Ansible : Différence entre versions

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
(Rôle commun)
(Rôle commun)
Ligne 211 : Ligne 211 :
 
   
 
   
 
  PLAY [bdd]  
 
  PLAY [bdd]  
  ****************************************************************************************************************************************************************************************************** **
+
  ********************************************************************************************************************************************************************************************************
 
   
 
   
 
  TASK [Gathering Facts]  
 
  TASK [Gathering Facts]  

Version du 11 novembre 2018 à 11:53

Par : EdouardBourguignon
Article en cours de rédaction ou de modification !
InProgress tip.png
Le présent article est actuellement en cours de rédaction ou de modification.
Adressez-vous à la personne en charge pour toute proposition ou modification.
Auteur / Éditeur : EdouardBourguignon

1 Présentation

Ansible est un outil de déploiement de configuration, très répandu, dont l'objectif est de configurer facilement une ou plusieurs machines. Les machines à configurer sont listées dans un inventaire, et peuvent être groupées afin d'offrir le plus de souplesse possible.

Le fonctionnement d'ansible repose sur une connexion SSH pour pousser les configurations. Son avantage est de proposer un nombre important de modules, pour faciliter la gestion d’éléments précis (paquets, services, utilisateurs, fichiers de configuration etc). Les modules sont appelés via des tâches (tasks), qui sont elles regroupées dans des playbooks ou rôles.

Le moteur ansible et ses modules sont principalement écrit en Python. Les playbooks, et autres fichiers décrivants les tâches etc sont eux normalement en YAML.

Exemple d'un tâche basique pour ajouter un paquet :

- name: "S'assurer que vim est installé"
    package: name=vim state=present

L'inventaire des machines à configurer peut être dynamique si vous avec une base contenant vos machines (LDAP, GLPI etc).

Les tâches peuvent être taguées, car il est possible de cibler que certains éléments de configuration à appliquer. Idem pour les machines, il est possible de les cibler spécifiquement (via leur groupe, leur nom, une partie de leur nom etc).

2 Installation

Ansible est disponible dans les dépôts officiels. Il s'installe via dnf avec la commande suivante :

dnf install ansible

3 Utilisation

L'utilisation basique repose sur le répertoire /etc/ansible. L'inventaire des machines est décrit dans le fichier /etc/ansible/hosts. Ce fonctionnement impose d'avoir les droits root pour modifier ce fichier, et n'est pratique que si vous gérez que quelque machines. Si vous gérez plusieurs projets, et souhaitez encore plus de souplesse, plus de portabilité, nous vous conseillons l'arborescence plus évoluée avec le support des rôles ansible.

3.1 Utilisation avec rôles

Imaginons en exemple de projet, avec un couple de machines à configurer pour héberger un site internet (Apache+PHP+MySQL). Une machine s'occupera de la partie web (Apache+PHP), l'autre de la partie base de données (MySQL).

Voici à quoi ressemblera notre aborescence:

site-internet/
 roles/
   commun/
   apache/
   php/
   mysql/
 ansible.cfg
 inventory

Dans cet exemple, les noms des rôles sont déjà assez explicites. Nous aurons donc un rôle apache qui s'occupera d'installer Apache, un rôle php pour installer PHP. Le 3e rôle sera lui pour la partie base de données, en installant MySQL. Un rôle générique "commun" pourra éventuellement contenir quelques points de configuration qui seront utiles sur l'ensemble de nos machines (un compte administrateur, des paquets etc).

3.1.1 Configuration initiale d'un projet

Commençons donc par créer notre arborsence :

mkdir site-internet

Plaçons nous dans ce repertoire dédié à notre projet :

cd site-internet

Par défaut, les commandes ansible recherchent d'abord un fichier de configuration ansible.cfg dans le répertoire courant, et s'il n'existe pas, vont le chercher dans /etc/ansible. Cela est très pratique et permet de surcharger la configuration globale, et de faire des projets indépendants.

vi ansible.cfg

Voici le contenu :

[defaults]
remote_user = root
inventory = ./inventory

Ce fichier indique qu'il faut utiliser l'utilisateur root pour les connexions SSH. Le plus important est qu'il indique que l'inventaire se trouve dans le fichier ./inventory. Donc à la racine de notre projet, et pas le fichier /etc/ansible/hosts.

L'inventaire contient nos groupes de machines. Ansible utilisera les noms indiqués pour se connecter en SSH. Il faut donc s'assurer d'avoir une résolution de ces noms, soit par DNS, soit par le fichier /etc/hosts. Si vous n'avez pas cette résolution, il est possible d'indiquer l'adresse IP avec le paramètre ansible_host. C'est ce que nous allons utiliser.

3.1.2 Définition de l'inventaire

Voici, toujours en suivant notre projet d'exemple, le contenu de notre fichier inventory :

[web]
srvweb1 ansible_host=192.168.1.1

[bdd]
srvbdd ansible_host=192.168.1.100

Nous venons donc d'organiser nos machines en 2 groupes, un groupe web pour la partie Apache et PHP, et un groupe bdd pour la partie MySQL.

3.1.3 Définition du playbook

Maintenant que l'inventaire de nos machines est défini, nous allons pouvoir commencer à organiser les rôles/tâches à associer à nos machines. La première étape consiste à faire un fichier YAML décrivant les fichiers à inclure pour associer nos machines à nos rôles. Il s'agit de notre "playbook".

