La création de RPM pour les nuls : Création du fichier SPEC et du Paquetage

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : JohanCwiklinski
Avec l'aimable contribution de : Remi Collet, Chitlesh Goorah

Ce tutoriel vous explique comment rédiger le fichier SPEC afin construire un paquetage RPM selon les directives d'empaquetage de Fedora.

Dans un premier temps, suivez les instructions de l'article RPM : environnement de construction afin de mettre en place les bases nécessaires à la création de paquets RPM. Nous considèrerons ici que cette étape est pleinement complétée.

Note tip.png Notes génériques
Voici quelques notes génériques applicables à l'ensemble de ce document :
  • Utilisation de %{buildroot} ou de ${RPM_BUILD_ROOT} : il semble qu'aucune de ces deux méthodes ne soit vraiment à préférer. Toutefois, vous noterez que dans un souci de cohérence, il faudra vous tenir aux choix utilisé tout au long d'un même fichier SPEC (source : Wiki du Projet Fedora).
  • Utilisation de fedora-* ou rpmdev-* : les commandes fedora-* sont en fait des liens symboliques vers les commandes rpmdev-. Il semble également que les commandes fedora-* ne soient pas à privilégier. Les pages man sont disponibles sous le nom rpmdev-*, il vous sera donc plus pratique d'utiliser cette version.

1 Fichier SPEC vierge

Dans un premier temps, il vous faudra un modèle de fichier SPEC. Pour cela, exécutez les commandes suivantes :

$ su - builder
$ cd rpmbuild/SPECS/
$ rpmdev-newspec nom_du_spec

Certains types de paquets ont besoin de fichier SPEC "particuliers" ; comme par exemple les paquets Python, Perl, Ruby... La liste des modèles à cet effet se trouve dans les fichiers /etc/rpmdevtools/spectemplate-*.spec, c'est le fichier spectemplate-minimal.spec qui sera utilisé par défaut. La dernière commande deviendra dans ce cas :

$ rpmdev-newspec -t {template} nom_du_spec

Si vous empaquetez un logiciel écrit en Perl par exemple, la commande sera :

$ rpmdev-newspec -t perl nom_du_spec

Cette commande créera un squelette dans le fichier nom_du_spec.spec dont le contenu sera :

Name:           nom_du_spec
Version:        
Release:        1%{?dist}
Summary:        

Group:          
License:        
URL:            
Source0:        
BuildRoot:      %{_tmppath}/%{name}-%{version}-%{release}-root-%(%{__id_u} -n)

BuildRequires:  
Requires:       

%description


%prep
%setup -q


%build
%configure
make %{?_smp_mflags}


%install
rm -rf $RPM_BUILD_ROOT
make install DESTDIR=$RPM_BUILD_ROOT


%clean
rm -rf $RPM_BUILD_ROOT


%files
%defattr(-,root,root,-)
%doc



%changelog

Notez que vous rencontrerez parfois fedora-newspec eu lieu de rpmdev-newspec, en fait la seconde n'est rien de plus qu'un lien symbolique vers la première :)

1.1 En tête

Le début du fichier est composé des entrées suivantes :

  • Name : nom de votre fichier (la valeur par défaut est le nom du fichier SPEC, et ne devrait pas être modifiée).
  • Version : version du logiciel que vous empaquetez. Numérique uniquement (les lettres des versions alpha, béta, cvs... sont reportés dans l'entrée Release).
  • Release : version de votre paquetage. La valeur par défaut est 1%{?dist}. En théorie, un paquet à destination de extras ne passera en version 1 que lorsqu'il sera proposé. Un paquet en version Alpha, Beta ou RC devrait donc avoir une valeur inférieure, 0.1.rc2%{?dist} par exemple.
  • Summary : brève description du logiciel empaqueté.
  • Group : groupe d'applications auquel appartiendra votre paquet. La liste des groupes est disponible dans le fichier /usr/share/doc/rpm-*/GROUPS :
$ cat /usr/share/doc/rpm-*/GROUPS
  • License : la licence du programme. Rapellez vous que le Projet Fedora n'accepte que des logiciels entièrement libres. Si une quelconque restriction est appliquée à votre programme, il ne pourra pas être intégré à Extras. Une liste de licences possibles est disponible sur le wiki fedoraproject.
  • URL : site web du logiciel.
  • Source0 : URL complète de téléchargement des sources du logiciel. Il est nécessaire ici de renseigner l'url complète vers le fichier source original de l'application. Il ne saurait être question de modifier le paquet source, vous devrez dans ce cas utiliser des patches.
  • BuildRoot : la valeur par défaut est %{_tmppath}/%{name}-%{version}-%{release}-root-%(%{__id_u} -n) et ne devrait pas être modifiée.
  • %description : description du paquet. Les lignes de texte ici ne doivent pas excéder 79 caractères.

