Concepts de base - Micrologiciel et autres couches logicielles

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher

Pour fonctionner les composants matériels d’un ordinateur présentent divers modes de fonctionnement et, pour cela, ont besoin d’être initialisés. Cette initialisation se fait en général par des programmes écrits dans un langage assez basique qui permet de définir des choses très précises mais pas d’exprimer de grandes idées.

À l’inverse, un programme applicatif, tel qu’un logiciel de manipulation d’images, pour effectuer un tâche comme une correction de netteté, est écrit dans un langage de haut niveau qui fait appel à des fonctions répétitives standardisées qui réalisent des tâches plus spécialisées dans tel ou tel domaine, et qui elles-mêmes font appel à des fonctions répétitives standardisées qui réalisent des tâches encore plus spécialisées, et ainsi de suite, jusqu’à arriver aux tâches élémentaires en relation directe avec les matériels que sont les mémoires, les claviers, les écrans, etc.

Cette organisation en couches logicielles, fait qu’à un niveau de travail donné, on ne se préoccupe pas de savoir comment set exécutée une tâche de la couche inférieure. On sait seulement qu’une fonction existe pour cela et comment la solliciter.

Un programme, même s’il a été écrit dans un langage très évolué, finit toujours par être converti en une suite d’instructions dans le langage le plus élémentaire de la machine, qui sera lue par le processeur central. C’est le rôle des outils de développement que sont les compilateurs de faire cette conversion. Une fois convertis, les programmes doivent être stockés dans des mémoires permanentes de l’ordinateur tels que les disques.

Pour que les programmes des couches supérieures, qui mettent en œuvre un nombre incalculable d’opérations élémentaires, puissent s’exécuter suffisamment rapidement, il faut que le processeur puisse accéder à leurs instructions rapidement. Ce n’est pas le cas lorsque les instructions sont sur des disques qui, en général, sont trop lents. C’est pourquoi, il faut les transférer depuis les supports de mémoire permanente ou ils se trouvent sauvegardés, dans une mémoire dont l’accès est infiniment plus rapide, mais qui est évanescente, c.-à-d. qu’elle est perdue à la mise hors énergie de l’ordinateur. Cette mémoire s’appelle la mémoire vive, plus communément la RAM.

En général on distingue un nombre limité de couches logicielles.

Le micrologiciel 
On utilise souvent le terme anglophone firmware. C’est un petit bout de programme en langage élémentaire qui est gravé dans une mémoire non volatile. Il est placé à une adresse à laquelle le processeur est censé se rendre pour y trouver sa première instruction. À ce stade, on ne sait pas encore accéder aux disques à la manière, suffisamment efficace, dont on y accédera ultérieurement.
 
Le rôle de ce programme est d’effectuer les tests d’intégrité du matériel — le POST, soit Power On Self Test ou Autotest à la mise sous énergie —, puis de charger en mémoire pour le lancer, un autre programme, le chargeur de démarrage. La manière d’accéder à ce chargeur de démarrage est différente entre les deux types de micrologiciels que sont le BIOS d’une part, et l’UEFI d’autre part.
 
En outre, le BIOS continue d’assurer la mise à disposition, auprès du système d’exploitation et du noyau, des fonctions de base d’accès au matériel.
Le chargeur de démarrage 
Ce programme a pour but de présenter, le cas échéant un menu du choix du système à installer, puis de lancer le noyau du système sélectionné.
Le noyau 
Ce programme a pour rôle d’initialiser toutes les fonctions matérielles de l’ordinateur, et de préparer le système de fichiers, puis d’assurer l’interface entre les programmes qui s’exécuteront par la suite et le matériel de l’ordinateur. Une fois prêt, il passe la main au système d’exploitation.
le système d’exploitation 
Le rôle de cette couche logicielle est d’assurer l’interface avec l’utilisateur final pour installer, lancer et arrêter les diverses applications finales qui le constituent et qui sont la raison d’être d’un ordinateur. Les applications passent par le noyau pour accéder au matériel.

