Xmonad

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : SebastienWillmann

1 Introduction

Le rôle principal d’un gestionnaire de fenêtre est de contrôler la taille et la position des fenêtres du bureau. Les gestionnaires de fenêtres classiques laissent l’utilisateur déplacer et redimensionner manuellement les fenêtres. Il existe cependant une catégorie de gestionnaires de fenêtres, appelés gestionnaire de fenêtres « pavants » (tiling window manager en anglais), qui redimensionnent automatiquement les fenêtres de manière à occuper tout l’espace disponible. Ainsi, les fenêtres occupent toujours tout l’espace disponible du bureau, en évitant de se cacher mutuellement, sans que l’utilisateur n’ait à intervenir.

Xmonad fait partie de cette catégorie de gestionnaire de fenêtres. Il s’agit d’un gestionnaire de fenêtres minimaliste mais très configurable, possédant de nombreuses extensions qui lui rajoutent autant de possibilités. Il peut être utilisé seul ou en remplacement du gestionnaire de fenêtres d’un environnement de bureau comme Gnome ou KDE.

Le but de cet article est d’expliquer comment installer Xmonad sur fedora, et comment configurer les fonctionnalités essentielles.

2 Installation

Xmonad est fourni par le paquet nommé xmonad. Ce paquet contient le minimum, mais des extensions sont disponibles dans le paquet ghc-xmonad-contrib.

# yum install xmonad ghc-xmonad-contrib

Un paquet pour Gnome, xmonad-gnome, est également disponible. Il permet d’ajouter une session « xmonad-gnome » dans le gestionnaire de sessions, séparée de la session Gnome normale.

Note tip.png Dépendances
Des paquets de développement, ainsi que ghc, le compilateur du langage Haskell, seront installés pour satisfaire les dépendances. Ceci est normal, ces paquets sont nécessaires pour la configuration d’Xmonad.

3 Lancement

Il est possible d’utiliser Xmonad seul ou avec un environnement de bureau.

3.1 Xmonad seul

Pour lancer Xmonad seul, choisissez simplement « xmonad » lors de l’ouverture de votre session.

3.2 Xmonad avec Gnome

Comme dit plus haut, le paquet xmonad-gnome permet de créer une session Gnome avec Xmonad séparée de la session Gnome classique, et déjà configurée avec Xmonad. Cependant, l’utilisation d’Xmonad ne permet que le mode dégradé de Gnome.

3.3 Xmonad avec KDE

Il faut commencer par donner une configuration de base à Xmonad, afin qu’il s’intègre bien à KDE. Créez le fichier ~/.xmonad/xmonad.hs et insérez-y le contenu suivant :

import Xmonad
import Xmonad.Config.Kde

main = xmonad kde4Config

Il s’agit d’une configuration minimale qui pourra être enrichie par la suite.

Créez ensuite le fichier ~/.kde/env/set_window_manager.sh et insérez l’unique ligne :

KDEWM=/usr/bin/xmonad

Fermez votre session et ouvrez la à nouveau : KDE utilise maintenant Xmonad comme gestionnaire de fenêtres.

4 Utilisation

Nous allons maintenant décrire l’utilisation de base d’Xmonad seul. Si vous utilisez Xmonad avec un environnement de bureau, la plupart des commandes s’appliquent également, mais certaines peuvent être différentes afin de mieux correspondre à l’environnement d’origine. Notez également que toutes les commandes sont configurables.

4.1 Prise en main

Xmonad est conçu pour être contrôlable entièrement au clavier. Toutes les commandes s’effectuent avec une combinaison de la touche [Alt] et d’autres touches. Commençons par ouvrir un terminal : appuyez sur les touches [Alt], [Maj] et [Entrée]. Un terminal xterm s’ouvre. Comme il est seul sur le bureau, il prend tout l’espace disponible et apparaît en plein écran. À partir de ce terminal, lancez un navigateur, par exemple firefox &. Xmonad réduit la taille du terminal et ouvre le navigateur dans l’espace libéré. Vous avez maintenant un écran séparé en deux fenêtres. Vous pouvez naviguer entre les fenetres à l’aide de [Alt] + [j] et [Alt] + [k] ([Alt] + [Tab] fonctionne également). La fenêtre active est indiquée par un cadre rouge.