1.2 Dépendances

Un paquet RPM possède deux sortes de dépendances : les dépendances pour la compilation et celles pour l'utilisation.

Les paquets doivent ici être simplement listés, séparés par un espace. Soyez le plus restrictif possible, si votre paquet dépend de 'a' et 'b', et que 'a' dépend lui même de 'b', il suffit de mettre 'a' en BR ou Requires, yum fera le reste :-)

1.2.1 BuildRequires ou BR

Définit les dépendances de compilation. Vous rencontrerez souvent l'abréviation BR pour désigner cette entrée. Les BR seront utilisés lors de la construction du RPM par extras ; le passage à mock produira une erreur si vos BR ne sont pas corrects.


La liste des BR correspond généralement à un *-devel, beaucoup de dépendances (bibliothèques, *.so et perl) sont gérées automatiquement.


Note tip.png Installation des dépendances
Pour pouvoir (re)construire un paquet, il faudra installer tous les paquets listés en BuildRequires. Pour ce faire, utilisez la commande suivante :
$ su -lc 'yum-builddep nomdupaquet'

1.2.2 Requires

Définit les dépendances d'installation. Les Requires sont utilisés lors de l'installation du paquet par l'utilisateur.

Pour connaître les dépendances d'un paquet rpm, utilisez la commande :

rpm -qp --requires paquet.rpm

ou encore :

rpm -q --requires paquet

1.3 Macros

Vous pouvez trouver les macros existantes dans les fichiers /usr/lib/rpm/macros et /usr/lib/rpm/i386-linux/macros, et aussi /etc/rpm/* qui peuvent contenir des macros ajoutés par d'autres RPM (ex : php, pear, jpackage...)

1.4 Section %prep

Cette section prépare votre logiciel pour son empaquetage.

C'est ici que les sources seront décompressées, et que les patchs éventuels (que ce soient les vôtres ou cexu fournis par le projet initial) seront appliqués.

Cette étape travaille uniquement dans le dossier BUILD.

1.5 Section %build

Cette section compile le logiciel.

C'est ici que seront exécutées les commandes ./configure et make. L'exécution du script de configuration vérifiera (si le logiciel empaqueté les renseigne correctement ) les autres programmes requis pour sa compilation. Vous pourrez, au fur et à mesure des erreurs signalées par le script de configuration, renseigner les BuildRequires.

Cette étape travaille uniquement dans le dossier BUILD.

1.6 Section %install

Cette section "installe" votre logiciel".

Il ne s'agit bien évidement pas d'une installation traditionnelle, à proprement parler. La commande make install sera exécutée, mais dans un dossier temporaire, afin de pouvoir ensuite empaqueter les fichiers à installer via le RPM final.

Cette étape travaille uniquement dans le dossier temporaire BUILDROOT.

1.7 Section %files

Cette section permet d'installer les fichiers de votre paquet. Typiquement, si vous ne remplissez pas cette section, des erreurs apparaitront, du type :

Erreur de construction de RPM:
    Fichier(s) installé(s) (mais non empaquetés):
    [fichiers]

Prenons un exemple. Lorsque j'ai empaqueté Moodin pour KDE (un 'moteur' de splashscreen pour kde), les erreurs suivantes sont apparues :

RPM build errors:
   Installed (but unpackaged) file(s) found:
  /usr/lib/kde3/ksplashmoodin.la
  /usr/lib/kde3/ksplashmoodin.so
  /usr/share/apps/ksplash/Themes/FingerPrint/1.png
  /usr/share/apps/ksplash/Themes/FingerPrint/2.png
  /usr/share/apps/ksplash/Themes/FingerPrint/3.png
  /usr/share/apps/ksplash/Themes/FingerPrint/4.png
  /usr/share/apps/ksplash/Themes/FingerPrint/5.png
  /usr/share/apps/ksplash/Themes/FingerPrint/6.png
  /usr/share/apps/ksplash/Themes/FingerPrint/7.png
  /usr/share/apps/ksplash/Themes/FingerPrint/8.png
  /usr/share/apps/ksplash/Themes/FingerPrint/Background.jpg
  /usr/share/apps/ksplash/Themes/FingerPrint/Preview.png
  /usr/share/apps/ksplash/Themes/FingerPrint/Theme.rc
  /usr/share/apps/ksplash/Themes/MoodinKDE/Background.jpg
  /usr/share/apps/ksplash/Themes/MoodinKDE/Preview.png
  /usr/share/apps/ksplash/Themes/MoodinKDE/Theme.rc
  /usr/share/services/ksplashmoodin.desktop

