Flash : les alternatives au lecteur propriétaire

De Wiki Fedora-Fr
Révision datée du 6 décembre 2017 à 21:05 par NicolasBerrehouc (discussion | contributions) (Lightspark : Ajout information Gnash)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Par : PaulKocialkowski
Par : Jean-FrançoisMartin
Par : Charles-AntoineCouret

Il est possible d'accéder à du contenu en Flash en utilisant des logiciels libres. Soit en utilisant des lecteurs libres, soit en récupérant directement le contenu proposé par le lecteur Flash (un fichier multimédia par exemple).

1 Les greffons libres

Adobe Flash Player n'est pas la seule solution pour pouvoir utiliser un plug-in Flash dans votre navigateur internet, il existe une seule alternative libre maintenue : Lightspark. Gnah et Swfdec ne le sont plus.

Note tip.png PowerPC et x86_64
L'utilisation d'un de ces logiciels est la seule solution permettant d'avoir un plug-in Flash admis comme stable pour les utilisateurs des versions PPC, PPC64 et ARM de Fedora.

1.1 Lightspark

Lightspark est un lecteur Flash libre, sous licence LGPL. Il utilise le rendu OpenGL shaders (GLSL) et permet l'exécution de code ActionScript 3.0.

Lightspark est disponible sur le dépôt RPM Fusion. Pour l'installer :

# dnf install lightspark

Pour installer le plug-in pour les navigateurs Mozilla :

# dnf install lightspark-mozilla-plugin

Il est possible que certaines vidéos trop vieilles ne fonctionnement pas et qu'un message d'erreur nommant gnash soit présent. En effet lightspark possède un "mode fallback" qui redirige vers gnash pour lire ces vidéos, cependant gnash n'est plus maintenu et présent dans les dépôts.

2 Les technologies HTML5

La norme HTML5 prévoit la standardisation de technologies permettant d'inclure des éléments vidéo ou audio directement dans les pages web, sans nécessiter de greffon (tel que le lecteur Flash) : il s'agit des balises <video> et <audio>. Aucun format vidéo n'est officiellement défini ou imposé pour être utilisé avec la balise <video>, mais on retrouve généralement :

  • Le format libre WebM, utilise le codec vidéo vp8 libéré en 2010 par Google suite au rachat de On2 et le codec audio libre vorbis ;
  • Le format libre OGG Theora/Vorbis ;
  • Le codec H264, dont une implémentation libre existe (x264) mais qui est couvert par des brevets là où ils s'appliquent.

2.1 Support des navigateurs

Les navigateurs modernes Firefox et Chromium permettent de lire l'ensemble des contenus multimédias avec les formats usuels. Il est recommandé d'installer l'ensemble d'installer les codecs de la bibliothèque GStreamer pour cela.

Certains sites web proposent l'utilisation de la balise HTML5 <video> :

2.2 YouTube

YouTube, le site de partage de vidéos en ligne propose ses vidéos en utilisant la balise HTML5 <video>. Avec la balise HTML5, YouTube utilise le codec vidéo H264 et les dernières vidéos sont également disponibles au format WebM, mais ce n'est pas (encore) le cas de toutes les vidéos.

Vous pouvez vérifier votre compatibilité de votre navigateur avec Youtube avec cette page.

Afin de regarder une vidéo avec le lecteur vidéo HTML5 YouTube, il faudra ajouter à l'URL de la page (si le lecteur ne se charge pas automatiquement) : &webm=1 Ceci est également valable pour effectuer une recherche parmi les vidéos encodée en WebM.

2.3 Dailymotion

Dailymotion propose également des vidéos lisibles avec la balise HTML5 <video>. Pour Dailymotion, les vidéos sont encodées en H264 (plus fréquent) et en OGG (plus rare).

2.4 Vimeo

Le site Vimeo propose lui aussi de visionner ses vidéos sans lecteur flash, en utilisant la balise HTML5 <video>. Les vidéos sont encodées avec le codec H264. Il n'y a rien à configurer pour en profiter, le lecteur HTML5 se chargera automatiquement si aucun lecteur flash n'est détecté.

