VirtualBox : installation, configuration, utilisation

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : Fabien Nicoleau


1 Introduction

La virtualisation permet, sur un même PC, de faire tourner plusieurs systèmes d'exploitation en concurrence. Le système d'exploitation « principal » fait tourner par le biais d'une application servant au partage des ressources et à l'émulation d'un PC un autre système d'exploitation. L'une de ces applications est VirtualBox. Cet article en détaille l'installation, la configuration et l'utilisation, ainsi que la façon d'accéder à la machine virtualisée via le réseau, permettant ainsi de tester un système d'exploitation sans risque.

2 Prérequis

2.1 Mise à jour de votre système et dépôts

Comme vous pourrez le constater ci-dessous, l'installation de VirtualBox nécessite la mise en place des outils de développement, ainsi que des pilotes associés à votre noyau Linux.

Afin de ne pas avoir de problème lors de l'installation (ou des mises à jours ultérieures), veillez à ce que votre système soit à jour.

InProgress tip.png Attention !
Pour vous assurer que votre système est à jour, effectuer les commandes suivantes :
$ su -
# dnf upgrade

De plus, VirtualBox n'est pas disponible dans les dépôts officiels de Fedora pour des raisons légales. Pour l'installer vous devriez passer par le dépôt libre de RPMFusion que vous devez installer également, si ce n'est déjà fait.

3 Installation

Une fois les dépôts et le système à jour, vous pouvez l'installer via la commande suivante :

# dnf install VirtualBox

Un groupe « vboxusers » est alors créé lors de l'installation et les modules noyau VirtualBox compilés. Si une erreur intervient lors de la création du module noyau, reportez-vous au contenu du fichier /var/log/vbox-install.log.

Il est recommandé de redémarrer à cette étape pour bénéficier du dernier noyau avec les modules VirtualBox chargés.

4 Génération des pilotes

Pour fonctionner correctement, VirtualBox requiert que des modules du noyau soient compilés et chargés. Normalement cela est fait automatiquement, en cas d'erreurs, vous pouvez le faire manuellement, notamment pour comprendre l'origine du problème. Procédez comme suit:

akmods && systemctl restart systemd-modules-load.service

Le noyau va compiler l'ensemble des modules manquants et ensuite les recharger en mémoire.

5 Utilisation

5.1 Lancement

Pour lancer VirtualBox, ouvrez un terminal, et tapez :

$ VirtualBox
InProgress tip.png Attention !
La casse est importante.

Sinon, sous Gnome, utilisez la recherche principale en saisissant VirtualBox

5.2 Création d'un PC virtuel

Afin de créer un PC virtuel, suivez ces quelques étapes :

  • Depuis la fenêtre principale, cliquez sur le bouton « Nouveau »
  • Un assistant s'ouvre, cliquez sur « Suivant > »
  • Saisissez un nom pour votre machine virtuelle, puis indiquez dans la liste quel est le système duquel se rapproche votre machine virtualisée. Cliquez sur « Suivant > »
  • Indiquez ensuite la taille de RAM que vous souhaitez attribuer à votre machine virtualisée
  • Vient le moment de choisir le disque virtuel sur lequel sera installé vote machine virtuelle. Si vous n'en avez pas, vous pouvez en créer un en cliquant sur « Nouveau ». Cliquez ensuite sur « Suivant > »
  • Cliquez enfin sur « Terminer » pour finaliser la création de votre machine virtuelle

5.3 Lancement d'un PC virtuel

Si aucun système n'est installé sur votre PC virtuel, vous pouvez démarrer sur le CD-ROM du PC hôte, ou sur une image disque, afin d'en installer un. Utilisez pour cela la configuration CD/DVD-ROM, en cliquant sur dans l'onglet « Détail » sur « Disque optique » et suivez les indications.

Ensuite, cliquez sur le bouton « Lancer ». Votre machine virtuelle démarre.

5.4 Installation des outils additionnels

Ces outils sont à mettre en place une fois le système invité installé.

5.4.1 Sur une machine virtualisée de type Windows

Si votre machine virtuelle est de type Windows, lors de son exécution, lancez « Périphériques > Installer les Additions invité... ». Un CD est alors inséré dans la machine virtualisée et celui-ci s'exécute automatiquement. L'installation se lance sous la même forme que la plupart des logiciels sous ce système. Une fois celle-ci terminée, redémarrez votre machine virtuelle.

5.4.2 Sur une machine virtualisée de type Linux

Note tip.png Astuce
Je vous conseille fortement de faire une mise à jour du système, en particulier du noyau. En effet, nous allons installer les outils de développement du noyau qui sont fortement liés au noyau. Si vous ne faites pas de mise à jour vous risquez de vous retrouver avec une version des outils de développement du noyau plus récente que le noyau.

Assurez vous d'avoir le compilateur gcc installé, ainsi que les entêtes du noyau (sur la machine virtualisée bien sûr). Exécutez :

# dnf install gcc kernel-devel

Une fois la machine virtuelle lancée, utilisez le menu « Périphériques > Installer les Additions invité... ». Un CD nommé VBOXADDITIONS est alors monté dans /media.

S'il vous est proposé une exécution automatique, refusez là. C'est pour Windows.
Puis, continuez le déroulement des actions ci-dessous.

