Introduction au Bureau 3D sous Fedora

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : HaikelGuemar

Nous allons voir au cours de cette brève introduction la situation du bureau composite (ou plus familièrement bureau 3D) sous GNU/Linux et plus spécifiquement sous Fedora.

1 Un peu de vocabulaire

1.1 Environnement graphique

L'environnement graphique de la plupart des Unix est constitué de 3 couches :

  • un serveur X11 : dans le cas de Fedora, c'est Xorg.
Le serveur X11 gère l'affichage et l'interaction avec les périphériques d'affichage (cartes graphiques, écran) et de saisie (claviers, souris,tablettes graphiques ...etc). X11 fonctionne en mode client-serveur, ce qui permet notamment de l'utiliser sur le réseau.
Le gestionnaire de fenêtres est chargé de dessiner les fenêtres ainsi que de gérer leurs positionnements en faisant des requêtes au serveur X11.
  • un environnement de Bureau : par exemple GNOME, KDE, XFCE ...
Un environnement de bureau offre un ensemble de services que l'on attends d'un bureau "moderne" comme un explorateur de fichiers, des outils de configuration, un menu; etc...
Notez qu'un bureau n'est absolument pas nécessaire pour disposer d'un environnement graphique complet, on peut très se contenter du serveur X11 et d'un gestionnaire de fenêtres.

Dans le cas des gestionnaires de fenêtres composites (Compiz, Beryl, Compiz Fusion), le dessin des bordures des fenêtres est délégué à un processus tiers : le décorateur de fenêtres.

1.2 GPU (Graphics Processor Unit)

Le coeur de votre carte graphique. C'est lui qui se charge des opérations d'affichage et de manipulation de données graphiques de façon efficace.

1.3 Pilote

Un programme permettant l'interaction entre le système d'exploitation et le matériel.

1.4 OpenGL (Open Graphics Library)

OpenGL est une API (Application programming interface) graphique 2/3D créé par SGI (Silicon Graphics, Inc.) et depuis normalisé par l'OpenGL Architecture Review Board (ARB). OpenGL est l'équivalent de DirectX (pour la partie graphique) sous MS Windows.

L'avantage de OpenGL est qu'il regroupe des primitives graphiques permettant de générer l'affichage de scènes complexes, le fait que OpenGL soit implémenté matériellement sur la plupart des cartes graphiques du marché (nVidia, ATI, Intel, Matrox etc ...) offre un rendu de qualité, rapide.

1.5 DRI (Direct Rendering Infrastructure)

C'est un système permettant à Xorg l'accès direct au matériel de façon sûre et efficace. À l'origine développé par Precision Insight, RedHat, SGI, Tungsten Graphics.

De nombreux pilotes de cartes graphiques font appel à DRI, entre autres: ATI, Matrox, Intel, 3DFX ..

1.6 Mesa

Une implémentation logicielle d'OpenGL.

2 Historique

Depuis les années 80, le X Window System plus connu sous le nom de X11 est le standard de fait pour l'interface graphiques sous Unix. Tout nouveau, tout frais sorti des laboratoires du MIT, X11 offrait un système novateur multiplateforme et la transparence réseau.

Entre temps, l'architecture de X11 a vieilli, les contributeurs se font plus rares, le matériel à évolué, X11 a été conçu a un temps ou la 2D prédominait. Aujourd'hui, 90% des circuits des GPUs sont dédiés à la 3D, sans compter que les fournisseurs de matériels sont de moins en moins coopératifs.

Récemment, un article a tiré la sonnette d'alarme sur les perspectives d'avenir catastrophiques de X11.

Alors que les bureaux graphiques concurrents offraient un meilleur support matériel, une gestion supérieure de la 3D, X11 faisait du sur-place, les projets visant à sortir de cette ornière peinaient à sortir de l'ombre.

C'est en partie cette situation et le changement de licence de XFree86 qui a poussé la création du fork Xorg. Xorg a décidé de repartir sur une nouvelle base et de modulariser leur implémentation de X11, de créer de nouveaux modules comme Composite.

