Mise en œuvre de Xenomai pour créer un noyau Temps Réel dur : Différence entre versions

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
m (Introduction)
m (typo)
Ligne 14 : Ligne 14 :
 
Gardez bien en tête que ce type de noyau est fait pour un traitement Temps Réel dur car cela impacte réellement les performances globales du système. Il ne garantit que les temps de latence. Ainsi, il est important de comprendre qu'un noyau Temps Réel dur ne sert qu'à un certain type de travaux qui demandent une gestion stricte et bornée du temps.
 
Gardez bien en tête que ce type de noyau est fait pour un traitement Temps Réel dur car cela impacte réellement les performances globales du système. Il ne garantit que les temps de latence. Ainsi, il est important de comprendre qu'un noyau Temps Réel dur ne sert qu'à un certain type de travaux qui demandent une gestion stricte et bornée du temps.
  
Xenomai est un projet récent consistant à émuler des noyaux Temps Réel durs (RTOS) sous Linux. Xenomai s'appuie sur le micronoyau ADEOS. ADEOS permet la cohabitation du noyau Linux et d'un noyau Temps Réel en reprenant l'idée de la virtualisation.
+
Xenomai est un projet récent qui consiste à émuler des noyaux Temps Réel durs (RTOS) sous Linux. Xenomai s'appuie sur le micronoyau ADEOS. ADEOS permet la cohabitation du noyau Linux et d'un noyau Temps Réel en reprenant l'idée de la virtualisation.
  
 
Xenomai comprend un noyau Temps Réel dur générique qui s'interface aisément à l'aide de skins (VxWorks, VRTX, pSOS+...) à d'autres noyaux Temps Réel pour assurer la portabilité au niveau source.
 
Xenomai comprend un noyau Temps Réel dur générique qui s'interface aisément à l'aide de skins (VxWorks, VRTX, pSOS+...) à d'autres noyaux Temps Réel pour assurer la portabilité au niveau source.
Ligne 22 : Ligne 22 :
 
Xenomai est la solution Temps Réel dur à privilégier...
 
Xenomai est la solution Temps Réel dur à privilégier...
  
Nous ne traiterons ici que la mise en oeuvre de Xenomai sur processeur x86, c'est à dire sur un processeur de PC. il faut noter que Xenomai est fonctionnel dans le domaine de l'embarqué sur d'autres processeurs plus adaptés comme ARM, PowerPC, Blackfin, NIOS... La liste exhaustive des plateformes et processeurs supportés par Xenomai est disponible [http://www.xenomai.org/index.php/Embedded_Device_Support ici].
+
Nous ne traiterons ici que la mise en œuvre de Xenomai sur processeur x86, c'est à dire sur un processeur de PC. Il faut noter que Xenomai est fonctionnel dans le domaine de l'embarqué sur d'autres processeurs plus adaptés comme ARM, PowerPC, Blackfin, NIOS... La liste exhaustive des plateformes et processeurs supportés par Xenomai est disponible [http://www.xenomai.org/index.php/Embedded_Device_Support ici].
  
 
== Préparation ==
 
== Préparation ==
  
Vous devez avoir l'ensemble des outils de compilation c'est à dire les traditionnels ''gcc, make...''. Vous allez avoir besoin d'avoir un accès ''root'' et vous devez avoir déjà une bonne connaissance de Linux et des commandes de base.
+
Vous devez avoir l'ensemble des outils de compilation c'est à dire les traditionnels ''gcc, make...'' Vous allez avoir besoin d'un accès ''root'' et vous devez avoir déjà une bonne connaissance de Linux et des commandes de base.
  
 
Il convient au préalable de récupérer le noyau Linux vanilla ainsi que Xenomai en corrélation avec la version du noyau vanilla...
 
Il convient au préalable de récupérer le noyau Linux vanilla ainsi que Xenomai en corrélation avec la version du noyau vanilla...
  
Pour savoir quelle version de noyau Linux vanilla il faut choisir en fonction de la version de Xenomai, il faut regarder la version du patch ADEOS qui va servir à patcher les sources du noyau vanilla.
+
La version du noyau vanilla à choisir dépend de la version de Xenomai utilisée, qui est renseignée par le patch ADEOS qui va servir à patcher les sources du noyau vanilla.
 
Le patch ADEOS pour x86 possède un nom générique du style adeos-ipipe-'''version_linux'''-x86-'''version_adeos'''.patch, par exemple  adeos-ipipe-2.6.37-x86-2.9-00.patch. Sur l'exemple, il s'agit de la version ADEOS 2.9-00 pour x86 en corrélation avec la version 2.6.37 du noyau Linux vanilla.
 
Le patch ADEOS pour x86 possède un nom générique du style adeos-ipipe-'''version_linux'''-x86-'''version_adeos'''.patch, par exemple  adeos-ipipe-2.6.37-x86-2.9-00.patch. Sur l'exemple, il s'agit de la version ADEOS 2.9-00 pour x86 en corrélation avec la version 2.6.37 du noyau Linux vanilla.
  
