Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Portail de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

Installation et configuration d'Apache

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par :
Apache logo.gif

1 Présentation d'Apache

Apache est un fournisseur de services Http. C'est un logiciel libre disponible pour la plupart des systèmes d'exploitation. Il équipe actuellement plus de 60% des serveurs internet mondiaux.

Liens :

2 Installation d'Apache

2.1 Historique des versions

Versions fournies :

  • Versions actuelles (base - updates) :
    • Fedora Rawhide : 2.4.9
    • Fedora 20 : 2.4.6 - 2.4.9
    • Fedora 19 : 2.4.4 - 2.4.9
  • Anciennes versions (non maintenues) de Fedora (pour mémoire) :
    • Fedora 18 : 2.4.3 - 2.4.6
    • Fedora 17 : 2.2.22 - 2.2.23
    • Fedora 16 : 2.2.21 - 2.2.22
    • Fedora 15 : 2.2.17 - 2.2.22
    • Fedora 14 : 2.2.16 - 2.2.17
    • Fedora 13 : 2.2.15 - 2.2.17
    • Fedora 12 : 2.2.13 - 2.2.15
    • Fedora 11 : 2.2.11 - 2.2.15
    • Fedora 10 : 2.2.10 - 2.2.14
    • Fedora 9 : 2.2.8 - 2.2.9
    • Fedora 8 : 2.2.6 - 2.2.9
    • Fedora 7 : 2.2.4 - 2.2.8
    • Fedora Core 6 : 2.2.3 - 2.2.6
    • Fedora Core 5 : 2.2.0 - 2.2.2
    • Fedora Core 4 : 2.0.54
    • Fedora Core 3 : 2.0.53
    • Fedora Core 2 : 2.0.51
    • Fedora Core 1 : 2.0.50

Attention : il n'est pas nécessaire de vouloir la dernière sous-version (troisième chiffre), en effet il s'agit généralement uniquement de correctifs de sécurité qui sont intégrés dans les RPM de la distribution (exemple la version 2.2.2-1.2 de FC5 contient les correctifs de la version 2.2.3).

2.2 Installation

Il fait partie des logiciels fournis avec la distribution Fedora.

Nous allons l'installer avec sa documentation, très complète et source de renseignements précieux

$ su -c 'yum install httpd-manual'

2.3 Activation

Ensuite il est nécessaire de démarrer le service, avec systemd :

$ su -lc 'systemctl start httpd.service'

Ou, avec la commande service

$ su -lc 'service httpd start'

Si vous souhaitez que son lancement soit automatique lors du démarrage de la machine, avec systemd :

$ su -lc 'systemctl enable httpd.service'

ou, pour les anciennes versions

$ su -lc 'chkconfig httpd on'
InProgress tip.png Attention !
Apache et NetworkManager

Le service httpd doit être démarré après le réseau. Ce qui est le cas lorsqu'on utilise le service network mais pas le service NetworkManager, donc

  • pour un serveur : utiliser network (en général avec une connexion filaire et une IP fixe)
  • pour un poste mobile : ne pas activer httpd au démarrage (connexion wifi, non permanente, ...)

Pour vérifier son fonctionnement, essayez les adresses suivantes dans votre navigateur :

2.4 Fichiers et dossiers à connaitre

  • /etc/httpd : dossier contenant l'ensemble des fichiers de configuration
    • /etc/httpd/conf/httpd.conf : fichier principal de configuration. Nous verrons qu'il est possible - et fortement recommandé - de ne jamais modifier ce fichier
    • /etc/httpd/conf.d : dossier contenant les fichiers secondaires de configuration, fournis par les extensions (apache 2.2) et les logiciels utilisant Apache. C'est ici que nous allons travailler
    • /etc/httpd/conf.modules.d : dossier contenant les fichiers de configurations des extensions à partir d'apache 2.4
  • /var/log/httpd : dossier contenant les journaux
    • /var/log/httpd/access_log : journal retraçant toutes les pages traitées par le serveur
    • /var/log/httpd/error_log : journal des erreurs
  • /var/www : dossier contenant les données du site par défaut
    • /var/www/cgi-bin : dossier (vide) contenant les scripts
    • /var/www/html : dossier (vide) contenant les pages du site par défaut
  • Apache 2.4
    • /user/share/error : dossier contenant les pages affichées en cas d'erreur
    • /user/share/icons : dossier contenant quelques icônes
    • /user/share/manual : dossier contenant la documentation
  • Apache 2.2
    • /var/www/error : dossier contenant les pages affichées en cas d'erreur
    • /var/www/icons : dossier contenant quelques icônes
    • /var/www/manual : dossier contenant la documentation

3 Exploitation d'Apache

Lors de l'installation d'une extension, il est nécessaire de relancer le service :

$ su -lc 'systemctl restart httpd.service'

Lors d'une modification de la configuration, il est nécessaire de demander à Apache de rechercher sa configuration. Pour cela il est toujours préférable de procéder en 2 temps.

