Installation et configuration de lighttpd

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : PascalParois
Note tip.png Aide
Pour lire ce wiki convenablement, merci de lire la page suivante concernant les conventions de nommage.

1 Présentation de lighttpd

A l'instar de son homologue très connu, Apache, lighttpd est un serveur web.

Son petit nom est lighty, il est surtout connu pour sa légèreté et sa faible empreinte mémoire. Bien entendu, cette légèreté à un coût : pas de support des fichiers htaccess, ni de modules pour gérer subversion. Lighty est diffusé sous license BSD.

Pour la petite histoire, le projet lighttpd a démarré en 2003. Jan Kneschke, son auteur, alors en pleine rédaction de sa thèse de doctorat avait besoin d'une distraction et s'est attaqué au problème c10k : gérer 10000 connexions simultanées sur un serveur web.

Site officiel : http://www.lighttpd.net/

Ce tutoriel est issu d'une installation d'un environnement web sous CentOS 5.3, l'intégralité de ce qui suit à été écrit et vérifié avec Fedora 11. Il est probable que la plupart du contenu est valable pour les versions précédentes de Fedora.

2 Installation de lighttpd

2.1 Installation

Il fait partie des logiciels fournis avec la distribution Fedora. Comme d'habitude, l'installation se fait à l'aide de dnf ou de votre interface graphique préférée.

Liste des paquets disponibles relatifs à lighty :

  • lighttpd : Le serveur en lui même ;
  • lighttpd-fastcgi : le module fast-cgi. Pour PHP par exemple ;
  • lighttpd-mod_geoip : module GeoIP ;
  • lighttpd-mod_mysql_vhost : module hôte virtuel pour l'utilisation conjointe avec mysql ;
  • spawn-fcgi : programme permettant de générer les procesus fast-cgi.

L'installation minimale :

# dnf install lighttpd

2.2 Activation

Ensuite il est nécessaire de démarrer le service :

# systemctl start lighttpd.service

Si vous souhaitez que son lancement soit automatique lors du démarrage de la machine :

# systemctl enable lighttpd.service

Pour vérifier son fonctionnement, essayez l'adresse suivante dans votre navigateur : http://localhost/.

2.3 Fichiers et dossiers à connaitre

  • /etc/lighttpd : dossier contenant l'ensemble des fichiers de configuration
    • /etc/lighttpd/lighttpd.conf : fichier principal de configuration. Nous verrons qu'il est possible - et fortement recommandé - de ne jamais modifier ce fichier
    • /etc/lighttpd/conf.d : dossier contenant les fichiers secondaires de configuration, fournis par les extensions et les logiciels utilisant lighttpd. C'est ici que nous allons travailler
  • /var/log/lighttpd : dossier contenant les journaux
    • /var/log/lighttpd/access.log : journal retraçant toutes les pages traitées par le serveur
    • /var/log/lighttpd/error.log : journal des erreurs
  • /var/www/lighttpd : dossier contenant les données du site par défaut

3 Exploitation de lighttpd

Lors de l'installation d'une extension ou de la modification d'un fichier de configuration, il est nécessaire de relancer le service :

# systemctl restart lighttpd.service

L'outil logrotate est automatiquement configuré lors de l'installation pour faire tourner les journaux chaque semaine en conservant 4 générations. Il n'y a donc pas de risque de saturer le disque.

Si vous souhaitez modifier ces réglages, ça se passe dans le fichier /etc/logrotate.d/lighttpd.

4 Configuration de lighttpd

La configuration par défaut du service, livrée avec l'application, se trouve dans le fichier /etc/lighttpd/lighttpd.conf.

Note tip.png lighttpd.conf
Bien que de nombreux tutoriels conseillent sa modification il est préférable de ne pas le modifier. On préfèrera la création d'un fichier spécifique à nos besoins dans le dossier /etc/lighttpd/conf.d. Cette solution permet de ne pas bloquer les mises à jour éventuelles du fichier principal et simplifiera grandement les migrations (il suffit de récupérer notre fichier de configuration).

La lecture de la documentation officielle et de nombreux sites consacrés à ce sujet vous permettra de découvrir les différentes directives de configurations. Contrairement à apache, un nombre minimal de modules est chargé par défaut.

Documentation officielle : Options de configuration

Note tip.png permission
Les fichiers de configuration ne peuvent être modifiés que par l'administrateur (root).

Il est possible de "donner" ce fichier à votre utilisateur afin qu'il puisse l'éditer sans privilège (voir la commande chown).

Voici un exemple de fichier de configuration minimum, adapté à une machine de développement et de test.

Les commentaires doivent vous permettre de comprendre chaque partie. Les lignes précédé du caractère '#' sont des commentaires et sont donc ignorées.

Fichier /etc/lighttpd/conf.d/messites.conf :

server.modules += ( "mod_userdir" ) #Activation du module userdir

# URL: http://localhost/~pascal/index.html 
# Path: /home/pascal/public_html/
userdir.path = "public_html"  # obligatoire

#userdir.basepath = "/home/" #facultatif, /home par defaut
#userdir.exclude-user = ( "root", "postmaster" ) # facultatif, exclu certains utilisateurs
#userdir.include-user = ( "pascal" ) # facultatif, seulement les utilisateurs de cette liste sont autorisés
 

La définition d'un hôte virtuel permet de redéfinir les valeurs par défaut du fichier principal.