Ligne 41 : Ligne 41 :
 
== Compilation du noyau Xenomai==
 
== Compilation du noyau Xenomai==
  
Un patch est un fichier texte qui contient les informations de modification à apporter à un ensemble de fichiers. En appliquant un patch, on modifie en fait les fichiers sources d'origine pour leur appliquer des corrections et/ou des modifications.
+
Un patch est un fichier texte qui contient les informations de modification à apporter à un ensemble de fichiers. En appliquant un patch, on modifie en fait les fichiers sources d'origine pour leur appliquer des corrections ou des modifications.
  
 
===Etape 1 : Récupération des sources du noyau vanilla===
 
===Etape 1 : Récupération des sources du noyau vanilla===
Récupération des sources du noyau vanilla depuis un site miroir. On supposera que par la suite, on travaille depuis son ''Home Directory'' :
+
Récupération des sources du noyau vanilla depuis un site miroir. On supposera par la suite qu'on travaille depuis son espace utilisateur :
 
  $ cd
 
  $ cd
 
  $ wget ftp://ftp.lip6.fr/pub/linux/kernel/sources/v2.6/linux-2.6.37.tar.bz2
 
  $ wget ftp://ftp.lip6.fr/pub/linux/kernel/sources/v2.6/linux-2.6.37.tar.bz2
Ligne 100 : Ligne 100 :
  
 
===Etape 6 : Configuration du noyau Xenomai===
 
===Etape 6 : Configuration du noyau Xenomai===
Configuration du noyau. On laissera par défaut la configuration Xenomai :
+
Configuration du noyau. On laissera la configuration Xenomai par défaut :
 
  $ cd
 
  $ cd
 
  $ cd linux-2.6.37
 
  $ cd linux-2.6.37
 
  $ make i386_defconfig
 
  $ make i386_defconfig
  
Il faudra ensuite dévalider un certain nombre d'options (APM, CPU_FREQ, ACPI_PROCESSOR, INTEL_IDLE) :
+
Il faudra ensuite désactiver un certain nombre d'options (APM, CPU_FREQ, ACPI_PROCESSOR, INTEL_IDLE) :
 
* APM. Option APM dans le menu ''APM (Advanced Power Management) BIOS support'' sous ''Power management and ACPI options''.
 
* APM. Option APM dans le menu ''APM (Advanced Power Management) BIOS support'' sous ''Power management and ACPI options''.
 
* ''CPU idle PM support''. Option INTEL_IDLE dans le menu ''CPU idle PM support'' sous ''Power management and ACPI options''.
 
* ''CPU idle PM support''. Option INTEL_IDLE dans le menu ''CPU idle PM support'' sous ''Power management and ACPI options''.
Ligne 203 : Ligne 203 :
 
Il faut redémarrer son PC et au menu d'accueil de ''grub'' choisir le noyau Fedora (2.6.37-xenomai).
 
Il faut redémarrer son PC et au menu d'accueil de ''grub'' choisir le noyau Fedora (2.6.37-xenomai).
  
Si le noyau Xenomai boote correctement, c'est gagné !
+
Si le noyau Xenomai démarre correctement, c'est gagné !
  
 
On pourra vérifier que le patch ADEOS est installé :
 
On pourra vérifier que le patch ADEOS est installé :
Ligne 232 : Ligne 232 :
 
Pour exemple de mesures de temps de latence, on utilisera les utilitaires ''cyclictest'' et ''latency'' fournis par Xenomai.
 
Pour exemple de mesures de temps de latence, on utilisera les utilitaires ''cyclictest'' et ''latency'' fournis par Xenomai.
  
Le principe de mesures du temps de latence est de créer un processus Temps Réel périodique de période T. On mesure le temps à l'aide d'une base de temps monotonique de haute résolution servant de ''time stamping'' ( appelée ''clock source'' : compteur généralement 64 bits incrémenté de un généralement au rythme de la fréquence du processeur voire toutes les ns). On mesure le temps t1 au moment où le processus s'endort et le temps t2 où le processus se réveille après une période théorique T. (t2-t1) donne la période T' mesurée. Si l'on retranche T à T', on trouve alors un temps de latence. Ce temps de latence peut-être mesuré avec les utilitaires ''cyclictest'' et ''latency'' fournis par Xenomai. ''cyclictest'' est un outil standard développé pour le projet [http://doc.fedora-fr.org/wiki/Mise_en_oeuvre_de_PREEMPT-RT_pour_cr%C3%A9er_un_noyau_Temps_R%C3%A9el_mou PREEMPT-RT] qui a été repris pour Xenomai.
+
Le principe de mesures du temps de latence est de créer un processus Temps Réel périodique de période T. On mesure le temps à l'aide d'une base de temps monotonique de haute résolution servant de ''time stamping'' (appelée ''clock source'' : compteur généralement 64 bits incrémenté de un au rythme de la fréquence du processeur, voire toutes les ns). On mesure le temps t1 au moment où le processus s'endort et le temps t2 où le processus se réveille après une période théorique T. (t2-t1) donne la période T' mesurée. Si l'on retranche T à T', on trouve alors un temps de latence. Ce temps de latence peut-être mesuré avec les utilitaires ''cyclictest'' et ''latency'' fournis par Xenomai. ''cyclictest'' est un outil standard développé pour le projet [http://doc.fedora-fr.org/wiki/Mise_en_oeuvre_de_PREEMPT-RT_pour_cr%C3%A9er_un_noyau_Temps_R%C3%A9el_mou PREEMPT-RT] qui a été repris pour Xenomai.
  
