Parefeu - firewall : Différence entre versions

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
(Basculer Firewalld à netfilter / iptables)
m (Les solutions avec Fedora)
 
(16 révisions intermédiaires par 3 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +
{{Auteur|PhilippeMarcovici}}
 +
{{Contributeurs|[[Utilisateur:NicolasBerrehouc|NicolasBerrehouc]]}}
 +
{{Guide}}
 +
 
== Pourquoi un pare-feu ? ==
 
== Pourquoi un pare-feu ? ==
 
* Le pare-feu est un des composants de la sécurité informatique.<br>Il permet d'isoler un élément (une machine) ou un ensemble d'éléments (zone de confiance - plusieurs machines), d'où la notion de coupe-feu.
 
* Le pare-feu est un des composants de la sécurité informatique.<br>Il permet d'isoler un élément (une machine) ou un ensemble d'éléments (zone de confiance - plusieurs machines), d'où la notion de coupe-feu.
  
  
* Pourquoi un pare-feu (firewall) sous Linux ?<br>L'idée que Linux ne nécessite pas de sécurisation spécifique, puisqu'il est sécurisé de par son architecture, est fortement répandue.<br><br>Certes ! Mais l'erreur est humaine, et les informaticiens aussi (il parait).<br><br>Ainsi notre noyau (kernel) Linux adoré accompagné de ses différents serveurs, applications et commandes à la base d'une distribution Gnu/Linux ne sont pas exempts de failles logicielles (autrement dit humaines, si vous avez bien suivi ;-) )
+
* Pourquoi un pare-feu (firewall) sous Linux ?<br>L'idée que Linux ne nécessite pas de sécurisation spécifique, puisqu'il est sécurisé de par son architecture, est fortement répandue.<br><br>Certes ! Mais l'erreur est humaine.<br><br>Ainsi notre noyau Linux adoré accompagné de ses différents serveurs, applications et commandes à la base d'une distribution GNU/Linux ne sont pas exempts de failles logicielles (autrement dit humaines, si vous avez bien suivi ;-) )
  
  
* L'autre principal argument est que le système propriétaire, dont je tairais le nom, est la principale cible des pirates et autres scripts kiddies.<br>Oui, mais cela ne veut pas dire qu'un système Gnu/Linux n'est jamais la cible d'attaques.<br>La sagesse populaire le dit : il vaut mieux prévenir que guérir.
+
* L'autre principal argument est que le système propriétaire, dont je tairais le nom, est la principale cible des pirates et autres scripts kiddies.<br>Oui, mais cela ne veut pas dire qu'un système GNU/Linux n'est jamais la cible d'attaques.<br>La sagesse populaire le dit : il vaut mieux prévenir que guérir.
  
  
* Vous en doutez encore ?<br>Je vous laisse consulter le site du CERTA (Centre d'Expertise Gouvernemental de Réponse et de Traitement des Attaques informatiques) français ici http://www.certa.ssi.gouv.fr/. Vous trouverez sur les alertes les plus récentes.<br><br>Vous pouvez aussi cliquer sur les archives années par années. Vous pourrez constater que les composants Gnu/Linux ne sont pas absents de ces référencements.<br><br>Ou encore, vous pouvez consulter des bulletins spécifiques à Linux ici http://www.vupen.com/english/searchengine.php?keyword=linux.<br><br>Voilà, vous avez maintenant des éléments concrets pour votre réflexion.
+
* Vous en doutez encore ?<br>Je vous laisse consulter le site du CERT-FR (Computer Emergency Response Team) français ici https://www.cert.ssi.gouv.fr. Vous trouverez tout sur les alertes les plus récentes.<br><br>Vous pouvez aussi cliquer sur les archives années par années. Vous pourrez constater que les composants GNU/Linux ne sont pas absents de ces référencements.<br><br>Voilà, vous avez maintenant des éléments concrets pour votre réflexion.
  