Depuis la console, passez en mode super-utilisateur, et tapez le mot de passe de root :

$ su -

Déplacez vous dans le dossier de montage :

$ cd /media/VBOXADDITIONS*

Selon vote architecture, exécutez :

  • pour un processeur 32 bits :
# sh VBoxLinuxAdditions-x86.run
  • pour un processeur 64 bits (amd ou intel, n'ayez pas peur du nom) :
# sh VBoxLinuxAdditions-amd64.run

Les outils additionnels s'installent, et un module noyau est créé.

Une fois cela terminé, redémarrez la machine virtuelle.

6 Accès à la machine virtualisée

6.1 Simplement : le NAT (Mappage des ports)

6.1.1 Introduction

Depuis une machine virtuelle dont le périphérique réseau est en mode NAT, il est facile d'accéder à l'extérieur en passant par la machine hôte (il n'y a rien à faire en fait). On peut donc accéder à Internet, faire des mises à jour... En revanche on ne peut pas directement accéder depuis la machine hôte à la machine virtuelle directement, pour par exemple tester le bon fonctionnement d'un service. Le NAT permet pourtant de le faire facilement, en mappant des ports de la machine hôte vers la machine invitée. Nous prendrons comme exemple une CentOS virtualisée sur une Fedora et faisant tourner un serveur SSH ainsi qu'un serveur Web. Nous pourrons facilement depuis la Fedora (hôte) accéder à ces serveurs (invité).

6.1.2 Mappage

Le principe est simple, nous allons mapper des ports de Fedora vers une machine virtuelle. Une CentOS virtualisée écoute sur les ports 22 pour le SSH et 80 pour le http. Ces ports sont sûrement déjà utilisés sur ma machine hôte, il est donc préférable d'en mapper d'autres (VirtualBox renverrais une erreur au démarrage sinon). Je choisis donc de mapper le port 2222 de ma Fedora vers le 22 de ma CentOS, et le 8080 vers le 80 de ma CentOS. Pour cela, j'utilise la commande VBoxManage fournie avec le package VirtualBox. En voici la syntaxe :

VBoxManage setextradata {nom invité} "VBoxInternal/Devices/pcnet/0/LUN#0/Config/{nom mapping}/HostPort" {port hôte}
VBoxManage setextradata {nom invité "VBoxInternal/Devices/pcnet/0/LUN#0/Config/{nom mapping}/GuestPort" {port invité}
VBoxManage setextradata {nom invité} "VBoxInternal/Devices/pcnet/0/LUN#0/Config/{nom mapping}/UDP" 0
  • {nom invité} est le nom de la machine virtualisée que vous avez donné. Dans cet exemple ce sera CENTOS
  • {nom mapping} est une chaîne de caractères indiquant la nature du mapping. Cela peut être le nom des protocoles utilisés, ssh et http
  • {port hôte} est le numéro de port hôte mappé, ce sera 2222 puis 8080
  • {port invité} est le numéro de port invité cible, ce sera 22 puis 80

Pour annuler un mapping, il faut retaper ces trois lignes (pour chaque mapping) sans le dernier argument. Pour l'exemple choisi, voila donc les 6 lignes à taper en console :

  • Pour le SSH :
$ VBoxManage setextradata CENTOS "VBoxInternal/Devices/pcnet/0/LUN#0/Config/ssh/HostPort" 2222
$ VBoxManage setextradata CENTOS "VBoxInternal/Devices/pcnet/0/LUN#0/Config/ssh/GuestPort" 22
$ VBoxManage setextradata CENTOS "VBoxInternal/Devices/pcnet/0/LUN#0/Config/ssh/UDP" 0
  • Pour le HTTP :
$ VBoxManage setextradata CENTOS "VBoxInternal/Devices/pcnet/0/LUN#0/Config/http/HostPort" 8080
$ VBoxManage setextradata CENTOS "VBoxInternal/Devices/pcnet/0/LUN#0/Config/http/GuestPort" 80
$ VBoxManage setextradata CENTOS "VBoxInternal/Devices/pcnet/0/LUN#0/Config/http/UDP" 0

6.1.3 Accès à la machine guest

Le principe est de se connecter en local aux services souhaités, en passant par les ports mappés précédemment.

  • Pour le SSH, d'abord un affichage du /etc/redhat-release pour montrer que l'on est sur la Fedora (hôte), puis connexion par le port mappé, et de nouveau affichage du /etc/redhat-release pour montrer que l'on est sur la CENTOS (invité) :
$ cat /etc/redhat-release
Fedora release 26
$ ssh fabien@127.0.0.1 -p 2222
fabien@127.0.0.1's password:
Last login: Tue Jul 11 13:53:59 2017 from 10.0.2.2
$ cat /etc/redhat-release
CentOS release 7.3 (Final)
  • Pour le HTTP, il suffit d'utiliser un navigateur internet. Si vous voulez accéder à votre serveur local, dans la barre d'adresse, vous pouvez taper http://127.0.0.1/ (sous entendu : http://127.0.0.1:80/. De la même façon que pour le SSH on se connecte en local sur le port mappé, ici, on se connectera en local sur le port mappé vers le port 80 de la machine guest (8080) : http://127.0.0.1:8080/. La page d'accueil apparaissant est alors celle par défaut du serveur web du PC virtuel. Un exemple de ce que cela donne est visible ici.
Note tip.png Accès par mapping
Cette démonstration est valable pour tout type de mapping, du moment qu'un service tourne derrière. Dans le cas où vous souhaiteriez y accéder depuis un autre poste du réseau, n'oubliez pas d'autoriser via le pare-feu le trafic sur les ports mappés de votre machine hôte, et de faire des redirection de port si vous êtes derrière un routeur.

7 Références

Documentations officielles