Télécharger Fedora

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : GuillaumeKulakowski
Avec l'aimable contribution de : Pascal Parois, EdouardDuliege
Note tip.png Aide
Pour lire ce wiki convenablement, merci de lire la page suivante concernant les conventions de nommage.

1 Quelle image ?

1.1 32 ou 64 bits ou ARM ?

Fedora est disponible sous plusieurs architectures (64 bits, ARM, POWER et S390x).

Note tip.png Support de l'architecture 32 bits
Le noyau Linux i686 n’est plus généré et les dépôts associés sont également supprimés. De fait, il n’y aura plus d’images amorçables de Fedora pour cette architecture, ni de mise à niveau possible depuis Fedora 30 pour ces installations. Des paquets i686 peuvent subsister dans les dépôts à destination des utilisateurs ayant l’architecture x86_64 uniquement.

Cela résulte d’un processus amorcé depuis Fedora 27 où cette architecture était une architecture dite secondaire, c’est‑à‑dire avec une maintenance minimale et qui ne pouvait pas bloquer la procédure de sortie d’une nouvelle version de Fedora. Cette architecture qui était finalement assez peu utilisée ces derniers temps, avec environ 1 % des utilisateurs, souffrait de nombreux bogues, souvent découverts et corrigés tardivement faute de testeurs et de développeurs pour identifier et corriger ces problèmes.

1.1.1 i386, i686 (32-bit)

Architecture Intel x86. Convient pour tous les processeurs Intel 32 bits et compatibles, dont les processeurs AMD 32 bits et les Mac Intel (les Mac d'après juin 2005).

Listes non exhaustive des processeurs :

  • Intel Celeron, Pentium (sauf F12+), Pentium Pro, Pentium 2, Pentium 3 et Pentium 4, Core Solo/Duo ;
  • Intel Xeon (les plus anciens) ;
  • AMD Athlon XP, Sempron, Athlon, Duron, K6 ;
  • VIA C3 (sauf F12+), C4, C7 ;
  • Apple MacBook Pro.

Une telle architecture permet de gérer au plus 4 Gio de RAM, sauf utilisation du kernel-pae qui permet de repousser cette limite à 64 Go.

1.1.2 x86_64 (64-bit)

Architecture 64 bits. Convient pour tous les processeurs AMD64 et compatibles, dont les Intel64.

Liste non exhaustive des processeurs :

  • AMD Phenom II, Phenom, Athlon II, Athlon 64 / FX / X2, Opteron, Turion ;
  • AMD Sempron (socket AM2/AM3 et certains socket 754) ;
  • Intel Core i7, i5, i3, Pentium G ;
  • Intel Core 2 Duo/Quad/Extreme et dérivés (Celeron 4x0, Celeron E, Pentium E) ;
  • Intel Pentium D, Pentium 4 série 6xx / 5x1 ;
  • Intel Celeron D (pas tous) ;
  • Intel Xeon ;
  • AMD Ryzen.

Une telle architecture permet de gérer une quantité quasi illimitée de RAM.

1.1.3 ARM (AArch64 compatibles « Server Base System Architecture » (SBSA) ou ordinateurs mono-carte)

Architecture AArch64. Les microprocesseurs ARM constituent la famille de processeurs la plus produite au monde ; ils sont historiquement présents dans les téléphones et applications embarquées, et sont de plus en plus utilisés dans les tablettes et serveurs à basse consommation d'énergie. Concernant les modèles les plus courant (Raspberry Pi), les modèles supportés sont les Raspberry Pi Modèle B, version 2 ou 3.

1.2 Télécharger Fedora

La dernière version stable de Fedora est Fedora 31, sortie le 29 novembre 2019.
La prochaine version de Fedora, Fedora 32, devrait sortir en avril 2020.

Fedora propose 2 différents produits de base et sont disponibles ici :

  • Workstation (pour les ordinateurs bureautiques, à priori ce qui vous conviendra le mieux) ;
  • Server (pour les serveurs).

Fedora dispose en plus d'images alternatives nommées Spins pour satisfaire d'autres utilisateurs. Par exemple certains préfèrent l'environnement de bureau KDE à GNOME. D'autres veulent disposer dès le départ d'outils orientés pour le graphisme, ou le calcul scientifique. Ces variantes ont un un site dédié pour se les procurer. Il reste possible d'installer ces logiciels à partir d'une autre version de Fedora sans problèmes, mais ce n'est pas inclus par défaut.

La solution recommandée pour télécharger l'image ISO dont vous aurez besoin est le protocole BitTorrent (liste de clients). Vous trouverez les fichiers torrents disponibles sur le tracker du Projet Fedora : https://torrent.fedoraproject.org.

L'autre solution consiste à utiliser l'un des miroirs disponibles :

Les anciennes versions, les versions de développement ainsi que la liste liste complète des miroirs est disponible sur la page Miroirs publics actifs de Fedora.

Pour des installations minimales, il est aussi possible de passer par une netinstall ou par une installation par le réseau avec boot.fedoraproject.org.

2 Vérification des images ISO

Après avoir téléchargé les images ISO, il est nécessaire de vérifier l'intégrité de celles-ci.

Cette vérification s'effectue grâce à la commande sha256sum depuis un terminal (SHA-256)

Placez les images ISO et le fichier CHECKSUM dans le même répertoire puis lancez :

$ cd <chemin-vers-le-répertoire-contenant-les-images>
$ sha256sum -c CHECKSUM
Note tip.png Remarques
Le fichier téléchargé en Torrent ou avec Fedora Media Writer est vérifié automatiquement. Il peut tout de même subsister une erreur, vous pouvez configurer votre logiciel pour qu'il vérifie l'image et corrige les erreurs. Pour vérifier l'intégrité des images depuis Windows, utilisez l’exécutable sha256sum.exe

3 Création du média

3.1 DVD

3.1.1 Depuis Linux

  • Avec l’environnement Gnome, un clic droit sur le fichier iso, puis choisir « Graver ».
  • Avec l’environnement KDE, un double clic sur l'iso vous ouvre k3b. Il faut préalablement installer k3b ;

3.1.2 Depuis Windows

Copier-coller l'iso dans le DVD vierge, Windows se chargera du reste.

3.2 LiveUSB

Un liveUSB permet d'amorcer un système d'exploitation sur une clef USB. Ceci permet de tester Fedora avec une simple clef USB, et de l'installer sur le disque ensuite.

3.2.1 Méthodes graphiques

Il existe plusieurs méthodes pour créer un live USB via l'interface graphique. Sous Linux, on pensera à Fedora Media Writer (dans les dépôts Fedora) (qui s'occupe aussi de télécharger l'image).

Sous Windows, on passera aussi par Fedora Media Writer, ou encore par Rufus USB.

Sous OSX, on passera de même aussi par Fedora Media Writer.

3.2.2 Avec la ligne de commande

InProgress tip.png Attention !
Cette étape peut entrainer des pertes de données, notamment sur votre disque dur principal si vous faites une erreur. Si vous ne savez pas ce que vous faites, privilégiez la méthode graphique.

Il est aussi possible de passer par le terminal. Pour cela, il faut d'abord identifier le nom de la partition de la clef USB. Il convient ensuite de démonter toutes les partitions de cet appareil, par exemple avec un umount /dev/sdX*. Ensuite, on écrit sur la partition avec un :

# dd if=/path/to/image.iso of=/dev/sdX bs=8M && sync

Il ne reste qu'à attendre que le terminal rende la main. Le liveUSB est alors prêt.

4 Et après ?