Réseau IP : kit de démarrage : Différence entre versions

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
m (Comment vérifier son adresse IP ? : ifconfig deprecated)
m (Comment vérifier le routage ? : route est obsolète)
Ligne 187 : Ligne 187 :
 
* ligne 1 : tout ce qui concerne le sous-réseau 192.168.1.0 doit passer par l'interface eth0
 
* ligne 1 : tout ce qui concerne le sous-réseau 192.168.1.0 doit passer par l'interface eth0
 
* ligne 2 : tout le reste (masque 0.0.0.0) est dirigé vers la passerelle par défaut (adresse 192.168.1.1) et donc via l'interface eth0.
 
* ligne 2 : tout le reste (masque 0.0.0.0) est dirigé vers la passerelle par défaut (adresse 192.168.1.1) et donc via l'interface eth0.
 +
 +
{{Note|titre=Obsolète|contenu=Bien que la commande route soit encore disponible, elle est considérée comme dépréciée/obsolète. L'équivalent est maintenant 'ip route show'}}
  
 
[[Catégorie:Réseaux et Serveurs]]
 
[[Catégorie:Réseaux et Serveurs]]

Version du 29 août 2019 à 10:26

L'accès au réseau se fait le plus souvent par l'intermédiaire des protocoles TCP/IP.

Le présent document fournit le minimum vital pour se connecter à un réseau IPV4 existant.

Il ne traite pas de la topologie physique car il suppose que le matériel a déjà été installé et est opérationnel.

1 Les éléments indispensables

Pour faire partie d' un réseau local IP, nous avons besoin :

  • une adresse IP (ex 192.168.1.1)
  • un masque de réseau (ex 255.255.255.0 ou sous une autre notation équivalente /24)

Le masque de réseau a pour unique but d'indiquer l'étendue de la plage d'adresse locale.

Par exemple, une adresse IP 192.168.1.1 avec pour masque 255.255.255.0 donne une adresse de réseau en 192.168.1.0. Ce qui signifie que toutes les adresses de 192.168.1.0 à 192.168.1.255 sont dans le même réseau local (soit 255 adresses possibles).

Autre exemple, avec la même adresse IP 192.168.1.1 mais avec un masque 255.255.0.0, cela donnera une adresse de réseau en 192.168.0.0. Ce qui signifie cette fois que les adresses locales iront de 192.168.0.0 à 192.168.255.255 (soit 255x255 adresses possibles).

A noter que pour chaque réseau, il y a 2 adresses qui ne peuvent être utilisées par une machine :

  • La première adresse dite adresse de réseau (ex 192.168.1.0)
  • La dernière adresse dite de diffusion (ex 192.168.1.255)

Enfin, pour atteindre des machines situées en dehors de notre réseau local (sur Internet par exemple), nous avons en plus besoin :

  • de l'adresse IP d'une passerelle donnant accès au monde extérieur (Gateway)
  • et éventuellement d'un serveur DNS (Domain Name System) pour résoudre les noms de domaines en adresses IP.

2 Adresse IP et masque de sous-réseau : les bases

Comme nous venons de le voir, sur un réseau TCP/IP, les machines sont repérées par leur adresse IP.

Les adresses IP sont réparties en « classes » (A, B ou C) disposant chacune de plages :

  • « routables » : ou publiques, utilisables et accessibles sur Internet
  • « non routables » : ou privées, ne devraient pas sortir du réseau local

Voici à titre d'exemple les 3 classes les plus courantes :

Classe Bit de départ Début Fin Masque CIDR Masque
Classe A 0 0.0.0.0 127.255.255.255 /8 255.0.0.0
Classe B 10 128.0.0.0 191.255.255.255 /16 255.255.0.0
Classe C 110 192.0.0.0 223.255.255.255 /24 255.255.255.0

Pour les adresses privées :

Préfixe Plage IP Nombre d'adresses
10.0.0.0/8 10.0.0.0 – 10.255.255.255 232-8 = 16 777 216
172.16.0.0/12 172.16.0.0 – 172.31.255.255 232-12 = 1 048 576
192.168.0.0/16 192.168.0.0 – 192.168.255.255 232-16 = 65 536

l'adresse IP est codée sur 32 bits :

  • elle est notée de la façon suivante XXX.XXX.XXX.XXX
  • chaque trio XXX peut prendre une valeur comprise entre 0 et 255
  • elle contient à la fois l'identification du sous-réseau et le numéro de la machine
  • un numéro de machine égal à 0 désigne le sous-réseau
  • un numéro de machine où tous les bits sont à 1 (255 par exemple) désigne l'ensemble des machines du sous réseau; cette adresse est réservée pour les diffusions générales

Le masque de sous-réseau est construit comme l'adresse IP  : l'application du masque à l'adresse IP permet d'isoler l'adresse du sous-réseau du numéro de la machine.