Comment Xmonad gère-t-il la disposition des fenêtres ? Pourquoi a-t-il séparé l’écran verticalement plutôt qu’horizontalement ? En fait, Xmonad a plusieurs comportements disponibles. Par défaut, il sépare l’écran en une zone principale (à gauche) qui contient une fenêtre et une zone secondaire qui contient toutes les autres fenêtres. La taille de la zone principale peut être modifiée à l’aide de [Alt] + [h] et [Alt] + [l]. Le nombre de fenêtres dans la zone principale peut être augmenté ou diminué avec [Alt] + [,] et [Alt] + [.]. D’autres comportements sont disponibles par défaut : l’un est similaire, mais place la zone principale en haut de l’écran plutôt qu’à gauche, et l’autre consiste simplement à n’afficher que la fenêtre active en plein écran, les autres étant invisibles. Pour alterner ces comportement, appuyez sur [Alt] + [Espace].

Lorsque le nombre de fenêtres devient important, la taille disponible pour chaque fenêtre est évidemment trop faible. Il faut donc pouvoir utiliser plusieurs bureaux. Normalement, on change de bureau à l’aide de [Alt] + [[Numéro du bureau]] et on déplace la fenêtre active vers un autre bureau avec [Alt] + [[Numéro du bureau] (en utilisant les chiffres du clavier principal, pas du clavier numérique). Cependant, la configuration par défaut est prévue pour un clavier QWERTY US, avec les touches numériques accessibles directement, et ces commandes ne fonctionnent pas avec le clavier AZERTY français. Heureusement, il est possible de configurer Xmonad pour corriger ce problème.

Enfin, pour quitter Xmonad, appuyez sur [Alt] + [Maj] + [q].

4.2 Liste des commandes

Voici la liste des commandes par défaut (également disponibles dans man xmonad :

  • [Alt] + [Maj] + [Entrée] : lancer un terminal
  • [Alt] + [p] : lancer une commande avec dmenu (le paquet demenu doit être installé)
  • [Alt] + [Maj] + [p] : lancer une commande avec gmrun (le paquet gmrun doit être installé)
  • [Alt] + [Maj] + [c] : fermer la fenêtre active
  • [Alt] + [Espace] : alterner les différents modes d’agencement
  • [Alt] + [Maj] + [Espace] : réinitialiser l’agencement
  • [Alt] + [n] : rétablir la fenêtre active à la taille correcte
  • [Alt] + [Tab] : sélectionner la fenêtre suivante
  • [Alt] + [Maj] + [Tab] : sélectionner la fenêtre précédente
  • [Alt] + [j] : sélectionner la fenêtre suivante
  • [Alt] + [k] : sélectionner la fenêtre précédente
  • [Alt] + [m] : sélectionner la fenêtre principale
  • [Alt] + [Entrée] : permuter la fenêtre principale et la fenêtre sélectionnée
  • [Alt] + [Maj] + [j] : permuter la fenêtre sélectionnée et la fenêtre suivante
  • [Alt] + [Maj] + [k] : permuter la fenêtre sélectionnée et la fenêtre précédente
  • [Alt] + [h] : rétrécir la zone principale
  • [Alt] + [l] : agrandir la zone principale
  • [Alt] + [t] : réattacher la fenêtre
  • [Alt] + [,] : augmenter le nombre de fenêtres dans la zone principale
  • [Alt] + [.] : diminuer le nombre de fenêtres dans la zone principale
  • [Alt] + [b] : afficher/cacher la barre de statut (s’il y en a une)
  • [Alt] + [Maj] + [q] : quitter Xmonad
  • [Alt] + [q] : redémarrer Xmonad (pour recharger la configuration)
  • [Alt] + [[1..9]] : aller sur le bureau N
  • [Alt] + [Maj] + [[1..9]] : envoyer la fenêtre sur le bureau N
  • [Alt] + [{w,e,r}] : (multi-écrans) aller sur l’écran 1, 2 ou 3
  • [Alt] + [Maj] + [{w,e,r}] : (multi-écrans) envoyer la fenêtre sur l’écran 1, 2 ou 3
  • [Alt] + [Souris 1] : détacher et déplacer la fenêtre
  • [Alt] + [Souris 2] : mettre la fenêtre sur le haut de la pile
  • [Alt] + [Souris 3] : détacher et redimensionner la fenêtre

5 Configuration

Xmonad cherche sa configuration dans <chemin>~/.xmonad/xmonad.hs</chemin> (vous avez déjà créé ce fichier si vous avez suivi la procédure pour utiliser Xmonad avec KDE). L’extension « .hs » indique qu’il s’agit d’un fichier source Haskell : la configuration est en effet écrite directement en Haskell. Si vous connaissez le Haskell, vous avez donc une grande souplesse pour définir la configuration. Si ne vous connaissez pas le Haskell, rassurez-vous, nous nous contenterons de changer simplement des valeurs, ce qui est largement suffisant pour la plupart des utilisations. Aucune connaissance n’est prérequise.

