Serveur de messagerie électronique

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : PascalParois
Avec l'aimable contribution de : NicolasBerrehouc



Sommaire

1 Introduction

Un serveur de messagerie électronique regroupe plusieurs logiciels qui s'occupent d'envoyer ou de recevoir des courriers électroniques. Autour de ces 2 fonctions principales plusieurs tâches essentielles s'y greffent : filtres anti-virus, filtres anti-spams et black/white/grey-listing principalement.

La fonction d'envoi et de réception de courriers électroniques s'effectue à travers le protocole SMTP (Simple Mail Tansfer Protocol) et cette fonction est gérée par un logiciel appelé MTA (Mail Transfert Agent). Le MTA communique avec d'autres MTA pour assurer le transport du courrier. La livraison des emails est assurée par un logiciel appelé MDA (Mail Delivery Agent) ou LDA (Local Delivery Agent). Il est courant que les fonctions de MTA et MDA/LDA cohabitent au sein d'un même logiciel par exemple Postfix.

Les clients de courriers électroniques (i.e. les logiciels utilisés par les utilisateurs : Thunderbird, Kmail, Evolution, webmails...) sont appelés MUA (Mail User Agent). Les clients de messagerie électronique dialoguent avec le serveur à l'aide des protocoles POP3 ou IMAP.

La portée de ce tutoriel est la mise en place d'un serveur de messagerie électronique à l'aide de Postfix et Dovecot incluant un filtre anti-virus (ClamAv) et anti-spam (SpamAssassin) ainsi qu'une solution de grey-listing (SQLgrey). Sera également abordé la mise en place de SPF et de signature DKIM pour assurer la légitimité des emails. Finalement, la configuration de filtres coté serveur à l'aide de Sieve et Dovecot est abordée. La configuration décrite ici n'est pas unique et peut être modifiée pour s'adapter à d'autres usages. Les utilisateurs des comptes emails seront des utilisateurs virtuels stockés dans une base de données MySQL et pourront être gérer grâce à Postfix Admin. Un diagramme illustrant le solution mise en oeuvre se trouve plus loin.

InProgress tip.png Attention !
Le pare-feu et le contexte SELinux, quoique jamais abordés dans ce tutoriel, sont à prendre à considération.



2 Pré-requis

  • Un minimum d'anglais. La totalité des commentaires dans les fichiers de configurations sont en anglais ainsi que les noms de variables.
  • Être à l'aise avec linux en ligne de commande, le serveur n'aura probablement pas d'interface graphique. Savoir éditer un fichier, démarrer/arrêter un service, lire et analyser les fichiers de logs...
  • Du temps ! Même si la gestion d'un serveur de messagerie n'est pas une tâche très compliquée, il faut pouvoir y consacrer un minimum de temps.



3 Conventions

  • Le domaine géré par le serveur dans ce tutoriel est : example.com
  • L'adresse email de test est test@example.com, son mot de passe : "motdepasse"
  • Utilisateur et groupe UNIX des emails : vmail (uid=5000 et gid=5000)
  • Chemin de stockage des emails : /home/mail/
  • Utilisateur MySQL pour la base de données : mail
  • Nom de la base de données MySQL : mail
  • Ports utilisés :
imap : 143
smtp : 25
smtp-auth : 587
sieve : 4190

3.1 Mise en place du domaine

Si vous n'avez pas de nom de domaine de disponible et un accès au serveur de DNS pour faire les tests (préférable). Il faudra utiliser un serveur de nom local (Bind) avec un nom de domaine réservé aux tests (example.com par example). L'utilisation de Bind est décrite dans la documentation Configuration d'un serveur DNS.

Configuration minimal du domaine example.com (/etc/named/example.com.zone) :

$TTL 1800
@     IN     SOA    ns.example.com.     postmaster.example.com. (
                   2012021906 ; serial
                   21600      ; refresh after 6 hours
                   3600       ; retry after 1 hour
                   604800     ; expire after 1 week
                   86400 )    ; minimum TTL of 1 day

      IN     NS     ns.example.com.
      IN     MX     10    mx.example.com.

      IN     A      xx.xx.xx.xx
ns    IN     A      xx.xx.xx.xx
mx    IN     A      xx.xx.xx.xx

Il est nécessaire de remplacer xx.xx.xx.xx par votre ip local (mais pas 127.0.0.1). Il faut également déclarer ce domaine dans /etc/named.conf comme indiqué dans la documentation Configuration d'un serveur DNS.

Rajouter ensuite dans /etc/resolv.conf, en haut du fichier, votre serveur de nom (il aura la priorité).

nameserver 127.0.0.1

en cas de test depuis un autre ordinateur de votre réseau local, il ne faudra pas utiliser de relai (typiquement un webmail ou un client mail quelconque) car votre domaine est connu uniquement sur votre réseau local. À la place, il faut contacter directement le serveur via telnet par exemple.



4 Diagrame de flux

Diagram flow d'une configuration possible d'un serveur de messagerie électronique

Source : http://pascal.parois.net/public/serveurmail2.dia



5 Préparation

5.1 Création de l'utilisateur vmail

Un utilisateur unix est créé pour la gestion et le stockage des boîtes aux lettres. Il est nommé "vmail" et a pour uid et gid 5000 dans ce tutoriel.

5.2 Création du dossier racine de stockage des emails

L'emplacement pour le stockage des boîtes aux lettres a été choisi dans le cadre de ce tutoriel pour /home/mail/ avec les droits vmail:vmail. Les contextes SELinux nécessitent probablement quelques ajustements. Le choix de ce dossier est discutable et il est bien sur possible de le placer à n'importe quel endroit.

# groupadd -g 5000 vmail
# adduser -u 5000 -g 5000 -d /home/mail vmail

5.3 Préparation de la base de données MySQL

Un utilisateur dédié pour la base MySQL est créé pour l'occasion. Le nom choisi pour l'objet de ce tutoriel est "mail" et la base données se nomme également "mail". phpMyAdmin permet la création de l'utilisateur et de la base de données ainsi que des droits correspondants simplement dans la section privilège. Pour sa mise en place, en cas de besoin, se référer à PhpMyAdmin : gestion de vos bases de données MySQL.

6 Postfix Admin

Il est nécessaire d'installer le paquet php-imap :

# dnf install php-imap

Récupérer l'archive sur http://postfixadmin.sourceforge.net/ . Il s'agit d'un script php, il a donc besoin d'un serveur web et de php configuré, en cas de besoin voir les articles Installation et configuration d'Apache et Installation et configuration de PHP.

Une fois les fichiers copiés, créer un fichier config.local.php. Les paramètres minimum à ajouter pour démarrer sont (à adapter suivant la configuration de chacun) :

$CONF['configured'] = true;

// In order to setup Postfixadmin, you MUST specify a hashed password here.
// To create the hash, visit setup.php in a browser and type a password into the field,
// on submission it will be echoed out to you as a hashed value.
$CONF['setup_password'] = 'achangervialappli';

// Postfix Admin Path
// Set the location of your Postfix Admin installation here.
// YOU MUST ENTER THE COMPLETE URL e.g. http://domain.tld/postfixadmin
$CONF['postfix_admin_url'] = 'http://loalchost/postfixadmin';

// Database Config
// mysql = MySQL 3.23 and 4.0, 4.1 or 5
// mysqli = MySQL 4.1+ 
// pgsql = PostgreSQL
$CONF['database_type'] = 'mysqli';
$CONF['database_host'] = 'localhost';
$CONF['database_user'] = 'mail';
$CONF['database_password'] = 'motdepasse';
$CONF['database_name'] = 'mail';

$CONF['domain_path'] = 'YES';
$CONF['domain_in_mailbox'] = 'YES';

Une fois fait, http://localhost/postfixadmin/setup.php poursuit par la création des tables MySQL et la vérification d'un certain nombre d'éléments. À cette étape le script va également générer un hash (setup_password) à mettre dans le fichier config.local.php à la place de achangervialappli.