Pour que 2 machines communiquent, il faut simultanément :

  • qu'elles soient sur le même sous-réseau
  • qu'elles disposent chacune d'un numéro de machine unique sur ce sous-réseau

Exemple :

  • si IP = 192.168.1.30 et Masque = 255.255.255.0, on peut déduire :
  • l'adresse du sous-réseau : 192.168.1.0
  • le numéro de machine : 30
  • l'adresse de diffusion (Broadcast) : 192.168.1.255
  • la machine 192.168.1.30 ne peut pas communiquer directement avec la machine 192.168.2.45

3 Où et comment paramétrer le réseau ?

Le paramétrage des interfaces réseau se fait à l'aide de l'outil graphique de Fedora que l'on peut activer de 2 façons :

  • depuis le menu : Paramètres de système -> Réseau (NetworkManager)
  • depuis un terminal via les fichiers de configuration (ifcfg-*) présents dans
/etc/sysconfig/network-scripts

Utilisation :

  • La première page présentée affiche les interfaces réseau en place.
  • En sélectionnant une interface puis en cliquant sur le bouton « Modifier », on accède alors à l'onglet « Général » qui permet l'inscription des paramètres d'activation de cette interface.
  • Depuis la page principale, on dispose aussi des onglets « DNS » et « Hôtes » qui donnent accès au paramétrage de l'environnement d'exploitation réseau de la machine. Cet environnement est commun à toutes les interfaces disponibles sur la machine.
  • L'utilitaire se charge de la rédaction (sans erreur) des fichiers de paramètres du système.

4 Comment mettre en place une adresse IP ?

  • automatiquement à l'aide d'un client DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol) :
    • on suppose ici qu'il existe sur le sous-réseau une machine faisant serveur DHCP (souvent la box internet)
    • le client lance une requête sur le réseau, le serveur retourne l'adresse IP, le masque de sous-réseau ainsi que d'autres éléments de paramétrage
    • dans l'outil de paramétrage graphique, cliquer sur l'interface à paramétrer, cliquer sur « Modifier » puis cocher la case « Obtenir automatiquement l'adresse IP avec « DHCP » ».
    • la machine peut donc recevoir une adresse différente à chaque redémarrage de l'interface réseau ainsi que d'autres informations de paramétrage
  • manuellement (adresse IP fixe) :
    • on suppose dans ce cas que l'on connaît les paramètres de gestion du réseau local où l'on dispose d'une adresse IP libre
    • on inscrit l'adresse IP et la valeur du masque dans l'onglet concerné de l'utilitaire graphique
    • ces paramètres ne varient pas d'une session à l'autre

Une fois les paramètres saisis et sauvegardés, on relance le service réseau par la commande

# service network restart

5 Comment vérifier son adresse IP ?

Dans un terminal, taper la commande :

[moi@tapioca ~]$ /sbin/ifconfig -a

qui retourne à peu près ceci :

eth0      Link encap:Ethernet  HWaddr 00:01:02:B4:04:5C  
          inet adr:192.168.1.30  Bcast:192.168.1.255  Masque:255.255.255.0
          adr inet6: fe80::201:2ff:feb4:45c/64 Scope:Lien
          UP BROADCAST RUNNING MULTICAST  MTU:1500  Metric:1
          RX packets:121355 errors:0 dropped:0 overruns:0 frame:0
          TX packets:100602 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0
          collisions:0 lg file transmission:1000 
          RX bytes:54240546 (51.7 MiB)  TX bytes:14683615 (14.0 MiB)
          Interruption:5 Adresse de base:0x8f80 

lo        Link encap:Boucle locale  
          inet adr:127.0.0.1  Masque:255.0.0.0
          adr inet6: ::1/128 Scope:Hôte
          UP LOOPBACK RUNNING  MTU:16436  Metric:1
          RX packets:1418 errors:0 dropped:0 overruns:0 frame:0
          TX packets:1418 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0
          collisions:0 lg file transmission:0 
          RX bytes:823133 (803.8 KiB)  TX bytes:823133 (803.8 KiB)

Pour chaque interface, la seconde ligne restitue les éléments indispensables : l'adresse IP et le masque de sous-réseau, avec, éventuellement, l'adresse de diffusion.
Note : l'interface « lo » permet à la machine de faire un réseau avec elle-même.