Entre-temps, deux contributeurs majeurs de Xorg, RedHat et Novell, menaient des expérimentations.
Si RedHat préfère travailler en collaboration avec la communauté, Novell embauche David Reveman, un des développeurs clés de Xorg pour travailler en closed source sur un bureau composite de façon efficace.

Le travail de RedHat a débouché sur AIGLX et Luminocity (un "fork" composite de gestionnaire de fenêtre de GNOME : Metacity), le projet fonctionne mais le support matériel reste très limité et Luminocity avance lentement.
Vous pouvez jeter un coup d'oeil sur le travail de RedHat sur le blog de Seth Nickell.

Quant à Novell, début Février 2006, Nat Friedman (co-fondateur avec Miguel De Icaza de Ximian, racheté par Novell) lors de la présentation de la dernière version de NLD à Paris révèle le fruit des travaux effectués en interne par Novell. Le résultat éblouit tout simplement l'assistance, les fenêtres molles à la Luminocity, le bureau "en cube", les effets de transparence, même un Exposé-like.
Les vidéos présentées sont toujours disponibles chez Novell.


En un an, David Reveman a rendu XGL utilisable, créé un gestionnaire de fenêtres composite Compiz, même si cela nécessite des pilotes propriétaires et devait émuler en logiciel certaines fonctions absentes des pilotes actuels comme GLX_Texture_From_Pixmaps.

Dès lors que les sources furent disponibles, de nombreux paquets pour de multiples distributions GNU/Linux sont apparus. RedHat et le projet Fedora réagissent : ils accélèrent le développement de AIGLX, collaborent avec Novell pour échanger du code entre celui-ci et XGL, adapter Compiz à AIGLX et décide de mettre la pression sur les fabricants de GPU comme nVidia pour fournir des pilotes adaptés.

Désormais, les distributions GNU/Linux mettent le paquet pour fournir un bureau moderne.

D'autres projets sont aussi apparus comme Beryl un fork de Compiz.
Quinnstorm [1] était un contributeur particulièrement actif au développement de Compiz, proposant de nombreux patchs, ceux-ci n'étant pas toujours acceptés par David Reveman, on aboutit à 2 branches : celle de Compiz et celle de QuinnStorm devenant compiz-quinnstorm.

Petit à petit, la branche quinnstorm a commencé à diverger suffisamment pour ne plus pouvoir être réintégré dans la branche de David Reveman. En effet, compiz-quinnstorm avait abandonné GConf pour un mécanisme de configuration plus générique csm, ainsi que de gnome-window-decorator pour cgwd, sans compter la création de nouveaux plugins, thèmes, etc... De plus, les relations entre David Reveman et QuinnStorm étaient tendues, D.R. privilégiant la qualité du code, la stabilité et la légèreté de Compiz sans toutefois dénigrer le travail de QuinnStorm.

Au final, le fork est entériné et compiz-quinnstorm devient Beryl.


Un an plus tard, alors que l'écosystème de plugins pour Beryl est extrêmement riche, le coeur du gestionnaire de fenêtres n'évolue plus. Pour Compiz, c'est l'inverse, le gestionnaire de fenêtres s'est très nettement amélioré mais reste aussi pauvre en plugins qu'à ses débuts. Les développeurs des deux projets prennent alors une décision courageuse en réunissant leurs forces :

  • le fork du gestionnaire de fenêtres par Beryl est abandonné pour Compiz.
  • Beryl fusionne avec Compiz Extras pour donner Compiz Fusion.

La fusion des deux projets a été annoncé en juin 2007 et a été effective avec la sortie de Compiz 0.5.2 en Août 2007.


Note tip.png note
Il ne faut pas confondre Compiz et Compiz Fusion, Compiz reste le gestionnaire de fenêtres et Compiz Fusion est une communauté visant à étendre ses fonctionnalités en développant des plugins.

