Les SSD sous fedora : Différence entre versions

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
m (Optionnel : désactiver la journalisation des dates de lecture des fichiers)
m (Changer l'utilisation du SWAP (SSD + HDD))
Ligne 177 : Ligne 177 :
 
  # vi /etc/sysctl.conf
 
  # vi /etc/sysctl.conf
  
On rajoutera la ligne suivante en bas de la page : <cmd>vm.swappiness = 0</cmd> puis on sauvegardera et on fermera Gedit.
+
On rajoutera la ligne suivante en bas de la page : <cmd>vm.swappiness = 0</cmd> puis on sauvegardera et on fermera vi.
  
 
{{Note|titre=Quelle valeur mettre ?|contenu=Cette valeur est comprise entre 0 et 100. Plus elle est élevée et plus le système utilisera le SWAP, plus elle est faible et plus le système attendra le dernier moment avant de "swapper". Une valeur de 0 permet d'attendre le tout dernier moment avant de swapper (mais ceci ne désactive pas le SWAP).}}
 
{{Note|titre=Quelle valeur mettre ?|contenu=Cette valeur est comprise entre 0 et 100. Plus elle est élevée et plus le système utilisera le SWAP, plus elle est faible et plus le système attendra le dernier moment avant de "swapper". Une valeur de 0 permet d'attendre le tout dernier moment avant de swapper (mais ceci ne désactive pas le SWAP).}}

Version du 19 août 2011 à 00:37

Article en cours de rédaction ou de modification !
InProgress tip.png
Le présent article est actuellement en cours de rédaction ou de modification.
Adressez-vous à la personne en charge pour toute proposition ou modification.
Auteur / Éditeur : ValentinBrémond
Par : ValentinBrémond

Vous venez d'acheter un SSD, ou vous prévoyez d'en acheter un ? Vous ne savez pas si ça va bien marcher, quoi faire pour que ça marche bien et quoi faire pour bien l'entretenir ?

Ne vous inquiétez pas : fedora gère très bien les SSD. Cet article va simplement éclaircir quelques points et donner quelques astuces pour préserver votre précieux.



1 Un SSD ? Très bien, merci. Mais qu'est-ce donc ?

Un SSD (pour Solid State Drive) est une sorte de disque dur composé de puces de mémoire Flash (un peu comme une clé USB ou une carte SD). Toutefois, il est plutôt conseillé de le nommer "SSD" et non pas "disque dur SSD" étant donné que le SSD n'est pas composé de plateaux "durs" comme les disques durs.

Le principal avantage de ce type de support est l'absence de pièces mécaniques et par conséquent quasiment aucun temps de latence (vu qu'il n'y a pas de têtes de lecture comme dans un disque dur traditionnel). On accède ainsi à l'information quasi-instantanément. Ceci engendre des débits en lecture et en écriture conséquents : près de 5 fois les débits d'un disque dur traditionnel.

Un autre avantage non négligeable est la résistance : plus de pièces qui bougent, plus de risque de casser une pièce fragile.

Enfin, un dernier avantage pour la route (il y en a bien d'autres) : le silence. Fini le bruit de "grattage", tout est silencieux.

« Alala ! Mais c'est le futur ! C'est magique ! Mais combien ça vaut ?! »

Vous

C'est bien là que le bât blesse : près de 50 fois le prix d'un disque dur pour l'instant : alors qu'un disque dur 2,5' de 750Go tournant à 7200 TPM vaut environ 100€, un SSD de 120Go vaut environ 230€.

Il se peut que ceci évolue, mais aujourd'hui (2011), un SSD est encore très cher.

Toutefois, vu le prix des petits SSD (64 Gio pour environ 100€), on peut se tourner vers une solution alternative (mais réservée aux PC fixes ou aux gros PC portables) : avoir un petit SSD pour le système et les applications et un disque dur classique pour les documents personnels. Ceci permettra donc d'avoir un système extrêmement réactif tout en conservant un gros espace de stockage pour les documents, tout ceci sans se soucier d'une probable panne matérielle (en effet, les disques durs classiques ont une durée de vie extrêmement importante).

