Gestion et contrôle de versions avec Mercurial

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : HaikelGuemar

Mercurial est un système de contrôle de sources distribué (DVCS) écrit en Python par Matt Mackall, développeur noyau. C'est un DVCS robuste comme son contemporain Git (les deux ont également en commun, le fait de reposer sur les mêmes concepts), tout en offrant une interface utilisateur saine. Mercurial ou hg (les chimistes comprendront l'allusion) possèdent des avantages certains qui en font un DVCS de premier choix :

  • simple d'apprentissage : les commandes sont très proches de celle de svn.
  • léger et performant au point de rivaliser avec Git connu pour sa rapidité phénoménale.
  • transaction atomique : en cas de problème, votre dépôt mercurial est assuré de ne pas se corrompre.
  • aucune maintenance : contrairement à un dépôt Git qui nécessite des opérations de maintenance régulièrement (Cf git repack et git gc) sous peine de performances amoindries, un dépôt Mercurial ne requiert aucune maintenance.


1 Installation de Mercurial

Mercurial est disponible dans les dépôts :

# yum install mercurial

1.1 Configuration de l'environnement

L'intérêt d'un VCS est de pouvoir retracer l'historique d'un projet, et il est nécessaire pour cela de définir un nom d'utilisateur pour les commit. Pour cela, il suffit de remplir le fichier ~/.hgrc avec votre nom et adresse mail comme ci-dessous :

[ui]
    username = John Doe <john@doe.com>
 

Ce fichier peut servir à activer des extensions, des hooks qui déclenchent une action lors d'évenements (ie: l'extension bugzilla fournit des hooks permettant d'envoyer un commentaire automatique lorsque qu'un bug #id est mentionné), différents styles (ie: format des logs), l'interface web etc... Plus d'information dans la page man hgrc.

La configuration dans ~/.hgrc est valable pour tout vos projets mais vous pouvez également fournir un fichier de configuration par projet: .hg/hgrc qui sera évalué après le fichier de configuration utilisateur.

Les copies de travail sont souvent encombrées de fichiers générés par les éditeurs, IDE et chaîne de compilation qui n'ont pas à être gérés par Mercurial. Pour les exclure de façon permanente, vous pouvez créer à la racine de votre projet un fichier .hgignore qui comprend la syntaxe glob et les expressions rationnelles (syntaxe par défaut). Voici un exemple de fichier .hgignore :

syntax: glob
# on peut également ajouter des commentaires
*~
# fichiers temporaires générés par GNU/Emacs
.\#*
# fichiers temporaires générés par vim
.*.swp
# fichiers objets
*.o
# règle redondante, uniquement présente pour l'exemple.
syntax: regexp
.*\#.*\#$
 

2 Guide de survie avec Mercurial

Ceci est une (trop) brève introduction à Mercurial, présentant les commandes de base. N'hésitez pas à utiliser la documentation interactive :

$ hg help # aide générale
$ hg help ma_commande

2.1 Création de dépôt

Supposons que l'on veuille créer un nouveau dépôt vide dans le répertoire ~/hg :

$ hg init ~/hg/mon_depot

Ensuite, pour ajouter les fichiers contenus dans mon nouveau dépôt :

$ cd ~/hg/mon_depot
$ hg add

Pour créer un dépôt à partir d'un autre déjà existant (local ou distant) :

$ hg clone http://hg.domaine.com/mon_projet ~/hg/mon_depot

2.2 Commandes de base

Afficher le statut des fichiers dans le dépôt :

$ hg status

Ajouter un fichier au contrôle de versions :

$ hg add <fichier>

Supprimer un fichier du contrôle de versions (reste présent dans l'historique) :

$ hg remove <fichier>
InProgress tip.png Attention !
Évitez de supprimer des fichiers versionnés du système de fichiers avant une opération remove (les VCS n'aiment pas ça généralement), sinon utilisez la commande hg remove -A avant tout commit ou push sous peine de casser votre dépôt. Si c'est déjà trop tard, vous avez la possibilité de récupérer votre travail en faisant un clone jusqu'à la dernière révision avant la casse.