Dans cette section, nous changerons ponctuellement les valeurs qui nous intéressent. Il est également possible de partir de la configuration complète disponible ici : http://www.haskell.org/haskellwiki/Xmonad/Config_archive/Template_xmonad.hs_(0.9). Cette configuration reprend la configuration par défaut, vous ne constaterez donc aucune différence si vous l’utilisez telle quelle. Il s’agit cependant d’un bon point de départ montrant toutes les possibilités de la configuration.

5.1 Une configuration minimale

Note tip.png Note aux utilisateurs de KDE
Vous avez déjà une configuration minimale si vous avez suivi les instructions pour utiliser Xmonad avec KDE.

La configuration minimale est la suivante :

import XMonad

main = xmonad defaultConfig

Comme vous vous en doutez certainement, on démarre ici Xmonad avec la configuration par défaut, sans rien changer. Il existe d’autres configuration pré-conçues. Pour gagner du temps, vous pouvez utiliser une configuration qui règle le problème du changement de bureau pour les claviers azerty :

import XMonad
import XMonad.Config.Azerty

main = xmonad azertyConfig

Il est également possible de régler ce problème dans la configuration des touches.

Pour tester la configuration, appuyez sur [Alt] + [q]. Si la configuration ne contient pas d’erreur, Xmonad est rechargé avec la nouvelle configuration. Sinon, un message d’erreur apparait.

5.2 Modifier la configuration

On modifie les valeurs de la configuration de base en affectant des nouvelles valeurs aux propriétés que l’on désire changer. Ces affectations se font entre accolades et doivent être placées juste après la configuration par défaut, et sont séparées par des virgules. Exemple :

import XMonad

main = xmonad $ defaultConfig
     { borderWidth = 2
     , terminal = "urxvt"
     , normalBorderColor = "#cccccc"
     , focusedBorderColor = "#cd8b00"
     }

Ceci signifie : « démarrer xmonad avec la configuration par défaut, mais changer la largeur et la couleur des bordures et le terminal par défaut ».

À propos de la syntaxe :

  • J’ai placé les virgules en début de ligne. Il s’agit d’un usage courant en Haskell, mais ce n’est pas une obligation, vous pouvez parfaitement placer les virgules en fin de ligne si vous préférez.
  • Le signe « $ » équivaut à ouvrir une parenthèse et à la refermer à la fin de la commande. J’aurais pu écrire :
main = xmonad ( defaultConfig
     { borderWidth = 2
     , terminal = "urxvt"
     , normalBorderColor = "#cccccc"
     , focusedBorderColor = "#cd8b00"
     } )

Il se peut que certaines lignes de configuration deviennent longues. Pour mieux organiser votre fichier de configuration, vous pouvez utiliser des variables. Par exemple :

import XMonad
myBorderWidth = 2
myTerminal = "urxvt"
myNormalBorderColor = "#cccccc"
myFocusedBorderColor = "#cd8b00"

main = xmonad $ defaultConfig
     { borderWidth = myBorderWidth
     , terminal = myTerminal
     , normalBorderColor = myNormalBorderColor
     , focusedBorderColor = myFocusedBorderColor
     }

Ici, nous ne gagnons pas grand chose à utiliser des variables, mais elles peuvent être pratiques si les options deviennent des expressions plus complexes.

5.2.1 Modifier les commandes clavier

Par défaut, les commandes xmonad sont des combinaisons de [Alt] gauche et une autre touche. Vous pouvez changer cette touche en modifiant la propriété « modMask ». Par exemple, pour remplacer [Alt] par [Super], utilisez :

modMask = mod4Mask

Pour la touche [Alt] droite, il s’agit de mod3Mask.

