Nginx : Différence entre versions

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
m
(Contenu dynamique / PHP : Mise en page + Syntaxes)
 
(17 révisions intermédiaires par 3 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{Auteur|IdirHADJCHAIB}}
+
{{Auteur|EdouardBourguignon}}
{{EnCours|auteur=IdirHADJCHAIB}}
+
{{Guide}}
  
==Introduction==
+
== Présentation ==
'''Nginx''' est un serveur web et proxy inverse distribué sous licence libre ('''BSD'''). Particulièrement léger et d'une grande efficacité en multitâche, '''Nginx''' s'est avéré particulièrement adapté pour les sites web\application web à fort trafic.
 
Au cours de cette documentation vous allez pouvoir mettre en place un serveur '''Nginx'''(serveur web) optimisé pour '''php-fpm'''(fastcgi).
 
La dernière partie consistera à optimiser votre '''Fedora''' pour en augmenter les performances.
 
  
Quelques-unes des ressources utilisées pour produire cette documentation :
+
<app>Nginx</app> est un serveur web (HTTP) très répandu. En réalité il sait faire beaucoup plus (mandataire, répartiteur de charge, etc) ! Son principal avantage étant sa légèreté en ressource (principalement mémoire). L'alternative peut-être encore plus répandue, plus ancienne en tout cas, serait le serveur [[Installation et configuration d'Apache|<app>Apache</app>]].
* [https://www.nginx.com/resources/admin-guide/ La documentation officielle (anglais)]
 
* [http://www.cyberciti.biz/tips/linux-unix-bsd-nginx-webserver-security.html Top 20 Nginx WebServer Best Security Practices (anglais)]
 
* [https://www.linode.com/docs/websites/nginx/ Installing, configuring, and managing the nginx web server for both static and dynamic content (anglais)]
 
  
{{Ecriture| Nous respecterons tout du long une convention de notation précise à laquelle vous devrez faire attention :
+
Le but premier d'un serveur web est de fournir le contenu de fichiers statiques (bien souvent en langage HTML, CSS, JS), via le protocole HTTP. Le protocole sécurisé HTTPS est aussi souvent supporté, avec la même finalité mais via une communication chiffrée.
Les commandes à saisir dans le terminal apparaissent dans une zone encadrée et sont précédées du <tt>#</tt> pour le super utilisateur (root) ou du <tt>$</tt> pour l'utilisateur courant.
 
Exemple:
 
$ Commande à passer en tant qu'utilisateur courant
 
# Commande à passer en tant que super utilisateur (root)
 
}}
 
  
==Préparation de fedora==
+
Cette documentation couvre l'installation et la configuration nécessaire pour faire fonctionner <app>nginx</app> dans le but de fournir du contenu statique.
Notez qu'au cours de cette documentation nous utiliserons «site1.domain» comme nom de domaine/site-web/hostname,
 
  
De plus vous aurez besoin à plusieurs reprise de connaitre le nombre maximum de fichiers ouvert simultanément toléré par votre noyau,
+
== Installation ==
voici la commande et veuillez noter cette valeur :
 
# sysctl fs.file-max
 
  
Vous aurez également besoin de connaitre le nombre de cœur/thread disponible sur votre serveur, veuillez noter cette valeur :
+
L'installation de <app>nginx</app> se fait avec la commande suivante :
  # cat /proc/cpuinfo | grep processor | wc -l
+
  # dnf install nginx
  
===Mise à jour===
+
== Activation du service ==
Commençons par le plus évident, une mise à jours :
 
# dnf update
 
  
===Configuration du hostname===
+
Pour démarrer manuellement <app>nginx</app> :
Ajouter le nom de domaine ''site1.domain'' au fichier <path>/etc/hosts</path> avec votre éditeur de texte favoris :
+
  # systemctl start nginx
127.0.0.1 site1.domain    localhost.localdomain localhost
 
::1 localhost.localdomain localhost
 
 
 
===Ouverture du port http===
 
Je part du principe que votre ''zone par défaut est la zone '''public''' '' mais vous devrez certainement adapter cette commande à votre configuration :
 
# firewall-cmd --permanent --zone=public --add-service=http && firewall-cmd --reload
 
 
 
Redémarrons le service '''firewalld''' afin d'être sûr que la modification est passée :
 
  # systemctl restart firewalld
 
 
 
==Installation et configuration de Nginx==
 
===Installation===
 
# dnf install nginx
 
 
 
===Création des répertoires===
 
Création du répertoire qui contiendra le fichier de configuration propre à chaque site :
 
# mkdir /etc/nginx/sites/
 
 
 
Création du répertoire qui contiendra notre premier site web :
 
# mkdir /var/www && mkdir /var/www/site1.domain/
 
 
 
===Configuration de Selinux===
 
Autorisons l'accès d'Nginx au dossier contenant notre site web :
 
#chcon -Rt httpd_sys_content_t /var/www/site1.domain/
 
===Configuration globale de Nginx===
 
Si vous hébergez plusieurs sites web, ce fichier de configuration leur sera commun.
 
