Virtualisation

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : PhilippeMarcovici

1 Introduction

  • La virtualisation, qu'est-ce que c'est ?
  • La virtualisation, est-elle possible avec Fedora ?
  • Quels outils de virtualisation choisir ?


L'objectif de ce tutoriel est de répondre à ces questions.

2 La virtualisation, qu'est-ce que c'est ?

La virtualisation, en informatique, qu'est-ce que c'est ?

2.1 Définition de la virtualisation

  • Une première définition stricte :
    La virtualisation, c'est la possibilité d'exécuter plusieurs systèmes d'exploitation sur un même matériel, chacun de ces systèmes d'exploitation n'ayant pas conscience de partager le matériel.
  • Certain(e)s, élargissent la définition :
    La virtualisation, c'est aussi la possibilité d'exécuter plusieurs applications sur un même système d'exploitation, chacune de ces applications n'ayant pas conscience de partager les ressources du système d'exploitation.
    Nous trouvons ici la notion d'isolation, qui est une des composantes de la virtualisation.

2.2 Les techniques de la virtualisation

Nous allons présenter, brièvement, quelques techniques de virtualisation.

  • L'isolation :
    C'est la capacité d'isoler l'exécution d'une application pour tout ou partie des ressources. Cette isolation peut-être plus ou moins complète. L'exemple le plus connue est l'isolation du répertoire racine (cf. commande chroot). L'application isolée "voit" une racine '/' de son système de fichier qui est en fait un sous-répertoire du système de fichier complet.
  • L'émulation :
    C'est la capacité d'un logiciel, l'émulateur, à exécuter un système d'exploitation ou une application en lui présentant un matériel qui n'est pas le matériel réel. Avec un émulateur "pur", Le code du système d'exploitation ou de l'application est exécuté / interprété complètement par l'émulateur (pas d'utilisation de trap où de remplacement des instructions privilégiées).
  • La machine virtuelle :
    La technique de la machine virtuelle permet, tout comme l'émulation, de présenter un matériel à un système d'exploitation. C'est pourquoi, l'émulation et la machine virtuelle sont parfois confondues. Par contre, avec une machine virtuelle le CPU et la RAM de la machine hôte sont accessibles.
  • Paravirtualisation :
    La paravirtualisation est une technique de machine virtuelle. Dans cette technique, le système d'exploitation invité peut interagir, ou plutôt collaborer, avec le système d'exploitation hôte. Ceci dans un soucis de performance. Le système invité est donc adapté (par exemple via des modules noyaux spécifiques). Il a "conscience" de la virtualisation.
  • Virtualisation complète :
    La virtualisation complète est une technique de machine virtuelle. Dans cette technique, le système d'exploitation invité n'interagit pas (ne collabore pas) avec pas le système d'exploitation hôte. Le système invité n'a pas "conscience" de la virtualisation (il n'est pas modifié pour celà). Afin de permettre la virtualisation, et donc le partage des ressources, des instructions matérielles spécifiques sont utilisées.
  • Hyperviseur :
    Un hyperviseur est un noyau allégé qui s'intercale entre le matériel et les systèmes invités.


Note tip.png Présentation plus complète
Pour une présentation plus complète de la virtualisation, nous vous conseillons de consulter la page Virtualisation de Wikipédia [1]. Vous y trouverez, entre autre, un historique et une typologie des différentes techniques de virtualisation.


  • Dans la suite de ce tutoriel, nous ne reprenons pas exactement la classification donnée par la page Virtualisation de Wikipedia. La classification Wikipedia a le mérite d'exister et de donner un bon cadre de réflexion.
    Par contre, la virtualisation est un sujet qui bouge beaucoup. Les outils de virtualisation peuvent donc, progressivement, intégrer des techniques de virtualisation qu'ils ne traitaient pas à leur début.
    De plus les concepts sont très mouvants et sont repris / adaptés à différents domaines proches ou éloignés de l'informatique.

3 La virtualisation, est-elle possible avec Fedora ?

  • La virtualisation, est-elle possible avec Fedora ? Oui, bien sûr ;-)


  • Pour vous le prouver, nous allons vous donner quelques liens vers les tutoriaux de la documentation Fedora qui concernent les outils de virtualisation.
    Tous les outils de virtualisation et toutes leurs possibilités ne sont pas couverts. Mais c'est déjà un bon début.