3 Qu'est-ce qu'un gestionnaire de fenêtres composite ?

Xorg 7.x offre une architecture modulaire, notamment avec des modules comme "composite" permettant de dessiner des effets 3D, ou GLX offrant un accès direct à OpenGL. L'intérêt n'est pas uniquement esthètique mais vise à décharger la CPU des traitements graphiques vers le GPU, cela permet une meilleure gestion d'énergie et une plus grande disponibilité de la CPU pour d'autres tâches. Les gestionnaires de fenêtres s'appuient justement sur Composite mais nécessite un rendu via OpenGL donc "GLX" mais ce n'est pas suffisant.

Il existe 2 solutions pour permettre le rendu de l'affichage via OpenGL sous Xorg :

  • la première consiste à utiliser le fonctionnement classique serveur-client de X11, les commandes reçues par X11 sont alors transmises à la carte graphique. C'est la solution "indirecte",
  • la seconde consiste à envoyer directement les commandes OpenGL à la carte graphique. C'est la solution "directe".

Cela correspond aux 2 solutions en "concurrence" pour offrir un rendu OpenGL aux environnements de bureaux :

3.1 AIGLX (Accelerated Indirect Rendering GL X)

Il s'agit de la solution co-développée par X.org, Fedora Project et Red Hat. AIGLX n'est qu'une simple extension au serveur Xorg dont il fait partie depuis la version 7.1.

L'avantage de AIGLX est que tout ce qui est affiché sur l'écran peut bénéficier du rendu OpenGL, et la possibilité de faire appel à tous les mécanismes de Xorg notamment DRI. On peut donc disposer de l'accélération matérielle 3D par les pilotes implémentant DRI (notamment les pilotes ATI libres) à moindres frais.

L'inconvénient majeur est que cela nécessite la modification des pilotes, notamment ceux propriétaires. Jusqu'à la sortie des pilotes nVidia 9xxx, il était impossible d'utiliser AIGLX avec les cartes graphiques nVidia dû à l'absence du support de l'extension GLX_EXT_TEXTURE_FROM_PIXMAPS.

3.2 XGL : la méthode "directe"

XGL correspond à 2 implémentations : xglx et XEGL. XEGL correspond à une vision à plus long terme de l'avenir de Xorg, il devrait simplifier le développement de pilotes, supprimer la dépendance de Xorg vis à vis des pilotes et ne plus faire la distinction entre accélération 2D et 3D.

Pour le moment seule l'implémentation XGLX développée par Dave Reveman (Novell) est disponible.

XGLX est un mini-serveur X qui nécessite l'exécution en arrière-plan d'un serveur X11 uniquement avec l'extension GLX.

3.3 Conclusion

L'inconvénient est que XGLX n'est pas capable d'utiliser DRI, si on utilise les pilotes implémentant DRI, le rendu n'est plus accéléré matériellement, sans compter l'ajout d'une couche supplémentaire. De plus, pour assurer la compatibilité avec le maximum de cartes graphiques, XGLX émule en logiciel certaines fonctions graphiques à l'aide de Mesa notamment l'extension GLX_EXT_TEXTURE_FROM_PIXMAPS pour les cartes graphiques nVidia avant l'arrivée des nouveaux pilotes.

Ainsi faire fonctionner un gestionnaire de fenêtre composite nécessite actuellement soit AIGLX, soit XGL, soit... les drivers nVidia 9xxx !

Les nouveaux pilotes nVidia propriétaires offrent en effet des mécanismes similaires à AIGLX par le biais de leur propre infrastructure GLX bien qu'il reste possible de forcer l'utilisation d'AIGLX... Ils offrent des performances accrues mais l'inconvénient est que ce système se limite aux cartes nVidia et repose sur un pilote propriétaire.

À ce jour, les gestionnaires de fenêtres composite se limitent à Compiz, Beryl, Metacity et Kwin mais peuvent être utilisés avec la plupart des bureaux.

