Connexion VNC distante sécurisée en mode graphique avec SSH

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : PatriceKadionik
Avec l'aimable contribution de : NicolasBerrehouc
Note tip.png Aide
Pour lire ce wiki convenablement, merci de lire la page suivante concernant les conventions de nommage.
InProgress tip.png Attention !
Session VNC et Wayland !

Actuellement, l'accès à VNC est possible uniquement sous Xorg.

Concernant Wayland, un projet est en cours pour retrouver cette fonctionnalité https://wiki.gnome.org/Projects/Mutter/RemoteDesktop . Il peut dès lors être testé.

1 Préalables

La connexion à distance en mode graphique repose souvent sur VNC (Virtual Network Computing) : c'est ainsi que fonctionne le « Bureau à distance » de Gnome.

Tant que le réseau de transport entre serveur et client est sécurisé (exemple : les 2 machines sont sur un même réseau local protégé par un pare-feu), il est courant de se contenter du système d’authentification intégré, c’est à dire une reconnaissance par mot de passe.

Par contre, dès qu’il faut franchir un espace libre à la sécurité incertaine comme Internet, la solution sécurisante la plus immédiate (coût, disponibilité, facilité de mise en oeuvre) peut être trouvée dans SSH (Secure SHell).

2 VNC ou comment se connecter à distance

2.1 Activer le bureau à distance

Cette méthode est celle fournie par les environnements de bureau directement via l'interface graphique :

  • Sous Gnome, autoriser les connexions sur le « Bureau à distance » dans « Paramètres→Partage » ;
  • Sous KDE, lancer l'utilitaire Krfb qui se trouve dans le menu « Internet » ;
  • Sous Windows, installer et activer un serveur comme TightVNC (libre) ou VNCServer (commercial).

Le serveur VNC est alors activé et le bureau (session :0) est ainsi accessible sur le port 5900/tcp.

2.2 VNCserver

Il est aussi possible de lancer une instance du serveur VNC directement en ligne de commande. Le paquetage tigervnc-server est fourni avec la distribution Fedora mais pas forcément installé par défaut.

# dnf install tigervnc-server

Avec la commande vncserver, un utilisateur crée sous son nom une session graphique complète en arrière plan accessible à distance (session :1 et suivantes).

L'utilitaire vncpasswd permet la création du mot de passe de connexion.

Cette session est alors associée au port 5900/tcp + numéro de session, soit 5901/tcp pour la première session, 5902/tcp pour la seconde... car plusieurs sessions peuvent tourner simultanément.

2.3 Client VNC

Des clients VNC existent pour différents OS : Linux, Windows, MAC OS, Solaris... ce qui autorise le contrôle à distance d'une machine Linux depuis une machine Windows et inversement.

Un client (VNCViewer, TightVNC, TigerVNC, Vinagre, ...) obtient une prise de contrôle plus ou moins complète de la machine selon les options choisies sur le serveur. Le paquetage vinagre est fourni avec la distribution Fedora mais pas forcément installé par défaut.

# dnf install vinagre

On dispose alors de l'utilitaire « Visionneur de bureaux distants » dans les « Applications ».

Pour accéder à une session existante, un client VNC se connecte simplement sur l’adresse ip_serveur:numéro_de_session ou bien sur ip_serveur::numéro_de_port.


Par exemple, si la machine Serveur_VNC a pour adresse 192.168.1.32 et fait tourner une session VNC N° 2, on peut y accéder :

  • à distance par les couples Serveur_VNC:2 ou 192.168.1.32::5902 ;
  • depuis la machine elle-même par les couples 127.0.0.1:2 ou localhost::5902.

Il suffit ensuite d’indiquer le mot de passe lorsqu’il est demandé.

3 La question du pare-feu

Pour atteindre une session VNC située derrière un pare-feu, il faut :

  • que le client connaisse le nom de domaine ou l’adresse IP externe du pare-feu (en l’absence d’IP fixe il faut avoir recours aux services de https://dyndns.org ou de https://www.no-ip.com) ;
  • que le pare-feu sache router le trafic entrant sur ce port vers la bonne machine.


Conséquences :

  • une gestion un peu lourde sur le pare-feu car il faut ouvrir autant de ports que de sessions et de machines concernées ;
  • on affaiblit la sécurité ;
  • on lit avec empressement le paragraphe 4 ;-) .

4 Tunnels chiffrés avec SSH

4.1 SSH en bref

SSH est un protocole sécurisé de chiffrement des données transitant entre 2 postes, qui permet de se connecter sur une machine sans qu’aucune information ne transite en clair et qui offre un service d’authentification des correspondants.

SSH permet aussi de créer des tunnels sécurisés et c’est cette fonctionnalité que nous allons mettre en oeuvre. Le paquetage openssh est fourni avec la distribution Fedora et contient à la fois le client et le serveur.