 
A titre indicatif, on donnera les mesures de temps de latence dans le cas où le processeur est non chargé et dans le cas où le processeur est chargé.
 
A titre indicatif, on donnera les mesures de temps de latence dans le cas où le processeur est non chargé et dans le cas où le processeur est chargé.
  
On utilisera ''cyclictest'' pour générer un processus Temps Réel périodique dans l'espace utilisateur de plus forte priorité 99 de période 1000 µs par la commande :
+
On utilisera ''cyclictest'' pour générer un processus Temps Réel périodique dans l'espace utilisateur de plus forte priorité 99 et de période 1000 µs par la commande :
 
  $ su
 
  $ su
 
  # /usr/xenomai/bin/cyclictest -n -p 99 -i 1000
 
  # /usr/xenomai/bin/cyclictest -n -p 99 -i 1000
  
On utilisera ''latency'' pour générer un processus Temps Réel périodique dans l'espace utilisateur de plus forte priorité 99 de période 1000 µs par la commande :
+
On utilisera ''latency'' pour générer un processus Temps Réel périodique dans l'espace utilisateur de plus forte priorité 99 et de période 1000 µs par la commande :
 
  $ su
 
  $ su
 
  # /usr/xenomai/bin/latency -t0 -p 1000
 
  # /usr/xenomai/bin/latency -t0 -p 1000
  
On utilisera ''latency'' pour générer un processus Temps Réel périodique dans l'espace utilisateur de plus forte priorité 99 de période 1000 µs par la commande :
+
On utilisera ''latency'' pour générer un processus Temps Réel périodique dans l'espace utilisateur de plus forte priorité 99 et de période 1000 µs par la commande :
 
  $ su
 
  $ su
 
  # /usr/xenomai/bin/latency -t1 -p 1000
 
  # /usr/xenomai/bin/latency -t1 -p 1000
Ligne 424 : Ligne 424 :
 
== Conclusion ==
 
== Conclusion ==
  
Nous avons pu voir la mise en oeuvre de Xenomai. L'application de Xenomai sur les sources du noyau Linux vanilla permet de faire du Temps Réel dur et d'avoir des temps de latence bornés de quelques dizaine de µs sur un PC ordinaire même en cas de très forte charge du système.
+
Nous avons pu voir la mise en œuvre de Xenomai. L'application de Xenomai sur les sources du noyau Linux vanilla permet de faire du Temps Réel dur et d'avoir des temps de latence bornés de quelques dizaine de µs sur un PC ordinaire même en cas de très forte charge du système.
  
 
Il est important de retenir que l'on utilisera un tel noyau uniquement dans un environnement industriel où des contraintes temporelles strictes doivent être vérifiées à tout instant. Pour un usage quotidien sur un PC de bureau, un tel noyau risque de dégrader les performances de temps partagé...
 
Il est important de retenir que l'on utilisera un tel noyau uniquement dans un environnement industriel où des contraintes temporelles strictes doivent être vérifiées à tout instant. Pour un usage quotidien sur un PC de bureau, un tel noyau risque de dégrader les performances de temps partagé...
Ligne 432 : Ligne 432 :
 
* [http://doc.fedora-fr.org/wiki/Recompilation_du_noyau_Fedora#Le_noyau_Fedora_et_le_Temps_R.C3.A9el Recompilation du noyau Fedora]
 
* [http://doc.fedora-fr.org/wiki/Recompilation_du_noyau_Fedora#Le_noyau_Fedora_et_le_Temps_R.C3.A9el Recompilation du noyau Fedora]
 
* [http://doc.fedora-fr.org/wiki/Fedora_et_le_Temps_R%C3%A9el Fedora et le Temps Réel]
 
* [http://doc.fedora-fr.org/wiki/Fedora_et_le_Temps_R%C3%A9el Fedora et le Temps Réel]
* [http://doc.fedora-fr.org/wiki/Mise_en_oeuvre_de_Xenomai_pour_créer_un_noyau_Temps_Réel_dur Mise en oeuvre de Xenomai pour créer un noyau Temps Réel dur]
+
* [http://doc.fedora-fr.org/wiki/Mise_en_oeuvre_de_Xenomai_pour_créer_un_noyau_Temps_Réel_dur Mise en œuvre de Xenomai pour créer un noyau Temps Réel dur]
 
* [http://doc.fedora-fr.org/wiki/Mise_en_oeuvre_de_PREEMPT-RT_pour_cr%C3%A9er_un_noyau_Temps_R%C3%A9el_mou Mise en oeuvre de PREEMPT-RT pour créer un noyau Temps Réel mou]
 