2 Tout ça c'est bien beau, mais pourquoi en acheter un (surtout à ce prix !) ?

Plusieurs raisons : les perfomances (un démarrage en moins de 15 secondes, ça vous tente ?), le silence, la résistance (y-a-t-il des baroudeurs parmi vous ?)... Bref, chacun peut y trouver son compte.

3 Bon, je me suis lancé : je m'en suis acheté un. Je fais quoi maintenant ?

Tout d'abord, il faut savoir qu'à l'origine, les SSD étaient critiqués pour leur durée de vie (sans rentrer dans les détails, une puce mémoire composant un SSD n'a pas un nombre de lecture/écriture illimité contrairement à un disque dur qui peut "vivre" très longtemps).

Toutefois, depuis quelques temps maintenant, les constructeurs usent de stratagèmes permettant de limiter l'usure de ces puces et ainsi de les épargner autant que possible. De plus, ils rajoutent en général une puce "de secours" qui permettra de fournir des emplacements mémoires en plus si certains venaient à être trop usés et donc inutilisables. Sans compter que la durée de vie de ces dites puces a évolué au fil des années.

À l'origine, il fallait donc tout faire pour éviter les lectures/écritures sur le disque afin de l'épargner. Aujourd'hui, on n'a plus besoin de cela : on peut utiliser son SSD pleinement sans se donner de contraintes. En tous cas, dans cet article, il ne sera pas question de limiter à outrance ces lectures/écritures au seul profit de la durée de vie. De simples optimisations permettent de limiter ces accès disques.

Pour information, les SSD récents sont garantis pour 2 millions d'heures, soit plus de 200 ans pour une utilisation classique. En réalité, c'est plutôt de l'ordre d'au moins 5 ans en écrivant en moyenne 10Gio par jour (valeur qui n'est pas atteinte en utilisation classique).

4 Oui, j'ai compris ! Envoie les lignes de commande, je suis prêt !

Nous allons faire plusieurs choses ici : certaines astuces seront réservées aux SSD, d'autres seront utilisables par les possesseurs de disques durs classiques s'ils veulent booster leurs performances.


4.1 Aligner les partitions (SSD)

Note tip.png Vas-y, aligne m'en deux !
Un SSD fonctionne par blocs d'1 Mio (en général). C'est à dire que lorsque vous écrivez une information, elle est stockée dans un bloc mémoire d'1 Mio (1 Mio = (1024 octets)² = 1048576 octets).

Pour des raisons nébuleuses de performance, il est recommandé d'aligner ses partitions, c'est à dire de faire en sorte qu'il y ait un nombre entier de blocs dans une partition (et pas qu'une partition débute ou s'arrête en plein milieu d'un bloc).

Cette étape est de loin la plus compliquée. Préparez votre calculette, on va en avoir besoin !

Vous êtes prêts ? Alors on y va : l'alignement des partitions est automatique. Haha, vous avez eu peur, ne le niez pas. parted reconnaît automatiquement les SSD et s'arrange pour aligner les partitions tout seul. Du coup, quand vous installez fedora, les partitions sont automatiquement alignées.

Note tip.png Mais si je n'ai pas que fedora d'installé ?
Si vous avez Windows Seven, il aura aligné tout seul les partitions lui aussi lors de l'installation. Si vous installez fedora après Windows (ou l'inverse) : pas de souci, les installateurs des deux OS se débrouillent pour tout aligner.

Par contre, si vous installez Windows XP ou Vista, les partitions ne sont pas alignées toutes seules. Il faudra donc passer par Gparted (qui est basé sur parted et qui gère donc l'alignement des partitions) pour créer les partitions de Windows puis ensuite installer Windows sur ces partitions.