Note tip.png Obsolète
Bien que la commande ifconfig soit encore disponible, elle est concidérée comme dépréciée/obsolète. L'équivalent est maintenant 'ip address show'

6 Comment accéder à d'autres sous-réseaux et à Internet ?

Pour accéder à une machine située en dehors du réseau local auquel on est rattaché, il faut :

  • une passerelle (gateway) dont la mission est d'assurer le transit du flot de données d'un réseau vers un autre
  • l'adresse IP de cette passerelle

Pour simplifier la navigation :

  • une adresse IP où trouver un service de résolution de nom (DNS).

7 Comment trouver l'adresse de la passerelle ?

Généralement, c'est le serveur DHCP qui fournit automatiquement cette information, ou alors elle nous a été communiquée par le FAI (Fournisseur d' Accès Internet).

Bien qu'il y ait quelques habitudes, il n'y a aucune certitude :

  • une FreeBox en mode routeur se trouve en 192.168.0.254
  • une LiveBox arrive chez vous en 192.168.1.1
  • sur ma FreeBox en mode « DHCP Relay », la passerelle de Free se trouve en 82.228.156.254
  • un routeur/firewall se trouve souvent en 192.168.1.1 ou en 10.0.0.1 (voir la documentation du constructeur du matériel)
  • ...

8 Comment obtenir/paramétrer l'adresse des serveurs DNS ?

Un serveur DNS a pour mission de transformer une URL comme http://www.fedora-france.org connue de l'utilisateur en adresse IP (actuellement 212.85.158.4) utilisable par le système.

Les serveurs DNS sont utiles pour accéder à un gros réseau d'entreprise ou à l' Internet. Sur un tout petit réseau, le fichier /etc/hosts maintenu via l'onglet « Hôtes » de l'utilitaire graphique peut suffire.

Si on utilise le client DHCP pour la configuration IP, il y a toutes les chances que les adresses des serveurs DNS aient déjà été automatiquement récupérées (dans l'utilitaire graphique, il y a une case à cocher dans le paramétrage du mode DHCP de l'interface réseau).

Si ce n'est pas le cas, le FAI ou le Responsable Système les a communiquées et il faut alors les renseigner dans les champs correspondants de l'onglet DNS de l'utilitaire graphique.

La table de routage doit permettre d'atteindre les serveurs DNS.

9 Comment vérifier le routage ?

Le routage est l'opération qui consiste à orienter une information dans la bonne direction.

Le système se charge de rédiger la table de routage et on n'a que rarement l'occasion de la modifier.

On note que :

  • une table de routage mal rédigée peut empêcher tout connexion,
  • seule l'adresse de la première passerelle est indispensable, les routeurs s'organisant entre eux pour acheminer l'information jusqu'à destination.

Pour afficher la table de routage, utiliser la commande :

[moi@tapioca ~]$ /sbin/route
Table de routage IP du noyau
Destination	Passerelle	Genmask			Indic	Metric	Ref	Use	Iface
192.168.1.0	*		255.255.255.0		U	0	0	0	eth0
default		192.168.1.1	0.0.0.0			UG	0	0	0	 eth0
[moi@tapioca ~]$

Ici, on peut lire :

  • ligne 1 : tout ce qui concerne le sous-réseau 192.168.1.0 doit passer par l'interface eth0
  • ligne 2 : tout le reste (masque 0.0.0.0) est dirigé vers la passerelle par défaut (adresse 192.168.1.1) et donc via l'interface eth0.
Note tip.png Obsolète
Bien que la commande route soit encore disponible, elle est considérée comme dépréciée/obsolète. L'équivalent est maintenant 'ip route show'