Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Portail de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

Mise en œuvre de PREEMPT-RT pour créer un noyau Temps Réel mou

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : Navigation, rechercher
Par :
Par :


1 Historique du document

  • 27/04/11 : Mise à jour. Fedora 14, noyau 2.6.35.12-88.fc14. PREEMPT-RT 2.6.33.9-rt31
  • 05/11/08 : Création du document

2 Introduction

Bien que le patch Temps Réel mou d'Ingo Molnar n'ait pas été créé seulement pour le multimédia, il est clair que son utilisation dans ce domaine est fortement souhaitable. Le projet Planète CCRMA (prononcez Karma) utilise d'ailleurs ce patch pour proposer aux créateurs multimédia (musiciens, monteurs vidéo...) un noyau Temps Réel mou optimal.

Le projet semble ne pas avoir encore préparé de noyau pour Fedora 9. Dans tous les cas, planète CCRMA ne fournit un noyau que très tard par rapport à la sortie d'une version de Fedora. Si vous souhaitez utiliser un noyau Temps Réel mou pour votre distribution Fedora récente, vous pouvez donc suivre cet article.

Le noyau 2.6 de Linux intègre le Temps Réel mou. Cela permet d'atteindre un seuil satisfaisant de latence pour la plupart des demandes de réactivités accrues.

Cela n'est plus vrai lorsqu'il s'agit de travailler sur des flux multimédia, que ce soit du son ou de la vidéo. Les temps de latence doivent être très faibles, de l'ordre de 5 ms.

Le temps de latence correspond à l'écart temporel entre l'occurrence d'un événement et la fin effective de son traitement.

Pour comprendre plus en détail ce que propose un noyau Temps Réel mou, visitez cette page [1]

2.1 Traitements multimédia

La latence qu'un noyau normal peut permettre d'atteindre avec un matériel grand public (carte SB Live, CPU 32 bits et 1 Go de RAM) ou plus adapté (mais non professionnel : carte son Edirol UA20, 2 Go de RAM et un bi processeur 64 bits) varie entre 100 ms et 50 ms en général ce qui est largement insuffisant. D'autant que le serveur de son (jackd, pulseaudio...) va souvent être laissé pour compte par rapport à des processus dont la priorité est haute.

Il est donc possible de modifier le noyau Linux (kernel) afin de permettre à un utilisateur de pouvoir exécuter des programmes avec un niveau de priorité élevé. Ces modifications lui permettront de verrouiller beaucoup de mémoire pour son travail (pas de swap sur le disque dur) et ne sera pas ralentit par le système.

Ici, le temps de latence correspond au temps entre le moment où un son entre dans le système et le moment où il sera restitué après traitement. Un écart de plus de 15 ms devient très gênant.

2.2 Mise en garde

InProgress tip.png Attention !
Créer un noyau Temps Réel est adapté à une application spécifique et ne doit pas être utilisé pour autre chose. Il va permettre à des groupes d'utilisateurs d'avoir un niveau d'accès très haut aux ressources de la machine. De ce fait, un processus de sécurité pourrait être mis en attente par rapport à un processus d'enregistrement sonore...

Gardez bien en tête que ce type de noyau est fait pour un traitement Temps Réel (mou), cela impacte réellement les performances globales du système. Le risque n'est pas énorme dans la réalité. Le poste sera utilisable mais soyez conscient que la suite va vous permettre d'avoir autant de droits sur la mémoire et les processus que root.

N'utilisez donc un noyau Temps Réel que si vous en avez vraiment besoin. Ne l'utilisez pas pour travailler sur Internet ou pour un poste utilisateur final. Si vous faites plusieurs types de travaux sur votre machine, gardez deux noyaux au minimum pour travailler, l'un standard fourni par Fedora, l'autre sera celui que nous allons créer dans cet article.

Il est important de comprendre qu'un noyau Temps Réel ne sert qu'à un certain type de travaux qui demandent une gestion stricte du temps.

2.3 But

Il peut donc parfois être obligatoire d'être prioritaire sur le reste du système. L'exemple avancé plus haut, en ce qui concerne le multimédia, est l'une des nombreuses applications pour lesquelles un noyau Temps Réel mou (soft real time kernel) est une nécessité absolue.