Le chargement automatique au démarrage et l'activation du service serveur sshd se font avec les commandes :

# systemctl enable sshd.service
# systemctl start sshd.service

4.2 Mise en oeuvre

Contexte d'exploitation :

  • Vous disposez du compte UTILISATEUR sur la machine SERVEUR_SSH où s'exécute un serveur SSH ;
  • Vous voulez créer un tunnel chiffré entre le port SORTANT d'une machine CLIENT_SSH avec le port ENTRANT de la machine SERVEUR_SSH.

Dans un terminal, sur la machine GNU/Linux CLIENT_SSH, tapez simplement :

$ ssh -L SORTANT:localhost:ENTRANT UTILISATEUR@SERVEUR_SSH

SERVEUR_SSH réclame le mot de passe de UTILISATEUR et lui ouvre un terminal. (Pour les clients Windows, voir le paragraphe 5.1.2)

Tout ce qui sera envoyé sur le port SORTANT de CLIENT sera chiffré et transmis sur le port 22/tcp (port traditionnel du serveur SSH) de SERVEUR_SSH, déchiffré et retransmis sur le port ENTRANT de localhost, c’est à dire la machine SERVEUR_SSH elle-même.

On note que seul le port 22/tcp de SERVEUR_SSH doit être accessible de l’extérieur. On note aussi que l'utilisation du nom localhost ne fonctionne que si le fichier /etc/hosts de SERVEUR_SSH contient une entrée définissant l'adresse de localhost (habituellement 127.0.0.1). En l'absence de définition, il faut utiliser l'adresse IP ou le nom du serveur.

5 Application à VNC

Pour exemple, tapioca cherche à accéder à la session N°1 qui tourne sur SERVEUR_SSH en utilisant donc le port 5901/tcp. Bien entendu, il conviendra de remplacer SERVEUR_SSH par son adresse IP si la résolution de nom ne peut être utilisée.

Le client tapioca crée un tunnel chiffré entre son port 15000/tcp et le port 5901/tcp du serveur, puis demande simplement à son client VNC de s'adresser au port 15000/tcp local, le tunnel se chargeant du reste. En fin de session, il suffira simplement de terminer le client VNC puis de couper le tunnel SSH.

5.1 Création du tunnel sécurisé depuis le client SSH

5.1.1 Sous GNU/Linux

Dans un terminal, tapez la commande ci-dessous en l’adaptant à votre cas :

$ ssh -L 15000:localhost:5901 tapioca@serveur_ssh

Saisissez le mot de passe de tapioca sur serveur_ssh et le terminal s’ouvre alors.

Vous pouvez masquer ce terminal, vous le fermerez quand la session VNC sera terminée.

5.1.2 Sous Windows

Si nécessaire, téléchargez un client SSH pour Windows depuis https://www.ssh.com/ssh/#sec-Download-client-software, installez-le et lancez-le.

Créez un nouveau profil, avec SERVEUR_SSH comme destination, votre identifiant comme user. Cherchez l'option « Tunneling », indiquez 15000/tcp comme port local, localhost comme serveur de destination et 5901/tcp comme port de destination. Validez, activez la connexion et identifiez-vous pour obtenir une invite de commande. Vous pouvez masquer ce terminal, vous le fermerez quand la session VNC sera terminée.

Note : si vous utilisez PuTTY, les manipulations sont quasiment identiques.

5.2 Démarrer une session cliente VNC

  • Sous GNU/Linux, utilisez les menus pour activer TigerVNC Viewer. Si ce n’est pas déjà fait, installez-le par :
# dnf install tigervnc

Ensuite il suffira de lancer une connexion sur l’adresse localhost::15000 . Saisissez éventuellement le mot de passe de session, vous êtes maintenant connecté à une session VNC via un tunnel SSH.

6 Se connecter à différentes machines situées derrière un pare-feu

6.1 Le principe

Accéder à une machine disposant d'un serveur SSH accessible de l'extérieur (sur le pare-feu, routage du flux TCP port 22 vers SERVEUR_SSH). Puis demander au serveur SSH de relayer les sessions VNC vers les machines concernées à l'intérieur du réseau local. On note qu’une seule machine fait tourner le service sshd : celle où existe le compte utilisateur. Au delà, le flux VNC transite sur le réseau local pour atteindre le bon serveur VNC.

6.2 Mise en oeuvre

Les étapes sont les mêmes qu'au paragraphe 4 avec, lors de la création du tunnel ssh, le remplacement de l'adresse localhost par celle du serveur à atteindre.

Exemples :

$ ssh -L 15000:192.168.5.64:5901 tapioca@serveur_ssh
$ ssh -L 15000:192.168.5.48:5902 tapioca@serveur_ssh
  • serveur_ssh représente l'adresse IP par laquelle on atteint SERVEUR_SSH ce qui, avec un routeur NAT, est l'adresse IP externe du routeur ;
  • 192.168.5.64 et 192.168.5.48 sont les adresses IP de 2 serveurs VNC sur le réseau local situé derrière le routeur/pare-feu.