Git Fedora Project: Comment créer et mettre à jour un paquet

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : HaikelGuemar

1 Introduction

Depuis ses débuts (2003), Fedora utilise le vénérable CVS pour son infrastructure, mais celui-ci pose certains problèmes:

  • impossible de travailler hors-ligne
  • lent (toutes les opérations nécessitent une connexion réseau)
  • peu fiable (les opérations ne sont pas atomiques)
  • il est difficile de reproduire un environnement de travail fonctionnel.
  • travail collaboratif pénible.

Depuis, l'état de l'art dans le contrôle de sources a beaucoup évolué : subversion (2000) corrige les défauts de CVS tout en conservant un modèle similaire, les gestionnaires de contrôle de versions distribués ont fait leur percée comme git, mercurial ou bzr (2005). Pour faciliter le travail des contributeurs et des distributions dérivées, Fedora Project a entamé une migration de CVS vers Git qui permet d'avoir un flux de travail plus souple et plus fiable.

1.1 Pré-requis

Avoir accompli les démarches pour rejoindre les empaqueteurs Fedora, avoir un module ouvert dans l'infrastructure, avoir configurer son environnement de travail (clés SSH, GPG, certificats etc ...). Et avoir utilisé un DVCS quelconque, sinon vous pouvez jeter un coup d'œil sur le tutoriel Gestion et contrôle de versions avec Git.

1.2 Boite à outils

Vous aurez besoin de la boite à outil de l'empaqueteur Fedora:

$ su -lc 'yum groupinstall "Fedora Packager"'

Vous y retrouverez notamment fedpkg qui sera l'outil de prédilection pour interagir avec dist-git.

Si vous n'êtes pas à l'aise avec Git ou plus généralement les VCS, vous pouvez utiliser des outils graphiques:

$ su -lc 'yum install meld' # pour visualiser les diffs et réaliser les merges
$ su -lc 'yum install gitg' 

Définir meld comme outil de visualisation de diff et de merge:

$ git config --global diff.tool meld 
$ git config --global merge.tool meld

2 Configurer son environnement de travail

Pour vous éviter d'avoir à chaque fois de taper le mot de passe associé à votre clé SSH :

$ ssh-add
Note tip.png Could not open a connection to your authentication agent
Si vous utilisez un compte dédié pour travailler sur votre paquet (par ex. builder) et que vous connectez via un terminal, les variables d'environnement ne sont pas mises à jour.
Pour y remédier, tapez la commande suivante ou rajoutez-là dans un fichier de configuration de votre shell (~/.bash_profile pour Bash) :
$ eval $(ssh-agent -s) && trap 'eval $(ssh-agent -k)' EXIT

vous pouvez également utiliser l'utilitaire keychain et rajouter dans le fichier de configfuration de votre shell

keychain <clé_ssh>
source ~/.keychain/$HOSTNAME.sh

Il vous faudra configurer également git pour afficher correctement votre nom et email dans les logs :

$ git config --global user.name "fas_name"
$ git config --global user.email fas_name@fedoraproject.org
$ git config --global color.ui auto # pour avoir des jolies couleurs dans le terminal


Note tip.png Astuce pour afficher l'état de votre dépôt dans votre prompt
Le paquet bash-completion fournit l'autocompletion pour git mais également quelques fonctions pour agrémenter votre shell, pour cela, il suffit de rajouter les lignes suivantes dans le fichier .bash_profile :
. /usr/share/git-core/contrib/completion/git-prompt.sh    # charge les variables liées à git
PS1='[\u@\h \W$(__git_ps1 " (%s)")]\$ '                   # affiche le nom de la branche courante dans le prompt
GIT_PS1_SHOWDIRTYSTATE=1                                  # affiche si des changements sont intervenus (+ changements prêts à être commités, * changements non pris en compte)
GIT_PS1_SHOWUNTRACKEDFILES=1                              # affiche % en présence de fichiers non versionnés

Pour ceux qui n'utiliseraient pas bash-completion, il suffit de copier dans votre répertoire le script git-completion.bash (fourni par le paquet git) :

$ mv /usr/share/doc/git-1.7.2/contrib/completion/git-completion.bash ~/builder/.git-completion.sh 

Puis de rajouter la ligne suivante dans le fichier .bash_profile :

source ~/.git-completion.sh 

Si vous utilisez Emacs comme éditeur de texte, celui-ci affiche également des informations sur votre dépôt Git dans la mode line.

