Vsftpd : Installation et configuration

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : FabienNicoleau
Avec l'aimable contribution de : NicolasBerrehouc

1 Introduction

De plus en plus, le protocole FTP (File Transfert Protocol) est critiqué pour son manque de sécurité, comparé à d'autres protocoles de transfert sécurisés, tel scp. Il est cependant toujours très utilisé et Fedora propose par défaut vsftpd (Very Secure File Transfert Protocol Daemon) comme serveur pour ce protocole.

Comme la plupart des autres serveurs FTP (ProFTPD, pure-ftpd), vsftpd gère les utilisateurs virtuels, c'est-à-dire la possibilité de créer des comptes utilisateurs sans que ceux-ci ne soient des utilisateurs système (ils sont en fait tous "mappés" sur un utilisateur système dédié à cela). La particularité de vsftpd est qu'il utilise PAM pour l'authentification des utilisateurs. Nous avons donc autant de possibilités d'authentification que PAM en propose.

Cette documentation détaille une configuration de vsftpd en mode standalone, avec authentification des utilisateurs système et des utilisateurs virtuels. Les informations de connexion de ces derniers seront stockées au choix dans une base de données au format berkeley, ou bien une base mysql.

2 Installation

vsftpd étant le serveur FTP choisi par défaut par Fedora, celui-ci est directement accessible via dnf :

# dnf install vsftpd

Une fois l'installation effectuée, pour que le serveur se lance automatiquement au démarrage :

# systemctl enable vsftpd.service

Pour démarrer et stopper le service, les commandes respectives sont :

# systemctl start vsftpd.service
# systemctl stop vsftpd.service

Normalement votre système doit déjà avoir un utilisateur ftp et un groupe ftp :

$ grep ftp /etc/group

3 Configuration

Note tip.png Configurations
Il existe un grand nombre de possibilités de configuration, faisant varier le comportement du serveur de façon très différente. Une lecture de la page de manuel de vsftpd reste indispensable pour une configuration sûre.

Le fichier de configuration de vsftpd se trouve dans le répertoire /etc/vsftpd/ et se nomme vsftpd.conf. Nous partirons d'une configuration vide, nous nous déplaçons donc dans le dossier, puis nous renommons le fichier d'origine :

# cd /etc/vsftpd/
# mv vsftpd.conf vsftpd.conf.default

Nous créons ensuite un dossier qui contiendra les configurations spécifiques à chaque utilisateur :

# mkdir vsftpd_user_conf
Note tip.png ftpusers et user_list
Ces deux fichiers ont la même vocation : interdire des utilisateurs. En effet, ils contiennent tous les deux une liste d'utilisateurs pour lesquels le serveur FTP refusera toute connexion. Pourquoi deux fichiers (au contenu identique) ?
  • Le premier (ftpusers) est utilisé via PAM dans la configuration par défaut faite sur Fedora. A la connexion d'un utilisateur, PAM vient lire ce fichier et si l'identifiant de connexion utilisé est dans ce fichier, la connexion est refusée.
  • Le second (user_list) est utilisé directement par vsftpd. Il peut avoir deux usages : soit les seuls utilisateurs contenus dans ce fichier ont le droit de se connecter, soit l'accès leurs est systématiquement refusé.

On se fiche d'avoir une liste d'utilisateurs autorisés (second cas), puisque ceux-ci seront gérés avec une base d'utilisateurs virtuels. Il est donc inutile d'avoir ces deux systèmes d'interdiction. Le choix pourrait être de suivre la configuration par défaut faite par Fedora, c'est-à-dire utiliser PAM, et donc supprimer le fichier user_list alors inutile. Et pourtant ce n'est pas la solution retenue, en effet il y a une petite différence dans la façon de rejeter les utilisateurs. Si "root" (présent dans les deux fichiers par défaut) se connecte :

  • Premier cas (ftpusers) : le système PAM ne va pas réagir, et le mot de passe sera demandé. A partir de là, même si ce dernier est correct, PAM va refuser la connexion car "root" est présent dans le fichier ftpusers.
  • Second cas (user_list) : Vsftpd va lui réagir différemment. Lorsque le login sera demandé, et que l'utilisateur tapera "root", il coupera directement la connexion, sans même demander le mot de passe.

