donc être « root ».

2.3.2 « su - »

Pour se connecter en tant que « root », la commande « su - » demande la connexion de l'utilisateur « root ». Cette connexion est validée lorsque le mot de passe « root » sera entré.

Note tip.png Remarque
La commande su pour "substitute user" sert en fait à basculer d'un utilisateur à l'autre via la commande complète su -l user. Pour raccourcir tout ça, le -l se transforme en -, et si le "user" est omit c'est remplacé par "root".
Note tip.png Remarque
Pour des raisons de confidentialité, les caractères saisis n'apparaissent pas dans le terminal. Grâce à cela, on ne peux pas déterminer la longueur du mot de passe en visualisant le terminal.

Le terminal change le « $ » par un « # » pour informer que les commandes seront entrées en tant que « root ».

#

Un exemple d'utilisation de « su - » :

$ su -
Mot de passe :
# cd /etc/
# find . -name rc.local
./rc.local
./rc.d/rc.local
Note tip.png Remarque
Dans cet exemple, le « . » représente le dossier dans lequel on est actuellement placé (via la commande « cd »). Le « .. » représente le dossier parent, celui qui se trouve au dessus du répertoire courant.

2.3.3 Exécuter une commande en tant que « root »

Bien souvent, une seule commande à besoin d'être réalisée en super utilisateur.

Pour éviter de taper ces commandes suivantes :

$ su -
Mot de Passe :
# cd /etc/
# find . -name rc.lo*
/etc/rc.local
/etc/rc.d/rc.local

Il faut ajouter à « su - » les options suivantes : « -l » pour se connecter, « -c » pour lancer une ligne de commande.

Exemple :

$ su -lc 'find /etc/ -name rc.lo*'
Mot de passe :
/etc/rc.local
/etc/rc.d/rc.local

2.3.4 Revenir à l'utilisateur courant

Afin de quitter l'utilisateur « root » et revenir à l'utilisateur courant il vous suffit d'envoyer la commande exit :

# exit
déconnexion
$

2.4 Éditer les fichiers textuels

2.4.1 Nano

L'avantage principal de nano est que la plupart des actions sont affichées dans le terminal, ce qui fait que l'on a pas besoin de connaitre des raccourcis clavier pour modifier des fichiers textuels. C'est donc l'éditeur texte en console le plus approprié pour les débutants.

Cependant, son inconvénient majeur est qu'il n'est pas présent par défaut sur toutes les distributions Linux. Par chance, celui-ci est présent par défaut sur Fedora.

Les principaux symboles à connaitre sont les suivants :

^X correspond à [Ctrl] + [X]
M-X correspond à [Alt] + [X]

Ensuite, l'utilisation de nano devient accessible à tous.

Pour éditer un fichier avec nano il suffit d'entrer « nano » suivi du chemin et du nom de fichier
Exemple :

$ su -lc 'nano /etc/X11/xorg.conf'
Note tip.png Installer nano
Si vous utilisez une version minimale ou une version serveur de Fedora, il est probable que vous n'ayez pas nano d'installé par défaut, pour cela il vous suffit d'utiliser la commande suivante en root: # dnf install nano

2.4.2 Vi

Vi est un éditeur de texte très poussé. Son utilisation nécessite un temps d'adaptation non négligeable et une mémorisation des raccourcis clavier est nécessaire. Vi sera donc utile pour des utilisateurs plus expérimentés.

L'article qui suit permet d'approfondir l'Utilisation de vi

2.4.3 Emacs

Vous pouvez découvrir et approfondir Emacs sur Linux France

3 Quelques astuces

3.1 Raccourcis clavier

Certains raccourcis clavier permettent d'effectuer des actions rapides.


[Ctrl] + [Maj] + [C] : Copier du texte sélectionné dans le terminal

[Ctrl] + [Maj] + [V] : Coller du texte dans le terminal

[Ctrl] + [A] : Se déplacer en début de ligne de commande

[Ctrl] + [E] : Se déplacer en fin de ligne de commande

[Ctrl] + [C] : Interrompre l'exécution d'une commande en cours dans le terminal

[Ctrl] + [D] : Équivalent de « exit » ou « loggout », permet de quitter le terminal (si connecté en tant qu'utilisateur) soit de se déconnecter du compte « root » ou d'un autre utilisateur.

[Ctrl] + [R] : Cette combinaison vous permet de rechercher une commande tapée précédemment.
Exemple : vous recherchez une commande tapée il y a une heure commençant par « cat /proc ». Pressez une première fois les touches [Ctrl] + [R], le terminal affiche maintenant « (reverse-i-search) ». Entrez le début de la commande recherchée, ici « cat /proc ». En retapant [Ctrl] + [R], vous faites défiler une par une toutes les commandes entrées par vos soin commençant par « cat /proc ». Vous pouvez sortir du mode de recherche inversée en pressant la touche [Echap].

4 Pour aller plus loin

L'ouvrage de Nicolas Kovacs (Kiki Novak) Linux aux petits oignons permet d'approfondir les bases acquises ici.