Voici le contenu mon-site.yml :

---
- import_playbook: http.yml
- import_playbook: bdd.yml

La directive import_playbook indique juste que nous allons inclure le contenu d'un autre fichier à cet endroit. Pour un petit projet, il est tout à fait envisageable de mettre directement ce contenu dans le playbook.

Voici le contenu de http.yml :

---
- hosts: web
  roles:
    - commun
    - apache
    - php

Voici le contenu de bdd.yml :

---
- hosts: bdd
  roles:
    - commun
    - mysql

L'avantage d'avoir ces différents étages (inventaire/playbook principal/playbook par groupe) est d'offrir le maximum de souplesse. Imaginons que demain cette plateforme doit utiliser un autre moteur que PHP, ou une autre base de données, vous pourrez créer un nouveau rôle, et jouer sur les associations.

3.1.4 Création des rôles

Nous allons maintenant créer les différents rôles. Ansible s'attend à les trouver dans un sous-repertoire roles. Pour chaque rôle, une sous-arborescence est imposée. Heureusement cette arboresence des sous-répertoires roles peut être automatiquement générée avec la commande ansible-galaxy. Tout d'abord, plaçons nous dans le repertoire roles :

mkdir roles
cd roles

Puis créons les différents rôles :

ansible-galaxy init commun
ansible-galaxy init apache
ansible-galaxy init php
ansible-galaxy init mysql

Puis revenons à la racine de notre projet :

cd ..

Voici par ex l'arborescence qui a été créée dans le rôle commun :

$ ls -1 roles/commun
defaults/
files/
handlers/
meta/
README.md
tasks/
templates/
tests/
vars/

Explications :

  • defaults/ contient nos éventuelles variables avec leurs valeurs par défaut. Ces variables pourront être surchargées à différents niveau (par ex dans l'inventaire, ou dans la ligne de commande).
  • files/ contient nos éventuels fichiers à pousser sur les machines.
  • handlers/ certaines tâches ne se déclenchent qu'après certains signaux. Elles sont définis ici.
  • meta/
  • README.md fichier documentaire pour décrire ce rôle.
  • tasks/ le coeur de notre rôles, avec ses tâches.
  • templates/ contient nos éventuels modèles de fichiers de configuration.
  • tests/ contient nos éventuels tests unitaires.
  • vars/ contient des variables.

A cet étape, nous avons assez de ressources, même si nos rôles sont vides, pour lancer un premier tests. Pour executer notre playbook :

$ ansible-playbook mon-site.yml
PLAY [web] 
********************************************************************************************************************************************************************************************************

TASK [Gathering Facts] 
********************************************************************************************************************************************************************************************
ok: [srvweb1]

PLAY [bdd] 
********************************************************************************************************************************************************************************************************

TASK [Gathering Facts] 
********************************************************************************************************************************************************************************************
ok: [srvbdd]

PLAY RECAP 
********************************************************************************************************************************************************************************************************
srvbdd                     : ok=1    changed=0    unreachable=0    failed=0   
srvweb1                    : ok=1    changed=0    unreachable=0    failed=0

Cela permet de valider que nos connexions SSH sont fonctionnelles, et que l'étape de collecte des "faits" (facts) se passe bien. Ces "faits" sont des variables comprenant des valeurs spécifiques sur chaque machine (son hostname, ses adresses etc) et elles peuvent utiliser par exemple dans les modèles (templates) de fichiers.

3.1.4.1 Rôle commun

Imaginons que nous souhaitons avoir le paquet vim installés sur toutes nos machines. Cette tâche est clairement pour le rôle commun.

Définition de cette tâche dans ./roles/commun/tasks/main.yml :

---
- name: "ensure vim is present"
  package: name=vim
  tags:
    - exploitation

Voilà !

Testons notre playbook :

$ ansible-playbook mon-projet.yml

PLAY [web] 
********************************************************************************************************************************************************************************************************

TASK [Gathering Facts] 
********************************************************************************************************************************************************************************************
ok: [srvweb1]

TASK [commun : ensure vim is present] 
*****************************************************************************************************************************************************************************
changed: [srvweb1]

PLAY [bdd] 
********************************************************************************************************************************************************************************************************

TASK [Gathering Facts] 
********************************************************************************************************************************************************************************************
ok: [srvbdd]

TASK [commun : ensure vim is present] 
*****************************************************************************************************************************************************************************
changed: [srvbdd]

PLAY RECAP 
********************************************************************************************************************************************************************************************************
srvbdd                     : ok=1    changed=1    unreachable=0    failed=0   
srvweb1                    : ok=1    changed=1    unreachable=0    failed=0
3.1.4.2 Rôle apache

Pour Apache, nous devons :

  1. installer le paquet httpd
  2. configurer Apache
  3. démarrer le service

Nous allons donc retrouver ces différentes tâches dans notre rôle apache.

3.1.4.3 Rôle php

Pour PHP, nous devons :

  1. installer le paquet php

Dans un rôle plus complexe, nous pourrions imaginer la configuration des dépôts Remi et utiliser php-fpm par ex.

3.1.4.4 Rôle mysql

Pour MySQL, nous devons :

  1. installer le paquet mariadb-server
  2. démarrer le service
  3. créer une base de données
  4. créer un utilisateur pour cette base

Nous allons donc retrouver ces différentes tâches dans notre rôle mysql.