Une fois l'installation effectuée, créer un domaine (example.com) et un utilisateur de test (test@example.com).

7 Dovecot

Par : PascalParois
Avec l'aimable contribution de : NicolasBerrehouc

7.1 Introduction

Dovecot est un serveur IMAP et POP3. Le but de ce tutoriel est la mise en place du serveur en ce basant sur des utilisateurs virtuels stockés dans une base de données MySQL. Voir Serveur de messagerie électronique pour plus de détails sur l'écosystème mis en oeuvre.

7.2 Installation

# dnf install dovecot-pigeonhole dovecot-mysql dovecot

7.3 Authentification

L'authentification repose sur une base Mysql avec des utilisateurs virtuels. L'utilisateur UNIX propriétaire des emails à pour UID 5000 et GID 5000 (Serveur de messagerie électronique#Conventions). L'authentification est de type PLAIN, c'est à dire que le mot de passe est transmis en clair. Pour une meilleure sécurité, on chiffre donc tout le canal de communication avec TLS. Dovecot externalisera également une interface SASL pour Postfix (voir Postfix#Authentification_2).

Modifier le fichier /etc/dovecot/conf.d/10-auth.conf:

# N'autorise le login que si la couche tls est chargée
disable_plaintext_auth = yes
auth_mechanisms = plain
# commenter la ligne :
# !include auth-system.conf.ext
# décommenter la ligne :
!include auth-sql.conf.ext

Modifier le fichier /etc/dovecot/conf.d/auth-sql.conf.ext

passdb {
  driver = sql
  args = /etc/dovecot/dovecot-sql.conf.ext
}
userdb {
  driver = sql
  args = /etc/dovecot/dovecot-sql.conf.ext
}

Créer le fichier /etc/dovecot/dovecot-sql.conf.ext

driver = mysql
connect = host=localhost dbname=mail user=mail password=motdepasse
# Type de hash pour le mot de passe
default_pass_scheme = MD5
# Get the mailbox
user_query = SELECT '/home/mail/%d/%u' as home, 'maildir:/home/mail/%d/%u' as mail, 5000 AS uid, 5000 AS gid, concat('dirsize:storage=', quota) AS quota FROM mailbox WHERE username = '%u' AND active = '1'
# Get the password
password_query = SELECT username as user, password, '/home/mail/%d/%u' as userdb_home, 'maildir:/home/mail/vhosts/%d/%u' as userdb_mail, 5000 as userdb_uid, 5000 as userdb_gid FROM mailbox WHERE username = '%u' AND active = '1'

uid et gid sont respectivement l'utilisateur et le groupe unix propriétaire des emails.

7.3.1 Test d'authentification

Telnet permet de vérifier simplement le fonctionnement de Dovecot. Tout d'abord, il faut savoir que chaque commande IMAP est précédée d'un identifiant permettant au client de repérer à quelle requête correspond la réponse donnée par le serveur, ceci car le protocole peut être asynchrone. Dans l'exemple ci-dessous, la commande entrée est écrite en gras et j'utilise des numéros comme identifiant.

$ telnet example.com imap
Trying ::1...
Connected to localhost.
Escape character is '^]'.
* OK [CAPABILITY IMAP4rev1 LITERAL+ SASL-IR LOGIN-REFERRALS ID ENABLE IDLE STARTTLS AUTH=PLAIN] Dovecot ready.
1 login test@example.com motdepasse
1 OK [CAPABILITY (...) LIST-STATUS] Logged in
2 logout
* BYE Logging out

En cas de succès Dovecot répond par Logged in. Attention, une partie de la réponse a été remplacée par (...) pour plus de clarté.

7.3.2 Accès SASL pour postfix

Modifier le fichier /etc/dovecot/conf.d/10-master.conf:

  # Postfix smtp-auth
  unix_listener /var/spool/postfix/private/auth {
    mode = 0666
  }

  # Auth process is run as this user.
  #user = $default_internal_user
}

7.4 Couche TLS

Avec la version de dovecot fournie par Fedora, un certificat auto-signé est déjà en place. Il ne reste plus qu'à activer le support ssl (ssl = required). Pour rappel, la configuration décrite ici utilise obligatoirement une authentification de type plain-text, il est donc nécessaire d'imposer une liaison chiffrée via TLS.

Il faut tout d'abord, supprimer la limitation à l'authentification de type plain-text dans le fichier /etc/dovecot/conf.d/10-master.conf:

service imap-login {
  inet_listener imap {
    #port = 143
    #address = localhost # ligne à supprimer ou à commenter
  }

Ensuite, on impose une liaison TLS. Dans le cas de l'utilisation d'un certificat issu d'une autorité de certification, ajuster les chemins ssl_cert et ssl_key. Ne pas oublier le certificat de la dite autorité (ssl_ca).

Modifier le fichier /etc/dovecot/conf.d/10-ssl.conf comme suit:

# SSL/TLS support: yes, no, required. <doc/wiki/SSL.txt>
ssl = required
# PEM encoded X.509 SSL/TLS certificate and private key. They're opened before
# dropping root privileges, so keep the key file unreadable by anyone but
# root. Included doc/mkcert.sh can be used to easily generate self-signed
# certificate, just make sure to update the domains in dovecot-openssl.cnf
ssl_cert = </etc/pki/dovecot/certs/dovecot.pem
ssl_key = </etc/pki/dovecot/private/dovecot.pem
# If key file is password protected, give the password here. Alternatively
# give it when starting dovecot with -p parameter. Since this file is often
# world-readable, you may want to place this setting instead to a different
# root owned 0600 file by using ssl_key_password = <path.
#ssl_key_password =

# PEM encoded trusted certificate authority. Set this only if you intend to use
# ssl_verify_client_cert=yes. The file should contain the CA certificate(s)
# followed by the matching CRL(s). (e.g. ssl_ca = </etc/pki/dovecot/certs/ca.pem)
# ssl_ca = 

Remarque : le chevron '<' devant les chemins est important.

7.4.1 Test

Le test est à réaliser depuis une machine différente, en local une authentification sans TLS est toujours possible. Vous devez obtenir l'erreur suivante si vous tentez une authentification sur un canal non protégé.

$ telnet 192.168.1.147 imap
Trying 192.168.1.147...
Connected to 192.168.1.147.
Escape character is '^]'.
* OK [CAPABILITY IMAP4rev1 LITERAL+ SASL-IR LOGIN-REFERRALS ID ENABLE IDLE STARTTLS LOGINDISABLED] Dovecot ready.
1 login test@example.com motdepasse
* BAD [ALERT] Plaintext authentication not allowed without SSL/TLS, but your client did it anyway. If anyone was listening, the password was exposed.
1 NO [PRIVACYREQUIRED] Plaintext authentication disallowed on non-secure (SSL/TLS) connections.

STARTTLS signifie que le serveur accepte l'établissement d'une ligne chiffrée. LOGINDISABLED signifie qu'il n'est pas possible de s'authentifier.

Telnet ne permet pas d'utiliser TLS simplement. À la place, il est possible d'utiliser Openssl pour vérifier que tout fonctionne :

$ openssl s_client -connect example.com:imap -crlf -starttls imap

En cas de succès, la dernière ligne affichée devrait être:

. OK Capability completed.

L'authentification est alors possible :

1 login test@example.com motdepasse
* CAPABILITY IMAP4rev1 (...)  COMPRESS=DEFLATE
1 OK Logged in

Il est alors possible d'utiliser votre client email favori. À noter que les procédures automatiques telles que celles utilisées par Thunderdird échoueront à ce stade de la configuration (serveur dns incomplet, smtp manquant). Exemple avec Claws-mail :

Claws-mail-newaccount.png

7.5 Utilisation de dovecot comme "Local Delivery Agent"

Dans le cas de l'utilisation de filtres côté serveur (Sieve), il est nécessaire de choisir Dovecot comme lda (dovecot-lda) en lieu et place de Postfix pour la remise des emails (voir également l'utilisation de DoveCot comme LDA côté Postfix). Les filtres ne s'appliquent que sur les nouveaux emails entrants.