  • chroot : Utilisation_de_chroot
    chroot permet de changer le répertoire racine d'un processus. Le processus est donc isolé, au niveau de l'accessibilité du système de fichier. Il ne peut accéder à l'ensemble du système de fichier.
    Cet outil fait partie de la famille des isolateurs.
  • Qemu : QEMU_:_installer_un_pont_pour_un_accès_illimité_au_réseau
    Qemu permet d'émuler une ou plusieurs machines physiques, sur un même système d'exploitation. Le type des machines émulées n'est pas dépendant de la machine physique réelle. Selon les classifications, Qemu fait partie de la famille des émulateurs et / ou de la famille des machines virtuelles.
    Notons, que le module Kqemu permet d'accélérer Qemu en donnant accès au processeur. Nous sortons alors, effectivement, de la famille émulateurs pour entrer dans la famille machine virtuelle.
  • KVM : Virtualisation_:_KVM,_Qemu,_libvirt_en_images
    KVM (pour Kernel-based Virtual Machine) permet d'exécuter plusieurs systèmes invités sur un même système hôte. Cette possibilité s'appuie sur les instructions matérielles dédiées à la virtualisation, des architectures x86 : pour x86 Intel la technologie Intel VT / Vanderpool et pour x86 AMD la technologie AMD SVM / AMD-V. Ce qui permet une virtualisation dite complète car le système invité n'a pas conscience d'être virtualisé et il n'a pas besoin d'être modifié.
    KVM fait donc parti de la famille virtualisation complète.
    Mais pas seulement. En effet, KVM devient capable d'utiliser virtio. Virtio est une API qui permet a un système invité d'accéder directement au matériel géré par l'hôte. Ce qui permet d'accélérer les systèmes invités, mais avec la contrepartie que le système invité soit modifié pour en tenir compte.
    KVM fait donc, aussi, partie de la famille paravirtualisation.
  • Xen : Xen.
    Xen permet d'exécuter plusieurs systèmes invités sur un même système hôte. Les systèmes invités sont modifiés pour collaborer avec le système hôte. Ce qui permet une meilleure performance qu'avec une virtualisation complète.
    Xen fait donc partie de la famille paravirtualisation.
    Mais bon ce n'est pas si simple. Xen a fait le chemin inverse de KVM. Et donc, Xen est aussi capable de faire de la virtualisation complète en s'appuyant sur les instructions matérielles dédiées à la virtualisation des processeurs x86 Intel avec la technologie Intel VT / Vanderpool et des processeur x86 AMD avec la technologie AMD SVM / AMD-V.
    Xen fait donc aussi partie de la famille virtualisation complète.
  • VirtualBox : VirtualBox_:_installation,_configuration,_utilisation
    VirtualBox permet d'exécuter plusieurs systèmes invités sur un même système hôte. A la base, VirtualBox est plutôt un émulateur.
    Mais, VirtualBox dispose d'outils additionnels qui sont a installer sur le système invité. Ces outils additionnels permettant de fournir du matériel adapté à la virtualisation. Nous nous retrouvons donc assez proche de la famille paravirtualisation.
    Et, les instructions de virtualisation matérielles peuvent, elles aussi, être prise en compte. Nous revoilà encore une fois dans la famille virtualisation complète.
  • VmWare : Fedora_sur_vmplayer et Installation_de_VMWare_server
    VmWare permet d'exécuter plusieurs systèmes invités sur une même système hôte. VmWare est un émulateur (pour VMware Player et VMware Server, d'autres produits VmWare existent). Bien que faisant partie de la famille des émulateurs, VmWare est rapide, ceci car l'émulation est utilisée uniquement pour le mode noyau (via la capture des trap et le remplacement des instructions privilégiées).


Voilà. Il s'agit d'une présentation succincte, avec une typologie incomplète mais qui montre bien que le sujet est très mouvant où il est difficile de départager les outils.

4 Quels outils de virtualisation choisir ?

  • Quels outils de virtualisation choisir ?
    Ce n'est pas un choix facile. Si l'on se base sur la typologie des outils de virtualisation, les "gros outils" sont finalement assez proches.
    Je vais essayer de vous donner quelques indications. Ce ne sont que des indications de départ et subjectives. Il faut bien commencer par un premier outil. Si celui-ci ne vous convient pas, vous pourrez toujours en tester un autre, sans passer, ni repasser à la caisse, autre que la caisse à outil de virtualisation ;-)