Si nous prenons cet exemple, les outils comme jackd (serveur de son basse latence), ardour (séquenceur), ou hydrogen (simulateur de batterie) ne peuvent pas se permettre d'être décalés les uns aux autres... Le résultat musical serait catastrophique et la séquence d'échantillonnage serait difficile à réaliser puisque le musicien entendrait le résultat en décalage par rapport à ce qu'il joue ou chante.

Afin de descendre à un temps de latence proche de 3 ms (selon le matériel utilisé) donc presque imperceptible à l'oreille, nous allons patcher les sources du noyau Linux. Cela sera fait via le patch d'Ingo Molnar, l'un des mainteneurs du noyau Linux.

Notez qu'une carte son SoundBlaster Live 5.1 et un processeur AMD 64 3 Ghz permettent une latence de 6 à 10 ms, une carte son USB Edirol (avec monitoring matériel) permet de descendre la latence à 2 ou 3 ms. Ce matériel n'est pas professionnel mais donne déjà de très bons résultats.

Notez enfin que quelques studios multimédia professionnels ont déjà intégré des noyaux Temps Réel mou avec un matériel professionnel (table de mixage numérique, double monitor sur les interfaces d'entrée, enregistrement multisource...). Ce que nous allons réaliser permet de créer un véritable environnement optimisé pour du travail basse latence proche du standard professionnel.

3 Préparation

Vous devez avoir l'ensemble des outils de compilation d'installés, c'est à dire les traditionnels gcc, make.... Vous allez avoir besoin d'avoir un accès root et vous devez avoir déjà une bonne connaissance de Linux et des commandes de base.

Il convient au préalable de récupérer le noyau Linux vanilla ainsi que le patch PREEMPT-RT en corrélation avec la version du noyau vanilla...

Pour savoir quelle version de noyau Linux vanilla il faut choisir en fonction de la version de PREEMPT-RT, le patch PREEMPT-RT possède un nom générique du style patch-version_linux-rtversion_preempt-rt.bz2, par exemple patch-2.6.33.9-rt31.bz2. Sur l'exemple, il s'agit de la version PREEMPT-RT 31 en corrélation avec la version 2.6.33.9 du noyau Linux vanilla.

4 Compilation du noyau PREEMPT-RT

Un patch est un fichier texte qui contient les informations de modification à apporter à un ensemble de fichiers. En appliquant un patch, on modifie en fait les fichiers sources d'origine pour leur appliquer des corrections et/ou des modifications.

4.1 Etape 1 : Récupération des sources du noyau vanilla

Récupération des sources du noyau vanilla depuis un site miroir. On supposera que par la suite, on travaille depuis son Home Directory :

$ cd
$ wget ftp://ftp.kernel.org/pub/linux/kernel/v2.6/longterm/v2.6.33/linux-2.6.33.9.tar.bz2

4.2 Etape 2 : Décompression des sources du noyau vanilla

Décompression des sources du noyau vanilla :

$ tar -xvjf linux-2.6.33.9.tar.bz2

4.3 Etape 3 : Récupération des sources de PREEMPT-RT

Récupération des sources de PREEMPT-RT :

$ wget ftp://ftp.kernel.org/pub/linux/kernel/projects/rt/patch-2.6.33.9-rt31.bz2

4.4 Etape 4 : Décompression des sources de PREEMPT-RT

Décompression des sources de PREEMPT-RT :

$ bzip2 -d patch-2.6.33.9-rt31.bz2

4.5 Etape 5 : Application du patch PREEMPT-RT aux sources du noyau vanilla

Application du patch PREEMPT-RT aux sources du noyau vanilla :