La section %files sera donc remplie de la sorte :

%files
%defattr(-,root,root,-)
%doc AUTHORS COPYING
%{_datadir}/apps/ksplash/Themes/FingerPrint/
%{_datadir}/apps/ksplash/Themes/MoodinKDE/
%{_libdir}/kde3/ksplashmoodin.so
%{_libdir}/kde3/ksplashmoodin.la
  • L'entrée %doc% contient ici les fichiers AUTHORS et COPYING (licence). Il pourrait aussi s'y trouver un sous répertoire de documentation texte et/ou html, les fichiers README, INSTALL, ... Ces chemins sont relatifs au répertoire de construction, pas au répertoire d'installation.
  • Les lignes suivantes doivent être considérées comme suit :
  • En aucun cas vos entrées %files ne doivent remplacer des fichiers système.. Dans notre exemple, les deux lignes qui suivent l'entrée %doc auraient pu être résumées en %{_datadir}/apps/ksplash/Themes/*. Toutefois, cela n'est pas souhaitable puisque le répertoire existe déjà, dès lors il est possible que votre paquet remplace des fichiers déjà installés. C'est pourquoi nous avons utilisé deux lignes distinctes pour les deux sous répertoires FingerPrint et MoodinKDE. Pour vérifier si un chemin existe déjà, utilisez la commande suivante :
rpm -qf chemin
Dans notre exemple, rpm -qf /usr/share/apps/ksplash/Themes/FingerPrint/ (le répertoire du thème moodin nommé FingerPrint) nous renvoie que le chemin n'existe pas. En revanche, la même commande sur le répertoire de stockage des thèmes :
$ rpm -qf /usr/share/apps/ksplash/Themes/
kdebase-3.5.5-0.4.fc6
Il vaut donc mieux dans ce cas préférer l'utilisation de deux entrées distinctes pour chacun des thèmes FingerPrint et MoodinKDE.
Notez aussi que vous devez ajouter le paquet kdebase à l'entrée Requires.
  • L'entrée %exclude permet de supprimer le fichier concerné. En effet, le guide de révision d'un RPM spécifie dans ses MUST que les paquetages ne doivent pas contenir de fichiers de bibliothèque .la, nous l'excluons donc de nos entrées %files. Une solution alternative aurait été d'utiliser la commande rm tout simplement, quoiqu'il semble qu'elle soit plus adaptée si plusieurs sous paquets existent.
Note tip.png Fichiers de bibliothèque .la
Le paquet Moodin cité pour l'exemple est un cas particulier. En effet, les QA de Extras préconisent la suppression des fichiers .la, or, si ces fichiers ne sont pas inclus, Moodin ne fonctionne pas comme escompté. Dans ce cas bien sûr, il ne faut pas exclure le fichier .la et préciser dans la demande de revue sur le bugzilla les raisons pour lesquelles il doit être inclus dans le paquet.

1.8 Changelog

La partie changelog du fichier SPEC indique les modifications apportées au fichier. Chaque entrée est formatée de la façon suivante :

* Sun Dec 3 2006 Nom Auteur <adresse@email> version_logiciel-version_paquet
- Modification
- ...

La date au bon format peut être facilement connue via la commande :

LC_TIME=en_US date +"%a %b %e %Y"

1.9 Fichiers de langues (locales)

Si l'application que vous empaquetez contient des fichiers de localisation (généralement, ces fichiers sont installés dans %{_datadir}/locale et se nomment %{name}.mo), il vous faudra les traiter d'une façon particulière.