Modifier le fichier /etc/dovecot/conf.d/10-master.conf :

service auth {
 # auth_socket_path points to this userdb socket by default. It's typically
 # used by dovecot-lda, doveadm, possibly imap process, etc. Its default
 # permissions make it readable only by root, but you may need to relax these
 # permissions. Users that have access to this socket are able to get a list
 # of all usernames and get results of everyone's userdb lookups.
 unix_listener auth-userdb {
   mode = 0600
   user = vmail # User running dovecot-lda
   #group = # Or alternatively mode 0660 + dovecot-lda user in this group
 }

Il faudra également spécifier à Dovecot d'utiliser le plugin sieve, dans le fichier /etc/dovecot/conf.d/15-lda.conf :

protocol lda {
  # Space separated list of plugins to load (default is global mail_plugins).
  #mail_plugins = $mail_plugins
  mail_plugins = sieve
}

7.6 Sieve

Modifier le fichier /etc/dovecot/conf.d/20-managesieve.conf

# Uncomment to enable managesieve protocol:
protocols = $protocols sieve

service managesieve-login {
  inet_listener sieve {
    port = 4190
  }

  #inet_listener sieve_deprecated {
  #  port = 2000
  #}

  # Number of connections to handle before starting a new process. Typically
  # the only useful values are 0 (unlimited) or 1. 1 is more secure, but 0
  # is faster. <doc/wiki/LoginProcess.txt>
  service_count = 1

  # Number of processes to always keep waiting for more connections.
  process_min_avail = 0

  # If you set service_count=0, you probably need to grow this.
  vsz_limit = 64M
}



8 Postfix

Par : PascalParois
Avec l'aimable contribution de : NicolasBerrehouc

8.1 Introduction

Postfix est un serveur de messagerie électronique (MTA) et un logiciel libre développé par Wietse Venema et plusieurs contributeurs. Il se charge de la livraison (envoi et réception) de courriers électroniques (courriels).

L'objectif de ce tutoriel est l'installation et la configuration d'un serveur postfix incluant un filtre antivirus et anti spam. L'authentification sera gérée par MySQL à l'aide d'utilisateurs virtuels. ClamAV et spamassassin sont respectivement les solutions antivirus et antispam.

La première partie concerne la configuration pour l'envoi des emails, la deuxième partie portera sur la réception des emails et finalement la dernière partie concernera la configuration des différents modules pour l'antivirus et l'anti-spam.

8.2 Installation

sendmail est installé par défaut, il faut soit le désinstaller ou arrêter et désactiver le service. Pour l'arrêter et le désactiver :

 # systemctl stop sendmail.service
 # systemctl disable sendmail.service

8.2.1 Postfix

# dnf install postfix

8.2.2 Authentification

# dnf install mysql-server cyrus-sasl-plain

8.3 Envoyer un email à l'aide de telnet

Le bon fonctionnement de postfix est testé tout le long du tutoriel à l'aide de la commande telnet ou du client mail de votre choix.

Vérifier que postfix est bien lancé (systemctl status postfix). Le démarrer si nécessaire et ne pas oublier d'arrêter sendmail si celui-ci est déjà lancé.

Commande:

$ telnet localhost 25

Réponse:

Trying 127.0.0.1...
Connected to localhost.
Escape character is '^]'.
220 vinci.localdomain ESMTP Postfix

Commande:

ehlo test@localhost

Réponse:

250-vinci.localdomain
250-PIPELINING
250-SIZE 10240000
250-VRFY
250-ETRN
250-ENHANCEDSTATUSCODES
250-8BITMIME
250 DSN

Commande:

MAIL FROM:localhost

Réponse:

250 2.1.0 Ok
RCPT TO: monemail@example.com

Réponse:

250 2.1.5 Ok

Commande:

data

Réponse:

354 End data with <CR><LF>.<CR><LF>

Commande:

test
.

Réponse:

250 2.0.0 Ok: queued as 957DC106860

Commande:

quit

Réponse:

221 2.0.0 Bye

8.4 Configuration générale

La configuration de postfix est réalisée à l'aide des fichiers "/etc/postfix/master.cf" et "/etc/postfix/main.cf". Certains fichiers doivent être créés s'ils n'existent pas.

8.4.1 Interface d'écoute

Par défaut, sur Fedora, Postfix écoute uniquement sur localhost. Modifier la variable inet_interfaces dans le fichier /etc/postfix/main.cf:

inet_interfaces = all

8.5 Bannière smtp

Il s'agit du nom déclaré par le serveur mail. Il est fortement conseillé de mettre une valeur identique à celle donnée par un reverse dns. La valeur du reverse est connu à l'aide de la commande nslookup (le reverse est la valeur en gras):

$ nslookup 94.23.49.31
Server:		127.0.0.1
Address:	127.0.0.1#53 

Non-authoritative answer:
31.49.23.94.in-addr.arpa	name = ks301266.kimsufi.com.

Par défaut, la valeur de la bannière contient le nom d'hôte (Il s'agit d'une obligation au niveaux des RFC). Modifier la variable myhostname dans le fichier /etc/postfix/main.cf par le reverse.

myhostname = ks301266.kimsufi.com

8.6 Authentification

La mise en place de l'authentification est extrêmement importante pour éviter que le serveur serve d'open relay. L'authentification est déléguée à sasl. le login pour l'authentification est l'adresse email complète, le domaine peut automatiquement être ajouté au login à l'aide de l'option smtpd_sasl_local_domain = si vous ne gérez qu'un seul domaine.

La solution retenue pour l'authentification est de passer par sasl et dovecot. Les principales motivations sont : l'utilisation d'une base de données et le stockage de mot passe chiffré. C'est pour cette raison que le module sql de sasl présent dans postfix n'a pas été utilisé (stockage les mots de passes en clair dans la base données). De même le module pam a dû être écarté car non compatible avec l'encodage des mots de passes utilisé par dovecot. Néanmoins, cette méthode impose une authentification de type plain. i.e. Le mot de passe transite en clair, il faut donc encapsuler le tout dans une session TLS (cette partie est détaillée plus loin).

Ajouter dans /etc/postfix/main.cf :

# active l'authentification
smtpd_sasl_auth_enable = yes
# desactive les connexions annonymes
smtpd_sasl_security_options = noanonymous
# domaine (impose l'ajout du domaine pour le login)
smtpd_sasl_local_domain =
# Interface avec dovecot
smtpd_sasl_type = dovecot
# socket Cyrus SASL de dovecot pour postfix
# chemin absolu (/var/spool/postfix/private/auth) ou relatif
smtpd_sasl_path = private/auth

Vérification de la prise en compte de l'authentification. Dovecot doit avoir été configuré préalablement, voir : Serveur_de_messagerie_électronique#Accès_sasl_pour_postfix.

Une fois l'authentification configurée au niveau de dovecot cela donne :

telnet localhost 25
Trying 127.0.0.1...
Connected to localhost.
Escape character is '^]'.
220 vinci.localdomain ESMTP Postfix
ehlo test@localhost
250-vinci.localdomain
250-PIPELINING
250-SIZE 10240000
250-VRFY
250-ETRN
250-AUTH PLAIN LOGIN
250-ENHANCEDSTATUSCODES
250-8BITMIME
250 DSN

La ligne 250-AUTH PLAIN LOGIN apparaît, signe que postfix est prêt à recevoir une demande authentification. Notez que l'authentification est facultative !