Contrôle de la nouvelle configuration

$ apachectl configtest
Syntax OK

Cette opération permet de vérifier la syntaxe sans arrêter le service. C'est très pratique, notamment pour un serveur en production.

Ensuite, si tout est OK

$ su -lc 'systemctl reload httpd.service'

L'outil logrotate est automatiquement configuré lors de l'installation pour faire tourner les journaux chaque semaine en conservant 4 générations. Il n'y a donc pas de risque de saturer le disque.

Si vous souhaitez modifier ces réglages, ça se passe dans le fichier /etc/logrotate.d/httpd.

L'outil logwatch est automatiquement configuré pour transmettre quotidiennement un rapport par courrier sur les anomalies (courantes et connues) rencontrées dans les journaux, et donc dans ceux d'Apache, voic un exemple de compte-rendu :

--------------------- httpd Begin ------------------------ 

A total of 6 unidentified 'other' records logged
  GET /test4 HTTP/1.1 with response code(s) 4 404 responses
  GET /thunderbird.jsc HTTP/1.0 with response code(s) 1002 200 responses
  GET /phpgwapi/js/tinymce/jscripts/tiny_mce/themes/advanced/images/%7B$lang_bold_img%7D HTTP/1.1 with response code(s) 8 404 responses
  GET /bei/test4 HTTP/1.1 with response code(s) 2 404 responses
  GET /phpgwapi/js/tinymce/jscripts/tiny_mce/themes/advanced/images/%7B$lang_italic_img%7D HTTP/1.1 with response code(s) 8 404 responses
  GET /phpgwapi/js/tinymce/jscripts/tiny_mce/themes/advanced/images/%7B$lang_underline_img%7D HTTP/1.1 with response code(s) 8 404 responses

 ---------------------- httpd End -------------------------  

4 Configuration d'Apache

La configuration par défaut du service, livrée avec l'application, se trouve dans le fichier /etc/httpd/conf/httpd.conf.

Note tip.png httpd.conf
Bien que de nombreux tutoriels conseillent sa modification il est préférable de ne pas le modifier. On préfèrera la création d'un fichier spécifique à nos besoins dans le dossier /etc/httpd/conf.d. Cette solution permet de ne pas bloquer les mises à jour éventuelles du fichier principal et simplifiera grandement les migrations (il suffit de récupérer notre fichier de configuration).
InProgress tip.png Attention !
L'ordre des fichiers est important !

Dans le répertoire /etc/httpd/conf.d/, les fichiers seront chargés par ordre alphabétique. Dans la plupart des cas, ce n'est pas gênant... Mais nous avons bien évoqué la plupart des cas. Le fichier de configuration principal va déclarer - par exemple - la directive NameVirtualHost qui doit être présente dans certaines situations (nous vous conseillons de ne pas l'omettre, vous serez fixé :D).

Dans une telle situation, si votre fichier principal se nomme zeus.fedora-fr.org, il est fort probable qu'il soit chargé à la toute fin, et que les directives importantes ne soient pas prises en compte. Il en résulte des comportements que vous pouvez trouver parfaitement anormaux ; mais qui n'en sont pas moins logiques.

Cela étant expliqué, nous vous conseillons de préfixer votre fichier de configuration principal au sein de /etc/httpd/conf.d/ de façon à ce qu'il soit chargé en premier (utilisez par exemple 0zeus.fedora-fr.org en lieu et place de zeus.fedora-fr.org.

La lecture de la documentation officielle et de nombreux sites consacrés à ce sujet vous permettra de découvrir les différentes directives de configurations.

Documentation officielle : Directive Index

Note tip.png permission
Les fichiers de configuration ne peuvent être modifiés que par l'administrateur (root).

Il est possible de "donner" ce fichier à votre utilisateur afin qu'il puisse l'éditer sans privilège (voir la commande chown).

Voici un exemple de fichier de configuration minimum, adapté à une machine de développement et de test.

Les commentaires doivent vous permettre de comprendre chaque partie.

Fichier /etc/httpd/conf.d/messites.conf

# activation des hôtes virtuels
NameVirtualHost *:80

# Hôte virtuel par défaut
<VirtualHost *:80>

         # Activation des sites de quelques utilisateurs : http://localhost/~nomutilisateur
         UserDir  enabled  nomutilisateur  unautre  undernier
         UserDir  public_html
        <Directory /home/*/public_html>
                AllowOverride all
                Options MultiViews Indexes SymLinksIfOwnerMatch IncludesNoExec
        </Directory>


         # Activation de l'adresse  : http://localhost/server-status
        <Location /server-status>
                SetHandler server-status
                Order deny,allow
                Deny from all
                Allow from 127.0.0.1
                Allow from ::1
        </Location>

         # Activation de l'adresse  : http://localhost/server-info
        <Location /server-info>
                SetHandler server-info
                Order deny,allow
                Deny from all
                Allow from 127.0.0.1
                Allow from ::1
        </Location>

</VirtualHost>
 

La définition d'un hôte virtuel permet de redéfinir les valeurs par défaut du fichier principal.

