Ntfs-3g

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : HerveRiboulot

1 Préalables : Ntfs-3g et la portée de ce tutoriel

1.1 Ntfs-3g

Le site de référence est http://www.ntfs-3g.org.

Le projet se propose de réaliser un pilote NTFS pour Linux, librement disponible en Open source, supportant la lecture et l'écriture. Il couvre le système de fichiers NTFS sous Windows XP, Windows Server 2003, Windows 2000 et Windows Vista. L'essentiel des opérations de manipulation de fichiers définies par les normes POSIX sont supportées, à l'exception de la gestion des droits de propriété et d'accès.

La couverture est dès lors suffisante pour pouvoir lire et écrire des données dans des partitions NTFS depuis un système Linux.

La version est stable depuis le février 2007, après 12 années de développements. Le site précise que les tests de Ntfs-3g ont permis, pour certains utilisateurs, de relever des fautes matérielles ; Microsoft a par ailleurs corrigé quelques bogues. Une liste de Questions/Réponses[1] traite des conditions et limites d'usage de Ntfs-3g ; le lecteur s'y référera pour de plus amples informations.

1.2 La portée de ce tutoriel

En l'état, deux solutions sont ouvertes pour accéder à des partitions NTFS depuis Linux :

  1. la solution NTFS décrite dans le tutoriel suivant : NTFS : Installation du pilote. Le pilote référencé ne prend pas en charge l'écriture sur les partitions.
  2. La présente solution, à base de Ntfs-3g, qui autorise entre autre l'écriture sur les partitions.

Ntfs-3g est maintenant parvenu à un bon niveau de maturité et son utilisation est appelée à se diffuser, en substitution à l'ancien module.

2 Installation du module

Note tip.png Pré requis
Il est supposé que le Dépôt extras est activé et qu'une connexion Internet est présente et exploitable.

La démarche est conduite comme suit :

2.1 Préalable : droits et environnement root

Toutes les actions décrites ci-après seront réalisées avec les droits et l'environnement de root (administrateur du système disposant des droits de plus haut niveau).

Le préalable consiste donc à hériter de ces droits et environnement:

$ su - (le tiret est important)
$ mot de passe: <saisir le mot de passe root>
#
Note tip.png convention
Par convention, le prompt # (l'invite apparaissant dans une console) signifie que la commande à passer dans la console requiert les droits et l'environnement de root. Cette convention sera appliquée tout au long du document. Le prompt $ désigne une connexion en utilisateur non root.

On quitte l'environnement et les droits root par la commande:

# exit
$

Les droits root sont puissants et certaines commandes sous ces droits peuvent endommager irrémédiablement le système. A l'issue des manipulations qui seront réalisées pour monter les partitions Ntfs, il est vivement recommandé de quitter ces droits comme indiqué précédemment.

2.2 Repérer les partitions

En premier lieu, il est nécessaire de repérer les partitions NTFS. Pour cela, ouvrez une console et entrez la commande suivante dans le but d'explorer les partitions gérées par le système :

# fdisk -l
Disk /dev/hda: 80.0 GB, 80026361856 bytes
255 heads, 63 sectors/track, 9729 cylinders
Units = cylinders of 16065 * 512 = 8225280 bytes
Device Boot      Start         End      Blocks   Id  System
/dev/hda1               1         912     7325608+  12  Compaq diagnostics
/dev/hda2   *         913        4560    29302560    7  HPFS/NTFS 
/dev/hda3            4561        9729    41519992+   f  W95 Ext'd (LBA)
/dev/hda5            4561        6156    12819193    7  HPFS/NTFS
/dev/hda6            6157        6169      104391   83  Linux
/dev/hda7            6170        9729    28595668+  8e  Linux LVM

Les partitions NTFS sont désignées par HPFS/NTFS. Dans l'exemple proposé, il s'agit de /dev/hda2 et /dev/hda5.

2.3 Créer un point de montage dans l'arborescence des fichiers

Note tip.png Montage sur /mnt et /media
Par convention, il est conseillé de ne pas recourir à ces deux points de montage, leur usage étant réservé :
  • /mnt est réservé aux montages temporaires
  • /media est réservé quant à lui aux périphériques amovibles

Les partitions NTFS vont être "montées" dans la structure de fichiers de votre système, il faut désigner un point de montage. Par convention, on choisira /windows (d'autres choix sont possibles, à l'initiative de chaque administrateur).

Créez les points de montage désirés de la façon suivante :

# mkdir -p /windows/C
# mkdir /windows/D

On supposera ainsi que deux partitions NTFS seront montées respectivement en /windows/C et /windows/D.