L'accès au port 25 vers l’extérieur est de plus en plus filtré. La plupart des fournisseurs d'accès le bloquent. Il est alors intéressant d'utiliser le port numéro 587 appelé submission qui lui n'est pas filtré. Il est activable dans le fichier /etc/postfix/master.cf, il suffit de dé-commenter ou d'ajouter la ligne submission :

submission inet n	-	n	-	-	smtpd

8.7 Restriction d'accès au serveur postfix

L'accès au serveur sera configuré pour autoriser uniquement les réseaux autorisés (permit_mynetworks) et les clients authentifiés (permit_sasl_authenticated). Le reste est rejeté sauf lorsque le serveur reçoit un email et gère la boite email du destinataire de l'email. L'ordre des restrictions est important, elles sont évaluées l'une après l'autre.

Les différentes règles de filtrage d'accès peuvent se faire à plusieurs niveaux. L'exemple ci-dessous montre à quel niveau d'une session smtp ils apparaissent :

$ telnet 192.168.0.2 25                           # Commentaires
Trying 192.168.0.2...
Connected to 192.168.0.2 (192.168.0.2).
Escape character is '^]'.
220 mail.example.com ESMTP Postfix              # <-smtp_client_restrictions
HELO mail.example.com                           # <-smtp_helo_restrictions
250 mail.example.com                            #
MAIL FROM:<ned@example.com>                     # <-smtp_sender_restrictions
250 2.1.0 Ok                                    #
RCPT TO:<ned@example.com>                       # <-smtp_recipient_restrictions
250 2.1.5 Ok                                    #
DATA                                            # <-smtp_data_restrictions
354 End data with <CR><LF>.<CR><LF>             #
To:<ned@example.com>                            # <-header_checks
From:<ned@example.com>                          #
Subject:SMTP Test                               #
This is a test message                          # <-body_checks
.                                               #
250 2.0.0 Ok: queued as 301AE20034
QUIT
221 2.0.0 Bye
Connection closed by foreign host.


À ajouter dans le fichier /etc/postfix/main.cf

smtpd_recipient_restrictions =
  permit_mynetworks,
  permit_sasl_authenticated,
  reject_unauth_destination
  

Définir les réseaux autorisés. Par défaut tous les réseaux sont autorisés. A adapter suivant son utilisation, ici, seul localhost en fait partie. i.e. localhost pourra envoyer des emails sans s'authentifier par un login.

mynetworks = 127.0.0.1, localhost, localhost.localdomain

Redémarrer postfix puis tester l'envoi d'un email depuis un client en dehors des réseaux autorisés. Vous devriez avoir la réponse:

554 5.7.1 <test@example.com>: Relay access denied

8.7.1 Restrictions diverses

Les restrictions permettent dans une certaine mesure de combattre le spam. Une liste non exhaustive est décrite ci-dessous.

  • Bloquer les utilisateurs qui non pas de reverse dns :
smtpd_recipient_restrictions = reject_unknown_client
  • Bloquer les machines susceptibles d'envoyer du spam à l'aide de rbl (Realtime Blackhole List). "spam.spam-rbl.fr" est un exemple :
smtpd_recipient_restrictions = reject_rbl_client spam.spam-rbl.fr
  • Imposer un fqdn (fully qualified domain name) valide :
smtpd_helo_restrictions = reject_non_fqdn_helo_hostname
  • Imposer un nom d’hôte valide :
smtpd_helo_restrictions = reject_invalid_helo_hostname
  • Blacklister un serveur de mail à l'aide son ip
smtpd_client_restrictions =
  check_sender_access hash:/etc/postfix/blacklist

Le fichier /etc/postfix/blacklist contient ligne par ligne l'ip du serveur suivi de REJECT:

127.0.0.1 REJECT
127.0.0.2 REJECT

Le fichier doit ensuite être compilé pour que postfix puisse l'utiliser à l'aide de la commande postmap:

# postmap /etc/postfix/blacklist

8.7.2 Références

8.8 Couche TLS

8.8.1 Configuration

Ajout de la couche TLS pour assurer la confidentialité des échanges entre le serveur et le client. La partie concernant la génération du certificat n'est pas décrite. Il est nécessaire d'avoir le certificat (format .pem), la clé secrète (format .pem) et si nécessaire le certificat racine de l'autorité de chiffrement dans le cas d'un certificat non auto-certifié. TLS est également imposé au clients voulant s'authentifier. La configuration à ajouter dans /etc/postfix/main.cf est la suivante :

# Les connexions client-serveur et serveur-serveur propose TLS (l'utilisation de TLS est facultative)
smtpd_tls_security_level = may
smtp_tls_security_level = may
smtp_tls_note_starttls_offer = yes

# Le serveur accepte uniquement l'authentification dans un canal chiffré
smtpd_tls_auth_only = yes

# Empeche les connexions au serveur avec SSLv2, SSLv3 et exclu les methodes d'encryptions les moins robustes
smtpd_tls_mandatory_protocols = !SSLv2, !SSLv3
smtpd_tls_protocols=!SSLv2,!SSLv3
smtpd_tls_mandatory_ciphers = high
smtpd_tls_exclude_ciphers = aNULL, eNULL, EXPORT, DES, 3DES, DES+MD5, RC4, MD5, PSK, aECDH, EDH-DSS-DES-CBC3-SHA, EDH-RSA-DES-CDB3-SHA, KRB5-DES, CBC3-SHA

# certificats 
smtpd_tls_key_file = /etc/postfix/ssl/ssl.key
smtpd_tls_cert_file = /etc/postfix/ssl/ssl.crt
smtpd_tls_CAfile = /etc/postfix/ssl/ca-certs.crt

# Niveau de logging (0-3), pour suivre l'authentification complète mettre 3
smtpd_tls_loglevel = 1

smtpd_tls_received_header = yes
smtpd_tls_session_cache_database = btree:${data_directory}/smtpd_scache
smtpd_tls_session_cache_timeout = 3600s
smtp_tls_session_cache_database = btree:${data_directory}/smtp_scache

tls_random_source = dev:/dev/urandom

En utilisant une nouvelle fois telnet, la ligne STARTTLS apparait et AUTH PLAIN LOGIN a disparu. L’établissement d'une connexion chiffrée avec telnet est relativement compliqué à faire à la main. Il est possible d'utiliser openssl qui s'occupe d'établir la connexion chiffrée.

Pour l'authentification, il faut passer une chaine de la forme : "null byte + login + null byte + mot de passe" encodée en base 64 (ne pas oublier d'échapper les caractères spéciaux tels que @). Par exemple, on peut l'obtenir avec perl :

$ perl -MMIME::Base64 -e 'print encode_base64("\000test\@example.com\000motdepasse");'
AHRlc3RAZXhhbXBsZS5jb20AbW90ZGVwYXNzZQ==
$ openssl s_client -connect example.com:smtp -crlf -starttls smtp
250 DSN
ehlo test
250-example.com
250-PIPELINING
250-SIZE 50000000
250-VRFY
250-ETRN
250-AUTH PLAIN
250-ENHANCEDSTATUSCODES
250-8BITMIME
250 DSN
auth plain AHRlc3RAZXhhbXBsZS5jb20AbW90ZGVwYXNzZQ==
235 2.7.0 Authentication successful

Une fois authentifié, il est possible d'envoyer un email, voir Envoyer un email à l'aide de telnet. Remarque : Les réponses du serveur sont en gras. Le détail de l'authentification est également disponible dans le fichier de log /var/log/maillog.

Pour augmenter la verbosité du fichier de log, passer smtpd_tls_loglevel à 3 dans /etc/postfix/main.cf.

Exemple de l'envoi avec succès d'un email précédé par l’établissement d'une connexion chiffrée et d'une authentification. Remarque : dans l'état actuel de la configuration de postfix, il n'est pas possible de s'authentifier car les utilisateurs n'ont pas été créés.