* [http://doc.fedora-fr.org/wiki/Mise_en_oeuvre_de_PREEMPT-RT_pour_cr%C3%A9er_un_noyau_Temps_R%C3%A9el_mou Mise en oeuvre de PREEMPT-RT pour créer un noyau Temps Réel mou]
 
* [http://pficheux.free.fr/articles/lmf/hs24/realtime/linux_realtime_reloaded_final_www.pdf Temps réel sous LINUX (reloaded). P. Ficheux, P. Kadionik. Mars 2006]
 
* [http://pficheux.free.fr/articles/lmf/hs24/realtime/linux_realtime_reloaded_final_www.pdf Temps réel sous LINUX (reloaded). P. Ficheux, P. Kadionik. Mars 2006]

Version du 30 avril 2011 à 21:03

Par : PatriceKadionik

1 Historique du document

  • 27/04/11 : Création du document. Fedora 14, noyau 2.6.35.12-88.fc14. Xenomai 2.5.6

2 Introduction

Pour comprendre plus en détail ce que propose un noyau Temps Réel dur, il est important de lire en préambule le document Fedora et le Temps Réel.


InProgress tip.png Attention !
Un noyau Temps Réel dur est adapté à une application industrielle spécifique et ne doit pas être utilisé pour autre chose. Dans le cas d'un Linux Temps Réel dur, quand les tâches Temps Réel accaparent le processeur, le noyau Linux et l'ensemble des processus Linux n'ont plus la main et l'utilisateur qui aura l'impression que son PC est figé/planté le redémarrera alors que ce comportement est tout à fait normal ! Avoir un PC exécutant un Linux Temps Réel dur pour un usage de bureau n'est donc pas souhaitable !


Gardez bien en tête que ce type de noyau est fait pour un traitement Temps Réel dur car cela impacte réellement les performances globales du système. Il ne garantit que les temps de latence. Ainsi, il est important de comprendre qu'un noyau Temps Réel dur ne sert qu'à un certain type de travaux qui demandent une gestion stricte et bornée du temps.

Xenomai est un projet récent qui consiste à émuler des noyaux Temps Réel durs (RTOS) sous Linux. Xenomai s'appuie sur le micronoyau ADEOS. ADEOS permet la cohabitation du noyau Linux et d'un noyau Temps Réel en reprenant l'idée de la virtualisation.

Xenomai comprend un noyau Temps Réel dur générique qui s'interface aisément à l'aide de skins (VxWorks, VRTX, pSOS+...) à d'autres noyaux Temps Réel pour assurer la portabilité au niveau source.

Xenomai.png

Xenomai est la solution Temps Réel dur à privilégier...

Nous ne traiterons ici que la mise en œuvre de Xenomai sur processeur x86, c'est à dire sur un processeur de PC. Il faut noter que Xenomai est fonctionnel dans le domaine de l'embarqué sur d'autres processeurs plus adaptés comme ARM, PowerPC, Blackfin, NIOS... La liste exhaustive des plateformes et processeurs supportés par Xenomai est disponible ici.

3 Préparation

Vous devez avoir l'ensemble des outils de compilation c'est à dire les traditionnels gcc, make... Vous allez avoir besoin d'un accès root et vous devez avoir déjà une bonne connaissance de Linux et des commandes de base.

Il convient au préalable de récupérer le noyau Linux vanilla ainsi que Xenomai en corrélation avec la version du noyau vanilla...

La version du noyau vanilla à choisir dépend de la version de Xenomai utilisée, qui est renseignée par le patch ADEOS qui va servir à patcher les sources du noyau vanilla. Le patch ADEOS pour x86 possède un nom générique du style adeos-ipipe-version_linux-x86-version_adeos.patch, par exemple adeos-ipipe-2.6.37-x86-2.9-00.patch. Sur l'exemple, il s'agit de la version ADEOS 2.9-00 pour x86 en corrélation avec la version 2.6.37 du noyau Linux vanilla.

Dans l'arborescence des fichiers sources Xenomai, les patchs x86 se trouvent dans le répertoire xenomai-x.y.z/ksrc/arch/x86/patches/, par exemple :

$ ls xenomai-2.5.6/ksrc/arch/x86/patches
adeos-ipipe-2.6.34.5-x86-2.7-04.patch
adeos-ipipe-2.6.35.9-x86-2.8-04.patch
adeos-ipipe-2.6.37-x86-2.9-00.patch

4 Compilation du noyau Xenomai

Un patch est un fichier texte qui contient les informations de modification à apporter à un ensemble de fichiers. En appliquant un patch, on modifie en fait les fichiers sources d'origine pour leur appliquer des corrections ou des modifications.