2.4 Installer les logiciels Ad Hoc

Le Dépôt extras aura été préalablement initialisé (c'est le cas à l'installation du système depuis Fedora Core 5). On installera les programmes en utilisant yum.

# yum install fuse ntfs-3g

On vérifiera la prise en compte des logiciels par la commande suivante :

# lsmod | grep fuse
fuse                   49493  4

Cette commande liste les modules chargés et en extrait "fuse"; si elle ne renvoie rien, fuse n'est pas chargé. Pour charger fuse (si l'installation du rpm n'a pas permis ce chargement) :

# modprobe fuse

2.5 Paramétrer le montage

On modifiera le fichier /etc/fstab pour y porter les modalités de montage :

# vi /etc/fstab

Vous pouvez utiliser n'importe quel éditeur de texte en remplacement de la commande vi. Notez qu'un tutoriel sur l'Utilisation de vi est disponible dans la documentation.

Ajoutez les lignes suivantes, qui tiennent compte de l'exemple pris :

/dev/hda2    /windows/C          ntfs-3g    silent,umask=0002,utf8=true
/dev/hda5    /windows/D          ntfs-3g    silent,umask=0002,utf8=true

Chaque ligne correspond à une partition NTFS à monter. On remplacera /dev/hdX par la valeur identifiée par fdisk -l.

Note tip.png contenu fstab
Diverses options sont possibles pour le montage des partitions NTFS. L'ensemble est documenté et les informations sont accessibles par un man fstab (dans une console). L'exemple donné permet la lecture, l'écriture et l'exécution sur les partitions NTFS. On notera l'existence d'autres options, qui peuvent présenter un intérêt pour le lecteur :
  • umask=0002 root aura les droits de lecture et d'écriture; un utilisateur autre aura les droits de lecture uniquement ;

Cette disposition réduit les risques d'altération de fichiers importants de Windows en restreignant les droits d'écriture — dont effacement — à root. Si l'administrateur du système décide d'ouvrir les droits d'écriture à tous les utilisateurs,à ses risques et périls, il passera le paramètre suivant: umask=0000 ;

  • user qui permet aux simples utilisateurs de réaliser le montage ;
  • noauto pour ne pas monter la partition au démarrage mais uniquement à la demande.

2.6 Monter les partitions

Le montage est alors assuré comme suit :

# mount -a

On rendra le montage automatique au démarrage du système en installant autofs et en activant le service dans le menu « Système > Administration > Services » sous GNOME.

3 Difficultés et compléments

3.1 Difficultés

On dissociera les difficultés liées à l'utilisation de Ntfs-3g et les difficultés de portée plus générale, concernant NTFS.

Le premier point est traité par la page support[2] de Ntfs-3g, qui présente un état des questions/réponses courantes concernant Ntfs-3g. On la consultera en préalable à toute recherche.

On notera un point concernant le support Ntfs-3g et SELinux : (traduction)

Pourquoi ne puis-je pas monter automatiquement Ntfs en phase d'amorçage ?
L'échec du montage est du à un problème de SELinux.

  • Une solution est disponible pour RHEL5 et FC6 dans les mises à jour courantes (paquet selinux-policy-2.4.6-23), quoique cette correction ne soit pas efficace pour tout le monde pour diverses raisons ;
  • Une autre solution (déconseillé) consiste tout simplement à désactiver SELinux : sur GNOME, « Système > Administration > Niveaux de sécurité > onglet SELinux » ;
  • Une meilleurs solution, consiste à configurer SELinux : audit2allow -M local < /var/log/audit/audit.log ou audit2allow -M local < /var/log/messages. Les commandes peuvent générer quelques avertissements ou messages d'erreur qui ne sont généralement pas pertinents et peuvent être ignorés sans risque.

En d'autres termes, le montage automatique de partitions Ntfs par Ntfs-3g en utilisant /etc/fstab et autofs (démon activé par « Système > Administration > Services » — system-config-services en ligne de commande), peut échouer à cause de SELinux. Le contournement, si une mise à jour de SELinux ne suffit pas, consiste à placer SELinux en état « permissif » ou « désactivé » : « Système > Administration > Niveau de sécurité et de parefeu > SELinux > permissif »).

Le second point est traité par le recours aux outils disponibles, compris dans le paquetage ntfsprogs.

Note tip.png installation du paquetage ntfsprogs
Le paquetage est présent dans le Dépôt extras. On se référera à la documentation Yum pour installer le paquetage : YUM : Configuration du gestionnaire de paquets.

Ntfsprogs[3] comprend un ensemble d'outils. On citera en particulier :

  • ntfsinfo
  • ntfsfix

ntfsfix est un utilitaire qui peut directement réparer certaines incohérences dans la structure des fichiers NTFS. Il n'est pas une adaptation de chkdsk, utilitaire de Windows et se borne à quelques contrôles et corrections. Il agit sur une partition non montée.