$ cd
$ cd linux-2.6.33.9
$ patch -p1 < ../patch-2.6.33.9-rt31
patching file Documentation/hwlat_detector.txt
patching file Documentation/trace/histograms.txt
patching file MAINTAINERS
patching file Makefile
patching file arch/Kconfig
patching file arch/alpha/include/asm/rwsem.h
patching file arch/alpha/kernel/time.c
patching file arch/arm/Kconfig
patching file arch/arm/boot/compressed/Makefile
patching file arch/arm/boot/compressed/decompress.c
patching file arch/arm/boot/compressed/misc.c
patching file arch/arm/boot/compressed/vmlinux.lds.in
patching file arch/arm/include/asm/dma.h
patching file arch/arm/include/asm/sched_clock.h
patching file arch/arm/include/asm/system.h
patching file arch/arm/include/asm/tlb.h
patching file arch/arm/kernel/Makefile
. . .
patching file scripts/mkcompile_h
patching file security/keys/permission.c
patching file security/keys/proc.c
patching file sound/core/seq/oss/seq_oss_init.c
patching file sound/drivers/pcsp/pcsp.h
patching file sound/drivers/pcsp/pcsp_input.c
patching file sound/drivers/pcsp/pcsp_lib.c
patching file virt/kvm/kvm_main.c

4.6 Etape 6 : Configuration du noyau PREEMPT-RT

Configuration du noyau. On laissera par défaut la configuration PREEMPT-RT :

$ cd
$ cd linux-2.6.33.9
$ make i386_defconfig

On validera PREEMPT-RT :

$ make gconfig

Une fenêtre de configuration apparaît. Cherchez les menus et sous-menus « Processor type and features > Preemption Mode > Complete Preemption (Real-Time) » et activez ce dernier (option PREEMPT_RT). PREEMPT_RT sera donc marqué à Y dans le fichier de configuration.

De même, on vérifiera que l'option HIGH_RES_TIMERS Processor type and features > High Resolution Timer Support est bien validée pour avoir le support des timers haute résolution pour pouvoir ensuite utiliser l'utilitaire cyclictest.

Configuration noyau PREEMPT-RT.png

Le fichier de configuration du noyau est le fichier caché .config .

Il est possible de partir d'un fichier de configuration du noyau Fedora (issu au moment de l'écriture de ce document du noyau 2.6.35.12-88.fc14.i686) pour configurer le noyau PREEMPT-RT, ce qui permet d'avoir accès à l'ensemble des modules ensuite :

$ cd
$ cd linux-2.6.33.9
$ cp /boot/config-2.6.35.12-88.fc14.i686 .config
$ make gconfig

4.7 Etape 7 : EXTRAVERSION du noyau PREEMPT-RT

Il n'y a rien à faire. L'application du patch PREEMPT-RT a changé automatiquement l'EXTRAVERSION du fichier Makefile sous linux-2.6.33.9/ :

$ cd 
$ cd linux-2.6.33.9
$ more Makefile
EXTRAVERSION = .9

est devenu

EXTRAVERSION = .9-rt31

4.8 Etape 8 : Compilation du noyau PREEMPT-RT

Compilation du noyau PREEMPT-RT :

$ make -j 4

Compilation des modules :

$ make modules

4.9 Etape 9 : Installation du noyau PREEMPT-RT

Installation du noyau PREEMPT-RT et des modules :

$ su
# cp arch/x86/boot/bzImage /boot/vmlinuz-2.6.33.9-rt31
# cp System.map /boot/System.map-2.6.33.9-rt31
# cp .config /boot/config-2.6.33.9-rt31
# make modules_install

4.10 Etape 10 : Génération du RAM Disk

Il reste à générer le fichier RAM Disk pour notre noyau PREEMPT-RT :

# /sbin/new-kernel-pkg --package kernel --mkinitrd --depmod --install 2.6.33.9-rt31
# exit
$

Le fichier RAM Disk /boot/initrd-2.6.33.9-rt31.img est alors créé.

On a au final 4 nouveaux fichiers dans le répertoire /boot/ :

$ ls /boot/*rt*
/boot/config-2.6.33.9-rt31      
/boot/System.map-2.6.33.9-rt31
/boot/initrd-2.6.33.9-rt31.img  
/boot/vmlinuz-2.6.33.9-rt31

4.11 Etape 11 : Mise à jour de grub

Il n'y a rien à faire car cela a été fait pour nous durant l'étape précédente. On pourra le vérifier en regardant le fichier /etc/grub.conf (le résultat pourra être différent suivant sa configuration matérielle au niveau disque) :