Aug 16 19:02:18 ks301266 postfix/smtpd[12290]: initializing the server-side TLS engine
Aug 16 19:02:18 ks301266 postfix/smtpd[12290]: connect from 5355179D.cm-6-6a.dynamic.ziggo.nl[83.85.23.157]
Aug 16 19:02:18 ks301266 postfix/smtpd[12290]: setting up TLS connection from 5355179D.cm-6-6a.dynamic.ziggo.nl[83.85.23.157]
Aug 16 19:02:18 ks301266 postfix/smtpd[12290]: 5355179D.cm-6-6a.dynamic.ziggo.nl[83.85.23.157]: TLS cipher list "ALL:+RC4:@STRENGTH"
Aug 16 19:02:18 ks301266 postfix/smtpd[12290]: SSL_accept:before/accept initialization
...
Aug 16 19:02:18 ks301266 postfix/smtpd[12290]: 0000 16 03 01 00 51 02 00 00|4d 03 01 4e 4a a2 9a a7  ....Q... M..NJ...
...
Aug 16 19:02:18 ks301266 postfix/smtpd[12290]: Anonymous TLS connection established from 5355179D.cm-6-6a.dynamic.ziggo.nl[83.85.23.157]: TLSv1 with cipher DHE-RSA-AES128-SHA (128/128 bits)
Aug 16 19:02:20 ks301266 postfix/smtpd[12290]: A8C5EA9797: client=5355179D.cm-6-6a.dynamic.ziggo.nl[83.85.23.157], sasl_method=PLAIN, sasl_username=postmaster@example.com
Aug 16 19:02:20 ks301266 postfix/cleanup[12295]: A8C5EA9797: message-id=<20110816190223.2d9347f6@example.com>
Aug 16 19:02:20 ks301266 postfix/qmgr[12288]: A8C5EA9797: from=<test@example.com>, size=662, nrcpt=1 (queue active)
Aug 16 19:02:20 ks301266 postfix/smtpd[12290]: disconnect from 5355179D.cm-6-6a.dynamic.ziggo.nl[83.85.23.157]

8.8.2 Tests externes

Afin de s'assurer de la bonne sécurité de cette configuration des outils web permettent de tester la qualité des connexions TLS. En effet l'évolution des mécanismes de chiffrement oblige à contrôler de temps en temps que les prescriptions de sécurité sont respectées.

8.9 Distribution des emails

Postfix sera configuré pour trouver la localisation d'une boite email sur le disque dans une base MySql (la structure choisie est de la forme: domaine/email/). Cette base contiendra également les differents domaines gérés et les utilisateurs. Sa configuration est detaillée plus loin dans le tutoriel.

Les informations à indiquer à Postfix sont : le répertoire racine sur le disque qui contient toutes les boites aux lettres, l'utilisateur et le groupe unix des fichiers (dans le cas décrit ici, il est identique pour tous les utilisateurs virtuels) et les différentes requêtes sql pour récupérer les informations nécessaires à la distribution d'un email. Ceci inclut la recherche des alias de domaines ou alias de boites aux lettres.

Ajouter dans /etc/postfix/main.cf

# Recuperation du domaine
virtual_mailbox_domains = proxy:mysql:/etc/postfix/mysql_virtual_domains_maps.cf
# Recuperation du chemin de la boite au lettre sur le disque
virtual_mailbox_maps = proxy:mysql:/etc/postfix/mysql_virtual_mailbox_maps.cf,proxy:mysql:/etc/postfix/mysql_virtual_mailbox_alias_maps.cf
# Recuperation de la destination d'un alias de boite ou de domaine
virtual_alias_maps = proxy:mysql:/etc/postfix/mysql_virtual_alias_maps.cf,proxy:mysql:/etc/postfix/mysql_virtual_alias_domains_maps.cf
virtual_minimum_uid = 100
# uid et gid de l'utilisateur gerant les boites aux lettres
virtual_uid_maps = static:5000
virtual_gid_maps = static:5000
# Repertoire racine des boites aux lettres
virtual_mailbox_base = /home/mail

Ensuite, il est nécessaire de créer les fichiers /etc/postfix/mysql_virtual_domains_maps.cf, /etc/postfix/mysql_virtual_mailbox_maps.cf, /etc/postfix/mysql_virtual_alias_maps.cf, /etc/postfix/mysql_virtual_alias_domains_maps.cf et /etc/postfix/mysql_virtual_mailbox_alias_maps.cf.

/etc/postfix/mysql_virtual_domains_maps.cf :

# Utilisateur pour le serveur MySql
user = utilisateurmysql
# Mode de passe de l'utilisateur MySql
password = motdepasse
# Hote du serveur MySql
hosts = localhost
# Nom de la base de donnees
dbname = mail
# Nom de la table
table = domain
# Nom du champ
select_field = domain
# clause where
where_field = domain
additional_conditions = and backupmx = '0' and active = '1'
# equivalence de la requete ci-dessus en langage SQL
#query = SELECT domain FROM domain WHERE domain='%s' AND backupmx = '0' AND active = '1'

/etc/postfix/mysql_virtual_mailbox_maps.cf :

user = utilisateurmysql
password = motdepasse
hosts = localhost
dbname = mail
table = mailbox
select_field = maildir
where_field = username
additional_conditions = and active = '1'
#query = SELECT maildir FROM mailbox WHERE username='%s' AND active = '1'

/etc/postfix/mysql_virtual_alias_maps.cf :

user = utilisateurmysql
password = motdepasse
hosts = localhost
dbname = mail
table = alias
select_field = goto
where_field = address
additional_conditions = and active = '1'
#query = SELECT goto FROM alias WHERE address='%s' AND active = '1'

Les deux requètes suivantes gèrent les alias de domaines. /i.e./ quand l'adresse email *@example.com va pointer vers *@example.net sans définir d'adresse en particulier. La première récupère l'alias, la deuxième le dossier de destination.

/etc/postfix/mysql_virtual_alias_domains_maps.cf :

user = utilisateurmysql
password = motdepasse
hosts = localhost
dbname = mail
query = SELECT goto FROM alias,alias_domain 
  WHERE alias_domain.alias_domain = '%d' 
  AND alias.address=concat('%u', '@', alias_domain.target_domain) 
  AND alias.active = 1

/etc/postfix/mysql_virtual_mailbox_alias_maps.cf :

user = utilisateurmysql
password = motdepasse
hosts = localhost
dbname = mail
query = SELECT maildir FROM mailbox, alias_domain
  WHERE alias_domain.alias_domain = '%d'
  AND mailbox.username=concat('%u', '@', alias_domain.target_domain )
  AND mailbox.active = 1

8.9.1 Utiliser Dovecot comme LDA

Dovecot permet l'utilisation de filtres côté serveur. Ceux-ci ne fonctionnent que si dovecot est utilisé comme lda à la place de postfix. L’intérêt d'avoir les filtres côté serveur est de centraliser ceux-ci dans le cas où l'on consulte les emails depuis plusieurs clients. La configuration ci-dessous remplace postfix par dovecot.

À compléter dans /etc/dovecot/conf.d/10-master.conf (voir la configuration de dovecot-lda) :


À ajouter dans /etc/postfix/master.cf :

dovecot   unix  -       n       n	-	-	pipe
  flags=DRhu user=vmail:vmail argv=/usr/libexec/dovecot/deliver -f ${sender} -d ${recipient}

À ajouter dans /etc/postfix/main.cf :

dovecot_destination_recipient_limit = 1
virtual_transport = dovecot

Log :

Sep 27 13:07:14 ks301266 dovecot: lda(postmaster@example.net): sieve: msgid=<4E81AEA8.3090108@example.net>: stored mail into mailbox 'INBOX'
Sep 27 13:07:14 ks301266 postfix/pipe[25198]: B8400A979F: to=<postmaster@example.net>, relay=dovecot, delay=0.16, delays=0.02/0.02/0/0.13, dsn=2.0.0, status=sent (delivered via dovecot service)
Sep 27 13:07:14 ks301266 postfix/qmgr[19556]: B8400A979F: removed

8.9.1.1 Références

8.10 Sqlgrey

Sqlgrey effectue du "grey listing". Les e-mails de sources inconnues sont dans un premier temps refusés puis acceptés s'ils sont re-soumis au serveur une seconde fois. Le principe veut que le spam ne fera jamais une seconde tentative.