4 Revue des différents gestionnaires de fenêtres composites

4.1 Compiz

Le gestionnaire de fenêtres composite développé par Novell (disponible depuis Mars 2006). Compiz est capable de s'intégrer aux environnements de bureau majeur GNOME et KDE, il offre entre autres plusieurs backends pour sa configuration (GConf pour GNOME, kconfig pour KDE, et un backend neutre flat-file -fichier plat-)

4.1.1 Compiz Fusion

Compiz Fusion est la résultante de la fusion des projets Beryl et Compiz extras visant à étendre les fonctionnalités du gestionnaire de fenêtres Compiz. Cela inclut la création de plugins, de décorateurs de fenêtres, d'outils de configurations etc ... Ce n'est donc pas à proprement parler un nouveau gestionnaire de fenêtres.

Note tip.png note
On entend souvent parler de Compiz Fusion pour nommer (à tort) Compiz, mais Compiz Fusion est principalement une collection de plugins pour le gestionnaire de fenêtre Compiz.

4.2 Beryl

Un fork communautaire & amical de Compiz.
Moins enraciné dans GNOME, il s'intègre mieux aux autres bureaux comme KDE par exemple. Il offre une plus grande variété de plugins, d'effets graphiques, il est aussi un poil plus optimisé. Il dispose d'un véritable gestionnaire de thèmes, Emerald, et d'une multitude d'utilitaires.

Note tip.png note
Aujourd'hui, le fork du gestionnaire de fenêtres a été abandonné et le projet Beryl a fusionné avec Compiz Extras pour former Compiz Fusion.

4.3 Metacity

Depuis GNOME 2.22, Metacity intégre un compositeur, permettant d'accélérer l'affichage graphique, d'agrémenter votre bureau de quelques effets (ex: ombrage des fenêtres) et d'utilisation des applications nécessitant un compositeur (ex: Cairo Clock, Cairo Dock - mode composite -, etc...) en l'absence de Compiz. Par défaut, le compositeur est désactivé, mais on peut l'activer via GConf:

 gconftool-2 -s '/apps/metacity/general/compositing_manager' --type bool true

Pour désactiver le compositeur:

 gconftool-2 -s '/apps/metacity/general/compositing_manager' --type bool false

Nul besoin de rédémarrer votre session graphique, les changements sont pris en compte instantanément.

4.4 Kwin

Kwin4 (KDE4) intégre également un compositeur.

5 Revue des différents décorateurs de fenêtres

Compiz et feu Beryl ont la particularité de faire appel à processus séparé pour dessiner les bordures des fenêtres : le décorateur de fenêtres. Voici les trois principaux :

  • GTK Window Decorator : c'est le décorateur par défaut. Il s'intégre très bien au bureau GNOME et supporte les thèmes de Metacity.
  • KDE Window Decorator : décorateur alternatif destiné aux utilisateurs du bureau KDE.
  • Emerald : décorateur issu du projet Beryl (basé sur le code du prédecesseur de GTK Window Decorator) indépendant de tout bureau. Il offre une gestion des thèmes très avancée par le biais de moteurs de thèmes et l'utilisation d'effets graphiques.

6 Et Fedora dans tout ça ?

Depuis Fedora Core 6 (Zod), Compiz et AIGLX (Xorg 7.1) font partie du système de base. Si votre configuration matérielle le permet, il suffit de configurer votre système pour utiliser AIGLX et de lancer Compizà l'aide de l'utilitaire desktop-effects. Beryl est quant à lui inclus dans Fedora Extras depuis Fedora Core 6. Fedora 8 (WereWolf) est la première version à intégrer Compiz Fusion. Au niveau des pilotes, les pilotes libres Intel supportent pleinement AIGLX, nVidia propose les pilotes 9xxx offrant le support des gestionnaires de fenêtres composite. Pour les cartes ATI, si le pilote libre Radeon a toujours supporté AIGLX, ce n'est que très récemment que le pilote propriétaire fglrx propose cette fonctionnalité.

7 En conclusion

Voilà désormais, vous disposez des informations nécessaires pour comprendre de manière très générale comment fonctionne le bureau 3D sous Fedora.

Pour la configuration de Xorg, et des gestionnaires de fenêtres composite, divers tutoriels sont à votre disposition.

Il existe aussi d'autres solutions plus confidentielles comme Matisse (gestionnaire de fenêtres) ou le fabuleux LookingGlass de Sun en Java.