Alias pour ajouter/supprimer les fichiers modifiés :

$ hg addremove

Valider une transaction ou commit (l'option -m permet d'ajouter un message de log) :

$ hg commit -m "first import"
$ hg ci -m "first import" # version alternative

Annuler le dernier commit (dans le cas d'un commit accidentel) :

$ hg rollback
InProgress tip.png Attention !
Rollback à utiliser avec précaution, celui-ci est irréversible et ne doit jamais être utilisé si le commit a été publié sous peine de casser l'historique.

Inverser un commit particulier (n'efface pas celui-ci de l'historique !) :

$ hg backout <rev>

Rétablir le répertoire de travail à son état initial ou annuler un merge (l'option -C permet de supprimer les derniers changements non commités) :

$ hg co -C # aliases: checkout, update, up etc...

Afficher les modifications effectués par rapport à la dernière révision :

$ hg diff

Afficher l'historique :

$ hg log

Revenir à une révision spécifique :

$ hg update <rev>

Revenir à une révision spécifique pour un fichier :

$ hg revert -r <rev> <fichier>
InProgress tip.png Attention !
la commande revert modifie uniquement la copie de travail et n'affecte en aucun cas l'historique. Les modifications en cours ne sont pas conservés.

2.3 Travailler avec un dépôt tiers

Exporter ses modifications sur un dépôt distant :

$ hg push ssh://user@example.com/hg/projet  # dépôt accessible via ssh

Importer les modifications à partir d'un dépôt distant :

$ hg pull http://hg.example.com/projet
InProgress tip.png Attention !
Contrairement à Git, par défaut, Mercurial ne met pas à jour la copie de travail après un pull. Cela à l'avantage de ne pas perturber vos travaux en cours, l'idiome recommandé étant pull-update.

Pour mettre à jour votre copie de travail:

$ hg update -C 

ou pour imposer la mise à jour de la copie de travail lors d'un pull:

$ hg pull -u 

Avant de faire un pull, il peut être judicieux de regarder les modifications faites dans le dépôt distant:

$ hg incoming

Fusionner les modifications importés d'un autre dépôt ou une autre branche :

$ hg merge

Générer un patch après un commit :

$ hg export tip

2.4 Gestion des branches

Qu'est-ce qu'une branche ? Une branche est utile si l'on doit maintenir plusieurs versions d'un projet ou si l'on souhaite travailler sur une idée avant de l'inclure dans le tronc.
La branche par défaut d'un dépôt mercurial est nommé default.

InProgress tip.png Attention !
Mercurial et Git ont une gestion différente des branches légères (Cf Gestion et contrôle de versions avec Git). Mercurial supporte les branches légères type Git mais de façon anonyme (pour naviguer entre les branches, il faut utiliser le hash ou le numéro de révision associé au head de la branche). Les branches nommées (named branches) sont un ensemble de changeset associé à un nom qui être modifié en cours d'utilisation. Autre différence, avec Mercurial toutes les branches sont affectées par les opérations push et pull, seule la branche courante l'est avec Git. Pour obtenir un comportement similaire à Git, il faut utiliser l'option -r suivi du nom de la branche.

Afficher les branches :

$ hg branches

Afficher uniquement les branches actives :

$ hg branches -a

Créer/changer le nom d'une branche :

$ hg branch <branche>

Changer de branche :

$ hg update -C <experimental>
InProgress tip.png Attention !
Ne pas oublier l'option -C , sinon mercurial vous proposera de fusionner les modifications locales à votre répertoire de travail dans votre branche.

