GRUB2 : Les bases pour Fedora

De Wiki Fedora-Fr
Révision datée du 14 avril 2012 à 12:42 par MaximeVillard (discussion | contributions) (Corrections orthographiques)
Aller à : navigation, rechercher
Article en cours de rédaction ou de modification !
InProgress tip.png
Le présent article est actuellement en cours de rédaction ou de modification.
Adressez-vous à la personne en charge pour toute proposition ou modification.
Auteur / Éditeur : KaanCappon
Par : KaanCappon
Note tip.png Note
GRUB2 s'adresse au version de Fedora >= 16. Pour les versions inférieures, voir GRUB : Les bases pour Fedora.

1 Introduction

GRUB (GRand Unified Bootloader) est un puissant boot loader. Le boot loader est le premier logiciel qui démarre sur une machine. Il est responsable de contrôler le chargement et le transfert du noyau d'un système d'exploitation. Il peut donc charger aussi bien un système d'exploitation libre que propriétaire. Sa dernière version est la 1.99. Nous allons apprendre comment GRUB spécifie un disque, une partition et un nom de fichier. Comment installer GRUB sur un disque et comment démarrer vos systèmes d'exploitation étape par étape. Les documents de références qui ont permis cette documentations sont les suivants:

  • le manuel anglais de GRUB 2 [1];
  • man grub et info grub dans un terminal;
  • Linux cookbook (édition O'Reilly);
  • Linux networking cookbook (édition O'Reilly);
  • Linux in a nutshell sixth edition (édition O'Reilly);
  • Fedora Linux (édition O'Reilly);

1.1 Préalables: les différences vis-à-vis des versions précédentes

GRUB 2 est une réécriture de GRUB (connu aussi sous le nom de GRUB legacy), ils ont donc beaucoup de caractéristiques en commun. Les utilisateurs habitués à GRUB 0.99 auront besoin d'être guidé afin de trouver leur chemin avec cette nouvelle version.

  • les fichiers de GRUB 2 sont situé à trois endroits: /boot/grub/grub.cfg, /etc/grub.d et /etc/default/grub.
  • le fichier de configuration a été renommé en grub.cfg (anciennement grub.conf).Il possède une nouvelle syntaxe ainsi que de nouvelles commandes.
  • grub.cfg est automatiquement généré par grub-mkconfig ce qui simplifie les upgrades du noyau.
  • les numéros de partitions du matériel commence à 1 et non plus à 0.
  • le fichier de configuration est entièrement écrit en langage script: variables, conditions et boucles sont maintenant possible.
  • une petite quantité de stockage persiste après un redémarrage en utilisant les commandes save_env et load_env commands dans GRUB et l'utilitaire grub-editenv. Ce n'est pas valable dans toutes les configurations.
  • GRUB 2 possède des moyens plus fiables pour retrouver ses propres fichiers ainsi que des ceux des noyaux ciblés sur des disques avec plusieurs systèmes. Il possède également des commandes afin de trouver les périphériques utilisant des labels de système fichiers ou Universally Unique Identifiers (UUIDs).
  • GRUB 2 est valable pour plusieurs autres systèmes. En plus du BIOS PC supporté par GRUB 1, il supporte PC EFI, PC coreboot, PowerPC, SPARC, and MIPS Lemote Yeeloong.
  • plusieurs systèmes de fichiers sont supportés comme l' ext4, l' HFS+, le NTFS...
  • GRUB 2 peut lire directement les fichiers des périphériques LVM et RAID.
  • un terminal graphique ainsi qu' un menu système graphique sont maintenant disponibles.
  • l'interface de GRUB 2 peut être traduit.
  • les fichiers images font que GRUB 2 a été réorganisé. Les étapes (stage) 1, 1.5 et 2 n'existent plus.
  • GRUB 2 gère plus facilement les modules dynamiques.

1.2 Quelques caractéristiques de GRUB

Afin de connaître la description exactes de toutes les caractéristiques de GRUB 2 je vous invite à lire le point 1.4 GRUB features [2]. Nous allons les citer simplement sans les décrire. La première spécificité de GRUB est qu'il est en accords avec les spécifications multi-boot qui sont décrites dans la section "Motivation" in The Multiboot Specification. Les autres buts sont (l'ordre a peut d'importance):

  • les fonctions basiques doivent être straightforward pour les utilisateurs finaux
  • une fonctionalité riche pour les experts et designers du noyau
  • une compatibilité afin de démarrer FreeBSD, NetBSD, OpenBSD, and Linux. Les noyaux propriétaires sont supportés via une fonction chain-loading

Excepté des modes de compatibilités spécifiques tous les noyaux démarreront de la même manière dans une spécification multi-boot. Seuls les noyaux d'un megabyte ou plus sont actuellement supportés. Si vous essayez d'en charger un plus léger vous serez confronté à un échec et un message d'erreur rapportant le problème. En plus des spécificités mentionnées ci-dessus, GRUB doit suivre les caractéristiques suivantes:

  • reconnaître plusieurs formats exécutables
  • supporter les noyaux non multi-boot
  • charger plusieurs modules
  • charger un fichier de configuration
  • fournir un menu interface
  • avoir un interface de ligne de commandes flexibles
  • supporter plusieurs de types de systèmes de fichiers
  • supporter la décompression automatique
  • avoir accès aux données d'un matériel installé
  • être indépendant de la traduction de la géométrie du disque
  • détecter toutes les installations en RAM
  • supporter le mode d'adressage des blocs logiques
  • supporter le démarrage réseau
  • supporter les terminaux distants

1.3 Le rôle du boot loader

Le boot loader est le plus importants des logiciels selon Gordon Matzigkeit. Il aime rappeler que sans ce dernier il n'est pas possible d'accéder à un des différents systèmes d'exploitation et donc que sans lui aucun programme n'est accessibles. Pour plus de détails sur cette anecdote: 1.5 The role of a boot loader [3].