Commençons par sauvegarder le fichier de configuration initial :
 
# mv /etc/nginx/nginx.conf /etc/nginx/nginx.conf.backup
 
 
 
A présent utilisez votre éditeur de texte favori pour créer le fichier <path>/etc/nginx/nginx.conf</path> :
 
user nginx;
 
worker_processes          2; ##Le nombre de CPU\Thread de votre serveur
 
worker_rlimit_nofile      200000; ##Un tiers de la valeur que renvoie la commande # sysctl fs.file_max
 
error_log /var/log/nginx/error.log; ##Le fichier contenant le log d'erreurs de Nginx
 
pid /run/nginx.pid;
 
#
 
events {
 
    worker_connections 10240; ##soit 5120 connexion simultanées (valeurs réalistes)
 
    multi_accept on;
 
    use epoll;
 
}
 
#
 
http {
 
##options basiques
 
    log_format  main  '$remote_addr - $remote_user [$time_local] "$request"' '$status $body_bytes_sent "$http_referer"'
 
'"$http_user_agent" "$http_x_forwarded_for"';
 
    access_log      /var/log/nginx/access.log  main buffer=512k; ##le buffer est grand pour limiter les E/S
 
    sendfile        on;
 
    tcp_nopush      on;
 
    tcp_nodelay    on;
 
    server_tokens  off;
 
    default_type        application/octet-stream;
 
    include            /etc/nginx/mime.types;
 
    include            /etc/nginx/conf.d/*.conf;
 
#
 
##Partie gérant les timeout, à adapter à votre site web si nécessaire
 
#
 
    keepalive_timeout  10 10;
 
    client_body_timeout    15;
 
    client_header_timeout  15;
 
    send_timeout        15;
 
#
 
##Partie gérant la taille des buffers et limitant la taille des requêtes, à adapter à votre site web si nécessaire
 
    types_hash_max_size        2048;
 
    client_max_body_size        1k;
 
    client_body_buffer_size    1K;
 
    client_header_buffer_size  1k;
 
    large_client_header_buffers 2  1k;
 
#
 
##Partie gérant la mise en cache des fichiers statiques,
 
#
 
    open_file_cache max=10000 inactive=60s;
 
    open_file_cache_valid        10m;
 
    open_file_cache_min_uses    1;
 
    open_file_cache_errors      on;
 
#
 
##Protection contre l'abus de connections concurrentes, Partie à activer une fois les tests de performance effectués
 
#limit_zone slimits  $binary_remote_addr  5m;
 
#limit_conn slimits 10; ##nombre maximal de connections concurrentes, peu gêner site destiné à un usage en interne entreprise
 
#
 
##Partie gérant la compression
 
#
 
    gzip                on;
 
    gzip_disable      "msie6";
 
    gzip_vary          on;
 
    gzip_proxied        any;
 
    gzip_comp_level    6;
 
    gzip_min_length    256;
 
    gzip_buffers        16 8k;
 
    gzip_http_version    1.1;
 
    gzip_types text/css text/javascript text/xml text/plain text/x-component application/javascript application/x-javascript
 
application/json application/xml  application/rss+xml font/truetype application/x-font-ttf font/opentype
 
application/vnd.ms-fontobject image/svg+xml image/x-icon image/bmp image/png image/gif image/jpeg image/jpg;
 
}
 
 
 
===Configuration de l'interface du Socket Unix===
 
Afin d'exploiter pleinement les configurations matérielles modernes (capacité de parallélisme\multiplexage) vous avez la possibilité d'utiliser plusieurs Socket Unix sur la même machine afin d'augmenter légèrement les performances :
 
*sur une vps, ou sur un "petit" serveur dédié cette modification est contre productive
 
*à partir de huit cœurs vous pourrez utiliser deux Sockets et profiter d'un léger gain de performance
 
 
 
Commençons par sauvegarder le fichier de configuration initiale (si vous n'avez jamais installé php-fpm le fichier n’existe probablement pas) :
 
# mv /etc/nginx/conf.d/php-fpm.conf /etc/nginx/conf.d/php-fpm.conf.backup
 
  
Comme précédemment, utilisez votre éditeur de texte favoris pour créer le fichier <path>/etc/nginx/conf.d/php-fpm.conf</path> :
+
Pour le démarrer automatiquement au démarrage :
upstream php-fpm {
 
server unix:/run/php-fpm/nginx1.sock; #Suffisant jusqu'à 8 cœurs
 
#server unix:/run/php-fpm/nginx2.sock; #Au delà de 8 cœurs
 
}
 
 
 