Bon, on va quand même vérifier que ces partitions sont bien alignées, au cas où. Ouvrez un terminal (on considère que votre SSD est sda) :

# fdisk -lu /dev/sda

Disk /dev/sda: 120.0 GB, 120034123776 bytes
255 heads, 63 sectors/track, 14593 cylinders, total 234441648 sectors
Units = sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 512 bytes
I/O size (minimum/optimal): 512 bytes / 512 bytes
Disk identifier: 0x0c962f42   

   Device Boot      Start         End      Blocks   Id  System
/dev/sda1   *        2048      206847      102400    7  HPFS/NTFS/exFAT
/dev/sda2          206848   113106943    56450048    7  HPFS/NTFS/exFAT
/dev/sda3       113106944   114130943      512000   83  Linux
/dev/sda4       114130944   234440703    60154880    5  Extended
/dev/sda5       114132992   234440703    60153856   8e  Linux LVM

Vous avez gardé votre calculette ? Ça, ce n'était pas une blague.

On va simplement vérifier que chaque début de partition est bien un multiple de 2048. On va diviser le nombre de la colonne "Start" ou "Début" par 2048 : si le résultat est un entier alors c'est bien un multiple de 2048 :

- 2048 / 2048 = 1

- 206848 / 2048 = 101

- 113106944 / 2048 = 55228

- etc.

Note tip.png Euh... Plaît-il ?
Je m'explique : la colonne "Start" indique le secteur du début de la partition. Un secteur fait 512 octets. Calcul rapide : 2048 secteurs * 512 octets = 1048576 octets = 1 Mio qui correspond à la taille d'un bloc. Donc si la partition A commence sur un secteur qui est un multiple de 2048, alors elle commence au début d'un bloc mémoire du SSD. Si la partition B (celle d'après) commence aussi au début d'un bloc, alors la partition A va finir juste avant, soit dans le dernier bloc. Et donc tout sera aligné. C'est tout simple.


4.2 Changer le disk scheduler du noyau (SSD)

Oulà jeune homme, ne m'insultez pas !

Le disk scheduler, c'est (en gros) un programme qui va gérer comment sont envoyées les ordres de lecture/écriture au volume de stockage (disque dur, SSD, clé USB, ...). Par défaut, le scheduler va essayer autant que possible de faire des lectures/écritures dans des zones proches géographiquement sur le disque dur afin de faciliter le travail de la tête de lecture et ainsi d'améliorer les performances.

Sauf que vous comprenez bien que ce problème n'existe pas dans le cas d'un SSD : il n'y a pas de zones géographiques : tout est stocké dans des puces mémoire. Il n'y a donc pas besoin de traiter les informations avant de les envoyer au SSD.

On va tout d'abord vérifier le scheduler utilisé pour le SSD (on considère que votre SSD est sda) :

# cat /sys/block/sda/queue/scheduler

La réponse devrait être

noop deadline [cfq]

Le paramètre entre crochets est celui actuellement utilisé.

cfq étant le scheduler adapté aux disques durs. On va le changer pour noop qui est un scheduler qui va envoyer les requêtes à la chaîne sans se soucier de leur position géographique, ce qui aura pour effet de légèrement soulager votre processeur mais surtout d'éviter des calculs inutiles.

Pour cela, ouvrir un terminal :

# vi /etc/rc.local

Ajouter la ligne suivante à la fin du fichier, sauvegarder puis quitter vi :

echo 'noop' > /sys/block/sda/queue/scheduler

4.3 Activer le TRIM (SSD)

Note tip.png TRIMMONS donc mon brave
Le TRIM, c'est une technologie permettant d'effacer les blocs mémoire qui ont été supprimés.

Sans rentrer dans le détail, il faut savoir que lorsque vous supprimez une information sur votre SSD, elle n'est pas supprimée de suite : elle est supprimée de la "table des matières" de votre SSD mais elle est toujours présente dans le bloc mémoire. Le problème avec les SSD, c'est qu'on ne peut pas écrire dans un bloc mémoire dans lequel il y a des informations. Imaginez que vous supprimiez des gros fichiers de votre SSD et que vous vouliez écrire d'autres choses par dessus sans TRIM : le SSD devrait effacer un par un les blocs anciennement utilisés puis réécrire les informations que vous lui demandez. Sans TRIM, il y aurait de grosses pertes de performances au fil du temps. Le TRIM permet de faire savoir au SSD que les blocs A, B et K ont été libérés et peuvent donc être remis à zéro dès qu'il y aura un temps mort afin qu'on puisse écrire autre chose dessus plus tard.