2 Conventions d'écriture

La syntaxe de GRUB 2 est quelque peu différente de l'ancienne version.Nous allons parcourir quelques exemples et les expliquer.

  • (fd0): GRUB exige que le nom du périphérique soit entre parenthèses. fd signifie que nous avons affaire à un lecteur de disquettes (floppy disk), le nombre, ici 0, est le numéro du lecteur. Ce nombre commence à zéro. Nous avons donc le premier lecteur de disquettes.
  • (hd0,msdos2): hd signifie que nous avons affaire à un disque dur (hard disk drive), le 0 nous indique qu'il est le premier disque dur. La valeur msdos indique le schéma de partition.le nombre 2 indique le schéma de la partition, en l'occurrence la seconde partition. Les numéros de partitions débutent à 1. Nous avons donc la deuxième partition du premier disque dur.
  • (hd0,msdos5): Ici nous avons la première partition étendue (msdos5) du premier disque dur. Les numéros des partitions étendues commencent à partir de 5.
  • (hd1,msdos1,fedora1): cela signifie que fedora partition 'a' est installé sur la première tranche du second disque dur.

Il est bien évident que pour accéder réellement aux disques ou partitions avec GRUB il va falloir utiliser la spécification du périphérique via une commande du genre:

set root = set (fd0)

ou

parttool (hd0, msdos3)hidden-

Il est également possible de spécifier un fichier de la manière suivante: (hd0, msdos1)/vmlinuz GRUB ne fait pas de distinction entre IDE et SCSI.

3 Installation

Cette étape n'est nécessaire que pour les versions antérieures à Fedora 16.

InProgress tip.png Attention !
Installez GRUB2 sans supprimer GRUB legacy.

Installation de GRUB2 via:

su -c 'yum -y install grub2'

Installation d' os-prober via

su -c 'yum install os-prober'
Note tip.png Note
os-prober met à jour automatiquement le menu GRUB2. Il détecte les systèmes installés, les updates, les upgrades ainsi que les suppressions de noyaux. Ce paquet n'est pas obligatoire mais facilite grandement l'usage de GRUB2 sans entrer plus profondément dans les fichiers de configuration

Ensuite:

su -c 'grub2-install /dev/sda'
su -c 'vi /etc/default/grub'

Une fois le fichier ouvert, appuyer sur la touche I, insérez-y les lignes suivantes:

GRUB_DISTRIBUTOR=$(sed "s/.*(\(.*\))/\1/" /etc/system-release)
GRUB_DEFAULT=2
GRUB_TIMEOUT=10

sortez et sauvez le fichier:

ESC :wq

Rechargez GRUB2:

su -c 'grub2-mkconfig -o /boot/grub2/grub.cfg'

Redémarrez votre machine.

Note tip.png Note
J'ai appliqué cette procédure sur ma machine, tout s'est bien déroulé à l'exception d'une chose. Mon disque dur est crypté, il me faut donc introduire une "passphrase". Le clavier est passé en EN-US. Une fois la passhrase encodée, votre clavier repasse en configuration personnelle à l'affichage de l'écran de login.

4 Paramétrage de GRUB2

InProgress tip.png Attention !
N'oubliez pas mettre à jour la configuration de GRUB2 avec la commande su -c 'grub2-mkconfig -o /boot/grub2/grub.cfg' pour appliquer les modifications.

4.1 Modifier les paramètres de résolutions d'affichages

La configuration de la résolution se fait dans /etc/default/grub en jouant avec la variable GRUB_GFXMODE.

GRUB_GFXMODE="1280x1024x16 1024x768x16 800x600x16"

4.2 Modifier le timeout

Afin de modifier le timeout de votre grub, vous devez éditer le fichier /etc/default/grub en root.

su -c 'vi /etc/default/grub'

Voici un fichier simple:

GRUB_TIMEOUT=5
GRUB_DISTRIBUTOR="Fedora"
GRUB_DEFAULT=saved
GRUB_CMDLINE_LINUX="rd.md=0 rd.dm=0 rd.lvm.lv=VolGroup/lv_swap quiet SYSFONT=latarcyrheb-sun16 rhgb rd.lvm.lv=VolGroup/lv_root rd.luks=0  KEYTABLE=fr LANG=en_US.UTF-8"

Dans mon cas il est fixé par défaut à 5 secondes. Avec vi enfoncez la touche 'a' ou 'i' afin de passer en mode insertion et modifiez votre GRUB_TIMEOUT. Ensuite enfoncez la touche 'Echap' et tapez ":wq". Il ne vous reste plus qu'à enregistrer votre modification.

su -c 'grub2-mkconfig -o /boot/grub2/grub.cfg'

4.3 Modifier le thème de l'image de démarrage

Voici la procédure de modification du fond noir par une image personnalisée. Après avoir sélectionné une ou plusieurs images (prenez garde au contraste image/texte), mettez-les dans un répertoire afin de les stocker. Par défaut GRUB pointe vers le fichier /usr/share/images/desktop-base mais rien ne vous empêche de créer une nouvelle location. Les extensions acceptées par GRUB sont .png, .tga .jpg, et .jpeg. Vous devez ouvrir, en tant qu'administrateur, le fichier

su -c 'vi /etc/grub.d/40_custom'

5 Écrire son propre fichier de configuration

5.1 Manipulation de configuration simple

5.2 Écriture complète d'un fichier de configuration

5.3 Incorporation d'un fichier de configuration dans GRUB