3 Travailler avec fedpkg

Pour faciliter le travail des empaqueteurs qui ne sont pas forcément développeurs ou même familier avec un VCS, le Projet Fedora fournit un utilitaire qui permet de masquer les aspects "complexes" de l'utilisation de git : fedpkg. fedpkg remplace (l'inutile ?) fedora-cvs, et les makefiles (mais rien ne vous empêche d'utiliser directement git)

Cloner un module (récupérer) :

$ fedpkg clone <module>

Changer de branche :

$ fedpkg switch-branch f16

Synchroniser votre dépôt local avec le dépôt fedora :

$ fedpkg pull

Si vous avez des changements locaux :

$ git pull --rebase


Ajouter un fichier :

$ git add <fichier>

Supprimer un fichier :

$ git rm <fichier>

Visualiser les modifications locales :

$ fedpkg diff
Note tip.png Au revoir les tags
Il est n'est plus nécessaire de tagger les sources pour les builds.

Mettre à jour les sources :

$ fedpkg new-sources <source1> <source2> 
Note tip.png Pensez à inclure le fichier sources dans vos commits
new-sources modifie le fichier sources pour pointer vers la bonne archive, donc pensez bien à commiter celui-ci avant de proposer un build. Notez que new-sources ajoute automatiquement le fichier sources à l'index Git.

Commiter les modifications :

$ fedpkg commit -m "message de commit"

Pousser les modifications dans le dépôt fedoraproject.org :

$ fedpkg push

On peut également commiter et faire un push en une fois :

$ fedpkg commit -m "message de commit" -p 
Note tip.png commit puis Push ou commit et Push
il est possible d'importer vos modifications en une seule passe (comme avec cvs commit), mais il est préférable de le faire en deux fois.

Ainsi, vous pourrez tester et éventuellement corriger vos commits avant de les envoyer chez fp.o

Générer un src.rpm :

$ fedpkg srpm

Compiler en local et tester votre paquet avec rpmlint :

$ fedpkg lint

Tester l'installation :

$ fedpkg install

Faire un build via mock :

$ fedpkg mockbuild

Faire un scratch-build sur Koji:

$ fedpkg scratch-build
$ fedpkg build --scratch

Faire un build sur Koji:

$ fedpkg build

Faire un build local (en x86_64) :

$ fedpkg local --arch x86_64

Soumettre une mise à jour :

$ fedpkg update

3.1 Appliquer les changements d'une branche à une autre

Git (et les DVCS en général) facilite grandement la manipulation des branches. Entre autre, il est possible d'appliquer un changement commité d'une branche à une autre. Supposons que le commit <sha1sum> dans la branche master (devel) corrige une erreur dans notre fichier spec et que nous voudrions l'appliquer à la branche f14.

Pour cela, il suffit de récupérer le sha1sum du commit (par ex. à l'aide de git log), et d'utiliser la commande cherry-pick :

$ git cherry-pick <sha1sum> -e # l'option e permet d'éditer le message du commit si vous le souhaitez.

cherry-pick permet également d'appliquer plusieurs commits si vous le souhaitez. Si les commits sont récents, vous pouvez également utiliser les alias git :

$ git cherry-pick master # dernier commit
$ git cherry-pick master^ # avant-dernier commit (ou master~1)
$ git cherry-pick master~2 # antépénultième commit (et ainsi de suite)

Dans le cas où vous souhaitez juste récupérer un fichier (par ex. un patch ou fichier desktop) depuis une autre branche, la commande checkout est votre amie :

$ git checkout master <fichier> # on est sur la branche et on veut récupérer la nouvelle version du patch depuis le master

Ensuite, il vous faudra gérer les conflits éventuels. Vous pouvez soit les résoudre à la main, soit utiliser la commande mergetool pour utiliser l'outil de votre choix :

$ git mergetool # un prompt interactif vous proposera le choix de l'outil
$ git mergetool -t meld # pour utiliser directement meld

4 Conclusion

Le passage de CVS à Git ne devrait pas perturber le workflow "habituel" des mainteneurs tout en leur offrant plus de souplesse. Nous terminerons sur quelques conseils pour travailler sereinement avec Git:

  • Une fois que c'est poussé sur le dépôt distant fp.o, on ne doit plus y toucher. (pas de réécriture d'historique !)
  • Avant de changer de branche, je nettoie mon répertoire de travail (git stash pour les intimes)
  • Les branches locales sont vos amies, utilisez-les pour vos expérimentations.

5 Liens externes