{{Note|titre=Véritable fonction de l'interface|contenu= Cette interface est initialement conçue pour répartir la charge entre plusieurs serveurs (load balancer), de sorte que Nginx est un proxy-inverse. De plus vous pouvez créer plusieurs fichier contenant des configuration d'upstream différentes, pointant vers des configurations de pool php-fpm différentes. Vous n'aurez plus qu'as modifier '''fastcgi_pass php-fpm;''' avec php-fpm le nom du upstream dans la configuration de votre site web. Cette méthode est très utile lorsque vous hébergez plusieurs site web dont les besoins sont très différents.}}
 
 
 
===Configuration du site web===
 
Comme précédemment, utilisez votre éditeur de texte favoris pour créer le fichier <path>/etc/nginx/sites/site1.domain.conf</path> :
 
server {
 
        listen  80;
 
        listen      [::]:80 default_server;
 
        server_name  site1.domain;                  ##Votre nom de domain ici
 
        root        /var/www/site1.domain/;  ##La racine de votre site ici
 
        port_in_redirect off;
 
        server_tokens    off;
 
        include /etc/nginx/default.d/*.conf;
 
        location / { index index.html index.htm index.php; } ##à adapter en fonction de votre site/framework
 
##configuration du fastcgi =>php-fpm
 
location ~ \.php$ {
 
fastcgi_pass php-fpm;
 
fastcgi_index index.php;             ##à adapter en fonction de votre site/framework
 
include fastcgi_params;
 
fastcgi_param    SCRIPT_FILENAME    $document_root$fastcgi_script_name;
 
#fastcgi_param    SCRIPT_NAME            $fastcgi_script_name;
 
#fastcgi_buffers  32 32k;  ##valeurs à adapter en fonction de votre site ou dans le cas d'erreur du type 502 bad gateway
 
#fastcgi_buffer_size 32k;  ##valeurs à adapter en fonction de votre site ou dans le cas d'erreur du type 502 bad gateway
 
#fastcgi_split_path_info ^(.+\.php)(/.+)$;    ##à activer/adapter en fonction de vos besoins
 
                }
 
##Bloquer l'accès au fichier .htaccess (donc si vous l'utilisez désactivé cette partie)
 
        location ~ /\.ht { deny all; access_log off; log_not_found off; }
 
##Bloquer l'accès aux fichiers cachés
 
        location ~ /\. { deny all; access_log off; log_not_found off; }
 
#
 
##Personnalisez aisément vos pages d'erreurs en activant cette partie
 
# error_page 404 /404.html;
 
# location = /40x.html { }
 
# error_page 500 502 503 504 /50x.html;
 
# location = /50x.html { }
 
#
 
##Options de mise en cache ajoutées aux headers concernant les fichiers listées,
 
##si vous faites des modifications fréquentes ajouter must-revalidate, proxy-revalidate";
 
location ~* '\.(asf|asx|wax|wmv|wmx|avi|bmp|class|divx|doc|docx|eot|exe|gif|gz|gzip|ico|jpg
 
|jpeg|jpe|gif|mdb|mid|midi|mov|qt|mp3|m4a|mp4|m4v|mpeg|mpg|mpe|mpp|odb|odc|odf|odg|odp|ods
 
|odt|ogg|ogv|otf|pdf|png|pot|pps|ppt|pptx|ra|ram|svg|svgz|swf|tar|gz|tif|tiff|ttf|wav|webm|wma|woff
 
|wri|xla|xls|xlsx|xlt|xlw|zip)$' {
 
        expires 1y;
 
        access_log off;
 
        log_not_found off;
 
        add_header Pragma public;
 
        add_header Cache-Control "max-age=1y, public";
 
    }
 
##Options de mise en cache ajoutées aux headers concernant les fichiers CSS et javascript,
 
##si vous faites des modifications fréquentes ajouter must-revalidate, proxy-revalidate";
 
location ~* ^.+\.(css|js)$ {
 
        rewrite ^(.+)\.(\d+)\.(css|js)$ $1.$3 last;
 
        expires 1y;
 
        access_log off;
 
        log_not_found off;
 
        add_header Pragma public;
 
        add_header Cache-Control "max-age=1y, public";
 
    }
 
## Options de mise en cache ajoutées aux headers concernant le reste du site
 
    expires 1d;
 
    add_header Pragma public;
 
    add_header Cache-Control "max-age=1d, public, must-revalidate, proxy-revalidate";
 