Tout d'abord, ajoutez gettext à vos BuildRequires. Ensuite, il faut trouver les fichiers de localisation, vous utiliserez pour cela la macro %find_lang dans la section %install de la façon suivante :

%find_lang %{name}

Enfin, il faut inclure les fichier de localisation dans la section %files :

%files -f %{name}.lang

1.10 Fichiers .desktop (applications graphiques)

Si votre application possède une interface graphique, il est fort probable que vous aurez besoin d'un fichier .desktop afin qu'un raccourci apparaissent dans les menus. Il est possible que votre application intègre déjà une fichier .desktop qui sera alors simplement intégré lors de la résolution de vos %files. Dans le cas contraire, il vous suffit de créer le fichier ~/rpmbuild/SOURCES/nom_application.desktop selon le modèle suivant  :

[Desktop Entry]
Encoding=UTF-8
Name=Comical
GenericName=Comic Archive Reader
Comment=Open .cbr & .cbz files
Exec=comical
Icon=comical.png
Terminal=false
Type=Application
Categories=Application;Graphics;
Version=0.9.4

Puis d'ajouter dans votre fichier SPEC :

  • à BuildRequires :
desktop-file-utils
  • en source, votre fichier .desktop :
Source10:  %{name}.desktop
desktop-file-install --vendor=""                                 \
       --dir=%{buildroot}%{_datadir}/applications/   \
       %{buildroot}%{_datadir}/applications/foo.desktop


Dans le cas ou votre fichier .desktop fait référence à une image (comical.png), il est nécessaire de mettre à jour le cache des icônes. Dans le cas contraire, l'icône ne sera visible qu'après reconnexion de l'utilisateur à sa session graphique.

  • Dans la section %post du fichier SPEC, mettez à jour le cache pour les icones :
touch --no-create %{_datadir}/icons/hicolor
if [ -x %{_bindir}/gtk-update-icon-cache ]; then
  %{_bindir}/gtk-update-icon-cache -q %{_datadir}/icons/hicolor;
fi
update-mime-database %{_datadir}/mime &> /dev/null || :
update-desktop-database &> /dev/null || :
  • Dans la section %postun du fichier SPEC, mettez également à jour le cache pour les icones :
touch --no-create %{_datadir}/icons/hicolor
if [ -x %{_bindir}/gtk-update-icon-cache ]; then
  %{_bindir}/gtk-update-icon-cache -q %{_datadir}/icons/hicolor;
fi
update-mime-database %{_datadir}/mime &> /dev/null || :
update-desktop-database &> /dev/null || :


Ressources :

1.11 Construction du paquet

Afin de construire votre paquet, vous devez télécharger les sources du programme que vous empaquetez dans le répertoire adéquat. Pour cela, utilisez la commande :

wget -O url.tar.gz ~/rpmbuild/SOURCES/

En remplaçant url.tar.gz par la valeur renseignées pour Source0 dans le fichier SPEC. Vous veillerez également à placer dans ce dossier tout fichier externe utilisé dans le .spec (par exemple les fichiers .desktop des applications qui possèdent une interface graphique).

Une fois cette étape complétée, suivez simplement les étapes suivantes :

  • Réglage des patches, BR, ...
rpmbuild -bp fichier.spec
  • compilation
rpmbuild -bc --short-circuit fichier.spec
  • Empaquetage, contrôles des %files
rpmbuild -bi --short-circuit fichier.spec
  • construction des fichiers RPM (cette dernière commande va exécuter de nouveau les procédures précédentes)
rpmbuild -ba fichier.spec
Note tip.png short-circuit
Remi nous informe que certains fichiers SPEC mal faits peuvent casser la possibilité du short-circuit et que c'est un motif de rejet pour les Extras qui n'est pas toujours facile à détecter.

Les différentes étapes de construction vous permettent de rectifier au besoin les différentes parties de votre fichier SPEC. Une fois les RPM construits, vous pouvez vous assurer de certains points de qualité nécessaires pour l'empaquetage de votre paquet sur Extras.

2 Correctifs ou Patches

Il ne saurait être question de modifier les sources originales du programme que vous empaquetez. En conséquence, si de telles modifications sont nécessaires, il faut utiliser des correctifs (encore appelés "patches" en anglais).

La commande diff permet de comparer 2 fichiers, la commande patch d'appliquer les modifications enregistrées avec la commande diff sur un fichier original.