On veut fusionner la branche experimental dans la branche default :

$ hg update - C default # on se place dans la branche default
$ hg merge experimental
Note tip.png astuce
Une astuce tirée du hgbook pour éviter d'envoyer par erreur, les modifications issues d'une branche expérimentale en rajoutant un hook dans le .hgrc du dépôt :
[hooks]
pretxnchangegroup.branch = hg heads --template '{branches}' | grep ma_branche_experimentale

Git fournit une fonctionnalité particulièrement intéressante qui est de rebaser une branche sur une autre, c'est à dire importer les modifications apportées dans une branche. Typiquement, récupérer les correctifs de bogues intervenus dans la branche principale dans une branche de développement en cours. Depuis la version 1.1, Mercurial fournit en standard une extension rebase, pour l'activer, rajouter dans le .hgrc du dépôt :

[extensions]
rebase =   
Note tip.png rebase vs pull/merge
Matt Mackall, mainteneur de Mercurial, préconise l'idiome pull/merge ou bien l'utilisation de l'extension MQ plutôt que rebase et déconseille également le push.

Fermer une branche :

$ hg commit --close-branch
$ hg update -C <branche2> 

Une bonne référence sur la gestion des branches dans Mercurial.

2.5 Quelques extensions pratiques

Parce que Mercurial a été conçu dans une optique d'extensibilité, bon nombre de ses fonctionnalités ont été implémentés en tant que plugins. Nous allons nous intéresser à quelques extensions fournies en standard dans Mercurial: MQ, transplant et patchbomb.
Par la suite, .hgrc désignera indifféremment les fichiers de configurations ~/.hgrc ou .hg/hgrc selon que vous voulez respectivement activer l'extension pour tout vos projets ou non.

2.5.1 Mercurial Queues (MQ)

Les files Mercurial aka MQ permettent de maintenir un jeu de patch (patchset) par dessus un projet. L'intérêt est de faciliter la maintenance de patchs qui ne peuvent intégrer le projet à divers titres (spécifique à une implantation, refus du mainteneur etc ...) tout en bénéficiant du contrôle de version. MQ offre les fonctionnalités (et plus encore !) d'un outil tel que quilt tout en étant intégré à votre SCM préféré.
Il faut d'abord activer l'extension, en rajoutant dans le .hgrc :

[extensions]
mq =

Permettre le versionnement des jeux de patchs pour le travail collaboratif:

$ hg init --mq # hg qinit -C pour mercurial < 1.5, la commande qinit étant implicite.

créer un nouveau patch :

$ hg qnew <patch>
$ hg qnew -f <patch> # importe les changements non commités

rafraichir le patch après modification:

$ hg qrefresh <patch>

éditer le message de commit :

$ hg qrefresh -e -m "nouveau message de commit"

importer un patch externe:

$ hg qimport <patch>

afficher le message de commit :

$ hg qheader

afficher la série de patchs, la série de patchs appliqués puis celle des patchs non appliqués :

$ hg qseries
$ hg qapplied
$ hg qunapplied

enlever le patch en haut de la pile appliqués :

$ hg qpop

enlever tout les patchs appliqués:

$ hg qpop -a

appliquer le patch en haut de la pile non appliqués:

$ hg qpush

appliquer tout les patchs non appliqués:

$ hg qpush -a

renommer un patch:

$ hg qrename <nom_avant> <nom_après>

combiner des patchs au sein du patch courant (les patchs en question ne doivent pas être appliqués)

$ hg qfold <patch1> <patch2> ...

réordonner les patch

$ hg qpop -a # on enlève tout les patchs appliqués
$ vi .hg/patches/series # on réordonne les patchs comme on le souhaite. mercurial < 1.7 (toujours supporté dans les versions supérieures)
$ hg qpush --move <patch> # déplace dans la pile et applique le patch. mercurial > 1.7

Si vous décider d'intégrer définitivement vos patchs appliqués:

$ hg qfinish -a
Note tip.png astuce
MQ permet également d'éditer l'historique d'un dépôt mercurial à la manière de git rebase --interactive, c'est à dire supprimer, modifier - y compris le message de commit -, combiner des changesets etc... Il suffit pour celà d'importer les révisions concernées dans une queue. Attention, il ne faut jamais éditer des révisions déjà publiées, et les changements faits par MQ après avoir été finalisés sont définitifs !