}
 
#redirection du http://www.site1.domain/ vers http://site1.domain/
 
server {
 
server_name www.site1.domain;
 
return 301 $scheme://site1.domain$request_uri;
 
}
 
 
 
===Activation de la configuration du site===
 
Afin d'activer un site il suffit de créer un lien symbolique de la ''conf'' depuis le répertoire <path>/etc/nginx/sites/</path> vers le dossier <path>/etc/nginx/conf.d/</path>
 
# ln -s /etc/nginx/sites/site1.domain.conf /etc/nginx/conf.d/
 
 
 
===Modification du lanceur et activation de Nginx===
 
Afin de permettre à '''Nginx''' d'avoir accès à d'avantage de ressources matérielles et donc en augmenter l'efficacité nous allons modifier le lanceur utilisé par '''Systemd'''.
 
Utilisez votre éditeur de texte et ajoutez les deux lignes suivantes à la fin de la partie '''[Service]''' du fichier <path>/usr/lib/systemd/system/nginx.service</path> :
 
#avec LimitNOFILE un tiers de la valeur de # sysctl fs.file_max
 
LimitNOFILE=200000
 
LimitNPROC=24567
 
 
 
Activation du service et activation du service au démarrage :
 
# systemctl daemon-reload
 
 
  # systemctl enable nginx
 
  # systemctl enable nginx
# systemctl start nginx
 
 
==Installation et configuration de php-fpm==
 
 
===Installation de php-fpm===
 
Installation de '''php-fpm''' :
 
# dnf install php-fpm php-pecl-apcu
 
 
===Configuration de php-fpm===
 
Commençons par sauvegarder le fichier de configuration initial de '''php-fpm''' :
 
# mv /etc/php-fpm.conf /etc/php-fpm.conf.backup
 
 
Utilisez votre éditeur de texte préféré pour créer et éditer le fichier <path>/etc/php-fpm.conf</path> :
 
include = /etc/php-fpm.d/*.conf
 
[global]
 
pid = /run/php-fpm/php-fpm.pid
 
##Emplacement et nom du journal d'erreurs
 
error_log = /var/log/php-fpm/error.log
 
#Réduisons la quantité de log pour réduire les accès disques
 
log_level = warning
 
daemonize = yes
 
emergency_restart_threshold = 10
 
emergency_restart_interval = 1m
 
process_control_timeout = 10s
 
events.mechanism = epoll
 
# Particularité de Systemd, afin de réduire les E/S, on réduit la fréquence des interactions entre Systemd et php-fpm
 
systemd_interval = 1m 
 
 
===Configuration des pools php-fpm===
 
Cette fois nous configurons les pools php de notre site, mais commençons par sauvegarder le fichier de configuration initial :
 
# mv /etc/php-fpm.d/www.conf /etc/php-fpm.d/www.conf.backup
 
 
Vous avez à nouveau l'occasion d'utiliser votre éditeur de texte, cette fois il s'agit du fichier <path>/etc/php-fpm.d/site1.domain.conf</path> :
 
 
##le nom du Socket Unix configuré dans /etc/nginx/conf.d/php-fpm.conf
 
##le nom du pool php-fpm est propre à chaque Socket Unix que vous créez
 
[site1-1]                         
 
listen = /run/php-fpm/nginx1.sock 
 
user = nginx
 
group = nginx
 
listen.acl_users = nginx
 
request_slowlog_timeout = 5s
 
slowlog = /var/log/php-fpm/site1-slow.log
 
listen.allowed_clients = 127.0.0.1
 
pm = dynamic
 
#Nombre de cœurs/thread du serveur, multiplier les threads est contre productif, nous utilisons peu de thread 
 
#mais nous les conservons constamment en mémoire
 
pm.max_children = 2           
 
pm.start_servers = 2         
 
pm.min_spare_servers = 2
 
pm.max_spare_servers = 2
 
pm.max_requests = 10000
 
#La taille de la file d'attente est ici au maximum acceptée par le noyau
 
listen.backlog = -1
 
pm.status_path = /status
 
request_terminate_timeout = 120
 
#Rlimit = Un tiers de la valeur renvoyée par # sysctl fs.file.max
 
rlimit_files = 200000
 
catch_workers_output = yes
 
env[HOSTNAME] = $HOSTNAME
 
env[TMP] = /tmp
 
env[TMPDIR] = /tmp
 
env[TEMP] = /tmp
 
#
 
##Partie à dé-commenter si vous utilisez deux Sockets Unix dans le fichier /etc/nginx/conf.d/php-fpm.conf
 
##Vous devrez également répartir le nombre de thread en fonction du nombre de CPU/thread entre les deux Pools
 
