Virtualisation : KVM, Qemu, libvirt en images : Différence entre versions

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
m (Présentation)
m (Présentation)
Ligne 35 : Ligne 35 :
 
{{Warning|Pour savoir si votre processeur dispose des capacités nécessaires, celui-ci doit posséder le fanion svm (pour CPU AMD) ou vmx (pour CPU Intel). Pour savoir s'ils sont présents:
 
{{Warning|Pour savoir si votre processeur dispose des capacités nécessaires, celui-ci doit posséder le fanion svm (pour CPU AMD) ou vmx (pour CPU Intel). Pour savoir s'ils sont présents:
 
  egrep --color "(vmx|svm)" /proc/cpuinfo
 
  egrep --color "(vmx|svm)" /proc/cpuinfo
Si aucun de ces fanions n'est présent, soit votre processeur ne supporte les instructions liées à la virtualisation, soit cette fonctionnalité est désactivée dans le BIOS.}}
+
Si aucun de ces fanions n'est présent, soit votre processeur ne supporte pas les instructions liées à la virtualisation, soit cette fonctionnalité est désactivée dans le BIOS.}}
  
 
QEMU et KVM sont complémentaires et dépendants. Ils sont d'ailleurs [https://fedoraproject.org/wiki/Features/KVM_and_QEMU_merge regroupés dans un même paquet].
 
QEMU et KVM sont complémentaires et dépendants. Ils sont d'ailleurs [https://fedoraproject.org/wiki/Features/KVM_and_QEMU_merge regroupés dans un même paquet].

Version du 3 août 2011 à 20:08

Par : RemiCollet
Avec l'aimable contribution de : PatriceFerlet

1 Généralités

Il existe plusieurs solutions de Virtualisation disponibles sous Fedora.

La solution présentée ici est celle portée par le projet Fedora et disponible dans les dépôts officiels.

Cet article présente l'utilisation simple et illustrée de la virtualisation avec les outils standards de Fedora.

Il est destiné à permettre la découverte de la virtualisation et le test d'un autre système d'exploitation depuis Fedora.

Il n'est pas directement destiné aux experts souhaitant mettre en œuvre une solution complète, mais pourra sans doute leur être utile.

2 Présentation

libvirt est une bibliothèque permettant d'interagir avec différentes solutions de virtualisation (cet article s'intéressera uniquement à KVM/QEMU, mais Xen, VirtualBox et d'autres sont aussi possibles)

Virtual Machine Manager est un ensemble d'applications permettant de gérer les machines virtuelles

En mode graphique :

  • virt-viewer est une interface graphique permettant de se connecter sur une machine virtuelle
  • virt-manager est une interface graphique permettant de gérer les machines virtuelles

En ligne de commande :

  • virt-clone permet de dupliquer une machine existante
  • virt-convert permet de convertir l'image d'une machine
  • virt-image permet de créer un nouvelle machine à partir d'une image
  • virt-install permet de créer une nouvelle machine ou d'importer une machine déjà créé ultérieurement avec qemu ou qemu-kvm

QEMU est une solution d'émulation et de virtualisation (avec kqemu un pilote permettant d'optimiser l'émulation lorsque qu'elle concerne la même architecture).

KVM est une solution de virtualisation, pour les processeurs disposant des capacités nécessaires, et intégré au noyau linux.

InProgress tip.png Attention !
Pour savoir si votre processeur dispose des capacités nécessaires, celui-ci doit posséder le fanion svm (pour CPU AMD) ou vmx (pour CPU Intel). Pour savoir s'ils sont présents:
egrep --color "(vmx|svm)" /proc/cpuinfo

Si aucun de ces fanions n'est présent, soit votre processeur ne supporte pas les instructions liées à la virtualisation, soit cette fonctionnalité est désactivée dans le BIOS.

QEMU et KVM sont complémentaires et dépendants. Ils sont d'ailleurs regroupés dans un même paquet.

Note tip.png Version Fedora
Cet article a été réalisé sous Fedora 13 et s'intéresse principalement à l'utilisation en mode graphique.
  • libvirt 0.7.7
  • virt-manager 0.8.3
  • qemu-kvm 0.12.3

Cette solution étant en constant développement, de nombreuses différences peuvent être constatées, en particulier sur les versions plus anciennes de Fedora

3 Installation

3.1 En mode graphique

Installation

  • Système / Administration / Ajouter/Enlever des logiciels
  • Collection de paquets
  • Virtualisation
  • Sélectionner et Appliquer.

Démarrage / Activation

  • Système / Administration / Services
  • sélectionner libvirtd
  • Démarrer
  • Activer

Si votre processeur ne supporte pas kvm, vous serez donc cantonné à utiliser qemu, et dans ce cas l'installation de kqemu sera utile (disponible dans le dépôt RPM Fusion)

  • Système / Administration / Ajouter/Enlever des logiciels
  • kqemu
  • Sélectionner et Appliquer.

3.2 En ligne de commande

Installation :

su -c "yum groupinstall Virtualisation"

Démarrage du service :

su -c "service libvirtd start"

Activation du service :

su -c "chkconfig libvirtd on"

Si votre processeur ne supporte pas kvm, vous serez donc cantonné à utiliser qemu, et dans ce cas l'installation de kqemu sera utile (disponible dans le dépôt RPM Fusion)

su -c "yum install kqemu"

4 Utilisation

4.1 Création d'une nouvelle machine virtuelle

Lancer l'application Gestionnaire de machine virtuelle (menu Applications / Outils systèmes)

Les privilèges d'administration étant nécessaires, le mot de passe de l'utilisateur root sera demandé.