Une procédure pour la création d'un correctif est la suivante :

  • On fait une copie de sauvegarde du fichier à modifier (on lui ajoute un extension explicite et unique, par exemple .max_ext)
$ cp fichier fichier.max_ext
  • On modifie l'original (celui qui s'appelle 'fichier') comme on le désire
  • On génère un fichier de correctif avec gendiff :
$ cd ~/rpmbuild/BUILD
$ gendiff dossier .max_ext > ../SOURCES/nom_du_soft-version-max_ext.patch
  • On indique dans le fichier SPEC qu'il faut ajouter le fichier de correctif :
...
Patch0:		%{name}-0.10-max_ext.patch  //On donne le nom du correctif
...
%prep
%setup -q
%patch0 -p1 -b .max_prefix  //On l'applique
...
InProgress tip.png Attention !
Attention, le -b ne doit être utilisé que sur des sources.

Il peut poser des problèmes dans d'autres cas (le fichier backup risque d'être installé).

L'intérêt de l'extension se révèle lorsqu'un correctif met plusieurs fichiers en jeu, et qu'il y a plusieurs problèmes à corriger.

Voici un exemple pour clarifier la chose :
Soit 10 fichiers : f0, f1, .., f9 ; et deux problèmes à corriger.

f1, et f4 sont modifiés pour résoudre le problème A, donc f1 et f4 seront copiés sous les noms f1.fixA et f4.fixA, puis modifiés comme il le faut, selon la méthode expliquée plus haut.

f2, f7, f8, et f9 doivent être modifiés pour résoudre le problème B. Idem on a {f2, f7, f8,f9}.fixB

On applique deux fois gendiff, comme vu plus haut. On obtient deux fichiers de correctif. Un par problème, chacun modifie plusieurs fichiers.
Ainsi, malgré la complexité du problème on conserve un fichier SPEC propre et simple.

2.1 Quand utiliser un correctif ?

Quelques cas où correctif ne devrait pas être utilisé :

  • un fichier Makefile dit : prefix=/usr/local alors que nous lui préfèrerions /usr
On pourrait faire un correctif, mais on pourrait aussi indiqué dans le fichier SPEC tout simplement :
make install DESTDIR=%{buildroot} prefix=%{_prefix}
L'utilisation d'un correctif, dans le cas d'une opération aussi simple que celle-ci, compliquera plus la tâche du reviewer qu'autre chose.
  • On ne doit pas non plus utiliser de correctif pour modifier une valeur qui se définit par une macro (les répertoires standards), puisqu'il (le correctif) dépend de la machine utilisée lors de sa fabrication, pas de la machine utilisée pour la construction.

Dans ce cas on préfèrera le "correctif dynamique" type sed, ex :

sed -i -e s@/usr/lib@%{_libdir}@ libtool

3 Contrôle Qualité

3.1 rpmlint

La commande rpmlint doit être appliquée à tous les paquets construits. Au minimum, vous en trouverez trois : le paquet du logiciel, la paquet debuginfo dans le répertoire ~/rpmbuild/RPMS/{architecture}/ et la paquet source dans le répertoire ~/rpmbuild/SRPMS/. Il est possible, si des paquets sont définis dans votre fichier SPEC (récupérez le SRPM de wormux et consultez son fichier SPEC pour l'exemple), qu'il soit généré d'avantage de RPM que les trois précités.

Voici quelques liens utiles pour essayer de comprendre ce qui ne va pas dans votre paquet :

3.2 rpmdevtools

Les rpmdevtools offrent des utilitaires pouvant faciliter le diagnostic, sans devoir installer ou désarchiver le paquet.

Lister les fichiers et les droits associés :

$ rpmls /chemin/vers/mon/paquet

Lister les fichiers, les droits associés (en mode octal) et les informations obtenues par la commande file :

$ rpmfile /chemin/vers/mon/paquet

Afficher les différences entre deux versions d'un même paquet :

$ rpmdiff /chemin/ancien/paquet /chemin/nouveau/paquet


Si vous empaquetez une bibliothèque logicielle, il peut être utile de vérifier qu'il n'y a pas eu de changements de soname ou d'ABI afin de prévenir les mainteneurs concernés.

Lister les bibliothèques et les sonames associés :

$ rpmsoname /chemin/vers/mon/paquet

Lister les changements d'ABI :

$ rpmsodiff /chemin/ancien/paquet /chemin/nouveau/paquet

L'utilisation des chemins codés en dur dans les bibliothèques ou exécutables (aka rpath) est interdite par les règles d'empaquetage du Projet Fedora. Pour vérifier si votre paquet embarque ou non des fichiers contenant un ou des rpaths :

$ rpminfo -r /chemin/vers/mon/paquet

La commande rpminfo permet également de lister les fichiers exécutables, les bibliothèques, etc ...