$ cat /etc/grub.conf
. . .
title Fedora (2.6.33.9-rt31)
        root (hd0,5)
        kernel /boot/vmlinuz-2.6.33.9-rt31 ro root=UUID=65aa317e-f7f7-xxx rhgb quiet vdso=0 vga=792 SYSFONT=latarcyrheb-sun16 LANG=en_US.UTF-8 KEYTABLE=fr rdblacklist=nouveau vdso=0
        initrd /boot/initrd-2.6.33.9-rt31.img
title Fedora (2.6.35.12-88.fc14.i686)
        root (hd0,5)
        kernel /boot/vmlinuz-2.6.35.12-88.fc14.i686 ro root=UUID=65aa317e-xxx rhgb quiet vdso=0 vga=792 SYSFONT=latarcyrheb-sun16 LANG=en_US.UTF-8 KEYTABLE=fr rdblacklist=nouveau vdso=0
        initrd /boot/initramfs-2.6.35.12-88.fc14.i686.img
. . .

5 Tests du noyau PREEMPT-RT

Il faut redémarrer son PC et au menu d'accueil de grub choisir le noyau Fedora (2.6.33.9-rt31).

Au démarrage, pressez une touche avant la fin du décompte que propose grub afin de voir la liste des noyaux que l'on peut utiliser. Sélectionnons le noyau que nous venons de créer puis pressons la touche [Entrée].

Si le noyau PREEMPT-RT boote correctement, c'est gagné !

Le système doit démarrer sans soucis. Si ce n'est pas le cas, il va falloir chercher d'où vient le problème en regardant les erreurs qui apparaissent.

Note tip.png Carte NVIDIA
Le module nvidia ne fonctionnera pas, vous n'aurez donc pas de 3D. si vous utilisez le module fourni dans le dépôt fusion et anciennement livna, un avertissement apparaitra lors du boot vous informant que le module ne sera pas chargé. Fedora remplacera temporairement la configuration par une configuration vesa. Si vous redémarrez sur un noyau standard, le module sera alors remis en place. Tout est automatisé, ne pas s'inquiéter.

N'ayez crainte, si ce noyau ne boote pas, vous pouvez redémarrer et utiliser le noyau de base (choix par défaut). Vous pourrez alors corriger votre compilation de noyau.

On pourra vérifier que le patch PREEMPT-RT est installé :

$ dmesg | grep Real-Time
Real-Time Preemption Support (C) 2004-2007 Ingo Molnar

On pourra enfin vérifier la version du noyau :

$ uname -r
2.6.33.9-rt31

6 Mesures des temps de latence

6.1 Protocole de mesures

La machine de tests possède un processeur Intel Quad Core Q6600 à 2,4 GHz avec 4Go de mémoire RAM. Pour exemple de mesures de temps de latence, on utilisera l'utilitaire cyclictest. cyclictest est un outil standard développé pour le projet PREEMPT-RT.

Le principe de mesures du temps de latence est de créer un processus Temps Réel périodique de période T. On mesure le temps à l'aide d'une base de temps monotonique de haute résolution servant de time stamping ( appelée clock source : compteur généralement 64 bits incrémenté de un généralement au rythme de la fréquence du processeur voire toutes les ns). On mesure le temps t1 au moment où le processus s'endort et le temps t2 où le processus se réveille après une période théorique T. (t2-t1) donne la période T' mesurée. Si l'on retranche T à T', on trouve alors un temps de latence. Ce temps de latence peut-être mesuré avec l'utilitaire cyclictest.

A titre indicatif, on donnera les mesures de temps de latence dans le cas où le processeur est non chargé et dans le cas où le processeur est chargé.

L'utilitaire cyclictest est disponible ici : https://rt.wiki.kernel.org/index.php/Cyclictest. On pourra l'installer comme suit :

$ cd
$ git clone git://git.kernel.org/pub/scm/linux/kernel/git/clrkwllms/rt-tests.git 
$ cd rt-tests
$ make
$ su
# make install

On utilisera cyclictest pour générer un processus Temps Réel périodique dans l'espace utilisateur de plus forte priorité 99 de période 1000 µs par la commande :

$ su
# cyclictest -n -p 99 -i 1000

Pour charger le processeur, on utilisera par exemple :

On peut aussi installer stress par yum :

# yum install stress

Le processeur sera donc chargé par les commandes :

$ stress -c 50 -i 50 &
$ su
# ping -f 127.0.0.1

Enfin, les mesures données ci-après sont données à titre indicatif et mesurées sur quelques dizaines de secondes. Pour avoir un temps de latence correspondant au pire cas, il faudrait faire une mesure pendant des heures voire des jours en stressant le système de toutes les façons possibles en même temps...

