Installation et configuration de PostgreSQL

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : MathieuVigan
Avec l'aimable contribution de : HaikelGuemar
Article en cours de rédaction ou de modification !
InProgress tip.png
Le présent article est actuellement en cours de rédaction ou de modification.
Adressez-vous à la personne en charge pour toute proposition ou modification.
Auteur / Éditeur : NicolasBERREHOUC
Note tip.png Aide
Pour lire ce wiki convenablement, merci de lire la page suivante concernant les conventions de nommage.

Postgresql.gif


1 Présentation de PostgreSQL

PostgreSQL est un système de gestion de base de données relationnelle et objet (SGBDRO). C'est un outil libre disponible selon les termes d'une licence de type BSD.

Ce système est concurrent d'autres systèmes de gestion de base de données, qu'ils soient libres (comme MariaDB et Firebird), ou propriétaires (comme Oracle, MySQL, Sybase, DB2, Informix et Microsoft SQL Server). Comme les projets libres Apache et Linux, PostgreSQL n'est pas contrôlé par une seule entreprise, mais est fondé sur une communauté mondiale de développeurs et d'entreprises.

PostgreSQL peut stocker plus de types de données que les types simples traditionnels entiers, caractères, etc. L'utilisateur peut créer des types, des fonctions, utiliser l'héritage de type, etc.

PostgreSQL fonctionne sur Solaris, SunOS, Mac OS X, HP-UX, AIX, Linux, IRIX, Digital Unix, BSD, NetBSD, FreeBSD, OpenBSD, SCO unix, NeXTSTEP, UnixWare et toutes sortes d'Unix. Depuis la version 8.0, PostgreSQL fonctionne également nativement sur Windows.

Wikipedia

2 Installation de PostgreSQL

2.1 Installation

L'installation du serveur de base de données se fera par dnf, le gestionnaire de paquets de Fedora. Voici la commande à taper dans un terminal :

# dnf install postgresql-server

2.2 Activation

Pour utiliser PostgreSQL, il vous faut avant tout faire une initialisation de la base de données, pour cela tapez cette commande :

# postgresql-setup initdb

Si tout se passe bien vous avez pour réponse :

base de données : [ ok ]

Ensuite, il est nécessaire de démarrer le service :

# systemctl start postgresql.service

Afin de s'assurer que le service est bien démarré sans erreur, son état peut être consulté :

# systemctl status postgresql.service

Si vous souhaitez que son lancement soit automatique lors du démarrage de la machine :

# systemctl enable postgresql.service

2.3 L'utilisateur postgres

Note tip.png L'utilisateur postgres
Dès le départ, PostgreSQL crée un utilisateur nommé postgres.

Cet utilisateur est le super-utilisateur (l'équivalent de root sur votre système) du serveur de base de donnée.

Par mesure de sécurité, il est impératif d'affecter un mot de passe chiffré à cet utilisateur :

# su - postgres

Désormais vous êtes en tant qu'utilisateur postgres, ensuite tapez :

$ psql

Pour résultat vous devriez avoir ceci :

could not change directory to "/root"
Welcome to psql 10.6.1, the PostgreSQL interactive terminal.
Type:  \copyright for distribution terms
       \h for help with SQL commands
       \? for help with psql commands
       \g or terminate with semicolon to execute query
       \q to quit
postgres=# 
Note tip.png A noter
Le # indique bien que vous utilisez un super-utilisateur du serveur de base de donnée PostgreSQL.

C'est le moment de lui attribuer un mot de passe, <mot_de_passe> est à remplacer par le mot passe de votre choix, pour cela tapez :

# ALTER USER postgres WITH PASSWORD '<mot_de_passe>';

2.4 Sécurisation

La sécurité, lorsque l'on a une base de données sur le réseau, c'est un point crucial.
En effet, il est tout à fait possible de chiffrer les mots de passes des utilisateurs du serveur de base de données.

Pour cela, il faut éditer le fichier /var/lib/pgsql/pg_hba.conf en tant qu'utilisateur root et modifier le fichier en remplaçant ident sameuser par md5 afin d'obtenir les lignes suivantes :

# "local" is for Unix domain socket connections only
local   all         all                               md5
# IPv4 local connections:
host    all         all         127.0.0.1/32          md5
# IPv6 local connections:
host    all         all         ::1/128               md5

Pour que les modifications prennent effet il faut redémarrer le serveur :

# systemctl restart postgresql.service

De plus amples informations sur la sécurisation d'une base de données PostgreSQL sont disponibles dans le documentation du serveur.