Note tip.png public_html
Lors de la création d'un compte utilisateur, les droits par défaut interdisent à Apache de traverser le dossier. Pour utiliser les sites personnels (dossier public_html), il faut donc donner aux "autres" (et donc à l'utilisateur Apache) le droit de traver le répertoire d'accueil. Chaque utilisateur fera :
chmod o+x $HOME

L'ajout d'hôte supplémentaire est très simple et permet de varier les options de configuration.

  • ajout du nom du site dans le DNS ou, pour test, dans le fichier /etc/hosts
127.0.0.1       nommachine site1 site2 site3  localhost.localdomain localhost
 
  • définition de l'hôte dans notre fichier de configuration (messites.conf)
<VirtualHost *:80>
        # home du site : URL = http://site1/
        ServerName   site1

        # Dossier contenant les pages
        DocumentRoot /var/www/site1

        <Directory /var/www/site1>
                Options MultiViews Indexes SymLinksIfOwnerMatch IncludesNoExec
                AllowOverride FileInfo AuthConfig Limit
        </Directory>

        # jeu de caractères (UTF-8 par défaut)
        AddDefaultCharset ISO-8859-1
</VirtualHost>
 

4.1 Extensions

L'une des principales forces d'Apache est de disposer d'une grande quantité d'extensions pouvant être installées en fonction des besoins. La plupart sont disponible dans la distribution.

Petite liste non exhaustive :

  • mod_authz_ldap : gestion des authentifications LDAP
  • mod_perl : un interpréteur Perl embarqué
  • mod_python : un interpréteur Python embarqué
  • mod_security : une extension de sécurité
  • mod_ssl : extension SSL/TLS (pour les sites https)
  • php : un interpréteur PHP embarqué. Voir la page Installation et configuration de PHP
  • etc...

Liste exhaustive :

yum list mod_\*

5 SELinux et apache

Le dossier /var/www et ses sous dossiers doivent posséder un contexte SELinux particulier (si SELinux est activé, bien entendu).
La manifestation la plus évidente d'un problème de contexte SELinux pour les fichiers d'un site web se traduit dans le fichier log d'apache (/var/log/httpd/error_log) par un message du type :

[Thu Sep 06 09:04:54 2007] [error] [client 127.0.0.1] (13)Permission denied: access to /index.php denied

Accompagné dans le fichier /var/log/messages d'une entrée du type :

SELinux is preventing access to files with the default label, default_t.
For complete SELinux messages. run sealert -l b5c3f837-f138-4853-97f9-8fd8dbd27531

Ces messages signifient que le contexte SELinux n'est pas correct pour le serveur web, et donc que SELinux en a bloqué l'accès. Dans ce cas précis, la commande sealert vous expliquera qu'il faut restaurer le contexte par défaut avec la commande :

restorecon -R -v /var/www/html

Cette astuce n'est évidemment pas universelle, mais c'est un problème fréquemment rencontré lorsque l'on commence à travailler sous apache. Pour de plus amples informations, je vous conseille de lire attentivement la page de manuel des commandes restorecon et sealert.
Gardez à l'esprit qu'il reste toujours possible qu'une erreur proviennent d'un problème de droits UNIX, et pas forcément de SELinux, dans ce cas vous aurez une entrée access denied dans le fichier de log d'apache, mais rien dans /var/log/messages

Note tip.png Fichiers en dehors de /var/www/
La commande restorecon n'est utile que dans le répertoire des donnnées d'apache par défaut : /var/www/.

Si vous utilisez un répertoire ailleurs sur votre système, il vous faudra avoir recours à la commande chcon, de la façon suivante :

chcon -R -t httpd_sys_content_t /rep/donnees/apache

Vous trouverez plus d'informations sur chcon dans sa page de manuel.

Note tip.png sites utilisateurs et SELinux
Par défaut, SELinux interdit l'accès aux répertoires utilisateurs au serveur httpd. En plus de modifier le contexte SELinux, il vous faudra également activer le booléen suivant afin d'autoriser la mise en ligne des sites utilisateurs :
setsebool -P httpd_enable_homedirs 1

Notez que les répertoires et fichiers doivent être dans ce cas étiquettés en utilisant httpd_user_content_t (et non pas httpd_sys_content_t !). Les contextes d'accès en écriture, en exécution, etc. sont régis de la même façon ; vous devez dans les répertoires utilisateurs utiliser les étiquettes httpd_user_*

6 Conclusion

Cet article doit vous avoir permis de rendre apache opérationnel sur votre machine.
Il vous reste maintenant beaucoup de lecture pour découvrir un aperçu de ses fonctionnalités.

Actions
Espaces de noms
Variantes