Gestion des privilèges avec PolicyKit

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : HaikelGuemar


PolicyKit est un framework applicatif permettant de définir et gérer les communications entre les processus non-privilégiés (clients selon la terminologie de PK) et les processus privilégiés (mécanismes). Autrement dit, PolicyKit permet de gérer finement l'accès des opérations privilégées aux applications utilisateurs dans un contexte bureau multi-utilisateurs pour les systèmes UNIX-like.

1 Architecture

PolicyKit fonctionne selon un modèle client-serveur:

  • L'autorité PolicyKit: un service D-Bus propre au système. C'est lui qui centralise et régule les accès aux mécanismes, jouant le rôle d'interlocuteur de confiance.
  • L'agent d'authentification: en général fourni par le bureau (GNOME ou KDE), il est propre à la session utilisateur. Entre dans ses attributions, l'authentification des utilisateurs.

Puis, le mécanisme déclare auprès de PolicyKit un jeu d'actions, chaque action représentant une opération nécessitant des droits privilégiés. Par la suite, le client communique directement avec le mécanisme pour lui demander l'exécution d'une action. Le mécanisme contacte l'autorité PolicyKit pour savoir si la session utilisateur est autorisé à exécuter l'action. Si l'action exige une authentification manuelle de la part de l'utilisateur, PolicyKit charge l'agent d'authentification de vous authentifier (la fameuse pop-up).

Il faut savoir que PolicyKit est capable de distinguer les sessions actives et inactives, de gérer différents groupes d'utilisateurs (en s'interfaçant avec les utilisateurs/groupes unix). L'implémentation par défaut de l'autorité PolicyKit est dite de l'autorité locale c'est à dire que PolicyKit récupére la configuration depuis le système.

2 Définition d'une action

Chaque action est définie dans un fichier de configuration xml comportant au minimum:

  • un identifiant sous la forme d'une uri renversée. Par exemple: org.freedesktop.consolekit.system.stop

En général, la première partie représente le mécanisme (ici org.freedesktop.consolekit.system) et la dernière l'action à proprement parler (stop).

  • une description humainement compréhensible de l'action.
  • les autorisations par défaut selon l'état de la session : active (la session utilisateur est active), inactive (session utilisateur inactive), any (peu importe). Les autorisations peuvent être:
    • no : interdit
    • yes : autorisé
    • auth_self : demander l'authentification par le propriétaire de la session dont le client est issu.
    • auth_admin : demander l'authentification par un administrateur.
    • auth_self_keep : idem que auth_self mais l'autorisation est conservé pendant un moment.
    • auth_admin_keep : idem que auth_admin mais l'autorisation est conversé pendant un moment.

Dans le cas de l'action org.freedesktop.consolekit.system.stop, cela donne :

 <action id="org.freedesktop.consolekit.system.stop">
   <description>Stop the system</description>
   <message>System policy prevents stopping the system</message>
   <defaults>
     <allow_inactive>no</allow_inactive>
     <allow_active>yes</allow_active>
   </defaults>
 </action>

Traduction: seul un utilisateur sur une session locale active sera autorisé à éteindre la machine.

L'ensemble des actions d'un mécanisme seront plaçés dans un fichier nommé nom_mécanisme.policy placé dans le répertoire /usr/share/polkit-1/actions/. Les actions déjà présentes la page man polkit constituent une source précieuse d'informations sur l'écriture de règles PolicyKit.

3 Configuration utilisateur

3.1 Définir l'administrateur

La configuration de l'autorité locale est placé dans le répertoire /etc/polkit-1/localauthority.conf.d. On y trouve actuellement deux fichiers avec leur contenu :

  • 50-localauthority.conf
[Configuration]
AdminIdentities=unix-user:0
  • 60-desktop-policy.conf
[Configuration]
AdminIdentities=unix-group:desktop_admin_r

Le fichier de configuration est composé d'une section Configuration et d'une ligne clé=valeur, avec pour clé AdminIdentities. Comme vous l'aurez remarqué la configuration des droits administrateurs repose sur les utilisateurs et groupes Unix par défaut. On peut rentrer différentes valeur séparé par une virgule, et spécifier soit un utilisateur particulier préfixé d'un unix-user (unix-user:mon_user), soit un groupe particulier préfixé d'un unix-group (unix-group:mon_groupe).

Mais pourquoi alors deux fichiers de configuration ? Parce que les développeurs de PolicyKit ont prévus le fait que certains administrateurs voudraient configurer la gestion des privilèges, c'est pourquoi la plupart des fichiers de configuration de PolicyKit commence par un nombre à deux chiffres définissant l'ordre d'évaluation. Dans notre cas, 60-desktop-policy.conf sera évalué en dernier et donc ce sera la configuration définie dans ce fichier qui sera utilisé. Si un administrateur veut donner les privilèges administrateur PolicyKit sans devoir toucher aux fichiers fournis par la distribution, il peut très bien créer un fichier 99-my-configuration.conf avec le contenu suivant:

[Configuration]
AdminIdentities=unix-group:wheel,unix-user:bill

On définit comme administrateur PolicyKit, les membres du groupe wheel et l'utilisateur Bill.

3.2 Exemple

3.2.1 Permettre à un utilisateur de monter un disque dur interne sans demander l'autorisation

/var/lib/polkit-1/localauthority/50-local.d/internal-mount.pkla

[Mount internal disks]
Identity=unix-user:eponyme
Action=org.freedesktop.udisks.filesystem-mount-system-internal
ResultActive=yes
ResultInactive=no
ResultAny=yes

3.2.2 Permettre aux utilisateurs d'installer des paquets venant des dépôts activés

/var/lib/polkit-1/localauthority/50-local.d/10-pkgkit-pkginstallupdate-policy.pkla

 [Let All Users Install/Update Packages]
 Identity=unix-user:*
 Action=org.freedesktop.packagekit.package-install;org.freedesktop.packagekit.system-update;org.freedesktop.packagekit.install-signature
 ResultAny=no
 ResultInactive=no
 ResultActive=yes


4 Oubliez gksudo, utilisez pkexec