La redéfinition des commandes elles-mêmes est un peu spéciale. En effet, comme vous pouvez le constater si vous avez regardé le fichier de configuration complet, il n’y a qu’une seule propriété « key » pour toute la configuration des touches. Or vous ne voulez changer que quelques commandes, ou en ajouter de nouvelles, et vous n’avez pas besoin pour ça de toutes les redéfinir. Nous allons donc utiliser un module qui nous permettra de ne modifier que les commandes qui nous intéresse.

Ajoutez d’abord l’import suivant :

import XMonad.Util.EZConfig

Puis ajoutez les lignes suivantes après votre configuration :

main = xmonad $ defaultConfig
     { -- Votre configuration ici
     }
     `additionalKeysP`
     [ ("M-m", sendMessage Shrink)
     , ("M-<Backspace>", spawn "xmessage hahaha")
     ]

Pour connaître les différentes actions configurables, consultez le fichier de configuration complet. Notez toutefois que la syntaxe pour les touches que j’utilise ici est différente de celle utilisée dans ce fichier : elle ressemble à la syntaxe d’emacs et est plus facile à lire. Si vous préférez utiliser la syntaxe d’origine, utilisez la fonction additionalKeys au lieu de additionalKeysP.

Une liste des touches spéciales est disponible ici : http://xmonad.org/xmonad-docs/xmonad-contrib/XMonad-Util-EZConfig.html

5.2.2 Faire « flotter » certaines fenêtres

Pour certaines applications, vous ne voudrez certainement pas qu’Xmonad redimensionne la fenêtre. Par exemple, vous ne voudrez pas que votre lecteur vidéo soit déformé. Il est heureusement possible de configurer certaines fenêtres pour qu’Xmonad les fasse flotter par défaut, voire les ignore totalement.

Par défaut, Xmonad fait flotter les fenêtres de Gimp et de Mplayer. La configuration ressemble à ceci :

manageHook = composeAll
	    [ className =? "MPlayer"        --> doFloat
	    , className =? "Gimp"           --> doFloat ]

Que mettre à la place des valeurs "MPlayer" et "Gimp" si vous voulez faire flotter d’autres applications ? Il faut pour cela déterminer le className de la fenêtre. Lancez la commande xprop | grep WM_CLASS. Votre curseur de souris se transformera en réticule. Cliquez alors sur la fenêtre que vous souhaitez faire flotter. Une ou plusieurs valeurs s’afficheront, et c’est une des ces valeurs que vous devrez utiliser. Par exemple, si la commande renvoi « WM_CLASS(STRING) = "Toto", "toto" », vous pourrez faire flotter la fenêtre en ajoutant dans la configuration :

manageHook = composeAll
	    [ className =? "Toto"        --> doFloat]

Vous pouvez également utiliser doIgnore à la place de doFloat si vous voulez qu’Xmonad ignore totalement la fenêtre. Attention, vous ne pourrez même pas déplacer la fenêtre ni la rendre active !

5.2.3 Lancer des commandes au démarrage

Si vous utilisez Xmonad avec un environnement de bureau, celui-ci s’occupe déjà de plusieurs fonctionnalités et vous permet d’ajouter des applications à lancer au démarrage. Mais si vous utilisez Xmonad seul, vous voudrez probablement lancer certaines commandes au démmarage, par exemple pour avoir un économiseur d’écran. Xmonad vous permet d’effectuer des actions au démarrage via la propriété startupHook. Voici un exemple d’utilisation :

startupHook = do
    spawn "xscreensaver" -- Pour avoir un économiseur d’écran
    spawn "/usr/libexec/notification-daemon" -- Pour afficher les notifications

Toutes les lignes après le do doivent être indentées, et avec le même nombre d’espaces.

Attention : ces commandes seront exécutées à nouveau si vous rechargez Xmonad avec [Alt] + [Q].

5.3 Plus de configuration

Il n’est pas possible de couvrir l’ensemble de toutes les configurations possibles pour Xmonad, par conséquent seule les configurations de base sont ici données pour vous permettre de « survivre » dans votre nouvel environnement. Mais de nombreuses autres options sont disponibles, comme par exemple :

  • Changer les stratégies de disposition des fenêtres ;
  • Ajouter une barre de statut ;
  • Faire apparaître les applications sur des bureaux spécifiques ;
  • etc.

Pour avoir un aperçu des possibilités, le mieux est encore de parcourir une liste d’exemple disponible à l’adresse suivante http://www.haskell.org/haskellwiki/Xmonad/Config_archive#Configs_for_the_current_XMonad_release_.280.9..2A.29:

6 Références