  
* Bref, si vous voulez pouvoir vous pavaner en disant qu'avec votre Gnu/Linux vous êtes en sécurité (sans trop en douter), il vous faut aussi :<br>- éviter d'utiliser le super-utilisateur (root),<br>- mettre des mots de passes sûrs à vos utilisateurs,<br>- lancer le minimum de services,<br>- éviter d'ouvrir les mails et les pièces jointes de mail dont vous ne connaissez pas la source,<br>- ne pas lancer / installer n'importe quel programme d'une source inconnue / non vérifiée,<br>- mettre en place un serveur mandataire (proxy),<br>...<br>- '''mettre en place un pare-feu'''.
+
* Bref, si vous voulez pouvoir vous pavaner en disant qu'avec votre GNU/Linux vous êtes en sécurité (sans trop en douter), il vous faut aussi :<br>- éviter d'utiliser le super-utilisateur (root),<br>- mettre des mots de passes sûrs à vos utilisateurs,<br>- lancer le minimum de services,<br>- éviter d'ouvrir les mails et les pièces jointes de mail dont vous ne connaissez pas la source,<br>- ne pas lancer / installer n'importe quel programme d'une source inconnue / non vérifiée,<br>- mettre en place un serveur mandataire (proxy),<br>...<br>- '''mettre en place un pare-feu'''.
  
 
== Les solutions avec Fedora ==
 
== Les solutions avec Fedora ==
Jusqu'a Fedora 15, le pare-feux était netfilter / iptables éventuellement complété d'une interface graphique qui se limitait à être une sur-couche.<br>
+
Jusqu’à Fedora 15, le pare-feu était <app>netfilter</app> / <app>iptables</app> éventuellement complété d'une interface graphique qui se limitait à être une sur-couche.<br>
A partir de Fedora 15 une deuxième solution est possible : FirewallD. Il s'agit de la solution par défaut depuis Fedora 18.
+
A partir de Fedora 15 une deuxième solution est possible : <app>FirewallD</app>. Il s'agit désormais de la solution par défaut depuis Fedora 18.
  
Le tutoriel netfilter / iptables est situé ici : [[Parefeu_-_firewall_-_netfilter_-_iptables|Parefeu - firewall - netfilter / iptables]]<br>
+
Le tutoriel <app>netfilter</app> / <app>iptables</app> est situé ici : [[Parefeu_-_firewall_-_netfilter_-_iptables|Parefeu - firewall - netfilter / iptables]].<br>
Le tutoriel Firewalld est situé ici : [[Parefeu_-_firewall_-_FirewallD|Parefeu - firewall FirewallD]]<br>
+
Le tutoriel <app>Firewalld</app> est situé ici : [[Parefeu_-_firewall_-_FirewallD|Parefeu - firewall FirewallD]].<br>
  
 
== Basculer de netfilter / iptables à Firewalld ==
 
== Basculer de netfilter / iptables à Firewalld ==
Pour basculer de netfilter / iptables à firewalld, il vous suffit de suivre les instructions suivantes :
+
Pour basculer de <app>netfilter</app> / <app>iptables</app> à <app>firewalld</app>, il vous suffit de suivre les instructions suivantes :
  yum install lokkit
+
  # dnf install lokkit
  lokkit --disabled
+
  # lokkit --disabled
  systemctl start firewalld.service
+
  # systemctl start firewalld.service
  systemctl enable firewalld.service
+
  # systemctl enable firewalld.service
  
 
== Basculer Firewalld à netfilter / iptables ==
 
== Basculer Firewalld à netfilter / iptables ==
Pour basculer de firewalld à netfilter iptables, il vous suffit de suivre les instructions suivantes :
+
Pour basculer de <app>firewalld</app> à <app>netfilter</app> / <app>iptables</app>, il vous suffit de suivre les instructions suivantes :
  yum install lokkit
+
  # dnf install lokkit iptables-services
  systemctl disable firewalld.service
+
  # systemctl disable firewalld.service
  systemctl stop firewalld.service
+
  # systemctl stop firewalld.service
  lokkit --enabled
+
  # lokkit --enabled
 