#[site1-2]
 
#listen = /run/php-fpm/nginx2.sock
 
#user = nginx
 
#group = nginx
 
#listen.acl_users = nginx
 
#request_slowlog_timeout = 5s
 
#slowlog = /var/log/php-fpm/site1-slow.log
 
#listen.allowed_clients = 127.0.0.1
 
#pm = dynamic
 
#pm.max_children = 2
 
#pm.start_servers = 2
 
#pm.min_spare_servers = 2
 
#pm.max_spare_servers = 2
 
#pm.max_requests = 10000
 
#listen.backlog = -1
 
#pm.status_path = /status
 
#request_terminate_timeout = 120
 
#rlimit_files = 200000
 
#catch_workers_output = yes
 
#env[HOSTNAME] = $HOSTNAME
 
#env[TMP] = /tmp
 
#env[TMPDIR] = /tmp
 
#env[TEMP] = /tmp
 
 
===Préparation de l'environnement Php===
 
Configuration de la ''timezone'' :
 
# echo -e "[DATE]\n//Notre Timezone\ndate.timezone = "Europe/Paris"\n\n"  >>  /etc/php.d/timezone.ini
 
 
===Modification du lanceur et activation de Php-fpm===
 
Afin de permettre à '''Php-fpm''' d'avoir accès à d'avantage de ressources matérielles et donc en augmenter l'efficacité nous allons modifier le lanceur de '''Systemd'''.
 
Utilisez votre éditeur de texte et ajoutez les deux lignes suivantes à la fin de la partie '''[Service]''' du fichier <path>/usr/lib/systemd/system/php-fpm.service</path> :
 
#avec LimitNOFILE un tiers de la valeur de # sysctl fs.file_max
 
LimitNOFILE=200000
 
LimitNPROC=24567
 
 
Activation du service et activation au démarrage de '''Php-fpm''' :
 
# systemctl daemon-reload
 
# systemctl enable php-fpm
 
# systemctl start php-fpm
 
 
==Création d'une page de test==
 
Nous allons créer une page de test très simple, nous renvoyant du contenu générée par la fonction '''phpinfo'''. à l'aide de votre éditeur de texte bien aimé vous allez devoir créer un fichier nommé ''index.php'' à la racine de votre site web; ce qui dans notre cas devient le fichier <path>/var/www/site1.domain/index.php</path>
 
<?php
 
    phpinfo();
 
?>
 
  
Vous allez enfin pouvoir tester votre serveur web en vous rendant à l'aide du navigateur web de votre choix à l'url : http://site1.domain/index.php
+
== Vérification ==
  
Si vous obtenez une erreur, consultez les informations renvoyées par '''Systemd''' pour localiser le problème :
+
Tout d'abord s'assurer que le service tourne bien :
  # systemctl status nginx -l
+
  # systemctl status nginx
# systemctl status php-fpm -l
 
 
Si aucune indication n'est donnée, consultez les logs :
 
# cat /var/log/php/error.log
 
# cat /var/log/nginx/error.log
 
  
Si vous ne trouvez aucune erreur, mais que votre page est toujours impossible à afficher, vérifiez votre pare-feu.
+
Puis s'assurer que le service <app>nginx</app> est bien en écoute (LISTEN) sur le port 80 (http), le plus simple est de passer par le paquet <paquet>lsof</paquet> avec la commande suivante :
 +
# lsof -i :80
  
==Optimisation du noyau Linux==
+
Exemple du résultat attendu :
A ce stade de votre déploiement, des tests de Benchmark vous renverrons des valeurs limitées par les paramètres de votre noyau '''Linux'''.
 
Nous allons donc devoir modifier les paramètres du noyau afin d'augmenter les ressources mise à la disposition des services et augmenter la sécurité de votre serveur.
 
Or ces paramètres sont générés dynamiquement lors du démarrage du système, nous allons donc devoir forcer '''sysctl''' à modifier ces paramètres automatiquement.
 
Pour que vous n'ayez plus à vous en préoccuper à l'avenir.
 