3 Les outils de récupération du contenu multimédia proposé par le lecteur Flash

Dans beaucoup de cas, un lecteur Flash est utilisé sur des sites web proposant du contenu étant, la plupart du temps, des vidéos. Plusieurs outils libres permettent de directement récupérer ce contenu.
Ceci présente plusieurs avantages :

  • La lecture des fichiers sans passer par un lecteur propriétaire (dans le cas où les greffons Flash libres ne supportent pas le site en question) ;
  • L'utilisation du lecteur multimédia de votre choix (et il se peut que la vidéo soit plus agréable, moins crénelée, notamment en plein écran) ;
  • La possibilité d'archiver (de garder) le fichier multimédia.

Mais aussi un inconvénient majeur : la plupart du temps, seuls les sites les plus populaires sont supportés par ces outils.

3.1 libquvi

La bibliothèque libquvi permet de récupérer l'adresse réelle d'une vidéo à partir de l'URL de la page web proposant la vidéo. Libquvi supporte plus de 30 sites web différents, que l'on peut obtenir avec la commande (du logiciel quvi) :

$ quvi info

La bibliothèques quvi est exploité par plusieurs programmes, qui permettront généralement de télécharger la vidéo récupérée avec libquvi.

3.1.1 quvi

La bibliothèque quvi est également distribuée avec un programme éponyme : quvi. Il permet simplement de récupérer l'adresse de la vidéo à partir de l'URL de la page web mais peut-être couplé à d'autres programmes.

Quvi peut-être installé depuis les dépôts Fedora (le paquet comprend également la libquvi) :

# dnf install quvi

Pour coupler quvi avec un logiciel de lecteur multimédia, la syntaxe est la suivant :

$ quvi get [URL] --exec "programme %u"

par exemple, pour regarder une vidéo de YouTube dans totem, le lecteur multimédia de GNOME :

$ quvi get http://www.youtube.com/watch?v=dkpSqp8UGko --exec "totem %u"

3.1.2 clive

clive est un outil d'extraction de vidéos en ligne de commandes écrit en perl et utilisant quvi (depuis la version 2.3).

Il est disponible dans les dépôts Fedora. Vous pouvez l'installer ainsi :

# dnf install clive

L'utilisation de clive est plutôt simple. Il vous suffit de lui passer l'URL du site comme argument :

$ clive http://www.dailymotion.com/video/xdkvmd_install-party-fedora-13-presentatio_tech

De nombreuses options de configuration de clive existent et peuvent-être listées à l'aide de la commande :

$ clive --help

3.1.3 cclive

cclive est une réécriture de clive en C++ utilisant également la librairie quvi (qui détermine l'URL de la vidéo). cclive est censé être plus léger que clive.

Il supporte aussi de nombreux site web de partage de contenu vidéo, donnés par la commande suivante :

$ cclive -u

cclive est également disponible dans les dépôts Fedora. Pour l'installer :

# dnf install cclive

L'utilisation de cclive s'apparente à celle de clive. Il suffit de passer l'URL du site comme argument :

$ cclive http://www.dailymotion.com/video/xdkvmd_install-party-fedora-13-presentatio_tech

De nombreuses options de configuration de cclive existent et peuvent-être listées à l'aide de la commande :

$ cclive --help

3.2 youtube-dl

youtube-dl est un outil qui permet de télécharger les vidéos depuis le site Youtube. Il permet également de télécharger les vidéos du site Dailymotion. Disponible dans les dépôts, il peut-être installé ainsi :

# dnf install youtube-dl

L'utilisation de youtube-dl s'apparente à celle de cclive et clive. Il suffit pour lui aussi de passer l'URL du site comme argument :

$ youtube-dl https://www.youtube.com/watch?v=xQI8ce43vXk

De nombreuses options de configuration de youtube-dl existent et peuvent-être listées à l'aide de la commande :

$ youtube-dl --help

4 Logiciels alternatifs pour l'utilisation de YouTube (ne demandant pas flash)

Un certain nombre d'autres logiciels permettent de regarder les vidéos de YouTube sans avoir à utiliser l'interface web de YouTube (et donc sans flash).

4.1 VLC

Le logiciel libre de lecture multimédia VLC propose également la lecture de vidéos de YouTube. Pour son installation, référez-vous à la page Lecture de fichiers multimédia. Son utilisation avec YouTube est la suivant :

$ vlc [URL]

5 Extensions pour navigateurs web

Il existe des extensions pour navigateurs web permettant de remplacer le lecteur Flash sur les sites de partage de vidéos directement dans la page, assurant un confort maximum pour l'utilisateur.