C'est une subtilité, mais ce comportement est préféré pour une question de sécurité. Le protocole FTP envoyant les données en clair, cela évite par exemple d'envoyer le mot de passe root pour rien. Le fichier user_list sera utilisé plutôt que ftpusers, même si ce n'est pas le choix par défaut fait pour Fedora.

N'étant pas utilisé, le fichier ftpusers peut être supprimé (vous pouvez tout à fait le conserver et sauter cette étape, au cas où vous voudriez vous en servir ensuite, notez cependant que son contenu est par défaut le même que user_list) en root :

# rm /etc/vsftpd/ftpusers

Nous verrons plus loin la configuration de PAM pour qu'il n'aille plus chercher dans ce fichier. À vous de rentrer les identifiants que vous ne souhaitez pas voir se connecter dans user_list en plus de ceux par défaut. Cela sera pratique pour désactiver un utilisateur virtuel, plutôt que de supprimer puis recréer son compte. Venons-en maintenant au fichier de configuration à proprement parler :

# vi /etc/vsftpd/vsftpd.conf

Vous êtes dans un fichier vide, puisque nous avons renommé celui par défaut. Vous trouverez tous les paramètres possibles du fichier de configuration dans la page de man (man vsftpd.conf). Voici la configuration à entrer, avec la documentation de chaque paramètre :

# http://vsftpd.beasts.org/vsftpd_conf.html ou "man vsftpd.conf"

# Port d'ecoute
listen_port=21

# Banniere de bienvenue
ftpd_banner=Bienvenue sur mon ftp perso

# Fichier de config PAM
pam_service_name=vsftpd

# Mode "standalone"
listen=YES

# Je ne veux pas de connexion anonyme
anonymous_enable=NO

# On autorise les connexions des utilisateurs locaux. C'est indispensable
# pour que les utilisateurs virtuels (mappes sur un utilisateur local)
# puissent se connecter (les "vrais" utilisateurs locaux sont ensuite desactives
# avec le fichier user_list
local_enable=YES

# Fichier de users
userlist_file=/etc/vsftpd/user_list
# Chargement de la liste userlist_file
userlist_enable=YES
# On refuse les utilisateurs de la liste
userlist_deny=YES

# trop restrictif, un utilisateur virtuel pourra ainsi télécharger un fichier même s'il n'est pas world readable
anon_world_readable_only=NO

# Refus des commandes influant sur le système de fichier (STOR, DELE, RNFR, RNTO, MKD, RMD, APPE and SITE)
write_enable=NO

# Refus des droits d'écriture pour les anonymes (et donc utilisateurs virtuels) par défaut
# les autorisations seront données au cas par cas :
# pas d'upload
anon_upload_enable=NO
# pas de création de répertoire
anon_mkdir_write_enable=NO
# pas de création, suppression, renommage de répertoire ...
anon_other_write_enable=NO

# On fait en sorte que les utilisateurs "guest" (non-anonymes) soient mappés sur le compte local "ftp"
guest_enable=YES
guest_username=ftp

# chroot des utilisateurs
chroot_local_user=YES

# Nombre maximum de connexion simultanées
max_clients=50

# Nombre maximum de connexion venant de la même IP
max_per_ip=4

# Dossier de configuration spécifique des utilisateurs
user_config_dir=/etc/vsftpd/vsftpd_user_conf

# On active le log
xferlog_enable=YES

Petit résumé :

  • On écoute sur le port 21/tcp ;
  • On est en standalone ;
  • On refuse les utilisateurs anonymes ;
  • On accepte les utilisateurs système et les utilisateurs virtuels ;
  • Les utilisateurs virtuels sont mappés sur l'utilisateur système "ftp" ;
  • Les utilisateurs n'ont aucun droit d'écriture par défaut ;
  • Ils sont chrootés dans /var/ftp/ ;
  • /etc/vsftpd/vsftpd_user_conf/ sera le dossier pour les configurations d'utilisateurs virtuels ;
  • /etc/vsftpd/user_list contiendra la liste des utilisateurs refusés (pour lesquels on ne demandera même pas le mot de passe).
Note tip.png Mapping utilisateur
Si les utilisateurs virtuels ne sont pas (par définition) des utilisateurs système, ils disposent tout de même de droits (sur les fichiers, dossiers, en écriture, lecture...). Afin de pouvoir gérer ces droits, on "mappe" (relie) ces utilisateurs à un utilisateur système unique (ici "ftp").
Ainsi les droits des utilisateurs virtuels en écriture et lecture seront ceux donnés à l'utilisateur système "ftp".