4.1 Etape 1 : Récupération des sources du noyau vanilla

Récupération des sources du noyau vanilla depuis un site miroir. On supposera par la suite qu'on travaille depuis son espace utilisateur :

$ cd
$ wget ftp://ftp.lip6.fr/pub/linux/kernel/sources/v2.6/linux-2.6.37.tar.bz2

4.2 Etape 2 : Décompression des sources du noyau vanilla

Décompression des sources du noyau vanilla :

$ tar -xvjf linux-2.6.37.tar.bz2

4.3 Etape 3 : Récupération des sources de Xenomai

Récupération des sources de Xenomai :

$ wget http://download.gna.org/xenomai/stable/xenomai-2.5.6.tar.bz2

4.4 Etape 4 : Décompression des sources de Xenomai

Décompression des sources de Xenomai :

$ tar -xvjf xenomai-2.5.6.tar.bz2

4.5 Etape 5 : Application du patch ADEOS pour x86 aux sources du noyau vanilla

Application du patch ADEOS aux sources du noyau vanilla :

$ cd
$ cd xenomai-2.5.6
$ ./scripts/prepare-kernel.sh --arch=x86 \
   --adeos=`pwd`/ksrc/arch/x86/patches/adeos-ipipe-2.6.37-x86-2.9-00.patch \
   --linux=`pwd`/../linux-2.6.37
patching file arch/x86/Kconfig
patching file arch/x86/include/asm/apic.h
patching file arch/x86/include/asm/apicdef.h
patching file arch/x86/include/asm/entry_arch.h
patching file arch/x86/include/asm/hw_irq.h
patching file arch/x86/include/asm/i387.h
patching file arch/x86/include/asm/i8259.h
patching file arch/x86/include/asm/ipi.h
patching file arch/x86/include/asm/ipipe.h
patching file arch/x86/include/asm/ipipe_32.h
patching file arch/x86/include/asm/ipipe_64.h
patching file arch/x86/include/asm/ipipe_base.h
patching file arch/x86/include/asm/irq_vectors.h
patching file arch/x86/include/asm/irqflags.h
patching file arch/x86/include/asm/mmu_context.h
patching file arch/x86/include/asm/nmi.h
patching file arch/x86/include/asm/processor.h
patching file arch/x86/include/asm/system.h
patching file arch/x86/include/asm/traps.h
patching file arch/x86/include/asm/tsc.h
. . .
patching file kernel/time/tick-sched.c
patching file kernel/timer.c
patching file kernel/trace/ftrace.c
patching file lib/Kconfig.debug
patching file lib/bust_spinlocks.c
patching file lib/ioremap.c
patching file lib/smp_processor_id.c
patching file mm/memory.c
patching file mm/mmu_context.c
patching file mm/vmalloc.c

4.6 Etape 6 : Configuration du noyau Xenomai

Configuration du noyau. On laissera la configuration Xenomai par défaut :

$ cd
$ cd linux-2.6.37
$ make i386_defconfig

Il faudra ensuite désactiver un certain nombre d'options (APM, CPU_FREQ, ACPI_PROCESSOR, INTEL_IDLE) :

  • APM. Option APM dans le menu APM (Advanced Power Management) BIOS support sous Power management and ACPI options.
  • CPU idle PM support. Option INTEL_IDLE dans le menu CPU idle PM support sous Power management and ACPI options.
  • CPU Frequency scaling. Option CPU_FREQ dans le menu CPU Frequency scaling sous Power management and ACPI options.
  • ACPI. option ACPI dans le menu Power management and ACPI options sous Power management and ACPI options.

qui posent problème avec Xenomai sur processeur x86 :

$ make gconfig   

Configuration noyau Xenomai.png


Le fichier de configuration du noyau est le fichier caché .config .


Il est possible de partir d'un fichier de configuration du noyau Fedora (issu au moment de l'écriture de ce document du noyau 2.6.35.12-88.fc14.i686) pour configurer le noyau Xenomai, ce qui permet d'avoir accès à l'ensemble des modules ensuite :

$ cd
$ cd linux-2.6.37
$ cp /boot/config-2.6.35.12-88.fc14.i686 .config
$ make gconfig

4.7 Etape 7 : Définition de l'EXTRAVERSION du noyau Xenomai

On va changer au préalable la valeur de l'EXTRAVERSION du fichier Makefile sous linux-2.6.37/ afin de discerner le noyau Xenomai :

$ cd 
$ cd linux-2.6.37
$ emacs Makefile
EXTRAVERSION = 

devient

EXTRAVERSION = -xenomai

4.8 Etape 8 : Compilation du noyau Xenomai

Compilation du noyau Xenomai :

$ make -j 4

Compilation des modules :

$ make modules

4.9 Etape 9 : Installation du noyau Xenomai

Installation du noyau Xenomai et des modules :

$ su
# cp arch/x86/boot/bzImage /boot/vmlinuz-2.6.37-xenomai
# cp System.map /boot/System.map-2.6.37-xenomai
# cp .config /boot/config-2.6.37-xenomai
# make modules_install

4.10 Etape 10 : Génération du RAM Disk

Il reste à générer le fichier RAM Disk pour notre noyau Xenomai :

# /sbin/new-kernel-pkg --package kernel --mkinitrd --depmod --install 2.6.37-xenomai
# exit
$

Le fichier RAM Disk /boot/initrd-2.6.37-xenomai.img est alors créé.