Pour activer le TRIM, ce n'est pas très compliqué (en fait, ça dépend du système de fichiers utilisé) :


4.3.1 Pour les partitions Windows

Si vous en avez, c'est que vous avez Windows installé sur votre ordinateur. Il se débrouillera tout seul avec son TRIM.


4.3.2 Pour les partitions Linux

Il suffit de rajouter une minuscule option (qui va dépendre de votre système de fichiers) : ouvrez un terminal :

# vi /etc/fstab

Dans toutes les lignes qui comportent le mot ext4, rajoutez après defaults l'option discard en les séparant par une virgule (et sans espace). Si vous avez des lignes comportant btrfs, rajoutez après defaults l'option ssd en les séparant aussi par une virgule (sans espace non plus).

Voici un exemple de fstab après modification :

#
# /etc/fstab
# Created by anaconda on Sat Jul 30 15:52:50 2011
#
# Accessible filesystems, by reference, are maintained under '/dev/disk'
# See man pages fstab(5), findfs(8), mount(8) and/or blkid(8) for more info
#
/dev/mapper/vg_localhost-lv_root            /            btrfs    defaults,ssd     1 1
UUID=31f4a0b0-f385-48ad-8c18-94232864a6b1   /boot        ext4     defaults,discard 1 2
/dev/mapper/vg_localhost-lv_swap            swap         swap     defaults         0 0
tmpfs                                       /dev/shm     tmpfs    defaults         0 0
devpts                                      /dev/pts     devpts   gid=5,mode=620   0 0
sysfs                                       /sys         sysfs    defaults         0 0
proc                                        /proc        proc     defaults         0 0

Ceci permet de "TRIMMER" à la volée les partitions formatées en BTRFS et/ou ext4.

Note tip.png BTRFS ou ext4 ?
Certaines personnes recommandent d'utiliser BTRFS au lieu d'ext4 sur un SSD car il est, paraît-il, plus adapté. Il ressort des divers tests réalisés çi et là qu'ext4 est quasi-systématiquement plus performant que BTRFS. En prenant également en compte le fait que BTRFS est un système de fichiers encore jeune et peut-être pas totalement éprouvé en terme de stabilité, il est plutôt conseillé d'opter (pour l'instant) pour ext4 dans le cas où vous hésiteriez entre les deux systèmes de fichiers.

Si vous n'hésitiez pas et que vous ne connaissez ni l'un, ni l'autre, le programme d'installation de fedora utilise par défaut ext4 qui est, à ce jour, la meilleure initiative. Ne vous inquiétez donc pas et oubliez le paragraphe du dessus en toute quiétude.

4.4 Changer l'utilisation du SWAP (SSD + HDD)

Le SWAP est un fichier qui permet de soulager la mémoire vive lorsque trop d'informations y sont contenues. C'est en quelque sorte une mémoire vive de secours, contenue sur le disque. Lorsque la mémoire vive est surchargée, elle transfère un certain nombre d'informations sur ce SWAP. L'avantage est qu'en cas de grosse consommation, le système n'est pas à cours de mémoire ; l'inconvénient est qu'étant donné que ce SWAP est placé sur le disque, les performances des programmes utilisant des informations contenues dans le SWAP sont considérablement diminuées. L'autre inconvénient concernant les SSD est le fort nombre de lectures/écritures qui surviennent lorsque le SWAP est utilisé.

On va donc simplement demander au système d'utiliser le moins possible le SWAP (en effet, quel intérêt de décharger la RAM tant qu'elle n'est pas pleine ?).

Pour cela, on va ouvrir un terminal, se logger en root et taper la commande suivante :

# vi /etc/sysctl.conf

On rajoutera la ligne suivante en bas de la page : vm.swappiness = 0 puis on sauvegardera et on fermera vi.