Ces droits prévalent sur la configuration (même si un utilisateur virtuel a les droits d'écriture dans un dossier, si l'utilisateur "ftp" ne les a pas, l'utilisateur virtuel ne pourra pas écrire).

Note tip.png Standalone ?
Le mode standalone indique que le serveur est autonome, et que le service tourne en permanence.

Xinetd est un meta-démon qui écoute les requêtes, et lance le démon approprié lorsqu'il est sollicité. L'intérêt est donc de ne pas lancer un service et laisser xinetd se charger de le démarrer lorsqu'un utilisateur le sollicitera.
Il permet donc une économie de ressources (processeur, mémoire... et donc électricité). Il peut être intéressant de l'utiliser si la machine est déjà chargée ou/et si le service est très peu utilisé. En contre-partie la première requête subira quelques délais, puisque le démon approprié devra être démarré.

InProgress tip.png Attention !
Pensez à ouvrir les ports 20/tcp et 21/tcp de votre pare-feu, et à faire une redirection de port si vous êtes derrière un routeur. Si vous avez changé les valeurs de ces ports dans le fichier de configuration, modifiez vos pare-feu et routage en conséquence.

Pour plus de sécurité, on réduit les droits sur le fichier de configuration :

# chmod 600 /etc/vsftpd/vsftpd.conf

4 Utilisateurs virtuels

Il est temps maintenant de créer la base contenant nos utilisateurs virtuels. Comme précisé, nous nous laissons le choix du format : berkeley ou mysql. Lisez le chapitre correspondant à votre choix de base.

4.1 Format berkeley

Nous partirons d'un fichier texte simple, comprenant les logins et les mots de passe, puis nous utiliserons une commande pour transformer ce fichier en format db. Le format du fichier est simplissime, un mot par ligne, et on écrit dans l'ordre le login, le pass, le login, le pass, etc.

Pour exemple la création d'une base contenant deux utilisateurs :

  • titi dont le mot de passe est passtiti
  • toto dont le mot de passe est passtoto

Rendez-vous dans /etc/vsftpd/ et en root créez un fichier nommé login.txt :

# cd /etc/vsftpd/
# vi login.txt

Et voici ce que contiendra le fichier :

titi
passtiti
toto
passtoto

InProgress tip.png Attention !
Ce fichier doit se terminer par un retour à la ligne.

Nous allons maintenant créer le fichier .db à partir de celui-ci. Pour cela nous devons utiliser la commande db_load, fournie par le paquet db4-utils. Si ce paquet n'est pas installé, faites-le de cette façon :

# dnf install db4-utils

Une fois cela fait, toujours depuis le dossier /etc/vsftpd/, en root tapez :

# db_load -T -t hash -f login.txt login.db

Nous verrons plus loin que l'on peut intégrer cette commande à un script pour re-générer plus facilement la base. Nous disposons maintenant d'un fichier /etc/vsftpd/login.db. Pour plus de sécurité, on réduit les droits sur les fichiers utilisateurs :

# chmod 600 login.*

4.1.1 Se simplifier la vie

La commande pour générer le fichier .db à partir du .txt est lourde à retenir, et de plus il est intéressant de pouvoir générer un fichier de configuration spécifique vide pour chaque utilisateur pour ne pas avoir d'erreur. Voici un petit script (surement optimisable) appelé txt2db.sh faisant cela pour vous. Il re-génère le fichier .db, et crée un fichier de config vide s'il n'existe pas. En voici le contenu :