+
# systemctl enable iptables.service
 
+
# systemctl enable ip6tables.service
 
 
 
 
  
[[:Catégorie:Réseaux et Serveurs]]
 
  
[[:Catégorie:Sécurité]]
+
[[Catégorie:Réseaux et Serveurs]]
 +
[[Catégorie:Sécurité]]

Version actuelle datée du 4 novembre 2018 à 09:01

Par : PhilippeMarcovici
Avec l'aimable contribution de : NicolasBerrehouc
Note tip.png Aide
Pour lire ce wiki convenablement, merci de lire la page suivante concernant les conventions de nommage.

1 Pourquoi un pare-feu ?

  • Le pare-feu est un des composants de la sécurité informatique.
    Il permet d'isoler un élément (une machine) ou un ensemble d'éléments (zone de confiance - plusieurs machines), d'où la notion de coupe-feu.


  • Pourquoi un pare-feu (firewall) sous Linux ?
    L'idée que Linux ne nécessite pas de sécurisation spécifique, puisqu'il est sécurisé de par son architecture, est fortement répandue.

    Certes ! Mais l'erreur est humaine.

    Ainsi notre noyau Linux adoré accompagné de ses différents serveurs, applications et commandes à la base d'une distribution GNU/Linux ne sont pas exempts de failles logicielles (autrement dit humaines, si vous avez bien suivi ;-) )


  • L'autre principal argument est que le système propriétaire, dont je tairais le nom, est la principale cible des pirates et autres scripts kiddies.
    Oui, mais cela ne veut pas dire qu'un système GNU/Linux n'est jamais la cible d'attaques.
    La sagesse populaire le dit : il vaut mieux prévenir que guérir.


  • Vous en doutez encore ?
    Je vous laisse consulter le site du CERT-FR (Computer Emergency Response Team) français ici https://www.cert.ssi.gouv.fr. Vous trouverez tout sur les alertes les plus récentes.

    Vous pouvez aussi cliquer sur les archives années par années. Vous pourrez constater que les composants GNU/Linux ne sont pas absents de ces référencements.

    Voilà, vous avez maintenant des éléments concrets pour votre réflexion.


  • Bref, si vous voulez pouvoir vous pavaner en disant qu'avec votre GNU/Linux vous êtes en sécurité (sans trop en douter), il vous faut aussi :
    - éviter d'utiliser le super-utilisateur (root),
    - mettre des mots de passes sûrs à vos utilisateurs,
    - lancer le minimum de services,
    - éviter d'ouvrir les mails et les pièces jointes de mail dont vous ne connaissez pas la source,
    - ne pas lancer / installer n'importe quel programme d'une source inconnue / non vérifiée,
    - mettre en place un serveur mandataire (proxy),
    ...
    - mettre en place un pare-feu.

2 Les solutions avec Fedora

Jusqu’à Fedora 15, le pare-feu était netfilter / iptables éventuellement complété d'une interface graphique qui se limitait à être une sur-couche.
A partir de Fedora 15 une deuxième solution est possible : FirewallD. Il s'agit désormais de la solution par défaut depuis Fedora 18.

Le tutoriel netfilter / iptables est situé ici : Parefeu - firewall - netfilter / iptables.
Le tutoriel Firewalld est situé ici : Parefeu - firewall FirewallD.

3 Basculer de netfilter / iptables à Firewalld

Pour basculer de netfilter / iptables à firewalld, il vous suffit de suivre les instructions suivantes :

# dnf install lokkit
# lokkit --disabled
# systemctl start firewalld.service
# systemctl enable firewalld.service

4 Basculer Firewalld à netfilter / iptables

Pour basculer de firewalld à netfilter / iptables, il vous suffit de suivre les instructions suivantes :

# dnf install lokkit iptables-services
# systemctl disable firewalld.service
# systemctl stop firewalld.service
# lokkit --enabled
# systemctl enable iptables.service
# systemctl enable ip6tables.service