8.10.1 Installation

Sqlgrey est dans le dépot RPMFusion.

# dnf install sqlgrey

8.10.2 Configuration

Modifier smtpd_recipient_restrictions dans /etc/postfix/main.cf. check_policy_service doit-être placé après reject_unauth_destination sinon le serveur peut devenir un open-relay.

smtpd_recipient_restrictions =
   permit_sasl_authenticated,
   permit_mynetworks,
   reject_unauth_destination,
   check_policy_service inet:127.0.0.1:2501

8.10.3 Logs

Oct  2 02:35:48 ks301266 sqlgrey: grey: new: 110.53.26.88(110.53.26.88), zlo@lnirbsg.org -> eeeee@xxxx.net
Oct  2 02:35:48 ks301266 sqlgrey: spam: 114.44.101.184: z2007tw@yahoo.com.tw -> gk49fawn@yahoo.com.tw at 1317401847
Oct  2 02:35:48 ks301266 sqlgrey: perf: spent 0s cleaning: from_awl (0) domain_awl (0) connect (2)

8.11 Faire accepter ses emails

Dans la plupart des cas, si votre ip n'est pas blacklistée (http://www.mxtoolbox.com) pour une raison ou pour une autre, il ne devrait pas y avoir de problème pour délivrer vos emails. Les fournisseurs hotmail et yahoo sont les plus susceptibles et peuvent poser des problèmes dans certains cas. L'utilisation de spf (sender-id) ou dkim peut aider mais sans garantie, voir : SPF/DKIM.

8.11.1 Hotmail

Hotmail donne les outils nécessaires pour évaluer le spam qui lui est reporté concernant votre domaine :

8.12 Conseil généraux

  • Avoir un reverse configuré et correct:
$ nslookup 94.23.49.31
Server:		127.0.0.1
Address:	127.0.0.1#53

Non-authoritative answer:
31.49.23.94.in-addr.arpa	name = ks301266.kimsufi.com.

Un deuxième nslookup sur le domaine donne en réponse ci-dessus (en gras) doit redonner l'ip utilisée pour le premier nslookup (en gras également).

$ nslookup ks301266.kimsufi.com
Server:		127.0.0.1
Address:	127.0.0.1#53

Non-authoritative answer:
Name:	ks301266.kimsufi.com
Address: 94.23.49.31

Attention ! Ne pas oublier le reverse en ipv6 également si votre serveur fonctionne également sur une ipv6.

$ nslookup -type=AAAA ks301266.kimsufi.com
Non-authoritative answer:
ks301266.kimsufi.com	has AAAA address 2001:41d0:2:321f::2
$ nslookup  2001:41d0:2:321f::2
Non-authoritative answer:
2.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.f.1.2.3.2.0.0.0.0.d.1.4.1.0.0.2.ip6.arpa	name = ks301266.kimsufi.com.
  • La bannière smtp doit correspondre au nom du reverse (à spécifier dans main.cf, voir : Bannière smtp)
$ telnet ks301266.kimsufi.com 25
Trying 127.0.0.1...
Connected to localhost.
Escape character is '^]'.
220 ks301266.kimsufi.com ESMTP Postfix
  • Éviter une adresse ip de type "résidentiel". Certaines rbls les rejettent.
  • Éviter absolument un fonctionnement en open relay (voir : Restrictions d'acces)



9 Amavisd-new

Par : PascalParois
Avec l'aimable contribution de : NicolasBerrehouc

9.1 Introduction

Amavisd-new est une interface sûre et de haute performance entre un MTA et un ou plusieurs filtres de contenu : anti-virus, anti-spam, white/grey/black listings... Il est écrit en Perl et s'interface avec les MTAs à travers les protocoles (E)SMTP ou LMTP.

Il est normalement positionné dans ou près d'un serveur de messagerie électronique, pas nécessairement où les boites emails des utilisateurs sont stockées.

9.2 Installation

# dnf install amavisd-new

Après configuration, le service sera à démarrer et activer, tout en contrôlant le bon fonctionnement (à minima avec l'état du service) :

# systemctl start amavisd.service
# systemctl status amavisd.service

Si tout est bon alors ce dernier peut être activé :

# systemctl enable amavisd.service

9.3 Configuration

Section à ajouter dans /etc/postfix/master.cf

amavis unix - - - - 2 smtp
 -o smtp_data_done_timeout=1200
 -o smtp_send_xforward_command=yes
 -o disable_dns_lookups=yes
 -o max_use=20

127.0.0.1:10025 inet n - - - - smtpd
 -o content_filter=
 -o local_recipient_maps=
 -o relay_recipient_maps=
 -o smtpd_restriction_classes=
 -o smtpd_delay_reject=no
 -o smtpd_client_restrictions=permit_mynetworks,reject
 -o smtpd_helo_restrictions=
 -o smtpd_sender_restrictions=
 -o smtpd_recipient_restrictions=permit_mynetworks,reject
 -o smtpd_data_restrictions=reject_unauth_pipelining
 -o smtpd_end_of_data_restrictions=
 -o mynetworks=127.0.0.0/8
 -o smtpd_error_sleep_time=0
 -o smtpd_soft_error_limit=1001
 -o smtpd_hard_error_limit=1000
 -o smtpd_client_connection_count_limit=0
 -o smtpd_client_connection_rate_limit=0
 -o receive_override_options=no_header_body_checks,no_unknown_recipient_checks

Ajouter la ligne suivante à /etc/postfix/main.cf

content_filter = amavis:[127.0.0.1]:10024

9.3.1 local_domain_maps

Lors de l'utilisation de amavisd-new, seuls les messages locaux doivent être obligatoirement analysés. Les messages locaux sont ceux qui sont distribués à l'utilisateur dont la boite email est située sur le serveur. Les autres messages sont ceux que l'utilisateur envoie. Étant donné que celui est authentifié, il n'est pas nécessaire de les filtrer.

Les utilisateurs locaux sont identifiés dans amavisd par @local_domains_maps. La solution la plus simple est de modifier cette liste en dur mais il est aussi possible d'aller chercher l'information dans une base MySQL ce qui s'intègre parfaitement dans la configuration du Serveur de messagerie électronique de ce tutoriel. Malheureusement, même si cela semble possible, le procédé ne sera pas décrit ici.

L'alternative est de mettre à jour un fichier texte à l'aide d'une tâche cron.

Le fichier texte (/etc/amavisd/local_domain_table) peut être crée à l'aide d'un script python (/etc/amavisd/local_domain_lookup.py):

#!/usr/bin/python2
# -*- coding: utf-8 -*-

import mysql.connector

con = mysql.connector.Connect(host='localhost', user='mail',
    password='motdepasse', database='mail')
c = con.cursor()

table=open("/etc/amavisd/local_domain_table","w")

c.execute("""SELECT domain FROM domain WHERE active=1""")
rows = c.fetchall ()
for row in rows:
    table.write("%s 1\n"%row)

c.execute("""SELECT alias_domain FROM alias_domain WHERE active=1""")
rows = c.fetchall ()
for row in rows:
    table.write("%s 1\n"%row) 

table.close()
c.close()

Ce fichier contient le mot de passe de connexion au serveur MySQL, attention aux permissions du fichier. Il ne reste plus qu'à appeler le script régulièrement à l'aide d'une tâche cron (une fois par jour dans ce cas):

Fichier /etc/cron.daily/amavisd.local_domain

/etc/amavisd/local_domain_lookup.py

Finalement, il reste la configuration de amavis (/etc/amavisd/amavisd.conf). Remplacer la ligne

#@local_domains_maps = ( [".$mydomain"] );  # list of all local domains

par

@local_domains_maps = ( read_hash("/etc/amavisd/local_domain_table") );

Si ce n'est pas le cas, il faudra installer mysql-connector-python afin que le script ne retourne pas d'erreur :

# dnf install mysql-connector-python

9.4 Spamassassin

SpamAssassin permet de filtrer le trafic des emails pour éradiquer les emails reconnus comme spam ou emails non sollicités.