#!/bin/sh
if [ $# = "2" ]; then
        rm -f $2
        db_load -T -t hash -f $1 $2
        chmod 600 /etc/vsftpd/login.*
        echo "Base crée"
        lignes=$(cat $1)
        nb=1
        for ligne in $lignes
        do
                if [ $(($nb%2)) -ne 0  ];
                then
                        if [ ! -e vsftpd_user_conf/$ligne ];
                        then
                                touch /etc/vsftpd/vsftpd_user_conf/$ligne
                                echo "fichier $ligne crée"
                        fi
                fi
                nb=$(($nb+1))
        done
else
        echo "Il faut donner le fichier d'entrée et le fichier de sortie"
fi

et son utilisation :

# cd /etc/vsftpd/
# chmod +x txt2db.sh --> à ne faire que la première fois
# ./txt2db.sh login.txt login.db

Ce script lie les lignes du login.txt et pour chaque login, vérifie si un fichier de configuration existe. Si ce n'est pas le cas il en crée un vide. Auparavant il génère le fichier .db. L'autre souci est que si vous supprimez un utilisateur du login.txt, il restera toujours le fichier spécifique de configuration. Voici un script appelé "cleanconf.sh" qui supprime tous les fichiers spécifiques n'ayant pas de login associé. Son contenu :

fichiers=$(ls /etc/vsftpd/vsftpd_user_conf)
users=""
lignes=$(cat /etc/vsftpd/login.txt)
nb=1
for ligne in $lignes
do
        if [ $(($nb%2)) -ne 0  ];
        then
                users="$users $ligne"
        fi
       nb=$(($nb+1))
done
for conf in $fichiers
do
        found=0
        for user in $users
        do
                if [ $conf = $user ];
                then
                        found="1"
                fi
        done
        if [ $found != "1" ];
        then
                rm -f vsftpd_user_conf/$conf
                echo "Fichier $conf supprimé"
        fi
done

Son utilisation :

# chmod +x cleanconf.sh
# ./cleanconf.sh

Voila qui simplifiera un peu la vie.

4.2 Base MariaDB

Note tip.png Serveur mysql
Cette section de la documentation suppose que vous ayez un serveur mysql fonctionnel. Pour cela, vous pouvez vous aider de la page dédiée à ce serveur de ce site.

Le module pam_mysql offre l'avantage intéressant de pouvoir loguer dans la base de données les évènements relatifs aux connexions. De plus, sa configuration souple permet de l'adapter à n'importe quelle table mysql et donc ainsi de pouvoir utiliser une base utilisateur déjà existante (dans le cadre d'un hébergement multi-services par exemple). Pour l'exemple nous créerons un utilisateur dont le login sera titi et le mot de passe sera passtiti. La base de données contenant les informations sera vsftpd. Les mots de passe de nos utilisateurs seront cryptés au format md5. Dans un premier temps, il faut installer le module pam_mysql :

# dnf install pam_mysql

Ensuite il faut démarrer le service mariadb :

# systemctl start mariadb.service

Créez une base de données, qui ensuite contiendra deux tables :

  • users : table des utilisateurs ;
  • log : évènements de connexion.

La table de log est optionnelle. Voici les scripts SQL à exécuter pour créer ces deux tables :

CREATE TABLE  `vsftpd`.`users` (
`id_user` int(11) NOT NULL auto_increment,
`login` varchar(50) NOT NULL,
`password` varchar(100) NOT NULL,
`active` int(11) NOT NULL,
PRIMARY KEY  (`id_user`)
) ENGINE=MyISAM AUTO_INCREMENT=4 DEFAULT CHARSET=latin1;

CREATE TABLE  `vsftpd`.`log` (
`id_log` int(11) NOT NULL auto_increment,
`login` varchar(50) NOT NULL,
`message` varchar(200) NOT NULL,
`pid` varchar(10) NOT NULL,
`host` varchar(30) NOT NULL,
`time` datetime default NULL,
PRIMARY KEY  (`id_log`)
) ENGINE=MyISAM AUTO_INCREMENT=9 DEFAULT CHARSET=latin1;

Pour la table des utilisateurs, nous utilisons un champ 'active' qui aura la valeur 1 ou 0 permettant de désactiver temporairement l'accès à un utilisateur sans pour autant en supprimer le compte. Pour la table de log, nous stockerons le login incriminé, le message relatif à l'évènement, le pid, le host de la personne et la date ainsi que l'heure de l'évènement.