6.2 Noyau PREEMPT-RT non chargé

# cyclictest -n -p 99 -i 1000
policy: fifo: loadavg: 0.07 0.05 0.02 1/240 3148

T: 0 ( 3148) P:99 I:1000 C:  26416 Min:      5 Act:    5 Avg:    6 Max:      10

Temps de latence maximum mesuré : 10 µs

6.3 Noyau PREEMPT-RT chargé

# cyclictest -n -p 99 -i 1000
policy: fifo: loadavg: 66.78 19.73 6.82 52/344 3312          

T: 0 ( 3194) P:99 I:1000 C:  71956 Min:      2 Act:    3 Avg:    3 Max:      45

Temps de latence maximum mesuré : 45 µs

7 Configuration des priorités et limites

Maintenant que le noyau a démarré sans problème, il faut passer à la configuration de la priorité Temps Réel.

Tout va se paramétrer dans le fichier /etc/security/limits.conf :

 su -lc "gedit /etc/security/limits.conf"

En bas du fichier, si vous avez déjà installé certains programmes sachant bien gérer le Temps Réel, vous verrez déjà quelques lignes de configuration. Par exemple, jack-audio-connection-kit ajoute des lignes du genre :

## Automatically appended by jack-audio-connection-kit
@jackuser - rtprio 20
@jackuser - memlock 4194304

Si votre utilisateur fait partie du groupe jackuser, il aura alors droit à une priorité de rang 20 sur les autres processus Temps Réel et pourra verrouiller 4194304 Ko de mémoire. Cela parait beaucoup mais en réalité, cela pourra être nécessaire pour une prise de son très longue ou travailler sur une vidéo brute.

Vous avez donc trois solutions :

  • Entrer votre utilisateur dans le groupe jackuser.
  • Créer un groupe audio par exemple et ajouter votre utilisateur dans ce dernier puis ajouter des règles de limites pour ce groupe.
  • Créer des entrées pour votre utilisateur seulement.
Note tip.png Utilisateur dans un groupe
Dans le cas où vous ajoutez votre utilisateur dans un groupe, n'oubliez pas de relancer votre session.

La syntaxe est simple. On commence une ligne avec soit le nom d'un groupe d'utilisateurs précédé par un arobase «@», soit directement le nom d'un utilisateur.

Ensuite il suffit de spécifier le type de limite (hard ou soft). Par défaut, nous faisons du Temps Réel mou (soft real time). Laissez un tiret pour que le noyau sache gérer cela tout seul. On finit la ligne avec un item et une valeur à spécifier.

Ce sont ces items qui nous intéressent le plus. La liste apparait en haut du fichier de configuration.

Pour simplifier, nous allons nous intéresser aux plus courants :

  • memlock : verrouiller de la mémoire.
  • nice : passer au-delà des processus système via son niveau de sympathie.
  • rtprio : définir quel utilisateur a priorité sur d'autres utilisateurs ayant droit au Temps Réel.

Voici un exemple pour l'utilisateur musicien qui a besoin d'une haute priorité Temps Réel (80), de débloquer beaucoup de mémoire (2 000 000 Ko) et d'avoir ses processus à un niveau nice très bas (-20) :

musicien  - rtprio 80
musicien  - memlock 2000000
musicien  - nice -20

Cet exemple est très largement suffisant pour travailler avec jackd, ardour, hydrogen et jamin (outils de studio sono).

8 Conclusion

Nous avons pu voir la mise en oeuvre du patch PREEMPT-RT d'Ingo Molnar. L'application de ce patch sur les sources du noyau Linux vanilla permet de faire du Temps Réel mou et d'avoir des temps de latence de quelques ms sur un PC ordinaire. Le respect des contraintes temporelles est important dans le cas d'applications spécifiques comme le traitement de flux multimédia et la musique.


Le patch PREEMPT-RT permet donc de respecter ces contraintes. Dès lors, il est possible de faire du traitement de la musique en Temps Réel (mou)...

9 Références

Vous pouvez consulter ces pages pour de plus amples informations :

Actions
Espaces de noms
Variantes