On a au final 4 nouveaux fichiers dans le répertoire /boot/ :

$ ls /boot/*xenomai*
/boot/config-2.6.37-xenomai      
/boot/System.map-2.6.37-xenomai
/boot/initrd-2.6.37-xenomai.img  
/boot/vmlinuz-2.6.37-xenomai

4.11 Etape 11 : Mise à jour de grub

Il n'y a rien à faire car cela a été fait pour nous durant l'étape précédente. On pourra le vérifier en regardant le fichier /etc/grub.conf (le résultat pourra être différent suivant sa configuration matérielle au niveau disque) :

$ cat /etc/grub.conf
. . .
title Fedora (2.6.37-xenomai)
        root (hd0,5)
        kernel /boot/vmlinuz-2.6.37-xenomai ro root=UUID=65aa317e-xxx rhgb quiet vdso=0 vga=792 SYSFONT=latarcyrheb-sun16 LANG=en_US.UTF-8 KEYTABLE=fr rdblacklist=nouveau vdso=0
        initrd /boot/initrd-2.6.37-xenomai.img
title Fedora (2.6.35.12-88.fc14.i686)
        root (hd0,5)
        kernel /boot/vmlinuz-2.6.35.12-88.fc14.i686 ro root=UUID=65aa317e-xxx rhgb quiet vdso=0 vga=792 SYSFONT=latarcyrheb-sun16 LANG=en_US.UTF-8 KEYTABLE=fr rdblacklist=nouveau vdso=0
        initrd /boot/initramfs-2.6.35.12-88.fc14.i686.img
. . .

5 Compilation des utilitaires Xenomai

Les utilitaires Xenomai permettent de tester le noyau Xenomai mais aussi de mesurer les temps de latence à travers des outils standards comme cyclictest, latency...


Compilation et installation des utilitaires Xenomai :

$ cd
$ cd xenomai-2.5.6
$ ./configure --enable-x86-sep --host=i686-linux
$ make
$ su
# make install

Les utilitaires Xenomai sont installés par défaut sous /usr/xenomai.

6 Tests du noyau Xenomai

Il faut redémarrer son PC et au menu d'accueil de grub choisir le noyau Fedora (2.6.37-xenomai).

Si le noyau Xenomai démarre correctement, c'est gagné !

On pourra vérifier que le patch ADEOS est installé :

$ dmesg |grep I-pipe
I-pipe 2.9-00: pipeline enabled.
I-pipe: Domain Xenomai registered.

On pourra vérifier que Xenomai est installé :

$ dmesg |grep Xenomai
I-pipe: Domain Xenomai registered.
Xenomai: hal/i386 started.
Xenomai: scheduling class idle registered.
Xenomai: scheduling class rt registered.
Xenomai: real-time nucleus v2.5.6 (Wormhole Wizards) loaded.
Xenomai: starting native API services.
Xenomai: starting POSIX services.
Xenomai: starting RTDM services.

On pourra enfin vérifier la version du noyau :

$ uname -r
2.6.37-xenomai

7 Mesures des temps de latence

7.1 Protocole de mesures

La machine de tests possède un processeur Intel Quad Core Q6600 à 2,4 GHz avec 4Go de mémoire RAM. Pour exemple de mesures de temps de latence, on utilisera les utilitaires cyclictest et latency fournis par Xenomai.

Le principe de mesures du temps de latence est de créer un processus Temps Réel périodique de période T. On mesure le temps à l'aide d'une base de temps monotonique de haute résolution servant de time stamping (appelée clock source : compteur généralement 64 bits incrémenté de un au rythme de la fréquence du processeur, voire toutes les ns). On mesure le temps t1 au moment où le processus s'endort et le temps t2 où le processus se réveille après une période théorique T. (t2-t1) donne la période T' mesurée. Si l'on retranche T à T', on trouve alors un temps de latence. Ce temps de latence peut-être mesuré avec les utilitaires cyclictest et latency fournis par Xenomai. cyclictest est un outil standard développé pour le projet PREEMPT-RT qui a été repris pour Xenomai.

A titre indicatif, on donnera les mesures de temps de latence dans le cas où le processeur est non chargé et dans le cas où le processeur est chargé.

On utilisera cyclictest pour générer un processus Temps Réel périodique dans l'espace utilisateur de plus forte priorité 99 et de période 1000 µs par la commande :

$ su
# /usr/xenomai/bin/cyclictest -n -p 99 -i 1000

On utilisera latency pour générer un processus Temps Réel périodique dans l'espace utilisateur de plus forte priorité 99 et de période 1000 µs par la commande :

$ su
# /usr/xenomai/bin/latency -t0 -p 1000

On utilisera latency pour générer un processus Temps Réel périodique dans l'espace utilisateur de plus forte priorité 99 et de période 1000 µs par la commande :

$ su
# /usr/xenomai/bin/latency -t1 -p 1000

Pour charger le processeur, on utilisera par exemple :

On peut aussi installer stress par yum :

# yum install stress

Le processeur sera donc chargé par les commandes :

$ stress -c 50 -i 50 &
$ su
# ping -f 127.0.0.1

Enfin, les mesures données ci-après sont données à titre indicatif et mesurées sur quelques dizaines de secondes. Pour avoir un temps de latence correspondant au pire cas, il faudrait faire une mesure pendant des heures voire des jours en stressant le système de toutes les façons possibles en même temps...