Il ne nous reste plus qu'à utiliser un utilisateur :

$ mysql -u <votre_user_mysql> --password=<votre_password_mysql> -e "INSERT INTO vsftpd.users (login,password,active) VALUES('titi',md5('passtiti'),1)"

Vous remarquez que l'on crypte le mot de passe en md5, et que l'on active cette utilisateur (active=1). Vérifions que notre utilisateur est ajouté :

$ mysql -u <votre_user_mysql> --password=<votre_password_mysql> -e "SELECT * FROM vsftpd.users"
+---------+-------+----------------------------------+--------+
| id_user | login | password                         | active |
+---------+-------+----------------------------------+--------+
|       1 | titi  | 7571fd2482115bad7310b422847f014e |      1 | 
+---------+-------+----------------------------------+--------+

Notre utilisateur est bien ajouté. Si on souhaite lui interdire l'accès, on pourra soit supprimer son compte, soit mettre 'active' à 0.

5 PAM

Note tip.png PAM
PAM (Pluggable Authentication Modules) est un système d'authentification modulaire permettant la gestion de l'authentification des utilisateurs. Les programmes utilisant PAM n'ont pas besoin d'implémenter leur propre gestion d'authentification. De plus, PAM permet d'établir des stratégies d'authentification et supporte de nombreux formats de stockage.

Notre base d'utilisateurs étant créée, configurons PAM pour qu'il l'utilise. Comme apache (par exemple), PAM utilise pour sa configuration un dossier, /etc/pam.d/, comportant les fichiers de configuration des services qui l'utilisent. Un fichier /etc/pam.d/vsftpd existe déjà, mais comme expliqué plus haut, il n'est pas utilisé pas dans son intégralité. Voici donc le contenu complet que ce fichier doit avoir (et rien de plus). Utilisez le chapitre selon le type de base de données que vous avez utilisé :

5.1 Base berkeley

#%PAM-1.0
auth sufficient pam_unix.so
account sufficient pam_unix.so
auth       required     /lib64/security/pam_userdb.so db=/etc/vsftpd/login
account    required     /lib64/security/pam_userdb.so db=/etc/vsftpd/login

Les lignes 2 et 3 permettent la connexion des utilisateurs système, les 4 et 5 la connexion des utilisateurs virtuels placés dans notre base.

On peut relancer notre serveur :

# systemctl restart vsftpd.service

5.2 Base MySQL

#%PAM-1.0
auth sufficient pam_unix.so
account sufficient pam_unix.so
auth required /lib64/security/pam_mysql.so verbose=0 user=<votre_user_mysql> passwd=<votre_pass_mysql> host=127.0.0.1 db=vsftpd table=users usercolumn=login passwdcolumn=password crypt=3 where=users.active=1 sqllog=yes logtable=log logmsgcolumn=message logusercolumn=login logpidcolumn=pid loghostcolumn=host logtimecolumn=time
account required /lib64/security/pam_mysql.so verbose=0 user=<votre_user_mysql> passwd=<votre_pass_mysql> host=127.0.0.1 db=vsftpd table=users usercolumn=login passwdcolumn=password crypt=3 where=users.active=1 sqllog=yes logtable=log logmsgcolumn=message logusercolumn=login logpidcolumn=pid loghostcolumn=host logtimecolumn=time

Tous les paramètres mis après 'where' ne sont à utiliser que si vous utilisez le log dans la base mysql. J'ai utilisé '127.0.0.1' pour le host, mais il faut évidemment l'adapter en mettant l'adresse IP de votre serveur MariaDB. Voici en détail des paramètres :