  • chroot :
    Le besoin est plutôt d'isoler un serveur pour des questions de sécurité. La sécurité étant que si le serveur est victime d'une faille il ne peut pas (tout du moins, pas facilement) accéder à l'extérieur de l'arborescence attribuée. Nous ne sommes pas vraiment dans la virtualisation. Mais c'est une solution très efficace (pas de couche intermédiaires pour la virtualisation) qui peut répondre à un des besoins auquel répond la virtualisation. C'est un outil purement Unix.
  • Qemu :
    Une mise en place facile et rapide. Par contre, une exécution pas très rapide (émulation oblige). Un grand intérêt de cette solution est de pouvoir émuler des d'architectures différentes de l'architecture physique disponible. Un autre intérêt est, bien sur, sa facilité de mise en œuvre.
  • Qemu + Kqemu :
    Si vous êtes sous Linux et si vous émulez un invités x86 sur un hôte x86 Kqemu permet une accélération de Qemu. Les architectures possibles sont donc limitées, mais la vitesse accélérée.
  • KVM :
    KVM a été intégré dès ses débuts dans le noyaux Linux. Autrement dît, il s'agit de la solution de virtualisation privilégiée par les développeurs noyau et par certaines distributions GNU/Linux. KVM avance rapidement et c'est déjà une solution relativement aboutie. Elle est donc à suivre de près, si vous ne l'essayez pas dès maintenant. Par contre, les instructions de virtualisation matérielles sont encore nécessaires. Ou alors, il va vous falloir expérimenter les modules de paravirtualisation. Mais l'avancée est relativement rapide. Avec Fedora, KVM s'appuie sur libvirt et Virtual Machine Manager (cf. ci-dessous). Les hôtes de type Linux, BSD, Unix, Windows sont supportés. Notez, que KVM est capable de faire tourner des machines au format VmWare et Xen.
  • Xen :
    Xen est une solution qui a la réputation d'être difficile de mise en œuvre. Cette réputation est aussi dûe à une documentation pas à jour, mais nous y avons pourvu et en français ! C'est aussi une solution, depuis longtemps, professionnelle et éprouvée. Elle permet de multiples configurations réseau. Avec Fedora, Xen s'appuie sur libvirt et Virtual Machine Manager (cf. ci-dessous). Les hôtes de type Linux, BSD, Unix, Windows sont supportés.
  • VirtualBox :
    Les hôtes de type Linux, BSD, Unix, Windows sont supportés. Notez, que VirtualBox existe en deux versions. Une version open source et incomplète et l'autre binaire et complète, mais pour un usage personnel.
  • VmWare :
    C'est le plus ancien outils de virtualisation sur architecture x86. Éprouvé professionnellement. C'est une solution propriétaire. Mais certains de ses produits sont "gratuits" mais pas open source. Les hôtes de type Linux, BSD, Unix, Windows sont supportés.


  • En résumé, les choix sont techniques, philosophiques, pratiques. Je ne suis pas sûr de vous avoir complètement aidé dans votre choix, mais au moins vous avez quelques idées pour vous décider.

5 Libvirt et Virtual Machine Manager

  • Libvirt et Virtual Machine Manager sont issus des laboratoires RedHat.
  • Plusieurs distributions Linux les ont déjà intégrés, que ce soit des distributions de la famille RedHat/CentOS/Fedora, proche (OpenSuse/Mandrake) ou moins proche (Debian/Ubuntu) ...

Cette approche est donc prometteuse. Ce qui est un plus pour KVM et / ou Xen.

5.1 Libvirt

  • Libvirt est une boîte à outils qui offre une API indépendante de gestion des outils de virtualisation. C'est une réponse à la diversité des technologies de virtualisation.
  • Xen, Qemu, Kvm, VirtualBox sont, entre autres, supportés par libvirt.
  • Le stockage sur disques IDE/SCSI/USB et les systèmes de fichiers fibre channel, LVM, iSCSI et NFS sont supportés.
  • Libvirt permet la gestion à distance sécurisée, le contrôle d'accès local, la gestion des machines virtuelles, les gestions des réseaux virtuels et la gestion du stockage.
  • L'API de libvirt est accessible aux clients Linux, Solaris et Windows.

Le site du projet : http://libvirt.org/

5.2 Virtual Machine Manager

  • Virtual Machine Manager est une interface utilisateur qui permet de gérer des machines virtuelles.
  • Virtual Machine Manager s'appuie sur libvirt.
  • Virtual Machine Manager permet de configurer et créer des machines virtuelles.
  • Virtual Machine Manager permet aussi la consultation des ressources utilisées, ainsi que la modification de leur allocation.

Le site du projet : http://virt-manager.et.redhat.com/

6 Références

La page Virtualisation de Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Virtualisation.

Les pages virtualisation de Fedora, en anglais : http://fedoraproject.org/wiki/Virtualization et http://fedoraproject.org/wiki/Getting_started_with_virtualization. Elles concernent plutôt KVM, Xen et Qemu, ainsi que libvirt et Virtual Machine Manager.

Le site de libvirt : http://libvirt.org/

Le site de Virtual Machine Manager : http://www.virt-manager.org/

Un site dédié à la virtualisation avec Linux : http://virt.kernelnewbies.org/

L'excellente page d'IBM sur la virtualisation. Rappelons qu'IBM a été un précurseur dans la virtualisation : http://www.ibm.com/developerworks/linux/library/l-linuxvirt/?ca=dgr-lnxw01Virtual-Linux

Vous pouvez aussi obtenir un livre blanc sur la "virtualisation open source" ici : http://www.smile.fr/publications/livres-blancs/virtualisation