Installation et configuration de MySQL

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : RemiCollet
Avec l'aimable contribution de : NicolasBerrehouc
InProgress tip.png Attention !
Depuis Fedora 19, l'utilisation de MySQL est dépréciée au profit de MariaDB qui est un fork de MySQL depuis 2009. Sauf besoin contraire préférez suivre Installation et configuration de MariaDB.

Il reste cependant possible d'utiliser MySQL et ce tutoriel qui reste d'actualité.

Mysql logo.gif

1 Présentation de MySQL

Depuis 2009, MySQL a été racheté par Oracle et fournit de nombreuses solutions pour les bases de données.

Le serveur de Bases de données MySQL est leur principal produit.

Il existe plusieurs versions :

Quelques liens :

2 Installation de MySQL

Il fait partie des logiciels fournis avec la distribution Fedora.

Des RPM sont aussi disponibles sur le site officiel, cependant ils n'utilisent pas la même structure que ceux de la distribution, leur utilisation est donc fortement déconseillée (incompatibilité notoire).

2.1 Installation

Son installation est donc très simple grâce à DNF :

# dnf install community-mysql-server
InProgress tip.png Attention !
Nom du serveur

Avant de lancer MariaDB, il faut s'assurer que la machine possède un nom et surtout pas le localhost proposé lors de l'installation. On peut utiliser la commande hostname pour vérifier. Au besoin changer avec la commande

# hostnamectl set-hostname <nom_machine>

2.2 Activation

Le service doit être démarré afin d'accéder à ses fonctionnalités :

# systemctl start mysqld.service

Lors du premier lancement, le script déclenche la création d'une base vierge.

Afin de s'assurer que le service a bien démarrer sans erreur, il suffit de saisir :

# systemctl status mysqld.service

Test de fonctionnement :

$ mysql --user root --execute "select version()"
+-----------------+
| version()       |
+-----------------+
| 5.1.20-beta-log | 
+-----------------+
 

2.3 Sécurisation

MySQL n'utilise pas les comptes Unix mais gère ses propres utilisateurs et mots de passe.

Par défaut, lors de l'installation, le compte root (au sens MySQL) est créé sans mot de passe.
Il est donc, au minimum, nécessaire de le modifier rapidement (surtout si votre machine est accessible sur un réseau).

La solution la plus complète, consiste à utiliser le script de sécurisation fourni avec MySQL.

$ mysql_secure_installation

Il vous sera proposé de

  • Change the root password? => modifier le mot de passe de l'administrateur
  • Remove anonymous users? => supprimer les utilisateurs anonymes
  • Disallow root login remotely? => interdire les connexions distantes de l'administrateur
  • Remove test database and access to it? => supprimer la base de test et les droits associés
  • Reload privilege tables now? => recharger les privilèges pour prise en compte immédiate

En répondant Y (oui) à toutes ces question, on obtient (théoriquement) un serveur sécurisé.

Un solution rapide pour uniquement modifier le mot de passe administrateur

$ mysql --user root
mysql> UPDATE mysql.user SET Password = PASSWORD('votresecret') WHERE User = 'root';
mysql> FLUSH PRIVILEGES;
mysql> exit
 
InProgress tip.png Attention !
mysqladmin password

La commande officielle permettant de modifier le mot de passe d'un utilisateur, ne le modifie que pour la connexion courante (couple utilisateur / machine). Un même utilisateur peut donc avoir plusieurs mots de passe différents (en fonction de la source de la connexion). Cette commande présente donc des inconvénients importants.