9.4.1 Installation

# dnf install spamassassin

9.4.2 Configuration

Rien à faire.

9.5 Dspam

9.5.1 Installation

# dnf install dspam dspam-hash

Après configuration, le service sera à démarrer et activer, tout en contrôlant le bon fonctionnement (à minima avec l'état du service) :

# systemctl start dspam.service
# systemctl status dspam.service

Si tout est bon alors ce dernier peut être activé :

# systemctl enable dspam.service

9.5.2 Configuration

Rien à faire. Il reste cependant possible de configurer certaines options dans /etc/dspam.conf.

Une interface web est disponible avec le paquet dspam-web.

9.6 ClamAv (anti-virus)

9.6.1 Installation

# dnf install clamav clamav-server

9.6.2 Configuration

Idem, rien à faire. Amavisd utilisera automatiquement ClamAV.

La signature de virus fournie par défaut est très succincte mais il est possible de la compléter avec des listes tierces gratuites ou payantes. Voir par exemple eXtremeSHOK qui fournit un script gérant plusieurs de ces listes.

9.7 SPF/DKIM

SPF permet de vérifier si le serveur envoyant l'email est bien autorisé pour le domaine en question.

DKIM fonctionne par signature. Il est issu de l'amélioration de DomainKeys, de Yahoo! et Identified Internet Mail, de Cisco. Le serveur envoyant l'email signe le contenu de celui-ci. Le serveur recevant l'email vérifie l’authenticité de la signature à l'aide de la clé du domaine en question. Seuls les serveurs possédant la clé privé du domaine peuvent produire une signature valide.

9.7.1 DKIM

Plusieurs méthodes sont possible pour l'utilisation de DKIM. L'une d'entre elles est d'utiliser amavis. La raison de ce choix est qu'il est déjà utilisé pour l'anti-spam et l'anti-virus. Amavis repose sur le module perl perl-Mail-DKIM pour la signature DKIM.

Installation du module perl :

# dnf install perl-Mail-DKIM

Seul les emails sortant doivent être signés. Postfix ne fait pas de distinction entre emails entrants et sortants d’où la nécessité de filtrer ceux-ci sur 2 routes distinctes.

La configuration nécessaire à ajouter au fichier /etc/postfix/main.cf

# Utilise de la ligne suivante a discuter
content_filter = amavis:[127.0.0.1]:10024

smtpd_sender_restrictions =
  check_sender_access regexp:/etc/postfix/tag_as_originating.re
  permit_mynetworks
  permit_sasl_authenticated
# For other mail use amavis filtering on port 10024 (skips DKIM signing)
  check_sender_access regexp:/etc/postfix/tag_as_foreign.re

Un nouveau fichier /etc/postfix/tag_as_originating.re est créé avec le contenu :

/^/  FILTER amavis:[127.0.0.1]:10026

Un nouveau fichier /etc/postfix/tag_as_foreign.re est créé avec le contenu :

/^/  FILTER amavis:[127.0.0.1]:10024

Modifier la ligne du fichier /etc/postfix/master.cf. pickup s'occupe des emails issus de comptes locaux. Ils doivent être redirigés vers la bonne interface.

pickup    fifo  n	-	n	60	1	pickup

par

pickup    fifo  n	-	n	60	1	pickup
-o content_filter=amavis:[127.0.0.1]:10026

Le fichier /etc/amavisd/amavid.conf est ajusté avec les options suivantes :

$enable_db = 1;              # enable use of BerkeleyDB/libdb (SNMP and nanny)
$enable_global_cache = 1;    # enable use of libdb-based cache if $enable_db=1
$nanny_details_level = 2;    # nanny verbosity: 1: traditional, 2: detailed
$enable_dkim_verification = 1;  # enable DKIM signatures verification
$enable_dkim_signing = 1;    # load DKIM signing code, keys defined by dkim_key
 
# Les clés privées pour les signatures dkim des différents domaines sont à ajouter
#         domain             selector    path
dkim_key('example.net',     'main',	 '/path/dkim/keys/example.net/main');
dkim_key('example.com',     'main',	 '/path/dkim/keys/example.com/main');

$inet_socket_port = [10024,10026];  # listen on multiple TCP ports

# it is up to MTA to re-route mail from authenticated roaming users or
# from internal hosts to a dedicated TCP port (such as 10026) for filtering
$interface_policy{'10026'} = 'ORIGINATING';

$policy_bank{'ORIGINATING'} = {  # mail supposedly originating from our users
  originating => 1,  # declare that mail was submitted by our smtp client
  # force MTA conversion to 7-bit (e.g. before DKIM signing)
  smtpd_discard_ehlo_keywords => ['8BITMIME'],
};

Génération de l'enregistrement DNS et des clés. Le paquet opendkim ou dkim-milter doit être installé.

dkim-genkey -t -s main -d example.net

2 fichiers sont alors créés, l'un avec l'extension, il s'agit de la clé privé. L'autre avec l'extension txt, il s'agit de l'enregistrement correspondant pour le domaine en question.

Exemple de contenu du fichier .txt :

main._domainkey IN TXT "v=DKIM1; g=*; k=rsa; t=y; p=MIGfMA0GC[...]iT88qGSswIDAQAB" 

le "g=*" peut poser des problèmes avec certains hébergeurs (OVH) mais comme c'est la valeur par défaut, elle peut être omise :

main._domainkey IN TXT "v=DKIM1; k=rsa; t=y; p=MIGfMA0GC[...]iT88qGSswIDAQAB"

Cf: http://www.ijs.si/software/amavisd/amavisd-new-docs.html#dkim

9.7.1.1 En cas d'erreur

  • amavis[8425]: (08425-01) Open relay? Nonlocal recips but not originating:

Si ce message n'apparait que pour les mails issus de comptes locaux, la ligne pickup n'a pas été modifiée.

9.7.2 SPF

La configuration a lieu uniquement au niveau des DNS à l'aide de l'ajout d'un champ TXT ou SPF. Il existe 2 versions de la norme, seule la première version (spf1) est largement utilisée. Un concurrent de SPF, SenderID (développé par Microsoft) existe également. SenderID utilise également SPF comme enregistrement DNS.

Exemple minimal :

example.net. 600 IN TXT "v=spf1 ip4:94.23.xx.xx -all"

Un outil web permet de générer ce type d'entrée https://www.spfwizard.net/ , il en existe sûrement d'autres.

Par la suite, vous pouvez vérifier que votre enregistrement DNS est bien existant (prendre en compte le temps de propagation au niveau DNS) :

$ dig -t TXT +noall +answer example.net

9.7.3 Vérification

Les entêtes sont aussi un bon moyen de vérification, exemple avec un email envoyé à une adresse gmail :

Received-SPF: pass (google.com: domain of postmaster@example.com  designates 94.23.xx.xx as permitted sender) 
       client-ip=94.23.xx.xx;
Authentication-Results: mx.google.com; spf=pass (google.com: domain of postmaster@example.com designates 94.23.xx.xx 
       as permitted sender) smtp.mail=postmaster@example.com ; dkim=pass (test mode) header.i=@example.com 
Received: from localhost (unknown [127.0.0.1])
       by mail.example.com  (Postfix) with ESMTP id 21AA2A9768
       for <test@gmail.com.invalid>; Tue, 13 Sep 2011 10:02:33 +0000 (UTC)
DKIM-Signature: v=1; a=rsa-sha256; c=relaxed/simple; d=example.com ; h=
       content-transfer-encoding:content-type:content-type:mime-version
       :x-mailer:message-id:subject:subject:from:from:date:date
       :received:received; s=main; t=1315908152; bh=m2i8p[...]ljfysyTaNfzU0
       vuhAMt8w=

La même chose vers une adresse hotmail dont la vérification sender-id (spf) a échoué :

x-store-info:4r51+eLowCe79NzwdU2kRyU+pBy2R9QCr0[...]+AesVnRJD47Xou6rocg==
Authentication-Results: hotmail.com; sender-id=temperror (sender IP is 94.23.xx.xx) 
       header.from=test@example.com; dkim=pass (testing mode) header.d=example.com; x-hmca=none
X-Message-Status: n:0:n
X-SID-PRA: Pascal <test@example.com>
X-DKIM-Result: Pass(t)
X-AUTH-Result: NONE

9.7.4 Le cas particulier des listes de diffusion

Dans le cas de listes de diffusion, l'email est envoyé pour le compte d'utilisateur (ie. le champ FROM est celui de l'utilisateur). L'enregistrement spf n'est donc pas respecté. Les listes de diffusion modifient également les entêtes ce qui cassent la signature DKIM. En conclusion, il n'y a pas de solutions claires à ce problème.