  • verbose : permet d'afficher plus d'informations, seulement utile lors du débogage ;
  • user : utilisateur mysql ;
  • passwd : mot de passe mysql ;
  • host : hôte du serveur mysql ;
  • db : nom de la base de données ;
  • table : nom de la table pour les utilisateurs ;
  • usercolumn : nom de la colonne contenant les logins ;
  • passwdcolumn : nom de la colonne contenant les mots de passe ;
  • crypt : type de cryptage, 3 indique que l'on utilise du md5 ;
  • where : close supplémentaire à rajouter dans la requête, ici on s'en sert pour utiliser le paramètre 'active' ;
  • sqllog : yes indique que l'on veut logger dans une table les évènements ;
  • logtable : nom de la table contenant les logs ;
  • logmsgcolumn : Nom de la colonne contenant le message de log ;
  • logusercolumn : Nom de la colonne contenant le login pour le log ;
  • logpidcolumn : Nom de la colonne contenant le pid pour le log ;
  • loghostcolumn : Nom de la colonne contenant le host pour le log ;
  • logtimecolumn : Nom de la colonne contenant la date et l'heure pour le log.

Plus d'infos sur pam_mysql sur cette page.

6 Attribution/Personnalisation des droits

Testons notre serveur :

$ ftp localhost

Entrez "titi" pour utilisateur et "passtiti" comme mot de passe. La connexion doit être établie.

Placez un fichier dans /var/ftp/ (lisible par l'utilisateur ftp) et reconnectez-vous. Une fois connecté, tapez la commande ls. Vous devez voir votre fichier.

Si nous avons créé des utilisateurs virtuels, c'est pour que chacun d'eux puisse avoir des droits différents, et même leur espace propre. Vous avez vu que dans la configuration, nous utilisons la directive "user_config_dir=/etc/vsftpd/vsftpd_user_conf".
Ce dossier nous permet de stocker dans des fichiers séparés des configurations spécifiques à chaque utilisateur. Dans ces fichiers, on entre des paramètres, les mêmes que ceux du fichier de configuration, qui seront prioritaires par rapport à ce dernier.
Généralement, on y modifie le "local_root" et les droits d'écriture. On y met un fichier par utilisateur, et le fichier porte le même nom que le login de l'utilisateur auquel il fait référence.

Créons un dossier titi dans /var/ftp/, changeons son propriétaire puis modifions le "local_root" et les droits d'écriture pour cet utilisateur :

# mkdir /var/ftp/titi/
# chown ftp:ftp /var/ftp/titi/
# echo "local_root=titi" > /etc/vsftpd/vsftpd_user_conf/titi
# echo "write_enable=YES" >> /etc/vsftpd/vsftpd_user_conf/titi
# echo "anon_upload_enable=YES" >> /etc/vsftpd/vsftpd_user_conf/titi
# echo "anon_mkdir_write_enable=YES" >> /etc/vsftpd/vsftpd_user_conf/titi
# echo "anon_other_write_enable=YES" >> /etc/vsftpd/vsftpd_user_conf/titi

Notez que l'on aurait pu mettre un répertoire absolu pour le "local_root", par exemple /var/www/html/le_site_de_titi/, mais en s'assurant que l'utilisateur ftp ait les droits adéquats sur ce dossier. Reconnectez-vous avec l'utilisateur titi, il vous est maintenant possible de déposer des fichiers. Reportez-vous à la page de man pour les détails sur les paramètres de configuration.

7 Erreurs possibles

Il est possible que parfois lorsque vous vous connectez, vous rencontriez une de ces erreurs :

  • 500 OOPS: reading non-root config file :
    Cela intervient si l'utilisateur n'a pas de fichier spécifique dans /etc/vsftpd/vsftpd_user_conf (même vide). Il semble que ce soit un bogue. Si vous avez ce souci, créez un fichier pour cet utilisateur. Nous verrons ensuite que l'on peut faire cela automatiquement.
  • 500 OOPS: cannot change directory:<repertoire> :
    Dans ce cas, entrez :
$ su -lc "setsebool -P ftp_home_dir 1"
  • 500 OOPS: vsftpd: refusing to run with writable anonymous root :
    Il faut enlever le droit d'écriture sur le répertoire root :
# chmod u-w /le/local/root

Ensuite il faut s'assurer que le local_root appartient bien au user et groupe ftp.

8 Conclusion

Voilà un serveur FTP prêt, avec une gestion facile d'utilisateurs virtuels. Il est de plus pour chaque utilisateur possible de modifier chaque valeur de la configuration principale, ce qui rend la gestion des utilisateurs virtuels très souple.

9 Références