Une fois cette opération accomplie, il vous faudra ajouter l'option --password à la ligne de commande lors de l'invocation de mysql. Le mot de passe de l'utilisateur vous sera alors demandé (ce n'est pas le cas par défaut). Par exemple :

$ mysql --user root --password --execute "select version()"
Enter password: 
+-----------+
| version() |
+-----------+
| 5.1.42    | 
+-----------+
 

2.4 Fichiers et dossiers à connaitre

  • /etc/my.cnf : le fichier de configuration principal
  • ~/.my.cnf : le fichier de configuration pour l'utilisateur
  • /var/log/mysqld.log : le journal du serveur
  • /var/lib/mysql/ : le dossier contenant les données du serveur (les bases de données)

3 Exploitation

3.1 Journaux

En raison d'un dysfonctionnement étrange, le service ne fournit plus de script automatisant la rotation du journal. Il est donc nécessaire de surveiller la taille du fichier /var/log/mysqld.log.

Un solution consiste à le déplacer, après une sauvegarde à froid et avant de relancer le service.

3.2 Sauvegarde à froid

Il suffit de sauvegarder le dossier /var/lib/mysql/ lorsque le service est arrêté. C'est la solution la plus simple mais elle nécessite l'arrêt du service.

Par exemple (script minimum)

$ su -
# systemctl stop mysqld.service
# tar czf /root/save-mysql.tgz -C /var/lib mysql -C /var/log mysqld.log
# systemctl start mysqld.service

3.3 Sauvegarde à chaud

Il s'agit d'utiliser la commande mysqldump pour réaliser une sauvegarde sans arrêter le service.

$ MYSQL_PWD=vottresecret mysqldump --user root --all-databases | gzip >save.mysql.sql.gz

Remarques :

  • le mot de passe est passé par l'environnement pour ne pas apparaitre dans la liste des processus (ps)
  • le fichier résultat contient les commandes SQL nécessaires à la création des données
  • les tables sont verrouillées pendant la sauvegarde (écriture impossible)
  • le moteur InnoDB ne gère pas correctement ce type de sauvegarde

4 Configuration

De très nombreuses options de configuration permettent d'optimiser le fonctionnement d'un serveur MySQL.

Plusieurs exemples sont fournis par le projet et sont enregistrés dans le dossier /usr/share/doc/mysql-server-#.#.##

  • my-small.cnf : adapté à une petite configuration ou une machine de développement.
  • my-medium.cnf
  • my-large.cnf : serveur dédié ou avec 512 Mo dédié à MySQL
  • my-huge.cnf : pour les serveurs en production avec 1 à 2 Go dédié à MySQL
  • my-innodb-heavy-4G.cnf : pour les Entrepôts de données (peu de connexions, mais de grosses requêtes).


Parmi les options courantes, on citera :

  • old_passwords : pour accepter les connexions depuis d'anciens clients (activé par défaut chez Redhat/Fedora), à désactiver juste "après" l'installation et "avant" de changer les mots de passe.
  • max_connexions : nombre maximum de connexions simultanées
  • log-bin : nom des journaux binaires (qui permettent de rejouer les mises à jour en cas de plantage du serveur)
  • datadir : dossier contenant les données (l'utilisation d'un dossier non standard nécessite une configuration SELinux, type=mysqld_db_t)

5 Reset du mot de passe root

Lors de la perte du mot de passe root de mysql, il est possible de changer celui ci en lançant MySQL sans gestion des droits utilisateurs. La première étape est d'arreter le serveur MySQL puis de le relancer dans un mode spécial (voir la doc sur le site de MySQL pour plus détail). Il est alors possible d'utiliser mysql sans se logguer pour y changer le mot de passe root. Pour finir, le serveur MySQL est arreté puis relancé normalement.

# systemctl stop mysqld.service
# mysqld_safe --skip-grant-tables --skip-networking  &
# mysql
mysql> UPDATE mysql.user SET Password=PASSWORD('NouveauMotDePasse') WHERE User='root';
mysql> FLUSH PRIVILEGES;
mysql> exit
# mysqladmin shutdown
# systemctl start mysqld.service

6 Outils

7 Conclusion

Cet article doit vous avoir permis de rendre MySQL opérationnel sur votre machine. Il vous reste maintenant beaucoup de lecture pour découvrir un aperçu de l'ensemble de ses fonctionnalités.