Note tip.png public_html
Lors de la création d'un compte utilisateur, les droits par défaut interdisent à lighttpd de traverser le dossier. Pour utiliser les sites personnels (dossier public_html), il faut donc donner aux "autres" (et donc à l'utilisateur lighttpd) le droit de traverser le répertoire d'accueil. Chaque utilisateur fera :
chmod o+x $HOME

L'ajout d'hôte supplémentaire est très simple et permet de varier les options de configuration.

  • ajout du nom du site dans le DNS ou, pour test, dans le fichier /etc/hosts
127.0.0.1       nommachine site1 site2 site3  localhost.localdomain localhost
 
  • Exemple de définition d'un hôte dans notre fichier de configuration (messites.conf)
server.modules += ( "mod_dirlisting" )

$HTTP["host"] == "site1" { # hote du site http://site1/
    server.document-root = "/var/www/lighttpd/site1"
    dir-listing.activate = "enable" # affiche la liste des fichiers d'un répertoire
    dir-listing.hide-dotfiles = "enable" #bloque l'accès aux fichier cachés
    accesslog.filename = "/var/log/lighttpd/site1/access_log" #un fichier de log dédié
}
 

Il est possible d'utiliser les expressions régulières dans les nom d'hôtes en utilisant =~ au lieu de == : $HTTP["host"] =~ "(www.|)site1". Remarque : server.modules = assigne le contenu à server.modules, server.modules += ajoute le contenu en conservant l'existant à server.modules.

En l'état actuel, seules les pages statiques fonctionnent. Pour du PHP, il est nécessaire d'installer l'extension fast-cgi et php-cli (Installation_et_configuration_de_PHP).

5 Extensions

Il existe un grand nombre d'extensions dont la liste est ici : http://redmine.lighttpd.net/projects/lighttpd/wiki/Docs (en).

6 SELinux et lighttpd

Depuis Fedora 12 au moins, lighttpd utilise le même contexte SELinux qu'Apache, cela implique que les répertoires traversés doivent posséder les labels SELinux adéquats, et que le comportement de lighttpd est régi par les mêmes booléens SELinux.
Vous trouverez plus d'informations à ce sujet dans le paragraphe SELinux du tutoriel Apache.

7 Installer php pour lighttpd

Voir Installation_et_configuration_de_PHP

8 Applications web installés via dnf

De nombreuses applications web sont disponibles via dnf : phpMyAdmin, Wordpress, Trac... La plupart ne sont pas configurés pour fonctionner avec lighttpd, seul le fichier de configuration pour Apache est fourni. Il faut donc « traduire » ce fichier pour lighttpd. Il faudra également installer les paquets suivants : lighttpd-fastcgi et (php-cgi ou php-fpm).

Note tip.png Apache et les dépendances
On notera que l'installation des dépendances entrainent systématiquement l'installation Apache. Reste la possibilité de forcer l'installation du paquet (déconseillé), ou bien recompiler celui-ci pour supprimer la dépendance à Apache ou bien se résigner !

8.1 Wordpress

Le paquet lighttpd-fastcgi et php-cgi ou php-fpm sont nécessaires.

Fichier de configuration Apache :

Alias /wordpress /usr/share/wordpress

<Directory /usr/share/wordpress>
  AllowOverride Options
</Directory>

Équivalent lighttpd :

server.modules += ( "mod_alias" )

alias.url += ( "/wordpress" => "/usr/share/wordpress" )

#Pas de fichier .htaccess pour lighttpd, 
#astuce pour avoir les jolies urls (permalinks) avec wordpress
#http://r00tshell.com/archives/2007/05/16/wordpress-lighttpd-permalinks-without-rewrite/
$HTTP["url"] =~ "/wordpress" {
    server.error-handler-404 = "/wordpress/index.php"
}

8.2 Trac

Le paquet lighttpd-fastcgi est nécessaire.

Fichier de configuration Apache :

# Replace all occurrences of /srv/trac with your trac root below
# and uncomment the respective SetEnv and PythonOption directives.
<LocationMatch /cgi-bin/trac\.f?cgi>
    #SetEnv TRAC_ENV /srv/trac
</LocationMatch>
<IfModule mod_python.c>
<Location /cgi-bin/trac.cgi>
    SetHandler mod_python
    PythonHandler trac.web.modpython_frontend
    #PythonOption TracEnv /srv/trac
</Location>
</IfModule>

Équivalent lighttpd :

# Replace all occurrences of /srv/trac with your trac root below
# and uncomment the respective SetEnv and PythonOption directives.
fastcgi.server = ( "/trac" =>
	( "trac" =>
		( "socket" => "/tmp/trac-fastcgi.sock",
			"bin-path" => "/var/www/cgi-bin/trac.fcgi",
                	"check-local" => "disable",
	                "bin-environment" =>
        	                ( "TRAC_ENV" => "/srv/trac")
                )
        )
)

8.3 phpMyAdmin

Voir PhpMyAdmin_:_gestion_de_vos_bases_de_données_MySQL.

8.4 Le reste

Visiter la rubrique : Administrer_un_serveur_dédié