Note tip.png Quelle valeur mettre ?
Cette valeur est comprise entre 0 et 100. Plus elle est élevée et plus le système utilisera le SWAP, plus elle est faible et plus le système attendra le dernier moment avant de "swapper". Une valeur de 0 permet d'attendre le tout dernier moment avant de swapper (mais ceci ne désactive pas le SWAP).

4.5 Mettre le cache de Firefox en RAM (SSD + HDD)

Le principe est simple : à chaque fois que Firefox va sur un site, il sauvegarde les images, le style et même un bout du contenu du site afin de pouvoir le réafficher bien plus vite la seconde fois. Le problème, c'est qu'il va donc lire et écrire énormément sur le SSD. Même si je vous ai dit de ne pas vous préoccuper de ces lectures/écritures, on va enlever ces accès disques trop fréquents et presque inutiles étant donné qu'on a la mémoire vive (RAM) pour ça.

InProgress tip.png Attention !
Cette astuce est toutefois réservée aux personnes qui ont au moins 2 Gio de RAM sur leur PC. En effet, on va stocker une grande quantité d'informations et avoir moins de RAM pourrait conduire à une saturation de cette mémoire vive et donc à ralentir le système, ce qui serait l'inverse du but recherché.

Ouvrez Firefox : dans la barre d'adresse, tapez about:config et dites "oui" au message d'avertissement.

Dans le filtre, tapez browser.cache.disk.enable. Une ligne éponyme devrait s'afficher : si elle est à true, passez-la à false en double-cliquant dessus.

Ensuite, cliquez droit dans le blanc de la page, faites nouvelle -> chaîne de caractères : donnez-lui comme nom browser.cache.memory.enable et comme valeur true. La première ligne aura pour effet de désactiver le cache disque et la seconde ligne d'activer le cache RAM.

Enfin, on va donner une valeur maximale à ce cache (ben oui, on ne va pas saturer la mémoire vive avec Firefox) : dans le blanc de la page, cliquez droit et faites nouvelle -> chaîne de caractères : donnez-lui comme nom browser.cache.memory.capacity et comme valeur 200000.

Note tip.png Quelle valeur mettre ?
Cette valeur est en Ko. On a donc mis ici 200 Mio. Si vous voulez mettre plus ou moins, ne vous gênez pas ; mais faites attention à ne pas mettre trop pour ne pas saturer votre RAM.


4.6 Optionnel : désactiver la journalisation des dates de lecture des fichiers

ext4 journalise tous les évènements qui surviennent sur le système de fichiers (lectures, modifications, suppressions, ...). C'est ce qui fait la force de ce système de fichiers : même en cas de crash sérieux, le système peut comprendre ce qui s'est passé et reconstruire les données altérées.

Une des fonctionnalités est la journalisation des dates d'accès aux fichiers en lecture : à chaque lecture d'un fichier, ext4 le marque pour s'en souvenir. Or, dans le cas d'une utilisation classique de votre système, ce dernier lit très souvent des informations. Le problème, vous le voyez bien, c'est le nombre d'écritures potentiellement inutiles que cela va engendrer. On va donc désactiver uniquement cette fonctionnalité de journalisation (les autres étant très importantes, même pour une utilisation basique) :

Ouvrez un terminal

# vi /etc/fstab

On va simplement rajouter l'option noatime après l'option defaults dans les lignes comportant le mot ext4 en les séparant par une virgule.

Exemple d'une ligne :

/dev/mapper/vg_localhost-lv_root /         ext4      defaults,noatime,discard       1 1


InProgress tip.png Attention !
Bien que ce paramètre ne désactive qu'une fonctionnalité apparemment peu importante de ext4, il est fortement conseillé de ne pas l'utiliser dans le cas d'un système sensible (tel qu'un serveur). De plus, certains logiciels (comme le client mail mutter) utilisent ces dates de lecture pour fonctionner. Si vous êtes confrontés à un problème de ce type, je vous conseille d'enlever ce paramètre noatime sans tarder.


Catégorie : SSD Catégorie : Matériel