7.2 Noyau Xenomai non chargé

# /usr/xenomai/bin/cyclictest -n -p 99 -i 1000
0.61 0.37 0.14 1/187 1440

T: 0 ( 1440) P:99 I:    1000 C:   20800 Min:      -1 Act:       9 Avg:       8 Max:      31        

Temps de latence maximum mesuré : 31 µs


# /usr/xenomai/bin/latency -t0 -p 1000
== Sampling period: 1000 us
== Test mode: periodic user-mode task
== All results in microseconds
warming up...
RTT|  00:00:01  (periodic user-mode task, 1000 us period, priority 99)
RTH|----lat min|----lat avg|----lat max|-overrun|---msw|---lat best|--lat worst
RTD|     -0.409|      9.890|     20.227|       0|     0|     -0.409|     20.227
RTD|     -1.555|      9.308|     19.948|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.514|      9.499|     20.141|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.523|      9.490|     19.911|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.547|      9.494|     20.100|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.493|      9.506|     19.990|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.543|      9.506|     20.093|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.543|      9.523|     19.999|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.497|      9.512|     20.090|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.494|      9.514|     20.194|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.514|      9.497|     20.056|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.501|      9.512|     19.942|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.504|      9.507|     19.974|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.486|      9.528|     19.961|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.513|      9.535|     20.110|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.504|      9.483|     19.941|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.530|      9.385|      9.945|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.511|      9.301|     19.948|       0|     0|     -1.555|     20.227
RTD|     -1.481|      9.078|     20.258|       0|     0|     -1.555|     20.258
RTD|     -1.535|      9.399|      9.911|       0|     0|     -1.555|     20.258
RTD|     -1.508|      9.391|     10.048|       0|     0|     -1.555|     20.258
RTT|  00:00:22  (periodic user-mode task, 1000 us period, priority 99)
RTH|----lat min|----lat avg|----lat max|-overrun|---msw|---lat best|--lat worst
RTD|     -1.508|      9.426|      9.914|       0|     0|     -1.555|     20.258
RTD|     -1.534|      9.366|     20.124|       0|     0|     -1.555|     20.258
RTD|     -1.501|      9.499|     11.207|       0|     0|     -1.555|     20.258

Temps de latence maximum mesuré : 20.258 µs


# /usr/xenomai/bin/latency -t1 -p 1000
== Sampling period: 1000 us
== Test mode: in-kernel periodic task
== All results in microseconds
warming up...
RTT|  00:00:01  (in-kernel periodic task, 1000 us period, priority 99)
RTH|----lat min|----lat avg|----lat max|-overrun|---msw|---lat best|--lat worst
RTD|     -1.575|      8.689|     19.076|       0|     0|     -1.575|     19.076
RTD|     -2.123|      8.478|     19.230|       0|     0|     -2.123|     19.230
RTD|     -2.084|      8.612|     19.050|       0|     0|     -2.123|     19.230
RTD|     -2.129|      8.632|      8.922|       0|     0|     -2.129|     19.230
RTD|     -2.125|      8.588|     19.063|       0|     0|     -2.129|     19.230
RTD|     -2.201|      8.492|     19.211|       0|     0|     -2.201|     19.230
RTD|     -2.104|      8.514|     19.048|       0|     0|     -2.201|     19.230
RTD|     -2.106|      8.578|     23.024|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.125|      8.531|     19.040|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.119|      8.538|     19.196|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.118|      8.543|     19.070|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.091|      8.659|     19.196|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.127|      8.635|     19.044|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.064|      8.666|     19.196|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.105|      8.647|     19.860|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.089|      8.676|     19.237|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.073|      8.649|     19.044|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.107|      8.669|     19.267|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.099|      8.645|      8.973|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.088|      8.653|      8.965|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.115|      8.634|      8.920|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTT|  00:00:22  (in-kernel periodic task, 1000 us period, priority 99)
RTH|----lat min|----lat avg|----lat max|-overrun|---msw|---lat best|--lat worst
RTD|     -2.094|      8.643|      8.926|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.123|      8.494|     19.068|       0|     0|     -2.201|     23.024
RTD|     -2.112|      8.629|      9.074|       0|     0|     -2.201|     23.024

Temps de latence maximum mesuré : 23.024 µs

7.3 Noyau Xenomai chargé

# /usr/xenomai/bin/cyclictest -n -p 99 -i 1000
28.71 6.76 2.28 73/290 1613          

T: 0 ( 1480) P:99 I:    1000 C:   38241 Min:      -1 Act:      -1 Avg:       3 Max:      97       