1 Le micrologiciel BIOS

BIOS signifie Basic Input Output System, soit Système d’entrées sorties de base. C’est le micrologiciel — firmware — qui équipe les ordinateurs depuis leur origine. Le BIOS met à la disposition du système d’exploitation de l’ordinateur un certain nombre de fonctions standardisées d’accès au matériel pour s’affranchir des particularités de conception de la carte mère. Il inclut le logiciel nécessaire au démarrage et est étroitement associé au partitionnement DOS ou MBR — voir la page sur le partitionnement. C’est-à-dire qu’une fois le POST effectué, il se dirige vers le premier secteur des disques pris dans un ordre prédéfini dans son paramétrage. Le premier disque trouvé dont le secteur de démarrage comprend le drapeau bootable (amorçable) est retenu. C’est dans le MBR qu’il apprend où trouver le chargeur de démarrage de l’ordinateur pour le charger en mémoire et le lancer.

Le secteur de démarrage MBR est en général écrit par l’installateur d’un système d’exploitation. Ainsi l’installation de Fedora y indiquera, outre le fait que le disque est amorçable, l’adresse de son chargeur de démarrage, GRUB. Ce chargeur de démarrage aura pris soin, si le système Windows existe sur le système de prévoir une entrée de menu pour lui. Ce n’est pas le cas de Windows qui ignore totalement les autres systèmes. C’est pourquoi, l’installation d’une distribution de Linux doit succéder à celle de Windows et pas l’inverse.


Certains paramètres du BIOS, tel que l’ordre dans lequel les disques sont scrutés, peuvent être réglés par l’utilisateur. L’ensemble de ces paramètres est stocké de manière permanente grâce à une mémoire de taille réduite à faible consommation alimentée par une pile.

2 Le micrologiciel UEFI

UEFI' signifie Universal Extensible Firmware Interface, soit Interface Micrologiciel Extensible Universelle. Cette couche logicielle est un véritable système d’exploitation miniature, s’exécutant en mode protégé, capable de bien des choses comme initialiser une pile de gestion USB, accéder au réseau, et la plus importante de toute, accéder à des systèmes de fichiers. Il peut exécuter des programmes compilés en C/C++ et dispose d’un interprète de commandes pour exécuter des programmes et des scripts.

L’amorçage de l’UEFI est plus souple. Non content de lister les périphériques, il les scrute pour y trouver des exécutables UEFI auxquels il fournit un point d’amorçage. Pour fonctionner correctement, les applications UEFI doivent être placées dans une partition d’un type spécial : ESP — "EFI System Partition" — montée, pour Linux, sur /boot/efi'. Dans ce contexte, le chargeur de démarrage de Fedora, GRUB2, est compilé comme un exécutable UEFI. Les noyaux de Linux peuvent même être compilés comme de véritables exécutables UEFI, permettant ainsi de se passer totalement de chargeur de démarrage.

L’ESP peut être partagée entre tous les systèmes d’exploitation de l’ordinateur, le seul impératif pour installer Fedora est qu’elle soit montée sur /boot/efi. D’une façon générale, les chargeurs de démarrage des différents systèmes d’exploitation sont placés dans des sous-dossiers /boot/efi/EFI/<nom_OS>. Ainsi tout ce qui concerne Fedora est placé dans le dossier /boot/efi/EFI/fedora. Si nous examinons ce dossier, nous y trouvons en autres, grubx64.efi et shimx64.efi. Il s’agit tous les deux de l’exécutable UEFI du chargeur de démarrage GRUB2. La seule différence est que seul shimx64.efi est capable de démarrer avec le secureboot — un système de contrôle de signature du système d’exploitation — activé. Dans ce dossier réside également le fichier de configuration de GRUB2, grub.cfg, élaboré lors du processus d’installation. Ce fichier est similaire à celui d’un GRUB2 installé sur un système BIOS.

L’UEFI dispose d’un gestionnaire de démarrage et sur Linux, nous disposons d’une application efibootmgr qui permet de faire bien des choses telles que :

  • lister les différents applicatifs UEFI à démarrer ;
  • modifier leur ordre de démarrage ;
  • créer ou supprimer des entrées du gestionnaire de démarrage ;
  • et plus encore…

3 Comment savoir quel type de micrologiciel mon ordinateur utilise ?

Il importe de connaître, au moment de l’installation, surtout si vous procédez à un partitionnement personnalisé, de quel micrologiciel votre ordinateur est équipé.

Pour savoir, quel type de micrologiciel votre ordinateur utilise, démarrez sur un média live comme nous vous l’avons expliqué précédemment. Puis lancer l’application Disques. Examinez les partitions de vos disques, si vous y trouvez une partition du type ESP, alors c’est UEFI. Sinon, c'est BIOS. De plus, si c’est UEFI, la table des partitions ne peut être du type DOS (ou MBR).