3.3 mock

Mock vous permet d'installer un système vierge chrooté pour construire et tester vos paquets. Mock installera à chaque utilisation un système complet (en fonction des dépendances du paquet que vous testez).
Pour l'installer :

$ su -c 'yum -y install mock'
InProgress tip.png Attention !
L'utilisateur doit faire partie du groupe mock pour pouvoir l'utiliser. Vous pouvez utiliser l'outil system-config-users pour l'y ajouter, ou encore entrer la commande suivante (où builder est le login de votre utilisateur) :
$ su -lc 'usermod -G mock -a builder'

L'utilisation de mock est très simple :

$ mock -r "version-de-fedora" rebuild fichier.src.rpm

La "version-de-fedora" peut être aisément trouvée à l'aide des fichiers contenus dans le répertoire /etc/mock/, ainsi si vous souhaitez construire le paquet pour Fedora 11, "version-de-fedora" devient "fedora-11-i386".

L'environnement chrooté est construit dans le répertoire /var/lib/mock/version-de-fedora/. Mock propose plusieurs options intéressante, comme par exemple --no-clean qui permet de ne pas nettoyer l'environnement avant de construire le paquet (et qui devrait donc diminuer le temps de construction, puisque tous les paquets ne seront pas téléchargés à nouveau), ou encore shell qui vous permet d'ouvrir un shell dans l'environnement chrooté.

Notez qu'il est possible, via la commande setarch et l'option --arch de spécifier une architecture différente pour la compilation. Toutefois, tous les changement d'architecture ne seront pas possibles. Par exemple, il est possible si vous possédez une machine en 64bits de construire des paquets pour i386, mais pas l'inverse. Exemple :

$ setarch i686 mock -r fedora-devel-i386 --arch i686 rebuild fichier.src.rpm

Attention, les anciennes versions de Fedora peuvent nécessiter i386 (Fedora <= 10) ou i586 (Fedora 11). Ces version ne sont plus maintenues.

Pour EPEL <= 5 vous devrez utiliser i386 :

$ setarch i386 mock -r epel-5-i386 --arch i386 rebuild fichier.src.rpm
Note tip.png Activation de dépôts sous mock
Il peut parfois être nécessaire d'activer des supplémentaires dépôts sous mock, si par exemple vous être en train de construire deux paquets, dont un dépend du second ; ou si une version corrective dont vous avez besoin est dans le Dépôt updates-testing.

Dans ce cas, vous devrez spécifier à mock d'activer un dépôt supplémentaire. Les différents fichiers de configuration de mock se trouvent dans le dossier /etc/mock. Copiez un fichier existant pour créer le votre, effectuez les modifications requises, et utilisez-le pour lancer mock.

Pour obtenir la liste des options proposées, consultez le manuel (man mock).

4 Contrôles à effectuer

Une fois votre paquet construit, votre SRPM en main, suivez ces étapes :

  1. passez vos paquets à rpmlint
  2. passez votre paquet SRPM à mock
  3. vérifiez les points MUST et SHOULD définis sur le wiki du Projet Fedora.

Certaines étapes du présent tutoriel, ainsi que le #Script fedora-qa peuvent vous aider à obtenir un paquet correct, mais le travail reste entièrement à votre charge bien entendu !

5 Commandes utiles résumées

  • Téléchargement et extraction d'un SRPM :
$ yumdownloader --source nom_du_paquet --enablerepo=nom_du_depot-source
$ rpmdev-extract paquet.src.rpm
  • Installation des dépendances de construction (BR) d'un paquet :
$ su -lc 'yum-builddep paquet'
  • Vérification d'un paquetage avec rpmlint :
$ rpmlint ~/rpmbuild/{RPMS|SRPMS}/paquet.{src.rpm|rpm}
  • Vérification d'un paquetage avec mock :
$ mock ~/rpmbuild/SRPMS/fichier.src.rpm
  • Suppression des paquets de développement de votre système :
$ rpmdev-rmdevelrpms
  • Installation du spec et des sources dans leur dossier respectif à partir du SRPM
$ cd /home/builder
$ rpm -ivh fichier.src.rpm