2.5.2 Transplant

Comme son nom l'indique l'extension Transplant permet de transplanter des patchs provenant d'une autre branche ou dépôt fournissant l'équivalent du cherry-picking avec Git.
Il faut d'abord activer l'extension, en rajoutant dans le .hgrc :

[extensions]
transplant =

Importer les patchs correspondant respectivement aux modifications intervenues entre les révisions 1 et 4 et celles de la révision 7

$ hg transplant <rev1>:<rev4> <rev7>

Rebaser une branche à partir du répertoire de travail depuis la révision 4:

$ hg transplant --branche <rev4>

2.5.3 Patchbomb

Patchbomb est une extension Mercurial permettant de rajouter une commande email à la manière de git-mail. Il faut d'abord activer l'extension, en rajoutant dans le .hgrc :

[extensions]
patchbomb =

Puis il faut configurer son smtp comme suit:

[email]
method = smtp
from mon_nom <nom_utilisateur@mon_fai.com>
[smtp]
host = smtp.mon_fai.com
username = mon_utilisateur
password = mon_mot_depasse
port = 465
tls = true

Il vous suffira pour envoyer un patch de taper la commande suivante (envoie le patch 3000):

$ hg email -r 3000 -t <destinataire> -s <sujet du mail>

Pour tester ce que sera envoyé (les patchs entre 3000 et le tip) :

$ hg -n 3000:tip

La seule différence avec git-mail est qu'il est nécessaire d'utiliser une extension non standard (mbox) pour importer des patchs de sa boite mail. :(

2.6 Importer un dépôt subversion

Si votre projet est déjà hébergé dans un référentiel Subversion, migrer vers un autre VCS peut s'avérer problématique si vous perdez l'historique associé. L'extension standard convert permet de convertir un dépôt Subversion mais également CVS, Git, bzr, Monotone, Darcs, Perforce (propriétaire). Pour l'activer, il suffit de rajouter les lignes suivantes dans votre .hgrc :

[extensions]
convert =
$ hg convert http://svn.exemple.com/mon_projet

L'extension convert est très simple d'utilisation et les options disponibles permettent de paramétrer finement l'import (par exemple, mise en relation des noms d'utilisateurs). Néanmoins, c'est un outil de migration et c'est tout ! Pas de possibilité de se synchroniser avec le dépôt subversion.

Et c'est là qu'intervient l'outil hgsvn. hgsvn est un jeu de scripts permettant d'importer et de se synchroniser avec un dépôt svn.

InProgress tip.png Attention !
hgsvn, en théorie, c'est très bien. Dans la pratique, il arrive encore assez (voire trop) souvent de rencontrer des problèmes ; allant de la perte de synchronisation avec le dépôt SVN jusqu'à la pert de modifications en cours mais non commitées.

Bref, vous pouvez utiliser hgsvn en tant que client SVN, mais préparez-vous à rapporter des bogues suite à de mauvaises surprises :-)

On installe le paquet hgsvn :

# yum install hgsvn
$ mkdir <projet> && cd <projet>
$ hgimportsvn http://svn.exemple.com/projet # import du projet
$ cd trunk
$ hgpullsvn # import de l'historique

Ensuite, on peut travailler sur son dépôt mercurial comme d'habitude, et le commit vers le dépôt subversion est toujours possible :

$ hgpushsvn

Pour tester les modifications qui seront poussés sur le dépôt svn avec un essai à sec ou dry-run :

$ hgpushsvn --dry-run
Note tip.png branches & révisions
hgpullsvn importera les branches subversion sous la forme de branches mercurial nommés (branches/brancheB --> brancheB) et les révisions SVN sous la forme svn.numéro_de_révision

3 Publier un dépôt

Note tip.png Mercurial et HTTP
Pour les accès réseaux, Mercurial utilise un protocole basé sur HTTP particulièrement efficace.

Pour publier rapidement un dépôt en lecture seule sans serveur web :

$ hg serve

Par défaut, le serveur utilise port 8000, le dépôt devrait être visible dans votre navigateur web à l'adresse http://127.0.0.1:8000 .