Temps de latence maximum mesuré : 97 µs


# /usr/xenomai/bin/latency -t0 -p 1000
== Sampling period: 1000 us
== Test mode: periodic user-mode task
== All results in microseconds
warming up...
RTT|  00:00:01  (periodic user-mode task, 1000 us period, priority 99)
RTH|----lat min|----lat avg|----lat max|-overrun|---msw|---lat best|--lat worst
RTD|     -0.285|      9.638|     41.965|       0|     0|     -0.285|     41.965
RTD|     -0.697|      9.552|     20.067|       0|     0|     -0.697|     41.965
RTD|      4.729|      9.592|     19.949|       0|     0|     -0.697|     41.965
RTD|     -0.598|      9.601|     20.082|       0|     0|     -0.697|     41.965
RTD|      4.666|      9.585|     15.211|       0|     0|     -0.697|     41.965
RTD|     -0.728|      9.552|     20.195|       0|     0|     -0.728|     41.965
RTD|     -1.356|      9.153|     30.653|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -0.726|      9.685|     20.375|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -1.339|      9.856|     23.292|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -0.729|      9.593|     20.152|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -0.712|      9.596|     25.943|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -1.303|      8.010|     20.869|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -1.305|     -1.078|     -0.098|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -1.328|     -1.029|      0.386|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -1.296|     -1.066|      0.301|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -1.291|     -1.082|      1.324|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -1.268|     -1.002|      1.354|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -1.267|     -1.066|      0.822|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -1.263|     -1.014|     -0.002|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -1.234|     -0.725|      0.123|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -1.237|     -0.740|      0.566|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTT|  00:00:22  (periodic user-mode task, 1000 us period, priority 99)
RTH|----lat min|----lat avg|----lat max|-overrun|---msw|---lat best|--lat worst
RTD|     -1.242|     -0.723|      0.676|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -1.314|     -0.735|      0.945|       0|     0|     -1.356|     41.965
RTD|     -1.233|     -0.702|      0.362|       0|     0|     -1.356|     41.965

Temps de latence maximum mesuré : 41.965 µs


# /usr/xenomai/bin/latency -t1 -p 1000
== Sampling period: 1000 us
== Test mode: in-kernel periodic task
== All results in microseconds
warming up...
RTT|  00:00:01  (in-kernel periodic task, 1000 us period, priority 99)
RTH|----lat min|----lat avg|----lat max|-overrun|---msw|---lat best|--lat worst
RTD|     -1.421|      8.716|     19.086|       0|     0|     -1.421|     19.086
RTD|     -2.142|      8.474|     19.048|       0|     0|     -2.142|     19.086
RTD|     -2.123|      8.615|     19.094|       0|     0|     -2.142|     19.094
RTD|     -2.130|      8.478|     19.969|       0|     0|     -2.142|     19.969
RTD|     -1.662|      8.694|     30.069|       0|     0|     -2.142|     30.069
RTD|     -1.637|      8.679|     29.371|       0|     0|     -2.142|     30.069
RTD|     -2.284|      1.019|     24.419|       0|     0|     -2.284|     30.069
RTD|     -2.278|     -2.055|     -1.286|       0|     0|     -2.284|     30.069
RTD|     -2.253|     -1.954|     -0.319|       0|     0|     -2.284|     30.069
RTD|     -2.248|     -1.911|     -0.851|       0|     0|     -2.284|     30.069
RTD|     -2.240|     -1.889|     -0.722|       0|     0|     -2.284|     30.069
RTD|     -2.226|     -1.867|     -0.975|       0|     0|     -2.284|     30.069
RTD|     -2.224|     -1.870|     -0.902|       0|     0|     -2.284|     30.069
RTD|     -2.213|     -1.859|     -0.987|       0|     0|     -2.284|     30.069
RTD|     -2.401|     -1.776|      2.124|       0|     0|     -2.401|     30.069
RTD|     -2.381|     -2.083|     -1.087|       0|     0|     -2.401|     30.069
RTD|     -2.381|     -2.069|     -1.175|       0|     0|     -2.401|     30.069
RTD|     -2.364|     -2.061|     -1.126|       0|     0|     -2.401|     30.069
RTD|     -2.358|     -2.049|     -1.160|       0|     0|     -2.401|     30.069
RTD|     -2.355|     -2.040|     -1.307|       0|     0|     -2.401|     30.069
RTD|     -2.329|     -2.021|     -0.876|       0|     0|     -2.401|     30.069
RTT|  00:00:22  (in-kernel periodic task, 1000 us period, priority 99)
RTH|----lat min|----lat avg|----lat max|-overrun|---msw|---lat best|--lat worst
RTD|     -2.323|     -2.022|     -1.222|       0|     0|     -2.401|     30.069
RTD|     -2.320|     -1.990|     -1.228|       0|     0|     -2.401|     30.069
RTD|     -2.308|     -1.991|     -0.749|       0|     0|     -2.401|     30.069

Temps de latence maximum mesuré : 30.069 µs

8 Conclusion

Nous avons pu voir la mise en œuvre de Xenomai. L'application de Xenomai sur les sources du noyau Linux vanilla permet de faire du Temps Réel dur et d'avoir des temps de latence bornés de quelques dizaine de µs sur un PC ordinaire même en cas de très forte charge du système.

Il est important de retenir que l'on utilisera un tel noyau uniquement dans un environnement industriel où des contraintes temporelles strictes doivent être vérifiées à tout instant. Pour un usage quotidien sur un PC de bureau, un tel noyau risque de dégrader les performances de temps partagé...

9 Références

Vous pouvez consulter ces pages pour de plus amples informations :