Voir :

Une solution possible : https://2009.jres.org/planning_files/summary/html/28.htm



10 DMARC

10.1 Définition

DMARC (Domain-based Message Authentication, Reporting and Conformance) est une spécification technique qui vise à réduire l'usage abusif des e-mails, tels que le spam, le phishing, en proposant une solution de déploiement et de surveillance des problèmes liés à l'authentification des e-mails. L'emploi de DMARC vient en complément de SPF et DKIM.

10.2 Installation

L'utilisation d'OpenDMARC, présent dans le dépôt fedora, sera la solution adoptée.

# dnf install opendmarc

10.3 Configuration OpenDMARC

Le fichier de configuration de base /etc/opendmarc.conf sera modifié afin de décommenter et renseigner la variable AuthservID en remplaçant name par HOSTNAME ou le nom du serveur renseigné dans le fichier /etc/postfix/main.cf dans la variable myhostname.

# AuthservID name

devient

AuthservID HOSTNAME

Dès lors le service peut être démarré :

# systemctl start opendmarc.service

Contrôler l'état du service, normalement aucune erreur n'est apparue et l'état du service n'en reporte aucune :

# systemctl status opendmarc.service

Si tout est bon alors il restera à activer le service :

# systemctl enable opendmarc.service

10.4 Configuration Postfix

Il faut désormais préciser à Postfix d'utiliser OpenDMARC en ajoutant à /etc/postfix/main.cf les lignes suivantes après la section concernant DKIM :

smtpd_milters           = inet:127.0.0.1:8893
non_smtpd_milters       = $smtpd_milters
milter_default_action   = accept

Postfix peut désormais être rechargé :

# systemctl reload postfix.service

Afin d'éviter les doubles signatures ou contrôles des emails il faudra ajouter au fichier /etc/postfix/master.cf la ligne suivante à la suite de -o content_filter=amavis:[127.0.0.1]:10026 :

-o receive_override_options=no_milters


Bien sûr cette approche ne présente qu'un aperçu des possibilités d'utilisations de DMARC.

11 Roundcubemail

plugin sieve:



12 Carnets d'adresses et calendriers partagés

Les carnets d'adresses et les calendriers ne sont pas gérés par le serveur de messagerie mais d'autres logiciels sont nécessaires. Néanmoins, dans un monde de plus en plus connecté entre les ordinateurs, portables et autres smartphones ce sont des fonctions très appréciables.

Les protocoles les plus ouverts pour les carnets d'adresses est le protocole CardDav. Quand au calendrier il s'agit du protocole CalDav. La solution proposée par Nextcloud semble la plus intéressante, son installation ne sera pas détaillé ici.

Les clients devront alors avoir un plugin adéquat pour pouvoir utiliser ces ressources. Ce qui est le cas de Thunderbird avec le connecteur sogo pour la partie contacts et lightning pour le calendrier. La plupart des smartphones sont également compatibles avec ce protocole.



13 Maintenance/monitoring

13.1 Awstats

Awstats permet également de suivre un serveur mail.

Commande à insérer dans le fichier de conf awstats :

LogFile="perl /usr/share/awstats/tools/maillogconvert.pl standard < /var/log/maillog |"

D'autres directives sont à modifier également pour que vos statistiques soient correctement traitées, elles sont expliquées en détails dans la FAQ de Awstats.

13.2 Pflogsumm

Pflogsumm (http://linxnet.com/postfix_contrib.html) parse le fichier de log pour en faire un résumé de ce qui transite à travers votre serveur mail. Ce script Perl est disponible dans le dépôt RPMFusion.

13.2.1 Installation

# dnf install postfix-perl-scripts

13.2.2 Utilisation

Le fichier de log (/var/log/maillog) est accessible uniquement en root, le script doit donc être lancé en root ou via une tâche cron qui s'occupera de vous envoyer un rapport régulièrement.

Par exemple, pour envoyer un rapport à l'utilisateur myself chaque jour à 0h10, vous ajouterez dans votre crontab quelque chose comme ceci :

10 0 * * * /usr/sbin/pflogsumm -d yesterday /var/log/maillog 2>&1 | /bin/mail -s "`uname -n` daily mail stats" myself

13.3 Logwatch

--------------------- Amavisd-new Begin ------------------------ 

       4   Clean passed                             100.00%
--------   ------------------------------------------------
       4   Total Messages Scanned                   100.00%
========   ================================================

       4   Ham                                      100.00%
--------   ------------------------------------------------
       4   Total Messages Scanned                   100.00%
========   ================================================

---------------------- Amavisd-new End ------------------------- 


--------------------- clam-update Begin ------------------------ 


Last ClamAV update process started at Sun Sep 25 02:21:19 2011

Last Status:
   main.cvd is up to date (version: 53, sigs: 846214, f-level: 53, builder: sven)
   connect_error: getsockopt(SO_ERROR): fd=6 error=111: Connection refused
   Can't connect to port 80 of host db.fr.clamav.net (IP: 195.190.27.134)
   Downloading daily-13665.cdiff [100%]
   Downloading daily-13666.cdiff [100%]
   daily.cld updated (version: 13666, sigs: 198727, f-level: 60, builder: guitar)
   bytecode.cvd is up to date (version: 144, sigs: 41, f-level: 60, builder: edwin)
   Database updated (1044982 signatures) from db.fr.clamav.net (IP: 193.51.160.14)

---------------------- clam-update End ------------------------- 


--------------------- Dovecot Begin ------------------------ 


**Unmatched Entries**
   dovecot: auth: mysql: Connected to localhost (mail): 3 Time(s)
   dovecot: imap(postmaster@example.net): Disconnected: Logged out bytes=17034/80791: 1 Time(s)
   dovecot: imap(postmaster@example.net): Disconnected: Logged out bytes=696/4705: 1 Time(s)

---------------------- Dovecot End ------------------------- 


--------------------- Postfix Begin ------------------------ 

  41.754K  Bytes accepted                            42,756
  41.754K  Bytes delivered                           42,756
========   ================================================

       8   Accepted                                  88.89%
       1   Rejected                                  11.11%
--------   ------------------------------------------------
       9   Total                                    100.00%
========   ================================================

       1   Reject relay denied                      100.00%
--------   ------------------------------------------------
       1   Total Rejects                            100.00%
========   ================================================

       7   Connections made      
       1   Connections lost      
       7   Disconnections        
       8   Removed from queue    
       8   Sent via SMTP         
       4   Filtered              

       1   Timeout (inbound)     
       1   TLS connections (server) 
       1   SASL authenticated messages 

---------------------- Postfix End -------------------------



14 Conclusion

Cet article présente juste une manière de mettre en place un serveur de messagerie électronique. Il est bien sûr possible de mettre en place une architecture différente et avec d'autres outils aussi.

Bien entendu la mise en place demande de la rigueur et de la compréhension avant de commencer car il possible que certaines adaptations soient à réaliser.

15 Autres lectures