  
===Sauvegarde des paramètres par défaut===
+
COMMAND  PID  USER  FD  TYPE DEVICE SIZE/OFF NODE NAME
Mais tout d'abord affichez les paramètres actuels et sauvegardez les dans le fichier de votre choix afin que vous conserviez un point de comparaison pour de l'éventuel débogage :
+
nginx  2580  root    8u  IPv4  35079      0t0  TCP *:http (LISTEN)
 +
nginx  2580  root    9u  IPv6  35080      0t0  TCP *:http (LISTEN)
 +
nginx  2581 nginx    8u  IPv4  35079      0t0  TCP *:http (LISTEN)
 +
nginx  2581 nginx    9u  IPv6  35080      0t0  TCP *:http (LISTEN)
  
# sysctl  kernel.sched_autogroup_enabled  kernel.sched_migration_cost_ns  kernel.pid_max  net.core.netdev_max_backlog \
 
net.core.somaxconn  net.ipv4.tcp_max_syn_backlog
 
  
# sysctl  net.ipv4.ip_local_port_range  net.ipv4.tcp_tw_recycle  net.ipv4.tcp_tw_reuse  net.ipv4.tcp_rmem net.ipv4.tcp_wmem \
+
Il existe d'autres commandes similaires comme <cmd>ss</cmd> ou <cmd>netstat</cmd> qui peuvent être utilisées.
net.ipv4.tcp_mem  net.core.rmem_max  net.core.rmem_default  net.core.wmem_max  net.core.wmem_default
 
  
# sysctl  net.ipv4.conf.all.log_martians  net.ipv4.conf.default.log_martians  net.ipv4.conf.default.accept_redirects \
+
== Configuration du pare-feu ==
net.ipv4.conf.default.secure_redirects  net.ipv4.conf.default.send_redirects  net.ipv4.conf.all.send_redirects \
 
net.ipv4.conf.all.secure_redirects  net.ipv4.ip_forward
 
  
# sysctl  net.ipv6.conf.default.router_solicitations  net.ipv6.conf.default.autoconf  net.ipv6.conf.default.dad_transmits \
+
Si vous souhaitez accéder à distance aux pages fournies par <app>nginx</app>, il faut autoriser l'accès au niveau du pare-feu.
net.ipv6.conf.default.max_addresses  net.ipv6.conf.default.accept_ra_defrtr  net.ipv6.conf.default.accept_ra_pinfo \
 
net.ipv6.conf.default.accept_ra_rtr_pref
 
  
{{Warning| La commande serait beaucoup trop longue présenté en un seul morceau, donc je vous la présente répartie en quatre parties, dont vous devrez sauvegarder les résultats.}}
+
Par défaut le pare-feu bloque l'accès distant aux ports HTTP (80) et HTTPS (443). Voici un exemple de commande pour autoriser ces 2 services dans la zone actuelle du pare-feu :
  
===Optimisation===
+
  # firewall-cmd --permanent --add-service=http
A présent vous devez utiliser l'éditeur de texte de votre choix et créer/éditer le fichier <path>/usr/lib/sysctl.d/51-OptimisationNginx.conf</path> :
+
  # firewall-cmd --permanent --add-service=https
kernel.sched_autogroup_enabled = 0
+
  # firewall-cmd --reload
kernel.sched_migration_cost_ns = 5000000
 
kernel.pid_max = 65536
 
net.core.netdev_max_backlog = 8192
 
net.core.somaxconn = 8192
 
net.ipv4.tcp_max_syn_backlog = 8192
 
  ##Réduire max_syn_backlog en cas d'attaque par SYN Flood
 
#
 
##Augmentons les capacités réseaux :
 
net.ipv4.ip_local_port_range  = 1024 65535
 
net.ipv4.tcp_tw_recycle = 1
 
net.ipv4.tcp_tw_reuse = 1
 
net.ipv4.tcp_rmem = 4096 87380 8388608
 
net.ipv4.tcp_wmem = 4096 87380 8388608
 
net.ipv4.tcp_mem = 4096 87380 8388608
 
net.core.rmem_max = 8388608
 
net.core.rmem_default = 8388608
 
net.core.wmem_max = 8388608
 
net.core.wmem_default = 8388608
 
  #
 
##Augmentons la sécurité du serveur :
 
#
 
net.ipv4.conf.all.log_martians = 1
 
net.ipv4.conf.default.log_martians = 1
 
net.ipv4.conf.default.accept_redirects = 0
 
net.ipv4.conf.default.secure_redirects = 0
 
net.ipv4.conf.default.send_redirects = 0
 
net.ipv4.conf.all.send_redirects = 0
 
net.ipv4.conf.all.secure_redirects = 0
 
net.ipv4.ip_forward = 0
 
  #
 
net.ipv6.conf.default.router_solicitations = 0
 
net.ipv6.conf.default.autoconf = 0
 
net.ipv6.conf.default.dad_transmits = 0
 
net.ipv6.conf.default.max_addresses = 1
 
net.ipv6.conf.default.accept_ra_defrtr = 0
 
net.ipv6.conf.default.accept_ra_pinfo = 0
 
net.ipv6.conf.default.accept_ra_rtr_pref = 0
 
#
 
##En cas d'erreur du type :"apr_socket_connect(): Cannot assign requested address (99)"
 