Sa syntaxe est :

# ntfsfix /dev/{h|s}d{a...}X

par exemple :

# ntfsfix /dev/hda1

Ntfsfix va par ailleurs assurer une mise à blanc du journal NTFS afin de provoquer le lancement, sous Windows, de chkdsk (à l'amorçage de Windows). La démarche consiste donc à :

  1. démonter la partition litigieuse (umount /dev/{h|s}d{a...}X, par exemple : umount /dev/hda1)
  2. lancer ntfsfix (ntfsfix /dev/{h|s}d{a...}X, par exemple : ntfsfix /dev/hda1)
  3. démarrer sous Windows pour assurer le lancement de chkdsk
  4. redémarrer à nouveau sous Windows pour que le drapeau positionné soit éliminé
  5. démarrer ensuite sous Linux (en ne relançant surtout pas ntfsfix).

La documentation détaillée concernant NTFS et les outils associés dans l'environnement Linux est fournie à l'adresse : http://sourceforge.net/projects/linux-ntfs

3.2 Compléments

Xavier Lamien a produit le paquetage ntfs-config[4] qui est maintenant intégré au Dépôt extras.

On l'installera grâce à la commande suivante :

$ su -c "yum install ntfs-config"

L'utilitaire permet de monter des partitions NTFS en utilisant Ntfs-3g, en lecture et/ou écriture, que ces partitions soient « internes » ou « externes » (exemple : disque dur externe en raccordement USB).

La version est encore en évolution (nota: PAM, comme module d'authentification, vient d'être intégré pour le lancement de Ntfs-Config).

4 Questions fréquentes

4.1 Message d'erreur : « unable to mount the volume XXXX »

On vérifiera l'installation de fuse et ntfs-3g.

# yum list installed fuse ntfs-3g
Loading "installonlyn" plugin
Installed Packages
fuse.i386                                2.6.3-1.fc5            installed
ntfs-3g.i386                             2:1.0-1.fc5            installed

On tentera un montage 'manuel' (exemple) :

# mount -t ntfs-3g /dev/sda1 /media/ntfs
$LogFile indicates unclean shutdown (0, 0)
Failed to mount '/dev/sda1': Opération non supportée
Mount is denied because ntfs logfile is unclean. Choose one action:
   Boot Windows and shutdown it cleanly, or if you have a removable
   device then click the 'Safely Remove Hardware' icon in the Windows
   taskbar notification area before disconnecting it.
Or
   Run 'ntfsfix' on Linux unless you have Vista, then mount ntfs with
   the 'force' option read-write, or with the 'ro' option read-only.
Or
   Mount the ntfs volume with the 'ro' option in read-only mode.

La solution est indiquée par liho[5].

4.2 Montage d'un disque dur externe USB

Pour utiliser le driver ntfs-3g et l'automontage avec HAL[6], il faut créer un fichier .fdi définissant le type de partition en ntfs-3g :

  • Créer un dossier /usr/share/hal/fdi/policy/95userpolicy
  • Créer un fichier usb_ntfs.fdi dans le dossier ainsi créé
  • Copier ceci dans ce fichier :
<?xml version="1.0" encoding="ISO-8859-1"?> 
<deviceinfo version="0.2">
    <device>
        <match key="volume.uuid" string="4EE11B4820EAB57D"> # Valeur à modifier selon son matériel!
            <merge key="volume.label" type="string">usb_ntfs</merge>
            <merge key="volume.fstype" type="string">ntfs-3g</merge>
        </match>
    </device>
</deviceinfo>

Bien sur, il faut remplacer la valeur de "volume.uuid" par celle donnée avec hal-device-manager pour le volume qui doit être monté. Si hal-device-manager n'est pas présent, la commande : yum install hal-gnome l'installera. Dans hal-device-manager, rechercher son disque usb (colonne de gauche), sélectionner le volume à monter, et dans la colonne de droite, onglet « avancé », récupérer la clé « volume.uuid ». Il ne reste plus qu'à copier/coller la valeur de cette clée dans le fichier usb_ntfs.fdi à la place du 4EE11B4820EAB57D.

4.3 Mount is denied because ntfs logfile is unclean

On utilisera la clause force pour le montage. Le message http://forums.fedora-fr.org/viewtopic.php?pid=141207#p141207 décrit les modalités d'utilisation de cette clause.

Il est préférable cependant de résoudre le problème en amont, selon le cas, soit en relançant deux fois Windows pour que la vérification de la partition NTFS s'opère correctement, soit en relançant Windows et en démontant proprement le périphérique USB.