2.5 Création d'un utilisateur

2.5.1 À la main

Il est recommandé de ne pas utiliser le super utilisateur postgres pour lire et écrire dans vos base de données.
Pour cela, il est intéressant de créer un utilisateur dédié :

# su - postgres
$ psql

Pour créer l'utilisateur, tapez (<mon_user> est à changer par un nom d'utilisateur de votre choix) :

# CREATE USER <mon_user>;

Pour lui donner le droit de créer des bases de données, tapez ceci (<mon_user> est à changer par le nom d'utilisateur choisi au préalable) :

# ALTER ROLE <mon_user> WITH CREATEDB;

Il est vivement conseillé d'attribuer un mot de passe pour votre nouvel utilisateur (<mon_user> est à changer par le nom d'utilisateur choisi au préalable, <password> est à changer par le mot de passe correspondant) :

# ALTER USER <mon_user> WITH ENCRYPTED PASSWORD '<password>';

Ensuite, créez la base de donnée de l'utilisateur (<mon_user> est à changer par le nom d'utilisateur choisi au préalable) :

# CREATE DATABASE <mon_user>;
Note tip.png Utilisateur virtuel éponyme
Si l'utilisateur virtuel que vous venez de créer porte le même nom que votre utilisateur système, il est possible d'utiliser l'interface psql depuis celui-ci.

Remarquez tout de même le changement du signe de l'invite de commande qui devient alors >, cela signifie bien que vous n'êtes plus en utilisateur root.

2.5.2 Avec les utilitaires

Postgresql offre également les utilitaires createuser/dropuser qui facilitent la gestion des utilisateurs. La principale différence avec la méthode précédente est que l'utilitaire vous permet à l'aide d'un menu interactif, ou d'options si vous souhaitez automatiser le processus, de configurer vos utilisateurs très rapidement de manière sûre.

Créer un utilisateur non privilégié avec mot de passe chiffré et droit de créer de nouvelles bases :

# createuser -dEPRS <mon_user>

Supprimer l'utilisateur :

# dropuser <mon_user>

Les utilitaires createdb/dropdb permettent de créer et supprimer des bases de la même façon :

$ createdb -U <mon_user> <mon_user>
$ dropdb -U <mon_user> <mon_user>

3 Exploitation

3.1 Sauvegarde à chaud

Pour réaliser une sauvegarde sans arrêter le service postgresql, il est possible d'utiliser les commandes pg_dump (sauvegarde d'une base spécifique) ou pg_dumpall (sauvegarde de l'ensemble des bases) :

$ PGPASSWORD='<password>' pg_dumpall -U postgres | bzip2 > backup-pgsql.tar.bz2

La restauration se fait tout simplement :

$ psql -U postgres -f <(bzcat backup-pgsql.tar.bz2)

3.2 Sauvegarde à froid

InProgress tip.png Attention !
Ce type de sauvegarde n'est pas compatible entre deux versions majeures de PostgreSQL, le dossier data ne serait plus utilisable.
Préférez l'utilisation des outils de sauvegarde PostgreSQL pg_dump et pg_dumpall.

Il suffit de sauvegarder le dossier /var/lib/pgsql/data/ lorsque le service est arrêté. C'est la solution la plus simple mais elle nécessite l'arrêt du service.

Par exemple (script minimum) :

# systemctl stop postgresql.service
# tar cjf backup-pgsql.tar.bz2 /var/lib/pgsql/data
# systemctl start postgresql.service

Pour la restauration, il suffira de désarchiver votre sauvegarde dans le même répertoire.

4 Interface cliente de gestion

4.1 PGadmin3

PGadmin3 est une interface graphique complète pour gérer vos bases de données PostgreSQL.

Installation :

# dnf install pgadmin3
InProgress tip.png Attention !
Si PGadmin3 n'accepte pas la connexion aux bases de données, peut être avez-vous oublié d'attribuer un mot de passe à votre utilisateur.

Si tel est le cas, entrez la commande suivante :

$ psql -d template1 -c "alter user <nom_utilisateur> with password '<votre_mot_de_passe>'"

4.2 phpPgAdmin

phpPgAdmin est un client de gestion de bases de données Postgresql écrit en PHP, tout comme phpMyAdmin pour gérer les bases MySQL.

Pour l'installer :

# dnf install phpPgAdmin

phpPgAdmin est désormais disponible à l'adresse http://localhost/phpPgAdmin/ via votre navigateur web préféré.

Il faut cependant vous assurer que le service httpd soit bien démarré.

5 Conclusion

Cet article doit vous avoir permis de rendre PostgreSQL opérationnel sur votre machine. Il vous reste maintenant beaucoup de lecture pour découvrir un aperçu de l'ensemble de ses fonctionnalités.

Voici la documentation française de PostgreSQL https://docs.postgresql.fr/ .