Même si la commande serve permet de rendre service, cette solution montre très rapidement ses limites notamment pour le support du push. Une autre solution consiste à utiliser un serveur web et le support CGI de Mercurial. La distribution officielle de Mercurial comporte quelques scripts CGI prêt à l'emploi selon l'usage.

  • Publication d'un dépôt unique : le plus simple, il suffit de récupérer le script hgweb.cgi et de modifier en indiquant le chemin et le nom du dépôt.
  • Publication de dépôts multiples : légèrement plus complexe, il faut utiliser le script hgwebdir.cgi. Ensuite, il faut indiquer le chemin virtuel (URL servie par le serveur) et le chemin du dépôt sur le serveur pour chaque dépôt dans la section paths. Il y a également la possibilité de fournir un chemin vers une collection de dépôts dans la section collection. Une version fastcgi est également disponible.

Reste plus qu'à interfacer notre CGI avec notre serveur web. Nous verrons comment le faire avec Apache puis lighttpd.

Notre cahier des charges :

  • Publication d'une collection de dépôts Mercurial à l'adresse hg.domaine.com à l'aide de hgwebdir.cgi.
  • le CGI sera placé dans le répertoire /var/www/hg
  • nos dépôts seront hébergés dans le répertoire /srv/hg
  • le fichier de configuration général dans /etc/srv/hgweb.conf
  • le fichier d'authentification dans /etc/srv/hg.passwd

En cas de problème avec unicode, décommentez les lignes suivantes dans le fichier CGI hgwebdir.cgi :

import os
os.environ["HGENCODING"] = "UTF-8"

3.1 Authentification

On va utiliser la méthode digest pour enregistrer les utilisateurs et leur mot de passe.
Le plus simple est d'utiliser l'outil htdigest fourni avec apache, et au prompt, on tape son mot de passe :

# htdigest -c /etc/srv/hg.passwd hg user

Soit par le script Python ci-dessous, si on n'a pas installé apache :

# htdigest /etc/srv/hg.password -u user -r realm -p password
#! /usr/bin/python
from optparse import OptionParser
from hashlib import md5

# build the options
usage = "usage: %prog (filename) [options]"
parser = OptionParser(usage=usage)
parser.add_option("-u", "--username", action="store", dest="username", 
                  type = "string",
                  help="the username for whom to generate a password")
parser.add_option("-r", "--realm", action="store", dest="realm", 
                  type = "string",
                  help="the realm in which to create the digest")
parser.add_option("-p", "--password", action="store", dest="password",
                  type = "string",
                  help="the password to use")

(options, args) = parser.parse_args()

# check options
if (options.username is None) or \
   (options.realm is None) or  \
   (options.password is None):
   parser.error("You must supply all username, realm and password")
   
# Generate new entry for htdigest file
checksum = md5(':'.join((options.username, options.realm, options.password))).hexdigest()
line = ':'.join((options.username, options.realm, checksum))

# if filename given, append it to the end of file
with open(args[0], 'a') as f:
	f.writelines((line, '\n'))
 


3.1.1 Avec Apache

La première chose à faire est d'attribuer à l'utilisateur apache le répertoire /srv/hg puis le bon contexte SELinux :

# chown apache:apache /srv/hg
# semanage fcontext -a -t httpd_sys_content_t '/srv/hg(/.*)?'
Alias /hg /var/www/hg
<Directory /var/www/hg>
  	#Options ExecCGI FollowSymLinks
 	Options +ExecCGI
  	AddHandler cgi-script .cgi
	DirectoryIndex hgwebdir.cgi
  	AllowOverride None
        AuthUserFile /etc/srv/passwd
        AuthName "hg"
        AuthType Digest
        <Limit POST PUT>
            Require valid-user
        </Limit>
	RewriteEngine on
        RewriteBase /hg
        RewriteRule ^$ hgwebdir.cgi [L]
        RewriteCond %{REQUEST_FILENAME} !-f
        RewriteRule (.*) hgwebdir.cgi/$1 [QSA,L]
</Directory>
 