## Dé-commentez cette dernière ligne
 
#net.ipv4.ip_nonlocal_bind = 1
 
  
Afin de valider nos modifications :
+
A partir de là, vous devriez voir la page d'accueil <app>nginx</app> en vous connectant avec votre navigateur web sur l'adresse de votre machine serveur (http://<IP_ServeurWeb>).
# sysctl -p
 
  
{{Warning|Si votre serveur héberge également des services du type ''machine virtuelle'' ou encore des services sous la forme de ''container docker'', je vous déconseille d'appliquer les deux derniers paragraphe (net.ipv4 et net.ipv6)}}
+
== Informations complémentaires ==
{{Warning|Même si les modifications sont pris en compte par le noyau elle ne s'appliqueront pas aux services/applications déjà démarrées. Un redémarrage complet est donc nécessaire pour que la totalité des modifications fassent effet.}}
 
  
==Test et Benchmark==
+
=== Fichiers de configuration ===
Je ne vous détaillerais pas toutes les méthodes de '''Benchmark''', vous devriez trouver à profusion de documentation sur internet, je me limiterai à deux test assez sommaire dont l'utilités me semble justifiée, c'est à dire tester la stabilité du serveur.
 
'''Apache Benchmark''' est fournis avec le paquet '''httpd-tools''', commençons par l'installer :
 
# dnf install httpd-tools
 
  
A présent effectuons un test sommaire pour vérifier le bon fonctionnement d' '''ab''' et de '''Nginx''', Pour rappel un test doit être lancé depuis un équipement en local avec le serveur, si c'est impossible vous pouvez vous résoudre à faire le test depuis le serveur. Mais n'oubliez pas que vos résultats seront fortement altérés.
+
Les fichiers de configuration du service <app>nginx</app> sont placés dans <path>/etc/nginx/conf.d</path> et <path>/etc/nginx/default.d</path>.
# ab -t 60 -c 5 http://site1.domain/index.php
 
Assurez vous de ne pas avoir de message du type ''non-200''.
 
  
A présent testons la stabilité sur la durée :
+
La documentation officielle du projet fournit les explications sur les éléments configurables : https://nginx.org/en/docs/ .
# ab -kc 100 -n 1000000 http://site1.domain/index.php
 
Assurez vous de ne pas avoir de message du type ''non-200''.
 
 
Et finalement vérifions la stabilité lors de forte affluence :
 
# ab -kc 5000 -n 10000 http://site1.domain/index.php
 
Assurez vous de ne pas avoir de message du type non-200.
 
  
{{Note|titre=index.html|contenu=dans ce chapitre nous nous contenterons de tester la page de test, l'objectif étant de vérifier la stabilité de notre déploiement. Mais vous aurez également à effectuer un certain nombre de test similaire sur votre site web avant de le mettre en production afin de tester vos scripts php etc...}}
+
=== Emplacement des fichiers statiques ===
  
==Mise à jour en production==
+
Le paquet <paquet>nginx</paquet> installe les fichiers statiques de la page d'accueil fournis à titre d'exemple dans <path>/usr/share/nginx/html</path>. Vous pouvez changer les permissions et propriétaires de ces fichiers mais il faut s'assurer que l'utilisateur '''nginx''' puisse au moins pouvoir les lire pour les fournir aux clients.
'''Nginx''' est fournis avec un outil permettant d'effectuer une mise à jour sur un serveur en production sans interruption de service .
 
Tout d'abord effectuez votre mise à jours :
 
# dnf update Nginx gperftools-libs
 
  
Ensuite nous allons utiliser l'outil '''nginx-upgrade''' afin de rendre effective la mise à jour sans interruption de service.
+
Pour changer l'emplacement, il vaut mieux éviter les liens symboliques. La configuration du chemin par défaut est la clef '''root''' dans les fichiers de configuration <app>nginx</app>. Attention à préserver de bons contextes '''SELinux''' ('''httpd_sys_content_t''' par ex) si vous créez un nouvel emplacement pour les fichiers proposés aux clients (cf documentation [[SELinux]]).
# nginx-upgrade
 
  
==Conclusion==
+
=== Contenu dynamique / PHP ===
A présent vous devez certainement disposer d' ''un serveur web'' '''Nginx''' fonctionnel, mais il vous reste encore à optimiser votre configuration en fonction des ressources matériels de votre serveurs et en fonction de votre site web (Framework, CMS, BDD etc...). Si vous atteignez les limites de '''Nginx''', je vous conseille de vous orienter vers un '''serveur de cache Http'''. Pour aller plus loin je vous recommande [https://www.nginx.com/resources/admin-guide/ La documentation officielle (anglais)] ainsi que [https://www.linode.com/docs/websites/nginx/ Installing, configuring, and managing the nginx web server for both static and dynamic content (anglais)].
 