Virtman-1.png

Cet écran affiche la liste des machines existantes ainsi que leur état.

Le bouton Nouveau permet de lancer l'assistant de création

Virtman-2.png

L'étape 1 permet de choisir le nom de la nouvelle machine et le mode d'installation.

Il est possible d'installer depuis un lecteur de DVD, une image ISO enregistrée sur le disque local (notre exemple), depuis le réseau ou en mode PXE.

Virtman-3.png

L'étape 2 permet de définir le lecteur ou l'image à utiliser.

On définira aussi le système cible (ici Linux / Fedora 10) à partir d'une liste très complète. Ce choix permettra à l'application de proposer des réglages prédéfinis et adaptés dans la suite.

Virtman-4.png

L'étape 3 permet de définir les ressources allouées à la machine virtuelle :

  • mémoire, généralement 512Mo, toujours inférieure à celle disponible sur la machine hôte,
  • nombre de processeur, généralement 1, de préférence limité à ceux de la machine hôte.

Virtman-5.png

L'étape 4 permet de définir la taille de l'image disque à créer (il est aussi possible de réutiliser une image existante).

L'option "Allocate entire disk now" permet d'améliorer les performances de la machine virtuelle en allouant immédiatement la taille spécifiée. Ne pas l'utiliser permet de réduire de manière significative l'espace disque.

Virtman-6.png

L'étape 5 permet de contrôler les informations collectées dans les étapes précédentes et de confirmer la création et le lancement de la machine virtuelle.

Les options avancées permettent de définir

  • le mode de connexion au réseau : par défaut le mode NAT utilise la connexion de l'ordinateur hôte. Le mode BRIDGE nécessite une carte réseau libre sur l'hôte mais permet la communication de l'extérieur vers la machine virtuelle (indispensable pour la virtualisation de serveurs).
  • le type de virtualisation : par défaut KVM, QEMU lorsque le processeur ne le permet pas ou que le processeur de la machine virtuelle ne correspond pas à celui de la machine hôte, KQEMU lorsque le module est disponible et que KVM n'est pas supporté.

Le bouton Terminer permet de lancer la création de la machine et lance son démarrage à partir du support choisi à l'étape 2.

Virtman-7.png

On obtient une console sur la machine virtuelle et on peut commencer l'installation du système.

Après l'installation du système et son redémarrage, on obtient une machine virtuelle opérationnelle.

Virtman-8.png

La console est en fait une prise de main à distance sur la machine virtuelle. La fermeture de la console n'affecte pas la machine virtuelle qui doit être éteinte à partir de son système.

Le menu donne accès à des fonctions supplémentaires, notamment :

  • démarrage
  • touches clavier spéciales (non géré par la machine virtuelle)
  • arrêt (violent : équivalent au bouton off)

Virtman-9.png

L'onglet détail permet de modifier après l'installation initiale les paramètres de la machine virtuelle :

  • nombre de processeurs
  • mémoire
  • options de démarrage
  • stockage
  • réseau
  • périphériques (souris, clavier, affichage, son, ...)
Note tip.png Pointeur
Il est intéressant de créer un périphérique de pointage de type tablette, qui évite la capture du pointeur dans la machine invitée (libéré par [Ctrl]+[Alt]).

C'est d'ailleurs ce qui est fait par défaut avec virt-manager 0.8.0 (Fedora >= 12)

5 Import de machine

Si vous avez déjà créé précédemment une machine virtuelle avec qemu ou qemu-kvm vous pouvez importer cette machie virtuelle pour qu'elle soit gérée via virt-manager et par conséquent qu'elle utilise libvirt.

Par exemple, si vous avez une image qui se trouve dans /srv/vms/Fedora12.img, effectuez ces opérations:

su -
virt-install --import --disk path=/srv/vms/Fedora12.img --os-type linux --os-variant fedora11 --ram 512 --name Fedora12

Si vous désirez utiliser la gestion de l'accélération (c'est à dire, de passer par kvm et non pas qemu seulement):

virt-install --import --accelerate --disk path=/srv/vms/Fedora12.img --os-type linux --os-variant fedora11 --ram 512 --name Fedora12

Les options --name, --ram sont obligatoires. Les options --os-type et --os-variant ne sont pas obligatoires mais permettent tout de même une meilleure gestion pour le démarrage et mémoire au boot.

Pour les machines virtuelles Windows, c'est toujours aussi simple:

virt-install --import --accelerate --disk path=/srv/vms/WinXP.img --os-type windows --os-variant winxp --ram 512 --name WindowXP

Aussitôt la génération de la configuration effectuée, la machine va démarrer. Elle apparait alors dans virt-manager.

6 Conclusion

Cette solution de virtualisation, parfaitement intégrée à Fedora permet très simplement de gérer des machines virtuelles à partir d'un hôte sous Fedora.

Son développement est très actif et devrait permettre de disposer rapidement des outils actuellement disponibles uniquement dans les solutions propriétaires. Ne soyez donc pas étonnés de rencontrer des changements rapides.