3.1.2 Avec Lighttpd

La première chose à faire est d'attribuer à l'utilisateur lighttpd le répertoire /srv/hg :

# chown lighttpd:lighttpd /srv/hg

Créer le fichier de configuration mercurial.conf dans le répertoire /etc/lighttpd/conf.d avec le contenu suivant :

# pensez à activer les mod_fastcgi et mod_rewrite
# si vous utilisez le cgi, remplacez mod_fastcgi par mod_cgi
# server.modules += ( "mod_fastcgi" )
# server.modules += ( "mod_rewrite" )
# server.modules += ( "mod_auth" )
# accès par le sous domaine

$HTTP["host"] =~ "(^|\.)hg" {
	server.document-root = "/var/www/hg"
	server.errorlog = "/var/log/lighttpd/hg-error.log"
	accesslog.filename = "/var/log/lighttpd/hg-access.log"
	index-file.names	= ( "hgwebdir.cgi" )	
	cgi.assign		= ( "hgwebdir.cgi" => "" )
}

# accès par le sous-répertoire
url.rewrite += (
	"^/hg([/?].*)?$" => "/hgwebdir.cgi$1",
   	"^/mercurial([/?].*)?$" => "/hgwebdir.cgi$1",
)

$HTTP["url"] =~ "^/hgwebdir.cgi([/?].*)?$" {
	server.document-root = "/var/www/hg"
        cgi.assign = ( ".cgi" => "/usr/bin/python" )
}

$HTTP["querystring"] =~ "cmd=unbundle" {
		auth.debug = 2,
		auth.backend = "htdigest",
                auth.backend.htdigest.userfile = "/etc/srv/passwd",
                auth.require = (   "" => (
                        "method"  => "digest",
                        "realm"   => "hg",
                        "require" => "valid-user"
                        )
		)	
}

 

3.1.3 Personnaliser son dépôt

Pour personnaliser votre dépôt, il suffit de rajouter dans le .hgrc du dépôt les lignes suivantes :

[web]
name = mon_projet
description = mon projet qui fait pouet pouet
style = gitweb

Les styles CSS disponibles sont paper (thème par défaut), gitweb, monoblue, coal et spartan (l'ancien thème par défaut). Vous pouvez également si vous le souhaitez créer et appliquer votre propre thème !

Par défaut, mercurial n'accepte que les opérations push à travers une connexion SSL (protocole HTTPS) pour des raisons de sécurité. La configuration d'un serveur HTTPS étant hors du cadre de ce tutoriel, vous pouvez désactiver l'utilisation de ssl par la directive suivante :

[web]
push_ssl = false

Néanmoins, si vous avez configuré le support du protocole HTTPS dans votre serveur, il est fortement recommandé de conserver le support ssl dans Mercurial.

Pour éviter de taper à chaque fois le mot de passe, rajouter dans votre .hgrc :

[auth]
example.prefix = https://hg.example.com/
example.username = foo
example.password = bar
 

4 les Interfaces utilisateurs

Voici quelques interfaces graphiques à Mercurial :

  • mercurial-hgk : une extension standard ajoutant la commande view qui offre une interface Tk à Mercurial.
  • pmpu : une interface PyQt4 à Mercurial.
  • qct : une interface Qt4.
  • tortoisehg : offre la commande hgtk (paquet tortoisehg) qui permet d'effectuer la plupart des opérations à l'aide d'une interface graphique Gtk+, et une intégration au navigateur de fichiers Nautilus (paquet tortoisehg-nautilus).
  • gwsmhg : une interface Gtk+ à Mercurial et à l'extension MQ similaire à quilt/gquilt.

Environnements de développement et éditeurs de textes :

  • Netbeans : support de Mercurial inclut par défaut.
  • QtCreator : à partir de la version 1.4.
  • Emacs : via l'extension emacs-mercurial.
  • Geany : par l'intermédiaire du plugin geanyvc (paquet geany-plugins-geanyvc)

5 Quelques liens utiles