  
[[Catégorie:Rédaction en cours]]
+
Pour installer facilement le support [[Installation_et_configuration_de_PHP# Configuration pour nginx|PHP]] avec <app>nginx</app>, il faut passer par l'installation du paquet <paquet>php-fpm</paquet>. Le service <app>php-fpm</app> est à démarrer, et le service <app>nginx</app> à recharger pour prise en compte. Une documentation plus approfondie sur ce point verra peut-être le jour.

Version actuelle datée du 15 février 2019 à 20:02

Par : EdouardBourguignon
Note tip.png Aide
Pour lire ce wiki convenablement, merci de lire la page suivante concernant les conventions de nommage.

1 Présentation

Nginx est un serveur web (HTTP) très répandu. En réalité il sait faire beaucoup plus (mandataire, répartiteur de charge, etc) ! Son principal avantage étant sa légèreté en ressource (principalement mémoire). L'alternative peut-être encore plus répandue, plus ancienne en tout cas, serait le serveur Apache.

Le but premier d'un serveur web est de fournir le contenu de fichiers statiques (bien souvent en langage HTML, CSS, JS), via le protocole HTTP. Le protocole sécurisé HTTPS est aussi souvent supporté, avec la même finalité mais via une communication chiffrée.

Cette documentation couvre l'installation et la configuration nécessaire pour faire fonctionner nginx dans le but de fournir du contenu statique.

2 Installation

L'installation de nginx se fait avec la commande suivante :

# dnf install nginx

3 Activation du service

Pour démarrer manuellement nginx :

# systemctl start nginx

Pour le démarrer automatiquement au démarrage :

# systemctl enable nginx

4 Vérification

Tout d'abord s'assurer que le service tourne bien :

# systemctl status nginx

Puis s'assurer que le service nginx est bien en écoute (LISTEN) sur le port 80 (http), le plus simple est de passer par le paquet lsof avec la commande suivante :

# lsof -i :80

Exemple du résultat attendu :

COMMAND  PID  USER   FD   TYPE DEVICE SIZE/OFF NODE NAME
nginx   2580  root    8u  IPv4  35079      0t0  TCP *:http (LISTEN)
nginx   2580  root    9u  IPv6  35080      0t0  TCP *:http (LISTEN)
nginx   2581 nginx    8u  IPv4  35079      0t0  TCP *:http (LISTEN)
nginx   2581 nginx    9u  IPv6  35080      0t0  TCP *:http (LISTEN)


Il existe d'autres commandes similaires comme ss ou netstat qui peuvent être utilisées.

5 Configuration du pare-feu

Si vous souhaitez accéder à distance aux pages fournies par nginx, il faut autoriser l'accès au niveau du pare-feu.

Par défaut le pare-feu bloque l'accès distant aux ports HTTP (80) et HTTPS (443). Voici un exemple de commande pour autoriser ces 2 services dans la zone actuelle du pare-feu :

# firewall-cmd --permanent --add-service=http
# firewall-cmd --permanent --add-service=https
# firewall-cmd --reload

A partir de là, vous devriez voir la page d'accueil nginx en vous connectant avec votre navigateur web sur l'adresse de votre machine serveur (http://<IP_ServeurWeb>).

6 Informations complémentaires

6.1 Fichiers de configuration

Les fichiers de configuration du service nginx sont placés dans /etc/nginx/conf.d et /etc/nginx/default.d.

La documentation officielle du projet fournit les explications sur les éléments configurables : https://nginx.org/en/docs/ .

6.2 Emplacement des fichiers statiques

Le paquet nginx installe les fichiers statiques de la page d'accueil fournis à titre d'exemple dans /usr/share/nginx/html. Vous pouvez changer les permissions et propriétaires de ces fichiers mais il faut s'assurer que l'utilisateur nginx puisse au moins pouvoir les lire pour les fournir aux clients.

Pour changer l'emplacement, il vaut mieux éviter les liens symboliques. La configuration du chemin par défaut est la clef root dans les fichiers de configuration nginx. Attention à préserver de bons contextes SELinux (httpd_sys_content_t par ex) si vous créez un nouvel emplacement pour les fichiers proposés aux clients (cf documentation SELinux).

6.3 Contenu dynamique / PHP

Pour installer facilement le support PHP avec nginx, il faut passer par l'installation du paquet php-fpm. Le service php-fpm est à démarrer, et le service nginx à recharger pour prise en compte. Une documentation plus approfondie sur ce point verra peut-être le jour.